Vie simple

La vie simple englobe un certain nombre de pratiques volontaires différentes visant à simplifier son mode de vie. Celles-ci peuvent inclure, par exemple, la réduction de ses biens, généralement appelée minimalisme, ou l’augmentation de l’autosuffisance. Une vie simple peut être caractérisée par des individus satisfaits de ce qu’ils ont plutôt que de ce qu’ils veulent. Bien que l’ascétisme favorise généralement la vie simplement et s’abstient du luxe et de l’indulgence, tous les partisans de la vie simple ne sont pas des ascètes. La vie simple est distincte de celles qui vivent dans la pauvreté forcée, car il s’agit d’un choix de vie volontaire.

Les adeptes peuvent choisir une vie simple pour diverses raisons personnelles: spiritualité, santé, amélioration du temps passé en famille et entre amis, conciliation travail-vie personnelle, goût personnel, viabilité financière, frugalité ou réduction du stress. La vie simple peut aussi être une réaction au matérialisme et à la consommation ostentatoire. Certains citent des objectifs sociopolitiques alignés sur les mouvements écologistes, anti-consommationnistes ou anti-guerre, y compris la conservation, la décroissance, la justice sociale et la résistance fiscale.

Les motivations
La simplicité volontaire consiste à rechercher le bonheur en appréciation pour améliorer la vraie “qualité de vie”. Il s’oppose donc au discours économique et social du XXIe siècle, qui tend à considérer le progrès technique et le développement de la consommation comme une amélioration de la qualité de la vie. La philosophie de la vie naît de l’idée que la consommation n’apporte pas le bonheur et augmente l’aliénation.

Plus précisément, plusieurs motivations sont possibles.

Éthique
Certains partisans de la simplicité volontaire préconisent un retour à la “richesse réelle”, opposée à la richesse matérielle. Ces vraies richesses peuvent être en particulier la vie sociale et familiale, l’épanouissement personnel, la vie spirituelle, l’osmose avec la nature, etc.

Il offre un autre moyen de bonheur. Précurseur du concept [réf. requis], Henri Bergson a écrit “C’est beau, ce n’est pas être privé, ni même le nier, c’est ne pas se sentir privé”. En outre, le philosophe français a écrit dans le dernier chapitre de son dernier livre Les deux sources de la morale et de la religion un diagnostic de surconsommation “Jamais, en effet, les satisfactions que les nouvelles inventions apportent aux besoins anciens ne déterminent pas le maintien de l’humanité; les besoins nouveaux surgissent, impérieux, de plus en plus nombreux. Nous avons vu la course au bien-être aller plus vite, sur une piste où se pressaient des foules de plus en plus compactes. Aujourd’hui, c’est la ruée “. La simplicité volontaire se veut une solution à cet engouement pour les produits de consommation que Bergson prévoit. En tant que précurseur de ce courant, il précise les conditions de réalisation de cet idéal comme suit: “le futur de l’humanité reste indéterminé, car il en dépend”. Selon Bergson, il est donc nécessaire de miser sur une éducation qui permette à la fois de comprendre l’impact de notre consommation grâce aux connaissances scientifiques et de développer notre goût pour les objets qui favorisent réellement notre épanouissement personnel.

Critique du matérialisme
Dans la vie simple, on prend soin de remettre en question son propre comportement en termes de consommation, de possessions et de relations, afin d’être utile et nécessaire. Un excès de propriété, dû à la poursuite du statut social et du prestige, est considéré comme un obstacle et un fardeau. Il évite la consommation pour le divertissement ou comme un simple passe-temps et achète plutôt ciblé. Il y a une distinction claire entre le désir pur et la nécessité réelle. Le style de vie se caractérise par l’attitude fondamentale consistant à posséder moins de choses afin de ne pas s’imposer inutilement à l’environnement avec leur acquisition, leur paiement, leur soin et leur élimination. Les loisirs ont une grande estime. Dans un style de vie simple, il semble déraisonnable d’échanger des vies contre de l’argent pour prendre possession de biens dont vous n’avez pas besoin ou pour passer des heures de travail à consommer davantage avec leur revenu.

Critique du rythme rapide et de la stimulation excessive
Les défenseurs d’un style de vie simple critiquent le surpoids de l’argent et des biens, ainsi que le rythme rapide des temps, souvent accompagnés d’une surcharge sensorielle. Cela comprend également le surmenage des personnes par le travail (compactage du travail) et la pression des délais. Les médias sont accusés de prendre le temps des gens pour leurs propres pensées et leur plaisir.

