Gestion de la pêche

La gestion des pêcheries consiste à protéger les ressources halieutiques de sorte qu’une exploitation durable est possible, en s’appuyant sur la science halieutique et intégrant le principe de précaution. La gestion moderne de la pêche est souvent qualifiée de système gouvernemental de règles de gestion appropriées reposant sur des objectifs définis et un ensemble de moyens de gestion permettant de mettre en œuvre les règles mises en place par un système de contrôle et de surveillance. L’approche par écosystème de la gestion des pêches est une approche populaire. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), il n’existe “pas de définition claire et généralement acceptée de la gestion de la pêche”. Cependant, la définition de travail utilisée par la FAO et qui est souvent citée ailleurs est la suivante:

Processus intégré de collecte, d’analyse, de planification, de consultation, de prise de décision, d’allocation de ressources, ainsi que de formulation et de mise en œuvre, le cas échéant, de règles ou de règles régissant les activités de pêche afin de maintenir la productivité des ressources et la réalisation d’autres objectifs de la pêche.

Importance

Société, économie et environnement
La pêche a influencé le développement de l’entreprise, principalement autour des zones côtières et à l’origine des coutumes ancestrales. Cette activité est aujourd’hui préoccupée par des questions socio-économiques, politiques et écologiques. Sur le plan économique, la pêche crée de nombreux emplois car elle contribue au commerce local et international, mais aussi au tourisme dans certains pays. Selon le dernier rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les Asiagroups représentent 84% du secteur de la pêche (rapport de 2014). D’autre part, avec l’expansion démographique de la population humaine, la demande a fortement augmenté. En plus de 50 ans, les produits de la pêche ont triplé (de 33,9 millions de tonnes en 1960 à 91,3 millions de tonnes en 2012) et la consommation de poisson par habitant a doublé, passant de 10 kg à 19 kg. en 2012. Au-delà de l’utilisation alimentaire, de nombreux sous-produits de la pêche peuvent être transformés en biogaz, maquillage, engrais, gélatine, etc. ce qui augmente l’efficacité économique des industries de la pêche.

D’un point de vue social, de nombreux facteurs accentuent la difficulté de gérer ce secteur d’activité, tels que les traditions, le savoir-faire des pêcheurs, la gastronomie et le patrimoine de chaque région. De plus, certaines questions posent des problèmes d’éthique et les politiques appliquées varient d’un pays à l’autre, voire d’une région à l’autre, en fonction de la biodiversité du site. Ces questions montrent l’importance de la pêche dans le développement des populations humaines. Cependant, le premier paramètre affecté par les activités de pêche est l’environnement, et une exploitation excessive de l’environnement peut réduire la rentabilité du secteur. En 2011, 29% des stocks de poissons marins issus de pêches commerciales étaient surexploités (Rapport de la FAO, 2014).

La pêche a des effets directs sur les populations naturelles en réduisant l’abondance des espèces cibles, en perturbant leur cycle de vie et en augmentant la mortalité des espèces non ciblées prises accidentellement. Les effets indirects ont des effets à plus grande échelle sur l’habitat des espèces et l’équilibre de l’écosystème. Conscient de la prise de conscience des impacts écologiques de la pêche sur les écosystèmes marins, la gestion intègre les objectifs de maintien de la biodiversité, de respect de l’environnement et d’activité durable.

Règlements
La pêche est une activité qui exploite des populations naturelles et chaque pêche exploite une ressource de pêche spécifique. La régulation est donc nécessaire et doit être appliquée en tenant compte de plusieurs facteurs, notamment en matière de conservation. Les lois peuvent réglementer les quotas de pêche en fonction de différents critères, tels que la dynamique de la population cible, les cycles de vie, mais aussi le comportement des pêcheurs (engins de pêche adaptés, limite de la zone d’exploitation, respect de l’environnement). Les réglementations et les limites imposées sont spécifiques à chaque pays en fonction de leurs besoins ou de leurs habitudes alimentaires (cas du Japon). Vu l’ampleur de cette activité, des traités internationaux ont été signés entre plusieurs États afin de s’engager mutuellement dans l’exploitation d’une ressource halieutique. D’autres formes de réglementation existent à différents niveaux, telles que les normes de l’industrie, mais toutes ces lois sont mises en place pour assurer la durabilité des pêcheries.

