Arabesque

L’arabesque est une forme de décoration artistique consistant en «décorations de surface basées sur des motifs linéaires rythmiques de feuillages et entrelacs feuillages, vrilles» ou lignes pleines, souvent combinées avec d’autres éléments. Ornement foliacé, utilisant typiquement des feuilles, dérivé de demi-palmettes stylisées, qui ont été combinées avec des tiges spiralées. »Il consiste généralement en un dessin unique qui peut être« carrelé »ou répété sans couture autant de fois que désiré.

Différents peuples à travers le monde et à divers degrés de complexité ont fait usage de l’arabesque: les Indiens, les Chinois, les anciens Mexicains et d’autres les utilisaient sur leurs bâtiments, sur les mosaïques et même sur leurs toiles. Cette décoration consiste à décorer des palais, des dômes aux formes géométriques ou phytomorphes qui transmettent à l’observateur une agréable sensation de sérénité et de beauté. Ce type d’expressivité artistique qui consiste à utiliser comme unité de base la feuille ou la fleur, privée de sa forme naturelle pour ne pas donner un sentiment de faiblesse et de mort, la transformant en des formes qui suggèrent le sentiment d’existence et d’immortalité.

Les arabesques sont un élément fondamental de l’art islamique, mais ils développent ce qui était déjà une longue tradition par l’avènement de l’islam. L’usage passé et actuel du terme à l’égard de l’art européen ne peut être qualifié que de confus et incohérent. Certaines arabesques occidentales dérivent de l’art islamique, mais d’autres sont étroitement basées sur des décorations romaines antiques. En Occident, on les trouve essentiellement dans les arts décoratifs, mais en raison de la nature généralement non figurative de l’art islamique, la décoration arabesque est souvent un élément très important dans les œuvres les plus significatives et joue un rôle important dans la décoration de l’architecture. .

Dans certains pays, tels que l’Egypte et la Syrie, l’ornementation arabesque a été réalisée grâce à l’incrustation de marbres produisant des effets chromatiques remarquables, tandis que dans d’autres, comme la Perse, la céramique a augmenté davantage.

Arabesque islamique:
L’arabesque s’est développée à partir des traditions établies depuis longtemps de l’ornement de parchemin végétal dans les cultures reprises par les conquêtes islamiques. L’art islamique primitif, par exemple dans les célèbres mosaïques du 8ème siècle de la Grande Mosquée de Damas, contenait souvent des motifs végétaux, dans ce cas des artistes byzantins dans leur style habituel. Les plantes les plus souvent utilisées sont des versions stylisées de l’acanthe, avec un accent sur les formes feuillées, et la vigne, avec un accent égal sur les tiges de torsion. L’évolution de ces formes en un type islamique distinctif était complète par le 11ème siècle, ayant commencé au 8ème ou 9ème siècle dans des travaux comme la façade de Mshatta. En cours de développement les formes végétales sont devenues de plus en plus simplifiées et stylisées. Les survivances relativement abondantes des reliefs en stuc des murs des palais (mais pas des mosquées) à Abbasid Samarra, la capitale islamique entre 836 et 892, fournissent des exemples de trois styles, Styles A, B et C, bien que plus d’un d’entre eux apparaissent sur le même mur, et leur séquence chronologique n’est pas certaine.

Bien que les grandes lignes du processus soient généralement acceptées, il existe une diversité considérable de points de vue tenus par des spécialistes sur des questions détaillées concernant le développement, la catégorisation et la signification de l’arabesque. L’étude détaillée des formes d’arabesques islamiques a été commencée par Alois Riegl dans son étude formaliste Stilfragen: Grundlegungen zu einer Geschichte der Ornamentik (Problèmes de style: fondements d’une histoire d’ornement) de 1893, qui développa en même temps son concept influent des Kunstwollen. . Riegl a tracé la continuité formaliste et le développement des formes végétales décoratives de l’art égyptien antique et d’autres civilisations du Proche-Orient à travers le monde classique à l’arabesque islamique. Alors que le Kunstwollen compte peu de disciples aujourd’hui, son analyse de base du développement des formes a été confirmée et affinée par le corpus plus large d’exemples connus aujourd’hui. Jessica Rawson a récemment étendu l’analyse à l’art chinois, que Riegl n’a pas couvert, retraçant de nombreux éléments de la décoration chinoise dans la même tradition; le fond commun aidant à rendre l’assimilation des motifs chinois dans l’art perse après l’invasion mongole harmonieuse et productive.

