Normes de durabilité et certification

Les normes et certifications en matière de durabilité sont des normes volontaires, généralement évaluées par des tiers, relatives aux questions environnementales, sociales, éthiques et de sécurité alimentaire, adoptées par les entreprises pour démontrer la performance de leurs organisations ou produits dans des domaines spécifiques. Il existe peut-être 500 normes de ce type et le rythme d’introduction a augmenté au cours de la dernière décennie. La tendance a débuté à la fin des années 1980 et dans les années 90 avec la mise en place des écolabels et des normes pour les aliments biologiques et autres produits. Ces dernières années, de nombreuses normes ont été établies et adoptées dans l’industrie alimentaire en particulier. La plupart d’entre eux font référence au triple objectif de qualité environnementale, d’équité sociale et de prospérité économique. Une norme est normalement développée par un large éventail de parties prenantes et d’experts dans un secteur particulier et comprend un ensemble de pratiques ou de critères permettant de déterminer comment une culture doit être cultivée de manière durable ou une ressource doit être exploitée de manière éthique. Cela pourrait concerner, par exemple, des pratiques de pêche responsables qui ne menacent pas la biodiversité marine, ou le respect des droits de l’homme et le paiement de salaires équitables dans une plantation de café ou de thé. Normalement, les normes de durabilité sont accompagnées d’un processus de vérification – souvent appelé “certification” – permettant d’évaluer si une entreprise se conforme à une norme, ainsi que d’un processus de traçabilité des produits certifiés devant être vendus tout au long de la chaîne d’approvisionnement, ce qui aboutit souvent à un consommateur -facing étiquette. Les programmes de certification sont également axés sur le renforcement des capacités et la collaboration avec des partenaires et d’autres organisations pour aider les petits exploitants ou les producteurs défavorisés à apporter les améliorations sociales et environnementales nécessaires pour se conformer à la norme.

Le principe de base des normes de durabilité est double. Premièrement, ils ont émergé dans des domaines où la législation nationale et mondiale était faible, mais où les mouvements de consommateurs et les ONG à travers le monde exigeaient des mesures. Par exemple, les campagnes menées par Global Exchange et d’autres ONG contre l’achat de produits auprès d’usines de confection «Nike», telles que Nike, Inc., Levi Strauss & Co. et d’autres grandes marques, ont conduit à l’émergence de normes de protection sociale telles que la SA8000 autres. Deuxièmement, les grandes marques qui vendent à la fois aux consommateurs et à la chaîne logistique B2B peuvent vouloir démontrer les mérites environnementaux ou biologiques de leurs produits, ce qui a conduit à l’émergence de centaines de labels écologiques, de normes biologiques et autres. Le mouvement Fairtrade, administré par FLO International, constitue un exemple phare en matière de consommation. Il affiche une forte croissance des ventes dans le monde entier pour des produits issus de sources éthiques. Un exemple de norme B2B qui a énormément grandi ces dernières années est la norme FSC (Forest Stewardship Council) pour les produits forestiers fabriqués à partir d’arbres exploités de manière durable.

Cependant, la ligne de démarcation entre les normes de durabilité des consommateurs et celles des entreprises est en train de s’estomper, les principaux acheteurs commerciaux exigeant de plus en plus la certification Fairtrade et les consommateurs reconnaissant de plus en plus la marque FSC. Ces dernières années, les normes de durabilité ont été davantage axées sur les relations entre entreprises, car il est devenu évident que la demande des consommateurs ne peut à elle seule conduire la transformation des principaux secteurs et industries. Dans les produits de base tels que l’huile de palme, le soja, les fruits de mer d’élevage et le sucre, les initiatives de certification visent l’adoption générale de meilleures pratiques et la collaboration préconcurrentielle de l’industrie. Les grandes marques et les détaillants commencent également à prendre des engagements de certification dans l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement ou de leur offre de produits, plutôt que dans une seule ligne de produits ou un seul ingrédient.

