Champlevé

Le champlevé est une technique d’émaillage dans les arts décoratifs, ou un objet fabriqué par ce processus, dans lequel des auges ou des cellules sont sculptées, gravées, percutées ou moulées à la surface d’un objet métallique et remplies d’émail vitreux. La pièce est ensuite cuite jusqu’à ce que l’émail fusionne, et lorsqu’elle est refroidie, la surface de l’objet est polie. Les parties non gravées de la surface d’origine restent visibles comme cadre pour les dessins en émail; ils sont généralement dorés dans des œuvres médiévales. Le nom vient du français pour “champ surélevé”, “champ” signifiant arrière-plan, bien que la technique dans la pratique abaisse la zone à émailler plutôt que de soulever le reste de la surface.

La technique est utilisée depuis l’Antiquité, bien qu’elle ne fasse plus partie des techniques d’émaillage les plus utilisées. Champlevé est adapté à la couverture de zones relativement grandes et aux images figuratives, bien qu’il ait d’abord été utilisé de manière proéminente dans l’art celtique pour les dessins géométriques. Dans l’art roman, son potentiel était pleinement utilisé, en décorant des cercueils, des plaques et des récipients, en émail de Limoges et celui d’autres centres.

Champlevé se distingue de la technique de l’émail cloisonné dans laquelle les auges sont créées en soudant des bandes métalliques plates à la surface de l’objet. La différence entre les techniques est analogue aux techniques de menuiserie de l’intarsia et de la marqueterie. Elle diffère de la technique de la basse-taille, qui lui a succédé dans le travail gothique de la plus haute qualité, en ce que les fonds des évidements de l’émail sont rugueux, et donc seules des couleurs d’émail opaques sont utilisées. En basse-taille, les évidements sont modelés, et des émaux translucides sont utilisés, pour des effets plus subtils, comme dans la Royal Gold Cup parisienne du XIVe siècle.

Présentation
Le champ à décorer sur métal ou céramique non cuite est découpé au ciseau, épargnant les cloisons qui définiront et limiteront les alvéoles. L’émail ou le slip est placé dans ces alvéoles (l’excès de slip est raclé) puis l’ensemble est cuit. Cette technique, dérivée du cloisonné dans le cas du travail du métal, produit un travail plus fin et dans une grande variété de couleurs. La céramique peut tout aussi bien être recouverte d’un émail transparent d’une seule couleur, qui se déposera donc en couche plus épaisse dans les creux et fera ainsi apparaître les motifs dans la même gamme de tons, de lumière, de reliefs et d’obscurité, creux.

La céramique coréenne a fait une spécialité sous la forme de buncheong en grès: des pièces creusées sont utilisées pour tracer le motif, le dessin au trait, comme surfaces définies. Le jeu de couleur se fait avec le grès foncé et le glissement clair. Le slip est placé dans les zones réservées avec de grands coups de pinceau qui couvrent l’ensemble de la pièce puis, lorsque le slip est sec, la pièce est grattée pour découvrir les motifs. Mais une autre technique de buncheong consiste à recouvrir le grès avec du slip, puis à creuser les motifs dans le slip sec, sans aucune autre opération: dans ce cas, cette technique est similaire au sgraffito et non champlevé. Les céramiques coréennes sont ensuite recouvertes d’un émail céladon transparent.

Méthode
Pour cette technique d’émail, une plaque plus épaisse de cuivre rouge, d’argent ou de bronze est généralement utilisée que d’habitude. Avec un bouchon ou un burin (c’est-à-dire un petit ciseau à main pratique légèrement arrondi conçu à cet effet), les cavités sont insérées dans la plaque selon un dessin pré-établi.

Un dessin peut également être réalisé sur une plaque de cuivre avec de la laque, après quoi la plaque est placée dans un bain d’acide, de sorte qu’une couche de cuivre est gravée loin des parties non recouvertes de laque. Les cavités sont remplies d’émail.

Cette technique convient pour couvrir des zones relativement grandes et pour des images figuratives, bien qu’elle apparaisse initialement dans l’art celtique dans les dessins géométriques. Il connut un plein développement dans l’art roman pour la décoration de cercueils, plaques et vases.

En émail cloisonné, les cellules sont créées en soudant des bandes métalliques plates sur la surface de l’objet.

Le champlevé n’utilise que des glaçures colorées opaques et donc le fond des alvéoles est laissé brut, contrairement à la technique de taille basse avec laquelle des œuvres gothiques de très haute qualité ont été créées en modelant les cavités et en utilisant des glaçures translucides, de cette façon, elles sont obtenues plus des effets subtils comme la Royal Gold Cup, au XIVe siècle.

Champlevé diffère de la technique d’émaillage dite cloisonné en ce que dans ce dernier les boîtiers d’émail sont fabriqués en soudant de fines bandes métalliques à la surface de l’objet. La différence entre les deux techniques est analogue à celle entre les techniques de sculpture sur bois appelées intarsia et marqueterie. Elle diffère de la technique appelée basse-taille, qui se produisait dans les œuvres gothiques de haute qualité gothique, en ce que la base des boîtiers en émail est rugueuse, et donc seuls des émaux de couleur opaque sont utilisés. En basse-taille, les logements sont modélisés, et des émaux translucides sont utilisés pour obtenir des effets plus subtils, comme dans la Royal Gold Cup parisienne du XIVe siècle.

