Palais Grassi, Venise, Italie

Le Palazzo Grassi est un bâtiment civil vénitien, situé dans le quartier de San Marco et surplombant le Grand Canal. C’est l’un des bâtiments lagunaires les plus connus, en plus d’être le lieu d’expositions d’art digne d’un intérêt particulier: il est célèbre car il est défini comme le dernier palais patricien surplombant le Grand Canal avant l’effondrement de la République de Sérénissime de Venise.

Inaugurés en 2006 et 2009, Palazzo Grassi et Punta della Dogana sont les deux musées d’art contemporain de la Collection Pinault à Venise. Rénovées par l’architecte japonais Tadao Ando, ​​elles présentent des expositions personnelles et collectives. Le Palazzo Grassi et Punta della Dogana visent à partager avec le public les connaissances et l’amour de l’art contemporain à travers l’extraordinaire Collection Pinault et à renforcer la relation privilégiée que l’institution a développée avec les artistes, notamment grâce à des œuvres spécialement conçues pour ses espaces d’exposition.

Histoire
Le palais se dresse sur un terrain trapézoïdal, acheté en plusieurs étapes par la famille Grassi: au début, cette dernière possédait un petit groupe de bâtiments, acheté en 1732 par les frères Trivellini par les frères Zuanne et Angelo Grassi: parmi ces maisons il y avait également le bâtiment aujourd’hui connu sous le nom de “Palazzina Grassi”, situé à gauche du complexe monumental, dans lequel les Grassi se sont installés en attendant de trouver un autre logement. En 1736, ils ont acheté un palais appartenant à la famille Michiel, entre 1738 et 1745, ils sont entrés en possession d’autres logements publics environnants, y compris l’hospice pour veuves fondé par Faustina Michiel. La propriété ainsi obtenue allait du Grand Canal à Campo San Samuele et Calle Lin. La forme particulière du chantier avait l’avantage d’offrir une grande façade sur le canal.

Les circonstances précises de la construction du Palazzo Grassi sont inconnues. On suppose cependant que les travaux ont commencé en 1748, grâce à un document qui indique les travaux d’excavation pour la préparation des fondations de la région. On pense également que l’achèvement du bâtiment remonte à 1772, l’année de la mort de Paolo Grassi, et donc presque contemporain de la deuxième phase des travaux de Ca ‘Rezzonico. Le grand escalier a été décoré de fresques de Michel-Ange Morlaiter et Francesco Zanchi.

Le palais au XIXe siècle

Le palais entre 1840 et 1875
Au cours de cette période, en raison de l’extinction rapide et complète de la famille Grassi, l’immeuble subit une succession soudaine de ventes qui le conduit à accueillir quatre propriétaires différents dans ses murs.

Transféré à la société commerciale vénitienne de Spiridione Papadopoli en 1840 par les frères Angelo et Domenico Grassi, le palais est revendu quatre ans plus tard au ténor d’opéra Antonio Poggi. Ce dernier l’a presque immédiatement vendu au Hongrois József Agost Shöfft, un peintre de renommée internationale qui, au moment de sa mort, a cédé la place à sa seconde épouse Joséphine Lindlau.

Le bâtiment sous la direction de Simone de Baron Sina
En 1857, le palais a été revendu à un riche financier grec, le baron Simone de Sina, qui a apporté des modifications substantielles à la structure générale du palais:

pour rendre la structure plus stable, il a ajouté quatre colonnes au vestibule
il avait une partie des décorations du 18ème siècle dans le palais démoli
divisé la salle de bal au premier étage (dissimulant ainsi une fresque du canal) pour obtenir une antichambre décorée de quelques œuvres du peintre autrichien Christian Griepenkeri

Le palais au XXe siècle
En 1908, les héritiers du baron de Sina ont vendu le bâtiment à l’industriel suisse Giovanni Stucky, qui après la mort en 1910, a laissé la structure entre les mains de son fils Giancarlo qui a inséré à l’intérieur du bâtiment: ascenseurs, systèmes électriques et de chauffage.
Giancarlo Stucky est également responsable de la réévaluation des fresques du canal Giambattista, qui ont finalement été transférées de la salle de bal à l’escalier principal de la structure.

