Vertu

La vertu est l’excellence morale. Une vertu est un trait ou une qualité qui est jugé moralement bon et qui est donc considéré comme un fondement de principe et de bon être moral. Les vertus personnelles sont des caractéristiques valorisées pour promouvoir la grandeur collective et individuelle. En d’autres termes, c’est un comportement qui témoigne de normes morales élevées. Faire ce qui est juste et éviter ce qui ne va pas. Le contraire de la vertu est le vice.

Les quatre vertus cardinales classiques du christianisme sont la tempérance, la prudence, le courage et la justice. Le christianisme tire les trois vertus théologales de la foi, de l’espoir et de l’amour (charité) de 1 Corinthiens. Ensemble, elles constituent les sept vertus. Les quatre brahmavihara (“États divins”) du bouddhisme peuvent être considérés comme des vertus au sens européen. Selon le livre de Nitobe Inazō, Bushido: l’âme du Japon, le code japonais du Bushidō est caractérisé par huit vertus principales, dont l’honnêteté, le courage héroïque et la droiture.

Égypte ancienne
Au cours de la civilisation égyptienne, Maat ou Maat (également censé avoir été prononcé *), également orthographié māt ou mayet, était l’ancien concept égyptien de vérité, d’équilibre, d’ordre, de loi, de moralité et de justice. Maat était également personnifiée en tant que déesse contrôlant les étoiles, les saisons et les actions des mortels et des divinités. Les divinités établissent l’ordre de l’univers du chaos au moment de la création. Son homologue (idéologique) était Isfet, qui symbolisait le chaos, le mensonge et l’injustice.

Antiquité gréco-romaine

La vertu platonicienne Les quatre vertus cardinales classiques sont:

tempérance: σωφροσύνη (sōphrosynē)
prudence: φρόνησις (phronēsis)
courage: ἀνδρεία (andreia)
justice: δικαιοσύνη (dikaiosynē)

Cette énumération est reliée à la philosophie grecque et a été citée par Platon en plus de la piété: ὁσιότης (hosiotēs), à l’exception du fait que la sagesse a remplacé la prudence en tant que vertu. Certains chercheurs considèrent que l’une ou l’autre des quatre combinaisons de vertus susmentionnées est mutuellement réductible et n’est donc pas cardinale.

Il est difficile de savoir si les multiples vertus étaient de construction ultérieure et si Platon souscrivait à une vision unifiée des vertus. Dans Protagoras et Meno, par exemple, il déclare que les vertus séparées ne peuvent pas exister indépendamment les unes des autres et offre la preuve évidente des contradictions qui consistent à agir avec sagesse, mais de manière injuste; ou agissant avec courage (courage), mais sans sagesse.

Vertu aristotélicienne
Dans son ouvrage Éthique à Nicomaque, Aristote a défini une vertu comme un point situé entre une déficience et un excès d’un trait. Le point de la plus grande vertu ne réside pas au milieu exact, mais à un juste milieu parfois plus proche d’un extrême que de l’autre. Cependant, l’action vertueuse n’est pas simplement le “moyen” (mathématiquement parlant) entre deux extrêmes opposés. Comme le dit Aristote dans l’éthique à Nicomaque: “au bon moment, au sujet des bonnes choses, vers les bonnes personnes, pour le bon but et de la bonne manière, est la condition intermédiaire et la meilleure, et cela est propre à la vertu.” Il ne s’agit pas simplement de séparer la différence entre deux extrêmes. Par exemple, la générosité est une vertu entre les deux extrêmes de l’avarice et de la débauche. D’autres exemples incluent: le courage entre la lâcheté et la témérité, et la confiance entre l’autodérision et la vanité. Au sens d’Aristote, la vertu est l’excellence d’être humain.

Prudence et vertu
Sénèque, le stoïcien romain, a déclaré que la prudence parfaite est indissociable de la vertu parfaite. Ainsi, en considérant toutes les conséquences, une personne prudente agirait de la même manière qu’une personne vertueuse. Le même raisonnement a été exprimé par Platon à Protagoras, lorsqu’il a écrit que les gens agissent uniquement de la manière dont ils pensent qu’ils leur apporteront le maximum de bien. C’est le manque de sagesse qui fait que l’on fait un mauvais choix au lieu d’un choix prudent. De cette manière, la sagesse est la partie centrale de la vertu. Platon s’est rendu compte que, puisque la vertu était synonyme de sagesse, on pourrait l’enseigner, une possibilité qu’il avait auparavant écartée. Il a ensuite ajouté “croyance correcte” comme alternative au savoir, proposant que cette connaissance soit simplement une croyance correcte qui a été pensée et “attachée”.

