Le Cabinet du Collectionneur, Musée Lázaro Galdiano

L’armoire de collectionneur au troisième étage, dans laquelle sont exposées des pièces de monnaie, des textiles, des armes, des médailles, des ivoires, des émaux … Bref, et comme le nom de cet étage l’indique, les pièces que nous verrons ensuite rassemblent un échantillon de tous ces collections.

En raison de la grande quantité que José Lázaro Galdiano chérissait, beaucoup d’entre eux sont rassemblés dans des tiroirs sous les vitrines que les visiteurs ouvrent eux-mêmes pour les observer. Cela démontre également le grand nombre d’objets avec lesquels il a été réalisé. Formé par des objets qui valent la peine d’être observés avec tous les détails Et avec cette idée, les exposants de l’ensemble du cabinet ont été organisés, où les visiteurs peuvent ouvrir la plupart des tiroirs pour y trouver un grand nombre de pièces qui composent cette collection de collections.

Ici exposé le musée Lázaro Galdiano. Les peintures cèdent la place à d’autres types d’objets. L’arsenal se détache dans la salle 20, où sont exposés des armes de combat, de chasse ou blanches.

Le reste des salles d’exposition conserve des pièces d’ivoire, de bois, de pièces de monnaie, de verre ou de céramique. Une collection de textiles de différentes époques et nationalités met fin à la visite du musée Lázaro Galdiano, un sanctuaire où les amateurs d’art et les curieux qui ont une matinée libre lors de leur visite à Madrid doivent voyager. Son exposition vous permet d’entrer dans le cœur et l’esprit d’un collectionneur né qui a légué tout son patrimoine pour le plaisir de ceux qui le connaissent et surtout l’admirent.

Chambre 20:
Arsenal
Nous commençons par la salle 20: «Armurerie», où une bonne partie de la collection d’armes que Lázaro Galdiano chérissait est exposée. Les pièces sont commandées en fonction de leur utilisation, pouvant ainsi voir des armes de chasse (arbalètes, plumeaux, arcabuces, machettes et couteaux de montería, etc.), blanches (poignards, épées, rapière, stilettos, etc.), de combat, oriental, civils, etc.

En y regardant de plus près, nous pouvons voir que certains d’entre eux sont estampillés de boucliers nobles, d’autres étant également fabriqués avec des matériaux riches par des armuriers comme Esquivel, Zuloaga, Usatorre et Zelaya, entre autres.

Chambre 21:
Emaux, fers et bronzes. Bois. Ivoire
Ici émaux polychromes, fers et bronzes, où prévalent les objets d’art somptueux. Ainsi, nous verrons des pièces françaises fabriquées dans l’atelier de Limoges (civiles et religieuses), comme plusieurs arches et une copie de celle dite du Trésor Saint Aignan de la cathédrale de Chartres, en plus de cinq magnifiques bustes reliquaires qui ont été réalisés pour le comte de Monterrey en 1632, entre autres travaux intéressants.

Deuxièmement, il y a des objets en bois, en particulier ceux destinés à l’art du luxe, comme plusieurs bas-reliefs qui se distinguent par la beauté des sculptures datées entre le XVe et le XIXe siècle, de petits meubles, des sculptures, etc. il convient de mentionner que, bien que la plupart des objets soient originaux, la collection possède également des reproductions historicistes. De même, vous pouvez également faire la distinction entre certaines œuvres des écoles étrangères et d’autres réalisées dans l’école espagnole.

Enfin, au centre, il y a une vitrine dans laquelle plusieurs pièces en ivoire sont exposées, qui sont pour la plupart des répliques historicistes, bien qu’il existe également des œuvres originales de différentes écoles et époques. Parmi ceux-ci, nous pouvons souligner les diptyques et différentes images mariales réalisées dans l’école gothique de Paris, ainsi que la soi-disant “Coupe des Arts”, plusieurs arches d’origine islamique et d’autres de style byzantin. De même, il existe des pièces dont le matériau est de l’os, comme un cercueil réalisé avec des assiettes au début du XVe siècle dans l’atelier d’Embriachi, en Italie.

