Psychologie philippine

La psychologie philippine, ou Sikolohiyang Pilipino, en philippin, est définie comme la psychologie fondée sur l’expérience, les idées et l’orientation culturelle des Philippins. Il est régi par le Pambansang Samahan sa Sikolohiyang Pilipino (dénomination sociale: Association nationale pour Sikolohiyang Pilipino, Inc.), créée en 1975 par Virgilio Enriquez, considéré par beaucoup comme le père de la psychologie philippine.

Histoire
Vous trouverez ci-dessous une brève chronologie de la psychologie aux Philippines depuis le début de la psychologie aux Philippines basée sur la psychologie occidentale jusqu’à l’établissement de la psychologie philippine avec les premiers modèles et échelles qui sont devenus la base de la psychologie philippine:

1926 – Le Département de psychologie et école d’éducation est créé à l’Université des Philippines à Manille. Agustin Alonzo est le chef du Département de psychologie et de l’École d’éducation.

1930 – Le Département de psychologie a été créé à l’Université de Sto. Tomas

1932 – Sinforonso Padilla a ouvert la clinique de psychologie à l’Université des Philippines

1933 – Jesper Perpinan a ouvert la clinique de psychologie de l’Université Far Eastern

1938 – Angel de Blas, OP, a promu le laboratoire de psychologie expérimentale à l’Université de Sto. Tomas

1948 -Estefania Aldaba-Lim crée l’Institut des relations humaines à l’université des femmes des Philippines

1954 – Joseph Goertz crée le département de psychologie à l’université de San Carlos

1960 -Fr. Jaime Bulatao a créé le Département de psychologie et le Bureau central d’orientation à l’Université Ateneo de Manila

1962 – Création de la Société philippine de psychologie qui fournit des services psychologiques et se positionne comme le principal détaillant pour les mesures psychologiques

1971 – Virgilio Enriquez remet en cause les mesures actuelles de la psychologie aux Philippines, faisant valoir que la psychologie occidentale ne peut pas être utilisée comme mesure pour les Philippins, car elle ne tient pas compte de la culture et des expériences philippines des Philippins.

1975 – Virgilio Enriquez a commencé à créer “Panukat ng Ugali à Pagkatao” (PUP), connu pour être une mesure sensible à la culture philippine, du processus à l’acquisition de tests – Virgilio Enriquez a créé le “Sikolohiyang Pilipino” connu comme le père de la psychologie philippine

1976 – Virgilio Enriquez et Carmen Santiago proposent le modèle de la recherche philippine pour guider la pratique de la recherche autochtone. -Enriquez et Santiago ont introduit deux échelles dérivées des expériences de recherche dans le pays: échelle du chercheur et échelle du chercheur et du participant.

Orientation de base et contexte
La psychologie philippine est généralement considérée comme une branche de la psychologie asiatique, le placement étant principalement déterminé par la culture. Cependant, il existe un débat en cours sur la composition de la culture philippine, car cela déterminera généralement si la psychologie philippine doit être placée sous les aspects de la psychologie asiatique ou de la psychologie orientale.

Le point de vue de la psychologie philippine est largement postcolonial et est considéré comme une sorte de psychologie de la libération.

Quatre traditions
En 1985, l’historien Zeus A.Salazar a identifié quatre traditions sur lesquelles repose la psychologie philippine:

Psychologie scientifique académique ou Akademiko-siyentipikal na Sikolohiya: Tradition occidentale: Cette tradition suit la tradition de Wilhelm Wundt en 1876 et est essentiellement la psychologie occidentale orientée vers les États-Unis étudiée aux Philippines.
Psychologie philosophique universitaire ou Akademiko-pilosopiya na Sikolohiya: la tradition occidentale: elle a été lancée par des prêtres-professeurs de l’Université de Santo Tomas. Cette tradition se concentre principalement sur ce qu’on appelle la «psychologie rationnelle».
Psychologie ethnique ou Taal na Sikolohiya: C’est la tradition sur laquelle repose principalement la psychologie philippine. Cela fait référence aux concepts autochtones étudiés en utilisant l’orientation et les méthodologies psychologiques locales.
Psychologie religieuse psycho-médicale ou Sikolohiyang Siko-medikal: La tradition qui fusionne les techniques de guérison indigènes et l’explique dans un contexte religieux autochtone. Un sociologue a suggéré que beaucoup de Philippins pauvres sont considérés comme superstitieux à cause du dogmatisme catholique, caractérisé par une vague combinaison d’animisme et de croyances catholiques. La majorité des Philippins sont pauvres et la religion est devenue un aspect important de la vie, au point que certains ne croient pas en la science. Beaucoup d’étrangers méprisent les Philippins, allant jusqu’à les qualifier d’esclaves. C’est la raison pour laquelle, lorsque l’on travaille comme aide domestique, de nombreux Philippins signalent des cas de sévices liés au travail.

Principes de base
Valeur fondamentale ou Kapwa (soi partagé)
Kapwa est la construction fondamentale de la psychologie philippine. Kapwa a deux catégories, Ibang Tao et Hindi Ibang Tao.

Ibang Tao (“outsider”) Il y a cinq niveaux d’interaction dans cette catégorie:
Pakikitungo: civilité – Dans l’éthique confucéenne, un comportement juste signifiait un comportement correct envers les autorités (parents, aînés, etc.).
Pakikisalamuha: acte de mélange – Il s’agit d’une valeur sociale essentiellement communautaire et confucéenne. Il épouse la capacité d’adaptation.
Pakikilahok: acte d’adhésion – Cela se traduit par la participation de toute la communauté pour aider une personne.
Pakikibagay: conformité – Cela entre en conflit avec l’individualité que de nombreux Philippins, en fait, jettent volontiers en faveur de la conformité aux exigences de ceux qui sont en charge.
Pakikisama: être uni avec le groupe.

Hindi Ibang Tao (“one-of-us”) Il existe trois niveaux d’interaction dans cette catégorie:
Pakikipagpalagayang-loob: acte de confiance mutuelle
Pakikisangkot: acte de joindre les autres
Pakikipagkaisa: être un avec les autres

Valeur interpersonnelle
Pakiramdam: Perceptions intérieures partagées. Les Philippins utilisent Damdam, ou la perception intérieure des émotions des autres, comme outil de base pour guider ses relations avec les autres.

Relier la valeur socio- personnelle
Kagandahang-Loob: l’humanité partagée. Cela signifie être capable d’aider d’autres personnes dans le besoin en raison de la perception d’être ensemble en tant que partie d’une humanité philippine.

Valeurs de surface accommodatives
Hiya: Librement traduit par «timidité» par la plupart des psychologues occidentaux, Hiya est en fait un «sentiment de bienséance».
Utang na loob: norme de réciprocité. Les Philippins sont attendus par leurs voisins pour rendre des faveurs – que celles-ci aient été demandées ou non – lorsque cela est nécessaire ou souhaité.
Pakikisama et Pakikipagkapwa: Relation interpersonnelle lisse, ou SIR, inventée par Lynch (1961 et 1973). Cette attitude est principalement guidée par la conformité avec la majorité.

Valeurs de surface frontales
Bahala na: Bahala Na se traduit littéralement par «laisser à Dieu (Bathala)» et est utilisé, presque universellement, comme expression dans la culture philippine. Les Philippins adoptent une attitude de bahala na en tant que stratégie d’adaptation adaptative influencée par la culture face à des situations difficiles.
Lakas ng loob: Cette attitude se caractérise par son courage au milieu des problèmes et des incertitudes.
Pakikibaka: Littéralement en anglais, cela signifie des affrontements simultanés. Il fait référence à la capacité des Philippins à entreprendre des révolutions et des soulèvements contre un ennemi commun.

Valeurs sociétales
Karangalan: Librement traduit en dignité, cela fait en réalité référence à ce que les autres voient chez une personne et à la manière dont elle utilise ces informations pour prendre position ou juger de sa valeur.
Puri: l’aspect externe de la dignité. Peut se référer à la façon dont d’autres personnes jugent une personne de sa valeur. Cela oblige un Philippin commun à se conformer aux normes sociales, quel que soit leur caractère obsolète.
Dangal: l’aspect interne de la dignité. Peut se référer à la façon dont une personne juge sa propre valeur.
Katarungan: traduite librement en justice, cela fait en réalité référence à l’équité dans l’attribution de récompenses à une personne.
Kalayaan: Liberté et mobilité. Ironiquement, cela peut entrer en conflit avec la valeur moins importante de pakikisama ou pakikibagay (conformité).
Approches et méthodes
Les approches, ou lapit, et méthodes, ou pamamaraan, dans la psychologie philippine sont différentes de celles de la psychologie occidentale. Dans la psychologie philippine, les sujets, ou les participants, appelés kalahok, sont considérés comme ayant le même statut que le chercheur.

Les participants sont inclus dans la recherche en tant que groupe, et non en tant qu’individus – par conséquent, un umpukan, ou cluster naturel, doit servir de participant en soi. Le chercheur est initié à un groupe naturel par un tulay (pont), qui fait partie de l’ukukan et qui est un homme respecté dans la communauté.

