Gestion durable des forêts

La gestion durable des forêts est la gestion des forêts selon les principes du développement durable. La gestion durable des forêts doit maintenir l’équilibre entre trois principaux piliers: écologique, économique et socioculturel. Une gestion durable des forêts apportera des avantages intégrés à tous, allant de la sauvegarde des moyens de subsistance locaux à la protection de la biodiversité et des écosystèmes fournis par les forêts, à la réduction de la pauvreté rurale et à l’atténuation de certains effets du changement climatique.

Les “Principes forestiers” adoptés à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED) à Rio de Janeiro en 1992 reflétaient la compréhension internationale générale de la gestion durable des forêts à cette époque. Un certain nombre de séries de critères et d’indicateurs ont depuis été mis au point pour évaluer la réalisation de la gestion durable des forêts aux niveaux mondial, régional, des pays et des unités de gestion. Toutes ces tentatives visaient à codifier et à fournir une évaluation indépendante de la mesure dans laquelle les objectifs plus larges de la gestion durable des forêts sont atteints dans la pratique. En 2007, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté l’Instrument non juridiquement contraignant pour tous les types de forêts. Cet instrument était le premier du genre et reflétait le ferme engagement international de promouvoir la mise en œuvre d’une gestion durable des forêts par le biais d’une nouvelle approche qui réunit toutes les parties prenantes.

Définition
Une définition de la gestion durable des forêts a été élaborée par la Conférence ministérielle sur la protection des forêts en Europe (FOREST EUROPE) et a depuis été adoptée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Il définit la gestion durable des forêts comme:

L’intendance et l’utilisation des forêts et des terres forestières d’une manière et à une vitesse qui maintiennent leur biodiversité, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à remplir, aujourd’hui et à l’avenir, des fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes, aux niveaux local, national et mondial, et que cela ne porte pas atteinte aux autres écosystèmes.

En termes plus simples, le concept peut être décrit comme la réalisation de l’équilibre – un équilibre entre la demande croissante de la société en produits et avantages forestiers et la préservation de la santé et de la diversité des forêts. Cet équilibre est essentiel à la survie des forêts et à la prospérité des communautés tributaires de la forêt.

Pour les aménagistes forestiers, gérer de manière durable une parcelle forestière donnée signifie déterminer, de manière concrète, comment l’utiliser aujourd’hui pour assurer des avantages, une santé et une productivité similaires. Les aménagistes forestiers doivent évaluer et intégrer un large éventail de facteurs parfois contradictoires – valeurs commerciales et non commerciales, considérations environnementales, besoins des communautés, voire impact mondial – afin de produire des plans forestiers valables. Dans la plupart des cas, les aménagistes forestiers élaborent leurs plans forestiers en consultation avec les citoyens, les entreprises, les organisations et les autres parties intéressées du territoire forestier géré et des environs. Les outils et la visualisation ont récemment évolué pour de meilleures pratiques de gestion.

À la demande des États Membres, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a mis au point et lancé en 2014 la «Boîte à outils pour la gestion durable des forêts», une collection en ligne d’outils, de meilleures pratiques et d’exemples d’application permettant d’aider les pays appliquant une gestion durable des forêts.

Les forêts et les sociétés étant en constante mutation, le résultat souhaité de la gestion durable des forêts n’est pas fixe. Ce qui constitue une forêt gérée de manière durable évoluera avec le temps, à mesure que les valeurs du public évoluent.

En 2004, le Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF) (ECOSOC, 2004) a identifié sept éléments thématiques communs aux systèmes de gestion durable des forêts:

Étendue des ressources forestières;
Biodiversité;
Santé et vitalité des forêts;
Fonctions de production des ressources forestières;
Fonctions de protection des ressources forestières;
Fonctions socio-économiques;
Cadres juridique, politique et institutionnel.

