Maison de Jenisch, Hambourg, Allemagne

Le Jenisch-Haus est une maison de campagne classique à Klein Flottbek, un quartier de l’ouest de Hambourg, qui permet une large vue sur un parc sur l’Elbe près de Teufelsbrück. Le musée d’art et de culture de l’Elbe est géré comme une branche du musée d’Altona et présente des salles représentatives au rez-de-chaussée. Aux étages supérieurs, des expositions changeantes présentent des thèmes de l’histoire de l’art et de la culture, en particulier du XIXe siècle.

Le Jenisch Haus est l’un des plus beaux bâtiments historiques de Hambourg. Situées dans de vastes jardins en forme de parc sur les rives de l’Elbe, les chambres orientées au sud offrent une vue magnifique sur le fleuve et les navires qui passent. Il a été construit entre 1831 et 1834 dans le style néoclassique selon les plans de Franz Gustav Forsmann et Karl Friedrich Schinkel.

Aujourd’hui, il est le musée d’art et de culture de l’Elbe et dispose de salles d’État impressionnantes avec des plâtres décoratifs et des parquets opulents ainsi que des meubles, des peintures et des sculptures dans les styles Empire et Biedermeier et de nombreuses expositions temporaires.

Histoire
La maison a été construite par Franz Forsmann et Karl Schinkel pour Martin Johann Jenisch entre 1831 et 1834. Jenisch l’a utilisée comme maison de campagne.

Jenisch Haus est situé dans la vallée de Flottbek sur les rives de l’Elbe à l’ouest de Hambourg. Caspar Voght (1752-1839), un marchand prospère de Hambourg, a acheté cinq fermes distinctes en 1785 et les a combinées pour créer un grand domaine seigneurial. Il a été inspiré par le manoir Leasowes dans le Shropshire, en Angleterre, qui a été salué comme la ferme ornée idéale, ayant des installations agricoles qui n’étaient pas seulement pratiques mais également conçues de manière harmonieuse et agréable.

Après le grand incendie de Hambourg de 1842, le sénateur en fonction a dû prendre d’importantes décisions à long terme concernant la reconstruction des zones touchées par l’incendie. Grâce à son statut élevé, d’illustres invités du monde entier affluent vers lui, y compris des dirigeants et des dignitaires de premier ordre, des poètes et des penseurs. Le manoir a servi d’espace généreusement représentatif.

Jenisch a suivi les conseils du propriétaire précédent et le point culminant de la partie sud du parc Voght Manor avec la meilleure vue sur l’Elbe a été choisi pour la construction. Jenisch Park est la plus grande partie du parc Voght encore la plupart préservée à ce jour.

Franz Gustav Forsmann (1795–1878) a été chargé de concevoir le bâtiment en 1828. La maison devait comporter de grandes ouvertures de porte et de fenêtre afin d’avoir toujours une bonne vue sur la campagne. Ses plans étaient basés sur les maisons de campagne le long de l’Elbchaussee, conçues par l’architecte danois Christian Frederik Hansen.

Jenisch a envoyé les plans pour examen à l’arpenteur en chef prussien Karl Friedrich Schinkel (1782-1841) à Berlin, qui était largement respecté à l’époque.

Le résultat fut un ensemble de contre-propositions, envoyées en 1829, basées sur sa conception du Palais Glienicke sur la rivière Havel. En fin de compte, dans un style classique et mature, une combinaison de plans des deux architectes sur un plan au sol presque carré a été utilisée pour la maison, qui a été construite et meublée de 1831 à 1834.

Architecture
La maison est conçue comme un grand cube, avec un sous-sol, deux étages principaux et un grenier. Les fenêtres sont dans un rapport 1-3-1 et se concentrent sur le centre. Au rez-de-chaussée, les fenêtres s’étendent presque complètement du sol au plafond. L’avant de la maison vers le parc et l’Elbe a un portique dorique, soutenant un balcon. Les grandes fenêtres, le balcon et la maison ouvrant sur le parc représentent la relation entre l’architecture et la nature.

