Regarder vers l’avant. L’évolution de l’art de faire, Pavillon de Venise, Biennale de Venise 2015

L’exposition “Regard vers l’avenir. L’évolution de l’art de faire. 9 histoires de la Vénétie: numérique – pas seulement numérique.” dans le pavillon de Venise, revient à ses origines, avec une exposition sur les arts appliqués contemporains. Le pavillon de Venise à la Biennale 2015, basé sur la technologie et les connaissances issues de l’expérience, des compétences manuelles et de la créativité, ouvre de nouvelles opportunités de développement. En effet, le thème de l’exposition est basé sur la «relation entre technologie, création, créativité et formes» et sur la réflexion, toujours d’actualité, sur l’apport créatif des outils numériques.

Le pavillon était également dédié aux arts appliqués dans le passé. Vers les applications les plus récentes des technologies avancées. Nous nous demandons si les progrès de la technologie, et en particulier la diffusion du numérique, nous conduisent vers des horizons de standardisation et d’uniformité, ou s’ils offrent au contraire de nouvelles opportunités de développement, de diversification créative et donc d’expérimentation de nouvelles formes.

Pour être plus précis, nous nous demandons si le progrès de la technologie, et en particulier du numérique, se dirige vers son destin désigné de célibat et une banalité croissante des formes, ou si au contraire, le mariage de l’expérience et de la technologie, de l’artisanat , compris comme l’application directe de l’homme et de son savoir-faire, et les solutions que cette technologie même a permis d’inventer, sont plus fertiles que jamais.

La Biennale souhaite explorer ce phénomène, et il le fait dans une initiative qui explore le thème du «numérique – pas seulement numérique», avec l’intention d’examiner les cas spécifiques dans lesquels les deux Muses, la Muse de la technologie et la Muse de les connaissances nées de l’expérience, ensemble, peuvent générer des phénomènes importants dans l’évolution des formes. La Biennale fait son premier pas dans cette direction. Il s’agit d’un domaine de recherche auquel il entend consacrer une partie de ses énergies à l’avenir. Nous commencerons par observer la réalité qui nous entoure.

Explorer les phénomènes qui se sont développés récemment dans la région de la Vénétie. Notre intention est d’élargir nos perspectives à l’avenir. Nous sommes en train d’établir des relations avec d’importantes institutions internationales. Il n’est pas facile de représenter cet état de fait dans une exposition; ce sont des résultats, mais ce sont aussi des histoires qui ont conduit à ces résultats, dont la complexité ne peut être ignorée. Ce phénomène soulève et inspire de nombreuses questions et c’est pourquoi nous avons choisi, à l’automne, d’organiser un événement qui offrira une occasion de réflexion et de débat avec des experts nationaux et internationaux de premier plan.

En conclusion, si dans un certain sens il peut être vu comme un retour au passé du Pavillon de Venise, à d’autres égards et à la lumière de son contenu, ce choix peut être considéré comme la pierre angulaire d’un bâtiment que nous commençons à construire, un domaine de recherche que nous entendons développer: nous sommes convaincus que cette initiative répond aux demandes et aux intérêts qui émergent de la société et de l’industrie, aux prises avec un changement radical mais inévitable, et que la Biennale, dont la mission est d’explorer la «forme» donnée aux créations de l’homme dans de nombreux secteurs différents, pour laquelle les questions soulevées ici peuvent bien être pertinentes, ne peuvent pas ignorer.

“Regarder vers l’avant. L’évolution de l’art de faire. 9 stories from Veneto: Digital – not only digital »part d’une prise de conscience de l’importance de l’approche créative des processus de production et explore les développements en cours sur la scène italienne, qui offre de nombreux exemples remarquables. L’exposition est organisée comme une enquête sur le phénomène à l’échelle locale, à partir de la zone la plus proche du lieu de la Biennale, et décrit des processus créatifs qui, à partir d’une idée inspirée, se sont développés de manière souvent tortueuse, impliquant l’expérimentation, les risques, les erreurs, illusions et rencontres résolues et décontractées avant de produire enfin des résultats reconnus pour leur qualité intrinsèque et leur originalité.

La recherche vise non seulement à mettre en évidence les résultats formels et de production qui découlent de diverses synergies, mais vise également à décrire les voies empruntées. En cela, il explorera les méthodes, les modes d’organisation et les relations «artisanales» qui sous-tendent la création de produits et donc également les nouveaux éléments et expériences qui contribuent à former les figures créatives et artistiques professionnelles impliquées. La délocalisation des affaires à l’échelle mondiale, la créativité artistique et les technologies peuvent être réunies pour résoudre le dilemme entre ce qui est maintenant inutile de produire ici et ce qui ne peut être produit qu’ici.

À l’aide de différents médias, l’exposition illustre les modes de développement de ces processus. Pour ne citer que quelques exemples, ils vont de la façon dont des produits de pointe ont été fabriqués en utilisant des techniques du passé; la conception d’équipements de sauvetage; la possibilité de combiner réseaux sociaux et production, ou d’être les seuls producteurs d’objets fonctionnels du quotidien. L’exposition est également renforcée par les points de vue de personnes de différentes parties du monde. Ces créateurs principalement renommés, des chercheurs de haut niveau et des clients sophistiqués ont trouvé ici les meilleurs producteurs. Ils ont choisi de travailler avec nos créateurs et producteurs locaux, reconnaissant la nature particulière de leur «art de faire».

Biennale de Venise 2015
La Biennale d’art 2015 clôt une sorte de trilogie qui a commencé avec l’exposition organisée par Bice Curiger en 2011, Illuminations, et s’est poursuivie avec le Palais encyclopédique de Massimiliano Gioni (2013). Avec All The World’s Futures, La Biennale poursuit ses recherches sur des références utiles pour porter des jugements esthétiques sur l’art contemporain, question «critique» après la fin de l’art avant-gardiste et «non-art».

À travers l’exposition organisée par Okwui Enwezor, La Biennale revient pour observer la relation entre l’art et le développement de la réalité humaine, sociale et politique, dans le pressage des forces et des phénomènes extérieurs: les voies par lesquelles, c’est-à-dire les tensions de l’extérieur le monde sollicite les sensibilités, les énergies vitales et expressives des artistes, leurs désirs, les mouvements de l’âme (leur chant intérieur).

La Biennale di Venezia a été fondée en 1895. Paolo Baratta en est le président depuis 2008, et avant cela de 1998 à 2001. La Biennale, qui est à la pointe de la recherche et de la promotion des nouvelles tendances de l’art contemporain, organise des expositions, des festivals et des recherches dans tous ses secteurs spécifiques: Arts (1895), Architecture (1980), Cinéma (1932), Danse (1999), Musique (1930) et Théâtre (1934). Ses activités sont documentées aux Archives historiques des arts contemporains (ASAC) récemment rénovées.

La relation avec la communauté locale a été renforcée par des activités éducatives et des visites guidées, avec la participation d’un nombre croissant d’écoles de la région de la Vénétie et au-delà. Cela propage la créativité sur la nouvelle génération (3 000 enseignants et 30 000 élèves impliqués en 2014). Ces activités ont été soutenues par la Chambre de commerce de Venise. Une coopération avec des universités et des instituts de recherche organisant des visites et des séjours spéciaux dans les expositions a également été établie. Au cours des trois années 2012-2014, 227 universités (79 italiennes et 148 internationales) ont rejoint le projet Biennale Sessions.

Dans tous les secteurs, il y a eu plus d’opportunités de recherche et de production adressées à la jeune génération d’artistes, directement en contact avec des professeurs renommés; cela est devenu plus systématique et continu grâce au projet international Biennale College, qui se déroule désormais dans les sections danse, théâtre, musique et cinéma.