La qualité de vie subjectivement expérimentée est au premier plan – au-delà d’un hédonisme superficiel limité aux catégories de consommation matérialistes. Ce style de vie matériellement délibérément réduit a parfois des traits ascétiques.

Économique
L’augmentation de la consommation entraîne une augmentation des besoins financiers et donc un surcroît de travail, ce qui peut engendrer du mécontentement chez certaines personnes (manque de temps pour soi-même, stress, santé précaire, dépendance à l’argent, etc.). Dans ce contexte, la philosophie de la simplicité volontaire ne peut s’appuyer sur la théorie du consommateur en microéconomie, à savoir les courbes d’indifférence marquant les différents arbitrages entre excédent de travail et excédent de consommation, ou entre plaisir induit par la consommation et celui induit par le temps libre (vie familiale, physique, etc.). activités, divertissement, etc.).
Certains partisans de la simplicité volontaire croient que, dans la société de consommation, on consacre son temps à gagner de plus en plus d’argent pour répondre aux besoins matériels croissants qui ne seront jamais satisfaits en raison de leur renouvellement constant. de tels besoins sont motivés par la publicité. Dans cette perspective, la poursuite du bonheur par la consommation est donc une course sans fin que l’approche de la simplicité volontaire privilégie.

Écologique
La simplicité volontaire indique que la consommation et la croissance ont des impacts négatifs sur l’environnement et que ses partisans craignent l’imminence de la crise écologique. Il préconise donc de limiter la consommation de biens matériels afin de ralentir la destruction des ressources naturelles.

Prenant l’exemple typique du refus de posséder une voiture, l’argent économisé peut être réinvesti dans un vélo, des billets de train ou des locations de voiture lorsque cela est essentiel. Et ont donc les mêmes avantages que la possession personnelle d’un véhicule de tourisme à un prix finalement identique et avec un impact écologique global moindre.

Autres motivations
Dans certains cas, la simplicité “volontaire” serait en fait satisfaite, mais elle serait alors assumée et considérée comme un moyen de raisonner ses désirs de consommation.
Cela peut aussi être considéré comme une posture prise pour construire une image de marque, comme l’intellectuel qui refuse la télévision et affiche son mépris pour la publicité et la consommation.
Quoi qu’il en soit, au-delà de ces jugements moraux, le résultat est le même: une certaine modération profitable au bien-être commun (comme la “foi de Pascal”: “nous n’avons rien à perdre”).

Histoire

Religieux et spirituel
Un certain nombre de traditions religieuses et spirituelles encouragent la vie simple. Les premiers exemples incluent les traditions ŚramaŚa de l’âge du fer en Inde, le Gautama Buddha et les nazirites bibliques (notamment Jean-Baptiste). On dit que la figure biblique Jésus a vécu une vie simple. Il aurait encouragé ses disciples à «ne rien prendre pour leur voyage sauf un bâton – pas de pain, pas de sac, pas d’argent dans leur ceinture – mais porter des sandales et ne pas porter deux tuniques». Divers individus notables ont affirmé que leur inspiration spirituelle les avait conduits à un style de vie simple, tels que Benoît de Nursie, François d’Assise, Ammon Hennacy, Léon Tolstoï, Rabindranath Tagore, Albert Schweitzer et Mahatma Gandhi.

La vie simple a des traditions qui remontent à l’Orient et qui résonnent avec des leaders tels que Zarathoustra, Bouddha, Laozi et Confucius et qui étaient fortement mises en valeur par la culture gréco-romaine et l’éthique judéo-chrétienne. Diogène, figure majeure de l’ancienne philosophie grecque du cynisme, affirmait qu’une vie simple était nécessaire à la vertu et aurait vécu dans une jarre à vin.

Les gens ordinaires sont des groupes chrétiens qui pratiquent depuis des siècles des modes de vie dans lesquels certaines formes de richesse ou de technologie sont exclues pour des raisons religieuses ou philosophiques. Les groupes incluent les Shakers, les Mennonites, les Amish, les Huttérites, les Colonies Amana, le Bruderhof, les Anciens Frères Baptistes Allemands, la Société d’Harmonie et quelques Quakers. Il y a une croyance Quaker appelée Témoignage de simplicité qu’une personne devrait vivre sa vie simplement.

Jean-Jacques Rousseau a fortement louangé la vie simple dans nombre de ses écrits, notamment dans son discours sur les arts et les sciences (1750) et son discours sur l’inégalité (1754).

