Château de Fontainebleau, France

Le château de Fontainebleau ou Château de Fontainebleau, situé à 55 kilomètres au sud-est du centre de Paris, sur la commune de Fontainebleau, est l’un des plus grands châteaux royaux français. Le château médiéval et le palais subséquent ont servi de résidence pour les monarques français de Louis VII à Napoléon III. C’est maintenant un musée national et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Avec plus de 1500 chambres au cœur de 130 hectares de parcs et de jardins, Fontainebleau est le seul château royal et impérial à avoir été habité sans interruption pendant sept siècles.

Capétiens, Valois, Bourbons, Bonaparte et Orléans, tous membres des dynasties dirigeantes françaises, ont vécu à l’intérieur de ces murs. Les rois et les reines, les empereurs et les impératrices se sont tous efforcés d’apporter leurs propres améliorations au château construit autour du donjon d’origine. Le domaine est rapidement devenu un immense palais dans lequel de nombreux événements historiques importants ont été joués.

Une visite à Fontainebleau ouvre une vue inégalée sur l’histoire de la France, l’histoire de l’art et l’architecture.

Grand Apartments:
Galerie de François Ier
La Galerie de François Ier est l’un des premiers et des plus beaux exemples de décoration Renaissance en France. Il a été construit à l’origine en 1528 comme un passage entre les appartements du roi avec la cour ovale et la chapelle du couvent des Trinitaires, mais en 1531 François Ier a fait une partie de ses appartements royaux, et entre 1533 et 1539, il a été décoré par artistes et artisans de l’Italie, sous la direction du peintre Rosso Fiorentino, ou Primatice, dans le nouveau style Renaissance. Les parois inférieures du passage ont été l’œuvre du maître fabricant de meubles italien Francesco da Carpi Scibec; elles sont décorées avec les armoiries deFranceet la salamandre, emblème du roi. Les parois supérieures sont recouvertes par des fresques encadrées de stuc richement sculpté. Les fresques mythologiques utilisées scènes pour illustrer les vertus du roi.

Du côté de la galerie avec des fenêtres, les fresques représentent l’ignorance Chassés; L’unité de l’État; Cliobis et Biton; Danaé; La mort d’Adonis; La perte de la jeunesse perpétuelle; et la bataille des Centaures et les Lapithes.

Du côté de la galerie face aux fenêtres, les fresques représentent: un sacrifice; L’éléphant royal; L’incendie de Catane; La Nymphe de Fontainebleau (peint en 1860-1861 par J. Alaux pour couvrir une première entrée de la galerie); Le Naufrage de l’Ajax, l’éducation d’Achille et la Frustration de Vénus.

Salle de bal
La salle de bal a été commencé comme un passage ouvert, ou d’une loggia, par François Ier Vers 1552 le roi Henri II, il fermé avec de hautes fenêtres et un plafond à caissons ornés, et transformé en une salle pour les fêtes et bals. Le « H », la première du Roi, est important dans le décor, ainsi que les chiffres de croissant de lune, symbole de la maîtresse de Henry Diane de Poitiers.

À l’extrémité ouest est une cheminée monumentale, décorée de statues de bronze à l’origine copiés à partir de statues classiques dans Rome. A l’extrémité est de la pièce est une galerie où les musiciens ont joué pendant des balles. Le décor a été restauré à plusieurs reprises au fil des ans. Le sol, qui reflète la conception du plafond, a été construit par Louis-Philippe dans la première moitié du 19ème siècle.

Les fresques sur les murs et les piliers commençaient peints en 1552 par Nicolo dell’Abate, après des dessins de Primatice. Du côté jardin de la salle de bal, le représentent: la récolte; Vulcain forge des armes pour l’amour à la demande de Vénus; Phaeton priant le soleil de le laisser conduire son char; et Jupiter et Mercure à la maison de Philémon et Baucis.