Salle 22:
Matériaux en pierre et terre cuite. Bronzes. Monétaire. Medallero
Il y a deux vitrines qui montrent des œuvres en pierre et en terre cuite, dont le portrait de l’empereur Lucio Vero, du deuxième siècle, se distingue; un ensemble de morceaux d’albâtre; deux bustes néoclassiques, l’un d’eux fabriqué par AJM Romagnesi; un chef de la faune de la Renaissance; et plusieurs terres cuites entre les XVIIIe et XIXe siècles signées par Venancio Vallmitjana, Claude Michel Clodion et Jean Baptiste Carpeaux.

D’autre part, deux autres vitrines présentent un bon nombre d’œuvres de la collection de bronze du musée, avec des pièces dédiées au monde ibérique et classique, ainsi que d’autres objets fabriqués dans ce matériau, tels que des chandeliers, des aquamaniles, une grande tasse persane , etc. Parmi les œuvres basées sur des modèles classiques et de la Renaissance, on peut citer le “Persée” de Cellini, ou la “Madonna de Brujas” de Michel-Ange. De même, il existe également des pièces originales de petite taille et des bronzes italiens et français du XIXe siècle, parmi lesquelles des œuvres de Ferdinand Barbedienne et Louis Kley. Enfin, il vaut la peine de s’arrêter sur l’étagère du bas, où l’on retrouve l’ensemble “Le déjeuner fleuri”, qui ornait la table de la salle à manger de Don José Lázaro Galdiano et Doña Paula Florido, réalisée par Léo Laporte-Blairzy.

Ensuite, il y a la collection de pièces de monnaie, formée de plus de trois cents pièces d’or et d’argent qui vont du monde grec au XIXe siècle, parmi lesquelles se distinguent celles des temps anciens, médiévaux et de la Renaissance. L’ordination qui a été choisie pour son exposition a été par les pays et les époques, en pouvant voir la quasi-totalité de la collection dans les exposants et dans les tiroirs, sans que ceux-ci ne soient ouverts par les visiteurs, où il y a aussi d’autres pièces, telles comme un bon nombre de clés

Enfin, nous avons le médaillon, avec environ un millier de pièces qui nous montrent l’intérêt particulier que Lázaro Galdiano avait pour les médailles de type commémoratif. Parmi celles-ci, celles réalisées par des artistes de la Renaissance, comme Mateo de Pasti, les Leoni, Guillaume Dupré ou Pisanello, entre autres, se distinguent. Quant aux œuvres espagnoles, celles de Tomás Francisco Prieto et Gerónimo Antonio Gil se distinguent.

Chambre 23:
Argent. Céramique
La collection d’objets en argent, où sont exposées à la fois des œuvres originales et des répliques du XIXe siècle, telles que des imitations de vaisseaux romains des trésors de Boscoreale et Tivoli. Certaines pièces de l’époque médiévale et de la Renaissance méritent également notre attention: reliquaires, deux calices et autres objets d’art religieux, ainsi qu’un ensemble civil de verres et tasses, fontaines, etc. du XVIe au XVIIIe siècle.

D’autre part, il y a la collection en céramique, qui, comme la précédente, a des originaux et des imitations d’autres modèles, tels que les amphores grecques, la majolique italienne, la faïence et la céramique de Teruel, Cataluña, Talavera et Alcora. De même, il existe également des pièces de poterie islamique et orientale. Si nous ouvrons les tiroirs, nous pouvons voir un carrelage Granada et une sélection de carreaux fabriqués à Tolède, Séville et Valence.

Enfin, dans la vitrine centrale, nous trouverons plusieurs pièces de différents services de table qui ont été utilisés par la famille Lázaro-Florido à partir de 1909. D’une part, des éléments de la soi-disant “vaisselle verte” sont exposés; celui-ci, réalisé dans l’usine W. Guérin (Limoges) vers 1903, compte sur les initiales de Don José Lázaro et Doña Paula Florido.