La croissance des normes et de la certification étant le principal outil permettant à la production et au commerce mondiaux de devenir plus durables et au secteur privé de faire preuve de leadership en matière de durabilité, il est essentiel de pouvoir évaluer la légitimité et les performances de différentes initiatives. Les acheteurs des entreprises et des gouvernements, ainsi que les ONG et les groupes de la société civile engagés dans la production durable, ont besoin de clarté sur les normes et les écolabels qui produisent de véritables résultats sociaux, environnementaux et économiques. L’Alliance ISEAL est devenue l’autorité en matière de bonnes pratiques en matière de normes de durabilité et ses codes de bonnes pratiques constituent le guide le plus largement reconnu sur la manière dont les normes doivent être établies et mises en œuvre pour être efficaces. En se conformant à ces codes et en collaborant avec d’autres initiatives de certification, les membres d’ISEAL démontrent leur crédibilité et travaillent à l’amélioration de leurs impacts positifs.

Les tentatives visant à résoudre les problèmes causés par une multiplicité d’initiatives de certification ont abouti au lancement du projet The State of Sustainability Initiatives (SSI), facilité par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et l’Institut international du développement durable (IIDD). sous les auspices de la Sustainable Commodity Initiative (SCI).

Origine des normes mondiales
La plupart des normes de durabilité adoptées aujourd’hui ont été élaborées par des mouvements sociaux dans certains pays, tels que Rainforest Alliance aux États-Unis et Fairtrade aux Pays-Bas. D’autres normes ont été initiées par des entreprises individuelles, telles que Utz Certified (Ahold), Starbucks CAFE (Starbucks) et Nespresso AAA (Nespresso). Certaines normes ont été lancées par des coalitions d’entreprises privées, d’agences de développement, d’ONG et d’autres parties prenantes. Par exemple, le Code commun pour la communauté du café (4C) a été lancé par une alliance de grands torréfacteurs américains, notamment Kraft Foods, Sara Lee et Nestlé, assistés par l’Agence allemande de coopération technique et de développement (GIZ). Une série de projets de développement local associant des ONG, des torréfacteurs et des producteurs de différents pays en développement a grandement facilité l’élaboration de la plupart des normes mondiales. Par exemple, la norme Fairtrade a été développée sur la base de projets pilotes avec des agriculteurs mexicains. 4C s’appuie sur des projets de développement au Pérou, en Colombie et au Vietnam, impliquant la GIZ, les principaux torréfacteurs et les producteurs locaux.

Les normes les plus largement établies et adoptées concernent l’agriculture: 40% de la production mondiale de café est certifiée selon l’un des principaux systèmes et environ 15 à 20% de la production de cacao et de thé est conforme aux principales normes internationales. La sylviculture et les fruits de mer sauvages sont également des secteurs dans lesquels les normes ont exercé une grande influence, la production certifiée représentant plus de 10% de la part mondiale. Le coton, l’huile de palme, le soja, les biocarburants et les fruits de mer d’élevage sont parmi les produits dont la certification se développe le plus rapidement, en partie grâce aux grandes tables rondes mises en place pour rassembler l’ensemble de l’industrie. Plus récemment, des normes ont commencé à émerger pour l’exploitation minière et l’extraction de métaux – y compris l’or, l’argent, l’aluminium, le pétrole et le gaz – ainsi que pour l’élevage, l’électronique, les plastiques et le tourisme.

Les preuves suggèrent que la responsabilité sociale des entreprises (RSE) adoptée volontairement par les entreprises sera beaucoup plus efficace que la RSE réglementée par le gouvernement. Les normes mondiales établies par les entreprises privées sont donc prometteuses pour un impact social effectif.

La création de l’alliance ISEAL en 2002 a été le premier effort de collaboration d’un groupe d’organisations de normalisation en matière de développement durable, qui s’est engagé à suivre les bonnes pratiques communes en matière de mise en œuvre de leurs normes et à collaborer à l’amélioration de l’utilisation des normes et de la certification à l’échelle mondiale.