Les vertus romaines
Le terme “vertu” lui-même dérive du latin “virtus” (dont la personnification était la divinité Virtus) et avait des connotations de “virilité”, “honneur”, de dignité, de respect déférent et de devoir civique en tant que citoyen et soldat. Cette vertu n’était que l’une des nombreuses vertus que les Romains de bon caractère étaient censés illustrer et transmettre de génération en génération, dans le cadre du Mos Maiorum; traditions ancestrales qui définissaient la “romanité”. Les Romains distinguaient les sphères de la vie privée et publique. Ainsi, les vertus étaient également divisées entre celles considérées comme appartenant à la vie familiale privée (vécues et enseignées par les paterfamilias) et celles attendues d’un citoyen romain de haut niveau.

La plupart des concepts romains de la vertu ont également été personnifiés en tant que divinité numineuse. Les principales vertus romaines, publiques et privées, étaient les suivantes:

Abundantia: “Abondance, Plenty” L’idéal étant qu’il y ait suffisamment de nourriture et de prospérité pour tous les segments de la société. Une vertu publique.
Auctoritas – “autorité spirituelle” – le sens de son statut social, construit à travers l’expérience, Pietas et Industria. Cela était considéré comme essentiel pour la capacité d’un magistrat à faire respecter la loi et l’ordre.
Comitas – “humour” – aisance, courtoisie, ouverture d’esprit et convivialité.
Constantia – “persévérance” – endurance militaire, ainsi que l’endurance mentale et physique générale face aux épreuves.
Clementia – “miséricorde” – douceur et douceur, et capacité de mettre de côté les transgressions précédentes.
Dignitas – “dignité” – un sentiment de confiance en soi,
Disciplina – “discipline” – considérée comme essentielle à l’excellence militaire; implique également l’adhésion au système juridique et le respect des obligations de la citoyenneté.
Fides – “bonne foi” – confiance mutuelle et relations réciproques entre le gouvernement et le commerce (affaires publiques), une violation entraînait des conséquences juridiques et religieuses.
Firmitas – “ténacité” – force d’esprit et capacité de s’en tenir au but recherché sans hésiter.
Frugalitas – “frugalité” – économie et simplicité de style de vie, veulent ce que nous devons avoir et non ce dont nous avons besoin, quels que soient ses possessions matérielles, son autorité ou ses désirs, un individu a toujours un certain degré d’honneur.
Gravitas – “gravité” – une idée de l’importance du sujet à traiter; responsabilité, et être sérieux.
Honestas – “respectabilité” – l’image et l’honneur que l’on présente comme un membre respectable de la société.
Humanitas – “humanité” – raffinement, civilisation, apprentissage et culture en général.
Industria – “industriousness” – travail dur.
Innocencia – “désintéressé” – La charité romaine donne toujours sans attendre de reconnaissance, ne donne toujours sans espoir de gain personnel. L’incorruptibilité est une aversion pour placer tout pouvoir et toute influence de la charge publique dans le but d’accroître les gains personnels afin de jouir de notre vie personnelle et publique et priver notre communauté de leur santé, de leur dignité et de notre sens de la moralité,
Laetitia – “Joie, joie” – La célébration de l’action de grâce, souvent de la résolution de crise, une vertu publique.
Nobilitas – “Noblesse” – Homme de belle apparence, digne d’honneur, haut rang social hautement estimé et, ou, noblesse de naissance, une vertu publique.
Justitia – “justice” – sens de la valeur morale d’une action; personnifiée par la déesse Iustitia, la contrepartie romaine du grec Thémis.
Pietas – “dévouement” – plus que la piété religieuse; un respect de l’ordre naturel: socialement, politiquement et religieusement. Comprend des idées de patriotisme, d’accomplissement d’une obligation pieuse envers les dieux et d’honorer les autres êtres humains, en particulier en ce qui concerne la relation client-client, considérée comme essentielle à une société ordonnée.
Prudentia – “prudence” – prévoyance, sagesse et discrétion personnelle.
Salubritas – “santé” – santé générale et propreté, personnifiée dans la divinité Salus.
Severitas – “sévérité” – maîtrise de soi, considérée comme étant directement liée à la vertu de gravitas.
Veritas – “vérité” – honnêteté dans le traitement des autres, personnifiée par la déesse Veritas. Veritas, étant la mère de Virtus, était considérée comme la racine de toute vertu. une personne qui mène une vie honnête devait être vertueuse.
Virtus – “virilité” – vaillance, excellence, courage, caractère et valeur. “Vir” est latin pour “homme”.

Les sept vertus célestes
en 410 de notre ère, Aurelius Prudentius Clemens a énuméré sept “vertus célestes” dans son livre Psychomachia (Bataille des âmes), qui est une histoire allégorique de conflit entre vices et vertus. Les vertus décrites étaient:

chasteté
tempérance
charité
diligence
patience
gentillesse
humilité.

