Philosophie environnementale

La philosophie de l’environnement est une branche de la philosophie qui se préoccupe de l’environnement naturel et de la place de l’homme dans celui-ci. Il pose des questions cruciales sur les relations humaines dans l’environnement, telles que “Que voulons-nous dire lorsque nous parlons de la nature?” “Quelle est la valeur de l’environnement naturel, c’est-à-dire un environnement non humain pour nous ou en soi?” “Comment devrions-nous répondre aux défis environnementaux tels que la dégradation de l’environnement, la pollution et le changement climatique?” “Comment pouvons-nous mieux comprendre la relation entre le monde naturel et la technologie et le développement humains?” et “Quelle est notre place dans le monde naturel?” En tant que tel, il se positionne de manière unique en tant que domaine pour relever les défis du 21ème siècle. La philosophie environnementale inclut l’éthique environnementale, l’esthétique environnementale, écoféminisme, herméneutique environnementale et théologie environnementale. Certains des principaux domaines d’intérêt pour les philosophes de l’environnement sont:

Définir l’ environnement et la nature
Comment valoriser l’environnement
statut moral des animaux et des plantes d’
espèces en voie de disparition
environnementalisme et l’ écologie profonde
valeur esthétique de la nature
Valeur Intrinsèque
sauvage
restauration de la nature
Examen des générations futures
Ecophenomenology

Enjeux contemporains
Les questions modernes de la philosophie environnementale incluent, sans toutefois s’y limiter, les préoccupations d’activisme environnemental, les questions soulevées par la science et la technologie, la justice environnementale et les changements climatiques. Celles-ci incluent des problèmes liés à l’épuisement des ressources finies et d’autres effets nocifs et permanents causés par l’environnement par l’homme, ainsi que les problèmes éthiques et pratiques posés par les philosophies et pratiques de conservation de l’environnement, de restauration et de politique en général. Une autre question qui a tranché l’esprit des philosophes de l’environnement modernes est “Les rivières ont-elles des droits?” Dans le même temps, la philosophie environnementale traite de la valeur que l’homme attache à différents types d’expérience environnementale,

Histoire moderne
La philosophie de l’environnement est devenue une branche de la philosophie dans les années 1970. Les premiers philosophes de l’environnement comprennent Richard Routley, Arne Naess et J.Baird Callicott. Le mouvement était une tentative de connexion avec le sentiment d’aliénation de l’humanité vis-à-vis de la nature d’une manière continue au cours de l’histoire. Cela était très étroitement lié au développement simultané de l’écoféminisme, une discipline intersectée. Depuis lors, ses domaines de préoccupation se sont considérablement étendus.

Le domaine se caractérise aujourd’hui par une diversité notable d’approches stylistiques, philosophiques et culturelles des relations environnementales entre l’homme, allant de réflexions personnelles et poétiques sur l’expérience environnementale et des arguments en faveur du panpsychisme aux applications malthusiennes de la théorie des jeux ou à la question de la valorisation économique de l’environnement. services de la nature. Un débat majeur a surgi dans les années 1970 et 1980 sur le point de savoir si la nature avait une valeur intrinsèque indépendante des valeurs humaines ou si elle était simplement instrumentale, avec des approches écocentriques ou écologiques profondes émergeant d’un côté par rapport aux approches anthropocentriques conséquentialistes ou pragmatistes au autre.

Un autre débat qui a surgi à cette époque était le débat sur la question de savoir s’il existe réellement une nature sauvage ou non, ou s’il s’agit simplement d’une construction culturelle ayant des implications colonialistes, comme le suggère William Cronon. Depuis lors, les lectures de l’histoire de l’environnement et de son discours sont devenues plus critiques et plus raffinées. Dans ce débat en cours, une diversité de voix dissidentes issues de différentes cultures du monde ont mis en doute la prédominance des hypothèses occidentales, contribuant ainsi à transformer le champ en un espace de pensée mondial.

Au cours des dernières décennies, l’écologie profonde et les concepts de la nature qui la sous-tendent ont fait l’objet d’un défi majeur, certains affirmant qu’il n’existait pas vraiment de nature telle que la nature se heurte à des constructions contradictoires et même douteuses sur le plan politique d’un idéal idéal. qui ignorent les véritables interactions homme-environnement qui façonnent notre monde et nos vies. Cela a été tour à tour surnommé le tournant postmoderne, constructiviste et, plus récemment, post-naturaliste de la philosophie environnementale. L’esthétique, la conception et la restauration de l’environnement sont devenues des disciplines croisées importantes qui changent constamment les frontières de la pensée environnementale, tout comme la science du changement climatique et de la biodiversité et des questions éthiques, politiques et épistémologiques qu’elles soulèvent. Aujourd’hui,

Mouvement écologique profond
En 1984, George Sessions et Arne Naess ont exposé les principes du nouveau mouvement écologique profond. Ces principes de base sont:

Le bien-être et l’épanouissement de la vie humaine et non humaine ont de la valeur.
La richesse et la diversité des formes de vie contribuent à la réalisation de ces valeurs et sont également des valeurs en elles-mêmes.
Les êtres humains n’ont le droit de réduire cette richesse et cette diversité que pour satisfaire des besoins vitaux.
L’épanouissement de la vie et des cultures humaines est compatible avec une diminution substantielle de la population humaine.
Les interventions humaines actuelles dans le monde non humain sont excessives et la situation s’aggrave rapidement.
Les politiques doivent donc être changées. Ces politiques affectent les structures économiques, technologiques et idéologiques de base. La situation qui en résultera sera profondément différente du présent.
Le changement idéologique consiste principalement à apprécier la qualité de la vie (habiter dans des situations de valeur intrinsèque), plutôt que d’adhérer à un niveau de vie de plus en plus élevé. Il y aura une conscience profonde de la différence entre les grands et les grands.
Ceux qui souscrivent aux points précédents ont l’obligation, directement ou indirectement, d’essayer de mettre en œuvre les changements nécessaires.