Certaines des approches et méthodes utilisées dans la psychologie philippine sont:

Pakikipagkuwentuhan: Dans cette méthode, le chercheur se livre à une histoire avec un arbitre. Le chercheur sert simplement de facilitateur, tandis que le kalahok ou les participants sont ceux qui doivent parler. Le terme kwento, du mot espagnol cuento, signifie littéralement «raconter une histoire».
Panunuluyan: Dans cette méthode, le chercheur reste dans la maison de son kalahok ou de son participant pendant qu’il mène les recherches avec le consentement de la famille d’accueil, dont le chef sert de tulay à un arbitre. Le terme tuloy, qui est le mot racine du terme panunuluyan, signifie littéralement «entrer».
Pagdadalaw-dalaw: Dans cette méthode, le chercheur visite occasionnellement la maison de son hôte ou de tulay, plutôt que de rester dans la maison. Le terme dalaw signifie littéralement «visite».
Pagtatanung-tanong: Dans cette méthode, le chercheur subit une sorte de séance de questions avec son kalahok ou ses participants. Dans cette méthode, cependant, les «questions principales» (les questions qui se réfèrent directement au sujet étudié) ne sont pas supposées être posées, mais les questions à poser sont supposées provenir des réponses des kalahok elles-mêmes. Le mot Tanong signifie littéralement «question».
Pakikiramdam: Dans cette approche, le chercheur utilise entièrement ses propres sentiments ou émotions pour justifier si ses participants ou kalahok sont prêts à faire partie de ses recherches ou non. Le terme damdam signifie littéralement «perception intérieure des émotions».

Psychopathologie
La psychopathologie philippine, ou sikopatolohiya en philippin, de la psicopatologie espagnole, est l’étude de la psychologie anormale dans le contexte philippin. Plusieurs troubles mentaux liés à des syndromes liés à la culture ont été identifiés et ne peuvent donc être trouvés qu’aux Philippines ou dans d’autres sociétés avec lesquelles les Philippins partagent des liens culturels. Des exemples de tels sont:

Amok: trouble de l’humeur malaisien, plus judicieusement appelé «trouble de l’humeur austronésienne», dans lequel une personne perd soudainement le contrôle de soi et se lance dans une frénésie meurtrière, après quoi elle hallucine et tombe en transe. Après son réveil, il n’a absolument aucun souvenir de l’événement.
Bangungot: Un événement relativement fréquent dans lequel une personne perd soudainement le contrôle de sa respiration et de sa digestion et tombe dans le coma et finit par mourir. On pense que la personne rêve de tomber dans un profond abîme au début de sa mort. Ce syndrome a été associé à plusieurs reprises au syndrome de Brugada en Thaïlande et à l’ingestion de riz. Cependant, aucun lien médical de ce type n’a été prouvé.
Manifestation des troubles mentaux universels
La psychopathologie philippine fait également référence aux différentes manifestations des troubles mentaux chez les Philippins. Un exemple en est la manifestation de la dépression et de la schizophrénie chez les Philippins, qui sont pour la plupart moins violents.

Psycho-médecine et guérisseurs
La psychomédecine philippine, ou sikomedikal na sikolohiya dans le philippin, est l’application de la psychologie de base aux pratiques de guérison indigènes considérées comme des «médicaments». Ces pratiques sont étroitement liées aux guérisseurs de la foi, ainsi qu’aux prêtresses païennes indigènes telles que le babaylan ou le katalonan, qui ont été réprimées par les Espagnols lors de leur colonisation des Philippines.

Voici des exemples de telles pratiques:

Hilot: L’utilisation du massage pour aider une femme enceinte à accoucher.
Kulam: Hex ou envoûtement.
Lihi: Un besoin intense pour quelque chose ou quelqu’un pendant la grossesse. Les guérisseurs ou manghihilot témoignent que si le besoin n’est pas satisfait, il peut en résulter une anomalie de l’enfant.
Pasma: Un concept qui explique comment init (chaleur) et lamig (froid) peuvent entraîner des maladies, en particulier des rhumatismes.
Susto: Vol d’âme. Dérivé des traditions latino-américaines.
Pagtatawas: Méthode de diagnostic de la maladie dans laquelle l’albularyo ou le guérisseur utilise rituellement l’alun (appelé tawas) pour diagnostiquer divers problèmes de santé. Le tawas est utilisé pour «traverser» (signe de la croix) le front et d’autres parties du corps suspectes ou souffrant lorsque les prières sont murmurées (gonflement ou oracion). Il est ensuite placé sur des braises incandescentes, enlevé quand il commence à se fissurer, puis transféré dans un petit récipient d’eau. En se refroidissant, sa forme ramollie se répand à la surface de l’eau et prend une forme qui peut suggérer la cause de la maladie, souvent une des nombreuses forces indigènes: nains, démons ou autres esprits malins (na-nuno, na-kulam, na- demonyo). L’eau dans le véhicule est alors utilisée pour oindre la ou les parties du corps en difficulté pour contrer les forces ou la maladie. Les tawas sont ensuite jetés et jetés vers l’ouest, de préférence dans le soleil couchant.
Usog: Un concept qui explique comment un bébé qui a été accueilli par un étranger acquiert une maladie mystérieuse. Apparemment dérivé de la tradition espagnole de Mal de Ojo.
Gabâ ou gabaa: Le concept Visayan de Karma négatif.

Les organisations
Pambansang Samahan Sa Sikolohiyang Pilipino
Bukluran sa Sikolohiyang Pilipino
Alyansa ng mga Mag-aar sa Sikolohiyang Pilipino o TATSULOK