La grande galerie, château de Versailles

La Grande Galerie est un ensemble de trois salles de réception hautement décorées, dédiées à la célébration des succès politiques et militaires de Louis XIV, et utilisées pour d’importantes cérémonies, célébrations et réceptions.

La salle des miroirs
La Galerie des Glaces est la galerie centrale du château de Versailles à Versailles. Dans la salle, l’état d’Allemagne fut proclamé en 1871 et le traité de Versailles signé par les puissances victorieuses de la première guerre mondiale en 1919.

Lieu le plus emblématique du château, la galerie des glaces ou la grande galerie remplace une vaste terrasse ouverte sur le jardin conçu par l’architecte Louis Le Vau. Mal à l’aise et surtout exposée aux intempéries, cette terrasse qui sépare l’appartement du roi au nord et celui de la reine au sud est rapidement condamnée. Successeur du Vau, Jules Hardouin-Mansart imagine une solution plus adaptée et remplace la terrasse par une vaste galerie. Les travaux ont commencé en 1678 et se sont terminés en 1684.

En tant que caractéristique principale et la plus remarquable de la troisième campagne de construction du château de Versailles par le roi Louis XIV en France (1678-1684), la construction de la galerie des glaces a commencé en 1678. la guerre et le salon de la paix, qui relient le grand appartement du roi au grand appartement de la reine, l’architecte Jules Hardouin Mansart s’est approprié trois chambres de chaque appartement ainsi que la terrasse qui séparait les deux appartements.

La principale caractéristique de cette salle est constituée par les dix-sept arches recouvertes de miroirs qui reflètent les dix-sept fenêtres à arcades qui donnent sur les jardins. Chaque arche contient vingt et un miroirs avec un total de 357 utilisés dans la décoration de la galerie des glaces. Les arches elles-mêmes sont fixées entre des pilastres de marbre dont les chapiteaux représentent les symboles de la France. Ces chapiteaux en bronze doré comprennent la fleur de lys et le coq ou coq gaulois. La plupart des autres attributs de la Galerie des Glaces ont été perdus pour la guerre à des fins financières, comme les pièces de table en argent et les guéridons, qui ont été fondus par ordre de Louis XIV en 1689 pour financer la guerre de la ligue d’Augsbourg.

Après la victoire sur les trois puissances de la ligue, représentée au Salon de la guerre, la galerie exalte au cours de ses soixante-treize mètres les succès politiques, économiques et artistiques de la France. Réalisations politiques: les trente compositions de la chapelle peintes par Le Brun illustrent la glorieuse histoire de Louis XIV au cours des dix-huit premières années de son gouvernement personnel, depuis 1661 jusqu’à la paix de Nimègue. Ainsi, les victoires militaires et diplomatiques ainsi que les réformes pour la réorganisation du royaume sont traitées sous forme d’allégories à l’Antique. La prospérité économique: par leur taille et leur nombre, les trois cent cinquante-sept miroirs ornant les dix-sept arcades faisant face aux fenêtres témoignent que la nouvelle fabrique de glace française peut ravir à Venise le monopole des miroirs, puis des objets de luxe. Succès artistique: les pilastres en marbre de Rance sont ornés de chapiteaux en bronze doré d’un nouveau modèle appelé “ordre français”, créé par Le Brun à la demande de Colbert, il présente des emblèmes nationaux: une fleur de lys surmontée du soleil royal entre deux Coqs gaulois (coq se nommant gallus en latin).

La galerie de glace servait quotidiennement de lieu de passage, d’attente et de rencontres, fréquentée par les courtisans et le public des visiteurs. Il ne servait qu’exceptionnellement à servir de cadre à des cérémonies, lorsque les dirigeants voulaient donner le plus grand éclat au divertissement (balles ou jeux) offert lors de mariages princiers ou lors de réceptions diplomatiques. Dans ces dernières occasions, le trône était alors installé sur une plate-forme au bout de la galerie, du côté du Salon de la Paix, dont l’arche était fermée. La mise en scène du pouvoir a rarement atteint un tel degré d’ostentation. Ainsi le doge de Gênes en 1685, les ambassadeurs du Siam (1686), de la Perse (1715) et de l’Empire ottoman (1742) devaient traverser toute la galerie, sous les yeux de la cour massés de chaque côté sur des gradins pour atteindre le roi .

C’est aussi ici que fut signé le 28 juin 1919 le traité de Versailles qui mit fin à la première guerre mondiale. Depuis lors, les présidents de la République continuent de recevoir les hôtes officiels de la France.

La salle de guerre
C’est à partir de 1678 que Hardouin-Mansart entreprend la construction de la salle de guerre. La décoration, complétée par Le Brun en 1686, exaltait les victoires militaires qui ont mené à la paix de Nimègue. Les murs sont recouverts de panneaux de marbre ornés de six trophées et de chutes en bronze doré. Le mur du côté du salon d’Apollon est occupé par un bas-relief ovale en stuc représentant Louis XIV à cheval piétinant ses ennemis. Ce chef-d’œuvre de Coysevox est surmonté de deux Golden Fame et soutenu par deux captifs enchaînés. Sous le bas-relief qui dissimule l’ouverture d’une fausse cheminée, Clio, muse de l’Histoire, enregistre pour la postérité les actes du roi. Le plafond en forme de dôme représente au centre La France armee, assis sur un nuage et entouré de Victoires. Un portrait de Louis XIV orne son bouclier. Dans les arcs sont représentés ses trois ennemis vaincus: l’Allemagne à genoux, avec un aigle; menaçant l’Espagne avec un lion rugissant et la Hollande renversée sur un autre lion. La quatrième arche représente Bellone, déesse de la guerre, en colère entre Rébellion et Discorde.

La foire de la paix
Le Salon de la Paix présente le même décor de panneaux de marbre et de trophées d’armes de bronzes dorés et ciselés que le salon de guerre qui lui est symétrique. Cependant, Le Brun a orné le dôme et les os des bénéfices de la paix donnés par la France à l’Europe. Ce salon fut, dès la fin du règne de Louis XIV, séparé de la galerie par une cloison mobile et considéré comme faisant partie de l’appartement de la reine qu’il constitua alors la dernière pièce après la chambre. C’est là que sous Louis XV, Marie Leszczynska donnait tous les dimanches des concerts de musique profane ou religieuse qui jouaient un rôle important dans la vie musicale de Versailles et que, durant le règne suivant, Marie-Antoinette jouait son rôle. Lorsque cela était nécessaire, la cloison séparant la pièce de la galerie a été démontée et le salon faisait à nouveau partie du grand appartement.

Construction
Au 17ème siècle, les miroirs étaient parmi les articles les plus chers à posséder à l’époque; la République de Venise détenait le monopole de la fabrication des miroirs. Afin de maintenir l’intégrité de sa philosophie du mercantilisme, qui exigeait que tous les objets utilisés dans la décoration de Versailles soient fabriqués en France, Jean-Baptiste Colbert a incité plusieurs travailleurs de Venise à fabriquer des miroirs à la Manufacture royale de glaces de miroirs. Selon la légende, pour conserver son monopole, le gouvernement de la République de Venise a envoyé des agents en France pour empoisonner les ouvriers que Colbert avait amenés en France.

Les dimensions de la galerie des miroirs sont 73 × 10,5 × 12,3 m (longueur x largeur x hauteur) (239,5 pi × 34,4 pi × 40,4 pi) et sont flanquées du salon de la guerre (nord) et du salon de la paix. (Sud). La construction de la galerie et de ses deux salons se poursuivit jusqu’en 1684, date à laquelle elle fut utilisée pour des fonctions judiciaires et étatiques. La décoration du plafond est dédiée aux politiques politiques et aux victoires militaires de Louis XIV. Le panneau central du plafond, Le roi gouverne par lui-même, évoque l’établissement du règne personnel de Louis XIV en 1661. Le schéma décoratif actuel représente les trois derniers présentés à Louis XIV. Le plan décoratif original devait avoir dépeint les exploits d’Apollon, en cohérence avec l’imagerie associée au Roi-Soleil, Louis XIV. Cependant, lorsque le roi apprit que son frère Philippe Ier, duc d’Orléans, avait chargé Pierre Mignard de décorer le plafond de la grande galerie de la résidence de son frère au château de Saint-Cloud, Louis XIV rejeta le projet. Le plan décoratif suivant était celui dans lequel les exploits d’Hercule – en tant qu’allégories des actions de Louis XIV – devaient être décrits. Encore une fois, comme pour le premier plan, le thème d’Hercule a été rejeté par le roi. Le plan définitif représente les victoires militaires de Louis XIV à partir du traité des Pyrénées (1659) jusqu’au traité de Nimègue (1678-1679). En s’écartant de la décoration des plafonds du grand appartement du roi, Le Brun représente directement Louis XIV et a cessé de se référer au roi sous des formes allégoriques. De cette manière, des thèmes tels que la bonne gouvernance et les prouesses militaires sont rendus avec Louis XIV lui-même comme personnage clé.

Les fonctions
Au XVIIe siècle, la galerie des Glaces était utilisée quotidiennement par Louis XIV lorsqu’il marchait de son appartement privé à la chapelle. A cette époque, les courtisans se réunissaient pour regarder passer le roi et les membres de la famille royale, et pouvaient faire une demande particulière en entonnant: «Sire, Marly? C’est ainsi que l’on parvient à obtenir une invitation très convoitée à l’une des fêtes du roi à Marly-le-Roi, la villa Louis XIV construite au nord de Versailles sur la route de Saint-Germain-en-Laye. . Cependant, de tous les événements qui se sont déroulés dans cette salle pendant le règne de Louis XIV, l’ambassade siamoise de 1685-1686 doit être citée comme la plus opulente. A cette époque, la galerie des glaces et les grands appartements étaient encore dotés de meubles en argent. À son apogée, plus de 3000 bougies ont été utilisées pour éclairer la Galerie des Glaces. En février 1715, Louis XIV tient sa dernière ambassade à la galerie des glaces où il reçoit Mehemet Reza Bey, ambassadeur du Shah de Perse.

Sous les règnes successifs de Louis XV et de Louis XVI, la Galerie des Glaces continua à servir aux fonctions familiales et judiciaires. Les ambassades, les naissances et les mariages étaient célébrés dans cette salle; Cependant, l’événement le plus célèbre du XVIIIe siècle a peut-être eu lieu le 25 février 1745: le célèbre bal des Ifs. C’est lors de ce bal costumé que Louis XV, habillé en if, a rencontré Jeanne-Antoinette Poisson d’Etiolles, qui était en costume de Diane, déesse de la chasse. Jeanne-Antoinette, devenue maîtresse de Louis XV, est mieux connue sous le nom de Marquise de Pompadour.

Au XIXe siècle, à l’issue de la guerre franco-prussienne, le roi de Prusse Guillaume Ier est déclaré empereur d’Allemagne – établissant ainsi l’Empire allemand – le 18 janvier 1871 dans la galerie des glaces de Bismarck et des princes allemands victorieux. seigneurs. Cela a été considéré comme une victoire avec un symbolisme lourd pour les Allemands et une insulte piquante pour les Français vaincus. Le Premier ministre français Clemenceau a choisi la Galerie des Glaces comme lieu de signature du Traité de Versailles qui a mis fin à la Première Guerre mondiale le 28 juin 1919.

La Galerie des Glaces est toujours utilisée pour les manifestations de la Cinquième République, telles que les réceptions pour les chefs d’État en visite.

château de Versailles

Classé 30 ans sur le site du patrimoine mondial, le château de Versailles est l’une des plus belles réalisations de l’art français au XVII e siècle. L’ancien pavillon de chasse de Louis XIII fut transformé et agrandi par son fils Louis XIV qui installa sa cour et son gouvernement en 1682. Jusqu’à la Révolution française, les rois se sont succédés, embellissant chacun le château à leur tour.

Le château compte maintenant 2 300 chambres réparties sur 63 154 m 2.

En 1789, la Révolution française oblige Louis XVI à quitter Versailles pour Paris. Le château ne sera jamais une résidence royale et connaît un nouveau destin au XIX e siècle: en 1837, il devint musée de l’histoire de France, par la volonté du roi Louis-Philippe, qui accéda au trône en 1830. Les chambres du Château accueillent de nouvelles collections de peintures et de sculptures représentant à la fois les grands personnages qui illustrent l’histoire de la France et les grands événements qui la marquent. Ces collections sont enrichies jusqu’au début du 20ème siècle. C’est alors que, sous l’influence de son curateur le plus éminent, Pierre de Nolhac, le château renoue avec sa propre histoire en retrouvant, dans l’ensemble du corps central, son aspect de résidence royale de l’Ancien Régime.

Le château de Versailles n’a jamais eu de fonction de protection au sens du château médiéval. À partir de la Renaissance, le terme “château” désigne la situation rurale d’une résidence somptueuse, par opposition au palais urbain. On parle donc du “Palais du Louvre”, au coeur de Paris, et du “Château de Versailles”, à la campagne. Versailles était alors un village, détruit en 1673 pour faire place à la nouvelle ville voulue par Louis XIV. Aujourd’hui, pièce maîtresse de l’urbanisme de Versailles, le château semble désormais loin de la campagne qui le distinguerait d’un palais. Pourtant, du côté jardin, à l’ouest, le domaine de Versailles jouxte encore les bois et les champs agricoles.