Critères et indicateurs
Les critères et les indicateurs sont des outils pouvant être utilisés pour conceptualiser, évaluer et mettre en œuvre une gestion durable des forêts. Les critères définissent et caractérisent les éléments essentiels, ainsi qu’un ensemble de conditions ou de processus permettant d’évaluer la gestion durable des forêts. Les indicateurs mesurés périodiquement révèlent la direction du changement par rapport à chaque critère.

Les critères et les indicateurs de la gestion durable des forêts sont largement utilisés et de nombreux pays produisent des rapports nationaux qui évaluent leurs progrès en matière de gestion durable des forêts. Il existe neuf initiatives internationales et régionales concernant les critères et indicateurs, qui concernent plus de 150 pays. Trois des initiatives les plus avancées sont celles du Groupe de travail sur les critères et indicateurs pour la conservation et la gestion durable des forêts tempérées et boréales (également appelé Processus de Montréal), Forest Europe et l’Organisation internationale des bois tropicaux. Les pays membres d’une même initiative acceptent généralement de produire des rapports en même temps et en utilisant les mêmes indicateurs. Au sein des pays, au niveau des unités de gestion, des efforts ont également été déployés pour élaborer des critères et indicateurs de gestion durable des forêts au niveau local. Le Centre pour la recherche forestière internationale, le Réseau international de forêts modèles et des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique ont mis au point un certain nombre d’outils et de techniques pour aider les communautés dépendant de la forêt à développer leurs propres critères et indicateurs au niveau local. Les critères et indicateurs constituent également la base des programmes de certification forestière de tierces parties tels que les normes de gestion durable de la forêt de l’Association canadienne de normalisation et la norme d’initiative de foresterie durable.

Il semble exister un consensus international croissant sur les éléments clés de la gestion durable des forêts. Sept domaines thématiques communs de la gestion durable des forêts ont émergé sur la base des critères des neuf initiatives de critères et indicateurs en cours aux niveaux régional et international. Les sept domaines thématiques sont:

Étendue des ressources forestières
Biodiversité
Santé et vitalité des forêts
Fonctions de production et ressources forestières
Fonctions de protection des ressources forestières
Fonctions socio-économiques
Cadre juridique, politique et institutionnel.

Ce consensus sur des domaines thématiques communs (ou critères) fournit efficacement une définition commune implicite de la gestion durable des forêts. Les sept domaines thématiques ont été reconnus par la communauté forestière internationale à la quatrième session du Forum des Nations Unies sur les forêts et à la seizième session du Comité des forêts. Ces domaines thématiques ont depuis été inscrits dans l’Instrument non juridiquement contraignant sur tous les types de forêts en tant que cadre de référence pour la gestion durable des forêts afin de contribuer à la réalisation de l’objectif de cet instrument.

Le 5 janvier 2012, le Processus de Montréal, Forest Europe, l’Organisation internationale des bois tropicaux et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, reconnaissant les sept domaines thématiques, ont approuvé une déclaration de collaboration visant à améliorer la collecte de données mondiales sur les forêts. les rapports et en évitant la prolifération des exigences de surveillance et des charges associées en matière de rapports.

Approche écosystémique
L’approche par écosystème figure en bonne place à l’ordre du jour de la Convention sur la diversité biologique (CDB) depuis 1995. La définition de l’approche par écosystème donnée par la CDB et un ensemble de principes pour son application ont été développés au cours d’une réunion d’experts tenue au Malawi en 1995. Principes du Malawi. La définition, les 12 principes et les 5 points de “directives opérationnelles” ont été adoptés par la cinquième Conférence des Parties (COP5) en 2000. La définition de la CDB est la suivante:

L’approche écosystémique est une stratégie de gestion intégrée des terres, des eaux et des ressources biologiques qui favorise la conservation et l’utilisation durable de manière équitable. L’application de l’approche par écosystème aidera à atteindre un équilibre entre les trois objectifs de la Convention. Une approche écosystémique repose sur l’application de méthodologies scientifiques appropriées axées sur les niveaux d’organisation biologique, qui englobent les structures, processus, fonctions et interactions essentiels entre les organismes et leur environnement. Il reconnaît que les êtres humains, avec leur diversité culturelle, font partie intégrante de nombreux écosystèmes.

La gestion durable des forêts a été reconnue par les parties à la Convention sur la diversité biologique en 2004 (décision VII / 11 de la COP7) comme un moyen concret d’appliquer l’approche écosystémique aux écosystèmes forestiers. Les deux concepts, gestion durable des forêts et approche écosystémique, visent à promouvoir des pratiques de conservation et de gestion durables sur les plans environnemental, social et économique, qui génèrent et maintiennent des avantages pour les générations actuelles et futures. En Europe, la MCPFE et le Conseil de la stratégie paneuropéenne pour la diversité biologique et paysagère (PEBLDS) ont conjointement reconnu la gestion durable des forêts comme étant conforme à l’approche par écosystème de 2006.

La CDB 33 ne contient pas de définition convenue de l’approche par écosystème, mais la description et un ensemble de principes pour son application ont été élaborés lors d’une réunion d’experts tenue au Malawi en 1998 – connue sous le nom de “Principes du Malawi”. La description, cinq points de gestion opérationnelle, a été adoptée par la cinquième Conférence des Parties en 2000. La description de la CDB est la suivante:

L’approche par écosystème est une stratégie intégrée de gestion des terres, des eaux et des ressources biologiques qui promeut la conservation et l’utilisation durable de manière équitable. L’application d’une telle approche permettra donc d’équilibrer les trois objectifs de la Convention: la conservation, l’utilisation durable et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques.

L’approche par écosystème repose sur l’application de méthodes scientifiques appropriées aux différents niveaux d’organisation biologique, y compris les processus, fonctions et interactions essentiels entre les organismes et leur environnement. Il reconnaît que les êtres humains, avec leur diversité culturelle, font partie intégrante des écosystèmes.

L’accent mis sur la structure, les processus, les fonctions et les interactions est conforme à la définition de l’écosystème, figurant à l’article de la Convention, qui se lit comme suit:

“Écosystème” désigne un complexe dynamique de communautés de plantes, d’animaux et de micro-organismes et leur environnement non vivant qui, par leur interaction, forment une unité fonctionnelle.

Cette définition ne mentionne aucune unité ni échelle spatiale particulière, contrairement à la définition de “l’habitat” donnée par la Convention. Par conséquent, le terme “écosystème” ne correspond pas nécessairement aux termes “biome” ou “zone écologique”, mais peut faire référence à toute unité fonctionnelle à n’importe quelle échelle. En fait, c’est le problème à considérer qui devrait déterminer l’échelle d’analyse et d’action. Il peut s’agir, par exemple, d’un morceau de terre arable, d’un étang, d’une forêt, d’un biome ou de la biosphère entière.

L’approche par écosystème nécessite une gestion capable de s’adapter à la nature complexe et dynamique des écosystèmes et à une connaissance et une compréhension insuffisantes de leur fonctionnement. Les écosystèmes suivent souvent des processus non linéaires et il existe souvent un écart entre ces processus et l’apparition de leurs conséquences. Cela entraîne des discontinuités, générant surprise et incertitude. La direction doit être en mesure de s’adapter à ces incertitudes et d’accepter dans une certaine mesure l’apprentissage en cours d’emploi ou l’exploitation des résultats de la recherche. Il peut être nécessaire de prendre certaines mesures même lorsque la relation de cause à effet n’a pas été complètement établie scientifiquement.
L’approche par écosystème, qui n’exclut pas d’autres méthodes de gestion et de conservation telles que les réserves de biosphère, les aires protégées et les programmes de conservation pour une espèce donnée, ainsi que d’autres approches utilisées dans le cadre des politiques et législations nationales, pourrait au contraire intégrer toutes ces approches et d’autres méthodes pour faire face à des situations complexes. Il n’existe pas de moyen unique d’appliquer l’approche par écosystème car elle dépend des conditions locales, provinciales, nationales, régionales et mondiales. En fait, l’approche par écosystème pourrait être utilisée de diverses manières comme cadre permettant d’atteindre concrètement la réalisation des objectifs de la Convention.