Utilisation de l’information scientifique
La dynamique des pêcheries étant complexe et variable, il est nécessaire de disposer de systèmes permettant de prévoir leur évolution dans le temps. La gestion doit être spécifique et conçue conformément aux réglementations et aux objectifs de chaque pêcherie. Plusieurs étapes sont nécessaires pour avoir une bonne vision de toutes les données et informations à prendre en compte. La gestion d’une pêcherie nécessite une étude minutieuse.

Plusieurs paramètres doivent être inclus dans la conception et les gestionnaires doivent avoir une bonne connaissance de leur pêcherie pour assurer une gestion efficace. Les études scientifiques menées sur la dynamique des populations exploitées et des pêcheries constituent un soutien essentiel pour l’établissement de bonnes stratégies de gestion. Elles fournissent des données essentielles pouvant être de types biologiques (quantité de poissons, effort de pêche, composition par espèces, zones exploitées), et écologiques (captures d’espèces capturées accidentellement comme certaines espèces indicatrices, impacts des engins de pêche sur la faune et la flore aquatiques, modification de la habitats naturels, zones protégées à prendre en compte pour la conservation des espèces). Les scientifiques s’appuient sur ces données, tout en prenant en compte les aspects économiques et sociaux, pour élaborer des modèles de gestion de la pêche, en fonction de différents paramètres en jeu. La modélisation permet aux gestionnaires de visualiser l’évolution d’une stratégie en cours de route. terme. Des modèles mathématiques sont donc étudiés pour garantir un maximum d’avantages aux pêcheurs tout en préservant les populations naturelles exploitées.

Histoire
La pêche est explicitement gérée à certains endroits depuis des centaines d’années. Plus de 80% de l’exploitation commerciale mondiale du poisson et des fruits de mer provient de populations présentes à l’état naturel dans les océans et les zones d’eau douce. Par exemple, les Maoris, résidents de la Nouvelle-Zélande depuis environ 700 ans, avaient pour interdiction de prendre plus que ce qui pouvait être mangé et de rendre le premier poisson pris en guise d’offrande au dieu des mers, Tangaroa. À partir du 18ème siècle, des tentatives ont été faites pour réglementer la pêche dans la pêcherie du nord de la Norvège. Cela aboutit à la promulgation en 1816 d’une loi sur la pêche dans les Lofoten, qui établit dans une certaine mesure ce que l’on appelle désormais les droits d’usage territoriaux.

“Les bancs de pêche ont été divisés en zones appartenant à la base de pêche la plus proche sur terre et subdivisés en champs où les bateaux étaient autorisés à pêcher. La répartition des terrains de pêche était entre les mains de comités de direction locaux, généralement dirigés par le propriétaire de les installations à terre que les pêcheurs ont dû louer pour se loger et pour sécher le poisson. ”

La gestion des pêcheries par le gouvernement, basée sur la protection des ressources, est une idée relativement nouvelle. Elle a été développée pour les pêcheries d’Europe du Nord après la première conférence sur la surpêche tenue à Londres en 1936. En 1957, les chercheurs britanniques Ray Beverton et Sidney Holt ont publié un ouvrage fondamental sur la dynamique des pêcheries commerciales en mer du Nord. . Dans les années 1960, le travail est devenu la plate-forme théorique des systèmes de gestion d’Europe du Nord.