Séculier
L’épicurisme, fondé sur les enseignements du philosophe Epicurus, basé à Athènes, s’est développé à partir du quatrième siècle avant JC jusqu’au troisième siècle après JC. L’épicurisme défendait la vie calme comme le paradigme du bonheur, rendu possible par des choix soigneusement réfléchis. En particulier, Epicurus a souligné que les problèmes liés au maintien d’un style de vie extravagant ont tendance à l’emporter sur le plaisir de participer. Il a donc conclu que ce qui est nécessaire pour le bonheur, le confort corporel et la vie elle-même devrait être maintenu à un coût minimal, alors que tout ce qui est nécessaire devrait être tempéré par la modération ou complètement évité.

Henry David Thoreau, naturaliste et auteur américain, est souvent considéré comme ayant formulé la déclaration laïque classique prônant une vie simple et durable dans son livre Walden (1854). Thoreau a mené une expérience de deux ans en vivant une vie simple et simple sur les rives de l’étang Walden.

En Grande-Bretagne victorienne, Henry Stephens Salt, un admirateur de Thoreau, a popularisé l’idée de «simplification, méthode de vie plus saine». Edward Carpenter, William Morris et les membres de la “Fellowship of the New Life” étaient d’autres avocats britanniques de la vie simple. Carpenter a popularisé l’expression «la vie simple» dans son essai Simplification de la vie dans son idéal anglais (1887).

CR Ashbee et ses disciples ont également pratiqué certaines de ces idées, liant ainsi la simplicité au mouvement Arts and Crafts. Le romancier britannique John Cowper Powys a préconisé la vie simple dans son livre de 1933, A Philosophy of Solitude. John Middleton Murry et Max Ploughman ont pratiqué un style de vie simple dans leur centre Adelphi, dans l’Essex, dans les années 1930. Le poète irlandais Patrick Kavanagh a défendu dans certains de ses travaux une philosophie de “simplicité simple” basée sur le ruralisme.

George Lorenzo Noyes, naturaliste, minéralogiste, critique de développement, écrivain et artiste, est connu sous le nom de Thoreau du Maine. Il a vécu un mode de vie sauvage, préconisant à travers son travail créatif une vie simple et le respect de la nature. Au cours des années 1920 et 1930, les Vanderbilt Agrarians du sud des États-Unis ont préconisé un mode de vie et une culture centrés sur des valeurs agraires traditionnelles et durables, par opposition à l’industrialisme urbain progressiste qui dominait le monde occidental à cette époque.

Thorstein Veblen a mis en garde contre la consommation ostentatoire de la société matérialiste avec la théorie de la classe de loisir (1899); Richard Gregg a inventé le terme “simplicité volontaire” dans La valeur de la simplicité volontaire (1936). À partir des années 1920, un certain nombre d’auteurs modernes ont articulé la théorie et la pratique de la vie simplement, parmi lesquelles Gandhian Richard Gregg, les économistes Ralph Borsodi et Scott Nearing, l’anthropologue-poète Gary Snyder et le romancier utopique Ernest Callenbach. EF Schumacher s’est opposé à l’idée selon laquelle “plus c’est grand, mieux c’est” dans Small Is Beautiful (1973); et Duane Elgin a continué à promouvoir la vie simple dans Voluntary Simplicity (1981). L’universitaire australien Ted Trainer pratique et écrit sur la simplicité et a créé le Simplicity Institute à Pigface Point, à une vingtaine de kilomètres de l’Université de New South Wales à laquelle il est rattaché. Un projet laïque de neuf valeurs a été développé avec le projet Ethify Yourself en Autriche, avec un style de vie simplifié et accompagné d’un livre en ligne (2011). Aux États-Unis, la simplicité volontaire a commencé à se faire davantage connaître à travers un mouvement à la fin des années 1990 autour d’un livre populaire de “simplicité”, The Simple Living Guide de Janet Luhrs. À peu près au même moment, le minimalisme (un mouvement similaire) a commencé à montrer sa lumière dans les yeux du public.

Les pratiques

Réduire la consommation, le temps de travail et les biens
Certaines personnes pratiquent une vie simple en réduisant leur consommation. En réduisant les dépenses en biens ou services, le temps passé à gagner de l’argent peut être réduit. Le temps économisé peut être utilisé pour poursuivre d’autres intérêts ou aider les autres en faisant du bénévolat. Certains peuvent utiliser le temps libre supplémentaire pour améliorer leur qualité de vie, par exemple en poursuivant des activités créatives telles que l’art et l’artisanat. Développer un détachement de l’argent a conduit certaines personnes, telles que Suelo et Mark Boyle, à vivre sans argent. La réduction des dépenses peut également entraîner une augmentation de l’épargne, ce qui peut conduire à l’indépendance financière et à la possibilité d’une retraite anticipée.

