Histoire de la mode occidentale des années 1870

La mode des années 1870 dans les vêtements à influence européenne et européenne se caractérise par un retour progressif à une silhouette étroite après les modes des années 1850 et 1860.

La mode féminine

Aperçu
En 1870, la jupe s’était déplacée vers l’arrière, où des surtouts richement drapés étaient maintenus en place par des bandes et soutenus par une agitation. Cette mode nécessitait un jupon, qui était fortement garni de plis, de volants, de rouching et de volants. Cette mode était de courte durée (bien que l’agitation reviendrait au milieu des années 1880), et a été suivie par une silhouette moulante avec une plénitude aussi bas que les genoux: le corsage de cuirasse, un ajustement de forme, une taille longue, corsage désossé qui a atteint au-dessous des hanches, et la robe fourreau princesse.Les manches étaient très ajustées. Les décolletés carrés étaient communs.

Les robes du jour avaient des décolletés élevés qui étaient fermés, au carré ou en forme de V. Les manches des robes du matin étaient étroites tout au long de la période, avec une tendance à flamber légèrement au poignet dès le début. Les femmes ont souvent drapé des survêtements pour produire un effet de tablier de l’avant.

Les robes du soir avaient des décolletés bas et des manches très courtes, sans manches, et étaient portées avec des gants courts (plus tard à mi-longueur). D’autres modes caractéristiques comprenaient un ruban de velours attaché haut autour du cou et traînant derrière pour le soir dans un style similaire à la mode de l’époque géorgienne (l’origine du collier ras de cou moderne).

Le train s’est graduellement élevé sur les hanches pour devenir un virage orné de rubans ou de dentelles.
La silhouette est radicalement transformée au cours de la décennie, avec le train qui monte sur l’arrière-train, la robe s’adaptant au corps, oubliant ainsi la crinoline.
Les chapeaux deviennent petits, ils sont pour la plupart remplis de fleurs, de rubans ou de voiles et sont courbés sur le devant.
Les manteaux sont lâches et longs à moins qu’ils correspondent à la robe afin qu’ils soient ajustés à la place.
Le parapluie reste un accessoire indispensable en été, même si sa taille est réduite. Les femmes prennent quinze jours dans leurs valises pour leurs vacances dans les stations balnéaires.

Jupes et robes
Le tissu de la jupe est plié de plus en plus sur les hanches et porté sur des rouleaux ou des coussins, de sorte qu’environ 1870 surgit la file d’attente de Paris. La robe d’après-midi a des manches mi-longues avec des côtes de dentelle et un décolleté carré avec des volants.

La tendance pour les jupes larges a lentement disparu pendant les années 1870, alors que les femmes ont commencé à préférer une silhouette encore plus mince. Les corsages sont restés à la taille naturelle, les encolures ont varié, tandis que les manches ont commencé sous la ligne des épaules. Un surjupe était généralement porté sur le corsage, et fixé dans un grand arc derrière. Au fil du temps cependant, le surjupe s’est raccourci dans une basque détachée, résultant en un allongement du corsage sur les hanches. Comme les corsages se sont allongés en 1873, la polonaise a été introduite dans les styles vestimentaires victoriens. Une polonaise est un vêtement comportant à la fois une jupe et un corsage ensemble. La tournure a également été introduite, et avec la polonaise, elle a créé l’illusion d’une extrémité arrière exagérée.

En 1874, les jupes commençaient à se rétrécir à l’avant et étaient ornées de garnitures, tandis que les manches se resserraient autour de la zone du poignet. Vers 1875 à 1876, les corsages comportaient de longues tailles lacées, mais plus serrées, et convergeaient vers une pointe acérée.Les bustes s’allongeaient et glissaient encore plus bas, ce qui diminuait encore la taille de la jupe. Le tissu supplémentaire a été rassemblé derrière des plis, créant ainsi un train drapé à plusieurs niveaux plus étroit mais plus long. En raison des trains plus longs, les jupons devaient être portés en dessous afin de garder la robe propre.

Après 1875, la visite disparaît: l’espace du tissu est plus bas et la jupe devient une traînée. Les cheveux sont lâchement soulevés, parfois avec des boucles ou des tresses, et un petit chapeau sur le front.

Cependant, quand 1877 s’est approché, les robes ont moulé pour adapter la figure, car les silhouettes plus minces croissantes ont été favorisées. Ceci a été permis par l’invention du corsage de cuirasse qui fonctionne comme un corset, mais s’étend vers le bas aux hanches et au haut des cuisses. Bien que les styles vestimentaires aient pris une forme plus naturelle, l’étroitesse de la jupe limitait le porteur à la marche.

