Style de restauration français

Le style de la restauration française était principalement le néoclassicisme, mais il a également montré les débuts du romantisme dans la musique et la littérature. Le terme décrit les arts, l’architecture et les arts décoratifs de la période de la restauration des Bourbons (1814-1830), sous le règne de Louis XVIII et Charles X, de la chute de Napoléon à la Révolution de Juillet 1830 et au début du règne de Louis. -Philippe.

Architecture et design

Bâtiments publics et monuments
Pour commémorer la mémoire de Louis XVI et Marie-Antoinette et expier le crime de leur exécution, le roi Louis XVIII a construit la Chapelle expiatoire de Pierre-François-Léonard Fontaine sur le site du petit cimetière de la Madeleine, où leurs restes (aujourd’hui dans la basilique de Saint-Denis) avaient été enterrés à la hâte après leur exécution. Il a été achevé et dédié en 1826.

Le gouvernement royal a restauré les symboles de l’ancien régime, mais a continué la construction de la plupart des monuments et des projets urbains commencés par Napoléon. L’église de La Madeleine, commencée sous Louis XVI, avait été transformée par Napoléon en Temple de la Gloire (1807). Il a été maintenant retourné à son but original, comme l’église royale de La Madeleine. Tous les bâtiments publics et les églises de la Restauration ont été construits dans un style implacablement néoclassique. Le travail reprit lentement sur l’Arc de Triomphe inachevé commencé par Napoléon. À la fin du règne de Louis XVIII, le gouvernement décida de le transformer d’un monument aux victoires de Napoléon en un monument célébrant la victoire du duc d’Angôuleme sur les révolutionnaires espagnols qui avaient renversé leur roi bourbon. Une nouvelle inscription était prévue: “A l’armée des Pyrénées” mais l’inscription n’avait pas été gravée et l’œuvre n’était toujours pas terminée lorsque le régime fut renversé en 1830.

Le canal Saint-Martin fut achevé en 1822 et le bâtiment de la Bourse de Paris, conçu et commencé par Alexandre-Théodore Brongniart de 1808 à 1813, fut modifié et complété par Éloi Labarre en 1826. Nouveaux dépôts de céréales près de l’Arsenal, de nouveaux abattoirs et de nouveaux marchés ont été achevés. Trois nouveaux ponts suspendus ont été construits sur la Seine; le Pont d’Archeveché, le Pont des Invalides et la passerelle de la Grève. Tous les trois ont été reconstruits plus tard dans le siècle.

Architecture religieuse
Plusieurs nouvelles églises ont été commencées pendant la Restauration pour remplacer celles détruites pendant la Révolution. Une bataille eut lieu entre des architectes qui voulaient un style néogothique, inspiré de Notre-Dame, ou le style néoclassique, inspiré des basiliques de la Rome antique. La bataille fut remportée par une majorité de néo-classiques de la Commission des Bâtiments Publics, qui domina jusqu’en 1850. Jean Chalgrin avait conçu Saint-Philippe de Rôle avant la Révolution dans un style néoclassique; il fut achevé (1823-1830) par Étienne-Hippolyte Godde. Godde acheva également le projet de Chalgrin pour Saint-Pierre-du-Gros-Caillou (1822-1829) et construisit les basiliques néoclassiques de Notre-Dame-du-Bon (Nouvelle-Calédonie) (1823-1830) et Saint-Denys-du-Saint-Laurent. Sacrament (1826-1835) Parmi les autres architectes néoclassiques remarquables de la Restauration, on peut citer Louis-Hippolyte Lebas, bâtisseur de Notre-Dame-de-Lorette (1823-1836) (1823-1836) et Jacques-Ignace Hittorff, bâtisseur Église de Saint-Vincent-de-Paul (1824-1844) Hittorff poursuit une brillante carrière sous les règnes de Louis Philippe et de Napoléon III, dessine le nouveau plan de la place de la Concorde et construit la Gare du Gare du Nord (1861-1866).