Environ la même année, la verrerie, peut-être de Saint Louis, et les couverts, fabriqués par Arthus Bertrand & Beranger. D’autre part, la soi-disant “vaisselle verte” est exposée, commandée pour fabriquer Pillivuyt (Paris) vers 1890, qui montre les initiales de Doña Paula Florido et de son troisième mari, Don Rodolfo Gache. À côté se trouvent les couverts et un service à thé, fabriqués par Christofle vers les années 1890 et 1881-1888, respectivement. Une verrerie réalisée par Baccarat à la fin des années quatre-vingt du XIXe siècle complète l’ensemble.

Chambre 24:
Textile
L’ensemble a été organisé selon les différents centres de production textile qui se sont succédés au cours des siècles. De tout cela, les soies hispano-musulmanes et de la Méditerranée orientale se distinguent; quelques pièces de Perse, de Chine et du Japon; et des tissus européens des XVe et XVIe siècles. De même, une collection de textiles de l’époque des monarques catholiques se distingue, comme les velours italo-espagnols et la soie nasride. A partir de cette période, un velours mérite notre attention avec les boucliers de Felipe “el Hermoso” et Juana I, le soi-disant “Capillo du Prince Don Juan” et la soi-disant “Chasuble du Cardinal Cisneros”.

Biographie
José Lázaro y Galdiano (Beire, Navarre 1862 – Madrid 1947) était éditeur, bibliophile et collectionneur d’art. Il avait étudié le droit à Valladolid, Barcelone et Saint-Jacques-de-Compostelle et entamé une carrière de journaliste. Il a commencé comme critique d’art et chroniqueur pour le journal barcelonais «La Vanguardia». Lorsqu’il s’installe à Madrid, à la fin de 1888, il fonde sa propre maison d’édition, La España Moderna, et commence sa collection d’art, qui était déjà devenue importante à la fin du XIXe siècle.

À Rome, en 1903, il épousa une femme argentine du nom de Paula Florido y Toledo (1856-1932). L’année suivante, le couple nouvellement marié se lance dans le projet de construction du palais «Parque Florido», le musée dans lequel Lázaro hébergera sa collection, qui s’enrichit de plus en plus d’achats continus effectués par Lázaro avec le soutien financier de sa femme.

Le déclenchement de la guerre civile a forcé Lázaro à abandonner l’Espagne. Il part pour Paris, où il réside et forme une nouvelle collection. En 1940, il part aux États-Unis, y poursuivant son achat d’œuvres d’art. En 1945, Lázaro est revenu à Madrid et a commencé à installer toutes les pièces acquises à Paris et à New York dans le palais Parque Florido, aux côtés de ses anciennes possessions. Ainsi, il avait formé ce qui est probablement la plus grande collection d’art privée d’Espagne.

Collectionneur d’art
Les collections que José Lázaro a rassemblées tout au long de sa vie comprennent quelque 12 600 pièces des genres artistiques les plus divers, toujours dans l’art classique (Lázaro n’a pas collectionné d’art de son temps) et très axées sur l’art espagnol, dont le patrimoine s’est battu pour le garder en Espagne, en face à une pression importante de la part des collectionneurs et musées internationaux. Dans cette facette de la promotion de la conservation de l’art espagnol, il entretient un parallèle intéressant avec le collectionneur américain Archer Huntington, fondateur de la Hispanic Society of New York.

Souligne son excellente galerie avec plus de 750 peintures dans lesquelles la représentation de la peinture espagnole se démarque avec des auteurs allant de la Renaissance au romantisme tels que: Sánchez Coello, El Greco, Zurbarán, Ribera, Murillo, Velázquez, Carreño de Miranda, Mateo Cerezo, Claudio Coello, Luis Paret, Goya (dont la collection est une référence très pertinente) ou Leonardo Alenza … et dans lesquels la collection de tables gothiques et la première renaissance espagnole peuvent être considérées parmi les meilleures au monde.

La collection de peintures comprend également une représentation intéressante de l’école anglaise: Peter Lely, Reynolds, Constable ou Romney … ainsi que les primitifs flamands et allemands, avec des œuvres aussi importantes que les Méditations de San Juan Bautista de El Bosco. L’une des peintures les plus uniques de la galerie d’art est la peinture anonyme de la Renaissance The Teen Savior, qui, bien qu’elle soit actuellement attribuée à l’un de ses disciples, a traversé de nombreuses années pour être la seule peinture de Léonard de Vinci en Espagne.

