Mode néoclassique des femmes en 1785-1795

Mode entre 1785-1795, Inclusion dans le style Louis XVI et la mode néoclassique. Affecté par Marie Antoinette, les costumes à la cour deviennent plus luxueux. Simultanément, la mode néoclassique s’est développée, comme un modèle idéalisé et ordonné et intrinsèquement digne pour les arts à suivre.

La mode entre 1785-1795 dans la culture occidentale est devenue plus simple et moins élaborée. Ces changements étaient le résultat des idéaux modernes naissants de l’individualité, de la mode déclinante des styles rococo très élaborés et de l’adoption généralisée des idéaux rationalistes ou «classiques» des philosophies des Lumières.

Après 1780, la silhouette change complètement; il y a un style anglais, rural et naturel à l’anglaise. La femme porte une robe sur un cul de Paris ou une file d’attente (coussin à l’arrière du dos), avec des manches serrées et un décolleté profond rempli d’une écharpe blanche parfois pliée et boutonnée sur le dos. Cette ligne S est renforcée par les larges larges coiffures à froufrous et les très grands chapeaux avec des rubans, des plumes et des fleurs. Les chaussures sont fines, ont une pointe et un talon, et sont décorées avec des boucles, de la broderie, de l’arc ou des pierres précieuses.

Révolution française
A mesure que les radicaux et les jacobins devenaient plus puissants, il y eut une révolte contre la haute couture à cause de son extravagance et de son association avec la royauté et l’aristocratie. Il a été remplacé par une sorte de “anti-mode” pour les hommes et les femmes qui mettait l’accent sur la simplicité et la modestie.

La haute couture et l’extravagance revinrent en France et dans les États satellites sous le Directoire, 1795-1799, avec ses styles de «directoire»; les hommes ne reviennent pas à des coutumes extravagantes. Ces tendances atteindraient leur apogée dans les modes de style classique de la fin des années 1790 et du début du 19ème siècle.

La mode des femmes

Aperçu
Quand Marie-Antoinette eut trente ans, elle décida qu’il n’était plus convenable pour elle de s’habiller de cette façon et retourna à des styles courtois plus acceptables, bien qu’elle habillât encore ses enfants dans le style du gaulle, ce qui peut avoir continué à refléter mal le l’opinion de leur mère, même si elle faisait des efforts visibles pour freiner son excès de mode précédent. Cependant, malgré le dégoût avec les modes inappropriées de la reine, et son propre retour à la robe traditionnelle plus tard dans la vie, le gaulle est devenu un vêtement populaire en France et à l’étranger. Malgré ses débuts controversés, la simplicité du style et du matériau est devenue la coutume et a eu une grande influence sur la transition vers les styles néoclassiques de la fin des années 1790.

Pendant les années de la Révolution française, la robe des femmes s’est étendue à différents types de costumes nationaux. Les femmes portaient des variations de jupes blanches, surmontées de vestes rayées de couleur révolutionnaire, ainsi que des robes de chemise grecques blanches, accessoirisées de châles, d’écharpes et de rubans.

En 1790, les jupes étaient encore un peu pleines, mais elles n’étaient plus forcément poussées dans une direction particulière (même si un léger carré d’agitation pouvait encore être porté). Le front «pigeon-pigeon» est entré dans le style (plusieurs couches de tissu épinglé sur le corsage), mais à d’autres égards, les modes féminines commençaient à être simplifiées par les influences des vêtements de plein air des femmes anglaises (le «redingote» était la un “manteau d’équitation” anglais), et du néo-classicisme. En 1795, le tour de taille a quelque peu augmenté, ouvrant la voie au développement de la silhouette de l’empire et au néo-classicisme sans compromis de la mode des années 1790.

Les robes
La mode habituelle au début de la période était une robe à col bas (généralement appelée en français une robe), porté sur un jupon. La plupart des robes avaient des jupes qui s’ouvraient devant pour montrer le jupon porté en dessous. Dans le cadre de la simplification générale de la robe, le corsage ouvert avec un stomacher séparé a été remplacé par un corsage avec des bords qui se sont rencontrés devant le centre.

La robe à la française ou la robe dos-nu, avec des plis dans le dos qui pendaient librement à l’encolure, longtemps portée à la mode des cour, a fait sa dernière apparition au début de cette période. Un corsage ajusté tenait le devant de la robe près de la silhouette.

La robe à l’anglaise ou la robe à corps serré présentait des plis de dos cousus en place pour s’ajuster étroitement au corps, puis relâchés dans la jupe qui serait drapée de différentes façons. Le drapage élaboré à la polonaise devint à la mode vers le milieu des années 1770, avec le dos des jupes des robes remontées en guirlandes soit à travers les boucles, soit à travers les fentes de la robe.

Des cuissardes ou des robes de chambre en coton imprimé léger, à l’avant, enveloppées de cuisse, demeuraient à la mode à la maison, portées avec des jupons. Au fil du temps, les robes de chambre sont devenues le vêtement de base supérieur de la rue ouvrière féminine britannique et américaine.Les femmes portent souvent un mouchoir de cou, parfois pour des raisons de modestie. Dans les œuvres d’art qui subsistent, il y a peu de femmes dépeintes portant des robes de chambre sans mouchoir. Ces grands mouchoirs pourraient être en lin, unis, colorés ou en coton imprimé pour le travail. Les femmes riches portaient des mouchoirs de tissus fins et fins, souvent garnis de dentelle ou de broderies avec leurs robes chères.

Vestes et redingotes
Une alternative informelle à la robe était un costume de veste et de jupon, basé sur la mode de la classe ouvrière, mais exécuté dans des tissus plus fins avec une coupe plus serrée.

Le caraco était un corsage en forme de veste porté avec un jupon, avec des manches au coude.Dans les années 1790, les caracos avaient des manches longues et serrées.

Comme lors des périodes précédentes, l’équitation traditionnelle consistait en une veste ajustée, semblable à un manteau d’homme, avec une chemise à col haut, un gilet, un jupon et un chapeau.Alternativement, la veste et un faux-gilet-front pourrait être fait comme un vêtement unique, et plus tard dans la période une veste d’équitation simple et un jupon (sans gilet) pourraient être portés.

Une autre alternative à l’habitude traditionnelle était une robe-manteau appelée joseph ou manteau d’équitation (emprunté en français comme redingote), habituellement du tissu en laine sans fard ou simplement coupé, avec des manches longues et serrées et un col large avec revers ou revers. Le redingote a été porté plus tard comme un manteau avec la robe de chemise légère.

Sous-vêtements
La chemise, en français, ou blouse, avait une encolure basse et des manches au coude qui étaient pleines au début de la période et devenaient de plus en plus étroites à mesure que le siècle avançait. Les tiroirs n’étaient pas portés pendant cette période.

Des bretelles ont été coupées haut à l’aisselle, pour encourager une femme à se tenir avec ses épaules légèrement en arrière, une posture à la mode. La forme à la mode était un torse plutôt conique, avec de grandes hanches. La taille n’était pas particulièrement petite. Les séjours étaient habituellement serrés, mais confortablement; Seuls ceux qui sont intéressés par les modes extrêmes sont étroitement liés. Ils offraient un soutien pour les travaux de levage, et les femmes pauvres et de la classe moyenne pouvaient y travailler confortablement. Alors que la mode country décontractée s’installait en France, les séjours étaient parfois remplacés par un vêtement légèrement désossé appelé «corset», bien que ce style ne connût pas de popularité en Angleterre, où les séjours restèrent les standards jusqu’à la fin de la période.

Les sacoches ou cerceaux restaient une mode essentielle de la cour mais disparaissaient partout ailleurs au profit de quelques jupons. Des poches qui pendaient librement étaient attachées autour de la taille et étaient accessibles par des fentes de poche dans les coutures latérales de la robe ou du jupon. Des gilets en laine ou matelassés étaient portés sur les haubans ou le corset et sous la robe pour la chaleur, tout comme les jupons matelassés avec de la ouate, particulièrement dans les climats froids d’Europe du Nord et d’Amérique.

Chaussures et accessoires
Les chaussures avaient des hauts talons incurvés (origine des «talons de Louis» modernes) et étaient faites de tissu ou de cuir. Les boucles de chaussures sont restées à la mode jusqu’à ce qu’elles soient abandonnées avec des chaussures à talons hauts et d’autres modes aristocratiques dans les années après la Révolution française. La longue tige a également été éliminée, ne laissant que les orteils du pied. Les pantoufles qui étaient habituellement portées avec des chaussures ont été abandonnées parce que les chaussures étaient devenues assez confortables pour être portées sans elles. Les fans ont continué à être populaires dans cette période de temps, cependant, ils ont été de plus en plus remplacés, au moins à l’extérieur, par le parasol. À l’intérieur, le ventilateur était toujours transporté exclusivement. De plus, les femmes ont commencé à utiliser des bâtons de marche.

Coiffures et coiffures
Les années 1770 ont été marquées par des coiffures et des perruques extrêmes qui ont été construites très haut, et souvent incorporé des objets décoratifs (parfois symboliques, comme dans le cas de la célèbre gravure représentant une dame portant un grand navire dans les cheveux avec des mâts et des voiles). “Coiffure à l’Indépendance ou au Triomphe de la Liberté” – pour célébrer la victoire navale dans la guerre d’indépendance américaine. Ces coiffures ont été parodiées dans plusieurs célèbres caricatures satiriques de l’époque.

Dans les années 1780, des chapeaux élaborés ont remplacé les anciennes coiffures élaborées. Des casquettes de foule et d’autres styles de «pays» étaient portés à l’intérieur. Des chapeaux de bergère plats, à large bord et à paille basse, attachés avec des rubans, étaient portés avec les nouveaux styles rustiques.

Les cheveux étaient en poudre au début des années 1780, mais la nouvelle mode nécessitait des cheveux naturels colorés, souvent habillés simplement d’une masse de boucles.

Galerie de style 1785-1790

1 – 1786
2 – 1787
3 – 1787
4 – 1789

1.Fashion plate de 1786 montre un caraco et un jupon, portés avec un chapeau d’été à larges bords de paille avec des garnitures élaborées.
2.Miss Constable, 1787, porte une robe chemise à manches unies et une ceinture étroite. Elle porte ses cheveux dans une masse de boucles sous son chapeau de paille.
3. La Marquise de Pezay et la Marquise de Rouge portent des robes colorées dans le nouveau style, l’une bleue et l’autre rayée, avec des écharpes et des chemises à col haut. La marquise de Rougé porte une écharpe ou un foulard enveloppé dans un turban.
4.Elizabeth Sewall Salisbury porte une casquette de taille surdimensionnée garnie d’un large ruban de satin et un foulard épinglé haut à l’encolure. Amérique, 1789.

Galerie de style 1790-1795

1 – 1790
2 – c. 1791
3 – 1791
4 – 1792
5 – 1790s
6 – 1793
7 – 1793
8 – 1794
9 – 1795

1. Redingote ou manteau d’équitation de c. 1790, avec “pouter-pigeon” devant. Cette dame porte un haut-de-forme masculin pour l’équitation et porte sa cravache.
2.Self-portrait de Rose Adélaïde Ducreux avec harpe.
3.1791 illustration d’une femme jouant avec une forme précoce de yo-yo (ou «bandalore») montre un léger drapé de buste, qui, dans une forme plus extrême, est devenu le look «pigeon pigeon».
4. Illustration de la mode féminine de 1792
5.Sketch par Isaac Cruikshank (père de George), montrant à la fois les styles masculins et féminins de la classe moyenne anglaise du début des années 1790.
6. La Comtesse Bucquoi porte une robe en écharpe avec une chemise à jabot à col haut, un turban sur la tête et un châle écarlate à la mode. 1793.
7.Mrs. Richard Yates, 1793, porte une robe très conservatrice avec un mouchoir et une casquette de la foule rassemblée avec un grand arc de ruban.
8.María Rita de Barrenechea y Morante, marquise de la Solana
9.La duchesse d’Alba porte une simple robe blanche, avec une ceinture rouge et un arc sur son col bas. Elle porte ses cheveux lâches et libres. Ce portrait montre l’influence de la mode française en Espagne à la fin du XVIIIe siècle, 1795.

Mode française 1785-1795

France, 1788
France, 1789
France, 1789
France, 1790
France, 1792

Mode espagnole 1785-1795

Espagne, 1785
Espagne, 1785
Espagne, 1787
Espagne, 1789
Espagne, 1789
Espagne, 1790
Espagne, 1792
Espagne, 1794
Espagne, 1795
Espagne, 1795