De nombreux motifs arabesques disparaissent à (ou “sous”, comme il apparaît souvent à un spectateur) un bord de cadrage sans fin, et peuvent donc être considérés comme extensibles à l’infini en dehors de l’espace qu’ils occupent réellement; c’était certainement une caractéristique distinctive de la forme islamique, mais pas sans précédent. La plupart des décorations de feuillage des cultures précédentes se terminaient à la limite de l’espace occupé, bien que les motifs à l’infini dans le feuillage soient très communs dans le monde moderne en tapisserie et en textile.

Typiquement, dans les formes antérieures, il n’y a pas de tentative de réalisme; aucune espèce particulière de plante n’est imitée, et les formes sont souvent botaniquement impossibles ou invraisemblables. Les formes de «feuille» ressortent typiquement latéralement de la tige, dans ce qui s’appelle souvent une forme de «demi-palmette», nommée d’après son ancêtre lointain et très différent dans l’ornement égyptien et grec ancien. De nouvelles tiges jaillissent des extrémités des feuilles, un type souvent appelé chèvrefeuille, et les tiges n’ont souvent pas de pointes, s’enroulant sans fin hors de l’espace. La première façade de Mshatta est reconnaissable comme une sorte de vigne, avec des feuilles conventionnelles à l’extrémité des tiges courtes et des grappes de raisins ou de baies, mais les formes plus tard manquent généralement de celles-ci. Les fleurs sont rares jusqu’à environ 1500, après quoi elles apparaissent plus souvent, surtout dans l’art ottoman, et sont souvent identifiables par les espèces. Dans l’art ottoman, les feuilles larges et plumeuses appelées saz sont devenues très populaires et ont été élaborées dans des dessins montrant juste une ou plusieurs grandes feuilles. Finalement, la décoration florale, principalement dérivée des styles chinois, en particulier ceux de la porcelaine chinoise, remplace l’arabesque dans de nombreux types de travaux, tels que la poterie, les textiles et les miniatures.

On dit souvent que les arabesques et les motifs géométriques de l’art islamique proviennent de la vision islamique du monde (voir ci-dessus). La représentation des animaux et des personnes est généralement découragée, ce qui explique la préférence pour les motifs géométriques abstraits.

Il y a deux modes à l’art arabesque. Le premier rappelle les principes qui régissent l’ordre du monde. Ces principes comprennent les bases nues de ce qui rend les objets structurellement solides et, par extension, beaux (c’est-à-dire l’angle et les formes fixes / statiques qu’il crée – en particulier le treillis). Dans le premier mode, chaque forme géométrique répétitive a un symbolisme intégré qui lui est attribué. Par exemple, le carré, avec ses quatre côtés équilatéraux, symbolise les éléments tout aussi importants de la nature: la terre, l’air, le feu et l’eau. Sans aucun des quatre, le monde physique, représenté par un cercle qui inscrit le carré, s’effondrerait sur lui-même et cesserait d’exister. Le deuxième mode est basé sur la nature fluide des formes végétales. Ce mode rappelle la nature féminine de la vie. De plus, en examinant les nombreux exemples de l’art arabesque, certains diront qu’il existe en fait un troisième mode, le mode de la calligraphie islamique.

Au lieu de rappeler quelque chose en rapport avec la «vraie réalité» (la réalité du monde spirituel), l’islam considère la calligraphie comme une expression visible de l’art le plus élevé de tous; l’art de la parole (la transmission des pensées et de l’histoire). En Islam, le document le plus important à transmettre oralement est le Coran. Les proverbes et les passages complets du Coran peuvent être vus aujourd’hui dans l’art Arabesque. Le rapprochement de ces trois formes crée l’Arabesque, et c’est le reflet de l’unité issue de la diversité; un principe fondamental de l’Islam.

L’arabesque peut être considérée à la fois comme art et comme science. L’œuvre est à la fois mathématiquement précise, esthétiquement plaisante et symbolique. En raison de cette dualité de la création, la partie artistique de cette équation peut être subdivisée en œuvres d’art laïques et religieuses. Cependant, pour beaucoup de musulmans, il n’y a pas de distinction; toutes les formes d’art, le monde naturel, les mathématiques et la science sont considérées comme des créations de Dieu et donc des reflets de la même chose: la volonté de Dieu exprimée à travers sa création. En d’autres termes, l’homme peut découvrir les formes géométriques qui constituent l’arabesque, mais ces formes ont toujours existé auparavant comme faisant partie de la création de Dieu, comme le montre cette image.