Chapelles Saint-Saturnin
Derrière la salle de bal, il y a la chapelle Saint-Saturnin. La chapelle basse a été construit au 12ème siècle, mais a été détruit et complètement reconstruit sous François I. Les fenêtres faites à Sèvres ont été installés au cours de la période de Louis-Philippe et ont été conçus par sa fille Marie, artiste elle-même. La chapelle supérieure était la chapelle royale décorée par Philibert de l’Orme. Le plafond, fait dans le même style que la salle de bal, se termine par un dôme.

Salle des Gardes
Une chambre pour les gardiens était toujours situé à côté des demeures royales. La Salle des Gardes a été construit sous le règne de Charles IX. Quelques traces du décor original restent des années 1570, y compris le plafond voûté et une frise de trophées militaires attribués à Ruggiero d’Ruggieri. Au 19ème siècle Louis Philippe a tourné la salle dans un salon et redécoré avec un nouveau parquet de bois exotiques faisant écho à la conception du plafond et une cheminée monumentale (1836), qui comprend des pièces d’ornement de pièces démolies à partir du 15 et au début 16e siècle. Le buste d’Henri IV, attribué à Mathieu Jacquet, est de cette époque, tout comme les deux figures de chaque côté de la cheminée. Le cadre sculpté autour du buste, par Pierre Bontemps, était à l’origine dans atour de Henri II.

Stairway du Roi
L’escalier du roi a été installé en 1748 et 1749, dans l’espace occupé pendant le règne de François Ier par la chambre d’Anne de Pisseleu, la duchesse d’Etampes, un favori du roi. Il a été conçu par l’architecte Ange-Jacques Gabriel, qui a utilisé de nombreux éléments décoratifs de la chambre plus tôt, qui avait été initialement décorée par Primatice. La partie supérieure des murs est divisée en panneaux, ovales et rectangulaires, avec des scènes représentant la vie amoureuse d’Alexandre le Grand. Les peintures sont encadrées par de grandes statues de femmes par Primatice. Le mur est de la salle a été détruite au cours de la reconstruction, et a été remplacé sous le règne de Louis-Philippe au 19ème siècle avec des peintures d’Abel de Pujol.

La chambre de la Reine
Toutes les reines et impératrices de Francede Marie de Médicis à l’impératrice Eugènie, dormi dans la chambre de la reine. Le plafond orné sur le lit a été fait en 1644 par le fabricant de meubles Guillaume pour la douairière Noyers Reine Anne deL’Autriche, La mère de Louis XIV, et porte ses initiales. La chambre a été redécoré par Marie Leszczynska, la reine de Louis XV en 1746-1747. Le plafond de l’alcôve, la décoration autour des fenêtres et les boiseries ont été faites par Jacques Vererckt et Antoine Magnonais dans le style Rocaille de la journée. La décoration de la cheminée date de la même période.

Boudoir de Marie-Antoinette
Boudoir à côté de la chambre de la Reine a été créée pour la reine Marie-Antoinette en 1786, et a permis la reine d’avoir une mesure de la vie privée. La chambre est le meilleur exemple survivant du style décoratif juste avant la Révolution française, inspirée par les anciens modèles romains, avec des arabesques délicatement peintes, camées, vases, figures antiques et des guirlandes de fleurs sur un fond blanc, encadrées par des boiseries dorées et sculptées.

La chambre était faite pour la reine par la même équipe d’artistes et d’artisans qui a également fait la salle de jeux; la conception était par l’architecte Pierre Rousseau (1751-1829) (fr); les lambris de bois a été sculpté parLaplace, Et peint par Michel-Hubert Bourgeois et Louis-François Touzé. Huit figures des Muses ont été faites dans le plâtre par Roland; le manteau orné de la cheminée a été faite par Jacques-François Dropsy, et décoré avec des œuvres de bronze glissaient par Claude-Jean Pitoin. Le parquet en acajou, décoré avec les emblèmes de la reine, a été faite par Bernard Molitor, et terminé en 1787. Le plafond peint par Jean-Simon Berthélemy, spectaclesAurore avec un groupe d’anges.