Le 100 Thing Challenge est un mouvement populaire visant à réduire les biens personnels à cent objets, dans le but de désencombrer et de simplifier la vie. Le mouvement des petites maisons comprend des individus qui ont choisi de vivre dans de petites habitations sans impact, sans impact sur les prêts hypothécaires, telles que des cabanes en rondins ou des cabanes de plage.

Augmentation de l’autonomie
Une des façons de simplifier la vie consiste à retourner sur les terres et à cultiver votre propre nourriture, car l’autosuffisance accrue réduit la dépendance à l’argent et à l’économie. Tom Hodgkinson pense que la clé d’une vie libre et simple consiste à arrêter de consommer et à commencer à produire. C’est un sentiment partagé par un nombre croissant de personnes, y compris celles de la génération du millénaire, comme l’écrivaine et blogueuse écologique Jennifer Nini, qui a quitté la ville pour vivre hors réseau, cultiver des aliments et «faire partie de la solution; ne fait pas partie du problème. ”

Le jardinage forestier, développé par Robert Hart, simple adhérent vivant, est un système de production d’aliments à base de plantes nécessitant peu d’entretien, basé sur des écosystèmes forestiers, comprenant des arbres fruitiers et à noix, des arbustes, des herbes, des vignes et des légumes vivaces. Hart a créé un jardin forestier modèle à partir d’un verger de 0,12 acre dans sa ferme de Wenlock Edge, dans le Shropshire.

L’idée des kilomètres alimentaires, le nombre de kilomètres qu’un aliment donné ou ses ingrédients ont parcourus entre la ferme et la table, est utilisée par de simples défenseurs de la vie pour défendre les aliments cultivés localement. Cela est en train de gagner l’acceptation du grand public, comme en témoigne la popularité de livres tels que The 100-Mile Diet et Animal, Vegetable, Miracle de Barbara Kingsolver: une année dans la nourriture. Dans chacun de ces cas, les auteurs ont consacré un an à réduire leur empreinte carbone en mangeant localement.

Les citadins peuvent également produire des fruits et légumes frais cultivés dans des potagers ou des serres d’intérieur miniatures. Les tomates, la laitue, les épinards, la bette à carde, les pois, les fraises et plusieurs types d’herbes peuvent tous se développer dans les pots. Jim Merkel a déclaré qu’une personne “pourrait faire germer des graines. Elles sont savoureuses, incroyablement nutritives et faciles à cultiver … Nous les cultivons dans des bocaux Mason à large ouverture avec un carré de moustiquaire en nylon vissé sous un anneau en métal”. Matt Moore, un agriculteur, a déclaré à propos de cette question: “Quel effet cela at-il sur le consommateur de savoir que le brocoli a besoin de 105 jours pour faire pousser sa tête? Le mode supermarché en est un des nombreux – il est toujours approvisionné. Cela change notre sens du temps. prend pour faire pousser de la nourriture – elle est retirée du marché. Ils ne veulent pas que vous réfléchissiez au temps qu’il faut pour cultiver, car ils veulent que vous achetiez maintenant “. M. Moore suggère également une façon de changer ce point de vue. Il a installé une installation vidéo dans la section des produits d’une épicerie, qui documentait le temps qu’il fallait pour cultiver certains légumes. Cela visait à sensibiliser les gens au temps réellement nécessaire aux jardins.

L’éthique do it yourself se réfère au principe d’entreprendre les tâches nécessaires soi-même plutôt que de les faire compléter par d’autres personnes, plus qualifiées ou expérimentées.

Reconsidérer la technologie
Les personnes qui pratiquent une vie simple ont des points de vue différents sur le rôle de la technologie. Le militant politique américain Scott Nearing était sceptique quant à la manière dont l’humanité utiliserait les nouvelles technologies, invoquant des inventions destructrices telles que les armes nucléaires. Ceux qui évitent la technologie moderne sont souvent appelés Luddites ou néo-luddites. Bien que la vie simple soit souvent une quête laïque, cela peut impliquer de reconsidérer les définitions personnelles de la technologie appropriée, comme l’ont fait des groupes anabaptistes tels que les Amish ou les Mennonites.