La gestion durable des forêts a été reconnue par les Parties à la Convention sur la diversité biologique en 2004 (décision VII / 11 de la 7 e Conférence des Parties 36) comme un moyen pratique d’appliquer l’approche par écosystème aux écosystèmes forestiers.

L’approche écosystémique de la diversité biologique des forêts peut être décrite comme une stratégie de gestion forestière intégrée qui promeut la conservation équitable et l’utilisation durable. Les êtres humains, dans leur diversité culturelle, font partie intégrante de l’écosystème forestier. L’approche par écosystème nécessite une gestion appropriée pour tenir compte de la nature dynamique et complexe de l’écosystème forestier et du manque de connaissances ou d’une compréhension totale de son fonctionnement.

L’écosystème forestier devrait donc être géré pour ses valeurs intrinsèques et pour les avantages qu’il apporte aux êtres humains de manière juste et équitable. Les gestionnaires doivent prendre en compte les effets actuels et potentiels de leurs activités pour éviter des effets inconnus et imprévisibles sur son fonctionnement et, partant, sur sa valeur. L’écosystème forestier doit également être compris et géré dans un contexte économique. En particulier, les coûts et les avantages de l’écosystème forestier devraient être internalisés dans la mesure du possible. En outre, les distorsions du marché qui minent la diversité biologique des forêts devraient être réduites et des incitations favorables à la biodiversité et à la gestion durable appliquées.

En conclusion, la gestion de l’écosystème forestier doit se faire dans les limites de sa dynamique. Par conséquent, la conservation de leur structure et de leur fonctionnement doit être la priorité. C’est la nécessité de préserver toutes ses valeurs, y compris les biens et services que les forêts fournissent aux êtres humains.

Gouvernance forestière
Bien que la majorité des forêts continuent à appartenir officiellement au gouvernement, l’efficacité de la gouvernance forestière est de plus en plus indépendante de la propriété formelle. Depuis l’idéologie néo-libérale des années 1980 et l’émanation des défis liés au changement climatique, la preuve que l’État ne parvient pas à gérer efficacement les ressources environnementales est apparue. Sous les régimes néolibéraux des pays en développement, le rôle de l’État a été réduit et les forces du marché ont de plus en plus pris le relais du rôle socio-économique dominant. Bien que les critiques des politiques néolibérales aient maintenu que les forces du marché ne sont pas seulement inappropriées pour la préservation de l’environnement, mais sont en réalité une cause majeure de destruction de l’environnement. La tragédie des biens communs de Hardin (1968) a montré que les gens ne peuvent pas être laissés à leur guise avec des ressources foncières ou environnementales. Ainsi, la décentralisation de la gestion offre une solution alternative à la gouvernance forestière.

Le transfert des responsabilités en matière de gestion des ressources naturelles des administrations centrales aux administrations des États et locales, le cas échéant, fait généralement partie d’un processus de décentralisation plus vaste. Selon Rondinelli et Cheema (1983), il existe quatre options de décentralisation distinctes: (i) la privatisation – le transfert de pouvoirs du gouvernement central à des secteurs non gouvernementaux, autrement connus sous le nom de fourniture de services fondés sur le marché, (ii) la délégation – autorité locale désignée par le pouvoir central, (iii) déconcentration – transfert du pouvoir à une autorité acceptable localement et (iv) déconcentration – redistribution des pouvoirs du gouvernement central aux délégations sur le terrain du gouvernement central. Une participation élargie à la prise de décision locale-publique est la clé d’une décentralisation efficace. En 2000, le rapport de la Banque mondiale révèle que le gouvernement local connaît les besoins et les désirs de ses électeurs mieux que le gouvernement national, alors qu’il est en même temps plus facile de demander des comptes aux dirigeants locaux. L’étude des forêts tropicales d’Afrique de l’Ouest montre que les autorités responsables et / ou représentatives dotées de pouvoirs discrétionnaires significatifs sont l’élément institutionnel fondamental de la décentralisation qui doit conduire à l’efficacité, au développement et à l’équité. Ce rapport collabore avec le rapport de la Banque mondiale publié en 2000, selon lequel la décentralisation devrait améliorer l’allocation des ressources, l’efficacité, la responsabilisation et l’équité “en reliant plus étroitement les coûts et les avantages des services locaux”.