La maison Jenisch a été construite entre 1831 et 1834 par l’architecte Franz Gustav Forsmann pour Martin Johann Jenisch le Jeune. Jenisch était sénateur et président de la députation du bâtiment depuis 1827. Après l’incendie de Hambourg en 1842, il a joué un rôle majeur dans la planification de la reconstruction. En 1828, il acheta la propriété Flottbek au baron Voght, qui, en raison de son âge, n’était plus en mesure de gérer son domaine à Klein Flottbek si activement et éprouvait également des difficultés financières. En 1829, il fit passer Flottbek au statut d’entreprise par le roi danois.

Jenisch a soumis les ébauches originales de Forsmann, qui était un employé du département du bâtiment, à l’architecte Karl Friedrich Schinkel, qui a conçu une toute nouvelle maison de campagne qui était surdimensionnée pour Jenisch. Forsmann a ensuite révisé son design et accepté certaines des suggestions de Schinkel. Ces dessins sont maintenant dans les archives de l’État de Hambourg.

Le bâtiment se compose d’un cube compact peu décoré d’éléments classiques. L’ornementation la plus frappante est le portique dorique du côté de l’Elbe et la balustrade délicate au-dessus de l’avant-toit. La division de la maison – bien que construite pour un citoyen – est toujours dans la tradition du château de campagne princier. Les grandes salles représentatives et sociales sont situées au rez-de-chaussée, qui est également l’étage avec la hauteur de pièce la plus élevée. On notera en particulier le vestibule avec l’escalier qui s’étend à tous les étages, la salle à manger blanche et le salon de l’Elbe face à la rivière.

Les fonctions
Le rez-de-chaussée abrite des salons prestigieux, tandis que le premier étage contient les pièces à vivre et les greniers sont réservés aux domestiques. Depuis 2008, le Museum für Kunst und Kultur an der Elbe est situé dans la maison Jenisch et l’utilise pour des expositions, des mariages et d’autres événements. Une terrasse est occupée par un café du musée.

Musée
En 1936, la maison Jenisch est devenue un musée. À l’intérieur, la maison a été transformée en musée de la culture vivante hanséatique en 1955. Aujourd’hui, elle est une branche du Musée d’Altona, depuis 2007 sous la direction de la scientifique culturelle Nicole Tiedemann-Bischop. La Jenisch Haus fait partie de la Fondation du Musée historique de Hambourg depuis le 1er janvier 2008.

Le deuxième étage abritait autrefois les logements privés du sénateur et de sa famille. Ces salles utilisées dans les musées présentent aujourd’hui des expositions sur la culture vivante des siècles passés. L’étage supérieur et l’étage avec la hauteur de pièce la plus basse étaient à l’origine réservés aux domestiques; aujourd’hui, des expositions changeantes ont lieu ici.

Expositions permanentes
La maison Jenisch est l’ancienne maison de campagne du sénateur hambourgeois Martin Johann Jenisch (1793 – 1857). Construite entre 1831 et 1834 selon les plans de Franz Gustav Forsmann et Karl Friedrich Schinkel, la maison Jenisch est un monument important de l’architecture néoclassique. Il se distingue par son architecture de style villa et son emplacement dans le parc ainsi que par sa grande variété de conceptions de pièces aux éléments de style baroque à Biedermeier.

Premier étage

Le hall d’entrée
Le hall d’entrée rassemble de nombreuses œuvres sculpturales qui correspondent bien à l’architecture classique élégante et distincte du porche, du vestibule et de la cage d’escalier.

Cette sculpture gratuite “Der Fischer” (Le pêcheur), réalisée en 1887 en marbre de Carrare, provient du sculpteur d’Altona Johannes Uhde. Inspiré de la ballade “Der Fischer” de Johann W. von Goethe en 1778, c’est l’incarnation sculpturale d’une ligne de vers. Créée à l’origine pour le château de Donner, la sculpture était un cadeau du baron Conrad Hinrich K. von Donner, d’abord au musée d’Altona, puis à Jenisch Haus.

Uhde a d’abord créé un petit modèle qu’il a ensuite étoffé en une pièce grandeur nature. Le bloc de marbre est venu d’Italie et a été travaillé par l’artiste à Dresde.

Inspiré de la ballade “Der Fischer” de Johann W. von Goethe (1778), il est l’incarnation sculpturale de l’avant-dernière ligne de vers “… halb zog sie ihn, halb sank er hin …” (“moitié dessiné par elle, il se glissa. “)

Points forts

Tondo en plâtre moulé “Day” (1814)
par Bertel Thorvaldsen
Dans le porche de la maison se trouvent “Night” et “Day”, deux moulages en plâtre tondo des originaux en marbre de Bertel Thorvaldsen vers 1815.