Différentes normes de durabilité
De nombreuses normes de durabilité ont été élaborées ces dernières années pour traiter des problèmes de qualité de l’environnement, d’équité sociale et de prospérité économique de la production mondiale et des pratiques commerciales. Malgré les similitudes entre les objectifs principaux et les procédures de certification, il existe des différences significatives en termes de développement historique, de groupes d’adopteurs cibles, de diffusion géographique et d’accent mis sur les questions environnementales, sociales ou économiques.

Une des différences majeures à prendre en compte est basée sur le niveau de rigueur de la norme. Certaines normes placent la barre haute pour un secteur, en promouvant les pratiques sociales et environnementales les plus strictes et en travaillant avec les plus performants pour relever constamment les attentes en matière de durabilité. D’autres normes sont davantage axées sur l’élimination des pires pratiques et s’appliquent à un niveau plus bas pour permettre à une grande partie du secteur de s’employer progressivement à améliorer les pratiques. Souvent, il existe des stratégies entre normes pour amener les producteurs dans cette échelle de performance de la durabilité. Une autre distinction importante est que certaines normes peuvent être appliquées au niveau international (généralement avec des mécanismes garantissant la pertinence et l’adéquation au niveau local) alors que d’autres normes sont entièrement développées avec un objectif régional ou national.

Des différences supplémentaires entre les normes peuvent concerner le processus de certification et le fait qu’il soit conduit par une première, une deuxième ou une tierce partie; le système de traçabilité en place et s’il permet la séparation ou le mélange de matériaux certifiés et non certifiés; et les types d’allégations de durabilité formulées sur les produits.

Commerce équitable
Le label Fairtrade a été développé à la fin des années 1980 par une agence de développement néerlandaise en collaboration avec des agriculteurs mexicains. L’initiative effectue un travail de développement et promeut sa vision politique d’une économie alternative, en se concentrant sur le renforcement de l’autonomie des petits producteurs et en leur donnant accès aux marchés mondiaux et en améliorant leur position. La caractéristique la plus distinctive du label Fairtrade est la garantie d’un prix minimum et d’une prime sociale qui va à la coopérative et non directement aux producteurs. Récemment, Fairtrade a également adopté des objectifs environnementaux dans le cadre de son système de certification.

Rainforest Alliance
Rainforest Alliance a été créée à la fin des années 1980 par un mouvement social et s’est engagée à préserver les forêts tropicales et leur biodiversité. Un élément clé de la norme est l’élaboration et la mise en œuvre obligatoires d’un plan détaillé pour la mise en place d’un système de gestion durable de la ferme afin d’aider à la conservation de la faune. Un autre objectif est d’améliorer le bien-être des travailleurs en établissant et en garantissant des moyens de subsistance durables. Les prix à la production peuvent comporter une prime. Cependant, au lieu de garantir un prix plancher fixe, la norme vise à améliorer la situation économique des producteurs grâce à des rendements plus élevés et à une rentabilité accrue.

Sceau de commerce équitable
Le label commerce équitable a été développé à la fin des années 1980 par une agence de développement néerlandaise en collaboration avec des agriculteurs mexicains. L’initiative effectue le travail de développement et promeut sa vision politique d’une économie alternative, son objectif principal étant l’autonomisation des petits producteurs et leur fournissant un accès et une amélioration de leur position sur le marché mondial. La caractéristique la plus distinctive du sceau du commerce équitable est la garantie d’un prix minimum et d’une prime sociale qui va à la coopérative et non directement aux producteurs. Récemment, le label commerce équitable a également adopté des objectifs environnementaux dans le cadre de son système de certification.

Alliance pour les forêts
L’Alliance pour les forêts (Rainforest Alliance) a été créée à la fin des années 1980, à la suite d’un mouvement social, et est engagée dans la conservation des forêts tropicales et de leur biodiversité. Un élément clé de la norme est l’élaboration et la mise en œuvre obligatoire d’un plan détaillé pour la mise en place d’un système de gestion agricole durable afin de contribuer à la conservation de la faune. Un autre objectif est d’améliorer le bien-être des travailleurs grâce à la création et à la garantie de moyens de subsistance durables. Les prix de production peuvent donner lieu à une prime. Cependant, au lieu de garantir un prix minimum fixe, la norme vise à améliorer la situation économique des producteurs grâce à des rendements plus élevés et à une plus grande rentabilité.