Salle du Trône de Napoléon (ancienne chambre du roi)
En 1808, Napoléon a décidé d’installer son trône dans l’ancienne chambre des rois de France de Henri IV à Louis XVI, à l’endroit exact où le lit royal avait été. Sous l’Ancien Régime, le lit du roi était un symbole de l’autorité royale enFranceet a été salué par les courtisans qui passaient par lui. Napoléon a voulu montrer la continuité de son empire avec les monarchies passées deFrance. La majorité du plafond en bois sculpté, la partie inférieure du lambris de bois, et les portes datent du règne de Louis XIII. Le plafond directement sur le trône a été faite à la fin du règne de Louis XIV. Louis XV a créé la partie du plafond directement sur le trône, un nouveau médaillons en bois cheminée, près de la cheminée sculptée, les dessins sur les portes, et la belle boiseries sculptées face au trône (1752-1754). Il avait aussi le plafond peint en blanc et doré et décoré de mosaïques, pour correspondre au plafond de la chambre de la Reine.

Napoléon a ajouté les normes avec son initiale et l’aigle impérial. La décoration autour du trône a été conçu à l’origine en 1804 par Jacob-Desmalter pour le Palais de Saint-Cloud, et le trône lui-même venait de laTuileries Palais.

La cheminée a été décoré avec un portrait de Louis XIII peint par Philippe de Champaigne, qui a été brûlé en 1793 pendant la Révolution française. Napoléon l’a remplacé par un portrait de lui-même, par Robert Lefèvre. En 1834, le roi Louis-Philippe décrocha l’image de Napoléon et remplacé par un autre de Louis XIII, d’un peintre de laécole de Champaigne,

Chambre du Conseil
La Chambre du Conseil, où les rois et les empereurs ont rencontré leurs conseillers les plus proches, était proche de la salle du trône. Il était à l’origine le bureau de François Ier, et a été décoré avec des panneaux en bois peints montrant la suite des dessins de Primatice, les vertus et les héros de l’antiquité. La salle a été agrandie sous Louis XIV, et le décorateur, Claude Audran, a suivi le même thème. La chambre a été entièrement redécoré entre 1751 et 1754 par l’architecte Ange-Jacques Gabriel, avec des arcades et des panneaux boisés montrant les vertus, et allégories des saisons et des éléments peints par Jean-Baptiste Marie Pierre et Carle van Loo. Le peintre Alexis Peyrotte a ajouté une autre série de médaillons sur les murs supérieurs représentant des thèmes floraux, les sciences et les arts. Les cinq tableaux au plafond voûté étaient l’œuvre de François Boucher, et montrer les saisons et le soleil commencer son voyage et chasser la nuit. Une demi-Rotonda sur le côté jardin de la salle a été ajouté par Louis XV en 1773, avec un plafond peint par Lagrenée représentant la gloire entouré de ses enfants.

Appartement du Pape et de la reine-mères
L’appartement du pape, situé au premier étage de l’aile des Reines Mères et du Gros Pavillon, tire son nom de la visite 1804 du pape Pie VII, qui y est resté sur le chemin de Parispour couronner Napoléon Ier l’empereur de France. Il est resté là encore, involontairement, sous la surveillance étroite de Napoléon de 1812 à 1814. Avant cela, à partir du 17ème siècle, fut la résidence des mères reine Marie de Médicis et Anne d’Autriche. Il était aussi la maison du Grand Dauphin, fils aîné de Louis XIV. Au 18ème siècle, il a été utilisé par les filles de Louis XV, puis par le comte de Provence, frère de Louis XVI. Au cours du premier Empire, il a été utilisé par Louis, le frère de Napoléon, et son épouse la reine Hortense, la fille de l’impératrice Joséphine. Sous le règne de Louis-Philippe, il a été utilisé par son fils aîné, le duc d’Orléans. Pendant lesecond Empire, Elle fut occupée par Stéphanie de Bade, la nièce adoptive de Napoléon I. Il a été restauré en 1859-1861, et utilisé par la suite pour les invités de haut rang. Il était à l’origine de deux appartements, qui ont été divisés en deux ou se sont joints au fil des ans en fonction de ses occupants.