Architecture commerciale – la galerie commerciale
Une nouvelle forme d’architecture commerciale est apparue à la fin du XVIIIe siècle; le passage, ou galerie marchande, une rangée de boutiques le long d’une rue étroite couverte d’une verrière. Elles ont été rendues possibles grâce aux technologies améliorées du verre et de la fonte, et étaient populaires car peu de rues de Paris avaient des trottoirs et les piétons devaient rivaliser avec les wagons, les charrettes, les animaux et les foules de personnes. La première galerie commerciale intérieure de Paris avait ouvert ses portes au Palais-Royal en 1786; Des rangées de boutiques, ainsi que des cafés et les premiers restaurants, étaient situés sous l’arcade autour du jardin. Il a été suivi par le passage Feydau en 1790-91, le passage du Caire en 1799, et le passage des Panoramas en 1800. En 1834, l’architecte Pierre-François-Léonard Fontaine a poussé l’idée un peu plus loin, couvrant une cour entière de la Palais-Royal, la Galerie d’Orléans, avec un puits de lumière en verre. La galerie est restée couverte jusqu’en 1935. Elle était l’ancêtre des lucarnes en verre des grands magasins parisiens de la fin du XIXe siècle.

Architecture résidentielle
Pendant la restauration, et en particulier après le couronnement du roi Charles X en 1824. De nouveaux quartiers résidentiels ont été construits sur la rive droite à Paris, alors que la ville se développait au nord et à l’ouest. Entre 1824 et 1826, une période de prospérité économique, les quartiers de Saint-Vincent-de-Paul, d’Europe, de Beaugrenelle et de Passy sont tous aménagés et la construction commence. La largeur des lots est devenue plus grande; de six à huit mètres de large pour une seule maison à entre douze et vingt mètres pour un immeuble résidentiel. Le nouveau bâtiment résidentiel typique était de quatre à cinq étages, avec un toit en pente de quarante-cinq degrés, brisé par cinq à sept fenêtres. La décoration était largement adaptée de celle de la rue de Rivoli; ordres horizontaux plutôt que verticaux et décoration plus simple. Les fenêtres étaient plus grandes et occupaient une plus grande partie des façades. La décoration était assurée par des volets en fer ornemental puis par des balcons en fer forgé. Les variantes de ce modèle étaient la norme sur les boulevards de Paris jusqu’au Second Empire.

L’hôtel particulier, ou grande maison privée de la Restauration, était généralement construit dans un style néoclassique, basé sur l’architecture grecque ou le style de Palladio, en particulier dans les nouveaux quartiers résidentiels de la Nouvelle Athènes et le Square d’Orléans sur la rue Taibout. arrondissement), une place résidentielle privée (1829-35) dans le style néoclassique anglais conçu par Edward Cresy. Les résidents de la place comprenaient George Sand et Frédéric Chopin. Certaines des maisons des nouveaux quartiers du VIIIe arrondissement, en particulier le quartier de François Ier, commencées en 1822, ont été réalisées dans un style plus pittoresque, une combinaison du style Renaissance et classique, appelé le style Troubadour. Cela a marqué le début du mouvement d’un néoclassicisme uniforme vers une architecture résidentielle éclectique.

Design d’intérieur et mobilier
Le style décoratif de la Restauration française emprunte à la fois à la géométrie de l’époque néoclassique et à la surcharge de la décoration de style Louis XIV, à la couleur de la Renaissance. L’un des meilleurs exemples est le musée Charles X au Louvre, une suite de pièces créées pour, entre autres, le Salon des artistes qui s’y tient chaque année. Les plafonds étaient divisés en compartiments remplis de peintures et richement décorés de corniches, de colonnes et de pilastres. Le néo-gothique a également commencé à apparaître dans la décoration intérieure au cours de la 1820, en particulier dans la conception de galeries et de salons avec des arcs et des fenêtres cintrées et des rosaces, inspirées de celles des cathédrales gothiques. Une autre caractéristique de la restauration française était la polychromie, l’utilisation de couleurs vives dans les décorations, soit avec de la pierre de couleur, du verre ou des peintures. Les plafonds étaient particulièrement somptueux, avec des hémicycles, des coupoles, des pendentifs et des voûtes, souvent remplis de peintures décoratives.