Il y a une grande similitude entre les œuvres d’art arabesques provenant de régions géographiques très différentes. En fait, les similitudes sont si prononcées qu’il est parfois difficile pour les experts de dire d’où vient un style d’arabesque donné. La raison en est que la science et les mathématiques utilisées pour construire les œuvres d’art d’Arabesque sont universelles. Par conséquent, pour la plupart des musulmans, la meilleure œuvre d’art que l’homme peut créer dans la mosquée est une œuvre d’art qui montre l’ordre sous-jacent et l’unité de la nature. Ils croient que l’ordre et l’unité du monde matériel sont une simple approximation fantomatique du monde spirituel qui, pour beaucoup de musulmans, est le lieu où la seule vraie réalité existe. Les formes géométriques découvertes, par conséquent, illustrent cette réalité parfaite parce que la création de Dieu a été obscurcie par les péchés de l’homme.

Les erreurs dans les répétitions peuvent être intentionnellement présentées comme une démonstration d’humilité par des artistes qui croient que seul Allah peut produire la perfection, bien que cette théorie soit contestée. L’art arabesque consiste en une série de formes géométriques répétées accompagnées occasionnellement de calligraphie. Ettinghausen et al. décrire l’arabesque comme un «dessin végétal constitué de pleines … et demi palmettes d’un motif continu sans fin … dans lequel chaque feuille pousse hors de la pointe d’un autre.” Pour les adeptes de l’Islam, l’Arabesque symbolise leur foi unie et la façon dont les cultures islamiques traditionnelles voient le monde.

Arabe occidentale:
Le terme arabesque a été utilisé pour la première fois à l’Ouest en italien, où le rabeschi était utilisé au 16ème siècle pour désigner les “ornements de pilastre décorés d’acanthes”, en particulier les “rouleaux de roulement” qui couraient verticalement le long d’un panneau ou d’un pilastre. une frise. Le livre Opera nuova che insegna a le donne a cuscire … laqual e intitolata esempio di raccammi (Un nouvel ouvrage qui apprend aux femmes à coudre … intitulé “Échantillons de broderie”), publié à Venise en 1530, comprend “groppi moreschi e rabeschi” , Noeuds mauresques et arabesques.

De là, il s’étendit à l’Angleterre, où Henry VIII possédait, dans un inventaire de 1549, une coupe d’agate avec un “foir et Couer de siluer et de culpabilité avec Rebeske worke”, et William Herne ou Héron, Serjeant Painter de 1572 à 1580, a été payé pour peindre la péniche d’Elizabeth I avec “travail rebeske”. Malheureusement les styles décrits ne peuvent être que devinés, bien que le design de Hans Holbein pour une coupe couverte pour Jane Seymour en 1536 (voir la galerie) comporte déjà des zones en arabesque / style moresque (voir ci-dessous) et des acanthus dérivés volutes.

Un autre terme apparenté est moresque, qui signifie «mauresque»; La Dictionarie de Randle Cotgrave des langues française et anglaise de 1611 définit ceci comme: «une peinture grossière ou anticrépise, ou sculpture, où les pieds et les bêtes des bêtes, etc., sont entremêlés, ou faits pour ressembler, à une sorte de feuilles sauvages. , etc. ” et “arabesque”, dans son premier usage cité dans l’OED (mais comme un mot français), comme “travail Rebeske, un petit et curieux florissant”. En France “arabesque” apparaît d’abord en 1546, et “a été appliquée dans la dernière partie du 17ème siècle” à l’ornement grotesque, “en dépit de l’origine classique de ce dernier”, surtout si sans figures humaines – une distinction encore souvent fait, mais pas toujours observé,

Au cours des siècles suivants, les trois termes grotesque, moresque et arabesque furent largement utilisés en anglais, en français et en allemand pour des styles de décoration issus au moins autant du passé européen que du monde islamique, le “grotesque” acquérant progressivement sa signification moderne. , plus liée aux gargouilles gothiques et à la caricature qu’à la peinture romaine de Pompéi ou aux modèles islamiques. Pendant ce temps, le mot «arabesque» était maintenant appliqué à l’art islamique lui-même, au plus tard en 1851, lorsque John Ruskin l’utilise dans The Stones of Venice. Les écrivains au cours des dernières décennies ont tenté de sauver des distinctions significatives entre les mots de l’épave confus des sources historiques.

