Musée national de l’automobile de Turin, Italie

Le Museo Nazionale dell’Automobile (le Musée national de l’automobile), fondé par Carlo Biscaretti di Ruffia, est un musée de l’automobile à Turin, dans le nord de l’Italie. Le musée possède une collection de près de 200 voitures parmi quatre-vingts marques automobiles représentant huit pays (Italie, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, États-Unis d’Amérique, Pologne). Le musée est situé dans un bâtiment datant de 1960 et compte trois étages. Après une restructuration en 2011, le musée est à nouveau ouvert et sa zone d’exposition est passée de 11 000 mètres carrés (120 000 pieds carrés) à 19 000 mètres carrés (200 000 pieds carrés). Le musée possède également sa propre bibliothèque, un centre de documentation, une librairie et un auditorium.

Le Musée de l’automobile a été créé en 1932 sur la base de l’idée de deux pionniers de l’automobile italienne, Cesare Goria Gatti et Roberto Biscaretti di Ruffia (le premier président du Club automobile de Turin et l’un des fondateurs de la société Fiat), et est l’un des des plus anciens musées automobiles du monde.

C’est Carlo Biscaretti di Ruffia (fils de Roberto), un aristocrate de Turin né en 1879, qui a attaché son nom de façon permanente au Musée national de l’automobile, car c’est lui qui l’a conçu, a réuni la collection initiale, s’est efforcé de la faire naître. et a travaillé toute sa vie pour lui donner un quartier général décent. Carlo Biscaretti a également été son premier président et à sa mort en septembre 1959, le conseil d’administration a adopté une résolution pour nommer le musée d’après lui; il a ensuite été officiellement ouvert le 3 novembre 1960.
Il s’agit du seul musée national de ce type en Italie, installé dans les locaux conçus par l’architecte Amedeo Albertini, sur la rive gauche du Pô et à une courte distance du Lingotto; il est l’un des rares bâtiments spécialement construits pour abriter une collection de musée et est également un rare exemple d’architecture moderne.
Le Musée possède l’une des collections les plus rares et les plus intéressantes du genre, avec près de 200 voitures originales datant du milieu du 19e siècle à nos jours, et plus de quatre-vingts marques de véhicules différentes, d’Italie, de France, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, Hollande, Espagne, Pologne et États-Unis. En 2002, les directeurs du Musée ont commencé à penser à des travaux pour renouveler la structure et le contenu. Quarante ans se sont écoulés et le Musée est désormais devenu obsolète et obsolète, de sorte que des changements sont nécessaires pour le rendre plus attrayant.

Les travaux du jury du concours international de renouvellement du Musée se sont achevés à l’été 2005. Une cinquantaine de studios d’architecture de niveau mondial y ont participé et le lauréat était le groupe composé de l’architecte Cino Zucchi, de la société Recchi Engineering Srl et du Société Proger SpA.
La conception gagnante (qui respectait les exigences annoncées, en utilisant une approche cohérente qui pouvait réorganiser le bâtiment existant et créer de nouveaux espaces liés à la ville), comprenait la relation entre la perception visuelle rapide de Corso Unità d’Italia et la définition d’une zone piétonne plus fermée au point où elle rejoint la Via Richelmy.

À l’instar de nombreux exemples européens contemporains, les fonctions strictement d’affichage seront complétées par un ensemble d’activités complémentaires pour faire vivre le Musée de l’automobile à toute heure du jour et de la soirée, et devenir un élément pour ouvrir la voie à la rénovation urbaine du quadrant sud de la ville.
Le design de Zucchi sera mis en valeur avec les affichages du décorateur franco-suisse François Confino.

L’expérience acquise par François Confino dans d’autres projets similaires (il a conçu l’aménagement intérieur du musée du cinéma de Turin) a joué un rôle utile dans la conception d’un tout nouveau concept qui placera le musée de Turin à la pointe dans le domaine de la l’art d’exposer des automobiles. Le principe directeur sera «la voiture observée comme une création de génie et d’imagination humaine», pour sensibiliser et apprécier l’immense vivier de talents, de créativité, de savoir-faire et de capacités entrepreneuriales qui existent à Turin et dans le Piémont.

Dans le nouveau Musée, nous raconterons l’histoire de l’automobile, sa transformation d’un moyen de transport en un objet de culte, de ses origines jusqu’à l’évolution contemporaine de la pensée créative. À travers l’évolution de la voiture, nous raconterons les temps marquants qu’a connus la société.