Tondo en plâtre “Night” (1814)
par Bertel Thorvaldsen
Dans la mythologie grecque, Nyx (Nuit) était l’une des premières puissances du monde et avec Erebos (Ténèbres) a donné naissance à Aither (Ciel / Air) et Hemera (Jour).

Le “Alexanderzug” (Guerres d’Alexandre le Grand)
par Bertel Thorvaldsen
L’Alexanderzug (guerres d’Alexandre le Grand) a été créé pour une salle du palais du Quirinal en préparation d’une future visite de Napoléon Ier (1769-1821). Cependant, cette visite n’a jamais eu lieu et Napoléon a indemnisé l’artiste en lui confiant la réalisation de la frise en marbre de Sainte Marie-Madeleine à Paris.

La chute de Napoléon a empêché la collecte de la frise de marbre, de sorte que le comte Giovanni Battista Sommariva (1762-1826) l’a déplacée dans sa propre villa Carlotta sur le lac de Côme vers 1826.

Le modèle original en plâtre, créé en 1811-1812 pour la visite de Napoléon à Rome, est resté dans la Sala della Marchesa du Palais du Quirinal.

De nombreux moulages en plâtre du modèle original sont arrivés sur le marché et ont même atteint des zones de Hambourg, comme la maison de la famille Abendroth.

Miroir avec une table console
Ce miroir d’environ 1780, encadré en blanc avec des sculptures dorées, est une pièce très spéciale à Jenisch Haus. Ce miroir avec une table console représente la Polyhymnie, égérie de la danse et de la pantomime. Cette table console a été créée à la fin du XVIIIe siècle. Il est peint en blanc avec des sculptures dorées et a un dessus en marbre rougeâtre.

Les trois Panneux
La salle de caisse, qui était autrefois la salle d’entrée, comprend trois tableaux. Les trois panneaux de 1806 – sur un total de cinq réalisés par Ludwig Philipp Strack (1761–1836) – sont situés sur le mur nord de la salle.

Ils montrent les scènes de “Anienetal bei Tivoli” (Vallée Aniene à Tivoli), “Ruinen von Taormina” (Les Ruines de Taormina) et “Cascatelli bei Tivoli” (Cascatelli à Tivoli).

Points forts

Sculpture en marbre “Rebecca”
par Girolamo Masini
À côté des panneaux près de la fenêtre se trouve la sculpture en marbre “Rebecca” du sculpteur florentin Girolamo Masini, propriété de la famille Jenisch.

L’histoire de “Rebecca au puits” vient de Genèse 24 de l’Ancien Testament. Abraham a envoyé chercher sa petite-nièce Rebekah de la vieille patrie comme épouse pour son fils Isaac, car Isaac ne devait épouser aucune des païennes cananéennes. La scène où le messager d’Abraham a trouvé l’élu dans un puits – c’est elle qui l’a amené à boire – est souvent représentée dans l’histoire de l’art.

Poêle Eutin (après 1820)
par Eutiner Werkstatt
Ce soi-disant poêle Eutin se compose de carreaux émaillés blancs et de carreaux décoratifs jaune-brun et beige-ocre avec des motifs de légendes mythologiques de l’Antiquité grecque.

Une représentation ancienne de la scène du départ d’un guerrier a été choisie comme image centrale. Ce thème populaire est un symbole de mort glorieuse, ou memento mori. Le scorpion, symbole de la puissance martiale, est un attribut des héros Hector et Achille, comme on peut le voir dans les départs des deux héros ici. En général, le scorpion est un symbole de fugacité et de résurrection, mais aussi de méfait, de mort et de changement.

Poêle Eutin (après 1820)
par Eutiner Werkstatt
Le poêle est couronné d’un bol à pied en kylix avec des poignées à tête de bélier. L’ornementation florale peinte se retrouve également sur des vases anciens. L’artiste Tischbein était fasciné par la peinture grecque et surtout par l’ornementation florale. Il a adapté le travail de la vrille pour lui-même et en a fait sa signature, connue sous le nom de vrilles de Tischbein.