Fuhring note que les grotesques étaient «confondus avec des arabesques dans la France du XVIIIe siècle», mais selon sa terminologie «les principaux types d’ornement qui apparaissent dans les gravures et gravures françaises du seizième siècle … peuvent être divisés en deux groupes. antiquité: grotesques, ornements architecturaux tels que les ordres, rouleaux de feuillages et éléments autonomes tels que trophées, termes et vases.Un deuxième groupe, beaucoup plus petit que le premier, comprend des ornements modernes: moresques, bandes entrelacées, strass, et des éléments tels comme des cartouches … “, catégories qu’il continue à discuter individuellement.

Le style moresque ou arabesque était particulièrement populaire et de longue durée dans les arts occidentaux du livre: reliures décorées dans des outils en or, des bordures pour les illustrations, et des ornements de l’imprimeur pour la décoration des espaces vides sur la page. Dans ce domaine, la technique de l’outillage en or était également arrivée au 15ème siècle dans le monde islamique, et en effet une grande partie du cuir lui-même était importé de là. De petits motifs dans ce style ont continué à être utilisés par les concepteurs de livres conservateurs jusqu’à nos jours.

Selon Harold Osborne, en France, le “développement caractéristique de l’arabesque combinée à la bande dessinée dérivant de la moresque avec un feuillage d’acanthe décoratif rayonnant de C-rouleaux reliés par des barres courtes”. Apparemment en broderie, elle apparaît ensuite dans la conception des jardins avant d’être utilisée dans les mannequins peints du Nord maniériste «avec un médaillon central combiné à des acanthes et autres formes» de Simon Vouet et Charles Lebrun qui utilisaient des «rinceaux de et contrastant avec les rouleaux d’ancanthus et la palmette. ” Les dessins arabesques plus exubérants de Jean Bérain l’Ancien sont une première «indication» du Rococo, qui devait prendre l’arabesque en trois dimensions en reliefs.

L’utilisation de “arabesque” comme nom anglais apparaît d’abord, par rapport à la peinture, dans le roman de William Beckford Vathek en 1786. Arabesque est également utilisé comme terme pour les fioritures de stylo complexes à main levée dans le dessin ou d’autres médias graphiques. Le dictionnaire d’art de Grove n’aura rien de cette confusion, et dit catégoriquement: “Au cours des siècles, le mot a été appliqué à une grande variété de décoration végétale sinueuse et volubile dans l’art et les thèmes méandres de la musique, mais art », ce qui est en contradiction avec la définition de 1888 que l’on trouve encore dans le Oxford English Dictionary:« Une espèce de décoration murale ou de surface en couleur ou en bas-relief, composée de lignes fluides de branches, de feuilles et de spirales entremêlées de fantaisie. Comme dans l’art décoratif arabe et mauresque (dont on connaissait presque exclusivement le Moyen Age), les représentations de créatures vivantes étaient exclues, mais dans les arabesques de Raphaël, fondées sur l’antique œuvre gréco-romaine de ce genre, et dans ceux de la décoration de la Renaissance, des figures humaines et animales, à la fois naturelles et grotesques, ainsi que des vases, des armures et des objets d’art, sont introduites librement, à Il se distingue comme Arabesque maure, ou Moresque. ”

Arabesque en impression:
Une utilisation importante du style arabesque a été l’impression artistique, par exemple des couvertures de livre et de la décoration de page. Les motifs géométriques répétitifs fonctionnaient bien avec l’impression traditionnelle, puisqu’ils pouvaient être imprimés à partir de lettres de type métallique si le type était placé ensemble; comme les dessins n’ont pas de lien spécifique avec la signification d’un texte, le type peut être réutilisé dans de nombreuses éditions différentes d’œuvres différentes. Robert Granjon, un imprimeur français du seizième siècle, a été crédité de la première impression d’arabesque vraiment imbriquée, mais d’autres imprimeurs avaient utilisé beaucoup d’autres types d’ornements dans le passé. L’idée a été rapidement utilisée par de nombreuses autres imprimantes. Après une période de désuétude au dix-neuvième siècle, quand une mise en page plus minimale devint populaire auprès des imprimeurs comme Bodoni et Didot, le concept revint à la popularité avec l’arrivée du mouvement Arts and Crafts. Beaucoup de beaux livres de la période 1890-1960 ont décorations arabesques, parfois sur des couvertures de poche. De nombreuses fontes numériques à empattement comprennent des éléments de motifs arabesques considérés comme complémentaires de l’humeur de la police; ils sont également souvent vendus en tant que modèles distincts.