Histoire
Né comme Musée National de l’Automobile, il est issu d’une proposition faite lors du congrès organisé par l’Automobile Club de Turin en 1932, de célébrer les «Anciens Combattants Automobile», c’est-à-dire ceux qui avaient obtenu un permis de conduire depuis au moins 25 ans. Les pionniers de la proposition étaient deux pionniers de l’automobile italienne, Cesare Goria Gatti et Roberto Biscaretti di Ruffia, tous deux co-fondateurs de l’Automobile Club et de la FIAT.

En 1933, Giuseppe Acutis, président de l’Association des constructeurs automobiles, a invité Carlo Biscaretti di Ruffia et Giuseppe di Miceli, alors directeur du Turin Automobile Club, à organiser une exposition rétrospective au sein du salon automobile de Milan, pour sonder l’intérêt des fans en vue de tout développement. Carlo Biscaretti avait été très jeune aux côtés de son père Roberto, consacrant toutes ses activités d’artiste, de technicien et de journaliste à sa passion pour les moteurs. Il a réussi à emprunter une trentaine de voitures qui ont été présentées au salon, suscitant un grand intérêt auprès du public.

Le 19 juillet 1933, la ville de Turin décida de fonder le musée, nommant un comité spécial de promotion et obtenant l’approbation du chef du gouvernement, Benito Mussolini, qui imposa personnellement le nom de “Musée national de l’automobile”. Quelques jours plus tard, le maire de Turin, Paolo Thaon di Revel, confie à Carlo Biscaretti le rôle d ‘”ordonnateur temporaire”, qui durera vingt ans. Le principal problème était de trouver un emplacement approprié. Les acquisitions ont d’abord été concentrées dans un entrepôt via Andorno, dans l’ancienne Fabbrica Aquila Italiana (la collection changerait ensuite d’adresse quatre fois avant d’arriver à celle définitive de Corso Unità d’Italia) jusqu’à ce qu’en 1938 le matériel existant soit transféré, composé aujourd’hui d’une centaine de voitures et de châssis, d’une bibliothèque et d’une archive, dans les locaux créés sous les marches du stade municipal, officiellement ouvert au public en mai 1939. Cependant, le logement n’était pas très fonctionnel. Les chambres étaient inadaptées, avec des changements brusques de température qui ont découragé la circulation des visiteurs et endommagé les matériaux. Pendant la seconde guerre mondiale, la collection est restée presque intacte à la fois pendant le bombardement et pendant la présence ultérieure des troupes alliées, mais la bibliothèque et les archives ont été partiellement détruites ou dispersées. Après le conflit, il y a eu un retour pour parler d’un nouvel arrangement et d’une structuration définitive de l’institution. La Builders Association commence à s’intéresser au musée et décide en juillet 1955 de promouvoir la construction d’un nouvel emplacement. Le terrain a été trouvé à Corso Unità d’Italia, propriété de la municipalité de Turin;

Alors que les travaux de construction ont commencé, l’organisation a été refondée et rebaptisée “Musée de l’Automobile”, par acte notarié du 22 février 1957, puis reconnu par décret du Président de la République le 8 octobre de la même année. Carlo Biscaretti di Ruffia a été nommé président du conseil d’administration. À sa mort en septembre 1959, le conseil a décidé à l’unanimité que l’institution porterait son nom, en mémoire de son engagement à construire le musée. Le musée a été solennellement ouvert au public le 3 novembre 1960 peu avant l’Expo 1961. Tout au long de son histoire, le musée s’est enrichi de nouvelles sections: le centre de documentation et la bibliothèque. En 1975, la bibliothèque et le centre se sont considérablement enrichis de livres, documents originaux et photographies, grâce au legs Canestrini. Ces dernières années, les limites du bâtiment sont devenues de plus en plus évidentes, notamment en raison du manque d’espaces d’exposition, désormais saturés. En 2003, le musée a été approuvé par la ville de Turin et le 10 avril 2007, le musée a été fermé au public pour entamer un processus de restructuration majeur qui le concernera pendant 3 ans jusqu’au 19 mars 2011.