Lustre Briati en verre (1760-1765)
par Werkstatt Joseph Pallme
Un lustre en verre Briati est suspendu au plafond, réalisé dans l’atelier de Joseph Pallme vers le milieu du XVIIIe siècle. Les processus de production élaborés font de ce lustre une pièce spéciale.

Les bras de ce lustre ont un rainurage en six parties unique. Cela a été réalisé par le verrier en pressant la quantité requise de verre chaque bras dans un moule en fonte qui contenait les rainures comme négatif. La goutte de verre a ensuite été récupérée par un assistant à l’aide d’une pince, étirée à la longueur et à la dureté requises, et légèrement tournée. Sur une planche de bois, les tiges de verre encore dures étaient pliées autour de deux blocs de bois cloués, jusqu’à former des formes en S. Pendant ce temps, deux autres assistants ont formé les couvercles des bougies qui ont ensuite été fondus sur les bras à l’aide de gouttes de verre très doux.

La salle blanche
Le grand hall à gauche du hall d’entrée servait à l’origine de grande salle à manger. Ses murs et plafonds sont décorés de plâtres ornementaux. Trois grandes fenêtres s’ouvrent à l’est avec une vue sur le parc. Le parquet fait également partie des éléments d’origine. Le lustre a été conçu par Karl Friedrich Schinkel et provient d’une demeure seigneuriale d’East Holstein. Le simple poêle posé dans le coin de la pièce fait également partie des aménagements d’origine.

La grande salle à gauche du vestibule servait à l’origine de salle de banquet à des fins représentatives. À ce jour, il est encore utilisé pour les réceptions. Trois baies vitrées s’ouvrent à l’est sur le parc. Le parquet bicolore à motif diamant remonte à la construction du bâtiment. Les murs et le plafond portent encore le stuc d’origine qui était probablement autrefois coloré.

Au-dessus d’un sous-sol fermé de hautes frises ornementales antiques se trouvent de grands panneaux muraux quadratiques bordés de rubans ornementaux en stuc. Des frises de putti et un plafond à caissons ferment la pièce du dessus.

Son ornement palmette rappelle les grilles de fenêtre dorées de Jenisch House. L’inspiration pour cela était la capitale pilastre du temple d’Apollon à Didyme, ou la geison du temple d’Athéna à Priène.

Le lustre a été conçu par Karl Friedrich Schinkel et provient d’un manoir d’East Holstein.

Points forts

Deux tables murales semi-circulaires dorées (1800)
par unbekannt
Deux tables murales semi-circulaires dorées avec des plateaux en marbre blanc complètent l’ensemble. Ils remontent à environ 1800 et sont surmontés de candélabres dorés au feu.

La salle Jenisch
Cette salle, probablement conçue à l’origine comme un salon de thé ou une salle de lecture, est maintenant meublée d’articles associés à Caspar Voght et Martin Johan Jenisch. Il a deux fenêtres pleine longueur, l’une orientée vers le sud vers l’Elbe et l’autre vers l’est vers le parc. Le parquet a été posé selon un dessin de l’architecte Franz Gustav Forsmann (1795 – 1878). Des panneaux carrés de parquet en chêne encadrent la zone centrale qui est également de forme carrée. Le motif circulaire incrusté de palmiers, de couronnes et de rubans est en partie formé de morceaux de bois colorés et d’ongles décoratifs.

La chambre du bas Elbe
Les trois fenêtres presque à la hauteur de la pièce dans cette pièce s’ouvrent sur le portique du côté sud de la maison. Cela permet aux gens de sortir sur la terrasse ou même de descendre les marches en pierre du parc, il est donc également décrit comme la salle de jardin. Les aménagements de la salle sont principalement de l’époque de l’Empire français (vers 1800) Le groupe de sièges en bois laqué noir et doré au milieu de la pièce était à l’origine dans la maison appartenant à Georg Friedrich Baur sur Palmaille à Altona. Les chaises avec les figures de sphinx sur les accoudoirs et le dossier incurvé sont basées sur un design de Percier & Founaine, architectes et designers d’intérieur importants du style Empire à Paris.

En raison de son emplacement et de sa conception, la salle est ce qu’on appelle une «salle de jardin». C’était la pièce la plus importante de l’architecture du manoir du XIXe siècle. Avec trois portes-fenêtres presque à la hauteur de la pièce, il est conçu comme un portique sur le côté sud de la maison. Les portes-fenêtres permettaient à la fois une vue sur le parc, encadrée de colonnes, et l’accès à la terrasse en plein air.

La grande frise sur les murs du salon rappelle la frise de palmettes de la porte nord de l’Érechthéion de l’Acropole d’Athènes, découverte pour la première fois en 1821.

Le canapé en bois vert foncé et doré et les chaises avec des figures Sphinx sur les accoudoirs et les dossiers incurvés peuvent être attribués à un design de Percier & Fontaine. Charles Percier était un architecte et décorateur français qui a également été chargé de réaliser des projets plus grands tels que l’ameublement du château de Malmaison et la construction de l’Arc de Triomphe du Carrousel à Paris pendant le Premier Empire français.

Le lustre en bronze (Paris, vers 1795) au-dessus des sièges est emprunté au Baursche Landhaus.

Points forts

Miroir au-dessus de la cheminée en marbre (1829)
Jenisch a probablement acquis la cheminée en marbre et le grand miroir noir et or au-dessus de Florence vers 1829. D’une part, le miroir avait une fonction esthétique car il faisait entrer l’extérieur de la maison à l’intérieur du bâtiment en reflétant une image du jardin. Il reflétait également la lumière des bougies dans la soirée. D’autre part, il transmet subtilement la richesse du propriétaire car le verre miroir était encore très cher au 19ème siècle.

Copie de la statue antique de Vénus de ‘Médicis (vers 1880)
par unbekannt
À gauche de la cheminée se trouve une copie de la statue antique de Vénus de ‘Médicis, créée en Italie vers 1880 et appartenant à Adolph Godeffroy, le président directeur de Hapag.

La Vénus de ‘Médicis est l’une des antiquités les plus célèbres de Rome, redécouverte dans les années 1630 et nommée d’après ses derniers propriétaires, la famille Médicis. La sculpture en marbre grandeur nature, réalisée au IIe siècle, est une copie de la sculpture grecque en bronze qui remonte au 1er siècle avant JC. À l’origine, la déesse grecque de l’amour, Aphrodite, était souvent associée à la déesse romaine Vénus depuis le IVe siècle av.

La jeune déesse est représentée dans une pose de mouvement, comme si elle sortait de la mer. Le dauphin joue à ses pieds et n’aurait pas été juste un accessoire – il a probablement aussi servi de support requis pour l’original en bronze.

La restauration des armes a été réalisée par Ercole Ferrata (1610-1686) qui a donné à la figure de longs doigts effilés et maniéristes.

Horloge en marbre (1780)
par Jean Antoine Lépine
Cette horloge en marbre blanc avec garnitures en bronze et médaillons Wedgwood bleu et blanc sur la cheminée a été réalisée par le célèbre horloger Jean Antoine Lépine à Paris.

L’horloge est flanquée de deux lustres en bronze de la maison du fonctionnaire G. F. Baur sur Palmaille à Altona.

Le baigneur
par Johan Nyclas Byström
Sur le côté droit de la cheminée se dresse “Die Badende” (La baigneuse), également connue sous le nom de “Mädchen an der Quelle” (Fille au printemps), réalisée par Johan Nyclas Byström en Suède en 1838 et appartenant à la famille Rücker Jenisch.

Le sénateur Jenisch l’a très probablement acquise lors d’un de ses voyages en Italie de 1829 à 1830, ou de 1838 à 1839 depuis Rome.

Genien der Fischerei und der Jagd
par Pietro Tenerani
Sur les piliers entre les fenêtres se trouvent la paire Genius of Fishing et Genius of Hunting (c.1824) de Pietro Tenerani, achetée par le couple Jenisch lors d’un voyage en Italie en 1829.

Pietro Tenerani était un élève d’Antonio Canova et, jusqu’en 1829, assistant de Berthel Thorvaldsen. Son buste est également visible dans le salon inférieur de l’Elbe.

Buste de Bertel Thorvaldsen
par unbekannt
Bertel Thorvaldsen a vécu principalement à Rome et est décédé à Copenhague en 1844 après avoir reçu les honneurs royaux de sa ville natale en 1838. Ses études à l’Académie de Copenhague lui ont valu la plus haute distinction, la médaille d’or et une bourse de Rome de trois ans à un jeune âge. En Italie, il est devenu l’un des plus grands sculpteurs classicistes d’Europe.