Sa facette bibliophile se reflète dans des pièces notables de sa bibliothèque, comme l’incunable L´Antiquité Judaique de Flavio Josefo, datée entre 1460 et 1470, le Livre des Heures de Gian Giacomo Trivulzio, œuvre milanaise d’environ 1500, ou le Traité de la Peinture Sabia de Fray Juan Ricci, sans oublier l’un des joyaux bibliographiques qu’il a réunis: le livre de description de vrais portraits, d’hommes illustres et mémorables, manuscrit autographe de Francisco Pacheco, professeur et beau-père de Velázquez et l’un des les grands théoriciens espagnols du siècle XVI. Il convient de noter qu’à son excellente bibliothèque, il a ajouté environ un millier de livres de celui de son grand ami Antonio Cánovas del Castillo, qu’il a acquis après son meurtre en 1897, ainsi que son dossier.

Les collections de sculptures et d’autres arts décoratifs tels que les émaux, les ivoires, les orfèvres, les bronzes anciens et de la Renaissance, les bijoux, les armures, les meubles, la céramique et la verrerie sont également importantes.

Expert en art
José Lázaro a utilisé une nouvelle stratégie de promotion personnelle: le culte de la propriété artistique comme mythe aristocratique. Interpréter la collection comme une noble construction intellectuelle, établir des liens idéologiques entre le statut social et la collection de certains artefacts artistiques ou culturels, qui acquerront une valeur symbolique et serviront à accompagner certaines pratiques sociales.

Réguliers de Biarritz, Deauville et des établissements thermaux à la mode, où toute la famille a déménagé, les deux conjoints ont partagé la passion exquise de la collection, leur connaissance du marché international de l’art et leur goût pour les bijoux de valeur.

Leur importante fortune commune leur a permis de construire leur maison à Madrid dans le palais Palacio Florido, dans un style néo-Renaissance (en contraste flagrant avec le style moderniste que José a récemment rencontré à Barcelone). Ils l’ont décoré avec des matériaux nobles et sont devenus le siège de leurs collections d’objets précieux. Conçu en 1904 par l’architecte José Urioste Velada, ses plans ont été modifiés, selon les instructions laborieuses de Lázaro lui-même, par les architectes Joaquín Kramer et Francisco Borrás, qui ont suivi la direction des travaux jusqu’à leur conclusion en 1908. Les plafonds de la les pièces principales ont été peintes, à l’huile sur toile, par Eugenio Lucas Villaamil. Pour le visiteur, il avait l’attrait supplémentaire d’avoir une lumière électrique et un ascenseur (gadget inconnu à Madrid).

Les Lázaro ont ouvert leurs salles à l’écrasante et compétitive vie sociale madrilène, offrant des fêtes continues, voire bénéfiques, à la société opulente et désœuvrée de la Restauration monarchiste en décomposition. Les revues sociales de journaux tels que La Época, El Heraldo et ABC sont pleines de citations de ces Saragos dans lesquels l’art était admiré, mangé, bu du thé, du champagne et joué au bridge. Le même jour de son inauguration (29 mai 1908) a donné lieu à la visite de la tante du roi, Infanta Eulalia, accompagnée de leurs enfants et d’une nombreuse parade nuptiale pour admirer leurs antiquités.

Comme les papes et certains princes laïcs, la vie quotidienne du Lazare s’est pratiquement développée entre des objets précieux et des pièces uniques, dont la collection se justifiait non seulement par l’effet de leur valeur intrinsèque mais aussi par la relation que leurs propriétaires entretenaient avec eux. En 1913, sa collection de peintures s’est étendue à 466 œuvres. Sculptures, armes, médailles, livres, ivoires, miniatures, meubles, tapisseries, éventails et toutes sortes de beaux objets ont rejoint les peintures et les dessins. Il s’est entiché de l’épée du comte de Tendilla qu’il a vue dans une exposition. Ses propriétaires, de la maison de Sallent, ne voulaient pas le vendre en Espagne, donc en 1912, 120 000 pesetas devaient être payées à certains marchands de Munich.