Robes de thé et robe artistique
Sous l’influence de la Fraternité préraphaélite et d’autres réformateurs artistiques, la «mode anti-mode» de la robe artistique avec ses détails «médiévaux» et ses lignes non incisées se poursuivit tout au long des années 1870. Des robes de thé à la mode, une mode informelle pour se divertir à la maison, combinent les influences préraphaélites avec les styles lâches du XVIIIe siècle.

Robe de loisirs
La tenue de loisir devenait une partie importante de la garde-robe d’une femme. Robe de bord de mer en Angleterre avait ses propres caractéristiques distinctes, mais toujours suivi les modes régulières de la journée. Robe de mer a été considérée comme plus audacieuse, frivole, excentrique et plus lumineux. Même si l’agitation était extrêmement lourde, elle faisait encore partie de la mode balnéaire.

Sous-vêtements
Avec la silhouette plus étroite, l’accent a été mis sur le buste, la taille et les hanches. Un corset a été utilisé pour aider à mouler le corps à la forme désirée. Ceci a été réalisé en rendant les corsets plus longs qu’avant, et en les construisant à partir de morceaux de tissu séparés. Pour augmenter la rigidité, ils ont été renforcés avec de nombreuses bandes d’os de baleine, de cordes ou de morceaux de cuir. Le moulage à la vapeur, breveté en 1868, a contribué à créer un contour tout en courbes.

Les jupes ont été soutenues par un hybride de l’agitation et de la crinoline ou du jupon cerclé parfois appelé une “crinolette”. La structure de la cage était attachée autour de la taille et descendait jusqu’au sol, mais ne s’étendait que sur l’arrière des jambes du porteur. La crinolette elle-même a été rapidement remplacée par la véritable agitation, qui était suffisante pour soutenir la draperie et s’entraîner à l’arrière de la jupe.

Coiffures et coiffures
En accord avec l’accent vertical, les cheveux étaient tirés sur les côtés et portés dans un nœud ou un groupe de boucles, souvent avec une frange (frange) sur le front. Les faux cheveux étaient couramment utilisés. Bonnets étaient plus petits pour permettre les coiffures richement empilés et ressemblaient à des chapeaux à l’exception de leurs rubans attachés sous le menton. Chapeaux de petite taille, certains avec des voiles, étaient perchés sur le dessus de la tête, et des chapeaux de paille à larges bords ont été portés pour les vêtements de plein air en été.

Wraps et pardessus
Le type principal d’enveloppement qui dominait dans les années 1870 était les capes et les vestes qui avaient un évent arrière afin de faire de la place pour l’agitation. Quelques exemples sont la pelisse et le manteau de paletot.

Galerie de style

1-1873

2- 1870s
3-1875
4-1878

5-1879

1.Burbures et draperies élaborées caractérisent les robes du soir du début des années 1870. Le monsieur porte une robe de soirée. Détail de “Too Early” par Tissot, 1873
2.Dress des années 1870 plus tard
3.Day robe, 1875 James Tissot peinture.
4.Renoir portrait de Jeanne Samary en robe de soirée, 1878
5.Countess Brownlow en robe artistique, 1879.

La mode masculine
Les innovations dans la mode masculine des années 1870 comprenaient l’acceptation de tissus à motifs ou figurés pour les chemises et le remplacement général des cravates nouées dans des noeuds d’arc avec la cravate à quatre mains et plus tard la cravate ascot.

À partir de 1870, le costume masculin se compose d’une veste à haute fermeture, d’un cardigan droit et d’un pantalon, la plupart du même matériau. La veste est droite de modèle, ou légèrement plus longue et équipée de pyjamas arrondis. Les jambes sont plus larges. La chemise blanche, symbole de l’homme qui ne travaille pas avec ses mains, a un col droit et des pointes bouclées. Les chaussures sont plates et jusqu’aux chevilles, avec des lacets. Les cheveux sont courts et l’homme a souvent une moustache, une barbe à pointes ou à anneaux et des favoris. En plus du haut-de-forme, le chapeau melon (Homburg) et le chapeau de paille deviennent de plus en plus populaires.

La tenue reste sobre mais gagne en taille.
Les manteaux sont longs et larges.
La cravate cède la place au nœud papillon.
Le chapeau haut de forme est toujours de rigueur.

Manteaux et pantalons
Les redingotes sont restées à la mode, mais de nouvelles versions plus courtes sont apparues, se distinguant du manteau par une couture à la taille. Les gilets (gilets US) étaient généralement coupés sur le devant et avaient des cols et des revers, mais aussi des gilets sans col.

Les costumes trois pièces constitués d’un manteau de sac à boutons, d’un gilet et d’un pantalon assortis, appelés ditto suits ou costumes de salon britanniques, ont gagné en popularité; le manteau de sac pourrait être coupé de sorte que seulement le bouton supérieur pourrait être attaché.