Nature morte florale
par Johan Lauritz Jensen
Une grande peinture est accrochée au mur au-dessus d’une table de service. Celui-ci a été peint par Johan Lauritz Jensen (1800–1856) à Rome et montre une nature morte florale avec un décor de paysage du sud.

On peut voir des buissons de trompette dans un calice couleur terre cuite avec un relief antique, ainsi qu’un oranger, des roses, des dahlias et des agaves.

La salle de musique
Cette salle est meublée d’instruments de musique adaptés à sa destination d’origine. Le pianoforte Erard unique de 1838 a été mis à l’honneur et conservé en excellent état de jeu par le professeur Andreas Beurmann. Un pupitre avec un plateau réglable pour les partitions est placé juste à côté. Au-dessus d’un piano carré se trouve une photographie de Candida Höfer (née en 1944), reflétant la vue par la fenêtre de l’Elbe. Sur l’autre mur, un portrait d’Alice Boué (née Paroisse) (1766 – 1837) de Jean-Laurent Mosnier (1743 – 1808).

Deuxième étage
Dans l’aile ouest au deuxième étage se trouvent les anciennes chambres privées de la famille Jenisch. Aujourd’hui, les salles sont dédiées à la vie et à l’œuvre de Caspar Voght (1752–1839), figure du mouvement philosophique et intellectuel des Lumières.

Selon une liste d’inventaire de 1859, la chambre de la femme du sénateur Jenisch contenait “un lit, huit chaises, un fauteuil, un chiffonnier, un miroir de salle de bain, une commode avec toilettes, deux tables, un lavabo, un porte-serviettes, une table de chevet , une étagère, une horloge, un panier à feu, une grille avec des pinces et une pelle, des rideaux et un tapis; dans la salle de bain il y a un placard à linge, une armoire, quatre chaises, un lavabo, deux tables, un porte-serviettes, un table de chevet, une toilette avec miroir, une grille avec des pinces et une pelle, des rideaux et un tapis de bain. Dans le coin, un canapé. ”

La femme de Jenisch avait également une baignoire; la maison avait été équipée d’un système de plomberie.

Ces salles abritent désormais une exposition permanente sur l’ancien propriétaire foncier, le baron Voght.

Exposition Caspar Voght
L’aile ouest du deuxième étage est dédiée à une exposition permanente sur la vie et l’oeuvre de Caspar Voght. Ce marchand de Hambourg, avec son ami et partenaire commercial Georg Sieveking (1751-1799) contrôlait l’une des plus grandes sociétés commerciales de Hambourg dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Voght a également été une figure clé du développement de la société dans la ville de Hansa vers 1800. Son engagement en faveur de projets sociaux, culturels et scientifiques l’a vu jouer un rôle de pionnier qui, jusqu’à présent, a reçu trop peu de reconnaissance dans la recherche sur les Lumières et l’histoire de cette ville. L’un de ses projets de réforme les plus importants a été de créer une ferme modèle basée sur des exemples anglais. Cette ferme modèle a constitué le noyau du jardin paysager anglais qui a été conservé à ce jour, maintenant connu sous le nom de «Jenisch Park», du nom du sénateur hambourgeois Martin Johan Jenisch (1793-1857), qui a acheté le terrain à Voght en 1828 Jenisch y a construit sa maison d’été entre 1831-1834 – la maison Jenisch.

La réforme du système de secours et de détention des pauvres de Hambourg en 1788 était également due aux grands efforts de Voght, qui lui ont valu la reconnaissance dans toute l’Europe et notamment les éloges du roi de Prusse et de l’empereur François II, qui lui a décerné le titre de Reichsfreiherr (baron impérial ) pour ses services.

À Hambourg, il était un fervent partisan du théâtre – chose qui est à peine connue aujourd’hui – il était également enthousiaste pour la littérature et l’art et était un fervent partisan du développement du système éducatif.

La chambre de l’Elbe supérieur
La chambre au-dessus de la salle de l’Elbe inférieur était l’ancienne salle d’étude ou fumeuse de Marin Johan Jenisch le Jeune. C’est là qu’il s’est retiré lorsqu’il a voulu échapper à ses visiteurs. Les raccords ne sont pas réellement d’origine. Le grand groupe de meubles au milieu se compose d’une table extensible avec de solides pieds de lion, dix chaises et deux fauteuils. La table, qui provenait d’une maison seigneuriale du Schleswig-Holstein, date de 1830 à 1840 et peut être étendue de sa circonférence d’origine de 128 cm à une longueur d’env. 470 cm en ajoutant ses huit feuilles. Les feuilles – comme les chaises et les fauteuils – sont en acajou avec de légers travaux de marqueterie décorative.

La salle située directement au-dessus du salon inférieur de l’Elbe était la «chambre du Seigneur». C’était un espace complètement privé et avait à l’origine une salle de bain dans la partie ouest.

La grande collection de meubles en acajou se compose d’une table à rallonge, de dix chaises et de deux fauteuils.

Points forts

Collection de meubles (1800)
par unbekannt
Cette table d’environ 1830-1840 appartenant à la noblesse du Schleswig-Holstein peut être étendue de sa taille d’origine (128 cm de diamètre) à une longueur d’environ 470 cm à l’aide de ses huit feuilles extensibles.

Parties d’une pièce maîtresse (1811)
par Pierre-Philippe Thomire
Sur la table se trouve une pièce maîtresse de Pierre-Philippe Thomire qui appartenait à Jenisch l’Ancien. Certains des 29 articles sont en prêt permanent à Jenisch House. Composée de bronze doré au feu, la pièce maîtresse a probablement été présentée au sénateur Jenisch l’Ancien en 1811 à l’époque française de Hambourg.

Poêle en faïence (1774)
par unbekannt
Ce poêle en faïence est en argile blanchie à la chaux. Les reliefs finement découpés du cylindre forment un ogee au-dessus et un vase à couvercle pour couronner la pièce, et une scène de style antique peut être vue ci-dessous.

Représentée est une Athéna / Minerve assise, la déesse de la sagesse, de l’artisanat et de la guerre. Sur sa tête est un casque, dans sa main gauche une branche d’olivier, et dans sa main droite elle tient un bouclier portant la tête de Méduse, la plus célèbre des Gorgones.

À côté d’elle, deux putti ailés avec une couronne d’olivier ou de feuilles de laurier sur leurs bras. Une barre et un arc se trouvent devant les rochers sur lesquels se tiennent les personnages. La scène est bordée à gauche d’une paume, symbole de la victoire.

Tapisserie d’antenne
par Joseph Dufour, Manufaktur Dufour & Leroy, Paris
Vingt des vingt-cinq sections d’un papier peint panoramique sont accrochées au mur nord. Il a été imprimé à la main de 1820 à 1825 par le fabricant Joseph Dufour à Paris à l’aide de moules en bois sur papier. Les motifs du papier peint montrent des scènes du roman de voyage fictif d’Étienne-François Lantier de 1798 «Les voyages d’Antenor en Grèce et en Asie».

Sur la gauche se trouve le “Boat Trip”, illustrant la visite du sculpteur grec Antenor (actif vers 510-480 av. J.-C.) au poète Sapho. Au centre se trouve la «Scène du parc», montrant des femmes spartiates dans une course à pied. Le “Départ pour la chasse”, qui montre les Amazones prêtes pour la bataille, est affiché dans la partie droite du fond d’écran.

Paire de miroirs (1800)
par unbekannt
Sur le mur sud entre les fenêtres se trouve une paire de miroirs encadrés vert clair et vert foncé, avec des rebords sculptés décorés de frises de rosaces et de perles. Celles-ci sont finies avec une corniche d’acanthe. Les reliefs sur les deux montrent une scène de personnage avec des thèmes mythologiques.

La salle Altonaer
Cette chambre était également à l’origine une des chambres privées de la famille Jenisch. L’une de ses fenêtres donne sur le côté sud du parc. La pièce est maintenant entièrement meublée avec des meubles dits Altonaer. Cela peut être identifié au moyen des timbres d’exonération des droits de douane (Altonaer Fabrik Waren Stempel) en cire à cacheter qui se trouvent à l’arrière ou sous le meuble. Entre 1766 et 1839, sous le roi danois Christian VII et Friedrich VI, ce timbre autorisait les exportations en franchise de droits vers les duchés de Holstein et Schleswig et vers le Danemark.

La galerie Jenisch
Cet espace, utilisé par la famille Jenisch comme appartement privé, contient maintenant l’une des rares collections privées de peintures de la classe moyenne supérieure en Allemagne, qui a été conservée inchangée. À partir de 1831, Jenisch était le directeur du comité de sélection du Hamburg Kunstverein. Exposé ici, vous trouverez des peintures typiques en ligne avec les goûts de la classe moyenne supérieure du 19ème siècle. Les genres vont des paysages aux peintures historiques et religieuses.

La chambre Biedermeier
Initialement utilisée comme chambre d’hôtes pour les visiteurs de la famille Jenisch, cette chambre dispose de deux fenêtres au nord et à l’est. Aujourd’hui, il est meublé comme un salon Biedermeier tardif avec des meubles de l’époque, qui étaient presque tous fabriqués à Altona en placage d’acajou, un matériau typique de cette région côtière de l’époque.

Collection d’ornements Palmette
Le jeune Hambourgois Franz Gustav Forsmann et l’aîné Karl Friedrich Schinkel de Berlin, bien connu à l’époque, ne sont pas les seuls architectes à utiliser le style palmette. Au cours de cette période, les fouilles archéologiques sensationnelles de Pompéi et d’Herculanum ont fasciné les citoyens et, par conséquent, de nombreux éléments stylistiques ont été empruntés à l’antiquité gréco-romaine.

La palmette a été distribuée en tant que motif ancien dans la collection d’échantillons “Vorbilder für Fabrikanten und Handwerker” (Modèles pour les fabricants et les travailleurs manuels), compilée de 1821 à 1837 par différents architectes et artistes, dont Schinkel.

La palmette ressemble aux feuilles en éventail d’un palmier. En général, la partie supérieure du motif se compose de cinq feuilles ou pétales ou plus. L’éventail se déplace vers le haut selon un motif rythmique à partir d’une base unique, presque triangulaire.

La palmette a une longue histoire, probablement originaire de l’Égypte ancienne et développée plus tard par l’art en Europe, en particulier en Grèce. Il est connu dans la plupart des médias artistiques, mais principalement comme ornementation architecturale ou élément de mobilier décoratif comme on peut le voir ici.

Qu’il soit sculpté ou peint, c’est une caractéristique de construction très courante des frises, des colonnes, des corniches et des plafonds en pierre tombale.

Le lustre a été conçu par Karl Friedrich Schinkel et provient d’un manoir d’East Holstein. Son ornement palmette rappelle les grilles de fenêtre dorées de Jenisch House. L’inspiration pour cela était la capitale pilastre du temple d’Apollon à Didyme, ou la geison du temple d’Athéna à Priène.

Jenischpark
Le parc environnant avait été créé par Caspar Voght comme une ferme rurale vers 1800; Le parc Jenisch de 42 hectares a formé son parc du midi et a été remodelé en 1828 après l’achat par Jenisch de Johann Heinrich Ohlendorff. Depuis l’Elbchaussee, le Kaisertor néobaroque (construit en 1906, restauré en 2005) mène au parc dans lequel, en plus de la maison Ernst Barlach (construite en 1961 selon les plans de Werner Kallmorgen), la «Eierhütte» (réplique de la «Mooshütte» d’environ 1790 avec l’inscription de pignon de Voght Amicis et quieti, allemand pour les amis et les loisirs [dédié]) peut être trouvée. Certaines parties du parc, en particulier les zones humides de Flottbek, représentent depuis 1982 la réserve naturelle de Flottbektal en cours de conservation. Le parc privé a été loué par la ville d’Altona en 1927, acquis en 1939 et ainsi rendu accessible au public.

quartier
Jenisch House est situé sur les parcs côté ouest à Baron-Voght-Straße, une petite rue résidentielle et au large d’Elbchaussee. Le parc lui-même descend jusqu’à la rive droite de l’Elbe, à l’autre bout quelque part près du Botanischer Garten Hamburg. L’Elbchaussee possède de nombreux bâtiments classés; Jenisch House and Park sont également répertoriés. La maison Ernst Barlach, située dans le parc, est un musée consacré au travail du sculpteur, graveur et écrivain expressionniste Ernst Barlach (1870-1938).