Intermezzo

En musique, un intermezzo, au sens le plus général du terme, est une composition qui s’intègre entre d’autres entités musicales ou dramatiques, telles que les actes d’une pièce de théâtre ou les mouvements d’une œuvre musicale plus vaste. En histoire de la musique, le terme a eu plusieurs usages différents, qui entrent dans deux catégories générales: l’intermezzo opéra et l’intermezzo instrumental.

Dans l’histoire de la musique, ce terme a eu différentes significations. On peut notamment distinguer le genre d’opéra de l’intermezzo du dix-huitième siècle, l’intermezzo symphonique qui sépare les actes des œuvres et l’interlude instrumental.

Intermezzo Renaissance
L’intermezzo de la Renaissance s’appelait aussi l’intermédio. C’était une pièce dramatique avec un masque ressemblant à une musique, interprétée entre les actes d’une pièce de théâtre lors des fêtes de la cour italienne lors d’occasions spéciales, notamment des mariages. À la fin du XVIe siècle, l’intermezzo était devenu la forme la plus spectaculaire de représentation dramatique et un précurseur important de l’opéra. Les exemples les plus célèbres ont été créés pour les mariages de Médicis en 1539, 1565 et 1589. Dans l’Espagne baroque, l’équivalent entremés ou paso était une scène comique en un acte qui se terminait souvent par de la musique et la danse, entre les jornadas (actes) d’une pièce de théâtre.

Intermezzo d’opéra
L’intermezzo, au XVIIIe siècle, était un intermède comique d’opéra inséré entre des actes ou des scènes d’un opéra seria. Ces intermezzi pourraient être eux-mêmes des œuvres substantielles et complètes, même s’ils étaient plus courts que l’opera seria qui les renfermait; typiquement, ils offraient un soulagement comique et un contraste dramatique avec le ton du grand opéra qui les entourait, et utilisaient souvent un ou plusieurs personnages de l’opéra ou de la commedia dell’arte. En cela, ils étaient à l’inverse de l’intermezzo de la Renaissance, qui avait généralement un sujet mythologique ou pastoral qui contrastait avec une pièce de théâtre principale. Souvent, ils étaient de nature burlesque et se caractérisaient par une comédie burlesque, des déguisements, un dialecte et une ribalderie. Le plus célèbre de tous les intermezzi de cette période est La serva padrona de Pergolesi, un opéra buffa qui, après le décès de Pergolesi, a lancé la Querelle des Bouffons.

Dans certains cas, le répertoire intermezzo s’est étendu plus rapidement que l’opera seria lui-même; les chanteurs étaient souvent renommés, les effets comiques étaient populaires et les intermezzi étaient relativement faciles à produire et à mettre en scène. Dans les années 1730, le style se répandit en Europe, et certaines villes – par exemple Moscou – enregistrèrent des visites et des représentations de troupes se produisant entre des années précédant tout véritable opéra seria.

L’intermède (l’équivalent français de l’intermezzo) était la plus importante influence extérieure sur l’opéra à Paris au milieu du XVIIIe siècle et a contribué à la création d’un tout nouveau répertoire d’opéra en France (voir opéra comique).

Le mot a été utilisé (avec une pointe d’ironie) comme titre de l’opéra en deux actes de Richard Strauss, Intermezzo (1924), dont l’ampleur dépasse de loin l’intermède de la tradition.

La plupart des intermezzi les plus célèbres sont issus d’opéras de la période du verismo: Cavalleria rusticana et L’amico Fritz de Mascagni, Pagliacci de Leoncavallo, Manon Lescaut de Puccini et Suor Angelica, Fedora de Giordano, Adriana Lecouvreur de Cilea, et notamment celle de Massenet, connue comme la méditation.