En 1949, après être passé entre les mains de l’homme d’affaires vénitien Vittorio Cini, le bâtiment est passé à une société immobilière appartenant à la multinationale italienne Snia Viscosa dont Franco Marinotti, l’un des plus importants industriels italiens de l’époque et fondateur de la ville de Torviscosa, était l’actionnaire majoritaire. Telle était sa conviction qu’aucun entrepreneur ne pourrait être complet sans être soutenu par une forte passion pour l’art et la culture qu’il a fondé, financé et géré le Centre international d’art et de costume; à cet effet, il a apporté quelques modifications au bâtiment: la toiture de la cour avec une fenêtre en verre, le remplacement de l’ancien étage avec du marbre incrusté et le remplacement du jardin par un théâtre en plein air avec toit ouvrant, destiné à accueillir des réceptions et défilés de mode et de costumes, conférences et expositions d’art. De 1951 à 1958, d’importantes expositions d’art et de costumes y ont été organisées; quand en 1959 le CIACErnst, Dubuffet et bien d’autres. En 1978, l’intérêt de la propriété pour la promotion et le soutien de l’activité d’exposition a cessé et donc la décision de vendre le bâtiment.

En 1983, la Fiat décide d’acheter le Palazzo Grassi et de confier les rénovations à Gae Aulenti. Cela a décidé d’insérer dans les différentes pièces de la structure, des moulures régulières qui se terminaient par une corniche inclinée, permettant l’insertion de systèmes techniques de toutes sortes. De plus, il a renforcé la structure métallique de la fenêtre de la cour avec quatre fausses portes en métal et a divers éléments (y compris les fausses portes) du bâtiment repeints avec une couleur verte aquatique, en contraste harmonieux avec la couleur rose du marmorino. Une nouvelle usine technologique de chauffage et de climatisation du bâtiment a été construite, avec des pompes à chaleur condensées à l’eau de lagune.

Le palais dans les années 2000: François Pinault et Tadao Ando
En 2005, l’entrepreneur français François Pinault décide d’acquérir le Palazzo Grassi afin de pouvoir exposer la collection privée d’œuvres d’art contemporaines et modernes qui lui appartiennent. À cette fin, il a décidé de confier à l’architecte japonais Tadao Andō la rénovation et la modernisation de la structure.

L’architecte a immédiatement décidé de conserver intacts les repères architecturaux de la structure tout au long de ses travaux, garantissant ainsi le principe de réversibilité de son œuvre:

Les moulures reflètent le style des murs créés par Aulenti. La seule différence entre les deux solutions architecturales réside dans le fait qu’Ando décide de les redresser, donnant au bâtiment un aspect neutre, presque monastique, qui selon l’artiste lui-même, “voudrait se référer à une œuvre de Donald Judd”.
Les escaliers sont recouverts d’un simple marbre blanc; contrairement aux sols, pour lesquels l’artiste japonais a décidé d’opter pour le linoléum gris, qui recouvre les anciens marbres incrustés.
La restauration de précieux marbres et stucs originaux a été confiée aux mains expertes de certains artisans locaux, gardiens des techniques anciennes de la République de Sérénissime.
Le système d’éclairage se compose de 1800 spots orientables et réglables fixés sur des poutres creuses en acier qui abritent également des dispositifs de vidéosurveillance, des détecteurs de présence et des lumières de secours: il a ainsi été possible d’éviter d’endommager les précieux plafonds.
Les fenêtres donnant sur le Grand Canal ont été ornées de stores vénitiens internes.
La fenêtre a été pourvue d’un rideau qui donne à la cour une lumière claire, sobre et sensuelle.
L’entrée et la billetterie ont également subi des modifications: la première a été considérablement agrandie, tandis que la seconde a été positionnée sous les colonnes de l’atrium.

Les espaces

Palazzo Grassi
Construit entre 1748 et 1772 par l’architecte Giorgio Massari, le Palazzo Grassi a été le dernier palais construit sur le Grand Canal avant la chute de la République vénitienne. La cage d’escalier principale est décorée de fresques de Michel-Ange Morlaiter et Francesco Zanchi, et les plafonds sont décorés par les artistes Giambattista Canal et Christian Griepenkerl. En 1840, la famille Grassi a vendu le palais, et il est passé entre les mains de plusieurs propriétaires différents avant de devenir le Centre international des arts et du costume en 1951. En 1983, le Palazzo Grassi a été acheté par Fiat comme espace pour des expositions d’art et d’archéologie, et le bâtiment a été adapté par l’architecte milanais Gae Aulenti. En 2005, Palazzo Grassi a été acheté par le collectionneur d’art François Pinault. Rénové par l’architecte japonais Tadao Ando, ​​il a rouvert ses portes en avril 2006 avec l’exposition “Où allons-nous?”, Qui présentait pour la première fois la splendide collection d’art contemporain et moderne du collectionneur français à travers des expositions temporaires.