En plus d’une restructuration du bâtiment et de ses espaces internes, à la fois d’exposition et de service, conformément à la ville de Turin, l’organisation de l’organisation est également considérablement révisée, qui est refondée. La nouvelle structure est donc complètement révisée tant dans son organisation administrative que dans les espaces internes et externes; la zone entourant le bâtiment est réévaluée et un nouveau corps est ajouté au bâtiment lui-même avec un volume supérieur à celui existant. Les espaces intérieurs ont subi un changement complet dans la disposition et l’itinéraire de l’exposition. La collection est complétée par des décors et des installations interactifs et est divisée en trois parties distinctes, une à chaque étage. Le quartier est également revalorisé par le musée lui-même avec une série d’activités complémentaires qui font vivre le Musée de l’automobile à toute heure du jour et de la soirée; devenir un élément moteur de la rénovation urbaine du quadrant sud de la ville.

Le 19 mars 2011, lors des célébrations du 150e anniversaire de l’unification de l’Italie en cours dans la ville, en présence du président Giorgio Napolitano qui, après avoir visité le musée, a déclaré: “L’art et l’industrie sont notre force”, le musée a rouvert ses portes portes au public, présentant la nouvelle disposition. Au moment de l’inauguration, outre le président Giuseppe Alberto Zunino, la nouvelle direction était également composée du directeur Rodolfo Gaffino Rossi, et le conseil d’administration était composé d’un représentant de la région du Piémont, municipalité de Turin, province. de Turin, Automobile Club of Italy et Fiat, le projet de rénovation architecturale a été financé par la municipalité de Turin, tandis que le projet de musée a été financé par la région du Piémont, la province de Turin, l’Automobile Club d Italy, la Chambre de commerce de Turin, Compagnia di San Paolo et Fondation CRT. Le nouveau président est l’architecte Benedetto Camerana tandis que le directeur est toujours Rodolfo Gaffino Rossi. Après les 30 premiers jours de sa réouverture, le musée a accueilli 40 000 visiteurs, 9 200 le premier week-end seulement.

Le musée

Le bâtiment

1960
Le siège social qui se trouve sur la rive gauche du Pô, non loin du Lingotto, abrite depuis 1960 le musée de l’automobile de Turin et est l’un des rares bâtiments construits spécifiquement pour abriter la collection d’un musée et représente également un exemple particulier de l’architecture moderne. Le projet est l’œuvre de l’architecte Amedeo Albertini, auteur, à Turin, également du bâtiment SAI, de l’usine Lavazza et des bureaux du RIV; les structures en béton armé ont été calculées par l’ingénieur Ivailo Ludogoroff. Deux facteurs ont été pris en considération pour le démarrage du projet: la position panoramique vers le fleuve Pô et la colline, et le caractère particulier du matériel à exposer qui ne s’est pas adapté à un environnement collecté et délimité mais qui évoquait déjà lui-même le concept de grands espaces. Le bâtiment, dans sa conception originale de 1960, se caractérise donc par une façade imposante recouverte de pierre, avec une forme convexe développée en longueur, qui donne l’illusion d’être suspendue sur un vitrage en dessous; en vérité la façade est soutenue par une grande poutre en fer pesant 60 tonnes et repose sur quatre grands piliers en acier inoxydable et béton. L’ensemble du bâtiment avait été construit sur une colline artificielle et consistait en un volume principal aussi large que la façade mais qui avait tendance à rétrécir en se déplaçant vers l’intérieur de la colline. De ce bâtiment, deux modules latéraux suspendus sont allés se connecter à un deuxième bâtiment qui avait à peu près le même volume que le premier et ont donc créé un jardin d’hiver dans la cour intérieure du musée. Au deuxième bloc, un troisième volume, aux caractéristiques très industrielles, puits de lumière, a été détaché (déplacé vers l’arrière sur le côté) sur le toit et la brique apparente, qui a jeté le plan du bâtiment créant une petite “queue”. L’une des caractéristiques les plus originales est la solution pour supporter les manchons de liaison entre les bâtiments principaux et transversaux, qui ont une géométrie en “V” originale.