Après quelques années d’absence du domaine de la gestion des pêches, Beverton a critiqué ses travaux précédents dans un document présenté lors du premier Congrès mondial de la pêche à Athènes en 1992. “La dynamique des populations de poissons exploitées” a exprimé ses préoccupations, notamment la manière dont son les biologistes et les gestionnaires des pêches ont mal interprété et mal utilisé les travaux au cours des 30 dernières années. Néanmoins, le fondement institutionnel de la gestion moderne de la pêche avait été posé.

Le Marine Stewardship Council a été créé en 1996 afin d’établir des normes pour une pêche durable. En 2010, l’Aquaculture Stewardship Council a été créé pour faire de même pour l’aquaculture.

Selon un rapport de l’International Sustainability Unit du Prince Charles, du Environmental Defence Fund basé à New York et publié par 50in10 en juillet 2014, les pêcheries mondiales ajoutaient 270 milliards de dollars par an au PIB mondial, mais une mise en œuvre intégrale de la pêche durable pourrait faire grimper un montant supplémentaire pouvant atteindre 50 milliards de dollars.

Objectifs politiques
Selon la FAO, la gestion de la pêche devrait être explicitement fondée sur des objectifs politiques, idéalement avec des priorités transparentes. Les objectifs politiques typiques lors de l’exploitation d’une ressource halieutique sont les suivants:

maximiser le rendement durable de la biomasse
maximiser le rendement économique durable
sécuriser et augmenter l’emploi
sécuriser la production de protéines et de nourriture
augmenter les revenus d’exportation

Ces objectifs politiques peuvent également constituer un élément faible de la gestion de la pêche, car ils peuvent être contradictoires.

Objectifs internationaux
Les objectifs de la pêche doivent être exprimés dans des règles de gestion concrètes. Dans la plupart des pays, les règles de gestion de la pêche doivent être fondées sur le Code de conduite pour une pêche responsable, adopté à l’échelle internationale, bien que non contraignant, adopté lors d’une réunion de la FAO tenue par la FAO en 1995. L’approche de précaution préconisée est généralement appliquée règles de gestion concrètes telles que la biomasse minimale de géniteurs, le taux de mortalité par pêche maximum, etc. En 2005, le Centre des pêches de l’Université de la Colombie-Britannique à l’Université de la Colombie-Britannique a examiné de manière exhaustive le comportement des principaux pays pratiquant la pêche par rapport au Code.

Des accords internationaux sont nécessaires pour réglementer la pêche dans les eaux internationales. La volonté de parvenir à un accord sur cette question et sur d’autres questions maritimes a conduit à trois conférences sur le droit de la mer, puis au traité connu sous le nom de Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS). Des concepts tels que les zones économiques exclusives (ZEE, s’étendant sur 200 miles nautiques (370 km) des côtes d’un pays) attribuent certains droits souverains et responsabilités en matière de gestion des ressources à des pays particuliers.

D’autres situations nécessitent une coordination intergouvernementale supplémentaire. Par exemple, dans la mer Méditerranée et d’autres étendues d’eau relativement étroites, une ZEE de 200 milles marins (370 km) n’est pas pertinente. Les eaux internationales au-delà de 12 milles marins (22 km) du rivage nécessitent des accords explicites.

Les stocks de poissons chevauchants, qui migrent à travers plus d’une ZEE, posent également des problèmes. Ici, la responsabilité souveraine doit être convenue avec les États côtiers et les entités de pêche voisins. Cela se fait généralement par le biais d’une organisation régionale créée dans le but de coordonner la gestion de ce stock.

La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer ne précise pas comment il convient de gérer les pêcheries confinées aux eaux internationales. Plusieurs nouvelles pêcheries (telles que la pêche au chalut de fond en haute mer) ne sont pas (encore) soumises à un accord international dans l’ensemble de leur aire de répartition. En novembre 2004, l’Assemblée générale des Nations Unies a publié une résolution sur la pêche préparant la poursuite du développement du droit international relatif à la gestion de la pêche.

Mécanismes de gestion
De nombreux pays ont créé des ministères / départements ministériels, dénommés “Ministère de la pêche” ou similaires, qui contrôlent les aspects de la pêche dans leurs zones économiques exclusives. Quatre catégories de moyens de gestion ont été conçues, régulant soit les intrants / investissements, soit les extrants, et fonctionnant directement ou indirectement:

Contributions Les sorties
Indirect Licence de navire Techniques de capture
Direct Entrée limitée Quota de capture et réglementation technique
Les moyens techniques peuvent inclure:

interdire des dispositifs tels que des arcs et des flèches, et des lances, ou des armes à feu
interdire les filets
réglage des tailles de maille minimales
limiter le potentiel de capture moyen d’un navire de la flotte (taille du navire et de son équipage, équipement, équipement électronique et autres “intrants” physiques.
interdire les appâts
accrocher
limites sur les casiers à poisson
limiter le nombre de poteaux ou de lignes par pêcheur
limiter le nombre de navires de pêche simultanés
limiter l’intensité opérationnelle moyenne d’un navire par unité de temps en mer
limitation du temps moyen en mer

Quotas de captures
Les systèmes qui utilisent des quotas individuels transférables (QIT), également appelés quotas de pêche individuels, limitent la capture totale et répartissent les parts de ce quota entre les pêcheurs qui travaillent dans cette pêcherie. Les pêcheurs peuvent acheter / vendre / échanger des parts à leur guise.

Une étude à grande échelle réalisée en 2008 a clairement montré que les QIT pouvaient aider à prévenir l’effondrement des pêcheries et même restaurer les pêcheries qui semblaient en déclin. D’autres études ont montré les conséquences socio-économiques négatives des QIT, en particulier sur les pêcheries de petite taille. Ces conséquences incluent la concentration du quota entre les mains de quelques pêcheurs; augmentation du nombre de pêcheurs inactifs louant leurs quotas à d’autres (phénomène connu sous le nom de pêcheurs en fauteuil roulant); et des effets néfastes sur les communautés côtières.

Principe de précaution
Un Guide du gestionnaire des pêches publié en 2002 par la FAO recommande d’appliquer un ensemble de principes de travail afin de “mettre en évidence les problèmes fondamentaux” de la gestion des pêches. “130: 8 principes doivent être considérés dans leur ensemble afin de: La gestion optimale de la pêche: le premier principe concerne la nature finie des stocks de poisson et la manière dont les rendements potentiels doivent être estimés en fonction des contraintes biologiques de la population.

Dans un article publié en 2007, Shertzer et Prager ont suggéré que la biomasse du stock et le rendement de la pêche pouvaient présenter des avantages significatifs si la gestion était plus stricte et plus rapide. Ceci est corroboré par les travaux récents sur la gestion de la pêche en mer du Nord conformément à des plages de pêche acceptables, où la pêche dans la partie supérieure de la gamme “acceptable” est beaucoup plus risquée que la pêche dans la zone de fond, mais ne produit que 20% de plus .

Loi sur la pêche
Le droit de la pêche est un domaine de droit émergent et spécialisé qui comprend l’étude et l’analyse de différentes méthodes de gestion de la pêche, notamment les règlements sur la sécurité des produits de la mer et l’aquaculture. Malgré son importance, ce domaine est rarement enseigné dans les facultés de droit du monde entier, ce qui laisse un vide en matière de défense des intérêts et de recherche.

La législation en matière de pêche au niveau national diffère considérablement selon les pays: 130 La pêche peut également être gérée au niveau international. L’une des premières lois promulguées a été la “Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 (Convention LOS), entrée en vigueur en 1994” 130: elle a jeté les bases de tous les accords internationaux relatifs aux océans qui ont suivi.

Changement climatique
Dans le passé, les changements climatiques ont affecté la pêche continentale et en haute mer et de tels changements vont probablement se poursuivre. Du point de vue de la pêche, les principaux facteurs du changement climatique sont notamment l’élévation de la température de l’eau, les modifications du cycle hydrologique, la modification des flux de nutriments et le déplacement des habitats de frai et de croissance. En outre, toute modification de ces facteurs affecterait les ressources à tous les niveaux de l’organisation biologique, y compris au niveau génétique, de l’organisme, de la population et de l’écosystème. Comprendre comment ces facteurs affectent les pêcheries à un niveau plus nuancé est un défi auquel les biologistes spécialistes des poissons, dans plusieurs domaines, doivent encore faire face.

Les dynamiques de population
La dynamique des populations décrit la croissance et le déclin d’un stock de pêche donné dans le temps, en fonction de la naissance, de la mort et de la migration. C’est la base pour comprendre l’évolution des modèles de pêche et des problèmes tels que la destruction de l’habitat, la prédation et les taux de capture optimaux. Les scientifiques spécialisés dans les pêcheries ont traditionnellement utilisé la dynamique des populations des pêcheries pour déterminer des rendements durables.

La relation comptable de base pour la dynamique de population est le modèle BIDE:

N1 = N0 + B – D + I – E
où N1 est le nombre de personnes au temps 1, N0 est le nombre de personnes au temps 0, B le nombre de personnes nées, D le nombre de personnes décédées, I le nombre de personnes ayant immigré et E le nombre de personnes ayant émigré entre le temps 0 et temps 1. Bien que l’immigration et l’émigration puissent être présentes dans les pêcheries sauvages, elles ne sont généralement pas mesurées.

Il faut faire attention lorsque l’on applique la dynamique de population aux pêcheries du monde réel. Dans le passé, la modélisation trop simpliste, consistant à ignorer la taille, l’âge et le statut reproducteur du poisson, en se concentrant uniquement sur une seule espèce, en ignorant les prises accessoires et les dommages physiques causés à l’écosystème, a accéléré l’effondrement des stocks clés.

Pêche basée sur les écosystèmes
Selon l’écologiste marin Chris Frid, l’industrie de la pêche indique que la pollution et le réchauffement de la planète sont à l’origine de la faiblesse sans précédent des stocks de poissons au cours des dernières années: “Tout le monde aimerait voir la reconstitution des stocks de poissons. Nous ne pourrons y parvenir que si nous comprenons toutes les influences, humaines et naturelles, sur la dynamique des poissons. ” La surpêche a également eu un effet. Frid ajoute: «Les communautés de poissons peuvent être modifiées de différentes manières, par exemple, elles peuvent diminuer si des individus de tailles particulières sont ciblés, car cela affecte la dynamique des prédateurs et des proies. La pêche, cependant, n’est pas le seul auteur des modifications de la vie marine – la pollution en est un autre exemple. Aucun facteur ne fonctionne isolément et les composants de l’écosystème réagissent différemment à chaque facteur. ”

Contrairement à l’approche traditionnelle consistant à se concentrer sur une seule espèce, l’approche basée sur les écosystèmes est organisée en termes de services écosystémiques. Des concepts de pêche fondés sur les écosystèmes ont été mis en œuvre dans certaines régions. En 2007, un groupe de scientifiques a proposé les dix commandements suivants:

«Gardez une perspective holistique, opposée au risque et adaptative.
Maintenir une structure de «croissance ancienne» dans les populations de poissons, car il a été démontré que les grandes, vieilles et grosses poissons femelles sont les meilleurs reproducteurs, mais sont également exposées à la surpêche.
Caractériser et maintenir la structure spatiale naturelle des stocks de poissons, de sorte que les limites de la gestion correspondent aux limites naturelles de la mer.
Surveiller et entretenir les habitats du fond marin pour s’assurer que les poissons ont la nourriture et un abri.
Maintenir des écosystèmes résilients capables de résister à des chocs occasionnels.
Identifiez et maintenez les connexions critiques du réseau alimentaire, y compris les prédateurs et les espèces fourragères.
S’adapter aux changements des écosystèmes dans le temps, à court terme et sur des cycles plus longs de plusieurs décennies ou siècles, y compris le changement climatique mondial.
Tenez compte des changements évolutifs causés par la pêche, qui tend à éliminer les gros poissons plus âgés.
Inclure les actions des humains et de leurs systèmes sociaux et économiques dans toutes les équations écologiques. ”

Rapport au Congrès (2009): L’état des connaissances scientifiques à l’appui d’une approche écosystémique de la gestion régionale des pêches, Service national des pêches maritimes, mémorandum technique de la NOAA, NMFS-F / SPO-96.

Poisson maternel âgé
Les pratiques de gestion traditionnelles visent à réduire le nombre de vieux poissons à croissance lente, en laissant plus de place et de ressources aux poissons plus jeunes et à croissance plus rapide. La plupart des poissons de mer produisent d’énormes quantités d’œufs. L’hypothèse était que les jeunes reproducteurs produiraient beaucoup de larves viables.

Cependant, les recherches menées en 2005 sur le sébaste montrent que les femmes de grande taille et âgées sont beaucoup plus importantes que les poissons plus jeunes dans le maintien d’une pêche productive. Les larves produites par ces poissons mères plus âgés grandissent plus rapidement, survivent mieux à la famine et ont beaucoup plus de chances de survivre que la progéniture de poissons plus jeunes. Le fait de ne pas prendre en compte le rôle des poissons plus âgés peut aider à expliquer l’effondrement récent de certaines grandes pêcheries de la côte ouest américaine. La récupération de certains stocks devrait prendre des décennies. Un moyen d’éviter de tels effondrements est de créer des réserves marines où la pêche est interdite et où les populations de poissons vieillissent naturellement.

Qualité des données
Selon Milo Adkison, spécialiste des sciences de la pêche, la principale limitation des décisions de gestion de la pêche est l’absence de données qualitatives. Les décisions de gestion des pêches reposent souvent sur des modèles de population, mais les modèles ont besoin de données de qualité pour être efficaces. Il affirme que les scientifiques et les gestionnaires des pêches seraient mieux servis avec des modèles plus simples et des données améliorées.

Le Département des pêches de la FAO est la source la plus fiable de statistiques récapitulatives.

Ecopath
Ecopath, avec Ecosim (EwE), est une suite logicielle de modélisation d’écosystèmes. Il s’agissait à l’origine d’une initiative de la NOAA dirigée par Jeffrey Polovina, développée plus tard au Centre de la pêche de l’Université de la Colombie-Britannique, à l’Université de la Colombie-Britannique. En 2007, il a été désigné comme l’une des dix plus grandes percées scientifiques des 200 ans d’histoire de la NOAA. La citation indique qu’Ecopath “a révolutionné la capacité des scientifiques du monde entier à comprendre les écosystèmes marins complexes”. Deux décennies de travaux de développement menés par Villy Christensen, Carl Walters, Daniel Pauly et d’autres spécialistes des questions de pêche se cachent derrière ces travaux. En 2010, il y avait 6000 utilisateurs enregistrés dans 155 pays. Ecopath est largement utilisé dans la gestion de la pêche en tant qu’outil de modélisation et de visualisation des relations complexes existant dans les écosystèmes marins du monde réel.

Les facteurs humains
La gestion des pêches consiste à gérer les personnes et les entreprises et non à gérer le poisson. Les populations de poissons sont gérées en réglementant les actions des personnes. Si l’on veut que la gestion de la pêche soit réussie, les facteurs humains associés, tels que les réactions des pêcheurs, revêtent une importance capitale et doivent être compris.

Les règles de gestion doivent également prendre en compte les implications pour les parties prenantes. Les pêcheurs commerciaux dépendent des captures pour subvenir aux besoins de leurs familles, tout comme les agriculteurs dépendent des cultures. La pêche commerciale peut être un commerce traditionnel transmis de génération en génération. La plupart de la pêche commerciale est basée dans des villes construites autour de l’industrie de la pêche; les changements de réglementation peuvent avoir une incidence sur l’économie d’une ville entière. La réduction des quotas de pêche peut avoir des effets néfastes sur la capacité des pêcheurs à concurrencer l’industrie du tourisme.