Un autre bon exemple du style de la restauration française est l’intérieur de la Chapelle Expiatoire. Tandis que la disposition du bâtiment et de l’architecture est sobre et parfaitement néoclassique gréco-romain, l’intérieur du dôme est orné de rosaces, et il y a une abondance de décoration sculptée en haut relief dans les bandes sous les corniches et entre les colonnes soutenant le dôme , y compris les croix maltaises stylisées, la fleur de lys et les roses. Le sol a également une décoration polychrome élaborée en pierre avec les mêmes motifs.

Avec la chute de Napoléon, les aristocrates qui avaient fui la France pendant la Révolution commencèrent à revenir; ils ont trouvé que leurs meubles avaient été en grande partie confisqués et vendus pendant la Révolution, et ils avaient peu d’argent pour acheter de nouveaux meubles somptueux. Le nouveau roi, Louis XVIII, a aimé le style Empire, de sorte que le style est resté en place, avec des lignes légèrement arrondies, et l’enlèvement des symboles et ornements napoléoniens, Après le décès de Louis XVIII en 1824, le nouveau roi Charles X, attribua une indemnité aux aristocrates dont les biens avaient été confisqués pendant la Révolution, et l’industrie du meuble de luxe commença à renaître. L’intérêt commença à se développer dans les styles plus anciens, notamment gothiques et Renaissance, surtout après la création d’un musée des monuments français pendant la Révolution, mais le mouvement de renouveau gothique ne devint réellement fort qu’après la publication en 1831 du Hunchback of Notre-Dame par Victor Hugo (1831).

L’ornement du bronze doré devenait plus rare; la plupart des ornements étaient incrustés de marqueterie, soit du bois clair dans l’obscurité, soit du bois sombre dans la lumière; souvent sous la forme de dessins floraux très élaborés, sous l’influence de la duchesse de Berry. Sous Charles X, la chaise à la Cathédrale ou à la Cathédrale devint populaire, avec un dos ressemblant à la forme d’un vitrail gothique. La rose gothique est également devenue une décoration populaire sur les meubles, avec des palmettes stylisées et d’autres motifs floraux. Le confort était une autre considération dans la conception de nouvelles chaises. Le fauteuil Voltaire, à pattes avant incurvées au sabre, à haut dossier rembourré et à accoudoirs rembourrés, est devenu populaire. Il tire son nom d’une illustration populaire du portrait de Voltaire, réalisé vers 1820, qui le montre assis dans un fauteuil semblable.

La peinture
La restauration a vu le début de la longue bataille entre le néoclassicisme et le romantisme dans la peinture et d’autres domaines de l’art. Jacques-Louis David, le peintre néoclassique dominant sous le règne de Napoléon, s’exile en Belgique; cependant, d’autres étudiants éminents de David sont restés à Paris, et ont continué le style, changeant simplement le sujet. Ils comprenaient François Gérard, qui a peint le couronnement du roi Charles X en 1827, suivant à peu près exactement la composition utilisée par David dans sa peinture du couronnement de l’empereur Napoléon. Antoine-Jean Gros (1771-1835) et Jean August Dominique Ingres (1780-1867), qui a peint son fameux Grand Odalisque l’année où Napoléon s’est exilé, sont d’autres anciens élèves de David.

La nouvelle génération de néoclassicistes, dirigée par Ingres et Gérard, a largement ignoré l’idée d’un classicisme basé sur les valeurs romaines et grecques, et s’est plutôt concentrée sur la perfection de la représentation du corps humain par ses lignes, sa composition et sa couleur. Lors de la restauration, Ingres fut chargé de peindre une fresque pour le plafond de la Salle Clarac du Louvre, appelée Apothéose de Homer. Achevé en 1827, il réunit tous les célèbres artistes de l’histoire, assistant au couronnement d’Homère par un ange. Ingres a également surpassé tous ses contemporains de l’époque en tant que portraitiste. En 1819, Ingres peint Roger sauvant Angélique, inspirée par Saint Georges qui tue un dragon, dans un décor presque surréaliste. Le style d’Ingres préfigure le drame de Gustave Moreau. D’autres peintres qui suivent souvent la version plus délicate et sensuelle du néoclassicisme sont Pierre-Paul Prud’hon (1758-1821) et la portraitiste Élisabeth Vigée-Lebrun.

