Prélude chorale

En musique, un prélude de choral ou un cadre de choral est une courte composition liturgique pour orgue utilisant un air de choral comme base. C’était un style prédominant de l’époque baroque allemande et a atteint son point culminant dans les œuvres de J.S. Bach, qui a écrit 46 exemples (avec un 47ème inachevé) de la forme dans son Orgelbüchlein, ainsi que de nombreuses autres œuvres du même type dans d’autres collections.

Cette forme était très utilisée en Allemagne à l’époque baroque, avec des variantes:

choral harmonisé: écriture verticale (en accords) avec quelques éléments d’écriture contrapuntiques (horizontale) …
Fugue chorale: avec sujet, contre-sujet, stretto, divertissement … (comme dans une fugue)
choral figuratif: avec d’importants éléments de contrepoint à l’imitation
décor chorale: avec des notes de grâce, des notes de passage, c’est plus mélodique …
Choral varié: fantaisie chorale, se mêle à d’autres formes
Ces différentes versions ont été particulièrement illustrées par les nombreux préludes de choral de Johann Sebastian Bach, dont les quarante-six de l’Orgelbüchlein.

Une fonction
La fonction liturgique d’un prélude de choral à l’époque baroque est débattue. Une possibilité est qu’ils aient été habitués à introduire l’hymne sur le point d’être chanté par la congrégation, généralement dans une église protestante et à l’origine dans une église luthérienne.

Style
Les préludes de choral sont des arrangements typiquement polyphoniques, avec une mélodie de choral, clairement audible et souvent ornée, utilisée comme cantus firmus. Les motifs d’accompagnement sont généralement dérivés de manipulations contrapuntiques de la mélodie du choral.

Dieterich Buxtehude, Johann Pachelbel et Johann Sebastian Bach comptent parmi les compositeurs de préludes de choral de la période baroque. Des exemples existent également à partir de la fin du 19ème siècle, notamment des œuvres de Johannes Brahms et Max Reger.

Genre
Bien que ce style de composition ait été typiquement polyphonique, la mélodie est bien audible, comme dans les chants homophoniques. De temps en temps, il y a un Obbligato au-dessus ou au-dessous de la mélodie.
La forme
Invariablement, le prélude du choral se présente sous la forme strophique, comme dans le choral — sa version étendue — mais dans une très brève présentation. Sa forme étant représentée par un simple “AA” ou même un “A” canonique plus long, avec des variations entre les voix dans lesquelles seul le thème d’origine du choeur est présenté. Dans ce second cas, la forme est un thème et une variation dans lesquels Bach utilise le thème reflété, inversé, rétrograde, transposant les intervalles en imitations du thème original, etc. La forme peut aussi être libre, comme dans le baroque il était coutume d’improviser sur la basse continue.

Période baroque
Parmi les maîtres anciens qui ont écrit les préludes de choral se trouve Samuel Scheidt. Sa Tabulatura Nova [partitions], contenant plusieurs de ces œuvres, a été publiée en 1624. Sweelinck est aussi typique de la période du début du baroque.

Des préludes de chorales figurent également dans les œuvres de Dieterich Buxtehude et Georg Böhm. Plus de 40 préludes choraux de Buxtehude ont survécu à ce jour.

Les compositions de Johann Pachelbel sont un autre exemple de la forme, beaucoup de ses préludes de choral développant des mélodies de choral protestantes.

Le compositeur le plus connu des préludes de choral est Johann Sebastian Bach. Ses premières compositions existantes, œuvres pour orgue qu’il a probablement écrites avant son quinzième anniversaire, incluent les préludes de choral BWV 700, 724, 1091, 1094, 1097, 1112, 1113 et 1119.

Au début de l’Orgelbüchlein (1708-1717) de Bach, la mélodie du choral se situe généralement dans la partie supérieure et les parties inférieures qui l’accompagnent, tout en étant très élaborées dans leurs détails harmoniques et contrapuntiques, les débuts et fins de phrases coïncidant généralement avec ceux du choral. Un exemple est “Jesu, meine Freude”, où la mélodie du choral dans la partie supérieure est soutenue par un contrepoint étroitement tissé et harmoniquement subtile en trois parties:

Peter Williams (1972, p. 27) déclare à propos de l’Orgelbüchlein: «Chaque approche des chorales d’orgue de Bach – leur beauté, leur” symbolisme “, leur maîtrise – est enrichissante.” Williams poursuit (1972, p. 29) “L’un des plus remarquables La plupart des réglages ont pour caractéristique que l’accompagnement et les motifs à partir desquels il est composé ont été inventés récemment et ne sont pas liés de manière thématique à la mélodie.