Se distinguant par deux grandes façades, une face face au Grand Canal et une face face au Campo San Samuele, elle se distingue par sa taille incroyable et sa blancheur. Il dénote la volonté de la famille Grassi d’être reconnue publiquement comme puissante, influente et riche: une sorte de symbole de statut.

La façade principale, dans un style néoclassique clair, cache un plan plus complexe et scénographique, plus inspiré du modèle romain que du modèle vénitien. Au centre, il y a une cour à colonnades, similaire à celle du Palazzo Corner, qui divise la structure en deux blocs: la façade abrite quatre pièces latérales et un hall central, tandis que la partie arrière est plus petite et un somptueux escalier décoré par Michelangelo Morlaiter et Fabio Canal, de forme similaire à celle du Palazzo Pisani Moretta.

Revenant à la façade principale, elle est entièrement recouverte de pierre d’Istrie et respecte l’agencement tripartite traditionnel: les fenêtres, d’inspiration linéaire et classique, sont concentrées en polyphore dans chacun des étages nobles. Les trous diffèrent dans la décoration: ceux du premier étage sont ronds, tandis que ceux du second ont des tympans parfois courbes, parfois triangulaires. Les fenêtres sont séparées par des pilastres lisses aboutissant à des chapiteaux ioniques ou corinthiens. Il a un portail d’eau divisé en trois trous, semblable à un arc de triomphe. La façade est fermée par une bande avec une corniche d’étagère, qui cache le grenier.

La façade latérale tout aussi imposante imite la principale en style, proposant un portail au sol d’inspiration romaine et une serliana. Il existe de nombreuses fenêtres à une seule lancette avec ou sans balcon, soigneusement rangées par paires.

Punta Della Dogana
Au cours du XVe siècle, l’évolution des activités commerciales de Venise a conduit au transfert du poste de douane de la mer, qui se trouvait auparavant près de l’Arsenal, à la pointe ouest de Dorsoduro. Le bâtiment tel qu’il est aujourd’hui a été achevé en 1682, cinq ans avant la proximité de Basilia of the Salute. L’œuvre de l’architecte Giuiseppe Benoni se caractérise par la tour surmontée d’un groupe sculptural représentant deux atlas soulevant une sphère de bronze doré au sommet de laquelle se trouve Fortune, qui, en tournant, indique la direction du vent. Le bâtiment a continué d’être un poste de douane, et donc intrinsèquement lié à l’histoire de la ville, jusqu’aux années 80. Après vingt ans d’abandon, la mairie de Venise a annoncé un appel d’offres pour le transformer en espace d’art contemporain. La Collection Pinault a remporté l’appel d’offres en 2007 et a confié la restauration de l’imposant complexe à l’architecte Tadao Ando. En juin 2009, après 14 mois de travaux, Punta della Dogana a rouvert ses portes au public et propose depuis lors des expositions temporaires.

Teatrino Di Palazzo Grassi
En 1857, le Palazzo Grassi a été acheté par le baron Simeone De Sina, qui a décidé de créer un petit jardin avec des fontaines, des décors, des colonnes et des pergolas. En 1951, lorsque le Centre international des arts et du costume a été créé, le jardin a été remplacé par un théâtre en plein air qui, dans les années 1960, était couvert pour accueillir des réceptions, des défilés de mode et des représentations théâtrales. Avec la fermeture du Centre international des arts et du costume en 1983, le théâtre est devenu superflu. Après la restauration du Palazzo Grassi en 2006, suivie de celle de Punta della Dogana en 2009, la rénovation et la transformation du Teatrino en 2013 ont représenté la troisième phase du projet culturel de François Pinault à Venise. Conçu par Tadao Ando, ​​le nouveau Teatrino du Palazzo Grassi dispose d’un auditorium de 225 places qui accueille une programmation culturelle riche et variée (projections, concerts, conférences).

Collection
La Collection François Pinault est l’une des cinq plus grandes collections d’art moderne et contemporain au monde. À Venise, la collection privée d’art moderne et contemporain de François Pinault interagit constamment avec le patrimoine culturel extraordinaire de la ville, avec les artistes et le travail des conservateurs, ainsi qu’avec le monde de l’art international.

La collection est essentiellement constituée de peintures, sculptures, photographies et vidéos appartenant aux mouvements artistiques d’Arte Povera, Minimalisme, Post-minimalisme et Pop Art.

François Pinault a canalisé sa passion du contemporain pour constituer l’une des collections les plus importantes du monde aujourd’hui: elle compte aujourd’hui plus de trois mille œuvres des XXe et XXIe siècles. Son approche se nourrit de son engagement à partager sa passion pour l’art avec un public le plus large possible, et à accompagner les artistes dans leur exploration de nouveaux territoires.

