Collection d’art espagnol, Musée Lázaro Galdiano

L’art espagnol au premier étage, où une sélection d’œuvres d’art de notre pays (peintures, sculptures et arts somptueux) sont exposées dans un total de huit salles que le visiteur verra dans l’ordre chronologique. La visite a été organisée chronologiquement, pour observer l’évolution artistique.

Pour apprécier toute la valeur des œuvres réunies ici, nous devons prendre en compte la fierté que Lazaro Galdiano a produit l’art espagnol alors qu’il s’agit d’un autre exemple de la richesse culturelle du pays. Comme nous l’avons déjà mentionné tout au long de ce rapport, la collection d’œuvres hispaniques était pour lui un moyen de rechercher sa propre identité, ainsi qu’un outil pour éduquer les citoyens.

Les chambres qui ont été situées dans ce qui était autrefois les soi-disant salles d’appareils du palais. Sur le chemin de l’escalier, il y a des dégâts, le noble étage du palais, dont la décoration est restée telle qu’elle était à l’époque. En premier lieu, des pièces des XVe et XVIe siècles sont contemplées, distribuées dans la salle d’honneur, une bonne collection de tableaux de style gothique et Renaissance, mettant en valeur le “ Triptyque de la Nativité ”, du maître d’Avila.

À ne pas perdre dans la salle 11, habilitée dans la salle à manger de gala, l’une des œuvres les plus précieuses du musée, tout comme l’huile «Tête de fille» de Velázquez. Pour sa part, dans la salle de bal, qui est à double hauteur, des expositions temporaires sont organisées dans certains cas, vivant avec la collection de portraits espagnols des XVIIIe et XIXe siècles, parmi lesquels celui de Gerturdis Gómez de Avellaneda, écrivain qui a été immortalisé par Federico de Madrazo en 1857. Un autre point à parcourir est le cabinet dédié à Goya, à travers lequel José Lázaro Galdiano ressentait une faiblesse et une admiration particulières.

Chambre 7:
Art espagnol des XVe et XVIe siècles
À l’origine, la salle d’honneur du palais, qui se poursuivra dans la salle 8. Pour la décoration sculpturale, Lázaro Galdiano a fait confiance à Manuel Castaños, sous la supervision de Francisco Borrás; Quant au magnifique plafond, il s’agit d’une œuvre d’Eugenio Lucas Villamil, qui représentait une allégorie des “Quatre saisons”.

Ici, plusieurs tableaux gothiques et Renaissance de la seconde moitié du XVe siècle ont été rassemblés dans lesquels nous distinguerons diverses techniques et influences. Des œuvres très admirées de Don José, qui lui valent la critique de ses contemporains, qui les considèrent comme un art “barbare”. Cependant, ce mépris pour ces pièces signifiait que Lazare pouvait les acquérir à un très bon prix, pariant ainsi sur un style qui serait plus tard reconnu.

D’une part, nous avons plusieurs exemples de l’école aragonaise. Le Royaume d’Aragon, grâce aux contacts commerciaux et politiques et culturels qui ont eu à l’époque avec l’Italie et avec la cour papale d’Avignon, sera le lieu où le soi-disant gothique international s’est concentré plus profondément, dont les principales caractéristiques sont: représenter des visages idéalisés de saints; classer les chiffres en accordant plus d’importance à certains qu’aux autres; la création de scènes plates, sans profondeur, avec des fonds dorés; l’huile est utilisée de manière linéaire, comme s’il s’agissait de dessins; et la couleur dorée est utilisée pour mettre en valeur les contours du nimbus et des manteaux, ainsi que le ragoût tandis que les queues d’argent sont utilisées pour représenter les tissus.

De cette façon, de l’école aragonaise, nous pouvons voir des tableaux tels que la “Vierge de Mosén Esperandeu de Santa Fe”, l’œuvre de Blasco de Grañén de 1439; un “San Miguel Arcángel avec deux donateurs”, du cercle de Juan Rius et Domingo Ram; et une table de “San Sebastián”, ainsi qu’une autre de “San Miguel”, toutes deux de Juan de la Abadía “el Viejo”.

Cependant, dans le royaume de Castille, les techniques flamandes se sont installées, autant qu’Isabel “la Católica” aimait, représentant ainsi une tendance plus réaliste. Les visages des saints sont humanisés, laissant en plus d’appliquer la couleur dorée dans les fonds et ainsi commencer à utiliser la perspective pour représenter l’espace. De cette école castillane, nous avons une peinture de “San Jerónimo en el scriptorium” dans la salle, l’oeuvre du Maître du Parral; Un autre “Triptyque de la Naissance”, du Maître d’Avila, identifié à García del Barco, qui était, comme d’autres peintres, opposé à l’Internationale gothique, créant ainsi le style hispano-flamand, mérite également l’attention. et un tableau de la “Visitation de la Vierge à sa cousine Santa Isabel”, auteur anonyme.

Quant aux sculptures de la salle, elles datent également de la fin du XVe siècle, la plupart provenant de retables anciens, comme une sculpture “San Pedro” trônant dont l’auteur est inconnu.

Salle 8:
Art espagnol des XVe et XVIe siècles
Une continuation de la précédente, bien que les œuvres qu’elle sert servent de transition avant de passer au XVIIe siècle. Comme nous l’avons vu précédemment, au cours du XV coexistaient deux styles, le gothique international et le flamenco, prolongeant ce dernier jusque dans le XVI. Pendant ce temps, la Renaissance s’épanouit en Italie, ce qui appelle à la renaissance de l’antiquité classique. La Castille, comme nous l’avons déjà souligné, a opté pour les maîtres flamands, et l’Aragon et Valence étaient enclins aux Italiens. Cependant, au début du XVIe siècle, la peinture flamande commence à décliner, étendant le modèle artistique de l’Italie dans toute la péninsule, ainsi que dans le reste de l’Europe.

De cette façon, nous verrons ici quelques tableaux de cette période de transition dans laquelle les artistes ont commencé à inclure dans leurs œuvres techniques à la fois flamande et italienne; mais alors que les premiers reposaient sur la primauté du naturel, les émotions, les seconds le faisaient sur le scientifique, voyant dans l’image qu’ils représentaient tout un problème mathématique à résoudre. Ce mélange de styles peut être vu dans les peintures de Bartolomé de Castro, qui pourraient provenir des vêtements des années 1510, où les figures sont au premier plan et le paysage le laisse en arrière-plan.

Il y a également trois tables du Maître d’Astorga. Deux d’entre eux, qui proviennent de la chapelle du cimetière d’Astorga (León), ont des réminiscences italiennes et représentent la légende de l’apôtre Santiago; au lieu de cela, le troisième, la “Naissance du Christ à Saint-Domingue et San Lorenzo”, mélange les deux modèles: d’une part, les visages expressifs des personnages sont flamenco; d’autre part, son ordre, selon un schéma triangulaire, est une composition italienne.

La salle est complétée par une vitrine dans laquelle un ensemble d’orfèvrerie religieuse utilisé dans les cérémonies liturgiques est exposé. Enfin, la taille de la «Vierge à l’enfant» que l’on voit sur l’un des côtés de la salle est l’œuvre d’un disciple de l’atelier de Felipe Vigarny; au dos, la signature “Sedano”, peintre et polychromateur de retables qui a travaillé avec ce sculpteur apparaît.

Mais nous ne partirons pas d’ici sans avoir d’abord regardé le plafond, ce qui nous rappelle que cette pièce était autrefois la salle de musique du palais. Eugenio Lucas Villamil y représente les goûts musicaux de la famille Lazaro-Florido en peignant divers compositeurs de musique classique. Ainsi, Richard Wagner apparaît au premier plan accompagné d’autres artistes, tels que Verdi, Chopin, Rossini, Beethoven, Mozart ou Liszt.

Chambre 9:
L’image féminine aux XVIe et XVIIe siècles
Le thème des travaux dans cette pièce voisine est totalement différent des vues jusqu’à présent. C’est, qui a été installé dans ce qui était autrefois la salle du palais puisque, à l’origine, l’accès se faisait par l’entrée de la rue Claudio Coello; C’est pourquoi sa décoration, de style Renaissance, est si élaborée. Si nous levons les yeux, nous verrons l’hommage que Lucas Villamil a rendu au peintre Francisco de Goya, qui est représenté dans le coin inférieur droit; réalisée à l’huile sur toile en 1906, c’est la première commande que Lázaro Galdiano a faite à l’artiste.

Mais nous avons visité la pièce. On y voit de nombreux portraits de cour de certaines des femmes les plus importantes de l’aristocratie, comme la duchesse de Medinaceli, ou la fille de Felipe II, l’Infanta Catalina Micaela, duchesse de Savoie, deux œuvres d’auteur anonyme jusqu’à présent . Dans ces peintures, les représentés apparaissent portant leurs plus belles robes et bijoux, symbolisant tous le statut auquel ils appartiennent. Il met également en avant le “Portrait d’une jeune femme”, attribué à Sofonisba Anguissola, une artiste italienne qui, entre 1559 et 1573, s’est installée à Madrid en tant que peintre de Philippe II et demoiselle d’honneur d’Isabel de Valois.

Au centre de la salle, une vitrine nous montre une série de bustes qui servent de reliquaires et qui représentent différents saints, bien qu’ils apparaissent habillés selon la mode de l’époque.

Salle 10:
Art espagnol de l’âge d’or
Au cours des XVIe et XVIIe siècles, l’Espagne a connu son apogée grâce à son expansion politique et sa richesse, qui ont conduit à un renouveau des arts, en particulier la peinture et la littérature. Ainsi, cette période peut être vue représentée dans les œuvres accrochées aux murs de cette salle, magnifiques peintures de grands peintres du moment.

L’un d’eux, sans aller plus loin, est celui qui montre “San Francisco de Asís”, l’œuvre de Domenico Theotocopuli “El Greco” entre 1577 et 1579. Au-dessus se trouve le “Noli me tangere”, un tableau peint entre 1609 et 1612 par son fils, Jorge Manuel Theotocopuli, qui faisait autrefois partie du retable de Titulcia (Madrid). Attribuée à José de Ribera, nous avons l’œuvre de “San Bartolomé”, réalisée vers 1635, et d’Alonso del Arco, également appelée avec le surnom de Sordillo de Pereda, la toile de “l’Annonciation”. José Antolinez a signé en 1666 l ‘”Immaculée” que nous voyons, tandis que la belle image de “, vers 1670, est du grand Bartolomé Esteban Murillo, un tableau que Lázaro Galdiano a obtenu à Londres en 1934.

Le reste de la pièce est complété par divers meubles de l’époque, comme une table du XVIIe siècle en bois de noyer, de chêne et de châtaignier avec des incrustations en os, et avec quelques sculptures polychromes des écoles castillanes et sévillanes, telles que la “Enfant de la passion”, encadré dans ce dernier.

La salle est installée dans l’ancien Cabinet de la Comédie, où l’on peut désormais imaginer les rassemblements que Don José aurait alors avec ses invités. Si nous levons les yeux une fois de plus, nous verrons que Lucas Villamil a choisi à cette occasion un thème très approprié à l’ensemble des œuvres qui sont exposées ici aujourd’hui, car, au premier plan, nous avons représenté le Phoenix of the Wits, Lope de Vega , représentant maximum de l’âge d’or des lettres espagnoles, entouré d’autres poètes, romanciers et dramaturges de différentes époques, exprimant ainsi le goût de Lázaro Galdiano.

Chambre 11:
Art espagnol de l’âge d’or
Complémentaire de la chambre précédente. Œuvres espagnoles réalisées par des artistes étrangers qui ont grandement influencé le travail des peintres espagnols. Au XVIIe siècle, la peinture espagnole se tourne vers le réalisme, s’approchant et s’approchant des idées sociales et religieuses de l’époque. Au milieu du siècle, les écoles vénitiennes et flamandes commenceront à influencer les peintres espagnols, comme en témoignent les travaux réalisés dans la seconde moitié du XVIIe siècle.

L’un des plus importants que nous pouvons observer ici est le tableau “Tête de femme”, attribué à Diego Velázquez et qui, en principe, semble avoir été fait pour être conservé dans l’atelier comme étude. De l’artiste asturien Juan Carreño de Miranda sont deux portraits exposés. Le premier d’entre eux est l’image d’un chevalier de l’Ordre de Santiago. La seconde représente une dame qui était peut-être Inés de Zúñiga, Condesa de Monterrey, belle-fille du comte-duque de Olivares et sœur de la menina Isabel de Velasco; l’identification serait basée sur le fait qu’Inés de Zúñiga avait un bijou curieux sous la forme d’un pistolet, le même bijou que celui de la femme dans le tableau. Également de Carreño sont les portraits de “Fernando de Valenzuela”, Marqués de Villasierra, et d’un jeune homme “Carlos II”.

En outre, dans la salle, nous pouvons voir des natures mortes de taille 19 et une bonne peinture de thèmes religieux. Parmi ceux-ci, se détachent la “Visitation”, une œuvre d’Antonio de Pereda vers 1645, et “Les fiançailles mystiques de Santa Catalina”, de Francisco de Solís. La soi-disant école de Madrid sont les peintures de “San Agustín” et “Santa Catalina”, toutes deux de Francisco Rizi, et l’impressionnante “Immaculée” de Claudio Coello.

Enfin, la salle dispose d’une vitrine centrale qui abrite un échantillon d’objets réalisés en argent par certains des meilleurs orfèvres espagnols de l’époque.

La forme allongée de cette pièce nous donne déjà une idée de ce qu’elle était à l’origine: l’ancienne salle à manger Gala de la maison palatiale. Sur le toit, Eugenio Lucas Villamil représentait plusieurs dieux classiques, tels que Bacchus, Ceres, Diana et Neptune, se référant ainsi au thème de la nourriture: vin, agriculture, chasse et eau, respectivement.

Chambre 12:
Portraits espagnols des XVIIIe et XIXe siècles
Situé au centre de cet étage, sous l’impressionnante fenêtre qui couvre cette salle qui était autrefois la salle de bal du palais. Au bas de la galerie corrida, où les musiciens étaient placés, nous verrons les peintures de Lucas Villamil, qui, à cette occasion, a choisi des amoureux pour la décoration en jouant de différents instruments et en dansant parmi les fleurs, tandis que les coins ont été complétés avec allégorique représentations des saisons.

Ici, comme son nom l’indique, une sélection de portraits peints entre le XVIIIe et le XIXe siècle est exposée. En eux, vous pouvez voir l’évolution des techniques jusqu’à atteindre le néoclassicisme français, qui peut être vu dans le portrait de “Manuela González Velázquez jouant du piano”, l’œuvre de Zacarías González Velázquez. Il y a aussi des exemples du romantisme qui vient de s’éveiller, comme la peinture de la “Dame de Carsi”, dans laquelle Bernardo López représente l’image de Magdalena de la Herranz, épouse du sénateur Jaime Carsi Azcárraga et élève du propre dessin de l’artiste. Vicente López Portaña, père du premier, est, entre autres, le portrait de “Infanta Luisa Carlota de Borbón” (vers 1819) et deux croquis pour les travaux finaux: “Ferdinand VII, avec l’habit de la Toison d’or” (environ 1830-1831) et “Ferdinand VII, avec l’habit de l’Ordre de Charles III” (vers 1808).

Mais sans aucun doute, l’une des plus belles œuvres est le portrait bien connu de l’écrivain du 19ème siècle “Gertrudis Gómez de Avelleneda”, peint par le grand artiste Federico de Madrazo en 1857. Ensuite, nous pouvons voir une photo de son frère Luis de Madrazo, “La marquesita Roncali”, 1855 portrait de Cristina de Roncali y Gaviria à sept ans.

Un bon nombre de meubles espagnols des XVIIIe et XIXe siècles complètent la pièce.

Chambre 13:
Goya et ses contemporains
Une série d’œuvres dont l’artiste préféré de Lázaro Galdiano, Francisco de Goya y Lucientes. D’une part, nous avons “Madeleine pénitente”, proche des fresques que l’on peut admirer à l’intérieur de l’Ermitage de San Antonio de la Florida et dont l’origine a été identifiée dans la collection Francisco Casado de Torres, gendre par Sebastián Martínez, ami de Goya.

Il y a le portrait du prêtre et historien augustin “José de La Canal”, devenu directeur de l’Académie royale d’histoire. Ces peintures ont été reconnues comme des œuvres du peintre aragonais, bien qu’il y ait encore deux autres qui n’ont pas un verdict final des experts: “Scène de discipline” et “Mariage inégal”, tous deux acquis par Lázaro Galdiano comme des œuvres authentiques de Goya

Dans la salle, on peut également contempler «l’Enterrement du Christ» qui décorait autrefois le plafond de la chapelle du Palais de Sobradiel, à Saragosse; peint à l’huile entre 1771 et 1772 imitant une œuvre de l’artiste français Simon Vouet, vers 1920 il a été arraché de son emplacement et passé à une toile; sa restauration a été financée par l’État de Louisiane et le Musée des beaux-arts d’Alexandrie. Les peintures de “San Hermenegildo dans la prison” et “Santa Isabel de Portugal guérissant les plaies d’une femme malade” qui sont exposées ici sont des croquis de deux œuvres disparues pendant la guerre d’indépendance (1808-1814) de l’église de San Fernando de Torrero, à Saragosse,

Nous continuons à travers la salle et voyons “El Aquelarre” et “El Conjuro”, également appelé ce dernier comme “Las Brujas”, deux œuvres parmi les plus connues du peintre et appartenant à la collection d’art des ducs d’Osuna comme le tableau qui se dresse entre eux, “L’ère”, ou “El verano”, le premier croquis pour le carton définitif trouvé au Musée du Prado.

En plus de ces œuvres de Goya, et comme le nom de cette salle le lit, nous trouverons ici quelques portraits réalisés par d’autres artistes contemporains aragonais.

Celui de “Vicente de Osorio Moscoso Fernández de Córdoba, comte d’Altamira et Marqués de Astorga”, attribué jusqu’à récemment à Antón Rápale Mengs et, pour un temps à cette partie, à Luis Meléndez. Agustín Esteve et Marqués sont les portraits de “Doña María de la O Piscatori, Marquesa de San Andrés”, “María Francisca de Asís Vera de Aragón, Condesa de Sástago”, “María Guillermina de Baquedano y Quiñones, Duquesa de Veragua” et du croquis de “Fernando VII”, dont l’œuvre définitive se trouve au Musée des Beaux-Arts de Séville.

Pour sa part, Juan Gálvez a signé la petite toile qui montre “Agustina de Aragón”. “La Tienda de Geniani”, de Luis Paret y Alcázar, a été peinte pour Infante Don Luis, son protecteur; Des années plus tard, en 1922, il a été acheté par Lázaro Galdiano à Paris.

Enfin, au centre de la salle a été placée la soi-disant “Mesa de Godoy”, un cadeau fait par les régions espagnoles à celle dite Prince de la Paix.

Ce séjour a été baptisé par Don José Lázaro comme salle gothique et a rempli les fonctions d’une salle pour les visiteurs qui ont accédé au palais par la rue Serrano. Eugenio Lucas Villamil a peint sur ce plafond “The Assembled Arts”, représentant ainsi les hobbies du collectionneur.

Chambre 14:
Art espagnol du XIXe siècle
Un certain nombre d’œuvres de cette période ont été recueillies par Lázaro Galdiano, en particulier de la première moitié du siècle. Nous pouvons voir ici comment le ton académique a persisté pendant cette période, basé sur les techniques dictées par les académies et écoles des beaux-arts, qui devaient remplacer les ateliers de peinture et de sculpture où, jusqu’alors, les artistes étaient formés. Dans le même temps, nous verrons qu’en Espagne, comme dans le reste de l’Europe, un mouvement romantique de techniques plus libres et plus expressives a émergé qui a essayé de refléter la réalité du monde populaire, celui avec lequel il était identifié, un héritage de Goya qu’ils ont pris en charge la capture de leurs partisans.

Ainsi, nous avons ici des œuvres telles que la scène traditionnelle de “La soupe boba”, du peintre madrilène Leonardo Alenza, auteur des deux frises qui faisaient partie de la décoration intérieure du Café de Levante, à Madrid, et qui ont fait un sertie du musée du romantisme et du musée du Prado.

Attribué à Juan Antonio Ribera, il y a un portrait du sculpteur “Antonio Solá”, qui apparaît ici représenté à côté de la statue de Miguel de Cervantes qu’il fera lui-même et que l’on peut voir aujourd’hui sur la Plaza de las Cortes. Un “Autoportrait” d’Antonio María Esquivel et un “Portrait de fille” Valeriano Domínguez Bécquer sont des exemples évidents de l’école romantique andalouse. Ricardo Balaca a peint en 1875 le portrait de “Teresa Vergara”, sa femme, et d’Emilio Sala celui de l’écrivain et critique d’art “Luis Alfonso”, dont les rassemblements à Barcelone Lazaro ont assisté dans sa jeunesse.

Jenaro Pérez Villaamil, un grand artiste du paysage romantique, expose “Torreón en ruins” avec une autre peinture du même thème, peinte dans ce cas par Eugenio Lucas; les deux sont un échantillon des «tests» de vitesse et d’habileté que ces deux peintres avaient l’habitude de faire, choisissant pour lui un thème que les deux devaient représenter en même temps en imitant le style de l’opposé; de cette façon, sur le dos du tableau de Pérez Villaamil, on peut lire “Villaamil à Lucas / 11 octobre 1853 / en une demi-heure donnée / à un ami et à l’art”. Le couple “Maures à la poudre à canon” et “Maures à Tétouan” Ils sont de Francisco Lameyer.

Le plaisir de Lázaro Galdiano pour les œuvres d’Eugenio Lucas Velázquez dont nous avons déjà parlé au début de ce rapport lui a fait acquérir un bon nombre d’œuvres de cet artiste qui a si bien suivi le sillage laissé par Goya, ainsi que son fils, Eugenio Lucas Villamil.

Ce sera ce dernier, comme nous l’avons vu dans le reste des dépendances de cette plante, qui est responsable de la décoration picturale du plafond de cette salle qui, à l’origine, a été choisi par Don José pour installer son bureau-bibliothèque. Lucas Villamil a peint dans ce cas une “Exaltation de la sagesse et des lettres espagnoles”, pour laquelle il s’est inspiré de “L’ère de la Réforme”, une fresque de Wilhelm von Kaulbach qui décorait les marches du Neues Museum de Berlin jusqu’à ce que, malheureusement, il a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

Deux vitrines au centre de la salle présentent plusieurs morceaux de verre de Bohême, ou la fabrique royale de La Granja, ainsi que des céramiques Alcora.

Musée Lázaro Galdiano
Le musée Lázaro Galdiano, à Madrid (Espagne), est un musée d’État d’origine privée, qui abrite une vaste collection hétérogène, formée avec un intérêt encyclopédique pour tous les arts et techniques. Cet ensemble exceptionnel, composé de plus de 12 600 pièces, a été réuni par le collectionneur et éditeur José Lázaro Galdiano, qui, à sa mort en 1947, l’a légué à l’État espagnol avec sa résidence de Madrid, le siège de sa maison d’édition Modern Spain et un bibliothèque de 20 000 volumes

Au musée Lázaro Galdiano est exposée une grande partie de la collection privée de José Lázaro Galdiano léguée à l’État espagnol. La Fondation Lázaro Galdiano a été créée par le gouvernement en 1948. En plus d’administrer la direction du musée lui-même, la Fondation gère une importante bibliothèque, des archives, une salle d’étude contenant des gravures et des dessins et édite également le prestigieux magazine artistique «Goya».

La collection d’art comprend une excellente galerie de photos, qui est essentielle à l’histoire de l’art espagnol et au sein de laquelle l’œuvre de Francisco de Goya se démarque. D’importantes peintures européennes sont également incluses et complétées par des sculptures et des arts décoratifs, datant du 6ème siècle avant JC à la première moitié du 20ème siècle.

L’affichage conceptuel au rez-de-chaussée offre la clé pour comprendre la collection, ses origines et son importance dans l’histoire de l’art, et de plus, pour faire une promenade esthétique parmi ses pièces les plus attrayantes. Le premier étage est dédié à l’art espagnol, le deuxième étage aux écoles européennes. Au troisième étage, une galerie d’étude a été aménagée, contenant la majorité des pièces de la collection, composée de quelque 13 000 objets.