Galerie de Diana
La Galerie de Diane, un long couloir de quatre-vingts mètres (242,4 pieds) maintenant bordée de bibliothèques, a été créé par Henri IV au début du 17ème siècle comme un lieu pour la reine de la promenade. Les peintures au plafond voûté, en commençant peint en 1605 par Ambroise Dubois et son atelier, ont représenté des scènes du mythe de Diane, déesse de la chasse. Au début du 19ème siècle, la galerie était en ruines. En 1810, Napoléon décide de la transformer en une galerie consacrée aux réalisations de son Empire. Quelques-unes des peintures encore en bon état ont été enlevés et mis dans la galerie des plaques. L’architecte Hurtault a conçu un nouveau plan pour la galerie, inspiré par la Grande Galerie du Louvre, avec des peintures au plafond illustrant les grands événements du règne de Napoléon.

Une fois la monarchie fut restaurée, le roi Louis XVIII avait la galerie achevée dans un style néo-classique. Une nouvelle série de la déesse Diana a été faite par Merry-Joseph Blondel et Abel de Pujol, en utilisant les cadres peints préparés pour le cycle de Napoléon. Peintures ont également été ajoutés dans le couloir, ce qui illustre l’histoire de la monarchie française, peinte dans le style Troubadour des années 1820 et années 1830, peint par une équipe des plus grands peintres académiques. À partir de 1853, sous Napoléon III, le couloir a été transformé en une bibliothèque et la plupart des peintures ont été retirées, à l’exception d’un grand portrait de Henri IV à cheval par Jean-Baptiste Mauzaisse. Le grand globe près de l’entrée de la galerie, placé là en 1861, est venu du bureau de Napoléon dans laTuileries Palais.

Appartements de Napoléon:
En 1804, Napoléon a décidé qu’il voulait sa propre suite privée d’appartements dans le palais, séparé des appartements anciens de l’État. Il a pris une suite de six chambres qui avaient été créées en 1786 pour Louis XVI, à côté de la galerie de François Ier, et les avait redécoré dans le style Empire.

L’ancien appartement comprend une chambre dressing (cabinet de toilette), bureau, bibliothèque et salle de bain.

La chambre de l’Empereur
À partir de 1808, Napoléon avait sa chambre dans l’ancienne salle de toilette du roi. De cette pièce, en utilisant une porte cachée derrière la draperie à droite du lit, Napoléon pouvait aller directement à sa bibliothèque privée ou aux bureaux au rez-de-chaussée.

Une grande partie du décor d’origine était inchangé par rapport à l’époque de Louis XVI; les cheminées, les panneaux en bois sculpté sculpté par Pierre-Joseph LaPlace et la sculpture sur la porte par Sauvage sont restés comme ils étaient. Les murs ont été peints avec les emblèmes impériaux en or sur blanc par Frédéric-Simon Moench. Le lit, en particulier pour l’empereur, était le sommet du style Empire; il a été couronné d’un aigle impérial et orné de sculptures allégoriques représentant la gloire, la justice et l’abondance. L’empereur avait un tapis spécial faite par Sallandrouze sous la forme de la croix de la Légion d’honneur; les branches de la croix alternent avec des symboles d’attributs militaires et civils. Les chaises près de la cheminée ont été spécialement conçus, avec un côté plus que l’autre, pour contenir la chaleur du feu tout en permettant aux occupants de voir les décorations de la cheminée. La peinture sur le plafond de la salle a été ajouté plus tard, après la chute de Napoléon, de Louis XVII. Peinte par Jean-Baptiste Regnault, est une allégorie représentant la clémence du roi de la justice dans son arrêt cours.

L’étude était une petite pièce désignée comme la salle de travail de Napoléon. En 1811, il a ajouté le lit de camp, semblable au lit qu’il a utilisé sur ses campagnes militaires, afin qu’il puisse se reposer brièvement pendant une longue nuit de travail.

Le salon de l’empereur était simplement meublée et décorée. Il était dans cette salle, sur la petite table sur l’écran, que l’Empereur a signé son abdication en 1814.

Théâtre:
Concerts, pièces de théâtre et autres productions théâtrales ont été une partie de la vie de cour à Fontainebleau. Avant le règne de Louis XV ceux-ci ont eu lieu dans différentes salles du palais, mais pendant son règne un théâtre a été construit dans l’aile Belle-Cheminée. Il a été reconstruit par l’architecte Gabriel, mais il a été détruit par un incendie en 1856. Il avait déjà été jugé trop petit pour la cour de Napoléon III, et un nouveau théâtre a été commencé en 1854 à l’extrémité est de l’aile de Louis XIV. Il a été conçu par l’architecte Hector Lefuel dans le style de Louis XVI, et a été inspiré par le théâtre d’opéra à lapalais de Versailles et celle de Marie-Antoinette au Trianon Palais. Le nouveau théâtre, avec quatre cents sièges disposés dans un parterre, deux balcons et des boîtes en forme de fer à cheval, a été terminé en 1856. Il a la machinerie de scène d’origine, et la plupart des ensembles originaux, y compris de nombreux transférés de l’ancien théâtre avant la feu de 1856.

Le théâtre a été fermé après la fin de la second Empireet a été rarement utilisé. Une restauration a commencé en 2007, financé avec dix millions d’euros par le gouvernement d’Abu-Dhabi. En échange, le théâtre a été rebaptisé pour Cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan. Il a été inauguré le 30 Avril 2014. Le théâtre peut être visité, mais il ne peut plus être utilisé pour des pièces parce que certaines parties de travail du théâtre, y compris la scène, ne sont pas inclus dans la restauration.

chinois Musée:
le chinois Musée, Au rez-de-chaussée du Gros Pavillon près de l’étang, a été parmi les dernières chambres décorées dans le château alors qu’il était encore une résidence impériale. En 1867, l’impératrice Eugénie avait les chambres refaits pour afficher sa collection personnelle d’art asiatique, qui comprenait des cadeaux donnés à l’empereur par une délégation envoyée par le roi de Siam en 1861, et d’autres objets pris lors de la destruction et le pillage de l’Ancien Palais d’été près de Pékin par une expédition militaire anglo-française commune en Chine en 1860.

Les objets affichés dans l’antichambre comprennent deux palanquins royaux donnés par le roi de Siam, conçu pour un roi et l’autre (avec des rideaux) pour une reine. A l’intérieur des deux salons du musée, quelques-uns des murs sont recouverts de panneaux en bois laqué en noir et or, provenant de paravents chinois du 17ème siècle, ainsi que des cas spécialement conçus pour afficher des vases en porcelaine antiques. D’autres objets exposés comprennent un stupa tibétain contenant un Bouddha tiré de laÉté Palais dans Chine; et une couronne siamoise royale donnée à Napoléon III. Les salons sont richement décorées avec des meubles asiatiques et les européens et les objets d’art, y compris des meubles recouverts de soie etsecond Empiresculptures de Charles Cordier et Pierre-Alexandre. Stonework La chambre a également comme un lieu de jeux et de divertissement; un vieux jeu de Bagatelle et un piano mécanique de cette période sont exposées.

Chapelle de la Trinité:
La chapelle de la Trinité a été construite à la fin du règne de François Ier pour remplacer l’ancienne chapelle du couvent des Trinitaires. Il a été terminé sous Henri II, mais était sans décoration jusqu’à 1608, lorsque le peintre Martin Freminet a été chargé de concevoir des fresques pour le plafond et les murs. Le sculpteur Barthèlemy Tremblay a créé les voûtes du plafond de stuc et de la sculpture. Les peintures de Freminet dans les voûtes centrales représentent la rédemption de l’homme, de l’apparition de Dieu à Noé au lancement duArche (Au cours de la tribune) à l’Annonciation. Ils ont entouré ces derniers avec petits tableaux représentant les ancêtres de la Vierge Marie, les rois de Juda, les Patriarches annonçant la venue du Christ, et les vertus. Entre 1613 et 1619 Freminet et Tremblay a ajouté des peintures dans des cadres en stuc entre les fenêtres sur les côtés de la chapelle, représentant la vie du Christ. Freminet est mort en 1619 et le travail n’a pas repris jusqu’à 1628.

La chapelle de la Trinité, comme Sainte-Chapelle Parisd’autres chapelles royales, avait une section supérieure ou tribune, où le roi et sa famille étaient assis, avec une entrée séparée; et une partie inférieure, où a été placé le reste de la Cour. À partir de 1628, les chapelles latérales ont été décorées avec des portes de fer et de boiseries sculptées, et le sculpteur florentin Francesco Bordoni ont commencé à travailler sur l’autel de marbre. La figure à gauche représente Charlemagne, avec les caractéristiques de Henri II, tandis que la figure à droite représente Louis IX, ouSaint Louis, Avec les traits de Louis XIII, son patron. Bordoni a également conçu le pavé de marbre multicolore devant l’autel et sur les murs de la nef. La peinture de la Sainte Trinité sur l’autel, par Jean Dubois l’Ancien, a été ajouté en 1642. Au milieu du 17ème siècle l’artisan Antoine Girault a fait les portes en bois sculpté de la nef. tandis que Jean Gobert a fait les portes de la tribune où la famille royale vénérée.

En 1741, la tribune royale fut agrandi, tandis que des balcons ornés de fer forgé ont été ajoutés entre la tribune royale et les balcons plus simples utilisés par les musiciens et ceux qui ont scandé la masse. En 1779, sous Louis XVI, les fresques de Freminet illustrant la vie du Christ, qui se sont détériorées avec le temps, ont été remplacées par de nouvelles peintures sur le même thème. Les peintures ont été réalisées dans le même style par une douzaine de peintres de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

Jardins et le parc:
Depuis l’époque de François Ier, le palais était entouré de jardins, ce qui représente les principaux styles d’aménagement paysager de leurs périodes; le jardin de la Renaissance française, inspiré des jardins de la Renaissance italienne; le jardin à la française, le style préféré de Louis XIV; et, au 18ème et 19ème siècle, le jardin paysager français, inspiré par le jardin paysager anglais.

Jardin de Diane
le Jardin de Diane a été créé sous le règne de Henri IV; il était le jardin privé du roi et de la reine, et était visible depuis les fenêtres de leurs chambres. La fontaine de Diana était à l’origine dans le centre de jardin, qui à cette époque était entourée d’une autre aile, contenant des bureaux et plus tard, sous Louis XIV, une orangerie. Ce bâtiment, et un autre, l’ancien chancellery, ont été démolis au 19ème siècle, doublant la taille du jardin. Du 17 jusqu’à la fin du 18ème siècle, le jardin était à l’italienne et le style à la française, divisée par des voies droites dans les parterres de fleurs rectangulaires, parterres de fleurs, centrées sur les fontaines, et décorée de statues, des plantes ornementales et d’agrumes arbres en pots. Il a été transformé sous le règne de Napoléon Ier dans un jardin paysager dans le style anglais, avec des chemins et des arbres sinueux regroupés dans des paysages pittoresques, et il a été agrandi sous le règne de Louis-Philippe. il a été ouvert au public après la chute de Napoléon III.

La fontaine au centre a été faite par Tommaso Francini, le maître fontainier italien, dont le travail comprenait la Fontaine Médicis dans le Jardin du Luxembourg Paris. La statue en bronze de Diane, la déesse de la chasse, avec un jeune cerf, a été faite par les frères Keller en 1684 pour une autre résidence royale, à Marly. Il est une copie d’une statue romaine antique, Diana de Versailles, qui a été donnée par le pape au roi Henri IV, et qui est aujourd’hui au Louvre. La statue originale de la fontaine, faite par Barthélemy Prieur en 1602, peut être vu dans la galerie des Cerfs à l’intérieur du palais. Les sculptures de chiens de chasse et des cerfs autour de la fontaine ont été faites par Pierre Biard.

étang de la carpe, jardin anglais, grotte et au printemps
Le grand étang à côté du palais, avec une surface de quatre hectares, a été faite sous le règne de Henri IV, et a été utilisé pour la navigation de plaisance partis par les membres de la Cour, et comme source de poisson pour la table et pour l’amusement. Descriptions du palais au 17ème siècle racontent des invités nourrir la carpe, dont certaines ont atteint une taille énorme, et on a dit être âgé de cent ans. La petite maison octogonale sur une île au centre du lac, Pavillon de l’etang, a été ajouté sous le règne de Louis XIV, puis reconstruit sous Napoléon Ier, et est décorée avec son initiale.

Le jardin anglais remonte également au règne de Henri IV. Dans une partie du jardin, connu sous le jardin des pins, contre l’aile de Louis XV, est une ancienne structure datant de François Ier; la première grotte de style Renaissance à construire dans un jardin à la française, une structure en pierre rustique décorée de quatre statues de l’Atlas. Sous Napoléon, son architecte, Joseph-Maximilien Hurtault, a fait de cette partie du jardin dans un parc à l’anglaise, avec des sentiers sinueux et des arbres exotiques, y compris le catalpa, tulipiers, le sophora, et de cyprès deLouisianeEt avec un ruisseau pittoresque et rochers antiques. Le jardin dispose de deux exemplaires en bronze du 17ème siècle d’anciens originaux romains, le Gladiateur Borghèse et le Gladiateur mourant. Un chemin mène du jardin à travers un rideau d’arbres au printemps qui a donné son nom au palais, à côté d’une statue d’Apollon.

Parterre et canal
De l’autre côté du château, un site du jardin de François Ier, Henri IV a créé un grand jardin formel ou Parterre Le long de l’axe du Parterre, il a construit aussi un grand canal de 1200 mètres de long, semblable à celui au château à proximité de Fleury-en-Biere. Entre 1660 et 1664 le chef jardinier de Louis XIV, André Le Nôtre et Louis Le Vau reconstruit le Parterre sur une plus grande échelle, de le remplir avec des motifs géométriques et chemin bordé de haies de buis et rempli de plates-bandes colorées. Ils ont également ajouté un bassin, appelé Les Cascades, ornée de fontaines, à la tête du canal. des arbres d’ombrage plantés LeNotre le long de la longueur du canal, et également aménagé un chemin large, bordée de l’orme, parallèle au canal.

Les fontaines de Louis XIV ont été enlevés après son règne. Plus récemment, les Cascades ont été décorées avec des œuvres de la sculpture du 19ème siècle. Une grande fontaine ornementale a été installée dans le bassin central en 1817. Une réplique en bronze d’une statue antique romaine, « Le Tibre », a été placé dans le bassin rond en 1988. Il a remplacé une statue plus tôt du 16ème siècle qui, auparavant, avait décoré la bassin. Deux statues de sphinx par Mathieu Lespagnandel, de 1664, sont placés près de la balustrade du grand canal.

Musée de Napoléon je
le Musée de Napoléon J’ai été créé en 1986 dans l’aile sur le côté droit de la Cour d’honneur, où l’on avait localisé les appartements des princes du Premier Empire. Elle comprend une galerie de portraits de membres de la famille de Napoléon, des médailles et des décorations, plusieurs costumes portés lors du couronnement de Napoléon comme empereur, et une feuille d’or de la couronne qu’il portait lors du couronnement; une grande collection de porcelaine et des objectifs de décoration de la table à manger impériale, et un berceau, jouets et autres souvenirs du fils de l’empereur, le roi de Rome. Il dispose également d’une collection de souvenirs de ses campagnes militaires, y compris une recréation de sa tente et son mobilier et des articles pratiques dont il a pris avec lui sur ses campagnes.

Tags: