Ecolinguistique

L’écolinguistique, ou linguistique écologique, est apparue dans les années 1990 comme un nouveau paradigme de la recherche linguistique, élargissant la sociolinguistique pour prendre en compte non seulement le contexte social dans lequel la langue est enracinée, mais également le contexte écologique. L’écolinguistique considère la langue du point de vue de l’interaction: de la même manière qu’en écologie, on examine l’interaction entre les organismes et entre les organismes et l’environnement, l’écolinguistique explore l’interaction entre les langues et entre les langues et leur environnement et la société dans laquelle ils sont utilisés.

Le linguiste américain Einar Haugen fut l’un des pionniers de l’écolinguistique (écologie du langage). En 1972, il introduisit l’aspect de l’interaction en sociolinguistique et en psycholinguistique.

L’Anglais Michael Halliday, qui vit aujourd’hui en Australie, a également introduit le sujet de la langue et de l’environnement dans le débat pour la première fois en 1990 lors d’une conférence à Thessalonique. Sa question était la suivante: dans quelle mesure les structures linguistiques et les particularités des textes sont-elles impliquées dans les problèmes environnementaux? Le langage peut-il aider à atténuer les problèmes environnementaux, par exemple en sensibilisant à divers termes anthropocentriques?

De nos jours, les considérations économiques sont de plus en plus intégrées dans l’éco-linguistique. Les questions qui sont posées sont u. a. Quels sont les coûts liés à la diversité linguistique – et qu’apporte-t-elle à un État? Combien d’emplois crée-t-elle? Qu’est-ce que l’utilisation délibérée du langage peut contribuer à résoudre les conflits? Comment préserver la diversité linguistique du monde – et existe-t-il un lien entre diversité linguistique et paix?

Vue d’ensemble
Depuis les premiers commentaires de Halliday, le domaine de l’écolinguistique s’est développé dans plusieurs directions, utilisant un large éventail de cadres et d’outils linguistiques pour étudier la langue dans un contexte écologique. L’Association écolinguistique internationale caractérise l’écolinguistique en ces termes:

“Ecolinguistics explore le rôle du langage dans les interactions vitales entre l’homme, les autres espèces et l’environnement physique. Le premier objectif est de développer des théories linguistiques qui considèrent l’homme non seulement comme une partie de la société, mais également comme un élément des écosystèmes plus vastes qui Le deuxième objectif est de montrer comment la linguistique peut être utilisée pour traiter des problèmes écologiques clés, du changement climatique à la justice environnementale en passant par la perte de biodiversité. ”

De cette manière, l’éco de l’écolinguistique correspond à l’écologie au sens littéral de la relation des organismes (y compris l’homme) avec d’autres organismes et de l’environnement physique. C’est un sens partagé avec d’autres disciplines des sciences humaines écologiques telles que l’écocriticisme et l’écopsychologie.

Le terme «écolinguistique» a également été utilisé avec un sens métaphorique du terme «écologie», par exemple dans «écologie linguistique», «écologie de la communication» et «apprentissage de l’écologie» d’une manière qui n’inclut pas la considération d’autres espèces ou de l’environnement physique. Cela devient de moins en moins important maintenant que les écolingusiques sont de plus en plus compris comme une forme de sciences humaines écologiques / sciences sociales.

Un autre aspect de l’écolinguistique est la diversité linguistique et l’intégration des connaissances écologiques traditionnelles dans les langues locales. En 1996, le livre de David Abram, Le charme du sensible: perception et langage dans un monde plus qu’humain, décrivait comment l’écologie plus large (ou «le monde plus qu’humain») façonne le langage dans les cultures orales (Abram, 1996). , aider les gens à s’adapter à leur environnement et à y vivre de manière durable. D’autre part, l’écriture a progressivement aliéné les peuples des cultures alphabètes du monde naturel, au point que “notre expiation organique sur la terre locale est contrecarrée par nos relations sans cesse croissantes avec nos propres signes” (1996: 267). Comme les langues dominantes telles que l’anglais se répandent dans le monde entier, les connaissances écologiques intégrées aux cultures locales sont perdues.

Il existe deux principaux domaines d’intérêt pour l’écolinguistique. Le premier peut être décrit comme «l’analyse écologique de la langue» et le second «diversité linguistique».

Idéologie
L’idée principale de Haugen est que les langues, comme diverses espèces d’animaux et de plantes, sont en équilibre, en concurrence les unes avec les autres et que leur existence même dépend les unes des autres, à la fois au sein de l’État et d’autres groupes sociaux, et dans la société. esprit humain, possédant plusieurs langues.

Le sujet de l’écolinguistique
L’écolinguistique a pour sujet l’interaction entre le langage, une personne en tant que personne linguistique et son environnement. Dans le même temps, la langue est considérée comme une partie intégrante de la chaîne de relations entre l’homme, la société et la nature. Le fonctionnement et le développement du langage sont représentés comme un écosystème et le monde qui l’entoure comme un concept de langage.

Le système écologique de H. Haarmann
Harald Haarmann identifie 7 variables environnementales qui déterminent le comportement linguistique:

Démographique
Social
Politique
Culturel
Mental
Interactif
Linguistique

Selon sa théorie, ces variables ne peuvent pas être séparées, elles sont étroitement liées et interagissent les unes avec les autres, formant ainsi un «système écologique». Ainsi, le système écologique est l’interconnexion des sept variables environnementales, qui forment ainsi un tout.

Terminologie
Alvin Fill a été le premier à développer une terminologie claire pour différents domaines de l’écolinguistique. Au total, il a identifié trois domaines:

L’écolinguistique est un terme général qui désigne tous les domaines de recherche combinant écologie et linguistique.
Écologie du langage – explore les interactions entre les langues afin de préserver la diversité linguistique);
La linguistique environnementale transfère les termes et principes de l’écologie dans une langue (par exemple, le concept d’écosystème);

L’écologie linguistique (linguistique) étudie la relation entre la langue et les problèmes “environnementaux”.

Aspects de la linguoécologie
On distingue actuellement trois aspects de l’écologie de la langue:

Intralingual (associé à la culture de la parole, du style, de la rhétorique et inclut des recherches sur les violations de la correction, de la clarté, de la logique, de l’expressivité et d’autres propriétés communicatives de la parole).
Interlingual (associé au multilinguisme en tant qu’habitat d’une langue ethnique distincte et au problème de la disparition des langues et donc à une diminution de la diversité linguistique sur Terre).
Translingual (associé à l’utilisation d’unités, de moyens, de réalités d’une langue, d’une culture dans le contexte et de moyens d’une autre langue appartenant à une autre culture dans la fiction, le folklore, le journalisme).

L’analyse écho-critique de la parole
L’analyse éco-critique du discours inclut, entre autres, l’application de l’analyse critique du discours à des textes concernant l’environnement et l’environnementalisme, afin de révéler les idéologies sous-jacentes (par exemple, Harré et al 1999, Stibbe 2006, 2005a, 2005b).

Dans sa manifestation la plus complète, il inclut l’analyse de tout discours ayant des conséquences potentielles sur l’avenir des écosystèmes, comme dans le cas du discours économique néolibéral et de la construction discursive du consumérisme, des questions de genre, de la politique, de l’agriculture et de la nature (ex. .: Goatly 2000, Stibbe 2004). L’analyse éco-critique du discours ne se limite pas à l’exposition d’idéologies potentiellement néfastes, elle recherche également des représentations discursives susceptibles de contribuer à une société écologiquement durable.