Champlevé précoce
L’émail a d’abord été utilisé sur de petits bijoux, et s’est souvent désintégré dans des pièces anciennes qui ont été enterrées. L’utilisation constante et fréquente de la technique champlevé est vue pour la première fois dans le style La Tène de l’art celtique ancien en Europe, du 3ème ou 2ème siècle avant JC, où la couleur prédominante était un rouge, peut-être destiné à imiter le corail rouge (comme utilisé sur le bouclier de Witham), et la base était généralement en bronze.

Les «Celtes insulaires» des îles britanniques ont fait un usage particulièrement courant de la technique, considérée comme un point culminant sur la décoration en relief du bouclier Battersea et d’autres pièces. Cependant, ce n’était techniquement pas un véritable émail au sens habituel du mot, car le verre n’était chauffé que jusqu’à ce qu’il devienne une pâte molle avant d’être mis en place. Ceci est parfois connu sous le nom d’émaillage de “cire à cacheter” et peut être décrit comme “incrustation de verre” ou termes similaires. La vraie technique d’émaillage, où la pâte de verre est mise en place et cuite jusqu’à ce qu’elle se liquéfie, a été apprise des Romains. La première description littéraire de l’émail provient du grec sophistiqué Philostrate III, qui a écrit dans ses Icones (Bk I, 28), décrivant un harnais polychrome: ”

Les styles curvilignes celtiques étaient très efficaces dans l’émail et ont été utilisés tout au long de la période romaine lorsqu’ils disparaissent en grande partie dans d’autres médias. Le Staffordshire Moorlands Pan est une trulla du IIe siècle avec de grandes rondelles d’émail en quatre couleurs d’émail, commandée par ou pour Draco, un soldat, peut-être un Grec, en souvenir de son service sur le mur d’Hadrien. Il fait partie d’un groupe de navires émaillés similaires trouvés en Grande-Bretagne et dans le nord de la Gaule. Les plus petits articles provenant de contextes similaires comprennent les broches et autres bijoux et les supports pour harnais pour chevaux, comme décrit par Philostratus.

Vers la fin de l’Empire romain, de nouvelles formes sont apparues: les bornes des broches pénannulaires de plus en plus fantaisistes des îles britanniques sont décorées de champlevé, tout comme les autres attaches et accessoires, et les supports de bols suspendus. Ces derniers ont longtemps intrigué les historiens de l’art, car non seulement leur objectif n’est pas clair, mais ils se trouvent principalement dans des contextes anglo-saxons et vikings, dont trois à Sutton Hoo, mais leur décoration utilise principalement des motifs celtiques. L’un des bols Sutton Hoo avait été réparé, mais dans un style germanique différent.

Au total, la production des différents types de bols suspendus couvre la période 400–1100. Alors que le principal expert, Rupert Bruce-Mitford, voit les bols comme les produits d’ateliers «celtiques», peut-être souvent en Irlande, à la même période, l’utilisation de grandes zones de champlevé dans les broches celtiques les plus ornées diminue, bien que semblable à une gemme on retrouve encore des reflets émaillés, certains en millefiori. Dans l’art anglo-saxon, comme dans la plupart de l’Europe et du monde byzantin, c’est l’époque où la technique cloisonnée domine l’émaillage.

roman
Champlevé est particulièrement associé à l’art roman, et bon nombre des plus belles survivances du style présentent la technique. Il y a eu une grande augmentation de l’utilisation de la technique dans plusieurs domaines à la fin du XIe siècle, tout comme le style roman a mûri. La source immédiate du style reste obscure; diverses origines exotiques ont été suggérées, mais la grande expansion de l’utilisation du vitrail à la même période est probablement liée. Des bases en cuivre ou en bronze étaient normalement utilisées, qui étaient douces et faciles à travailler, ainsi que relativement bon marché, mais comme elles se décoloraient dans des émaux opaques à la chaleur, elles devaient être utilisées. Le bleu était maintenant la couleur dominante, comme dans le vitrail; les meilleurs bleus en peinture (que ce soit sur le mur, le panneau ou le manuscrit) étaient très chers alors que dans le verre, les bleus riches sont facilement disponibles.

Les émaux de Mosan et de Limoges sont les plus célèbres, et les figures sculptées dans la plaque de cuivre affichent un superbe sens des lignes. Le Triptyque de Stavelot à New York est un exemple de la plus belle œuvre mosane, et le Becket Casket à Londres une belle pièce ancienne de Limoges. Les noms de plusieurs orfèvres émailleurs mosans sont connus. Des figures en relief et entièrement modelées ont également été émaillées, et certaines bases métalliques formées par martelage dans des moules.

La production de Limoges a augmenté régulièrement en quantité, et à l’époque gothique avait diminué en qualité, mais a fourni un produit assez bon marché, en particulier de cercueils de chasse, produits à l’échelle semi-industrielle et exportés dans toute l’Europe. Les émaux espagnols, difficilement distinguables des œuvres de Limoges, sont également produits à grande échelle. Le travail mosan était parfois sur l’or ou l’argent doré, mais à Limoges et en Espagne, le cuivre doré est habituel, et beaucoup de travaux mosans l’utilisent aussi, comme dans l’exemple illustré. Cet exemple montre également le mélange de différentes couleurs et nuances au sein d’une même cellule, utilisée ici de manière complexe tout au long de la conception, alors que dans les exemples de Limoges ci-dessous beaucoup moins, et beaucoup plus simple, cette technique difficile est utilisée.

Une technique similaire était connue sous le nom de “shippou-zogan” au Japon, où elle était considérée comme une forme de damascening.