Une gestion efficace de la pêche implique la participation de tous les acteurs de la pêche. Pour y parvenir, les parties prenantes doivent se sentir suffisamment autonomes pour apporter une contribution significative au processus de gestion.

L’autonomisation a une large application, mais dans ce contexte, il s’agit d’un outil qui donne aux habitants des communautés de pêche l’occasion de façonner leur propre avenir afin de faire face aux impacts de la pêche commerciale à grande échelle, de la concurrence des ressources et d’autres menaces impact sur les communautés de pêcheurs.

Cependant, l’autonomisation dans le processus de gestion des pêches a ses limites. L’autonomisation continue de faire participer l’État à la gestion des pêches et, quelle que soit l’autorité des autres parties prenantes, le succès de la pêche n’est pas possible sans les pouvoirs législatifs, les ressources financières, le soutien à l’éducation et la recherche fournis par le gouvernement.

Ce concept n’est pas accepté par tous, car certaines communautés et certains individus soutiennent que l’État devrait se retirer complètement et laisser les communautés locales gérer leur propre gestion de la pêche en fonction des traditions culturelles et des pratiques établies. En outre, d’autres ont fait valoir que la cogestion ne donne de pouvoir qu’aux riches et aux puissants, ce qui solidifie et valide les inégalités déjà existantes en matière de gestion des pêches.

L’autonomisation, qui fonctionne correctement en tant que fonction de cogestion, permettra non seulement, mais elle autorisera les individus et les communautés à apporter une contribution significative à la gestion des pêches. C’est un mécanisme qui fonctionne en boucle, où un individu gagne en autonomie et en encouragement lorsqu’il fait partie du groupe et que l’action collective ne réussit que grâce à ses individus en puissance. Afin d’utiliser efficacement et avec succès l’autonomisation en tant que cogestion, il est impératif que des programmes d’études, des directives, du matériel de lecture, des manuels et des listes de contrôle soient élaborés et intégrés à toute gestion des pêches.

Performance
La biomasse de certains stocks halieutiques mondiaux a été autorisée à s’épuiser. La biomasse de nombreuses espèces a maintenant diminué au point qu’il n’est plus possible de capturer de manière durable la quantité de poisson pouvant être capturée. Selon un rapport publié en 2008 par les Nations Unies, intitulé The Sunken Billions: la justification économique de la réforme de la pêche, les flottes de pêche du monde subissent “une perte économique annuelle de 50 milliards de dollars” en raison de l’épuisement des stocks et d’une gestion médiocre de la pêche. Le rapport, élaboré conjointement par la Banque mondiale et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), affirme que la moitié de la flotte de pêche mondiale pourrait être mise au rebut sans modification de la capture.

“En améliorant la gouvernance des pêches maritimes, la société pourrait absorber une part substantielle de cette perte économique annuelle de 50 milliards de dollars. Grâce à une réforme en profondeur, le secteur de la pêche pourrait devenir un fondement de la croissance économique et de la création de moyens de subsistance alternatifs dans de nombreux pays. , le capital naturel d’un pays sous forme de stocks de poisson pourrait être considérablement accru et les impacts négatifs de la pêche sur le milieu marin atténués. ”

L’échec le plus marquant de la gestion de la pêche ces derniers temps est peut-être celui qui a conduit à l’effondrement de la pêche à la morue du Nord. Plus récemment, le Consortium international de journalistes d’investigation a produit une série d’enquêtes journalistiques appelées Pillage des mers. Ces enquêtes détaillées sur le marché noir du thon rouge, les subventions qui soutiennent le secteur de la pêche espagnol et la surpêche du maquereau chilien.