Analyse écologique du langage
L’analyse écologique du langage s’appuie sur un large éventail d’outils linguistiques, notamment l’analyse critique du discours, la théorie de l’encadrement, la linguistique cognitive, la théorie de l’identité, la rhétorique et la grammaire fonctionnelle systémique afin de révéler les visions du monde sous-jacentes ou les «histoires vécues». Les histoires que nous vivons sont des structures cognitives dans l’esprit des individus ou d’une société (cognition sociale) qui influencent la façon dont les gens se traitent, avec les autres animaux, les plantes, les forêts, les rivières et l’environnement physique. Les récits sont interrogés d’un point de vue écologique par référence à un cadre écologique (ou écosophie) et jugés utiles pour inciter les gens à protéger les écosystèmes dont la vie dépend, ou pour encourager les comportements qui nuisent à ces écosystèmes. Ecolinguistics tente de faire une différence concrète dans le monde en résistant aux histoires destructives et en contribuant à la recherche de nouvelles histoires à vivre (Stibbe 2015). Les écolinguistiques ont exposé et résisté aux récits de consommation, aux récits de croissance économique illimitée, aux récits de publicité, aux récits d’agriculture intensive et aux récits qui représentent la nature comme une machine ou une ressource. En utilisant l’analyse de discours positive, l’écolinguistique a également recherché de nouvelles histoires à vivre en explorant l’écriture de la nature, la poésie, l’écriture pour l’environnement et les formes de langage traditionnelles et indigènes à travers le monde.

Cette forme d’analyse a commencé par l’application de l’analyse critique du discours à des textes sur l’environnement et l’environnementalisme, afin de révéler des hypothèses et des messages cachés et de commenter leur efficacité pour atteindre des objectifs environnementaux (par exemple, Harré et al., 1999). Il s’est ensuite développé pour inclure l’analyse de tout discours ayant des conséquences potentielles sur l’avenir des écosystèmes, comme le discours économique néolibéral ou les constructions discursives du consumérisme, du genre, de la politique, de l’agriculture et de la nature (par exemple, Goatly, 2000). L’approche cognitive et le terme «histoires vécues» ont été introduits dans Stibbe (2015), qui décrit huit types d’histoires: idéologie, cadrage, métaphore, évaluation, identité, conviction, saillance et effacement. Des approches telles que la communication environnementale et l’écocritique ont des objectifs et des techniques similaires à cette forme d’écolinguistique.

Diversité linguistique
La diversité linguistique fait partie de l’écolinguistique en raison du lien qui existe entre la diversité des langues locales et la biodiversité. Cette relation découle de la sagesse écologique (ou de l’adaptation culturelle à l’environnement) codée dans les langues locales. Les forces de la mondialisation et de l’impérialisme linguistique permettent aux langues dominantes (telles que l’anglais) de se répandre et de remplacer ces langues locales (Nettle et Romaine 2000). Cela entraîne une perte des cultures locales durables et de la connaissance écologique importante contenue dans leurs langues. L’un des objectifs de la recherche écolinguistique est de protéger à la fois la diversité culturelle et la diversité linguistique qui la soutient (Terralingua 2016, Nettle et Romaine 2000, Harmond 1996, Mühlhaüsler 1995). Cette recherche est conforme à la position du Programme des Nations Unies pour l’environnement que:

La biodiversité intègre également la diversité culturelle humaine, qui peut être affectée par les mêmes facteurs que la biodiversité et qui a des impacts sur la diversité des gènes, des autres espèces et des écosystèmes. (PNUE 2007)

Nettle et Romaine (2000: 166) écrivent que «les environnements tropicaux délicats doivent être gérés avec soin et compétence. Ce sont les peuples autochtones qui possèdent les connaissances pratiques nécessaires, car ils y gagnent leur vie depuis des centaines de générations. Une grande partie de ces connaissances détaillées sur les écosystèmes locaux est codée dans une langue autochtone et est rapidement perdue ». Mühlhaüsler (2003: 60) décrit comment «le déclin rapide de la diversité linguistique du monde doit donc être considéré avec appréhension par ceux qui perçoivent l’interconnexion entre la diversité linguistique et la diversité biologique».

Dans l’ensemble, la diversité linguistique fait partie de l’écolinguistique en raison de la corrélation qui existe entre la diversité linguistique et la diversité biologique, la sagesse écologique inscrite dans les cultures locales constituant le lien entre les deux.