Dans la culture occidentale “moderne”:
L’arabesque ou mauresque de la Renaissance:
Malgré la présence musulmane en Espagne, c’est par les relations commerciales entre le Moyen-Orient et Venise que le terme «arabesque» est introduit dans l’art occidental à partir de la Renaissance italienne (bien que le terme entrelacement soit déjà utilisé). Il pourrait aussi être écrit rabesques (synonyme de Moresque, également écrit mauresque, provenant des Maures). A partir de ce moment, même les compositions de feuillages et d’entrelacs de la tradition occidentale, souvent inspirées de l’antiquité, seront souvent appelées «arabesques», et il devient parfois difficile de distinguer entre les deux traditions, les termes entretenant la confusion.

Le genre se répand au XVe siècle dans les peintures des peintres vénitiens Cima da Conegliano (1460-1465), Vittore Carpaccio (1525-1526) et Palma l’Ancien. Dans la majorité des cas, il s’agit d’une réminiscence des anciens motifs occidentaux de l’entrelacement romain, médiéval et byzantin, mais ils sont parfois mêlés à des motifs vraiment orientaux. A partir de cette période, on trouve les “arabesques” dans les illustrations de livres, estampées sur des reliures, peintes sur de la faïence, brodées sur des costumes, des tapisseries de décoration et des objets en métal.

Utilisés dans des reliures de livres décorés de feuilles d’or appelées alla damaschina (comme damascène) en Italie, les moresques seront utilisées en France dans les livres reliés pour le roi Louis XII (vers 1510) et le premier livre entièrement dédié aux Maures est celui du florentin établi en France, Francesco Pellegrino (1530) puis, de façon originale en Europe, à l’ornementation d’illustrations de livres par les éditeurs de Lyon et de Paris: les cadres de moresques de B Solomon de 1547 pour des livres publiés en Lyon celle de G. Paradin, Memoriae nostrae, (1548), La Métamorphose d’Ovide figurée, par Jean de Tournes (1557). Jacques Androuet du Cerceau (1563) rassemblera l’essentiel dans ses estampes.

Aux XIXe et XXe siècles, le nom arabesque est donné à tous les modèles de lignes. Il est alors recommandé d’utiliser le mot «mauresque» pour désigner des motifs islamiques ou dérivés.

Les grotesques:
Dès la fin du XVIIe siècle, une confusion s’est également installée en France avec l’art grotesque (encore différent par l’utilisation de figures humaines et animales, voire chimériques et architecturales), qui détournera encore plus l’usage du mot “arabesque” . Ainsi, dans les catalogues de vente, les dessins grotesques des élèves de Raphaël sont décrits comme des «arabesques», alors qu’ils n’ont aucune ressemblance avec les arts décoratifs islamiques et sont directement inspirés par les grotesques romains, notamment ceux de la Domus Aurea de Rome. En Allemagne et en Angleterre sont également publiés des modèles de modèles arabesques, en partie copiés par les Italiens.

Parchemins anciens:
L’expression «arabesque» a souvent été appliquée à tort à des frises composées d’enroulements plus ou moins réguliers d’acanthes ou de vignes qui ornent les bâtiments ou les objets du style hellénistique et romain antique, ou dérivés stylistiquement de l’architecture moderne (Renaissance, baroque, néoclassique , styles historiques et éclectiques du XIXe siècle). Le mot “rinceau” est le seul qui peut nommer correctement ces frises.

L’arabesque, comme une ligne sinueuse et comme un jeu de courbes et contre les courbes:
C’est un motif largement utilisé dans les arts décoratifs et les beaux-arts de style Art Nouveau à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, à tel point que c’est une caractéristique essentielle.

Termes techniques connexes
Les arabesques, évoquant des feuilles et des fleurs entrelacées, peuvent être réalisées par des techniques utilisées dans l’ornementation des palais islamiques, tels que le stuc, souvent ciselé, éventuellement peint ou les zelliges. Mais aussi les céramiques, les arts du métal, ciselés ou travaillés repoussés ou recouverts d’émaux champlevés ou cloisonnés ou niellés et travaillés en ivoire.