En revanche, dans le prélude de Wachet auf, intitulé Ruft uns die Stimme (BWV 645) de l’ensemble des six chorales Schübler, extraits de mouvements de cantates antérieurs, l’accompagnement est un obbligato fluide, issu de la mélodie du choral, qui semble pourtant flotter indépendamment dessus. “La réalisation d’une mélodie indépendante du cantus firmus, même si elle est en principe familière dans les airs obbligato, est ici exceptionnellement complète.” Julian Mincham (2010) observe ici une asymétrie qui pourrait s’enraciner dans le choral lui-même «avec son mélange légèrement déroutant de différentes longueurs de phrase»:

Deux idées mélodiques du choral, nommées (a) et (b) ci-dessus, sont intégrées à la ligne obbligato:

Mincham dit que, bien que «le thème et le choral ne soient pas conçus pour commencer et se terminer ensemble… [ils]] vont parfaitement ensemble. Apprenez à bien connaître les mélodies de chorale et de ritornello et les façons apparemment simples de les relier deviendront évidentes. Le point important est qu’ils ne semblent pas correspondre; mais ils le font. ”

Prélude Coral de Buxtehude
Prélude chorale (et Magnificats) 177-224

BuxWV 177 – Ach Gott und Herr
BuxWV 178 – Ach Herr, mich armen Sünder
BuxWV 179 – Auf meinen lieben Gott
BuxWV 180 – Christ, unser Herr, zum Jordan kam
BuxWV 181 – Danket dem Herren, rédacteur en chef sehr freundlich
BuxWV 182 – Der Tag, der ist so freudenreich
BuxWV 183 – Durch Adams Fall est en vente
BuxWV 184 – Ein feste Burg ist unser Gott
BuxWV 185 – Erhalt uns, Herr, bei deinem Wort
BuxWV 186 – Es ist das Heil ne sait pas comment elle va
BuxWV 187 – Es spricht der Unweisen Mund wohl
BuxWV 188 – Gelobet seist du, Jesu Christ
BuxWV 189 – Gelobet seist du, Jesu Christ
BuxWV 190 – Gott der Vater wohn uns bei
BuxWV 191 – Herr Christ, der einig Gottes Sohn
BuxWV 192 – Herr Christ, der einig Gottes Sohn
BuxWV 193 – Herr Jesu Christ, je vous remercie
BuxWV 194 – Par la direction, lieber Herre
BuxWV 195 – Dans le monde de Sohn
BuxWV 196 – Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ
BuxWV 197 – In dulci jubilo
BuxWV 198 – Jesus Christus, unser Heiland
BuxWV 199 – Komm, Heiliger Geist, Herre Gott
BuxWV 200 – Komm, Heiliger Geist, Herre Gott
BuxWV 201 – Commencez votre voyage par Gottes Sohn
BuxWV 202 – Lobt Gott, ihr Christen, allzugleich
(BuxWV 203 – Magnificat Primi Toni)
(BuxWV 204 – Magnificat Primi Toni)
(BuxWV 205 – Magnificat Noni Toni)
BuxWV 206 – Mensch, willt du leben seliglich
BuxWV 207 – Nimm von uns, Herr
BuxWV 208 – Une mordue piquée dans un geist
BuxWV 209 – Une mordue piquée par un geist
BuxWV 210 – Informations sur les femmes, les femmes et les hommes
BuxWV 211 – Nun komm, der Heiden Heiland
BuxWV 212 – Loupe de soignant, mein Seel, den Herren
BuxWV 213 – Loupe de soignant, mein Seel, den Herren
BuxWV 214 – Loupe de soignant, mein Seel, den Herren
BuxWV 215 – Loupe de soignant, mein Seel, den Herren
BuxWV 216 – Le Lux Beata, Trinitas
BuxWV 217 – Puer natus à Bethléem
(BuxWV 218 – Te Deum laudamus)
BuxWV 219 – Vater unser in Himmelreich
BuxWV 220 – Von Gott n’aura jamais eu besoin de vous
BuxWV 221 – Von Gott n’aura jamais eu besoin de vous
BuxWV 222 – War Gott no uns diese Zeit
BuxWV 223 – Wie Schön Leuchtet der Morgenstern
BuxWV 224 – Wir danken dir, Herr Jesu Christ

Prélude Bach
Les préludes choraux du “Petit livre d’orgue” d’Orgelbüchlein (en portugais) se produisent pendant les fêtes de l’année liturgique

Avènement
BWV 599 – Manuel des médias du Heiden Heiland
BWV 600 – Gott, dur deine Güte (ou Gottes Sohn ist kommen)
BWV 601 – Herr Christ, der einge Gottes-Sohn (ou Herr Gott, nonne sei gepreiset)
BWV 602 – Lire la suite de allmächtigen Gott

Noël
BWV 603 – Puer natus à Bethléem
BWV 604 – Gelobet seist du, Jesu Christ
BWV 605 – Der Tag, il y a tellement longtemps
BWV 606 – Vom Himmel Haut
BWV 607 – Vom Himmel parle de son histoire
BWV 608 – In dulci jubilo
BWV 609 – Lobt Gott, ihr Christen, allzugleich
BWV 610 – Jesu, meine Freude
BWV 611 – Christum wir sollen loben schon
BWV 612 – Wir Christenleut