Les partisans de la technologie considèrent les technologies de pointe comme un moyen de rendre plus simple et plus durable un style de vie simple dans la culture traditionnelle. Ils affirment qu’Internet peut réduire l’empreinte carbone d’une personne grâce au télétravail et à une consommation de papier inférieure. Certains ont également calculé leur consommation d’énergie et ont montré que l’on peut vivre simplement et avec une émotion satisfaisante en utilisant beaucoup moins d’énergie que dans les pays occidentaux. Les technologies qu’ils peuvent adopter comprennent les ordinateurs, les systèmes photovoltaïques, les éoliennes et les turbines à eau.

Les interventions technologiques qui semblent simplifier la vie peuvent en réalité induire des effets secondaires ailleurs ou à un moment ultérieur. Evgeny Morozov avertit que des outils comme Internet peuvent faciliter la surveillance de masse et la répression politique. Le livre Green Illusions identifie comment les technologies de l’énergie éolienne et solaire ont des effets secondaires cachés et peuvent en fait augmenter la consommation d’énergie et consolider les dommages environnementaux au fil du temps. Les auteurs du livre Techno-Fix critiquent les optimistes technologiques pour avoir ignoré les limites de la technologie dans la résolution de problèmes agricoles.

La publicité est critiquée pour avoir encouragé une mentalité consumériste. De nombreux défenseurs de la vie simple ont tendance à penser que couper la télévision ou en réduire le nombre est une composante essentielle de la vie simple. Certains voient dans l’Internet, la baladodiffusion, la radio communautaire ou la radio pirate une alternative viable.

Régime simplifiant
Une autre pratique est l’adoption d’un régime simplifié. Les régimes alimentaires qui peuvent simplifier la production et la consommation d’aliments domestiques comprennent les régimes végétaliens et le régime Gandhi. Au Royaume-Uni, Kathleen et Jack Jannaway ont formé le Mouvement pour la vie compatissante en 1984 pour diffuser le message végétal et promouvoir la vie simple et l’autonomie en tant que remède contre l’exploitation des êtres humains, des animaux et de la Terre.

Politique et activisme

Environnementalisme
La vie simple peut être entreprise par les environnementalistes. Par exemple, les partis verts préconisent souvent une vie simple en conséquence de leurs «quatre piliers» ou des «dix valeurs clés» du Parti vert des États-Unis. Cela comprend, en termes de politique, leur rejet du génie génétique et de l’énergie nucléaire et des autres technologies qu’ils considèrent dangereuses. Le soutien des Verts à la simplicité repose sur la réduction de l’utilisation des ressources naturelles et de l’impact environnemental. Ce concept s’exprime dans le “triangle vert” d’Ernest Callenbach, écologie, frugalité et santé.

Cependant, beaucoup de personnes partageant les mêmes idées évitent toute implication, même si la politique verte nuit à la simplicité, et préconisent des formes d’anarchisme vert qui tentent de mettre en œuvre ces principes à une plus petite échelle, par exemple l’écovillage. L’écologie profonde, une conviction que le monde n’existe pas en tant que ressource à exploiter librement par l’homme, propose la préservation de la nature sauvage, le contrôle de la population humaine et une vie simple.

Anti-guerre
La relation présumée entre la croissance économique et la guerre, lorsqu’elle est menée pour le contrôle et l’exploitation des ressources naturelles et humaines, est considérée comme une bonne raison de promouvoir un mode de vie simple. Éviter la perpétuation de la malédiction des ressources est un objectif similaire de nombreux adhérents simples et vivants.

L’opposition à la guerre a conduit les militants de la paix, tels que Ammon Hennacy et Ellen Thomas, à une forme de résistance fiscale dans laquelle ils réduisent leurs revenus en dessous du seuil fiscal en adoptant un style de vie simple. Ces personnes croient que leur gouvernement est engagé dans des activités immorales, contraires à l’éthique ou destructrices, telles que la guerre, et que payer des impôts finance inévitablement ces activités.

Art
Le terme bohémisme a été utilisé pour décrire une longue tradition de pauvreté volontaire et involontaire par des artistes qui consacrent leur temps à des activités artistiques plutôt qu’à un travail rémunéré.

En mai 2014, un article sur NPR suggérait que les attitudes positives envers la pauvreté dans le domaine de l’art devenaient moins courantes chez les jeunes artistes américains, citant un récent diplômé de la Rhode Island School of Design affirmant que “ses camarades de classe avaient peu d’intérêt vivre dans des mansardes et manger des nouilles ramen “.