Plusieurs raisons invoquent le plaidoyer en faveur de la décentralisation de la forêt. i) Les projets de développement rural intégré échouent souvent parce qu’il s’agit de projets descendants ne tenant pas compte des besoins et des désirs de la population locale. (ii) Les gouvernements nationaux ont parfois une autorité légale sur de vastes zones forestières qu’ils ne peuvent pas contrôler. Ainsi, de nombreux projets d’aires protégées entraînent une perte accrue de biodiversité et un conflit social accru. Dans le domaine de la gestion forestière, comme indiqué précédemment, l’option la plus efficace de la décentralisation est la “décentralisation” – le transfert du pouvoir à une autorité responsable localement. Cependant, l’appréhension des gouvernements locaux n’est pas sans fondement. Ils manquent souvent de ressources, peuvent être occupés par des personnes peu scolarisées et sont parfois capturés par les élites locales qui favorisent les relations clientélistes plutôt que la participation démocratique. Enters et Anderson (1999) soulignent que les résultats des projets communautaires destinés à inverser les problèmes des approches centrales antérieures en matière de conservation et de développement ont également été décourageants.

De manière générale, l’objectif de la conservation des forêts n’a jamais été atteint, contrairement aux changements d’utilisation des terres; tirée par la demande de nourriture, de carburant et de profit. Il est nécessaire de reconnaître et de plaider en faveur d’une meilleure gouvernance forestière, compte tenu de son importance pour la satisfaction des besoins humains fondamentaux à l’avenir, le maintien de l’écosystème et de la biodiversité, ainsi que pour la réalisation des objectifs d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Ce plaidoyer doit être associé à des incitations financières pour les gouvernements des pays en développement et à un rôle accru en matière de gouvernance pour les gouvernements locaux, la société civile, le secteur privé et les ONG au nom des “communautés”.

Fonds forestiers nationaux
La création de fonds forestiers nationaux est un moyen de résoudre le problème du financement de la gestion durable des forêts. Les fonds forestiers nationaux (FFN) sont des mécanismes de financement spécifiques gérés par des institutions publiques et conçus pour soutenir la conservation et l’utilisation durable des ressources forestières. En 2014, il y avait 70 NFF en activité dans le monde.

Ressources génétiques forestières
L’utilisation appropriée et la conservation à long terme des ressources génétiques forestières (FGR) font partie de la gestion durable des forêts. En particulier en ce qui concerne l’adaptation des forêts et leur gestion au changement climatique. La diversité génétique garantit que les arbres forestiers peuvent survivre, s’adapter et évoluer dans des conditions environnementales changeantes. La diversité génétique dans les forêts contribue également à la vitalité des arbres et à la résilience face aux parasites et aux maladies. De plus, les RGF jouent un rôle crucial dans le maintien de la diversité biologique des forêts, tant au niveau des espèces que des écosystèmes.

La sélection minutieuse du matériel végétal en mettant l’accent sur l’obtention d’une grande diversité génétique plutôt que sur la production d’un peuplement uniforme d’arbres est essentielle pour une utilisation durable des RGF. Considérer la provenance est également crucial. Par exemple, en ce qui concerne le changement climatique, le matériel local peut ne pas avoir la diversité génétique ou la plasticité phénotypique nécessaire pour garantir de bonnes performances dans des conditions changeantes. Une population différente venant de plus loin, qui aurait pu être sélectionnée dans des conditions plus proches de celles prévues pour le site de reboisement, pourrait constituer une source de semences plus appropriée.

Forêts urbaines et périurbaines
Les forêts urbaines ou périurbaines posent des problèmes particuliers, liés par exemple à: leur accessibilité, la coexistence de différents fonctions et services écosystémiques autres que la production de bois d’intérêt commercial, l’affaiblissement dû au surpeuplement, etc. Ces forêts nécessitent précautions et méthodes de gestion adapté à leurs spécificités.

La certification
Les préoccupations environnementales croissantes et la demande des consommateurs pour un commerce plus socialement responsable ont permis à la certification forestière indépendante d’émerger dans les années 90 en tant qu’outil crédible pour communiquer la performance sociale et environnementale des opérations forestières.

De nombreux acteurs (actifs ou potentiels) impliqués dans la certification, notamment des entrepreneurs forestiers, des investisseurs, des écologistes ou des écologistes, des chasseurs, des entreprises vendant ou consommant de grandes quantités de bois et de papier, des achats publics éthiques ou des “achats écologiques” et tous les consommateurs de bois.

But de la certification
Une nouvelle demande sociale et économique en matière de certification forestière a conduit à l’émergence d’organisations indépendantes qui ont élaboré des normes de bonne gestion forestière. Des organismes de vérification indépendants ont également émergé, certifiant des opérations d’exploitation conformes à ces normes. Par exemple, pour la certification PEFC en France, les contrôles des propriétaires forestiers sont effectués par les entités régionales (ER), elles-mêmes certifiées par des certificateurs privés sur la base des normes ISO. Ces certificateurs sont supervisés par le Comité français d’accréditation (COFRAC), créé en 1994 et désigné comme l’unique organisme national d’accréditation par le décret de décembre 2008.
.
Cette certification a pour objectif de fournir des garanties de bonne gestion forestière – selon des définitions qui varient selon les normes utilisées – et de garantir que le bois et les produits dérivés du bois (papier, carton, etc.) proviennent de forêts gérées de manière responsable.

Normes de certification
Cette augmentation de la certification a conduit à l’émergence de différents systèmes à travers le monde.
Il en résulte qu’il n’existe pas de norme mondiale communément acceptée et que chaque système utilise une approche différente pour définir, évaluer et contrôler les normes de gestion durable des forêts.

La certification forestière par des organisations indépendantes est un outil important pour ceux qui cherchent à s’assurer que les produits de papier et de bois qu’ils achètent proviennent de forêts bien gérées et exploitées légalement. L’intégration de certifications indépendantes dans l’obtention de pratiques de produits forestiers peut être cruciale pour les politiques forestières incluant des facteurs tels que la protection des ressources forestières sensibles, la sélection réfléchie des matériaux et l’utilisation efficace des produits.

Les normes les plus utilisées sont:

Association canadienne de normalisation (CSA);
Forest Stewardship Council (FSC);
Programme de reconnaissance des certifications forestières (PEFC).
Initiative de foresterie durable (IFD);

La superficie des forêts certifiées augmente rapidement. En décembre 2005, 2 420 000 km2 de forêts étaient certifiées selon la norme 39, FSC ou SFI, dont 1,19 million de km2 au Canada 40. En 2009, 8% de la forêt mondiale est certifiée, dont 80% selon le PEFC. normes (dont SFI fait maintenant partie).

Localisation des forêts certifiées
La certification a été promue après Rio pour améliorer la gestion des forêts dans le monde, mais à ce jour, la plupart des forêts certifiées sont situées en Europe et en Amérique du Nord. Un obstacle important pour de nombreux gestionnaires forestiers dans les pays en développement est le manque de capacité à financer ou à pratiquer des audits de certification ou à maintenir des normes de certification.

En 2009, le FSC était toujours sous-développé en France, où les forestiers étaient largement favorables au PEFC, soit 6 millions d’hectares certifiés PEFC à la fin de 2010. Ainsi, en mars 2009, moins de 20 000 hectares de forêt étaient certifiés FSC, soit moins de 0,1%. zones certifiées FSC dans l’Union européenne.
En comparaison, les zones forestières suédoises certifiées FSC atteignent 9,7 millions d’hectares (près de 500 fois plus que la superficie certifiée FSC en France en 2009), près de 7 millions en Pologne, 1,6 million en France. Royaume-Uni. En ce qui concerne sa superficie forestière (notamment en feuillus), la France se situe au bout du peloton, mais devance Chypre, Malte, l’Autriche, le Luxembourg et la Belgique.

Certification indépendante
La prise de conscience croissante de l’environnement et la demande des consommateurs pour des entreprises plus socialement responsables ont aidé la certification forestière par des tiers à émerger dans les années 90 en tant qu’outil crédible de communication des performances environnementales et sociales des opérations forestières.

Il existe de nombreux utilisateurs potentiels de la certification, notamment: les gestionnaires de forêts, les scientifiques, les décideurs, les investisseurs, les défenseurs de l’environnement, les consommateurs de bois et de papier et les particuliers.

Avec la certification forestière par une tierce partie, un organisme indépendant élabore des normes de bonne gestion forestière et des auditeurs indépendants délivrent des certificats aux exploitations forestières qui sont conformes à ces normes. La certification forestière vérifie que les forêts sont bien gérées – tel que défini par une norme particulière – et la certification de la chaîne de traçabilité suit les produits en bois et en papier de la forêt certifiée à la transformation jusqu’au point de vente.

Cette augmentation de la certification a conduit à l’émergence de plusieurs systèmes différents à travers le monde. En conséquence, il n’existe pas de norme de gestion des forêts acceptée dans le monde entier, et chaque système adopte une approche quelque peu différente dans la définition des normes de gestion durable des forêts.

Dans son rapport annuel sur le marché des produits forestiers 2009-2010, la Commission économique pour l’Europe / Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies a déclaré: «Au fil des années, de nombreux problèmes qui divisaient auparavant les systèmes (de certification) sont devenus beaucoup moins distincts. maintenant généralement les mêmes exigences programmatiques structurelles “.

La certification forestière par des tiers est un outil important pour ceux qui souhaitent s’assurer que les produits de papier et de bois qu’ils achètent et utilisent proviennent de forêts bien gérées et exploitées légalement. L’intégration de la certification par une tierce partie aux pratiques d’achat de produits forestiers peut être une pièce maîtresse de politiques globales sur le bois et le papier incluant des facteurs tels que la protection des valeurs forestières sensibles, la sélection réfléchie des matériaux et l’utilisation efficace des produits.

Il existe plus d’une cinquantaine de normes de certification dans le monde, traitant de la diversité des types de forêts et des tenures. À l’échelle mondiale, les deux plus grands programmes de certification parapluie sont:

Programme de reconnaissance des certifications forestières (PEFC)
Forest Stewardship Council (FSC)

La superficie de forêt certifiée dans le monde entier croît lentement. PEFC est le plus grand système de certification forestière au monde, avec plus des deux tiers de la superficie totale certifiée mondiale selon ses critères de durabilité.

En Amérique du Nord, le PEFC a approuvé trois normes de certification: la Sustainable Forestry Initiative, la norme de gestion de la forêt durable de l’Association canadienne de normalisation et le American Tree Farm System. FSC a cinq normes en Amérique du Nord – une aux États-Unis et quatre au Canada.

Bien que la certification soit conçue comme un outil permettant d’améliorer les pratiques de gestion forestière dans le monde entier, à ce jour, la plupart des opérations forestières certifiées sont situées en Europe et en Amérique du Nord. Un obstacle important pour de nombreux gestionnaires de forêts des pays en développement est qu’ils n’ont pas la capacité de se soumettre à un audit de certification et de maintenir les opérations conformément à une norme de certification.