Gestion durable

Zones de protection marines (MPA)
L’une des stratégies de gestion durable est la création d’aires marines protégées. Les AMP sont intéressantes sur le plan écologique car elles contribuent à la conservation des ressources naturelles et à la protection de certaines espèces menacées. Ces zones restreintes sont interdites aux activités de pêche. Leurs intérêts sont nombreux, mais en ce qui concerne la gestion de la pêche, l’intérêt majeur est la restauration des milieux naturels, trop longtemps exploités par l’homme. Cela permet aux populations de poissons surexploitées de se reproduire et de reconstituer la biomasse importante. En ce sens, les AMP présentent un avantage indirect pour les pêcheurs qui pourront capturer le surplus de poisson dans les zones protégées.

Les scientifiques ont tenté d’évaluer l’efficacité des AMP sur la reconstitution des stocks de poisson en déclin, en particulier sur l’exemple des populations de morue de la mer Baltique en est. Les études sont basées sur un modèle spatio-temporel appelé ISIS-Fish pour tester la performance des zones protégées déjà établies, en fonction de différentes conditions de forçage environnemental. Le recrutement des populations de morue dépend de la teneur en oxygène de l’eau, influencée par les courants océaniques et atmosphériques. Les observations ont donc été faites sur le long terme, en tenant compte des caractéristiques environnementales favorables et défavorables. Les résultats montrent que dans des conditions favorables (dans un environnement stable), l’effort de pêche sera durable même sans fermeture de zones. Toutefois, dans des conditions défavorables, aucun scénario de fermeture spécifique n’est efficace. Une évaluation des différents moyens de gestion de la fermeture a également été réalisée, sans prendre en compte cette fois les variations de l’environnement. Les résultats montrent que la réduction de l’effort et de la mortalité due à la fermeture des saisons de pêche est bénéfique pour la reconstitution des stocks de poissons.

Aquaculture
L’aquaculture restaure certaines espèces de poissons soumises à la pression de la pêche. Cette pratique a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie, en fonction de la demande du marché. Aujourd’hui, plus de 200 espèces de poissons et de crustacés sont cultivées selon différents types d’aquaculture. Ces exploitations situées près de la côte permettent d’augmenter la production d’une espèce de poisson en particulier.

Ce type d’exploitation permet de limiter la pêche industrielle en augmentant considérablement la production du stock dans les zones côtières. Les variations de prix ont une incidence sur la pêche des populations naturelles, mais les poissons issus de l’aquaculture sont en partie alimentés par des stocks sauvages. Ces deux types d’exploitation sont donc liés et l’aquaculture dépend de la pêche des stocks sauvages. Pour éviter ce problème, les poissons d’élevage ont souvent un niveau trophique bas, car leur régime alimentaire est de type herbivore et ne nécessite donc pas de poisson. L’aquaculture ne peut remplacer la pêche en haute mer.

Récifs artificiels
Les récifs artificiels sont maintenant largement utilisés pour restaurer l’écosystème propice à la réhabilitation de la faune et de la flore aquatiques. C’est un outil important pour la gestion des stocks de pêche car, dans tous les cas, ce type de gestion augmente la densité et la biomasse des poissons. La taille des récifs et le type de matériaux utilisés peuvent attirer différentes espèces de poissons, mais surtout différentes classes d’âge.

En effet, aux États-Unis, les récifs recrutent des poissons adultes, tandis qu’au Japon, des récifs artificiels sont construits pour attirer les juvéniles et les jeunes reproducteurs. Comme les poissons sont regroupés autour de la même structure, les récifs réduisent l’effort de pêche et maximisent les captures. Il y a donc une augmentation du nombre de pêcheurs sportifs dans ces zones. Au Japon, les récifs artificiels sont très vastes et permettent une pêche commerciale à moindre coût, car l’effort de pêche est faible. Malgré une augmentation des stocks de poisson, ces récifs n’augmentent pas la production. La mise en place de ces structures ne devrait cependant pas être à l’origine d’une nouvelle surexploitation des stocks.