Tout cela a formé une collection bizarre, chère et hétérogène – “dont l’abondance est nuisible à la jouissance” – comme quelqu’un l’a dit mais très conforme au goût pompier fleuri de l’époque. L’une des caractéristiques les plus caractéristiques de Lázaro Galdiano était son incontinence passionnée du pouvoir: posséder, chérir, même au-dessus de l’émotion esthétique. Comme l’a dit le marquis de Lozoya:

Il semble impossible que cela puisse être l’œuvre d’un seul homme, même si la Providence a été avec lui généreuse dans la longue vie, les goûts choisis et les vastes moyens de fortune.
—Marques de Lozoya

Chaque collectionneur doit être informé de l’objet de ses collections. Bien que Lazare ait une certaine réputation comme compris à l’étranger, en particulier aux États-Unis et en France, où il est élu président du XXIIIe Congrès international d’histoire de l’art à Paris (1921), son mérite intellectuel en tant qu’autorité dans l’art et les antiquités n’est pas pleinement atteint. reconnu parmi le personnel institutionnel, politique et universitaire espagnol. Le contrôle des matières du patrimoine historique et artistique était entre les mains de l’aristocratie oisive, du haut clergé et du propriétaire terrien déférent, détenteur des fermes et des monuments, qui n’étaient pas impressionnés et le considéraient comme un parvenuNouvel arrivant dans un monde qui leur appartenait par droit naturel.

Lazaro a été tenté par la politique. Aux élections législatives du député des tribunaux de mars 1914, il se présente pour Madrid (Chamberí) auprès des libéraux-romains de la coalition monarchique, sans obtenir de siège. Plus tard, il remplaça éphémèrement Manuel Ruiz Valarino comme député d’Orihuela (Alicante) en 1919. Entre 1912 et 1818, il fut un membre très actif du Conseil d’administration du Musée du Prado où il exerça une activité importante. En raison de désaccords avec certains de ses membres en raison de son incurie, il a cessé d’assister à ses réunions, a présenté sa démission et l’a quitté en 1920.

Protecteur d’art
Sa figure se démarque également parmi les chroniqueurs défendant le patrimoine artistique espagnol, concentrant son activité sur la récupération d’œuvres qui avaient quitté nos frontières et s’opposant fermement au pillage mercantiliste de l’art. Depuis 1924, il est membre de l’Athénée de Madrid (bien qu’il ne fasse pas partie des commissions d’art). Au lieu de cela, il n’appartenait pas à la société élitiste espagnole des amis de l’art, qui éditait un magazine trimestriel appelé Spanish Art Magazine. Toujours autosuffisant, entre 1925 et 1928, Lázaro publie seul pas moins de huit ouvrages d’érudition. Sans crédit universitaire, sa demande d’entrer à l’Académie royale des beaux-arts de San Fernando n’a pas été acceptée, le comte de Romanones, alors président de l’Académie, et président du Conseil des ministres a répondu:

Mais vous, Don José, pourquoi voulez-vous devenir universitaire?

La maison de MM. De Lázaro a atteint un profil unique de référence dans l’élégant Madrid, mais les soins familiaux de Paula Florido ont provoqué la fermeture définitive des salles et leur disparition des colonnes “banales” de la presse conservatrice. D’abord la mort de sa première petite-fille Laura et le divorce de son fils aîné en 1914, puis la mort en pleine jeunesse de son fils Rodolfo Gache, en 1916, alors qu’elle avait déjà montré des signes de ses passe-temps artistiques et littéraires instruits et enfin , la disparition précoce de sa sœur Manolita Barros Vazquez en 1919.

En 1929, Paula Florido de Lázaro a témoigné à Madrid en désignant son unique fils survivant Juan Francisco Ibarra 62 et son petit-fils Nestor de Ibarra Saubidet comme héritier universel. Son mari José a légué la maison Parque Florido avec tout son contenu:

Pour y résider avec la dignité, la liberté et le confort que vous avez eu pendant votre mariage heureux, en appréciant le nombre d’objets qui existent dans cette maison et la maison elle-même, tout ce qui correspond au testateur dans lesdits objets et œuvres d’art légués.