Utz certifié
UTZ Certified (anciennement Utz Kapeh) a été co-fondé en 1997 par le torréfacteur néerlandais Ahold Coffee Company. Il vise à créer un marché ouvert et transparent pour des produits agricoles respectueux de l’environnement et du social. Les instruments incluent le système de traçabilité UTZ et le code de conduite UTZ. Le système de traçabilité permet la traçabilité des produits certifiés du producteur à l’acheteur final et est soumis à des exigences strictes en matière de chaînes de traçabilité. Le code de conduite UTZ met l’accent sur les pratiques environnementales (conservation de la biodiversité, traitement des déchets et utilisation de l’eau, par exemple) et sur les avantages sociaux (accès aux soins médicaux, accès aux installations sanitaires sur le lieu de travail, par exemple).

Écologique
La norme écologique a été élaborée dans les années 1970 et est basée sur les normes de base IFOAM. IFOAM désigne la Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique et est la principale organisation mondiale du mouvement de l’agriculture biologique. Les normes de base IFOAM fournissent un cadre d’exigences minimales, y compris l’omission de produits agrochimiques tels que les pesticides et les engrais chimiques de synthèse. L’utilisation d’aliments pour le bétail est également strictement réglementée. Le génie génétique et l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sont interdits.

Biologique
La norme biologique a été élaborée dans les années 1970 et est basée sur les normes de base IFOAM. IFOAM signifie Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique et est la principale organisation faîtière mondiale du mouvement de l’agriculture biologique. Les normes de base IFOAM fournissent un cadre d’exigences minimales, y compris l’omission de produits agrochimiques tels que les pesticides et les engrais chimiques de synthèse. L’utilisation d’aliments pour animaux est également strictement réglementée. Le génie génétique et l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sont interdits.

confiance
Le code trustea est conçu pour évaluer les performances sociales, économiques, agronomiques et environnementales des plantations de thé indiennes, des petits exploitants et des usines de Bought Leaf (BLF).

Le respect du code devrait non seulement améliorer la compétitivité des exploitations de thé, mais également aider ces exploitations à se conformer progressivement aux réglementations nationales et aux normes internationales de durabilité. Les points de contrôle applicables dans onze chapitres doivent être respectés dans un délai de quatre ans. Le code du thé indien permet aux producteurs de montrer qu’ils agissent de manière responsable en produisant un thé de qualité conforme à des normes sociales et environnementales strictes. La vérification selon le code fournit aux fabricants l’assurance d’une production responsable et offre la possibilité de le démontrer de manière crédible à leurs clients.

SuRe® – La norme pour une infrastructure durable et résiliente
SuRe® est une norme volontaire mondiale qui intègre des critères clés de résilience et de durabilité dans le développement des infrastructures, à travers divers critères liés aux facteurs de gouvernance, sociaux et environnementaux. Il est actuellement développé selon les directives ISEAL par la fondation suisse Global Infrastructure Basel (GIB) et la banque française Natixis. GIB et Natixis ont lancé le standard SuRe® lors de la COP21 du 9 décembre 2015.

Autres exemples
Parmi les autres types de normes, citons les systèmes sectoriels tels que la Table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO); des normes pour les interventions liées au climat et au développement, telles que Gold Standard, et les initiatives de certification de la durabilité menées par les détaillants, telles que GlobalGAP; Initiatives de développement durable de marques propres, telles que les pratiques CAFE de Starbucks; et des programmes nationaux tels que le programme «Origin Green» de l’Irish Food Board.

Le Forum des Nations Unies sur les normes de durabilité (UNFSS) est une initiative conjointe de la FAO, du PNUE, du CCI, de la CNUCED et de l’ONUDI sur les normes de durabilité.

Tags: