Échange de droits d’émission de carbone

L’échange de droits d’émission de carbone est une forme d’échange d’émissions qui cible spécifiquement le dioxyde de carbone (calculé en tonnes d’équivalent de dioxyde de carbone ou tCO2e) et constitue actuellement le gros de l’échange d’émissions.

Cette forme d’échange de permis est une méthode commune utilisée par les pays pour s’acquitter des obligations qui leur incombent en vertu du Protocole de Kyoto. à savoir la réduction des émissions de carbone dans le but de réduire (atténuer) les futurs changements climatiques.

Dans le cadre de l’échange de droits d’émission de carbone, un pays émettant plus de carbone peut acheter le droit d’émettre plus et le pays émetteur moins vend le droit d’émettre du carbone à d’autres pays. Les pays émettant plus de carbone satisfont ainsi à leurs exigences en matière d’émissions de carbone, et le marché des échanges se traduit par l’exploitation des méthodes de réduction du carbone les plus rentables. Pour toute dépense de réduction de carbone donnée, le mécanisme du marché entraînera la réduction la plus importante.

Objectifs
Un marché du carbone (ou système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre) est un outil de politique publique visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (principalement le dioxyde de carbone) dans l’environnement. atmosphère responsable du réchauffement climatique. Cette politique consiste à facturer aux émetteurs le coût des nuisances au climat de leurs émissions, selon le principe du pollueur-payeur. Ce coût supplémentaire pour les émetteurs devrait les inciter à réduire leurs émissions, par exemple en réduisant leur consommation d’énergie ou en utilisant des énergies renouvelables plutôt que des combustibles fossiles.

Le marché du carbone et la taxe sur le carbone poursuivent le même objectif: réduire les émissions. La différence: en créant une taxe, les autorités fixent un prix pour le carbone; en établissant un marché, les autorités ont plafonné les émissions de carbone. Un marché du carbone, un outil public qui limite les émissions des installations couvertes par le marché, ne peut être assimilé à un marché financier ou à un marché conventionnel.

Principes et fonctionnement
Sur un marché du carbone, une entité publique (par exemple, les Nations Unies, l’Union européenne ou les États, etc.) fixe des plafonds d’émission pour les émetteurs de gaz à effet de serre inférieurs à leur niveau d’émission actuel et répartit les quotas d’émission correspondant à ce plafond.

Au terme d’une certaine période, les émetteurs doivent prouver qu’ils ont rempli leurs obligations en remettant à cette autorité publique un volume de quotas équivalent à leur volume d’émissions sur la période. Ceux qui ont émis plus de gaz à effet de serre que le niveau autorisé doivent acheter les quotas qui leur manquent, sauf à se voir infliger une lourde amende généralement non-libératoire. Inversement, ceux qui ont émis moins que le montant alloué de leurs quotas peuvent vendre les quotas dont ils n’ont pas besoin sur le marché ou, lorsque le marché leur permet de les conserver pour une utilisation ultérieure.

L’unité de compte et d’échange, le quota, représente 1 tonne de carbone (ou équivalent de gaz à effet de serre), qui peuvent être négociés sur un marché organisé (bourse du carbone) ou de gré à gré (de gré à gré). The Counter), directement entre un acheteur et un vendeur.

Le prix du quota dépend principalement de la quantité de quotas délivrés par l’entité publique, c’est-à-dire du niveau du plafond fixé: moins elle distribue de quotas d’émissions, plus les émetteurs de carbone doivent réduire leurs émissions. ou acheter des quotas. Le prix reflète donc le degré d’ambition de la politique climatique. Dans ce contexte, le prix est établi par des échanges entre les acteurs du marché au niveau d’équilibre entre l’offre et la demande de quotas. D’autres facteurs influencent le prix des quotas:

croissance: avec un mode de production constant (capital, travail, matières premières), la hausse de la production augmente les émissions de carbone et donc la demande de quotas,
le temps: les périodes de froid augmentent la consommation d’énergie fossile et donc la demande de quotas,
innovations technologiques: elles permettent de modifier les facteurs de production et, éventuellement, de produire les mêmes biens en émettant moins de carbone (diminution de l’intensité en carbone de la production),
le prix relatif des énergies qui influencent à court terme les arbitrages entre les modes de production d’électricité

Économie
L’échange de droits d’émission fonctionne en fixant une limite quantitative aux émissions produites par les émetteurs. La base économique de l’échange de droits d’émission est liée au concept de droit de propriété (Goldemberg et al., 1996, p. 29).

Coûts et valorisation
Le problème économique du changement climatique réside dans le fait que les émetteurs de gaz à effet de serre (GES) ne doivent pas assumer pleinement les conséquences financières de leurs actions (FMI, 2008, p. 6). Les émetteurs sont confrontés à des coûts, par exemple les coûts du carburant utilisé, mais d’autres coûts ne sont pas nécessairement inclus dans le prix d’un bien ou d’un service. Ces autres coûts sont appelés coûts externes (Halsnæs et al .. 2007). Ils sont “externes” car ce sont des coûts que l’émetteur ne supporte pas. Les coûts externes peuvent affecter le bien-être des autres. Dans le cas du changement climatique, les émissions de GES ont une incidence sur le bien-être actuel et futur des populations, ainsi que sur l’environnement naturel (Toth et al., 2001). Ces coûts externes peuvent être estimés et convertis en une unité (monétaire) commune. L’argument en faveur de cela est que ces coûts externes peuvent ensuite être ajoutés aux coûts privés auxquels l’émetteur est confronté. Ce faisant, l’émetteur supporte l’intégralité des coûts (sociaux) de ses actions (FMI, 2008, p. 9) et tient donc compte de ces coûts dans ses décisions et ses actions.

Ethique et équité
La manière dont le changement climatique est traité implique des problèmes éthiques et autres liés à l’équité. Calculer réellement le coût social nécessite des jugements de valeur sur la valeur des impacts climatiques futurs (Smith et al .. 2001). Les économistes ne sont pas parvenus à un consensus sur la manière d’évaluer l’équité d’une politique climatique donnée (par exemple, comment partager le fardeau des coûts pour atténuer les futurs changements climatiques (Toth et al., 2001) . Les économistes ne possèdent pas non plus d’expertise professionnelle pour prendre des décisions éthiques, par exemple en ce qui concerne la valeur attribuée au bien-être des générations futures (Arrow et al., 1996, p. 130). En règle générale, tous les impacts de la politique, les coûts et les avantages, sont additionnés (agrégation), avec des impacts différents sur les différentes personnes auxquelles sont attribuées des “pondérations”, à savoir des niveaux d’importance relative. Ces évaluations sont choisies par l’économiste chargé de l’étude. Les évaluations peuvent être difficiles, car tous les biens n’ont pas de prix du marché.

Il existe des méthodes pour déduire les prix des biens et services “non marchands”. Cependant, ces évaluations peuvent être controversées, par exemple, les évaluations des impacts sur la santé humaine ou sur les écosystèmes (Smith et al., 2001). Il existe également une controverse sur la manière dont les avantages potentiels du changement climatique dans certaines régions, par exemple le tourisme, compensent les impacts négatifs dans d’autres régions, par exemple la réduction de la production alimentaire (Smith et al., 2001). L’analyse économique dans ce domaine a pour principal avantage de permettre un traitement complet et cohérent des impacts du changement climatique. Cela permet également de comparer les avantages des décisions politiques en matière de changement climatique avec d’autres politiques environnementales possibles.

Modèle Coase
Coase (1960) (cité par Toth et al., 2001; et Helm, 2005, p. 4) a fait valoir que les coûts sociaux pourraient être pris en compte en négociant les droits de propriété en fonction d’un objectif particulier. Le modèle de Coase suppose des marchés parfaitement opérationnels et un pouvoir de négociation égal entre ceux qui défendent les droits de propriété. Pour le changement climatique, les droits de propriété concernent les émissions (permis ou quotas). Cependant, il convient de noter que d’autres facteurs, tels que l’océan, les forêts, etc., affectent le climat, autres que les émissions, affectent le climat. (Goldemberg et al., 1996, p. 28-29). Dans le modèle de Coase, le système de marché encourage l’efficacité, c’est-à-dire l’obtention d’une réduction donnée des émissions au moindre coût. Cela peut également être envisagé du point de vue de la plus grande flexibilité pour réduire les émissions. La flexibilité est souhaitable car les coûts marginaux, c’est-à-dire les coûts différentiels de la réduction des émissions, varient d’un pays à l’autre. L’échange de droits d’émission permet d’abord de réduire les émissions dans les endroits où les coûts marginaux de la réduction sont les plus bas (Bashmakov et al .., 2001). Avec le temps, l’efficacité peut également être favorisée en autorisant la “mise en banque” des permis (Goldemberg et al., 1996, p. 30). Cela permet aux pollueurs de réduire les émissions au moment où il est le plus efficace de le faire.

Équité
L’un des avantages du modèle de Coase est qu’il suggère que l’équité (equity) peut être prise en compte dans la répartition des droits de propriété et que, quelle que soit la manière dont ces droits de propriété sont attribués, le marché produira les résultats les plus efficaces (Goldemberg et al. ., 1996, page 29). En réalité, selon l’opinion actuelle, les marchés ne sont pas parfaits et il est donc possible qu’un compromis se produise entre équité et efficacité (Halsnæs et al., 2007).

Taxes versus plafonds
Un grand nombre d’articles dans la littérature économique suggèrent que les taxes sur le carbone devraient être préférées au commerce du carbone (Carbon Trust, 2009). Les contre-arguments à cela sont généralement basés sur la préférence possible que les politiciens pourraient avoir pour l’échange de droits d’émission par rapport aux taxes (Bashmakov et al .., 2001). L’une d’elles est que les permis d’émission peuvent être distribués librement aux industries polluantes, plutôt que les revenus vont au gouvernement. En comparaison, les industries peuvent faire pression avec succès pour s’exempter d’une taxe sur le carbone. Il est donc avancé qu’avec l’échange de droits d’émission, les pollueurs sont incités à réduire leurs émissions mais que s’ils sont exemptés d’une taxe sur le carbone, ils ne le sont pas davantage (Smith, 2008, p. 56-57). D’autre part, la distribution libre de permis d’émission pourrait potentiellement conduire à un comportement corrompu (Banque mondiale, 2010, p. 268).

Une taxe sur le carbone pur fixe le prix du carbone, mais permet de faire varier la quantité d’émissions de carbone; et un plafond de carbone pur limite les émissions de carbone, ce qui laisse varier le prix du marché des quotas de carbone négociables. Les partisans soutiennent qu’une taxe sur le carbone est plus facile et plus facile à appliquer à grande échelle que les programmes de plafonnement et d’échange. La simplicité et l’immédiateté d’une taxe sur le carbone ont fait leurs preuves en Colombie britannique, au Canada – promulguées et mises en œuvre en cinq mois. La taxation peut inciter les pollueurs, les inventeurs et les ingénieurs à développer des technologies plus propres, en plus de générer des revenus pour le gouvernement.

Les partisans des systèmes de plafonnement et d’échange de droits d’émission de carbone estiment qu’ils fixent des limites légales aux réductions d’émissions, contrairement aux taxes sur le carbone. Avec une taxe, il peut y avoir des estimations de réduction des émissions de carbone, ce qui peut ne pas être suffisant pour changer le cours du changement climatique. Un plafond dégressif permet de prendre en compte des objectifs de réduction fermes et un système permettant de déterminer quand les objectifs sont atteints. Cela permet également la flexibilité, contrairement aux taxes rigides. La délivrance de permis d’émission dans le cadre d’un échange de droits d’émission est préférable dans les situations où un niveau cible plus précis de certitude des émissions est nécessaire.

Commerce
Dans un système d’échange de droits d’émission, les permis peuvent être échangés par des émetteurs susceptibles de détenir un nombre suffisant de permis dans le système. Certains analystes soutiennent que le fait d’autoriser d’autres personnes à participer à des opérations, telles que des sociétés de courtage privées, peut permettre une meilleure gestion des risques dans le système, par exemple en cas de variation des prix des permis (Bashmakov et al., 2001). Cela peut également améliorer l’efficacité du système. Selon Bashmakov et al. (2001), la réglementation de ces autres entités peut être nécessaire, comme c’est le cas sur d’autres marchés financiers, par exemple pour prévenir les abus du système, tels que les délits d’initiés.

Incentives et allocation
L’échange de droits d’émission incite les pollueurs à réduire leurs émissions. Cependant, il existe des incitations pervers pouvant exister dans les échanges de droits d’émission. L’attribution de permis sur la base des émissions passées (“droits acquis”) peut inciter les entreprises à maintenir leurs émissions. Par exemple, une entreprise qui réduit ses émissions recevra moins de permis à l’avenir (FMI, 2008, p. 25-26). Ce problème peut également être critiqué pour des raisons éthiques, puisque le pollueur est payé pour réduire les émissions (Goldemberg et al., 1996, p. 38). D’autre part, un système de permis où les permis sont vendus aux enchères plutôt que donnés, fournit des revenus au gouvernement. Ces revenus pourraient être utilisés pour améliorer l’efficacité de la politique climatique globale, par exemple en finançant des réductions d’impôts faussant les distorsions (Fisher et al .. 1996, p. 417).

Dans le modèle des coûts sociaux de Coase, le choix (droits acquis ou vente aux enchères) conduit à l’efficacité. En réalité, les droits acquis subventionnent les pollueurs, ce qui signifie que les industries polluantes peuvent rester en activité plus longtemps que ce ne serait le cas autrement. Les droits acquis peuvent également réduire le taux d’amélioration technologique en faveur de technologies moins polluantes (Fisher et al., 1996, p. 417).

L’économiste William Nordhaus affirme que les attributions coûtent cher à l’économie car elles entraînent une sous-utilisation efficace de la fiscalité. Nordhaus souligne que les taxes normales sur le revenu, les biens ou les services faussent l’efficacité de l’investissement et de la consommation. Ainsi, en utilisant les taxes sur la pollution pour générer des revenus, un système de contrôle des émissions peut accroître l’efficacité de l’économie.

Forme d’allocation

L’économiste Ross Garnaut déclare que les autorisations attribuées aux «émetteurs existants» par «droits acquis» ne sont pas «gratuites». Comme les permis sont rares, ils ont une valeur et le bénéfice de cette valeur est acquis intégralement par l’émetteur. Le coût est imposé ailleurs dans l’économie, généralement aux consommateurs qui ne peuvent pas en répercuter les coûts.

«Il est important que nous arrêtions de penser en termes de paiements aux entreprises australiennes afin de les compenser pour les effets du système national d’échange de droits d’émission. Il n’existe aucune base d’indemnisation pour la perte de bénéfices ou la valeur des actifs résultant de cette nouvelle politique. La justification des paiements versés aux industries à forte intensité d’émissions exposées au commerce est différente et valable. Il s’agit d’éviter les coûts économiques et environnementaux liés à la contraction des entreprises de ces industries et à leur incapacité à se développer autant que dans un monde où tous les pays appliquaient des contraintes de carbone entraînant des coûts similaires pour les nôtres.

Unités
Les unités qui peuvent être transférées en vertu de l’article 17, système d’échange de droits d’émission, chacune égale à une tonne métrique d’émissions (en équivalent CO2), peuvent être sous la forme de:

Unité de quantité attribuée (UQA) délivrée par une Partie visée à l’annexe I sur la base de la quantité attribuée en application des articles 3.7 et 3.8 du Protocole.
Unité d’élimination (UMR) émise par une Partie visée à l’annexe I sur la base des activités d’utilisation des terres, de changement d’affectation des terres et de foresterie (LULUCF) au titre des articles 3.3 et 3.4 du Protocole de Kyoto.
Une unité de réduction des émissions (URE) générée par un projet de mise en œuvre conjointe au titre de l’article 6 du protocole de Kyoto.
Une réduction certifiée des émissions (CER) générée par une activité de projet du mécanisme de développement propre au titre de l’article 12 du Protocole de Kyoto.
Les transferts et les acquisitions de ces unités doivent être suivis et enregistrés à travers les systèmes de registres du Protocole de Kyoto.

Tendance du marché
Les échanges de droits d’émission de carbone ont augmenté régulièrement ces dernières années. Selon l’unité «Financement du carbone» de la Banque mondiale, 374 millions de tonnes d’équivalent dioxyde de carbone (tCO2e) ont été échangées au cours de projets en 2005, soit une augmentation de 240% par rapport à 2004 (110 mtCO2e), soit une augmentation de 41% par rapport à 2003 (78%). mtCO2e).

Les coûts croissants des permis ont eu pour effet d’augmenter les coûts des carburants et des activités émettant du carbone. Sur la base d’une enquête menée dans 12 pays européens, il a été conclu qu’une augmentation des prix du carbone et des carburants d’environ 10% entraînerait une augmentation à court terme des prix de l’énergie électrique d’environ 8%. Cela suggérerait qu’une réduction des émissions de dioxyde de carbone entraînerait probablement une augmentation des coûts des sources d’énergie alternatives. Alors qu’une abaissement soudain du plafond des émissions de carbone peut s’avérer préjudiciable aux économies, un abaissement progressif du plafond peut entraîner des dommages environnementaux futurs dus au réchauffement de la planète.

En 2010, Chicago Climate Exchange (CCX) a cessé ses échanges d’émissions de carbone. 450 membres du CCX ont réalisé des réductions d’émissions de 700 millions de tonnes sur la durée du programme de plafonnement et d’échange. Le programme de plafonnement et d’échange sur sept ans de la CCX aurait permis de fournir avec succès une flexibilité rentable et fondée sur le marché pour l’échange de droits d’émission.

Réaction des entreprises
L’économiste Craig Mellow écrivait en mai 78 2008: «La combinaison du réchauffement climatique et d’une prise de conscience environnementale croissante crée un marché potentiellement énorme pour l’échange de crédits d’émission de polluants.”

Avec la création d’un marché pour le commerce obligatoire des émissions de dioxyde de carbone dans le cadre du protocole de Kyoto, le marché financier de Londres s’est établi comme le centre du marché de la finance carbone et devrait atteindre un marché évalué à 60 milliards de dollars en 2007. [pas dans les citations] Le marché de la compensation volontaire, par comparaison, devrait atteindre environ 4 milliards de dollars d’ici à 2010.

Vingt-trois sociétés multinationales se sont réunies lors de la table ronde du G8 sur les changements climatiques, un groupe d’entreprises formé lors du Forum économique mondial de janvier 2005. Le groupe comprenait Ford, Toyota, British Airways, BP et Unilever. Le 9 juin 2005, le Groupe a publié une déclaration indiquant qu’il était nécessaire d’agir pour lutter contre le changement climatique et soulignant l’importance de solutions fondées sur le marché. Il a appelé les gouvernements à établir “des signaux de prix clairs, transparents et cohérents” en “créant un cadre politique à long terme” qui inclurait tous les principaux producteurs de gaz à effet de serre. En décembre 2007, 150 entreprises mondiales en faisaient partie.

Au Royaume-Uni, les entreprises se sont montrées très favorables à l’échange de droits d’émission en tant qu’outil essentiel pour atténuer les effets du changement climatique, soutenu par les ONG écologiques.

Reddition volontaire d’unités
Il existe des exemples d’individus et d’organisations achetant des permis d’émission négociables et les retirant (annulant) afin que les émetteurs ne puissent pas les utiliser pour autoriser leurs émissions. Cela permet d’abaisser le plafond d’émissions et donc de réduire davantage les émissions. En 1992, la National Healthy Air License Exchange a été créée pour regrouper les dons destinés à l’achat et à la suppression de quotas de soufre dans le cadre du programme américain d’échange de quotas de soufre.

L’organisation britannique “Climakind” accepte les dons et les utilise pour acheter et annuler des quotas européens, les crédits carbone échangés dans le système d’échange de quotas d’émission de l’Union européenne. Il est avancé que cela supprime les crédits du marché du carbone, de sorte qu’ils ne peuvent pas être utilisés pour permettre l’émission de carbone et que cela réduit le “plafond” d’émissions en réduisant le nombre de crédits disponibles pour les émetteurs.

L’organisation britannique Sandbag encourage l’annulation des crédits de carbone afin de réduire les plafonds d’échange de droits d’émission. En août 2010, Sandbag a annoncé avoir annulé des crédits de carbone équivalant à 2 145 tonnes de CO2.

Exemple européen
Le 1er janvier 2005, “l’Union européenne a créé le plus grand quota de marché environnemental au monde” (ou système d’échange de quotas d’émission de l’Union européenne, SEQE-UE).

Environ 11 000 centrales électriques et sites industriels fortement émetteurs de CO2 sont concernés par le marché européen du carbone, ce qui les oblige à disposer de quotas suffisants pour couvrir leurs émissions (quotas échangeables admissibles). Les quotas sont distribués gratuitement à certains industriels et les États cherchent à préserver les “industries essentielles”, dont certaines “menacent de déplacer leur production si le coût du carbone devient trop élevé”.

Pour réduire les émissions européennes (de 40% entre 1990 et 2030), les émissions incluses dans le marché européen du carbone devront être réduites de 43% par rapport à 2005 (et non à 1990). Cependant, le marché du carbone est gravement dysfonctionnel (avec un prix du quota tombant à moins de 10 euros, ce qui n’encourage pas les fabricants à réduire leurs émissions).

Malgré un gel de quota de 900 millions d’euros (backloading) adopté en janvier 2014 et des projets de réforme à long terme avec, par exemple, la création d’une réserve de stabilité (validée en mai 2015), le marché du carbone ne tient pas ses promesses: environ 2 milliards de quotas seraient être excédentaire, ce qui devrait être enlevé pour lancer le marché.

Face à cet échec et avant la décision du Conseil européen, les députés ont voté en février 2017 un nouveau projet visant à réformer le système européen d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre (ETS), une réforme valable jusqu’en 2030; mais seulement 800 millions de quotas de CO2 dans ce contexte, ils pourraient être annulés (alors que plus de 2 milliards devraient être annulés selon la dernière évaluation pour rééquilibrer le marché). Le député conservateur britannique Ian Duncan, rapporteur du projet, réduirait encore les quotas alloués chaque année, mais les membres n’ont pas adopté cette mesure. Lors de la session plénière, les députés ont également refusé en grande partie de mettre en œuvre un mécanisme d’ajustement à la frontière afin de “protéger les industries concurrentes par rapport à leurs concurrents non soumis à la limitation des émissions de carbone”.

En février 2017, les eurodéputés ont proposé à la Commission européenne et au Conseil de l’Europe de créer trois fonds (financés par la mise aux enchères de quotas) afin de 1) moderniser les systèmes énergétiques de certains États membres; 2) stimuler les investissements dans les énergies renouvelables, le captage et le stockage du carbone et les technologies à faible émission de carbone; 3) permettre une “transition juste”, par la formation et la réaffectation de la main-d’œuvre touchée par la transition énergétique (financée par 2% des recettes de la vente aux enchères de quotas d’émission).

En août 2018, un rapport du groupe de réflexion Carbon Tracker révélait que le prix du carbone dans le système d’échange de quotas d’émission de l’UE (EU ETS) avait bondi de 310% en un an; il attribue cette augmentation à la prévision par le marché de la mise en service de la réserve de stabilité du marché (MSR) à partir de janvier 2019, pièce maîtresse de la réforme du système EU-ETS adoptée en 2017. Le prix par tonne de CO2 devrait atteindre 25 euros d’ici à la fin de l’année. En 2018 et 40 euros en 2023, cela devrait contraindre l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas à consommer plus de gaz et moins de charbon, comme cela a été observé au Royaume-Uni, où un prix plancher pour le CO 2 a été mis en place.

des reproches
Les critiques du commerce du carbone, tels que Carbon Trade Watch, affirment qu’il met un accent disproportionné sur les modes de vie individuels et les empreintes carbone, détournant l’attention des changements systémiques plus vastes et de l’action politique collective à mener pour lutter contre le changement climatique. ] Des groupes tels que Corner House ont fait valoir que le marché choisirait le moyen le plus simple d’économiser une quantité donnée de carbone à court terme, ce qui pourrait être différent du chemin requis pour obtenir des réductions soutenues et substantielles sur une période plus longue. une approche axée sur le marché est susceptible de renforcer le verrouillage technologique. Par exemple, de petites réductions peuvent souvent être réalisées à moindre coût en investissant dans une technologie plus efficace, des réductions plus importantes nécessitant de supprimer la technologie et d’en utiliser une autre. Ils soutiennent également que les échanges de droits d’émission sapent les approches alternatives en matière de contrôle de la pollution avec lesquelles ils ne se combinent pas bien. L’effet général est donc d’empêcher tout changement significatif dans le domaine des technologies moins polluantes. En septembre 2010, le groupe de campagne FERN a publié “Trading Carbon: comment cela fonctionne-t-il et pourquoi est-ce controversé” [une citation complète est nécessaire] qui rassemble de nombreux arguments contre le commerce du carbone

Le Financial Times a publié un article sur les systèmes de plafonnement et d’échange qui affirmait que “les marchés du carbone créent une confusion” et “… laissent beaucoup de place à des manipulations invérifiables”. Lohmann (2009) a souligné que les systèmes d’échange de droits d’émission créent de nouvelles incertitudes et risques [vagues] qui peuvent être marchandisés au moyen de produits dérivés, créant ainsi un nouveau marché spéculatif.

En Chine, certaines entreprises ont commencé à produire artificiellement des gaz à effet de serre dans le seul but de les recycler et d’obtenir des crédits de carbone. Des pratiques similaires ont eu lieu en Inde. Les crédits obtenus ont ensuite été vendus à des sociétés américaines et européennes.

Les propositions récentes de régimes alternatifs pour éviter les problèmes de systèmes de plafonnement et d’échange comprennent les systèmes de plafonnement et d’échange, qui étaient activement examinés par le Parlement irlandais en mai 2008, et les systèmes Sky Trust. Ces systèmes stipulent que les systèmes de plafonnement et d’échange ou de plafonnement et d’imposition ont un impact inhérent sur les pauvres et les ruraux, qui ont moins de choix en matière de consommation d’énergie.

Le commerce du carbone a été critiqué en tant que forme de colonialisme, dans lequel les pays riches maintiennent leurs niveaux de consommation tout en obtenant des crédits pour des économies de carbone dans des projets industriels inefficaces. Les pays qui disposent de moins de ressources financières risquent de ne pas se permettre les permis nécessaires au développement d’une infrastructure industrielle, entravant ainsi le développement économique de ces pays.

Le Mécanisme de développement propre du protocole de Kyoto a été critiqué pour ne pas promouvoir suffisamment le développement durable.

Une autre critique est la possibilité alléguée que des réductions d’émissions inexistantes soient enregistrées dans le cadre du protocole de Kyoto en raison de l’excédent de quotas dont disposent certains pays. Par exemple, la Russie avait un surplus de quotas en raison de son effondrement économique après la fin de l’Union soviétique. D’autres pays auraient pu acheter ces quotas à la Russie, mais cela n’aurait pas réduit les émissions. Il s’agirait plutôt d’une simple redistribution des droits d’émission. Dans la pratique, les parties au protocole de Kyoto ont choisi de ne pas acheter ces quotas excédentaires.

Problèmes de structuration
Les systèmes commerciaux et gouvernementaux d’échange de droits d’émission de carbone (un système commercial mis au point par des économistes pour réduire les émissions de CO2, l’objectif étant de réduire le réchauffement de la planète) ont été modifiés de manière à permettre le blanchiment d’argent. Le point principal ici est que les innovations du système financier (en dehors du secteur bancaire) ouvrent la possibilité à des transactions non réglementées (non bancaires) sur des marchés relativistes non supervisés.