Les vertus chevaleresques dans l’Europe médiévale
Au VIIIème siècle, à l’occasion de son couronnement empereur du Saint-Empire romain germanique, Charlemagne publia une liste des vertus chevaleresques:

Aime Dieu
Aime ton prochain
Donne l’aumône aux pauvres
Amuse des étrangers
Rendez visite aux malades
Sois miséricordieux envers les prisonniers
Ne faites de mal à personne, ne consentez pas à ce
que vous espériez être pardonné
Rachetez le captif
Aidez les opprimés
Défendez la cause de la veuve et de l’orphelin
Rendre un jugement juste
Ne consentez à rien de mal
Persévérez pas dans la colère
Évitez les excès en mangeant et en buvant
Soyez humble et gentil
Servez votre seigneur fidèle
Ne volez
pas Ne vous parjurez pas, et ne laissez pas les autres le faire.
Envie, haine et violence séparent les hommes des Royaume de dieu
Défendre l’Église et promouvoir sa cause.

Traditions religieuses
Foi baha’ie
Dans la foi baha’ie, les vertus sont des qualités spirituelles directes que possède l’âme humaine, héritées du monde de Dieu. Le développement et la manifestation de ces vertus sont le thème des Paroles cachées de Bahá’u’lláh et sont discutés en détail en tant que fondements d’une société inspirée par divin par Abdu’l-Bahá dans des textes tels que Le secret de la divinité. Civilisation.

Bouddhisme
La pratique bouddhiste décrite dans le Noble Octuple Sentier peut être considérée comme une liste progressive de vertus.

Vue de droite – Réaliser les quatre nobles vérités (samyag-vyāyāma, sammā-vāyāma).
Bonne conscience – Capacité mentale de voir les choses pour ce qu’elles sont avec une conscience claire (samyak-smṛti, sammā-sati).
Concentration juste – Une seule pensée mentale (samyak-samādhi, sammā-samādhi).

Les quatre brahmavihara («États divins») du bouddhisme peuvent être considérés à juste titre comme des vertus au sens européen. Elles sont:

Metta / Maitri: bienveillance envers tous; l’espoir qu’une personne ira bien; L’amour bienveillant est le souhait que tous les êtres sensibles, sans aucune exception, soient heureux.
Karuṇā: compassion; l’espoir que les souffrances d’une personne vont diminuer; la compassion est le souhait que tous les êtres sensibles soient libérés de la souffrance.
Mudita: joie altruiste dans les réalisations d’une personne, de soi-même ou d’autrui; La joie sympathique est l’attitude salutaire consistant à se réjouir du bonheur et des vertus de tous les êtres sensibles.
Upekkha / Upeksha: équanimité, ou apprendre à accepter à la fois la perte et le gain, la louange et le blâme, le succès et l’échec avec le détachement, également, pour soi et pour les autres. Équanimité signifie ne pas distinguer entre ami, ennemi ou étranger, mais considérer tous les êtres sensibles comme égaux. C’est un état d’esprit tranquille et lucide – ne pas être dominé par des illusions, une matité mentale ou une agitation.

Il y a aussi les Paramitas (“perfections”), qui sont l’aboutissement d’avoir acquis certaines vertus. Dans le Buddhavamsa canonique du bouddhisme Theravada, il y a dix perfections (dasa pāramiyo). Dans le bouddhisme Mahayana, le Sutra du Lotus (Saddharmapundarika), il y a six perfections; tandis que dans le soutra des dix étapes (Dasabhumika), quatre Paramitas supplémentaires sont répertoriés.

Christianisme
Dans le christianisme, les trois vertus théologales sont la foi, l’espoir et l’amour, liste qui vient de 1 Corinthiens 13:13 • μείζων δὲ τούτων ἡ ἀγάπη). Le même chapitre décrit l’amour comme le plus grand des trois et définit en outre l’amour comme “patient, gentil, pas envieux, orgueilleux, arrogant ou grossier”. (La vertu chrétienne d’amour s’appelle parfois charité et parfois un mot grec agape est utilisé pour contraster l’amour de Dieu et l’amour de l’humanité avec d’autres types d’amour tels que l’amitié ou l’affection physique.)

Les érudits chrétiens ajoutent fréquemment les quatre vertus cardinales grecques (prudence, justice, tempérance et courage) aux vertus théologales pour donner les sept vertus; par exemple, ces sept sont ceux décrits dans le Catéchisme de l’Église catholique, sections 1803-1829.

La Bible mentionne d’autres vertus, comme dans le “fruit de l’Esprit Saint”, qui se trouve dans Galates 5.22-23: “En revanche, le fruit de l’Esprit est un amour bienveillant: joie, paix, patience, gentillesse, la bienveillance, la fidélité, la gentillesse et la maîtrise de soi. Il n’y a absolument aucune loi contre une telle chose. ”

Les périodes médiévale et de la Renaissance ont vu un certain nombre de modèles de péché énumérant les sept péchés capitaux et les vertus opposées à chacun.

(Péché) Latin Vertu (Latin)
Fierté Superbia Humilité Humilitas
Envie Invidia La gentillesse Benevolentia
Gourmandise Gula Tempérance Temperantia
Luxure Luxuria Chasteté Castitas
Colère Ira La patience Patientia
Avidité Avaritia Charité Caritas
La paresse Acedia Diligence Industria

Taoïsme
“Vertu”, traduit du chinois de (德), est également un concept important de la philosophie chinoise, en particulier du taoïsme. De (chinois: 德; pinyin: dé; Wade – Giles: te) signifiait à l’origine “vertu” normative au sens de “caractère personnel; force intérieure; intégrité”, mais changé sémantiquement en “vertu”; “gentillesse,” morale “. Notez le parallèle sémantique pour la vertu anglaise, avec une signification archaïque de “puissance intérieure; pouvoir divin” (comme dans “en vertu de”) et moderne en “excellence morale; bonté”.

Dans les premiers temps du confucianisme, les manifestations morales de la “vertu” comprennent ren (“humanité”), xiao (“piété filiale”) et li (“comportement approprié, accomplissement de rituels”). La notion de ren – selon Simon Leys – signifie “humanité” et “bonté”. Ren avait à l’origine le sens archaïque dans le Livre de poèmes confucéens de “virilité”, mais a progressivement pris des teintes de sens éthique. Certains spécialistes considèrent les vertus identifiées au début du confucianisme comme une philosophie non théiste.

Le concept taoïste de De, comparé au confucianisme, est plus subtil et se rapporte à la “vertu” ou à la capacité qu’un individu réalise en suivant le Dao (“le Chemin”). Une grande valeur normative dans la pensée chinoise réside dans le fait que le statut social devrait résulter de la quantité de vertu démontrée, plutôt que de la naissance. Dans les Analectes, Confucius explique ce qui suit: “Celui qui exerce le gouvernement au moyen de sa vertu peut être comparé à l’étoile polaire nord, qui garde sa place et que toutes les étoiles se tournent vers elle.” Dans les périodes ultérieures, en particulier celles de la dynastie Tang, le confucianisme tel qu’il était pratiqué absorbait et mêlait ses propres concepts de vertus à ceux du taoïsme et du bouddhisme.

La
vertu de l’ hindouisme est un concept très controversé et en évolution dans les écritures anciennes de l’hindouisme. L’essence, le besoin et la valeur de la vertu sont expliqués dans la philosophie hindoue en tant qu’objets impossibles à imposer, mais réalisés et réalisés volontairement par chacun. Apastamba, par exemple, l’expliquait ainsi: “la vertu et le vice ne disent pas – nous sommes ici; ni les dieux, ni Gandharvas, ni les ancêtres ne peuvent nous convaincre – c’est vrai, c’est faux, la vertu est un concept insaisissable, il exige une réflexion attentive et soutenue de chaque homme et de chaque femme avant que cela puisse faire partie de la vie.

Les vertus mènent à punya (sanskrit: पुण्य, vie sainte) dans la littérature hindoue; tandis que les vices mènent à la papauté (sanscrit: पाप, péché). Parfois, le mot punya est utilisé de manière interchangeable avec la vertu.

Les vertus qui constituent une vie dharmique – c’est-à-dire une vie morale, éthique et vertueuse – évoluent dans les vedas et les upanishads. Au fil du temps, de nouvelles vertus ont été conceptualisées et ajoutées par d’anciens érudits hindous, certaines remplacées, d’autres fusionnées. Par exemple, Manusamhita a initialement énuméré les dix vertus nécessaires à un être humain pour mener une vie dharmique: Dhriti (courage), Kshama (pardon), Dama (tempérance), Asteya (non-convoitise / non-voleur), Saucha (pureté intérieure). , Indriyani-graha (contrôle des sens), dhi (prudence réflexive), vidya (sagesse), satyam (vérité), akrodha (absence de colère). Dans des versets ultérieurs, cette liste a été réduite à cinq vertus par le même érudit, en fusionnant et en créant un concept plus large. La liste plus courte des vertus est devenue: Ahimsa (non-violence), Dama (maîtrise de soi), Asteya (non-convoitise / non-voleur), Saucha (pureté intérieure),

La Bhagavad Gita – considérée comme l’un des épitomés de la discussion historique hindoue sur les vertus et d’un débat allégorique sur ce qui est juste ou faux – soutient que certaines vertus ne sont pas toujours absolues, mais parfois relationnelles; par exemple, il explique qu’une vertu telle qu’Ahimsa doit être réexaminée lorsque l’on est confronté à la guerre ou à la violence en raison de l’agressivité, de l’immaturité ou de l’ignorance des autres.

Islam
Dans l’Islam, le Coran est censé être la parole littérale de Dieu et la description définitive de la vertu, tandis que Mahomet est considéré comme un exemple idéal de la vertu sous forme humaine. La compréhension islamique de la vertu reposait sur la compréhension et l’interprétation du Coran et des pratiques de Mahomet. Sa signification a toujours été dans le contexte de la soumission active à Dieu effectuée par la communauté à l’unisson. La force motrice est la notion que les croyants doivent “enjoindre ce qui est vertueux et interdire ce qui est vicieux” (al-amr bi-l-maʿrūf wa-n-nahy al-l-munkar) dans tous les domaines de la vie (Coran 3: 110). Un autre facteur clé est la conviction que l’humanité a la faculté de discerner la volonté de Dieu et de la respecter. Cette faculté implique surtout de réfléchir sur le sens de l’existence. Donc, Indépendamment de leur environnement, les humains ont la responsabilité morale de se soumettre à la volonté de Dieu. La prédication de Mahomet a entraîné un “changement radical des valeurs morales basé sur les sanctions de la nouvelle religion et de la religion actuelle, ainsi que sur la crainte de Dieu et du Jugement dernier”. Plus tard, les érudits musulmans ont développé l’éthique religieuse des Écritures dans des détails immenses.

Dans les hadiths (traditions islamiques), An-Nawwas bin Sam’an a rapporté:

Le prophète Mahomet a déclaré: “La vertu est bonne et le péché est ce qui crée le doute et vous n’aimez pas que les gens le sachent.”
– Sahih Muslim, 32: 6195, Sahih Muslim, 32: 6196

Wabisah bin Ma’bad a rapporté:

“Je suis allé voir le Messager de Dieu et il m’a demandé:“ Es-tu venu pour te renseigner sur la vertu? ”J’ai répondu par l’affirmative. Puis il a dit: «Demandez à votre coeur à ce sujet. La vertu est ce qui contient l’âme et réconforte le cœur, et le péché est ce qui cause des doutes et perturbe le cœur, même si les gens la disent légale et vous condamnent encore et encore. ”
– Ahmad et Ad-Darmi

La vertu, par opposition au péché, est appelée thawāb (mérite spirituel ou récompense), mais il existe d’autres termes islamiques pour décrire la vertu, tels que faḍl (“bounty”), taqwa (“piété”) et ṣalāḥ (“justice”). Pour les musulmans, la réalisation des droits d’autrui est considérée comme un élément fondamental de l’islam. Selon les croyances musulmanes, Dieu pardonnera les péchés individuels mais le mauvais traitement des personnes et l’injustice envers les autres ne seront pardonnés que par eux et non par Dieu.

Jaïnisme
Dans le jaïnisme, l’illumination n’est possible que si le chercheur possède certaines vertus. Tous les jaïns sont supposés adopter les cinq voeux d’ahimsa (non violence), satya (vérité), asteya (non volant), aparigraha (non attachement) et brahmacharya (célibat) avant de devenir moine. Ces vœux sont établis par les Tirthankaras. Le pardon, l’humilité, la maîtrise de soi et la franchise sont d’autres vertus supposées être suivies par les moines et les laïcs. Ces voeux aident le chercheur à échapper aux liens karmiques, échappant ainsi au cycle de la naissance et de la mort pour atteindre la libération.

Judaïsme L’
amour de Dieu et le respect de ses lois, en particulier des Dix Commandements, sont au cœur des conceptions juives de la vertu. La sagesse est personnifiée dans les huit premiers chapitres du Livre des Proverbes et n’est pas seulement la source de la vertu, elle est décrite comme la première et la meilleure création de Dieu (Proverbes 8: 12-31).

Une articulation classique de la règle d’or est venue du premier siècle, Rabbi Hillel l’Ancien. Reconnu dans la tradition juive comme sage et érudit, il est associé au développement de la Michna et du Talmud et, à ce titre, à l’une des figures les plus importantes de l’histoire juive. Demandé un résumé de la religion juive dans les termes les plus concis, Hillel répondit (se tenant sur une jambe): “Ce qui est odieux pour vous, ne le faites pas à vos semblables. C’est la Torah entière. Le reste est un commentaire. va apprendre. ”

La vertu du samouraï
Dans Hagakure, Yamamoto Tsunetomo résume son point de vue sur la «vertu» dans les quatre vœux qu’il prononce quotidiennement:

Ne jamais être en reste sur le chemin du samouraï ou du bushido.
Pour être utile au maître.
Être filiale à mes parents.
Pour manifester une grande compassion et agir pour le bien de l’homme.

Yamamoto poursuit en disant:

Si on dédie ces quatre vœux aux dieux et aux bouddhas chaque matin, il aura la force de deux hommes et ne glissera jamais en arrière. Peu à peu, vous devez être un peu en avant, comme la chenille. Les dieux et les bouddhas ont également commencé par un vœu.