Depuis 2006, François Pinault a orienté son projet culturel autour de trois axes: présenter des expositions à Venise, dans d’autres institutions et soutenir et encourager les artistes et historiens de la relève.

Les musées de la Collection Pinault sont installés dans deux bâtiments exceptionnels à Venise: le Palazzo Grassi, inauguré en 2006, et la Punta della Dogana, ouverte en 2009. Ces sites ont été rénovés et réhabilités pour leur nouveau but par l’architecte japonais Tadao Ando, ​​lauréat du prix Pritzker . Les œuvres de la Collection Pinault sont présentées dans des expositions qui impliquent souvent les artistes directement par le biais de commandes spécifiques pour créer de nouvelles œuvres in situ. Le Teatrino, également conçu par Tadao et ouvert en 2013, accueille un riche programme culturel et éducatif, organisé en collaboration avec des institutions et des universités à Venise et à l’étranger.

En 2021, le nouveau musée de la Collection Pinault ouvrira ses portes à Paris, à l’intérieur de la Bourse de Commerce, qui sera rénovée par Tadao Ando Architect & Associates en collaboration avec l’agence NeM / Niney & Marca Architectes, l’agence Pierre-Antoine Gatier et à SETEC Bâtiment. Ronan et Erwan Bouroullec ont été désignés pour concevoir et choisir tous les meubles de la Bourse de Commerce.

Les œuvres de la Collection Pinault sont également régulièrement présentées dans des expositions à travers le monde, notamment à Paris, Moscou, Lille, Essen et Stockholm. Sollicitée par des institutions publiques et privées, la Collection Pinault prête bon nombre de ses œuvres à des expositions internationales.

En partenariat avec la région Hauts-de-France et la ville de Lille, François Pinault a également fondé un programme de résidence dans l’ancienne ville minière. Installé dans un ancien presbytère, adapté à sa nouvelle vocation par les architectes du cabinet NeM / Niney & Marca Architectes, il a été inauguré en décembre 2015. La sélection des artistes en résidence est réalisée conjointement par la Collection Pinault, le DRAC et FRAC Grand Large, Le Fresnoy – Studio National des Arts Contemporains et le Louvre-Lens. Après avoir accueilli le duo américain Melissa Dubbin et Aaron S. Davidson (2016), l’artiste belge Edith Dekyndt (2017), l’artiste brésilien Lucas Arruda, l’artiste franco-marocain Hicham Berrada est actuellement en résidence à Lens. Il sera succédé par l’artiste français Bertille Bak à l’été 2019.

François Pinault a fondé le prix Pierre Daix, en hommage à son ami décédé en 2014, l’historien de l’art Pierre Daix. Il récompense chaque année une étude exceptionnelle de l’art moderne ou contemporain. En 2019, le prix a été remis à Rémi Labrusse pour son livre Préhistoire. L’envers du temps, publié aux éditions Hazan.

En 2019, la Collection Pinault est impliquée dans le mécénat relatif à la restauration de la maison Victor Hugo à Guernesey, Maison Hauteville.

Exposition
Rudolf Stingel a conçu cette exposition spécialement pour le Palazzo Grassi. Compte tenu de la plus grande liberté d’exécution, Stingel a complètement transformé le musée, remplissant tout l’espace d’un tapis oriental. Au-delà de l’idée de bidimensionnalité conventionnellement associée à la peinture, l’exposition vise à renverser la relation spatiale habituelle entre une peinture et le spectateur.

Le tapis évoque l’histoire millénaire de Venise, la «République la plus sereine», mais rappelle également la culture d’Europe centrale tant aimée par l’artiste; par exemple, nous nous souvenons de l’étude viennoise de Sigmund Freud au début du XXe siècle. Cette référence fournit sans aucun doute une clé pour interpréter cette installation: en entrant dans le «labyrinthe», une sensation et une expérience sensorielle englobantes nous transportent vers la transcendance de l’ego, par son retrait et ses fantômes. Les près de trente tableaux exposés suggèrent des présences «enfouies» dans la mémoire et des expériences supprimées qui prospèrent à nouveau. L’espace architectural devient un espace introspectif et projectif, silencieux et accueillant, propice à la méditation: mais le travail de Stingel modifie notre perception visuelle et spatiale de celui-ci, suggérant une atmosphère nouvelle, raréfiée et suspense dans laquelle se trouvent l’argent, le blanc et le noir des peintures. comme tant d’autres «ouvertures» sur Venise, dans une autre dimension.

Tags: