Musique d’Afghanistan

La musique de l’Afghanistan comprend de nombreuses variétés de musique classique, de musique folklorique et de musique populaire moderne. L’Afghanistan possède un riche héritage musical et présente un mélange de mélodies perses, de principes de composition indiens et de sons de groupes ethniques tels que les Pachtounes ou les Tadjiks. Les instruments utilisés vont des tablas indiens aux luths à long manche, et sa musique classique est étroitement liée à la musique classique hindoustani. Les paroles dans la plupart de l’Afghanistan sont typiquement en dari (persan) et en pachtou. La ville multiethnique de Kaboul a longtemps été la capitale culturelle régionale, mais les étrangers ont tendance à se concentrer sur la ville de Herat, qui abrite des traditions plus proches de la musique iranienne que dans le reste du pays.

Clarification conceptuelle
La musique afghane englobe toute la musique et les instruments de musique de cet État multiethnique qui a pris naissance sur le sol de l’Afghanistan actuel de l’Antiquité à la fin du Moyen Age et non la musique des «Afghans», dont le nom a toujours été synonyme de Pashtuns et fondamentalement rien mais reflète la musique Persan-chorasan très influente du pays. La force de cette culture, et surtout de sa musique, réside dans la diversité linguistique, ethnoculturelle, confessionnelle et religieuse du pays. Une série d’instruments de musique gréco-bactriens, orientaux et (indo) iraniens, également originaires de l’extérieur de la frontière internationalement reconnue de l’Afghanistan d’aujourd’hui, ont été parmi les instruments de musique de cette région pendant des siècles ainsi qu’en Europe. Néanmoins, caractéristique de la construction des instruments de musique typiques en Afghanistan est que les matériaux provenaient de produits naturels tels que le bois, la fourrure, les pierres précieuses et les pièces d’ivoire et viennent comme le Tanbur (un prédécesseur de Dutar) ou Shahnai, Tabla et Sarod.

Musique urbaine de Kaboul
La musique classique (Persan-Khorasan) de l’Afghanistan se compose de ragas instrumentaux et vocaux, ainsi que de Tarana et de Ghazals. Cela établit un lien historique entre la musique de l’Inde du Nord et de l’Asie centrale, qui a été créée, entre autres, par des contacts étroits entre les Ustads (maîtres d’armes) d’Afghanistan et les maîtres indiens respectifs de la musique au XXe siècle.

Contrairement aux ragas indiens, les ragas d’Asie centrale (y compris ceux des provinces orientales de l’Iran) ont généralement un rythme plus rapide et proviennent principalement du Tabla ou des Zerbaghali, Dayra, Dhol – tous instruments percussifs – ou des luths à long manche comme Tar, Yaktar, “Instrument avec une corde”, Dutar, “Instrument avec deux cordes” Setar “Instrument avec trois cordes”, mais a accompagné quatre cordes, sarangi et le sitar.

Les instruments classiques typiques de l’Afghanistan incluent l’ua le Dutar, le Surnay, le Sitar, le Dilruba, le Tambur, le Ghichak ou le Ghaychak. Mohamed Hussein Sarahang est considéré comme l’un des interprètes les plus connus de cette direction.

La ville de Kaboul et la région au sud de l’Hindu Kush (montagnes des Hindous) ou Hundukuh (montagne de l’Hindou) – autrefois appelée Kabulistan – qui peut se rappeler une histoire de 3000 ans, était du 7ème siècle après JC à la Centre du 10ème siècle des dynasties Hindou-Bouddhistes de Kabulshahan et Hindushahi. La musique, la danse et la chanson faisaient et font partie intégrante de la méditation religieuse hindoue.

Dans la vieille ville de Kaboul se trouve le quartier des artistes et de la musique Charabat qui signifie «taverne», «taverne» et «centre de méditation», dont les mécènes sont les poètes indiens de la langue persane Amir Chosrau et Bedel Delhawi (1642-1720). Pour louer Dieu et devenir un avec Dieu, selon les poètes soufis, l’homme n’a pas besoin de médium ni de médiateur.

De grands et célèbres maîtres de la musique, en particulier des Tadjiks, ainsi que des historiens locaux (de la musique) d’Afghanistan et d’Iran sont même d’avis que le classique, ainsi que Ghasel. La musique de l’Afghanistan forme la vieille culture musicale du Khorasan et ceux-ci sont encore construits comme les hymnes de l’Avesta.

Ainsi, mais aussi avec l’aide des poèmes et des aphorismes des soufis comme Sanai, Rumi, Hafis, Saadi et par leurs collègues persans et turcs de l’Inde comme les poètes mentionnés ci-dessus. Grâce au quartier de Charabat, la musique folklorique pourrait être professionnalisée et les instruments de musique typiques en Afghanistan reconstruits, car il existe de nombreux ateliers de musique dans la région de Charabat. Sarahang était la tête de Charabat.

Des musiciens célèbres de Charabat
Nawab (Sitarjo), père de Qasem Jo
Qorban Ali Khan, professeur de Qasem Jo
Qasem Jo, “Père de la musique afghane moderne”
Ghulam Hossein, père d’Ustad Mohamed Hussein Sarahang
Mohammad Omar, joueur de Rubab
Ghulam Dastgir Shaida, chanteur des poèmes de Saadi et Hafis
Amir Mohammad, chanteur de poésie persane et joueur de Rubab
Mohammad Hashem Cheshti, chanteur, professeur et joueur de nombreux instruments de musique afghans
Rahim Baksh, chanteur ghazal et leader de Charabat
Mohamed Hussein Sarahang, leader de Charabat, interprète de la poésie indienne Dari et membre du Gharana de Patiala.
Abdul Ahmad Hamahang, chanteur de la chanson Kabul Jan

Charabat musiciens vivants
Le sultan Ahmad Hamahang appartient à la génération actuelle de Charabat

Entre Charabat et l’Europe
Ustad Zaland
Mohammad Hossein Arman

Descendants en exil
Pendant les années de guerre, des musiciens de Charabat ont émigré au Pakistan et en Iran. Un petit nombre d’entre eux a trouvé un nouveau foyer dans les pays européens et aux États-Unis. Après la fin de la domination directe des talibans, les chanteurs Charabat ont été parmi les premiers à revenir dans leur pays et à contribuer à la reconstruction de la musique locale.

Musique folk et traditionnelle

Musique folklorique
Il n’y a pas de notes La musique est la plupart du temps unanime. Le rythme sous la forme de deux à quatre barres joue un grand rôle. C’est pourquoi un instrument à percussion Dhol ou instrument à cordes est indispensable. Les cordes ne sont pas seulement touchées avec des doigts ou des plectrons, mais plutôt battues. La mélodie est souvent subordonnée au rythme. Les séquences mélodiques sont répétées et légèrement modifiées. Le langage vocal et corporel, les expressions faciales et les gestes ne sont pas seulement utilisés dans la danse. L’improvisation est courante pendant le chant et le jeu.

Lors de fêtes comme les mariages, la naissance ou l’initiation, surtout dans les villages, des musiciens tels que Schalmei, Ghichak et Dhol Yaktâr ou Dohl Dutâr (tambour unilatéral ou tambour à double face), Zerbaghali et flûte (voix Tula) ou Nay, quand les invités de mariage accompagnent la mariée de la maison de ses parents à la maison de l’homme.

La musique populaire de tous les peuples vivant en Afghanistan et les groupes ethniques et les apparitions à la télévision des chanteurs n’ont été stimulées qu’après 1978, lorsque le Parti démocratique populaire est arrivé au pouvoir en Afghanistan. Ainsi, les musiciens de différentes régions du pays ont été présentés à la radio et à la télévision et les femmes pouvaient chanter sans voile. Buz Bazi était autrefois une forme de divertissement solo dans les maisons de thé du nord de l’Afghanistan, où un joueur de Dambura déplaçait une marionnette en forme de chèvre.

Musique religieuse
Le concept afghan de la musique est étroitement associé aux instruments, et le chant religieux non accompagné n’est donc pas considéré comme de la musique. La récitation du Coran est un type important de performance religieuse non accompagnée, tout comme le rituel zikr extatique des Soufis qui utilise des chansons appelées na’t, et les styles chi’a solo et de groupe comme mursia, manqasat, nowheh et rowzeh. La secte Chishti Soufi de Kaboul est une exception en ce sens qu’ils utilisent des instruments comme le Rubab, le tabla et l’harmonium dans leur culte; cette musique est appelée tatti (“nourriture pour l’âme”).

Musique patriotique
Beaucoup de chansons patriotiques pour l’Afghanistan ont été faites. L’une des chansons les plus connues est “Da Zamong Zeba Watan” (C’est notre belle patrie en pachto) par Ustad Awalmir, qui a chanté dans les années 1970. Une autre chanson très populaire est “Watan” (Homeland) par Abdul Wahab Madadi, en persan. Enregistré en 1980, la chanson échantillonne une chanson grecque appelée “Antonis” composée par Mikis Theodorakis. La première ligne, Watan ishqe tu iftekharam, se traduit par “Mon pays, mon amour pour toi est mon honneur”. Son ton ressemble beaucoup à un hymne national.

Classique
Il n’y a pas de traditions et de styles musicaux uniques en Afghanistan. Ces différentes traditions et styles ont évolué au cours des siècles dans le contexte de distinctions ethniques, linguistiques, régionales, religieuses et de classe très diverses qui caractérisaient la société afghane. La musique afghane peut être classée de plusieurs façons. Bien qu’il soit de pratique courante de classer la musique afghane en deux catégories linguistiques et régionales (pachtou, farsi, logari, shomali, etc.), une classification plus appropriée techniquement serait de distinguer différentes formes de musique afghane uniquement par leur style musical. Ainsi, la musique afghane peut être principalement divisée en quatre catégories: indienne classique, mohali (styles folklorique et régional), occidentale, et un autre style propre à l’Afghanistan lui-même (principalement adopté par les musiciens farsi) simplement appelé musique afghane.

La tradition classique indienne était une souche extrêmement influente. La grande majorité des artistes d’élite en Afghanistan jusque dans les années 1980 ont été formés dans la tradition classique indienne. Ustad Sarahang, Rahim Bakhsh, Ustad Nashenas et beaucoup d’autres chanteurs étaient des partisans éminents de ce style. Ce style mettait l’accent sur les compositions dans le style raga indien et le chant de Ghazals dans des mélodies très similaires à la musique classique indienne et à la musique de cour. La forme musicale classique de l’Afghanistan s’appelle klasik, qui comprend à la fois des ragas instrumentaux et vocaux et de danse du ventre, ainsi que Tarana et Ghazals. Beaucoup d’Ustads, ou musiciens professionnels, ont appris la musique classique du nord de l’Inde en Inde, et certains d’entre eux étaient des descendants indiens qui ont déménagé de l’Inde à la cour royale à Kaboul dans les années 1860. Ils maintiennent des liens culturels et personnels avec l’Inde – à travers le disciple ou l’intermariage – et ils utilisent les théories musicales et la terminologie hindoustani, par exemple le raga (forme mélodique) et le tala (cycle rythmique). Les chanteurs classiques afghans incluent le regretté Ustad Mohammad Hussain Sarahang (1924-1983), qui est l’un des maîtres de Patiala Gharana dans la musique classique du nord de l’Inde et est également connu en Inde et au Pakistan comme contemporain d’Ustad Bade Ghulam Ali Khan. Sa composition “Pai Ashk” a été utilisée dans la chanson thème du film Hindi Mera Saya. Ubaidullah Jan Kandaharai est considéré comme le roi de la musique pachtou dans la région du sud de l’Afghanistan. Il est mort dans les années 1980 mais sa musique est toujours très appréciée par la diaspora pachtoune du monde entier, principalement par les Pachtounes des régions de Kandahar et de Quetta. Les autres chanteurs classiques sont Ustad Qasim, Ustad Rahim Bakhsh et Ustad Nato.

Le deuxième groupe, la musique Mohali (folk) était plus diversifiée. Il contenait divers styles folkloriques et régionaux qui avaient évolué de façon indigène sans influence extérieure. Ces styles incluent Qataghani, Logari, Qarsak, etc. qui sont spécifiques à une région et un groupe linguistique en Afghanistan. Quelques artistes de premier plan dans cette catégorie étaient Hamahang, Beltoon etc. Beaucoup d’autres chanteurs, cependant, qui n’appartiennent pas à ce genre, ont essayé d’enregistrer des chansons dans les styles de Qataghani, de logari, de qarsak etc. Chacune de ces formes avait sa propre échelle (elles n’utilisaient pas l’échelle classique des raga indiennes et n’utilisaient pas l’échelle majeure / mineure occidentale) et consistaient principalement en des chansons bien connues dont la composition et les paroles avaient évolué organiquement au cours des siècles. Ces textes, bien que profonds, étaient souvent simples et manquaient de la sophistication poétique des grandes traditions poétiques farsi et pachtou.

La troisième et la plus populaire des traditions musicales en Afghanistan sont le pachtou (qui appartient à la tradition folklorique et indienne classique simultanément), et le pur style musical afghan. Le style musical afghan pur a été popularisé par l’immortel chanteur afghan Ahmad Zahir. Ce style est principalement populaire auprès du public parlant farsi / dari et transcende les barrières régionales et de classe. Le style emprunte à beaucoup d’autres traditions musicales telles que les traditions indiennes, iraniennes, du Moyen-Orient, folkloriques afghanes etc., mais il fusionne tous ces styles dans un son unique en Afghanistan et convient aux goûts lyriques, poétiques, rythmiques et orchestraux de l’audience afghane farsi / dari. La grande majorité des chanteurs parlant le farsi depuis les années 1970 appartiennent à ce genre. A part Ahmad Zahir, le plus grand défenseur contemporain de ce style de Farhad Darya. Cependant, l’ancêtre de cette tradition musicale était un autre chanteur afghan nommé Abdul Rahim Sarban. Les chansons de Sarban ont servi de modèle au son musical afghan farsi unique qui caractérise aujourd’hui le genre musical afghan le plus populaire. Sarban a choisi la poésie des grands poètes classiques farsi / dari et les a mis dans des compositions intégrant des éléments du jazz occidental et de la belle chanson aux traditions mohali (régionales) de l’Afghanistan. Jusqu’alors, l’Afghanistan avait principalement emprunté des styles d’Iran, d’Inde et d’autres pays. Avec l’arrivée de Sarban, la musique afghane atteignit une telle hauteur que des artistes renommés de grands centres culturels tels que l’Iran empruntèrent ses chansons et les couvraient pour leurs auditoires (par exemple Googoosh, l’immortel chanteur iranien). “).

Le style musical de Sarban a été efficacement adopté par Ahmad Zahir, Ahmad Wali, Nashenas, Afsana, Seems Tarana, Jawad Ghaziyar, Farhad Darya et de nombreux autres chanteurs afghans farsi et transformé en un véritable style musical afghan reconnaissable qui est aussi facilement reconnaissable que Flamenco est aussi un style musical espagnol, et Mariachi est un style musical mexicain.

Cette forme, la musique occidentale (principalement composée de pop, et aujourd’hui de rap etc.), est influencée principalement par la tradition musicale occidentale. Cependant, malgré sa modernité, ce n’est pas le genre musical le plus populaire. Beaucoup de chanteurs dont Ahmad Zahir ont chanté dans cette tradition (pop, rock n roll etc.). Plus récemment, il y a eu une floraison de scènes de rap et de hip-hop en Afghanistan. Cependant, l’influence musicale occidentale sur la musique afghane continue d’être seulement dans les domaines de l’instrumentation et de l’orchestration; Les musiciens afghans tentent de choisir un langage musical et des compositions qui appartiennent à des formes musicales afghanes indigènes, mais ils utilisent des instruments de musique occidentaux (tambours, percussions, guitares, etc.) pour orchestrer leur musique. il y a très peu de musiciens qui composent aussi dans la tradition musicale occidentale.

Rubab
Le Rubab est un instrument de type luth commun en Afghanistan, et est le précurseur du sarod indien. Le rubab est parfois considéré comme l’instrument national de l’Afghanistan, et est appelé le «lion des instruments»; Un critique affirme que cela ressemble à «un prédécesseur du Moyen-Orient au blues qui a surgi dans le Piémont il y a 100 ans». Le rubab a un corps à double chambre sculpté dans du bois de mûrier, qui est choisi pour donner à l’instrument son timbre distinct. Il a trois cordes principales et un plectre fait d’ivoire, d’os ou de bois.

Les joueurs célèbres du Rubab sont Mohammad Omar son célèbre élève Sardar Mado de Qargha-Kaboul, maintenant est Sardar Mado, alors que les interprètes modernes incluent Essa Kassemi, Homayun Sakhi, et Mohammed Rahim Khushnawaz.

Dombura
La dombura est un instrument populaire populaire, particulièrement parmi les Tadjiks du nord et les Hazaras dans la partie centrale du pays. Dilagha Surood, Naseer Parwani, Dawood Serkhosh, Mir Maftoon, Safdar Tawkloi et Rajab Haideri comptent parmi les joueurs notables de la dombura afghane. Le dombura est joué avec beaucoup de coups et de grattage sur l’instrument pour aider à donner un son percussif. Les deux cordes sont faites de nylon (dans les temps modernes) ou d’intestin. Ils traversent un court pont à une épingle à l’autre extrémité du corps. Il y a un petit trou sonore à l’arrière de l’instrument, tandis que le haut est en bois épais. Il n’est pas fini avec n’importe quel vernis, classement ou ponçage de n’importe quel genre, et comme avec tous les autres instruments afghans il y a une certaine décoration.

Ghichak
Ghichak est un instrument à cordes fabriqué par le peuple hazara d’Afghanistan

Musique pop
En 1925, l’Afghanistan a commencé la radiodiffusion, mais sa station a été détruite en 1929. La radiodiffusion n’a pas repris avant l’ouverture de Radio Kaboul en 1940. Comme Radio Afghanistan a atteint tout le pays, la musique populaire a pris de l’importance. En 1951, Parwin est devenue la première femme afghane à chanter en direct à la radio. Farida Mahwash, une des chanteuses célèbres qui a ensuite remporté le titre d’Ustad (Master), a eu un grand succès avec “O bacheh” en 1977; elle était “peut-être le plus notable” des chanteurs pop.

La musique populaire moderne n’est apparue que dans les années 1950, lorsque la radio est devenue monnaie courante dans le pays. Ils ont utilisé des orchestres comprenant des instruments afghans et indiens, ainsi que des clarinettes européennes, des guitares et des violons. Les années 1970 ont été l’âge d’or de l’industrie musicale afghane. La musique populaire comprenait également des films de cinéma indiens et pakistanais et de la musique importés d’Iran, du Tadjikistan, du monde arabe et d’ailleurs.

Histoire de la pop
La musique pop a émergé en Afghanistan pendant les années 1950, et est devenue très populaire jusqu’à la fin des années 1970. Ce qui a contribué à l’émergence de la musique pop en Afghanistan, ce sont les chanteurs amateurs issus de milieux musicaux non traditionnels qui ont voulu mettre en valeur leurs talents en studio (Radio Kaboul). Ces chanteurs appartenaient à des familles de classe moyenne et supérieure et étaient plus éduqués que les chanteurs issus de la musique traditionnelle.

Ces amateurs ont innové dans la musique afghane et ont créé une approche plus moderne du folklore traditionnel et de la musique classique des Afghans. Parmi les chanteurs amateurs figuraient Farhad Darya (la légende de la musique afghane d’aujourd’hui), Ahmad Zahir, Nashinas (Dr Sadiq Fitrat), Ahmad Wali, Zahir Howaida, Rahim Mehryar, Mahwash, Haïdar Salim, Ehsan Aman, Najim Nawabi, Salma Jahani, Sharif Ghazal, Hangama, Parasto, Naghma, Mangal, Farhad Daria, Sarban et autres. Ahmad Zahir était parmi les chanteurs les plus célèbres de l’Afghanistan; Tout au long des années 60 et 70, il a acquis une reconnaissance nationale et internationale dans des pays comme l’Iran et le Tadjikistan.

Au cours des années 1990, la guerre civile afghane a fait fuir de nombreux musiciens, et par la suite le gouvernement taliban a interdit la musique instrumentale et beaucoup de musique publique. Les punitions infligées par les Taliban pour avoir été surpris en train de jouer de la musique ou d’être pris avec des cassettes allaient de la confiscation et de l’avertissement à de sévères passages à tabac et à l’emprisonnement. Beaucoup de gens continuaient à jouer secrètement de leurs instruments. Des musiciens en exil du célèbre quartier de Kharabat à Kaboul ont ouvert des bureaux à Peshawar, au Pakistan, où ils ont poursuivi leurs activités musicales. Une grande partie de l’industrie de la musique afghane a été préservée par la circulation à Peshawar et la tenue de concerts pour les artistes afghans a contribué à maintenir l’industrie en vie.

Depuis l’intervention américaine de 2001 en Afghanistan et le retrait des talibans, la scène musicale a commencé à réapparaître. Certains groupes, comme l’Ensemble Kaboul, ont acquis une réputation internationale. En outre, la musique traditionnelle pachtoune (en particulier dans le sud-est du pays) est entrée dans une période d ‘«âge d’or», selon un éminent porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur, Lutfullah Mashal.

Kabul Dreams est l’un des rares groupes de rock afghans à s’implanter lentement dans le pays; formé en 2008 par des expatriés, ils prétendent être les premiers.

Groupes musicaux
À partir des années 1950, les jeunes des écoles prestigieuses, par exemple, au lycée anglophone de Habiba, à l’Amani-Oberrealschule de langue allemande et au lycée francophone d’Esteqlal se sont familiarisés avec les instruments de musique européens. Sur les terres de la Amani-Oberrealschule, fondée par l’Allemagne en 1924, la République d’Autriche a ouvert une école de musique, à laquelle enseignaient des professeurs de musique allemands et autrichiens (à l’époque 400 Allemands à Kaboul).

Ils sont donc apparus lors de concerts scolaires et ont formé la base de l’émergence de groupes de musique. Il y avait des ailes, du piano, du violon, de la guitare, de la trompette, de l’accordéon, de la mandoline et de nombreux instruments européens à apprendre. La musique bien préparée a été présentée par les groupes lors d’événements à l’occasion du Festival de l’Indépendance. Chaque pavillon du festival avait son propre groupe de musique.

Les poèmes des poètes pachto et surtout la langue persane formaient les paroles de la plupart des chanteurs. Dans les années 60 et 70, des chanteurs iraniens tels que (Googoosh) ont chanté des chansons persanes composées en Afghanistan telles que “Molla Mohammad Jan”, “Cham e Sia Dâri” et vice versa. Des chanteurs persans comme Ustad Zaland et Ustad Nainawaz ont largement contribué au développement de la culture musicale (persane) en Afghanistan.

Parmi les célèbres musiciens de la langue pachtou étaient Awalmir et Gul Zaman. La célèbre chanson d’Awalmir était intitulée “Zema zeba Watan, da Afghanistan de” (Mon beau pays – c’est l’Afghanistan) et est toujours très populaire auprès des Pachtouns aujourd’hui.

Les femmes en tant que chanteuses
Parmi les premières chanteuses en Afghanistan, dont la voix a été diffusée à la radio à partir de 1951, figurent Mermon Parwin et Asada. Asadas et la chanson de Nourouz Samanak ou Samano (Pers. Seedling → plat sucré) d’Asadas et Parwin sont descendues dans l’histoire du cercle culturel.

Le chanteur Ustad Farida Mahwash, qui a décroché un tube en 1977 avec “O Bacha” (Hey, Junge), est également célèbre. Elle a été la première chanteuse en Afghanistan à recevoir le titre Ustad.

Dans la “Rumi Balkhi Commemoration” de Mawlana organisée par l’UNESCO à l’occasion de son 800ème anniversaire, Mahwash a chanté le célèbre poème “Listen of the Nay” de Rumi, avec la traduction suivante:

Ecoute, ce que dit le Nay
elle se plaint de sa rupture
Lors de la séparation dans le marais (champ de tubes) j’ai crié (Nay),
Femme et homme ont pleuré à travers mon nayklang.
Après la suppression du voile en 1959, Radio Afghanistan a diffusé les chansons de nombreuses femmes. En outre, les femmes ont offert leur art sur scène. D’autres chanteurs populaires incluent Roxshana ou Roxane, Hangama, Qamar Gul, Fatana et d’autres dont la musique et le chant ont été diffusés à la télévision.

Suppression et interdiction
Depuis les années 1980, la musique en Afghanistan a été de plus en plus réprimée et les disques pour les étrangers ont drastiquement diminué malgré le riche héritage musical du pays. Dans les années 1990, la musique instrumentale des talibans et la musique publique dans les villes de langue persane ont été complètement interdites, alors qu’ils cultivaient eux-mêmes leur propre culture pachtoun, comme la danse nationale pachtoune Atan, et les chansons enregistrées par Awalmir et d’autres pachtounes célèbres au Pakistan. les en Afghanistan et a chanté. Les disciples du poète pachtoune soufi Rahman Baba ont chanté Naa’d et Qawali les vendredis, joués et joués. a.Tabla et rubab. Malgré de nombreuses arrestations et la destruction d’instruments de musique dans les grandes villes, les musiciens persans ont pu sauver certains de leurs instruments.

Musique en exil
Génération plus âgée
Les musiciens exilés et les chanteurs vivant aux États-Unis et en Europe ont maintenu les diverses variations de la musique de l’Afghanistan. Même cet aspect négatif, à savoir le vol et l’immigration, a non seulement continué la diversité musicale de l’Afghanistan, mais aussi tous les groupes ethniques du pays ont eu l’occasion de continuer leur musique, en particulier les Perses et Pashtunspeakers.

Nouvelle génération
Les enfants de l’ancienne génération ont fait un pas de plus et ont apporté un vent nouveau au développement de la musique. Ils ont enregistré dans leurs clips musicaux et vidéos des instruments de musique européens et appris en conséquence les instruments avec des notes, comme les poignées de guitare. Parce qu’autrement, ils ont accordé la guitare à la notation orientale. De plus, ils étaient plus ouverts aux autres langues et cultures. Certains ont chanté des chansons qui encourageaient la tolérance et la convivialité. Un chanteur pop des années 1990 est Habib Qaderi. Depuis lors, Khaled Kayhan, Jawid Sharif, Nasrat Parsa, Farhad Daria, Qader Eshpari et Arash Howaida ont tous contribué à la musique pop.

Renaissance de la musique en Afghanistan
Depuis la chute des talibans, les télévisions publiques et privées se battent pour équilibrer leurs programmes en termes de diversité linguistique, ethnique, religieuse, confessionnelle et musicale.

Beaucoup de chanteurs (chansons pop, musiciens folk, amateurs et professionnels) incluent dans leur répertoire des chansons des deux langues officielles du pays. Certains chantent en trois ou quatre langues, la plupart des chanteurs chantent en persan.

Hip hop
Le hip-hop afghan est un type de musique populaire auprès des jeunes et des immigrants afghans. Il hérite d’une grande partie du style du hip-hop traditionnel, mais met l’accent sur les sons culturels rares. Le hip hop afghan est surtout chanté en dari (persan), en pachto et en anglais. Un artiste hip-hop populaire est DJ Besho (Bezhan Zafarmal), un résident de Kaboul. Un autre est ‘Awesome Qasim’, qui est connu au Canada et qui fait du rap en farsi, en pachto et en anglais. L’album le plus récent de Qasim est sorti en février 2013 au Canada. Le musicien de Kaboul, Soosan Firooz, a été décrit comme le premier rappeur féminin d’Afghanistan. Sonita Alizadeh est une autre rappeuse afghane, qui a acquis une certaine notoriété en écrivant de la musique protestant contre les mariages forcés.