Le code Bushidō est caractérisé par sept vertus:

Rectitude (g, gi)
Courage (, yuu)
Bienveillance (, jin)
Respect (, rei)
Honnêteté (, sei)
Honneur (, yo)
Loyauté (忠, chuu)

D’autres qui sont parfois ajoutés à ceux-ci:

Piété filiale (ō, kō)
Sagesse (智, chi)
Soins aux personnes âgées (, tei)

Points de vue des philosophes

Valluvar
Alors que les écritures religieuses considèrent généralement le dharma ou aṟam (le terme tamil pour la vertu) comme une vertu divine, Valluvar le décrit comme un mode de vie plutôt que comme une observance spirituelle, un mode de vie harmonieux menant au bonheur universel. C’est pour cette raison que Valluvar a toujours choisi Amam comme pierre angulaire de la littérature kural. Valluvar considérait la justice comme une facette ou un produit de l’aram. Alors que les philosophes grecs anciens tels que Platon, Aristote et leurs descendants étaient d’avis que la justice ne pouvait pas être définie et qu’il s’agissait d’un mystère divin, Valluvar a suggéré de manière positive qu’une origine divine n’était pas nécessaire pour définir le concept de justice. Selon les mots de VR Nedunchezhiyan, la justice selon Valluvar “habite les esprits de ceux qui ont connaissance du critère du bien et du mal;

René Descartes
Pour le philosophe rationaliste René Descartes, la vertu consiste en un raisonnement correct qui devrait guider nos actions. Les hommes devraient rechercher le bien souverain que Descartes, à la suite de Zénon, identifie à la vertu, car cela produit une bénédiction ou un plaisir solides. Pour Epicure, le souverain bien était un plaisir, et Descartes dit qu’en réalité, cela n’est pas en contradiction avec l’enseignement de Zénon, car la vertu produit un plaisir spirituel, meilleur que le plaisir corporel. En ce qui concerne l’opinion d’Aristote selon laquelle le bonheur dépend des biens de la fortune, Descartes ne nie pas que ces biens contribuent au bonheur, mais remarque qu’ils sont en grande partie hors de son contrôle, alors que son esprit est entièrement sous son contrôle.

Emmanuel Kant
Emmanuel Kant, dans ses Observations sur le sentiment du beau et du sublime, exprime la vertu véritable comme étant différente de ce que l’on sait couramment de ce trait moral. Pour Kant, être bon cœur, bienveillant et sympathique n’est pas considéré comme une vraie vertu. Le seul aspect qui rend un humain vraiment vertueux est de se comporter conformément aux principes moraux. Kant présente un exemple pour plus de clarification. supposons que vous rencontriez une personne nécessiteuse dans la rue; si votre sympathie vous amène à aider cette personne, votre réponse n’illustre pas votre vertu. Dans cet exemple, puisque vous n’avez pas les moyens d’aider tous ceux qui sont dans le besoin, vous vous êtes comporté injustement et cela sort du domaine des principes et de la vraie vertu. Kant applique l’approche de quatre tempéraments pour distinguer les personnes vraiment vertueuses. Selon Kant,

Friedrich Nietzsche
La vision de la vertu chez Friedrich Nietzsche est basée sur l’idée d’un ordre de rang parmi les gens. Pour Nietzsche, les vertus des forts sont perçues comme des vices par les faibles et les esclaves, ainsi la morale de la vertu en matière de vertu repose sur sa distinction entre la moralité maîtresse et la moralité esclavagiste. Nietzsche promeut les vertus de ceux qu’il appelle «hommes supérieurs», comme Goethe et Beethoven. Les vertus qu’il loue en eux sont leurs pouvoirs créateurs («les hommes de grande créativité» – «les hommes vraiment grands selon mon entendement» (WP 957)). Selon Nietzsche, ces types supérieurs sont solitaires, poursuivent un “projet unificateur”, se révèrent, sont en bonne santé et procurent de la vie. Parce que se mélanger avec le troupeau fait une base, le type le plus élevé “cherche instinctivement pour une citadelle et un secret où il est sauvé de la foule, le la grande majorité… »(BGE 26). Le type ‘supérieur’ cherche également «instinctivement de lourdes responsabilités» (WP 944) sous la forme d’une «idée organisatrice» de leur vie, qui les pousse vers le travail artistique et créatif et leur donne santé et force psychologiques. Le fait que les types les plus élevés soient “en bonne santé” pour Nietzsche ne fait pas référence à la santé physique autant qu’à la résilience psychologique et au courage. Enfin, un type supérieur affirme la vie parce qu’il est disposé à accepter le retour éternel de sa vie et à l’affirmer pour toujours et sans condition. ce qui les conduit au travail artistique et créatif et leur donne la force et la santé psychologiques. Le fait que les types les plus élevés soient “en bonne santé” pour Nietzsche ne fait pas référence à la santé physique autant qu’à la résilience psychologique et au courage. Enfin, un type supérieur affirme la vie parce qu’il est disposé à accepter le retour éternel de sa vie et à l’affirmer pour toujours et sans condition. ce qui les conduit au travail artistique et créatif et leur donne la force et la santé psychologiques. Le fait que les types les plus élevés soient “en bonne santé” pour Nietzsche ne fait pas référence à la santé physique autant qu’à la résilience psychologique et au courage. Enfin, un type supérieur affirme la vie parce qu’il est disposé à accepter le retour éternel de sa vie et à l’affirmer pour toujours et sans condition.