Intermezzo instrumental
Au 19ème siècle, l’intermezzo acquit un autre sens: une pièce instrumentale qui était soit un mouvement entre deux autres dans une œuvre plus grande, soit une pièce de personnage qui pouvait être autonome. Ces intermezzi montrent une grande variation dans le style et la fonction: dans la musique accessoire de Mendelssohn au Songe d’une nuit d’été, l’intermezzo sert de matériel de liaison musical pour l’action dans la pièce de Shakespeare; dans la musique de chambre de Mendelssohn et Brahms, les intermezzi sont des noms de mouvements intérieurs qui, autrement, seraient appelés scherzi; et le piano intermezzi de Brahms, certaines de ses dernières compositions, sont des ensembles de pièces de caractère indépendantes qui ne sont pas destinées à connecter quoi que ce soit d’autre. Sur le plan stylistique, les intermezzi du XIXe siècle sont généralement lyriques et mélodiques, en particulier par rapport aux mouvements des deux côtés, lorsqu’ils se produisent dans des œuvres plus grandes. Les piano intermezzi de Brahms, en particulier, ont une gamme d’émotions extrêmement large et sont souvent considérés comme l’une des plus belles pièces de personnages écrites au XIXe siècle.

Les compositeurs d’opéra ont parfois écrit des intermezzi instrumentaux comme pièces de liaison entre des actes d’opéras. En ce sens, un intermezzo est similaire à l’entr’acte. Le plus célèbre de ce type d’intermezzo est probablement l’intermezzo de Cavalleria rusticana de Mascagni. Puccini a également écrit intermezzi pour Manon Lescaut et Madama Butterfly, et Wolf-Ferrari, Delius et d’autres en sont des exemples.

De plus, la musique fortuite pour les pièces de théâtre contenait généralement plusieurs intermezzi. La musique Rosamunde de Schubert ainsi que Peer Gynt de Grieg contenaient plusieurs intermezzi pour les pièces respectives.

Au 20ème siècle, le terme était utilisé occasionnellement. Chostakovitch a nommé l’un des mouvements de son sombre quatuor à cordes n ° 15 “intermezzo”; Bartók a utilisé le terme pour désigner le quatrième mouvement (sur cinq) de son concerto pour orchestre.

Intermezzo et Entr’acte symphoniques
La forme lyrique de l’intermezzo, typique du mélodrame de la seconde moitié des XIXe et XXe siècles, dérive de la forme française analogue de l’entr’acte, dont il contient le caractère descriptif. Il est parfois associé à un programme décrit dans la brochure. C’est en fait un prélude qui, au lieu de précéder le premier acte, est placé immédiatement avant l’un des actes successifs ou même au cours d’un acte. Normalement, on pense que les interludes symphoniques sont exécutés avec le rideau fermé, mais à quelques exceptions près.

Exemples d’interludes symphoniques
Lohengrin de Richard Wagner (1850 – Acte III)
Carmen de Georges Bizet (1875 – actes II, III, IV – entr’acte)
Le fils prodigue d’Amilcare Ponchielli (1880 – Acte IV)
Le Villi de Giacomo Puccini (1884 – acte II: en deux parties intitulées “L’abbandono” et “La tregenda”)
Marion Delorme d’Amilcare Ponchielli (1885 – acte IV)
Edgar de Giacomo Puccini (1889 – actes III et IV)
Cavalleria rusticana de Pietro Mascagni (1890 – pendant l’acte unique)
L’ami Fritz de Pietro Mascagni (1891 – acte III)
Pagliacci de Ruggero Leoncavallo (1892 – Acte II)
I Rantzau de Pietro Mascagni (1892 – acte IV)
Werther de Jules Massenet (1892 – acte IV)
Hänsel und Gretel de Engelbert Humperdinck (1893 – Acte III)
Manon Lescaut de Giacomo Puccini (1893 – Acte III)
Thaïs de Jules Massenet (1894 – Acte II – dit méditation)
Guglielmo Ratcliff de Pietro Mascagni (1895 – actes III et IV)
Adriana Lecouvreur de Francesco Cilea (1902 – acte IV)
Madama Butterfly de Giacomo Puccini (1904 – Acte III – à l’origine un rideau ouvert au milieu de l’acte II)
Suor Angelica de Giacomo Puccini (1918 – avant la finale, avec le rideau ouvert)
Billy Budd de Benjamin Britten (1951 – entre les deuxième et troisième cadres de l’acte III)