Planning familial

Les services de planification familiale sont définis comme “des activités médicales ou sociales éducatives et complètes permettant aux individus, y compris les mineurs, de déterminer librement le nombre et l’espacement de leurs enfants et de choisir les moyens par lesquels ils peuvent être atteints”. La planification familiale peut impliquer de prendre en compte le nombre d’enfants qu’une femme souhaite avoir, y compris le choix de ne pas avoir d’enfants, ainsi que l’âge auquel elle souhaite les avoir. Ces questions sont influencées par des facteurs externes tels que la situation matrimoniale, les considérations de carrière, la situation financière, tout handicap susceptible d’affecter leur capacité à avoir des enfants et de les élever, en plus de nombreuses autres considérations. Si elle est sexuellement active, la planification familiale peut impliquer l’utilisation de la contraception et d’autres techniques pour contrôler le moment de la reproduction. D’autres techniques couramment utilisées incluent l’éducation sexuelle, la prévention et la gestion des infections sexuellement transmissibles, le conseil et la gestion avant la conception et la gestion de l’infertilité. La planification familiale telle que définie par les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé englobe les services menant à la conception et ne favorise pas l’avortement en tant que méthode de planification familiale, bien que les niveaux d’utilisation contraceptive réduisent le besoin d’avorter.

La planification familiale est parfois utilisée comme synonyme ou euphémisme pour l’accès à la contraception et son utilisation. Cependant, cela implique souvent des méthodes et des pratiques en plus de la contraception. En outre, nombreux sont ceux qui souhaiteraient utiliser un moyen de contraception, mais ne planifient pas nécessairement une famille (par exemple, les adolescents non mariés, les jeunes couples mariés retardant la maternité tout en faisant carrière); la planification familiale est devenue une expression fourre-tout pour une grande partie du travail entrepris dans ce domaine. Les notions contemporaines de planification familiale ont toutefois tendance à placer la femme et ses décisions en matière de procréation au centre de la discussion, car les notions d’autonomisation des femmes et d’autonomie en matière de procréation ont gagné du terrain dans de nombreuses régions du monde. Il s’applique le plus souvent à un couple femme-homme qui souhaite limiter le nombre d’enfants qu’il a et / ou contrôler le moment de sa grossesse (également appelé espacement des enfants).

Des fins
En 2006, les centres américains de contrôle des maladies (CDC) ont publié une recommandation invitant les hommes et les femmes à élaborer un plan de vie en matière de procréation, à éviter les grossesses non désirées, à améliorer la santé des femmes et à réduire les conséquences néfastes de la grossesse.

Élever un enfant nécessite des ressources considérables: temps, ressources sociales, financières et environnementales. La planification peut aider à assurer la disponibilité des ressources. La planification familiale a pour but de s’assurer que tout couple, homme ou femme qui a un enfant, dispose des ressources nécessaires pour atteindre cet objectif. [Douteux – discuter] Grâce à ces ressources, un couple, homme ou femme, peut explorer les options de naissance naturelle, de maternité de substitution, d’insémination artificielle ou d’adoption. Dans l’autre cas, si la personne ne souhaite pas avoir d’enfant à un moment précis, elle peut enquêter sur les ressources nécessaires pour prévenir une grossesse, comme le contrôle des naissances, les contraceptifs ou la protection physique et la prévention.

Il n’y a pas de cas d’impact social clair pour ou contre la conception d’un enfant. Individuellement, pour la plupart des gens, porter un enfant ou non n’a pas d’impact mesurable sur le bien-être de la personne. Une revue de la littérature économique sur la satisfaction de la vie montre que certains groupes de personnes sont beaucoup plus heureux sans enfants:

Parents célibataires
Les pères qui travaillent et élèvent les enfants également.
Simple
Le divorcé
Les pauvres
Ceux dont les enfants ont plus de 3 ans
Ceux dont les enfants sont malades

Cependant, les adoptés et les adoptants déclarent qu’ils sont plus heureux après l’adoption. L’adoption peut également assurer contre les coûts de l’incapacité prénatale ou infantile qui peuvent être anticipés avec le dépistage prénatal ou en référence aux facteurs de risque parentaux. Par exemple, les pères plus âgés et / ou l’âge maternel avancé augmentent le risque de nombreux problèmes de santé chez leurs enfants, y compris l’autisme et la schizophrénie.Modèle: Sanchez, 2018

Ressources
Lorsque les femmes peuvent poursuivre leurs études et obtenir un emploi rémunéré, les familles peuvent investir davantage dans chaque enfant. Les enfants avec moins de frères et sœurs ont tendance à rester à l’école plus longtemps que ceux qui ont beaucoup de frères et sœurs. Quitter l’école pour avoir des enfants a des implications à long terme pour l’avenir de ces filles, ainsi que pour le capital humain de leurs familles et de leurs communautés. La planification familiale ralentit la croissance démographique insoutenable qui draine les ressources de l’environnement et les efforts de développement nationaux et régionaux.

Santé
L’OMS affirme à propos de la santé maternelle que:

“La santé maternelle fait référence à la santé des femmes pendant la grossesse, l’accouchement et la période postnatale. Alors que la maternité est souvent une expérience positive et épanouissante, elle est associée à la souffrance, à la santé et même à la mort.”
Environ 99% des décès maternels surviennent dans des pays moins développés; moins de la moitié se produisent en Afrique subsaharienne et près du tiers en Asie du Sud.

La maternité précoce et tardive a augmenté les risques. Les jeunes adolescents sont exposés à un risque plus élevé de complications et de décès à la suite d’une grossesse. Attendre que la mère ait au moins 18 ans avant d’essayer d’avoir des enfants améliore la santé de la mère et de l’enfant.

De plus, si des enfants supplémentaires sont souhaités après la naissance d’un enfant, il est plus sain pour la mère et l’enfant d’attendre au moins 2 ans après la naissance précédente avant de tenter de concevoir (pas plus de 5 ans). Après une fausse couche ou un avortement, il est préférable d’attendre au moins 6 mois.

Joselyne Lors de la planification d’une famille, les femmes doivent être conscientes que les risques pour la reproduction augmentent avec l’âge de la femme. Comme les hommes plus âgés, les femmes plus âgées ont plus de chances d’avoir un enfant autiste ou trisomique, les chances d’avoir des naissances multiples augmentent, ce qui augmente les risques de grossesse tardive, augmente les risques de développer un diabète gestationnel, La césarienne est plus importante, le corps des femmes plus âgées n’est pas aussi adapté à l’accouchement. Le risque de travail prolongé est plus élevé. Les mères plus âgées ont un risque accru de travail long, ce qui met le bébé en détresse.

Méthodes modernes
Les méthodes modernes de planification familiale comprennent le contrôle des naissances, les techniques de reproduction assistée et les programmes de planification familiale.

Selon le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), «les contraceptifs empêchent les grossesses non désirées, réduisent le nombre d’avortements et réduisent l’incidence des décès et des invalidités liés aux complications de la grossesse et de l’accouchement. Le FNUAP déclare que «si toutes les femmes dont les besoins en contraceptifs n’étaient pas satisfaits étaient en mesure d’utiliser des méthodes modernes, 24 millions d’avortements supplémentaires (dont 14 millions seraient dangereux), 6 millions de fausses couches, 70 000 décès maternels et 500 000 décès infantiles empêché. ”

Dans les cas où les couples peuvent ne pas vouloir avoir d’enfants pour l’instant, les programmes de planification familiale aident beaucoup. Selon une étude de l’Université du Michigan, les programmes fédéraux de planification familiale ont permis de réduire de 29% la maternité chez les femmes pauvres.

L’adoption est une autre option utilisée pour construire une famille. Il y a sept étapes à franchir pour adopter. Vous devez décider de poursuivre une adoption, demander à adopter, compléter une étude d’adoption à la maison, être approuvé pour adopter, être jumelé avec un enfant, recevoir un placement adoptif, puis légaliser l’adoption.

La contraception
Un certain nombre de méthodes contraceptives sont disponibles pour prévenir les grossesses non désirées. Il existe des méthodes naturelles et diverses méthodes basées sur des produits chimiques, chacune présentant des avantages et des inconvénients particuliers. Les méthodes comportementales pour éviter les grossesses qui impliquent des rapports sexuels vaginaux comprennent les méthodes de retrait et les méthodes basées sur un calendrier, qui sont peu coûteuses et facilement disponibles. Les méthodes contraceptives réversibles à longue durée d’action, telles que les dispositifs intra-utérins (DIU) et les implants, sont très efficaces et pratiques, ne nécessitent que peu d’action de la part de l’utilisateur, mais comportent des risques. Lorsque le coût de l’échec est inclus, les DIU et la vasectomie sont beaucoup moins coûteux que les autres méthodes. Outre la contraception, les préservatifs masculins et / ou féminins protègent contre les maladies sexuellement transmissibles (MST). Les préservatifs peuvent être utilisés seuls ou en complément d’autres méthodes, en guise de sauvegarde ou pour prévenir les MST. Les méthodes chirurgicales (ligature des trompes, vasectomie) fournissent une contraception à long terme pour ceux qui ont terminé leur famille.

Technologie de reproduction assistée
Quand, pour une raison quelconque, une femme est incapable de concevoir par des moyens naturels, elle peut demander une aide à la conception. Par exemple, certaines familles ou certaines femmes cherchent une assistance par le biais d’une maternité de substitution, dans laquelle une femme accepte de devenir enceinte et accouche d’un enfant pour un autre couple ou une autre personne.

Il existe deux types de maternité de substitution: traditionnelle et gestationnelle. Dans la maternité de substitution traditionnelle, la mère porteuse utilise ses propres œufs et transporte l’enfant pour ses futurs parents. Cette procédure est effectuée dans un cabinet de médecin via IUI. Ce type de maternité de substitution comprend évidemment un lien génétique entre la mère porteuse et l’enfant. Légalement, la mère porteuse devra renoncer à tout intérêt pour l’enfant pour compléter le transfert aux futurs parents. Une maternité de substitution gestationnelle se produit lorsque l’ovule de la mère ou du donneur est fécondé à l’extérieur du corps, puis les embryons sont transférés dans l’utérus. La femme qui porte l’enfant est souvent qualifiée de porteuse de gestation. Les étapes juridiques permettant de confirmer la filiation avec les futurs parents sont généralement plus faciles que dans les cas traditionnels car il n’ya pas de lien génétique entre l’enfant et le porteur.

Le don de sperme est une autre forme de conception assistée. Cela implique que les spermatozoïdes donnés servent à fertiliser les ovules d’une femme par insémination artificielle (insémination intracervicale ou insémination intra-utérine) et moins fréquemment par fécondation in vitro (FIV), mais l’insémination peut aussi être réalisée par un donneur ayant des rapports sexuels avec une femme pour la même raison. but de réalisation de la conception. Cette méthode est connue sous le nom d’insémination naturelle (NI).

La cartographie de la réserve ovarienne d’une femme, de la dynamique folliculaire et des biomarqueurs associés peut donner un pronostic individuel concernant les chances futures de grossesse, ce qui facilite le choix éclairé du moment de procréer.

Finances
La planification familiale est l’une des interventions de santé les plus rentables. “Les économies de coûts résultent d’une réduction des grossesses non désirées, ainsi que d’une réduction de la transmission des infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH”.

L’accouchement et les soins de santé prénatals ont coûté en moyenne 7 090 dollars aux États-Unis en 1996 pour un accouchement normal. Selon le Département de l’agriculture des États-Unis, pour un enfant né en 2007, une famille américaine dépenserait en moyenne 11 000 à 23 000 dollars par an pendant les 17 premières années. la vie de l’enfant. (Dépenses totales estimées, corrigées en fonction de l’inflation: 196 000 dollars à 393 000 dollars, en fonction des revenus du ménage.) Répartition des coûts par âge, type de dépense, région du pays. Ajustements pour le nombre d’enfants (un enfant – dépenser 24% de plus, 3 ou plus dépenser moins pour chaque enfant)

Investir dans la planification familiale présente des avantages économiques évidents et peut également aider les pays à atteindre leur «dividende démographique», ce qui signifie que la productivité des pays peut augmenter quand il y a plus de personnes sur le marché du travail et moins de personnes à charge. Le FNUAP affirme que «pour chaque dollar investi dans la contraception, le coût des soins liés à la grossesse est réduit de 1,47 dollar».

Le FNUAP déclare que

Le coût d’opportunité à vie lié à la grossesse à l’adolescence – mesure du revenu annuel qu’une jeune mère omet de perdre au cours de sa vie – varie de 1% du produit intérieur brut annuel dans un grand pays comme la Chine à 30% du PIB annuel une petite économie comme l’Ouganda. Si les adolescentes du Brésil et de l’Inde pouvaient attendre le début de la vingtaine pour avoir des enfants, l’augmentation de la productivité économique serait respectivement de plus de 3,5 milliards de dollars et de 7,7 milliards de dollars.

Dans le consensus de Copenhague produit par les lauréats du prix Nobel en collaboration avec l’ONU, l’accès universel à la contraception est la troisième initiative politique la plus bénéfique pour chaque dollar dépensé sur le plan social, économique et environnemental. L’accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive et l’élimination des besoins non satisfaits en matière de contraception se traduiront par 640 000 décès de nouveau-nés en moins, 150 000 décès maternels en moins et 600 000 enfants en moins qui perdront leur mère. Dans le même temps, les sociétés connaîtront moins de personnes à charge et plus de femmes dans la population active, accélérant ainsi la croissance économique. Le coût de l’accès universel aux contraceptifs sera d’environ 3,6 milliards de dollars par an, mais les bénéfices seront de plus de 400 milliards de dollars par an et de 150 000 décès liés à la maternité.

Sensibilisation à la fertilité
La sensibilisation à la fertilité fait référence à un ensemble de pratiques utilisées pour déterminer les phases fertiles et stériles du cycle menstruel de la femme. Les méthodes de sensibilisation à la fertilité peuvent être utilisées pour éviter une grossesse, pour réaliser une grossesse ou pour surveiller la santé gynécologique. Les méthodes d’identification des jours infertiles sont connues depuis l’Antiquité, mais les connaissances scientifiques acquises au cours du siècle dernier ont augmenté le nombre et la variété des méthodes. Diverses méthodes peuvent être utilisées et la méthode Symptothermal a atteint un taux de réussite supérieur à 99% si elle est utilisée correctement.

Ces méthodes sont utilisées pour diverses raisons: il n’existe aucun effet secondaire lié à la drogue, son utilisation est gratuite et son coût initial est modique, il fonctionne dans les deux sens ou pour des raisons religieuses (l’Église catholique la préconise comme la seule forme acceptable). de la planification familiale appelant cela la planification familiale naturelle). Ses inconvénients sont que l’abstinence ou une méthode d’appoint est nécessaire les jours fertiles, son utilisation typique est souvent moins efficace que d’autres méthodes et ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles.

Campagne médiatique
Des recherches récentes basées sur des enquêtes représentatives au niveau national confirment une forte association entre les campagnes médiatiques de planification familiale et l’utilisation de la contraception, même après contrôle des variables sociales et démographiques. L’enquête démographique et de santé de 1989 menée au Kenya a révélé que la moitié des femmes qui se rappelaient avoir entendu ou vu des messages de planification familiale à la radio, dans la presse et à la télévision utilisaient la contraception, contre 14% qui ne se souvenaient pas la résidence et le statut socio-économique ont été pris en compte.

La Division de l’éducation à la santé du Ministère de la santé a mené le projet de communication tanzanien sur la planification familiale de janvier 1991 à décembre 1994, financé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID). Le programme visait à sensibiliser les hommes et les hommes en âge de procréer aux méthodes modernes de contraception. Les principaux canaux et produits médiatiques comprenaient des spots radio, des séries radiophoniques, des activités de promotion du logo Green Star (identifie les sites où des services de planification familiale sont disponibles), des affiches, des dépliants, des journaux et des cassettes audio. Parallèlement à d’autres interventions non liées au projet, parrainées par d’autres organismes tanzaniens et internationaux entre 1992 et 1994, l’utilisation de la contraception chez les femmes âgées de 15 à 49 ans est passée de 5,9% à 11,3%. L’indice synthétique de fécondité est passé de 6,3 naissances par génération en 1991–1992 à 5,8 en 1994.

Fournisseurs

Soutien direct du gouvernement
L’appui direct du gouvernement à la planification familiale comprend la fourniture d’une éducation et de fournitures pour la planification familiale par le biais d’établissements gérés par le gouvernement, tels que des hôpitaux, des cliniques, des postes de santé et des centres de santé, ainsi que par des agents de terrain gouvernementaux.

En 2013, 160 gouvernements sur 197 ont apporté un soutien direct à la planification familiale. Vingt pays n’ont fourni qu’un soutien indirect par le biais du secteur privé ou d’ONG. Dix-sept gouvernements n’ont pas appuyé la planification familiale. Le soutien gouvernemental direct a continué d’augmenter dans les pays en développement, passant de 82% en 1996 à 93% en 2013, mais dans les pays développés, il est passé de 58% en 1976 à 45% en 2013. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, 96 % de l’Afrique et 94% des gouvernements de l’Océanie ont apporté un soutien direct à la planification familiale. En Europe, seuls 45% des gouvernements soutiennent directement la planification familiale. Sur les 172 pays disposant de données en 2012, 152 pays avaient mis en œuvre des mesures réalistes pour accroître l’accès des femmes aux méthodes de planification familiale à partir de 2009-2014. Cela comprenait 95% des pays en développement et 65% des pays développés.

Secteur privé
Le secteur privé comprend des organisations non gouvernementales et confessionnelles qui fournissent généralement des services gratuits ou subventionnés aux prestataires médicaux, pharmacies et pharmacies à but lucratif. Le secteur privé représente environ les deux cinquièmes des fournisseurs de contraceptifs dans le monde. Les organisations privées sont en mesure de fournir des marchés viables pour les services de contraception par le biais du marketing social, de la franchise sociale et des pharmacies.

Le marketing social utilise des techniques de marketing pour modifier les comportements tout en mettant à disposition des contraceptifs. En utilisant des prestataires privés, le marketing social réduit les disparités géographiques et socioéconomiques et atteint les hommes et les garçons.

La franchise sociale conçoit une marque pour les contraceptifs afin d’élargir le marché des contraceptifs.

Les pharmacies et les pharmacies fournissent des soins de santé dans les zones rurales et les bidonvilles urbains où il existe peu de cliniques publiques. Ils représentent la majeure partie de la contraception fournie par le secteur privé en Afrique subsaharienne, en particulier pour les préservatifs, les pilules, les contraceptifs injectables et la contraception d’urgence. L’approvisionnement en pharmacie et la contraception d’urgence à faible coût en Afrique du Sud et dans de nombreux pays à faible revenu ont facilité l’accès à la contraception.

Les politiques et programmes sur le lieu de travail aident à élargir l’accès aux informations de planification familiale. La Family Guidance Association of Ethiopie, qui collabore avec plus de 150 entreprises pour améliorer les services de santé, a analysé les résultats sanitaires d’une usine sur une période de 10 ans et a constaté une réduction des grossesses non désirées, des IST et des congés de maladie. L’utilisation de la contraception est passée de 11% à 90% entre 1997 et 2000. En 2016, la Bangladesh Garment Manufacturers Export Association s’est associée à des organisations de planification familiale pour offrir une formation et des contraceptifs gratuits aux usines, permettant ainsi d’atteindre des milliers d’employés.

Organisations non gouvernementales (ONG)
Les ONG peuvent répondre aux besoins des pauvres locaux en encourageant l’auto-assistance et la participation, en comprenant les subtilités sociales et culturelles et en travaillant sur la paperasserie lorsque les gouvernements ne répondent pas adéquatement aux besoins de leurs électeurs. Une ONG performante peut soutenir les services de planification familiale même lorsqu’un programme national est menacé par des forces politiques. Les ONG peuvent contribuer à informer les politiques gouvernementales, à élaborer des programmes ou à exécuter des programmes que le gouvernement ne peut ou ne peut pas mettre en œuvre.

Surveillance internationale
Les programmes de planification familiale sont désormais considérés comme un élément clé d’une stratégie de développement globale. Les objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies (maintenant remplacés par les objectifs du développement durable) reflètent ce consensus international. Le Sommet de Londres sur la planification familiale de 2012, organisé par le gouvernement britannique et la Fondation Bill et Melinda Gates, a confirmé les engagements politiques et les fonds accrus pour le projet, renforçant le rôle de la planification familiale dans le développement mondial. Family Planning 2020 est le résultat du Sommet de Londres sur la planification familiale 2012 où plus de 20 gouvernements se sont engagés à lutter contre les obstacles politiques, financiers, de prestation de services et socioculturels auxquels les femmes ont accès. FP2020 est un mouvement mondial qui soutient le droit des femmes à décider par elles-mêmes si, quand et combien d’enfants elles souhaitent avoir. Les engagements du programme sont spécifiques à chaque pays, par rapport aux principaux objectifs généraux du programme d’action de la conférence de 1995. FP2020 est hébergé par la Fondation des Nations Unies et opère dans le cadre de la Stratégie mondiale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents du Secrétaire général de l’ONU.

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) est la principale source de financement internationale des programmes de population et de santé en matière de reproduction. En 1994, la Conférence internationale sur la population et le développement a défini les objectifs principaux de son programme d’action, à savoir:

Accès universel aux services de santé génésique d’ici à 2015
Enseignement primaire universel et élimination de l’écart entre les sexes dans l’éducation d’ici 2015
Réduire la mortalité maternelle de 75% d’ici 2015
Réduire la mortalité infantile
Augmentation de l’espérance de vie à la naissance
Réduire les taux d’infection à VIH chez les personnes âgées de 15 à 24 ans de 25% dans les pays les plus touchés d’ici 2005 et de 25% dans le monde d’ici 2010

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Banque mondiale estiment que 3 dollars par personne et par an fourniraient aux femmes des pays en développement des services de base de planification familiale, de soins de santé maternelle et néonatale. Cela inclurait la contraception, les soins prénatals, l’accouchement et les soins postnatals en plus de la planification familiale post-partum et de la promotion du préservatif pour prévenir les infections sexuellement transmissibles.

Interférence coercitive avec la planification familiale

Stérilisation forcée
Les programmes de stérilisation obligatoire ou forcée ou la politique gouvernementale tentent de forcer les personnes à subir une stérilisation chirurgicale sans leur consentement libre. Les personnes issues de communautés marginalisées sont les plus exposées à la stérilisation forcée. La stérilisation forcée a eu lieu ces dernières années en Europe orientale (contre les femmes roms) et au Pérou (contre les femmes autochtones dans les années 90). La politique de l’enfant unique en Chine visait à limiter l’augmentation de la population, mais dans certaines situations, elle impliquait une stérilisation forcée.

Violence sexuelle
Le viol peut entraîner une grossesse. Le viol peut se produire dans diverses situations, notamment le viol de guerre, la prostitution forcée et le viol conjugal

Au Rwanda, le Bureau national de la population a estimé qu’entre 2 000 et 5 000 enfants étaient nés à la suite de violences sexuelles commises pendant le génocide, mais les groupes de victimes ont estimé à plus de 10 000 le nombre d’enfants.

Planification familiale, droits de l’homme et développement
L’accès à une planification familiale sûre et volontaire est un droit humain et est essentiel à l’égalité des sexes, à l’autonomisation des femmes et à la réduction de la pauvreté. Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a déclaré: «Quelque 225 millions de femmes qui souhaitent éviter une grossesse n’utilisent pas de méthodes de planification familiale sûres et efficaces, pour des raisons allant du manque d’accès à l’information ou aux services au manque de soutien de leurs partenaires ou de leurs communautés. . “L’UNFPA a déclaré que” la plupart de ces femmes dont les besoins en contraceptifs sont non satisfaits vivent dans 69 des pays les plus pauvres de la planète. ”

Au cours des 50 dernières années, la planification familiale fondée sur les droits a permis de rompre le cycle de la pauvreté et de sauver des millions de femmes et d’enfants.

Le FNUAP dit que,

Un consensus mondial sur le fait que la planification familiale est un droit de l’homme a été obtenu lors de la Conférence internationale sur la population et le développement de 1994, principe 8 du Programme d’action: Tous les couples et les individus ont le droit fondamental de décider librement et de manière responsable et avoir l’information, l’éducation et les moyens de le faire.

Dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), l’accès universel à la planification familiale est l’un des facteurs clés contribuant au développement et à la réduction de la pauvreté. La planification familiale crée des avantages dans des domaines tels que la qualité des sexes et la santé des femmes, l’accès à l’éducation sexuelle et à l’enseignement supérieur, et l’amélioration de la santé maternelle et infantile. Notez que les objectifs du Millénaire pour le développement ont été remplacés par les objectifs de développement durable.

Le FNUAP et le Guttmacher Institute disent que,

Servir toutes les femmes des pays en développement qui ont actuellement un besoin non satisfait de contraceptifs modernes permettrait d’éviter 54 millions de grossesses non désirées, dont 21 millions de naissances non planifiées, 26 millions d’avortements et sept millions de fausses couches; cela permettrait également d’éviter 79 000 décès maternels et 1,1 million de décès de nourrissons.

Compromis qualité-quantité
Avoir des enfants produit un compromis qualité-quantité: les parents doivent décider du nombre d’enfants à avoir et du montant à investir dans l’avenir de chaque enfant. L’augmentation du coût marginal de la qualité (résultat chez l’enfant) par rapport à la quantité (nombre d’enfants) crée un compromis entre quantité et qualité. Le compromis entre la qualité et la qualité signifie que les politiques qui génèrent des avantages en investissant dans la qualité des enfants généreront des niveaux plus élevés de capital humain et que les politiques visant à réduire les coûts de l’enfance peuvent avoir des conséquences négatives imprévues sur la croissance économique à long terme. Lorsqu’ils décident du nombre d’enfants, les parents sont influencés par leur niveau de revenu, le retour perçu de l’investissement dans le capital humain et les normes culturelles liées à l’égalité des sexes. Le contrôle des taux de natalité permet aux familles d’augmenter le potentiel de gains de la prochaine génération.

De nombreuses études empiriques ont testé le compromis quantité-qualité et ont soit observé une corrélation négative entre la taille de la famille et la qualité de l’enfant, soit n’ont pas trouvé de corrélation. La plupart des études traitent la taille de la famille comme une variable exogène, car les parents choisissent de procréer et les résultats des enfants et ne peuvent donc pas établir de causalité. Ils sont tous deux influencés par les préférences parentales et les caractéristiques du ménage généralement non observables, mais certaines études observent des variables de substitution telles que l’investissement dans l’éducation.

Pays en voie de développement
Les pays à forte fécondité comptent 18% de la population mondiale mais contribuent pour 38% à la croissance démographique. Pour devenir riches, les ressources doivent être réappropriées de manière à augmenter le revenu par personne plutôt que de soutenir des populations plus importantes. À mesure que la population augmente, les gouvernements doivent faire face à des investissements croissants dans la santé et le capital humain et à des réformes institutionnelles pour remédier aux fractures démographiques. Il est possible de réduire le coût du capital humain en subventionnant l’éducation, ce qui augmente le pouvoir d’achat des femmes et le coût d’opportunité d’avoir des enfants, réduisant ainsi la fécondité. L’accès aux contraceptifs peut également générer des taux de fécondité inférieurs: avoir plus d’enfants que prévu empêche la personne d’atteindre le niveau souhaité d’investissement en quantité et en qualité des enfants. Dans des contextes de fécondité élevée, une fécondité réduite peut contribuer au développement économique en améliorant les résultats des enfants, en réduisant la mortalité maternelle et en augmentant le capital humain féminin.

Dang et Rogers (2015) montrent qu’au Vietnam, les services de planification familiale ont accru leurs investissements dans l’éducation en réduisant le coût relatif de la qualité des enfants et en encourageant les familles à investir dans la qualité. En observant la distance par rapport au centre de planification familiale le plus proche et la dépense d’éducation générale pour chaque enfant, Dang et Rogers apportent la preuve que les parents au Vietnam font un compromis qualité-quantité.

Pays développés
Actuellement, les pays développés ont connu une croissance économique croissante et une baisse de la fécondité. En raison de la transition démographique qui se produit lorsque les pays deviennent riches, les pays développés ont une proportion croissante de retraités, ce qui pèse sur la population active pour qu’elle appuie les retraites et les programmes sociaux. Encourager une fécondité plus élevée en tant que solution risque de renverser les avantages d’une augmentation de l’investissement des enfants et la participation de la main-d’œuvre féminine a eu un impact sur la croissance économique. L’augmentation de la migration de compétences peut être un moyen efficace d’accroître le retour à l’éducation, ce qui se traduit par une baisse de la fécondité et une offre accrue de personnes hautement qualifiées.

Demande de planification familiale
214 millions de femmes en âge de procréer dans les pays en développement qui ne veulent pas tomber enceintes n’utilisent pas de méthode contraceptive moderne. Cela pourrait résulter d’un choix limité de méthodes, d’un accès limité à la contraception, de la peur des effets secondaires, de l’opposition culturelle ou religieuse, de la qualité médiocre des services disponibles, du parti pris des utilisateurs ou des fournisseurs ou des obstacles liés au genre. En Afrique, 24,2% des femmes en âge de procréer n’ont pas accès à la contraction moderne. En Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes, les besoins non satisfaits sont de 10 à 11%. Répondre aux besoins non satisfaits en matière de contraception pourrait prévenir 104 000 décès maternels par an, soit une réduction de 29% chez les femmes qui meurent d’hémorragie post-partum ou d’avortements à risque.

Selon le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies: Division de la population, 64% des personnes dans le monde utilisent des contraceptifs, 12% des besoins de la population mondiale en contraceptifs n’étant pas satisfaits. Dans les pays les moins avancés, 22% de la population n’a pas accès aux contraceptifs et 40% utilisent des contraceptifs. Les besoins non satisfaits en matière de contraceptifs modernes sont très élevés en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Asie occidentale. L’Afrique a le taux d’utilisation de contraceptifs le plus faible (33%) et le taux le plus élevé de besoins non satisfaits (22%). L’Amérique du Nord a le taux d’utilisation de contraceptifs le plus élevé (73%) et le plus faible besoin non satisfait (7%). L’Amérique latine et les Caraïbes suivent de près avec 73% d’utilisation de contraceptifs et 11% de besoins non satisfaits. L’Europe et l’Asie sont à égalité: l’Europe a un taux d’utilisation de la contraception de 69% et un besoin non satisfait de 10%, l’Asie a un taux d’utilisation de la contraception de 68% et un besoin non satisfait de 10%. Bien que les besoins non satisfaits soient moindres en Asie en raison de la forte population dans cette région, le nombre de femmes ayant des besoins non satisfaits s’élève à 443 millions contre 74 millions en Europe. En comparant les régions de ces continents, l’Asie orientale se classe comme le taux le plus élevé d’utilisation de la contraception (82%) et le plus faible des besoins non satisfaits (5%). L’Afrique de l’Ouest se classe comme le taux d’utilisation de la contraception le plus faible (17%) L’Afrique centrale se classe au premier rang des besoins non satisfaits (26%). Les besoins non satisfaits sont plus élevés chez les femmes les plus pauvres; en Bolivie et en Ethiopie, les besoins non satisfaits ont triplé et doublé parmi les populations pauvres. Cependant, en République démocratique du Congo et au Libéria, les taux de besoins non satisfaits diffèrent de 1 à 2 points de pourcentage. Cela donne à penser que les femmes plus riches commencent à vouloir des familles plus petites et qu’elles vont de plus en plus chercher des méthodes de planification familiale.

Obstacles à la planification familiale
Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les femmes n’utilisent pas de contraceptif. Ces raisons comprennent des problèmes logistiques, des préoccupations scientifiques et religieuses, un accès limité au transport pour accéder aux dispensaires, un manque d’éducation et de connaissances et l’opposition des partenaires, des familles ou des communautés et le fait que personne ne peut contrôler sa fertilité impliquant la conception.

Avortement
Certains groupes pro-vie affirment que les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé préconisent l’avortement comme forme de planification familiale. En fait, le Fonds des Nations Unies pour la population déclare explicitement qu’il «ne fait jamais la promotion de l’avortement comme forme de planification familiale». L’Organisation mondiale de la santé déclare que «la planification familiale / la contraception réduit le

La campagne visant à associer contraception et avortement repose sur l’affirmation selon laquelle la contraception met fin à la grossesse plutôt qu’elle l’en empêche.Selon un mémoire amicus soumis à la Cour suprême des États-Unis en octobre 2013 par Médecins pour la santé reproductive et le Collège américain des obstétriciens et gynécologues, une méthode contraceptive empêche la grossesse en interférant avec la fécondation ou l’implantation. L’avortement, séparé des contraceptifs, met fin à une grossesse établie.