Dans la dernière section de Au-delà du bien et du mal, Nietzsche expose ses réflexions sur les nobles vertus et place la solitude parmi les plus hautes vertus:

Et pour garder le contrôle de vos quatre vertus: courage, perspicacité, sympathie, solitude. Parce que la solitude est une vertu pour nous, puisqu’elle est une inclination et une impulsion sublimes pour la propreté qui montrent que le contact entre les personnes (la «société») rend inévitablement les choses impures. Quelque part, parfois, chaque communauté crée des gens – «base». (BGE §284)

Nietzsche considère également la véracité comme une vertu:

Véritable honnêteté, à supposer que ce soit notre vertu et que nous ne puissions pas nous en débarrasser, nous libérons les esprits – eh bien, nous voudrons y travailler avec tout l’amour et la malice dont nous disposons et ne pas nous lasser de nous perfectionner. notre vertu, la seule qui nous reste: que sa gloire finisse comme une lueur bleue et dorée du soir moqueuse de cette culture vieillissante et de son sérieux terne et morne! (Au-delà du bien et du mal, §227)

Benjamin Franklin
Ce sont les vertus que Benjamin Franklin a utilisées pour développer ce qu’il a appelé la «perfection morale». Il avait une liste de contrôle dans un cahier pour mesurer chaque jour comment il vivait à la hauteur de ses vertus.

Ils se sont fait connaître grâce à l’autobiographie de Benjamin Franklin.

Tempérance: ne mangez pas à la matité. Ne bois pas à l’altitude.
Silence: Ne parlez pas mais ce qui peut bénéficier aux autres ou à vous-même. Évitez les conversations insignifiantes.
Ordre: Laissez toutes vos choses avoir leurs endroits. Laissez chaque partie de votre entreprise avoir son temps.
Résolution: décide de faire ce que tu devrais. Effectuer sans faute ce que vous résolvez.
Frugalité: ne faites aucune dépense que de faire du bien aux autres ou à vous-même; c’est-à-dire ne gaspille rien.
Industrie: Ne perdez pas de temps. Être toujours employé dans quelque chose d’utile. Couper toutes les actions inutiles.
Sincérité: n’utilisez aucune tromperie blessante. Pensez innocemment et justement; et, si vous parlez, parlez en conséquence.
Justice: Faux aucune, en faisant des blessures ou en omettant les avantages qui sont de votre devoir.
Modération: Évitez les extrêmes. Résister à ressentir les blessures autant que vous pensez qu’ils méritent.
Propreté: Ne tolérez aucune impureté dans le corps, les vêtements ou l’habitation.
Tranquillité: Ne soyez pas dérangé aux bagatelles ou aux accidents courants ou inévitables.
Chasteté: utilisez rarement Venery mais pour la santé ou la progéniture; Jamais à l’ennui, à la faiblesse ou à la blessure de votre propre paix ou réputation.
Humilité: Imitez Jésus et Socrate.

Vues contemporaines

Les vertus comme émotions
Marc Jackson dans son livre Emotion and Psyche propose un nouveau développement des vertus. Il identifie les vertus comme ce qu’il appelle les bonnes émotions. “Le premier groupe composé de l’amour, de la bonté, de la joie, de la foi, de la crainte et de la pitié est bon”. mais des émotions qui doivent être ressenties et développées en sentant ne pas agir.