Références bibliographiques
Bastardas Boada, Albert (1996) Écologie des llengües. Médias, contacts et dynamiques sociolinguistiques. Barcelone: ​​Prow.
Bastardas-Boada, Albert (2002) Diversité biologique et linguistique: explorations transdisciplinaires d’une socioécologie des langues, Diverscité langues (Montréal), vol. VII, en ligne: http://www.teluq.uquebec.ca/diverscite/SecArtic/Arts/2002/bastarda/txt.htm
Bastardas-Boada, Albert (2003) Écodynamique sociolinguistique: comparaisons et analogies entre diversité linguistique et diversité biologique, Revista de llengua i dret 39, p. 119-145.
Bastardas-Boada, Albert (2007) Durabilité linguistique pour une humanité multilingue, Glossa, vol. 2 n. deux.
Bastardas-Boada, Albert (2017). “The ecology of language contact: Langues minoritaires et majoritaires”, dans: Fill, A., Penz, H. (éd.), Routledge Handbook of Ecolinguistics. Oxford: Routledge, p. 26-39.
Döring Martin & Francesca Zunino (2011) NatureCultures in Old and New Worlds. Étapes vers une perspective écologique sur la définition d’un «nouveau» continent. Dans SV Steffensen & A. Fill (eds) Ecolinguistique: l’écologie du langage et de la science. Sciences du langage, numéro spécial
Fill, Alwin, Hermine Penz et Wilhem Trampe (2002) (sous la direction de), Green Green Ideas. Berne: Peter Lang Verlag.
Fill, Alwin & Peter Mühlhäusler (2001) (eds.) Le lecteur d’écolinguistique. Londres: Continuum.
Halliday, Michael (1990) Nouveaux modes de signification: le défi de la linguistique appliquée. Réimprimé dans Fill et Mühlhäusler (2001) (éd.), Pp 175-202.
Harré, Rom; Jens Brockmeier & Peter Mühlhäusler (1999) Greenspeak: une étude du discours environnemental. Londres: Sage.
Harris, Roy (1980) Les langagiers. Londres: Duckworth.
Harris, Roy (1981) Le mythe de la langue. Londres: Duckworth.
Harris, Roy (1987) The Language Machine. Londres: Duckworth.
Harris, Roy (1998) Introduction à la linguistique intégrative. Oxford: Pergame.
Haugen, Einar (1972) “The Ecology of Language” dans Anwar S. Dil (ed.) The Ecology of Language, p. 325-339. Stanford: Presses universitaires de Stanford.
Mackey, William F. (1980) “The ecology of language shift”, dans Sprachkontakt un Sprachkonflikt, p. 35-41. Wiesbaden: Franz Steiner.
Mackey, William F. (1994) “L’écologie des sociétés multilingues”, dans Bastardas, Albert & Emili Boix (éd.) Un État, une langue? L’organisation politique de la diversité linguistique, p. 25-54. Barcelone: ​​Octaèdre.
Maffi, Luisa (2001) Sur la diversité bioculturelle: Établir un lien entre la langue, la connaissance et l’environnement. Washington: Smithsonian Institution Press.
Muhlhäusler, Peter (1995) Ecology Linguistic; Changement de langue et impérialisme linguistique dans la région du Pacifique. Londres: Routledge.
Sánchez Carrión, José María (1985): “La nouvelle sociolinguistique et l’écologie des langues”. Donostia-San Sebastián: Eusko Ikaskuntza.
Stibbe, Arran (2005) “Education à l’environnement à travers les cultures: au-delà du discours de l’environnementalisme superficiel”, Langue et communication interculturelle, 4: 4: 242-260.

Ressources
L’Association internationale d’écolinguistique est un réseau international d’écolinguistes. Le site Web comprend une bibliographie, un journal en ligne (Language & Ecology) et d’autres ressources.

Les histoires que nous vivons est un cours gratuit en ligne sur l’écolinguistique créé par l’Université de Gloucestershire et l’Association internationale d’écolinguistique.

Le site Web sur l’écolinguistique (http://www-gewi.kfunigraz.ac.at/ed/project/ecoling) est un site d’archives des premières écolinguistiques.