Banzo, Love and the Home Kitchen, Musée Afro Brasil

Cinquante peintures, dessins et sculptures forment l’ensemble des pièces de l’exposition «Banzo, Love and the Home Kitchen», de l’artiste Sidney Amaral, au Musée Afro Brasil, Institution du Secrétaire à la Culture de l’État de São Paulo.

L’artiste plasticien a remporté le prix Funarte d’art noir, le spectacle est une partie expressive de cette exposition composée d’autoportraits. J’utilise mon corps comme représentation d’une idée d’identité, de mémoire; des fragments de mon corps repensés dans l’objet des maisons.

Après avoir participé à d’importantes expositions, Sidney Amaral a tenu sa première exposition personnelle au Museu Afro Brasil. “Le musée a un rôle de catalyseur pour l’émergence de nouveaux artistes noirs”. L’exposition présentera également des œuvres couvrant 15 ans de carrière artistique de Sidney Amaral. Ce sont des sculptures en marbre et bronze et résine, ainsi que des dessins et des peintures qui utilisent des techniques acryliques et aquarelles.

Sidney Amaral travaille toujours en deux temps: celui de la réalité des objets et celui de s’inclure comme personnage qui agit de son plein gré dans la composition du fond noir. “Sidney est le funambule en action, discutant de la vie quotidienne d’un homme noir dans une société, toujours prêt à oublier les valeurs destinées à tous, sans exception”.

Le projet Encontro com Artista favorise un dialogue entre les visiteurs et l’invité, dans le but d’élargir les possibilités d’appréciation esthétique du participant, basée sur le contact avec l’œuvre et avec l’histoire de l’artiste. La grande exposition de Sidney Amaral au Musée Afro Brasil apporte des appels surprenants, en raison des nombreuses voies qu’il a proposées.

Biographie
Sidney Carlos do Amaral (São Paulo, São Paulo, 1973 – Idem, 2017). Artiste visuel et enseignant. La vaste production d’Amaral explore, dans différentes langues, la polyvalence poétique et formelle des objets du quotidien. Dans ses peintures, il problématise les questions identitaires, élargissant le débat artistique brésilien sur la représentation de l’homme noir contemporain.

Dans les années 1990, il a étudié au lycée d’art et d’artisanat de São Paulo (Laosp), à l’école panaméricaine des arts, à l’ECOS Escola de Fotografia et est diplômé en éducation artistique de la fondation Armando Álvares Penteado (Faap), en 1998. L’année suivante, il est élève de l’artiste Ana Maria Tavares (1958) en cours d’orientation et de développement de projets artistiques au Musée brésilien de sculpture (Mube). Tout au long de sa carrière, il concilie la production artistique avec le travail d’un professeur d’art dans le système scolaire public. En 2001, il a tenu sa première exposition personnelle au Centro Cultural São Paulo (CCSP).

Dans un premier temps, il s’intéresse à l’élaboration d’objets prosaïques, hors contexte et forgés dans des matériaux nobles, comme le marbre, le bronze et la porcelaine. La série Balloons in Suspension (2009) explore les paradoxes sémantiques et visuels entre la légèreté de la forme et le poids du bronze, la délicatesse du polissage des ballons et la rusticité de la chaîne de tronçonneuse qui les tient. Il choisit des thèmes impalpables et éphémères, comme Os Slippers da Namorada (2e version, 2014), une sculpture dans laquelle le bronze poli sublime et fixe un épisode du quotidien. La rencontre du raffinement matériel avec la banalité thématique provoque des tensions entre les deux, puisque le thème et les formes sont loin de la synthèse et de l’idéalisation associées aux matériaux nobles.

L’autoportrait photographique sert de support à la création de tableaux dans lesquels l’artiste se place parmi des objets qui parlent de relations affectives. Ces relations sont amplifiées par le drame narratif et une atmosphère énigmatique et inquiétante, familière à la peinture métaphysique. Beaucoup de ses personnages sont dans des situations d’impasse. Dans Imolação (2009/2014), l’autoportrait décrit une «auto-immolation» qui, pour Amaral, peut être interprétée comme une libération: «en voyant au milieu de l’écran un homme avec un pistolet pointé sur sa tête, le premier ce que l’on pense, c’est que la personne représentée dans le tableau veut se suicider. Mais ce n’est pas vrai. C’est précisément pour cette raison que je l’appelle Immolation. L’immolation est ce que vous faites pour quelque chose de plus grand […] Vous vous tuez parce que vous ne voulez pas être un esclave, vous ne voulez pas perdre votre identité, votre liberté »

En résidence artistique au Tamarind Institute (USA), en 2013, elle a travaillé sur les questions d’identité raciale à travers la lithographie. L’utilisation de cette technique, ainsi que l’aquarelle, rapproche sa chronique visuelle des enregistrements sur les esclaves, réalisés par des artistes itinérants au Brésil. Amaral met à jour cette iconographie, donnant la parole au sujet représenté. Des aquarelles lourdes et introspectives, avec des zones sombres abondantes, contrastent avec l’extériorité des tâches enregistrées par les voyageurs. Dans O Estrangeiro (2011), l’artiste noir lui-même est représenté dans un chemin difficile vers le monde des arts. Déjà dans l’aquarelle Gargalheira, Who Will Speak for Us? (2014), l’instrument de torture du passé se confond avec l’oppression sociale médiatisée du présent. Il unit les sentiments d’invisibilité et de surexposition de la personne noire, qui, massivement mise à l’épreuve par les micros, assume un silence hautain et rejette le système.

Comme l’observe le critique Tadeu Chiarelli (1956), la récurrence de l’autoportrait dans l’œuvre de Sidney Amaral, ainsi que celle d’autres artistes noirs à la fin du XIXe siècle, peut être comprise comme un moyen d’affirmation sociale, professionnelle et identitaire. Dans la production d’Amaral, les dilemmes collectifs sont portés à la première personne comme une stratégie expressive et acquièrent ainsi du concret.

Opposant à la libération des esclaves (1888) de Pedro Américo (1843-1905), ouvrage qui allégorise l’abolition selon le pouvoir impérial, dans le polyptico Uncomfortable (2014), Amaral nous offre la vision d’un homme noir qui considère l’abolition comme une résistance , lutte et incertitude. Dans un premier temps, cette œuvre évoque les allégories de Glauco Rodrigues (1929-2004) années 60/70, notamment en ce qui concerne le dialogue entre dessin et photographie. Cependant, le récit austère d’Amaral s’éloigne du plaisir festif de l’artiste du Rio Grande do Sul.

Au centre, des danses et des personnages emblématiques comme la nourrice Mônica, tirée de la photographie de João Ferreira Villela (1860), et une fille qui porte des chaussures, comme symbole de la conquête de la citoyenneté. En arrière-plan, l’artiste se présente comme un observateur d’une apothéose de la culture noire, qui rappelle de gauche à droite les personnalités historiques suivantes: Francisco José do Nascimento (1839-1914), dit Dragão do Mar ou Chico da Matilde, leader des radeaux dans les luttes abolitionnistes; les journalistes José do Patrocínio (1853-1905) et Luiz Gama (1830-1882); et João Cândido Felisberto (1880-1969), l ‘«amiral noir», membre de la Revolta da Chibata. je

Que ce soit dans la construction d’objets paradoxaux, provocateurs d’une poésie insolite, ou dans les recherches continues sur sa propre identité et ses relations urbaines, Amaral essaie de ne pas s’écarter de la caractéristique la plus frappante de chaque objet. Pour cela, le dessin marqué par la référence photographique est son instrument d’appropriation d’images et de formes.

L’exposition
Banzo, Love and House Kitchen, une exposition majeure de Sidney Amaral au Musée Afro Brazil apporte d’étonnants «appels» dans le meilleur sens de ce mot, en raison des nombreuses voies proposées par lui. (…) Tout comme il y a de la vie, il y a un présent et un passé. Et les deux sont devenus résolus pour que la vie puisse continuer.

Points forts
Sidney Amaral est l’un des premiers artistes à recevoir l’honneur conféré par Funarte Award for Black Art.

Corner pour Ogum
Loin d’ici et loin de moi
Les chaussons de la copine: version II
Le prince
Animal politique II
Annonciation
Absence
Nuisance (5 écrans)
Gargalheira ou qui parlera pour nous?
Enfin je t’ai trouvé ou les affinités électives
Je veux bien de moi, je veux vraiment de moi
Les moutons et moi

Musée Afro Brasil
Museu Afro Brasil est une institution publique, tenue par le Secrétariat d’État à la culture de São Paulo et gérée par Associação Museu Afro Brasil – Organização Social de Cultura (Association Museu Afro-Brasil – Organisation sociale pour la culture)

Il se veut un musée contemporain où les Noirs peuvent être reconnus.

Plus de 6 000 œuvres soulignent l’importance des peuples africains dans la formation de la culture, du patrimoine et de l’identité brésiliens, comme on le sait aujourd’hui. En outre, il offre une célébration de l’art et des réalisations des Africains et des Afro-Brésiliens.

La Collection est considérée comme la plus grande afro-américaine en Amérique avec plus de 6 000 chefs-d’œuvre, sculptures, documents, gravures, céramiques, peintures, arts contemporains, bijoux, objets, reliefs, photographies et textiles.

Plus de 70% de la collection est dans l’exposition à long terme, représentant principalement le Brésil, certains pays du continent africain, Cuba, Haïti et les États-Unis.