Collection textile: Tapis volant,, Musée des Arts Appliqués de Vienne

Les tapis illustrent le haut degré de réseautage culturel entre l’Europe et l’Asie. Fabriqués au Proche et au Moyen-Orient, les tapis étaient des produits recherchés. Mobiles et faciles à transporter, ils étaient commercialisés à l’international comme produits de luxe. La migration des techniques, des matériaux et des motifs illustre les interactions non seulement au sein du monde islamique, mais aussi avec l’Europe. Une des principales préoccupations de la présentation est de présenter ces liens interculturels à l’aide des tapis.

La présentation de la collection de tapis de renommée mondiale du MAK donne un aperçu de l’histoire du développement des tapis entre l’Inde et l’Europe de la fin du XVe au XVIIIe siècle. La liste suit l’heure d’origine des tapis et leurs lieux de fabrication. Les tapis de la production courtoise ainsi que les tapis fabriqués pour le commerce sont présentés. Alors que ceux-ci ont été importés d’Europe vers l’Est depuis longtemps, les fabricants européens ont commencé leur fabrication au 17e siècle. Influencés par les modèles de l’Est, les tapis européens ont très vite développé leur propre langage de conception.

Le musée collectionne des tapis depuis sa création. Vers 1907, l’inventaire du kk Austrian Trade Museum est également passé à l’actuel MAK. Les tapis les plus importants ont été repris de la famille impériale des Habsbourg en 1922. La collection se concentre sur les tapis classiques des XVIe et XVIIe siècles du Proche et du Moyen-Orient, les régions de l’Égypte, de la Turquie et de l’Iran d’aujourd’hui. Inspiré par l’idée d’un cocon de vers à soie, le concept spatial de Michael Embacher symbolise la mise en réseau mutuelle; les tapis sont renforcés par des câbles en acier.

L’intervention artistique de Füsun Onur, qui vit et travaille à Istanbul, raconte les temps qui changent dans les images occidentales et orientales telles que les mondes culturels et religieux. L’artiste laisse planer sur la collection du musée un ange éphémère, symbole fédérateur ou interrogateur.

Collection de textiles et tapis
La collection de textiles et de tapis MAK est l’une des plus précieuses et des plus étendues du genre. Il combine des objets de la fin de l’Antiquité à nos jours, des textiles européens aux textiles orientaux en passant par les textiles d’Asie de l’Est. Son caractère unique est basé sur la diversité temporelle et locale inhabituelle des objets, qui sont venus au musée à travers une stratégie de collecte ciblée et encore et encore grâce à des dons importants. La collection se concentre sur les tissus médiévaux, les tapis orientaux, la dentelle, les textiles Biedermeier, les textiles datant d’environ 1900 et un groupe de coptes acquis tôt, c’est-à-dire les antiquités tardives.

L’un de ses points forts est la collection de textiles de la Wiener Werkstätte. Les artistes autour de Koloman Moser et Josef Hoffmann, qui ont fondé la Wiener Werkstätte en 1903, ont produit des tissus innovants très réussis vers 1910, principalement des produits imprimés pour la mode et les intérieurs. Le MAK appartient à la succession Wiener Werkstätte et, avec environ 20 000 échantillons de tissus d’une centaine d’artistes, possède une documentation presque complète de cette production.

La collection de tapis noués orientaux du MAK, comprenant près de deux cents objets, est l’une des plus célèbres et des plus précieuses au monde. Il se concentre sur les tapis persans et mamelouks uniques des XVIe et XVIIe siècles, qui sont considérés comme les points forts de l’artisanat oriental, y compris le célèbre tapis de chasse en soie (Kashan, Middle Persia, première moitié du XVIe siècle) et le monde. ne subsiste que des tapis mamelouks en soie (Egypte, Le Caire, vers 1500). La plupart de ces pièces de renommée mondiale appartenaient à l’ancienne famille impériale autrichienne avant la fin de la Première Guerre mondiale et ont été officiellement transmises à l’administration de l’art d’État en 1919. Une autre source est les tapis et fragments de tapis achetés en 1907 à l’ancien kk Austrian Musée du commerce.

La broderie précieuse caractérise les stocks de textiles médiévaux de première classe, où le MAK est très riche en vêtements ecclésiastiques “primitifs” exceptionnellement bien conservés, appelés paramètres. L’un des objets les plus remarquables ici est le “Gösser Ornat” (créé vers 1260 et acquis en 1908 au monastère bénédictin de Göss), le seul ensemble de paramètres textiles qui a été complètement préservé depuis cette époque. Les biens de la plus haute qualité comprennent également une chasuble en forme de cloche de St. Paul im Lavanttal (vers 1260), la chasuble dite de Melker (vers 1320) ou l’antépendium de Salzbourg (vers 1230).

La Renaissance est documentée dans la collection textile principalement avec de la soie italienne du XVe siècle, dont le motif remonte au pays d’origine du tissage de la soie, la Chine. La Haute Renaissance représentait du velours précieux avec le motif caractéristique de grenade, également de fabricants italiens. Les tissus et textiles baroques rococo sont représentés dans la collection sous forme de draps, fragments et transformés en costumes ou textiles d’intérieur.

La collection de dentelles extrêmement haute qualité et variée du MAK combine environ 2000 dentelles cousues et au fuseau du XVIe au XXe siècle provenant des centres de production de dentelles en Italie, en France et aux Pays-Bas. La collection de Bertha Pappenheim (1859-1936), qui est d’une importance culturelle et historique, occupe une position spéciale dans la collection supérieure et l’a consacrée au musée en 1935. Bertha Pappenheim, qui est entrée dans l’histoire de la psychanalyse comme “Anna O. “, souvent cité par Sigmund Freud comme” Anna O. ” Italie, France, Belgique, Scandinavie, Palestine, Russie ou Pologne du XVIe au XXe siècle.

Un autre accent est mis sur les échantillons de tissu de la première moitié du 19e siècle, le Biedermeier. Ces textiles proviennent d’une collection que l’empereur François Ier a commencée en 1806. Exposés chaque année en tant qu’expositions pour le progrès industriel de la monarchie, ils sont datés exactement et comprennent les noms des producteurs et des informations sur leur utilisation. Les tissus, costumes et accessoires de tout le 19e siècle disponibles au MAK offrent un aperçu impressionnant de la variété des motifs textiles et de leurs applications à cette époque, qui est fondée notamment sur de nouvelles méthodes de fabrication industrielle.

Avant et peu après 1900, le MAK possédait également une vaste collection de textiles anglais du mouvement Arts and Crafts. Il a été systématiquement collecté par le directeur du musée Arthur von Scala (1897-1909) et les tissus étaient souvent achetés directement auprès du producteur. Celles-ci comprennent des estampes de William Morris (1834-1896), des tentures murales de Charles Francis Annesley Voysey (1857-1941) ou des rideaux de Sir Arthur Lasenby Libertys (1843-1917).

Le groupe d’environ 1 200 objets comprenant des coptes, c’est-à-dire des textiles anciens tardifs, récupérés dans des cimetières égyptiens, est l’une des premières collections de musée de ce type. Le musée a acquis le stock de base de la collection MAK en 1883. Alois Riegl (1858-1905), chef de la collection textile du musée depuis 1885 et professeur d’université à Vienne à partir de 1894, y a travaillé scientifiquement.

En plus de ces stocks centraux, la collection textile du MAK propose des selleries ottomanes de très haute qualité, des tissus en soie et des broderies des XVIe et XVIIe siècles, une collection presque inconnue de passementeries (passementeries, pompons, rubans), de haute qualité collection de soi-disant châles du Cachemire, originaux indiens et européens Variantes de France, d’Angleterre et de Vienne; Un grand nombre de broderies colorées, principalement européennes, principalement découpées en costumes, particulièrement appréciées des artistes de la Sécession, ont été acquises par le musée après 1900.

Les nouveautés les plus importantes de la collection comprennent les tissus de mode de la société Rhomberg de Dornbirn, les tapisseries contemporaines, la mode des années 1960 à nos jours. Les conceptions ont été fournies par des artistes innovants de différentes directions, dont Tone Fink et Stephan Hann.

Franz Graf (Renaissance Baroque Rococo) et Füsun Onur (tapis) ont créé des interventions artistiques dans les salles d’exposition, dans lesquelles sont exposés des objets remarquables de la collection textile, en ligne avec les points focaux de la collection

Musée des arts appliqués, Vienne
Le MAK – Museum of Applied Arts est l’un des musées les plus importants du genre dans le monde. Fondé en 1863 en tant que musée impérial royal autrichien des arts et de l’industrie, le musée d’aujourd’hui, avec sa collection unique d’arts appliqués et en tant qu’adresse de premier ordre pour l’art contemporain, peut se vanter d’une identité incomparable. Créée à l’origine comme une collection source exemplaire, la collection MAK d’aujourd’hui continue de représenter une union extraordinaire d’art appliqué, de design, d’art contemporain et d’architecture.

Le MAK est un musée et laboratoire d’art appliqué à l’interface du design, de l’architecture et de l’art contemporain. Sa compétence principale est de traiter ces domaines de manière contemporaine, afin de créer de nouvelles perspectives basées sur la tradition de la maison et d’explorer les zones frontalières.

Les halls spacieux de la collection permanente dans le magnifique bâtiment Ringstraße par Heinrich von Ferstel ont ensuite été repensés par des artistes contemporains afin de présenter les points forts sélectionnés de la collection MAK. Le MAK DESIGN LAB élargit notre compréhension du design – un terme qui est traditionnellement ancré dans les 20e et 21e siècles – en incluant les siècles précédents, permettant ainsi une meilleure évaluation du concept de design aujourd’hui. Dans des expositions temporaires, le MAK présente diverses positions artistiques dans les domaines des arts appliqués, du design, de l’architecture, de l’art contemporain et des nouveaux médias, les relations mutuelles entre eux étant un thème constamment souligné.

Elle est particulièrement attachée à la reconnaissance et au positionnement correspondants de l’art appliqué. Le MAK développe de nouvelles perspectives sur sa riche collection, qui couvre différentes époques, matériaux et disciplines artistiques, et les développe avec rigueur.