Une approche totalement différente de la peinture a été prise par Jean Louis Théodore Géricault avec son tableau Le Radeau de la Méduse (1818-1819), dépeignant l’histoire vraie des survivants d’un naufrage, rassemblés sur un radeau, faisant appel à l’aide à un lointain navire. Géricault avait méticuleusement étudié l’anatomie pour rendre les cadavres sur le radeau plus réalistes. La peinture a été amèrement attaquée par beaucoup de critiques et défendue par beaucoup d’autres, en incluant le poète Baudelaire et le peintre Horace Vernet. Gericault revient sur le thème en 1821-1824, avec «The Tempest» ou «Le naufrage», une peinture d’un cadavre échoué sur la plage pendant la tempête. (1821-24), illustrant graphiquement à nouveau comment les humains étaient impuissants contre la nature. En 1822-1823, Gericault peint La Folle, portrait d’une folle dans un asile de Paris avec un regard lointain et désespéré. Son école de peinture est devenue connue un “romantisme théâtral”.

Eugène Delacroix était un autre peintre majeur du «romantisme théâtral» qui a émergé pendant la Restauration. En tant que jeune peintre, il a été particulièrement impressionné par les œuvres de Rubens au Louvre, par les dessins de Goya et les peintures de Constable. Après avoir voyagé en Angleterre, où il a rencontré Constable, il est retourné à Paris et est devenu ami avec Stendhal, Balzac et Victor Hugo. Au Salon de Paris de 1827, il a montré neuf peintures. L’année suivante, il a présenté La Mort de Sardanapale. À l’automne 1830, peu après la Révolution de Juillet, qui renversa le roi Charles X, il peignit Liberty Leading the People, présenté au Salon de 1831, et devint l’une des icônes de l’art français.

Sculpture
Le sculpteur français le plus important de la Restauration était François-Joseph Bosio (1768-1845). Né à Monaco, il a reçu une bourse du Prince de Monaco pour étudier à Paris, sous la direction d’Augustin Pajou. Pendant l’Empire de Napoléon, il sculpta quelques-unes des plaques sur la colonne de la place Vendôme et fit de nombreux portraits de bustes de la famille de l’Empereur. Pendant la restauration, il est devenu le sculpteur royal du roi, et a fait des bustes de portrait et des sculpteurs dans le style classique-romantique. Il fit la statue centrale Louis XVI pour la chapelle expiatoire, appelée Apothéose de Louis XVI ou Louis XVI appelée à l’immortalité, soutenue par un ange. En 1828, il réalise une nouvelle œuvre de sculpture pour le sommet de l’Arc de Triomphe du Carrousel au Louvre. Une sculpture de chars et de chevaux, prise par Napoléon de la basilique Saint-Marc de Venise, avait été initialement placée au sommet de l’arche, mais elle avait été retournée à Venise après la chute de Napoléon. Les Bourbons ont chargé Bosio de faire un nouveau travail, la paix guidant un char, pour commémorer la restauration de Bourbon. Bosio a également été chargé de remplacer la statue équestre de Louis XIV qui avait été la pièce maîtresse de la Place des Victoires, qui avait été détruite pendant la Révolution. Sa nouvelle version, douze mètres de haut, a été installée en 1828.