La collection
La Collection est l’union des trois collections que Lázaro a réunies pendant plus de soixante ans consacrées avec détermination et enthousiasme à la recherche d’œuvres artistiques pour former une Collection de collections de plus de 12600 pièces que le Musée conserve et expose depuis 1951.

La collection de Madrid
À elle appartiennent les œuvres acquises par Lázaro depuis sa jeunesse à Barcelone jusqu’en 1936, telles que les peintures, dessins et travaux graphiques de Goya, Murillo, Velázquez, El Greco ou El Bosco, la collection de primitifs espagnols et flamands, parmi lesquels le tableaux de Blasco de Grañén, le maître d’Ávila, Benson ou Isenbrandt, sans oublier la magnifique table lombarde du Sauveur adolescent, l’épée du second comte de Tendille ou la sculpture monumentale du Christ attaché à la colonne, du sculpteur florentin Michelangelo Naccherino .

La Collection Paris
Formé au cours de la décennie des années trente, bien que les achats se soient accentués à partir de 1936, année où Lázaro s’installe pour vivre dans la capitale française en alternance avec de longs séjours à Rome, il est fermé fin 1939. Il est composé de tableaux, de pièces de meubles, livres et objets artistiques dont l’ensemble de céramiques italiennes, quelques petits bronzes, médailles, armes à feu ou émaux. Parmi les peintures importantes acquises par Lázaro au cours de ces années, il y a le portrait d’une jeune femme attribué à Sofonisba Anguissola, le San Lorenzo de Bernardo Cavallino ou le portrait de Juan III du Portugal peint par Antonio Moro.

La collection de New York
Lázaro est arrivé à New York en décembre 1939 et y restera jusqu’à la mi-1944. Au cours de cette courte période, il a formé une collection de plus d’un millier d’œuvres, principalement des objets artistiques qu’il a déménagé à Madrid en janvier 1947. La Coupe lui appartient du cardinal Ippolito Aldobrandini ou de Madonna Cernazai qui était de la collection Hearst.

En résumé, dans la Collection Lázaro, des pièces importantes de l’histoire de la peinture et de la sculpture coexistent, avec des objets artistiques importants qui accentuent la variété des arts somptueux, des bijoux, des textiles, de l’argenterie, de l’archéologie, du mobilier, de la numismatique, des ivoires … l’un des Grandes valeurs de la collection.

Musée Lázaro Galdiano
Le musée Lázaro Galdiano, à Madrid (Espagne), est un musée d’État d’origine privée, qui abrite une vaste collection hétérogène, formée avec un intérêt encyclopédique pour tous les arts et techniques. Cet ensemble exceptionnel, composé de plus de 12 600 pièces, a été réuni par le collectionneur et éditeur José Lázaro Galdiano, qui, à sa mort en 1947, l’a légué à l’État espagnol avec sa résidence de Madrid, le siège de sa maison d’édition Modern Spain et un bibliothèque de 20 000 volumes

Au musée Lázaro Galdiano est exposée une grande partie de la collection privée de José Lázaro Galdiano léguée à l’État espagnol. La Fondation Lázaro Galdiano a été créée par le gouvernement en 1948. En plus d’administrer la direction du musée lui-même, la Fondation gère une importante bibliothèque, des archives, une salle d’étude contenant des gravures et des dessins et édite également le prestigieux magazine artistique «Goya».

La collection d’art comprend une excellente galerie de photos, qui est essentielle à l’histoire de l’art espagnol et au sein de laquelle l’œuvre de Francisco de Goya se démarque. D’importantes peintures européennes sont également incluses et complétées par des sculptures et des arts décoratifs, datant du 6ème siècle avant JC à la première moitié du 20ème siècle.

L’affichage conceptuel au rez-de-chaussée offre la clé pour comprendre la collection, ses origines et son importance dans l’histoire de l’art, et de plus, pour faire une promenade esthétique parmi ses pièces les plus attrayantes. Le premier étage est dédié à l’art espagnol, le deuxième étage aux écoles européennes. Au troisième étage, une galerie d’étude a été aménagée, contenant la majorité des pièces de la collection, composée de quelque 13 000 objets.