Éventuel
La forêt du 21ème siècle pourrait être gérée très différemment, en s’appuyant de plus en plus sur de nouveaux outils pertinents pour l’évaluation environnementale et pourrait faciliter la gestion (mais aussi potentiellement la surexploitation d’espèces précieuses), qui:

imagerie aérienne (y compris infrarouge);
l’imagerie par satellite, fournie par exemple par MODIS, pour mieux prédire le risque de mort des arbres (MODIS 250 m / 16 jours);
la géolocalisation d’espèces de valeur ou d’avenir;
technologie lidar aéroportée pour l’étude de la topographie et de la structure de la végétation avec des données enregistrées sous forme de nuage de points 3D. Cette technologie permet par exemple d’identifier les ressources en bois-énergie dans les forêts de montagne.
le SIG;
La technologie Field-Map combine l’imagerie aérienne et les mesures sur le terrain. Field-Map est souvent utilisé pour cartographier les “stations forestières”, les arbres et éventuellement pour la traçabilité du bois. Si la chaîne de possession n’est pas rompue, le client final peut théoriquement visualiser l’origine du bois d’un meuble ou d’un objet en “bois traçable”, grâce aux coordonnées associées à chaque arbre avant son abattage.

Certains auteurs estiment que, compte tenu de l’inertie des cycles forestiers, de la complexité de la forêt et du manque de connaissances sur l’écologie forestière, il est actuellement impossible d’utiliser la taxonomie des indicateurs pour suivre de manière crédible la “durabilité” ou la “durabilité” de la gestion forestière. Ils suggèrent donc d’utiliser ou d’utiliser des indicateurs assez précis et assez faciles à mesurer, tels que la complexité structurelle de la forêt, la fragmentation de la forêt, son caractère naturel (autochtonie) et son hétérogénéité structurelle, qu’ils considèrent comme de bons “indices”. »De sa biodiversité s’ils sont utilisés des niveaux les plus locaux (intraparcellier) aux niveaux de paysage.

Cette approche permettrait également une gestion adaptative, y compris des mesures de “restauration passive” (via la restauration d’un réseau d’îlots de sénescence caractérisés par “l’arrêt des interventions en forêt, devrait être envisagée lorsque les attributs d’un stade de croissance sont recherchés (…) dans un délai raisonnable “.

Limites
La gestion durable est basée sur la gestion durable des forêts (GDF). Il semble exister un consensus sur le fait qu’une forêt soumise à une gestion et à une gestion durables protège mieux la biodiversité qu’une zone soumise à une coupe à blanc ou à une conversion agricole, mais il existe d’autres options, notamment une gestion proche de la nature (Prosilva type) basé sur une récolte très sélective de bois de haute valeur qui pourrait être plus propice à la régénération globale de la forêt et à la biodiversité que les récoltes à haute intensité et répétées qui se trouvent dans des situations de gestion durable des forêts.

Comparé à ce qui se passe dans une forêt naturelle, le FAD implique une perturbation profonde de l’écosystème (fragmentation, accessibilité, perturbation et parfois un changement artificiel d’espèces et de populations) et donc d’importants changements dans les habitats naturels et les écosystèmes de services, auxquels certains auteurs associent ” une série d’impacts négatifs importants sur la biodiversité “.

Les ADF, toujours basés sur la création de routes, de pistes peuvent aggraver la menace de braconnage, de conversion en terres agricoles en facilitant l’accès aux faubourgs et aux cœurs de forêt et en zone tropicale, même si elle est effectuée avec soin, l’abattage augmente l’intensité et fréquence des incendies de forêt. Ainsi, selon Niesten & al. “Il n’est pas clair que le FAD soit en mesure d’assurer un niveau satisfaisant de maintien de la biodiversité, même si cela s’avère financièrement viable”.

La demande de bois certifié selon certains critères de gestion durable est principalement axée sur l’Amérique du Nord et l’Europe et peu sur la Chine et les tropiques pour leurs propres besoins.Mais la surface de la forêt tropicale est globalement en déclin constant depuis plus de.

Le développement durable certifié serait a priori plus attrayant si le bois certifié était acheté à un prix plus élevé auprès du propriétaire ou de l’exploitant. Les consommateurs paient parfois un prix plus élevé pour le bois certifié, mais la différence pour le forestier peut être minime ou ne pas rembourser les efforts qu’il a faits, l’incitation financière à modifier les pratiques de gestion peut être insuffisante selon les auteurs