En objectivisme
Ayn Rand a estimé que sa moralité, la moralité de la raison, contenait un seul axiome: l’existence existe et un seul choix: vivre. Toutes les valeurs et les vertus en découlent. Pour vivre, l’homme doit défendre trois valeurs fondamentales que l’on développe et réalise dans la vie: la raison, le but et l’estime de soi. Une valeur est “ce que l’on agit pour gagner et / ou garder … et la vertu l’acte par lequel on l’obtient et / ou le garde”. La vertu première de l’éthique objectiviste est la rationalité, ce qui, selon Rand, est “la reconnaissance et l’acceptation de la raison comme l’unique source de connaissance, l’unique juge des valeurs et l’unique guide de l’action”. Ces valeurs sont obtenues par une action passionnée et cohérente et les vertus sont la politique à suivre pour atteindre ces valeurs fondamentales. Ayn Rand décrit sept vertus: la rationalité, productivité, fierté, indépendance, intégrité, honnêteté et justice. Les trois premières représentent les trois vertus principales qui correspondent aux trois valeurs fondamentales, tandis que les quatre dernières découlent de la vertu de la rationalité. Elle affirme que la vertu n’est pas une fin en soi, que la vertu n’est pas sa propre récompense ni le sacrifice de la récompense du mal, que la vie est la récompense de la vertu et que le bonheur est le but et la récompense de la vie. L’homme a un choix fondamental: penser ou non, c’est la jauge de sa vertu. La perfection morale est une rationalité non effacée, non pas le degré de votre intelligence, mais l’utilisation complète et implacable de votre esprit, non pas l’étendue de vos connaissances, mais l’acceptation de la raison en tant qu’absolu. Les trois premières représentent les trois vertus principales qui correspondent aux trois valeurs fondamentales, tandis que les quatre dernières découlent de la vertu de la rationalité. Elle affirme que la vertu n’est pas une fin en soi, que la vertu n’est pas sa propre récompense ni le sacrifice de la récompense du mal, que la vie est la récompense de la vertu et que le bonheur est le but et la récompense de la vie. L’homme a un choix fondamental: penser ou non, c’est la jauge de sa vertu. La perfection morale est une rationalité non effacée, non pas le degré de votre intelligence, mais l’utilisation complète et implacable de votre esprit, non pas l’étendue de vos connaissances, mais l’acceptation de la raison en tant qu’absolu. Les trois premières représentent les trois vertus principales qui correspondent aux trois valeurs fondamentales, tandis que les quatre dernières découlent de la vertu de la rationalité. Elle affirme que la vertu n’est pas une fin en soi, que la vertu n’est pas sa propre récompense ni le sacrifice de la récompense du mal, que la vie est la récompense de la vertu et que le bonheur est le but et la récompense de la vie. L’homme a un choix fondamental: penser ou non, c’est la jauge de sa vertu. La perfection morale est une rationalité non effacée, non pas le degré de votre intelligence, mais l’utilisation complète et implacable de votre esprit, non pas l’étendue de vos connaissances, mais l’acceptation de la raison en tant qu’absolu. cette vertu n’est pas sa propre récompense ni le fourrage sacrificiel pour la récompense du mal, cette vie est la récompense de la vertu et le bonheur est le but et la récompense de la vie. L’homme a un choix fondamental: penser ou non, c’est la jauge de sa vertu. La perfection morale est une rationalité non effacée, non pas le degré de votre intelligence, mais l’utilisation complète et implacable de votre esprit, non pas l’étendue de vos connaissances, mais l’acceptation de la raison en tant qu’absolu. cette vertu n’est pas sa propre récompense ni le fourrage sacrificiel pour la récompense du mal, cette vie est la récompense de la vertu et le bonheur est le but et la récompense de la vie. L’homme a un choix fondamental: penser ou non, c’est la jauge de sa vertu. La perfection morale est une rationalité non effacée, non pas le degré de votre intelligence, mais l’utilisation complète et implacable de votre esprit, non pas l’étendue de vos connaissances, mais l’acceptation de la raison en tant qu’absolu.

En psychologie moderne
Christopher Peterson et Martin Seligman, deux chercheurs éminents en psychologie positive, ont reconnu la déficience inhérente à la tendance de la psychologie à se focaliser sur le dysfonctionnement plutôt que sur ce qui fait une personnalité saine et stable. Après trois années d’études, 24 caractères (classés en six grands domaines de vertu) ont été identifiés, présentant “une similitude surprenante d’une culture à l’autre et indiquant fortement une convergence historique et transculturelle”. Ces six catégories de vertu sont le courage, la justice, l’humanité, la tempérance, la transcendance et la sagesse. Certains psychologues suggèrent que ces vertus sont correctement regroupées en moins de catégories; par exemple, les mêmes 24 traits ont été regroupés simplement: forces cognitives, forces de tempérance,

Le vice comme opposé
L’opposé d’une vertu est un vice. Le vice est une pratique habituelle et répétée d’actes répréhensibles. Une des manières d’organiser les vices est la corruption des vertus.

Comme le notait Aristote, les vertus peuvent avoir plusieurs contraires. Les vertus peuvent être considérées comme le moyen entre deux extrêmes, comme le dit la maxime latine dans medio stat virtus – la vertu est au centre. Par exemple, la lâcheté et la témérité sont des opposés au courage; contrairement à la prudence sont à la fois une prudence excessive et une prudence insuffisante; les contraires de l’orgueil (une vertu) sont une humilité excessive et une vanité excessive. Une vertu plus “moderne”, la tolérance, peut être considérée comme un compromis entre les deux extrêmes: l’étroitesse d’esprit d’une part et l’acceptation excessive de l’autre. Les vices peuvent donc être identifiés comme les opposés des vertus – mais avec l’avertissement que chaque vertu peut avoir de nombreux opposés différents, tous distincts les uns des autres.