Le manteau de matin coupé était encore porté pour des occasions informelles en Europe et dans les grandes villes d’ailleurs. Des redingotes étaient requises pour une tenue de jour plus formelle. Robe de soirée formelle est restée un manteau de queue sombre et un pantalon. Le manteau maintenant attaché plus bas sur la poitrine et avait des revers plus larges. Une nouvelle mode était un gilet noir plutôt que blanc. Les tenues de soirée étaient portées avec un nœud papillon blanc et une chemise avec le nouveau col ailé.

Les manteaux ont des revers larges et des poignets profonds, et souvent des colliers contrastés en velours. Les manteaux de fourrure pleine longueur étaient des articles de luxe dans les climats les plus froids.

Des pantalons longs ont été portés pour la plupart des occasions; une culotte en tweed ou en laine était utilisée pour la chasse et la randonnée.

En 1873, Levi Strauss et Jacob Davis ont commencé à vendre les blue-jeans originaux rivetés de cuivre à San Francisco. Ceux-ci sont devenus populaires auprès de la multitude locale de chercheurs d’or, qui voulaient des vêtements solides avec des poches durables.

Chemises et cravates
Les pointes des cols de chemise hauts et droits étaient de plus en plus pressées en «ailes».

Les modes de cravate comprenaient le quatre dans la main et, vers la fin de la décennie, la cravate d’ascot, une cravate avec de larges ailes et un tour de cou étroit, attaché avec un bijou ou une épingle. Les cravates nouées dans un arc sont restées une mode conservatrice, et un nœud papillon blanc était exigé avec des tenues de soirée formelles.

Une cravate à ruban étroit était une alternative pour les climats tropicaux, et était de plus en plus portée ailleurs, en particulier dans les Amériques.

Accessoires
Les hauts-de-forme demeuraient une exigence pour les vêtements de cérémonie de la classe supérieure; Des chapeaux de quilles et des chapeaux de feutre mou de différentes formes étaient portés pour des occasions plus décontractées, et des plaisanciers en paille étaient portés pour faire du yachting et d’autres passe-temps nautiques.

Galerie de style

1-1878

2-1873
3- 1875
4 – 1872
5 – 1879

La mode 1.Paris de 1878 présente un manteau avec un col contrasté, un gilet orné d’une chaîne de montre, une large cravate ascot, des chaussures à bout carré et un chapeau haut de forme.
2. Le législateur canadien John Charles Rykert porte une étroite cravate en ruban et un gilet sans col. Son manteau a de larges revers. 1873.
3.Portrait de Claude Monet, 1875, Musée d’Orsay, Paris, France
4. Dans un wagon de chemin de fer, un gentilhomme porte un habit de couleur poussière, un pantalon et un gilet sans col avec une cravate rouge foncé. Il porte un pardessus doublé de fourrure et des gants de bronzage. Grande-Bretagne, 1872.
5. L’homme d’État britannique William Gladstone porte des vêtements conservateurs; son grand col est toujours debout, et il porte sa cravate dans un nœud d’arc. 1879.

Mode enfantine
Les bébés ont continué à être vêtus de robes amples, un style qui a continué au début du 20ème siècle. Les changements de tenue de genre ne se produisaient souvent que lorsqu’un enfant avait cinq ou six ans; cependant, dans les dernières décennies, l’habillement de genre est venu beaucoup plus tôt. L’âge des filles peut être représenté souvent en fonction de la longueur de leur jupe. À mesure que les filles grandissaient, elles portaient des jupes plus longues. Une enfant de quatre ans porterait sa jupe légèrement au-dessus de la longueur du genou; dix à douze à mi-genou; douze à quinze variaient du dessous du genou au mi-mollet; et à seize ou dix-sept ans, la robe d’une fille serait juste au-dessus de la cheville. L’âge d’un garçon peut souvent être décidé en fonction de la longueur et du type de pantalon ou de la similitude de la tenue avec celle d’un homme. Les garçons s’habillaient souvent de la même façon que les hommes adultes, car ils portaient aussi des blazers et des vestes Norfolk.

L’artiste Kate Greenaway, illustratrice de livres pour enfants, a beaucoup influencé les styles vestimentaires des enfants. Elle a fortement influencé les styles vestimentaires des jeunes filles, car elle montre souvent dans ses livres des filles habillées en style empire. L’idée de la tenue vestimentaire des enfants se retrouve aussi dans des styles tels que le costume Little Lord Fauntleroy porté par le héros d’un livre pour enfants publié en 1885-1886.

1-1870
2-1872-73
3-1876
4- 1878
5- 1879

Plaque de mode 1.1870
2. Robe d’été avec ceinture, 1872-73
3. William Lyon Mackenzie King, deux ans, 1876
4. Les deux princes Edward et Richard dans la tour (1878), Galerie de photos du Royal Holloway College
5.Cherry Ripe 1879