Un autre notable sculpteur français de l’époque était Pierre Jean David 1788-1856), qui se faisait appeler David d’Angers, pour se distinguer de son maître, Jacques Louis David. Il travaille dans l’atelier de Jacques Louis David à partir de 1809. Puis, entre 1811 et 1816, il étudie à l’Académie de France à Rome, où il se familiarise avec les œuvres de Canova, le grand maître italien du romantisme. Cependant, il a tourné son propre travail vers le classicisme, illustrant les vertus patriotiques et morales. Il a fait des bustes ou des statues de nombreux hommes d’état notables, y compris le marquis de Lafayette, Thomas Jefferson et Goethe. En 1830, il commence à travailler sur son œuvre la plus connue, la frise sur l’entrée du Panthéon, intitulée Le Pays reconnaît ses grands hommes, qu’il complète en 1837.

François Rude (1784-1847) fut un autre sculpteur remarquable qui commença sa carrière à la Restauration. Il s’installa à Paris de Dijon en 1805 pour étudier avec Pierre Cartellier. En 1811, il a remporté le Prix de Rome, mais il était un bonapartiste confirmé, et après la chute de Napoléon, il s’est exilé à Beligium, où il a eu du succès en tant que portraitiste. Il ne revient qu’en 1827. Entre 1833 et 1836, il réalise les célèbres sculptures, appelées Les Marseillaises, qui décorent l’Arc de Triomphe.

Littérature et théâtre
La restauration des Bourbons a vu la montée du romantisme à la place du mouvement dominant dans la littérature française. François-René de Chateaubriand, essayiste et diplomate, fut le premier romantique. Il a commencé la Restauration en tant que défenseur engagé de la foi catholique et royaliste, mais a progressivement évolué dans l’opposition libérale et est devenu un fervent partisan de la liberté d’expression. D’autres écrivains romantiques éminents de l’époque comprenaient le poète et homme politique Alphonse de Lamartine, Gérard de Nerval, Alfred de Musset, Théophile Gautier et Prosper Merimée.

En dépit des limites de la liberté de la presse, les éditeurs de Paris ont publié les premières œuvres de certains des écrivains français les plus célèbres. Honoré de Balzac s’installe à Paris en 1814, étudie à l’Université de Paris, écrit sa première pièce en 1820 et publie son premier roman, Les Chouans, en 1829. Alexander Dumas s’installe à Paris en 1822, et trouve un poste de travail pour le futur roi, Louis-Philippe, au Palais-Royal. En 1829, à l’âge de 27 ans, il publie sa première pièce, Henri III et ses Tribunaux. Stendhal, pionnier du réalisme littéraire, publie son premier roman, le Rouge et le Noir, en 1830.

Le jeune Victor Hugo a déclaré qu’il voulait être “Chateaubriand ou rien”. Son premier recueil de poèmes, publié en 1822 à l’âge de vingt ans, lui vaut un prix royal de Louis XVIII. Son deuxième recueil de poèmes en 1826 l’établit comme l’un des plus grands poètes de France. Il a écrit ses premières pièces, Cromwell et Hernani en 1827 et 1830, et son premier court roman, Les derniers jours d’un homme condamné, en 1829. La première de la pièce ultra-romantique Hernani a provoqué une émeute dans le public, la veille de la chute de la monarchie des Bourbons,

La musique
La restauration de la monarchie avec le couronnement de Louis XVIII met fin à l’époque des gigantesques célébrations en plein air avec la musique patriotique de la Révolution et l’Empire de Napoléon. Au lieu de cela, la musique retourna dans les salons de la vieille aristocratie, revenue d’exil, et la nouvelle aristocratie créée sous Napoléon Bonaparte. Le Conservatoire de Musique de Paris fut rebaptisé Ecole Royale de Musique et le Roi chargea l’Italien Luigi Cherubini, nouvellement nommé directeur musical de la chapelle du Palais des Tuileries, d’écrire une messe de requiem pour Louis XVI, ainsi qu’un couronnement. masse pour lui-même. Le compositeur Gaspare Spontini a été nommé directeur de la musique royale. Une institution royale de musique religieuse fut également créée en 1825, pour exécuter les premiers chefs-d’œuvre de la musique religieuse française de Clément Janequin et de Giovanni Pierluigi da Palestrina, qui avait été interdite pendant la Révolution et ignorée sous Napoléon Ier.
Les compositeurs les plus performants de la période sont l’œuvre de compositeurs de la période pré-révolutionnaire, Gluck, Sacchini et Spontini, mais de nouveaux compositeurs apparaissent bientôt, dont Carl Maria von Weber, arrivé d’Allemagne, et met en scène version française réussie du premier opéra allemand romantique, Der Freischütz, ou The Marksman, en 1824.

Le théâtre musical le plus réussi de l’époque est le Théâtre-Italien, qui se produit dans la salle Favert à Paris; il produisit une série d’opéras du compositeur le plus célèbre de l’époque, Gioacchino Rossini, y compris Le Barbier de Séville en 1819. Rossini déménagea à Paris en 1824 et fut nommé directeur de la musique et de la mise en scène au Théâtre-Italien. Seules les œuvres italiennes ont été présentées, toujours en italien. Rossini est devenu la figure la plus importante du monde musical de Paris, en écrivant la musique pour le couronnement de Charles X en 1824.

En 1820, un bonapartiste assassina le duc du Berry à l’Opéra de Paris, rue de Richelieu. Le roi Louis XVIII ordonna la fermeture immédiate, puis la démolition de l’Opéra. L’Opéra a déménagé à la Salle Le Peletier, où il est resté pendant cinquante ans. Ce théâtre fut le théâtre de la naissance du premier grand opéra français, et le premier opéra romantique, avec la première de La Muette de Portici par Auber en juillet 1829. Le thème de cet opéra, la rébellion du peuple de Naples contre l’espagnol règle, était particulièrement romantique et révolutionnaire. Une représentation de l’opéra de Bruxelles en 1830 conduit à des émeutes, suivies d’une véritable révolution. Wagner assista à une représentation et écrivit: «C’était quelque chose de tout à fait nouveau, personne n’avait vu un sujet d’opéra si actuel, c’était le premier véritable drame musical en cinq actes entièrement doté de tous les éléments de la tragédie, et remarquable aussi fin tragique. ”

L’opéra de Paris continue d’étonner son public avec de nouveaux effets musicaux et visuels. Pour l’opéra Les Derniers jours de Pompéi de Giovanni Pacini, l’opéra a employé le scientifique et inventeur Louis Daguerre pour créer des illusions d’optique sur un écran simulant des flammes dansantes et les vagues de la mer.

Pour satisfaire les exigences des opéras parisiens pour un opéra vraiment grandiose, Rossini fut chargé d’écrire le siège de Corinthe puis Guillaume Tell. Cette dernière œuvre, qui a été créée à l’Opéra Pelletier le 3 août 1829, malgré sa fameuse ouverture, a déçu les critiques, qui ont critiqué sa longueur excessive, sa faible histoire et son manque d’action. La critique piqua Rossini et, à trente-sept ans, il se retira d’écrire des opéras.

Les salons musicaux de l’aristocratie avaient un homologue ouvrier à Paris pendant la Restauration; la goguette, les clubs musicaux formés par les ouvriers, les artisans et les employés de Paris. Il y avait des goguettes d’hommes et de femmes. Ils se réunissaient habituellement une fois par semaine, souvent dans l’arrière-salle d’un cabaret, où ils chantaient avec enthousiasme des chansons populaires, comiques et sentimentales. Pendant la Restauration, les chansons étaient aussi une forme importante d’expression politique. Le poète et compositeur Pierre Jean de Béranger est devenu célèbre pour ses chansons qui ridiculisent l’aristocratie, l’église établie et le parlement ultra-conservateur. Il fut emprisonné deux fois pour ses chansons, en 1821 et 1828, ce qui ne fit qu’ajouter à sa renommée. Ses partisans partout en France lui ont envoyé du foie gras, des fromages fins et des vins en prison. Le célèbre chef de la police parisienne Eugène François Vidocq a envoyé ses hommes infiltrer les goguettes et arrêter ceux qui chantaient des chansons en ridiculisant le monarque.