Nouvel An
BWV 613 – Survêtement pour Gotts précédents
BWV 614 – Das alte Jahre vergangen ist
BWV 615 – Dans la direction de Freude

Présentation de Jésus au Temple
BWV 616 – Avec Fried et Freud ich fahr dahin
BWV 617 – Herr Gott, sœur schleuß den Himmel auf

Prêté
BWV 618 – Les Lamm Gottes, unschuldig
BWV 619 – Christe, du Lamm Gottes
BWV 620 – Christus, le meilleur de soi
BWV 621 – Da Jesus et Dem Kreuze Stund
BWV 622 – Le mois dernier
BWV 623 – Wir Danken dir, Herr Jesu Christ
BWV 624 – Hilf, Gott, gelée de daß mir
Le Traurigkeit, le Herzeleid (fragment)
Pâques
BWV 625 – Christ lag à Todesbanden
BWV 626 – Jesus Christus, l’un des plus célèbres îles du monde, der den Tod überwand
BWV 627 – Le Christ est maintenant compris
BWV 628 – Erstanden ist der heilge Christ
BWV 629 – Erschienen ist der herrliche Tag
BWV 630 – Heut triumphieret Gottes Sohn
Pentecôte
BWV 631 – Komm, Gott Schöpfer, Heiliger Geist
BWV 632 – Herr Jesu Christ, dich zu uns wend
BWV 634 – Liebster Jesu, wir sind hier
BWV 633 – Liebster Jesu, wir sind hier (distinctius)

Préludes basés sur les hymnes du catéchisme
BWV 635 – Dies sind die heilgen zehn Gebot
BWV 636 – Vater unser im Himmelreich
BWV 637 – Durch Adams Fall est en vente
BWV 638 – Es ist das Heil ne sait pas comment elle va
Divers
BWV 639 – Monsieur Jésus Christ
BWV 640 – Si vous voulez, monsieur
BWV 641 – Wenn wir in höchsten Nöten sein
BWV 642 – Que faire à la maison? Gott läßt walten
BWV 643 – Alle Menschen müssen sterben
BWV 644 – Tout ce qu’il faut, tout ce qu’il faut

Outre Bach, l’âge baroque avait également une importance particulière pour Pachelbel avec ses préludes de chorale qui ont beaucoup contribué à établir le choeur de mélodies du protestantisme dans le nord de l’Allemagne.

Période romantique et XXème siècle
Il existe plusieurs exemples de préludes de choral des XIXe et XXe siècles, tels que les Eleven Preludes de Johannes Brahms, César Franck, Max Reger et Samuel Barber. De telles œuvres continuent à être produites de nos jours, telles que les quatre volumes de Helmut Walcha et les sept volumes de Flor Peeters.

Johannes Brahms Prélude
Op. 122, onze préludes de coraux pour orgue (1896)

No. 1 Mein Jesu, der du mich
N ° 2 Herzliebster Jesu, a été du verbrochen
No. 3 O Welt, ich muss dich lassen
N ° 4 Herzlich tut mich erfreuen
No. 5 Schmücke dich, o Liebe Seele
N ° 6 Le monde libre, entre Frommen et Frommen
N ° 7 Le Gott, du frommer Gott
N ° 8 Es ist ein Ros ‘entsprungen
No 9 Herzlich tut mich verlangen
N ° 10 Herzlich tut mich verlangen (deuxième version)
No. 11 O Welt, ich muss dich lassen (deuxième version)

Max Reger
Reger a composé, entre autres, 52 préludes de choral, op. 67, Préludes chorales pour orgue, op. 79b (1900-2004) et 30 petits préludes de choral, op. 135a (1914).

Prélude à l’orgue de corail, op. 79b (1900-1904)

No. 1 ‘Ach Gott, je ne suis pas d’accord
N ° 2 ‘Ein Feste Burg est un unser Gott
N ° 3 ‘Herr, nonne selbst den Wagen halte’
No. 4 ‘Morgenglanz der Ewigkeit
N ° 5 ‘Mit Fried et Freud fahr ich dahin’
N ° 6 ‘Nous, nous sommes, wie nahe mir mein Ende’
No. 7 ‘Auferstehn, ja auferstehn wirst Du’
No 8 ‘Le Christ est connu de Dem Tod’
N ° 9 ‘Christus, Der ist mein Leben’
N ° 10 ‘Mit Fried et Freud fahr ich dahin’
N ° 11 ‘Nun danket alle Gott’
N ° 12 ‘Herr, nonne selbst den Wagen s’arrête
N ° 13 ‘Warum solit ich mich gramen’

Outre l’opus 79b de Max Reger, il a également composé 30 petits préludes de coraux, op. 135a (1914)