Économie
Un nouveau mouvement économique se développe depuis la conférence des Nations Unies sur l’environnement en 1972 et la publication cette année de Only One Earth, Les limites de la croissance et Blueprint For Survival, suivie en 1973 par Small Is Beautiful: Economics as If People .

David Wann a récemment introduit l’idée de «prospérité simple» dans le cadre d’un mode de vie durable. De son point de vue, et comme point de départ de ce qu’il appelle une véritable durabilité, «il est important de se poser trois questions fondamentales: quel est l’intérêt de tous nos déplacements et de notre consommation? À quoi sert l’économie? Et enfin, pourquoi semblons-nous être plus malheureux maintenant que lorsque nous avons commencé notre quête initiale d’une richesse abondante? »Dans ce contexte, la vie simple est à l’opposé de notre quête moderne de richesse et, par conséquent, elle devient moins préoccupée par quantité et plus soucieux de la préservation des villes, des traditions et de la nature.

On peut trouver un point de référence pour cette nouvelle économie dans A New Economics of Sustainable Development de James Robertson et le travail de penseurs et de militants qui participent à son programme et à son programme Working for a Sane Alternative. Selon Robertson, le passage à la durabilité nécessitera probablement une réorientation généralisée de la hausse des revenus vers la réduction des coûts.

Les principes de la nouvelle économie, tels que définis par Robertson, sont les suivants:

l’autonomisation systématique des personnes (par opposition à leur création et à leur maintien), en tant que base d’un développement centré sur les personnes
la conservation systématique des ressources et de l’environnement, en tant que base d’un développement respectueux de l’environnement
évolution d’un modèle de vie économique «de la richesse des nations» à un modèle mondial, et de l’économie internationale actuelle à un système économique mondial écologiquement durable, décentralisateur et à plusieurs niveaux
restauration des facteurs politiques et éthiques à une place centrale dans la vie et la pensée économiques
respect des valeurs qualitatives, pas seulement des valeurs quantitatives.

Politique
Bien que certains mouvements religieux et politiques fassent de ce type de pratique un acte apolitique, il n’ya pas de conflit entre cette philosophie et diverses théories politiques. Par exemple, une personne peut pratiquer un capitalisme intense tout en vivant de manière simple, car le capital généré par les revenus (propriété, actions, etc.) n’implique pas une forme de consumérisme au sens strict, mais plutôt le capitalisme et le stoïcisme. En tout état de cause, les perspectives écologistes, libertaires et anticapitalistes de la simplicité volontaire veulent généralement une autodétermination locale, qui peut être menacée par le capitalisme financier et les investissements étrangers, et pourraient donc considérer ce type d’activités comme inacceptables.

D’autre part, une personne peut appartenir à un État totalitaire qui favorise une vie simple pour ses sujets en appliquant des lois anti-consommation.

De nombreux partis écologistes ou écologistes considèrent la vie simple comme une conséquence du triangle écologie, anti-consommation ou frugalité et santé, qui favorise un développement durable pour l’humanité dans son ensemble. Dans de nombreux cas, ces modèles peuvent être appliqués plus facilement au niveau municipal. Les écovillages en sont un exemple: une critique de la mondialisation est menée en tant que capitalisme industriel sans frontières, colonialisme néolibéral, etc., en réduisant considérablement la consommation de biens et de services superflus.
Littérature
Le livre blanc des Quakers sur la vie simple est “Témoignage de la simplicité”.

Le naturiste et écrivain Henry David Thoreau est souvent considéré comme le fondateur du mouvement dans un contexte non religieux, comme on peut le voir dans son livre Walden, publié en 1854. Dans un paragraphe de cet ouvrage, Thoreau s’exprime ainsi voit une famille pauvre d’immigrés irlandais qui vivait près de lui:

J’ai essayé de l’aider avec mon expérience, que je ne buvais pas de thé, de café, de beurre, de lait ou de viande fraîche. Je n’ai donc pas eu à travailler pour obtenir tout cela et je n’avais pas à travailler dur. dois manger beaucoup non plus, et ma nourriture ne me coûte presque rien; mais depuis qu’il a commencé avec le thé, le café, le beurre, le lait et le bœuf, il a dû travailler dur pour le payer et, comme il avait travaillé dur, il devait manger beaucoup pour réparer la dépense énergétique, alors ou il ne l’a pas donné, parce qu’il était malheureux et qu’il avait gaspillé sa vie avec le marché, bien qu’il croyait qu’il gagnait en venant en Amérique et qu’il pouvait y prendre du thé, du café et de la nourriture chaque jour.