2011
En 2011, le siège du musée a été rouvert après une rénovation substantielle qui a couvert presque toutes les parties du bâtiment d’origine, en les gardant intactes mais fortement revisitées à l’intérieur. Un nouveau bâtiment est ajouté au bâtiment d’origine, le niveau de la colline est abaissé et donc le chemin d’accès au bâtiment est modifié pour ceux qui viennent de la rue. L’espace du sous-sol utilisé pour abriter les voitures de la collection non exposées dans le musée actuel et l’école de restauration est ajouté. La cour intérieure est transformée en une grande pièce fermée par un toit conçu pour maximiser l’illumination du soleil. Le style de l’intervention peut être retracé à l’architecture de haute technologie, à la fois à l’extérieur et à l’intérieur. Tous les corps du nouveau bâtiment sont recouverts, d’un seul côté, d’une bande latérale détachée des corps eux-mêmes. La façade, bien qu’elle ait reçu quelques modernisations, est restée inchangée, tout comme la “queue” arrière. En vérité, les bâtiments préexistants n’ont pas subi de changements architecturaux, même l’escalier intérieur principal caractéristique est resté inchangé, même si dans le nouveau projet l’acceptation est située à proximité du grand atrium intérieur d’où partent les escaliers mécaniques, provoquant l’itinéraire de l’exposition commence au deuxième étage. L’opération de restructuration a coûté 33 millions d’euros (dont 23 financés par la ville de Turin qui est devenue membre en novembre 2011), dont 2/3 ont été dépensés pour la rénovation du bâtiment et 1/3 pour l’aménagement intérieur. Le réaménagement du musée a permis de presque doubler l’espace utile aux expositions: de 11 000 mètres carrés de la structure précédente à plus de 19, 000 m² de l’actuel. L’appel d’offres pour la rénovation du bâtiment a été remporté par l’architecte Cino Zucchi de Milan, Recchi Engineering de Turin et Proger de Rome, sur un total de 38 candidats. Le projet d’aménagement du musée a été conçu par le scénographe franco-suisse François Confino avec la collaboration du Studio LL.TT Cravetto-Pagella Architetti Associati, de l’architecte Carlo Fucini et du designer lumière canadien François Roupinian.

L’itinéraire de l’exposition
L’exposition du musée a été révisée à l’occasion de la rénovation et, sous une forme entièrement renouvelée, rouvre au public en 2011. Les voitures sont disposées dans plus de 30 salles aménagées avec des décors et des installations où les voitures sont contextualisées. Bien que la collection permanente du musée comprenne plus de 200 voitures, parmi celles-ci environ 160; les autres sont conservés dans le soi-disant garage situé au sous-sol du nouveau bâtiment (avec l’école de restauration) et peuvent être visités sur demande explicite. En plus des voitures de la collection permanente, le musée dispose également d’une exposition temporaire, où il expose des concepts de voitures, de modèles ou de concept sur la mobilité. L’exposition présente des voitures produites entre 1769 et 1996 (hors concepts et voitures en exposition temporaire). Les modèles exposés sont d’origine et appartiennent à 80 constructeurs automobiles. Les voitures exposées sont ensuite réparties sur les trois étages du bâtiment à partir du deuxième étage; pour chaque étage, l’exposition est caractérisée par un thème:

L’automobile et le XXe siècle: cette section de l’exposition parle de l’histoire de l’automobile.
L’homme et la voiture: La relation entre l’homme et la voiture est discutée au premier étage de la structure.
L’automobile et le design: La relation entre l’automobile et le design industriel est discutée dans la dernière section de l’exposition.
Le centre de documentation
Le centre de documentation (auquel est dédié un espace de 800 m² conçu par le Studio LL.TT) collecte les documents relatifs à la voiture. Le centre est également divisé en sections, qui reflètent la subdivision thématique de la bibliothèque: histoire des usines, biographies, histoire des courses, histoire de la technologie, divers, véhicules industriels, carrossiers italiens et étrangers, salons de l’auto, musées de l’automobile. La bibliothèque rassemble environ 7000 textes. Il est divisé en sept sections (histoire de la locomotion, histoire des marques, course, technologie, biographies, circulation et circulation, économie et divers). À l’intérieur du centre de documentation se trouve également une bibliothèque de journaux.

Des expositions:
21 chambres, sur une superficie de 3600 mètres carrés, racontent comment la voiture est née, a été développée et est devenue populaire, en suivant l’évolution du 20e siècle. L’itinéraire est circulaire et emmène les visiteurs de la bibliothèque dans «Genesis», la première salle, où des informations sur l’origine de la locomotion sont données et un hommage est rendu aux nombreux ingénieux précurseurs du moteur mécanique, à la salle «Destiny», la dernier à cet étage. Ici, on essaie de nous faire imaginer le monde dans lequel nous nous retrouverons demain. Entre les deux, il y a dix-neuf autres salles racontant l’histoire du XXe siècle, prenant dans le futurisme, la Première Guerre mondiale, l’avènement de la voiture utilitaire, l’école italienne de carrosserie, la découverte de l’aérodynamique, l’émancipation féminine, la course vers la production de masse, la chute du mur de Berlin, Slogans publicitaires américains, consumérisme et écologie. C’est une histoire avec de nombreux fils différents, le principe directeur étant de nous faire comprendre dans quelle mesure l’automobile a influencé, conditionné et favorisé les événements historiques, économiques, artistiques et sociaux les plus distinctifs du siècle dernier.

De l’homme à la machine: l’histoire d’un rêve
Il s’agit de la première section de l’exposition permanente du Musée. La visite commence au deuxième étage. Les débuts. Auto-Mobile: littéralement, “se déplace tout seul”. Quand a-t-il été créé pour la première fois? Qui l’a inventé? Il n’y a pas de réponse simple. Le moteur à combustion interne a été testé pour la première fois à la fin du XIXe siècle, dans diverses parties du monde, par de brillants scientifiques qui ne savaient souvent rien de ce que faisaient leurs collègues. C’est vraiment la combinaison et l’application d’une série d’inventions historiques telles que le volant, les systèmes de suspension, les engrenages différentiels, les joints universels et les freins qui ont conduit à la naissance de l’automobile. Sans ces inventions, illustrées sur les quatre moniteurs, la voiture n’aurait jamais vu le jour. L’homme a toujours essayé de se libérer du mouvement animal et pendant de nombreux siècles, il a rêvé et imaginé les méthodes les plus diverses et ingénieuses pour se déplacer rapidement et librement. C’est pourquoi dans ce genre de bibliothèque universelle, nous trouvons des véhicules à pédales, à voile, à vent, à vapeur, à essence et à essence et même des patins à roulettes électriques. Cette section rend hommage à tous ceux qui ont inventé un auto-mobile avant l’invention de l’automobile. Le premier est le génie italien de la Renaissance, Léonard de Vinci, dont une reconstruction du véhicule à ressort, à partir d’un folio du Codex Atlanticus, est présentée ici. Cette section rend hommage à tous ceux qui ont inventé un auto-mobile avant l’invention de l’automobile. Le premier est le génie italien de la Renaissance, Léonard de Vinci, dont une reconstruction du véhicule à ressort, à partir d’un folio du Codex Atlanticus, est présentée ici. Cette section rend hommage à tous ceux qui ont inventé un auto-mobile avant l’invention de l’automobile. Le premier est le génie italien de la Renaissance, Léonard de Vinci, dont une reconstitution du véhicule actionné par ressort, extraite d’un folio du Codex Atlanticus, est présentée ici.

La puissance du cheval devient un fantôme
La vapeur a été le principal moteur de la révolution industrielle du XIXe siècle et c’est grâce à la machine à vapeur que les voitures des XVIIIe et XIXe siècles, qui avaient permis la création d’un réseau de communication considérable entre les plus grandes villes européennes et au sein même des pays , ont été progressivement accompagnés de chevaux, tout en maintenant leur apparence intacte. Mais cela allait bientôt changer complètement.

À toute allure
Qu’est-ce que c’était: un éclair, une torpille, une rafale de vent? Non, c’était La Jamais Contente – «le jamais satisfait» – qui filait. L’œuvre d’un conducteur et constructeur automobile belge très ingénieux, inventif et courageux, Camille Jenatzy, est devenue en mai 1899 la première voiture au monde à franchir la barre des 100 km / h (en fait, 105 km / h). Après des centaines, voire des milliers d’années, où les vitesses les plus élevées avaient été celles des bœufs et des chevaux, en quelques décennies seulement (à partir du milieu du XIXe siècle, d’abord avec la locomotive puis avec l’automobile), les moteurs ont permis à l’homme d’atteindre une extraordinaire des vitesses jamais vues auparavant, raccourcissant les distances, réduisant les temps de déplacement, rapprochant les personnes et les lieux et permettant de nouvelles formes de visites, de contacts et d’échanges. Un détail important: La Jamais Contente n’était pas propulsée par un moteur à essence, mais par un moteur électrique dans un corps futuriste en forme de torpille avec un design méticuleusement rationalisé qui ne faisait qu’oublier … Jenatzy lui-même! Le record de 100 km / h a eu d’énormes réverbérations et a renforcé la conviction alors actuelle que les moteurs électriques seraient la voie de l’avenir. Mais seulement trois ans ont suffi pour annuler cette idée, et l’évolution de l’automobile au cours du XXe siècle l’a pleinement confirmé.

Le grand garage du futur
Un grand garage où les automobiles sont conçues et prennent forme. Qu’il s’agisse des premières tentatives, des résultats de petits constructeurs ou des débuts de futures entreprises, le monde des véhicules à quatre roues se développe rapidement et avec enthousiasme, avec des formes et des solutions toujours différentes.

La collection
La collection permanente du musée compte environ 200 voitures, plus quelques châssis et une vingtaine de moteurs. Les voitures sont environ 80 marques différentes (dont beaucoup ont disparu) représentant dix pays (Italie, Belgique, Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, France, Pologne, Espagne, Russie et États-Unis d’Amérique).

Parmi les différentes voitures, il y a aussi des voitures de course et des voitures de formule 1 comme la Ferrari F310 de Michael Schumacher de 1996, la voiture Alfa Romeo 179B ou la 155 V6 TI célèbre pour avoir dominé le DTM depuis sa première année de participation.

Le “Garage” et l ‘”Ecole de restauration”
Au sous-sol, créé avec le nouveau bâtiment grâce à la restauration de 2011, il y a, sur une superficie d’environ 2000 m², le soi-disant garage où le patrimoine du musée non exposé est préservé. Ces voitures ne font pas partie de la collection permanente du musée pour des raisons logistiques. Les voitures de cette section sont insérées en rotation au fil des ans. Avec cette salle, le sous-sol abrite également l’école de restauration où les voitures sont restaurées puis exposées.

Visite guidée

Visite guidée classique
Grâce à une équipe de guides experts parlant 11 langues différentes, votre visite à MAUTO deviendra une expérience engageante pour découvrir les histoires et les curiosités liées aux pièces les plus importantes de notre collection et les contextes culturels qui ont accompagné son évolution. La visite guidée commence au deuxième étage du musée et est divisée en plus de 30 sections de l’exposition.

Visite guidée personnalisée
Avez-vous des curiosités particulières et spécifiques sur la collection du musée ou sur le monde de l’automobile en général? Nos guides, en collaboration avec le personnel du Centre de documentation MAUTO, organiseront pour vous une visite guidée entièrement personnalisée, en la déclinant selon vos intérêts spécifiques!

Asphalte et poudre d’étoile
Le cinéma et l’automobile sont deux inventions contemporaines, deux intuitions ingénieuses qui, à partir de la fin du XIXe siècle, ont transformé la vie et les coutumes du monde entier. Ne manquez pas la visite guidée spéciale pour découvrir les spécimens de la collection MAUTO – Museo dell’Automobile qui ont été les protagonistes du grand cinéma! Le nombre maximum de participants pour chaque groupe de visite est de 25 personnes

La voiture: le substantif féminin
Cherchez la femme… dans le monde automobile? Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, l’invention de la voiture a fait ses premiers pas timides pour s’imposer et les femmes ont abordé le monde des moteurs avec intérêt et curiosité. Mode, publicité, design … tout change pour satisfaire le monde féminin et sa relation avec la voiture. C’est l’histoire d’une époque qui serpente à travers un parcours d’exposition entièrement décliné à la femelle: une histoire faite de conquêtes, car l’émancipation passe aussi par la conduite d’une voiture!

Histoires de voitures
Une visite guidée dédiée aux petits et à leurs familles, pour découvrir les histoires passionnantes des voitures les plus représentatives de la collection et des pilotes aventureux qui les ont conduites.
Une façon ludique de visiter notre chemin et d’apprendre tout en s’amusant.

Visite guidée théâtrale – Novecento
La visite théâtrale se développe dans la partie de l’itinéraire du musée consacrée à l’histoire de l’automobile et raconte de manière engageante et divertissante les grands événements qui ont marqué le XXe siècle. Les acteurs principaux vous emmèneront dans un véritable voyage dans le temps, avec des rebondissements, des gags et des tours continus. Une visite vraiment unique!

Visite guidée théâtrale – Commencez votre sécurité
La visite se déroule entre le deuxième et le premier étage du musée. Le parcours raconte l’évolution des dispositifs de sécurité étudiés et conçus dans les voitures du début des années 1900 à nos jours, offrant matière à réflexion sur l’évolution des comportements humains en termes de sécurité et de respect social: la passion pour la vitesse, la technologie, les lois et nos risques attitudes. La visite interactive vous donnera matière à réflexion sur le thème de la sécurité et vous proposera des comportements plus vertueux et plus sûrs. Pour vous et les autres!

Autres installations et services
Le bâtiment contient des salles et des services purement liés au musée et pour réaliser des activités complémentaires. En fait, il existe des services connexes tels qu’une librairie, un bar et une salle de conférence de 150 places.

Tags: