Entrepôt de stockage, Centre national du costume de scène

Lorsqu’ils entrent dans la collection du CNCS, les costumes acquièrent le statut d’objet patrimonial. Ils ne sont plus portés sur scène et doivent être conservés dans les meilleures conditions possibles.

Les costumes sont faits d’un matériau particulièrement fragile. Découvrez dans quelles conditions ils sont stockés et comment ils sont présentés au mieux.

L’entrepôt de stockage, conçu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, reproduit le volume de l’aile sud qui bordait autrefois le bâtiment principal.

Le béton brut a été recouvert d’un maillage en acier, en référence au caractère textile des collections.

La collection impose des normes très spécifiques pour sa conservation. Le bâtiment est conforme aux exigences sanitaires et physiques les plus exigeantes en matière de protection des pièces, notamment la climatisation qui régule la température (à 18 °) et la stabilisation de l’hygrométrie (à 50%).

Ce bâtiment de 1730 m2 est composé de:
salles de conservation et d’étude: inventaire, étiquetage des pièces, dépoussiérage par micro-aspiration, prise de photographies, préparation d’expositions, habillage de mannequin, etc.
les zones de stockage pour la conservation des collections peuvent contenir environ dix mille costumes (ou plus de 20 000 pièces). Chaque niveau est équipé de meubles sur mesure de type «compactus» pour les pièces conservées.
costumes et accessoires sont conservés par collection (Bibliothèque nationale de France, Comédie-Française, Opéra national de Paris, Régine Crespin, Bagouet,…) et par spectacle.

Le compactus
Le «compactus» est une sorte de meuble comprenant une armoire pour suspendre des costumes et des tiroirs pour placer certaines pièces horizontalement. Les armoires sont assemblées par trois et forment des rangées mobiles placées sur un faux plancher équipé de rails permettant leur déplacement.

Les «compactus» offrent un stockage optimal en termes de volume, de préservation et de sécurité des pièces. Une fois qu’ils sont fermés, il ne reste plus aucun vide entre eux.

Costume Centre National d’Etape
Le Centre national du costume de scène (CNCS) est un musée français dédié aux costumes et décors de théâtre.

Il a été inauguré le 1 er juillet 2006 à Moulins, dans l’Allier, par Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture, Pierre-André Périssol, maire de Moulins, et Christian Lacroix, couturier et président du conseil d’administration. La directrice actuelle est Delphine Pinasa, dont le portrait est exposé au musée.

Le Centre National du Costume de Scène est la première structure de préservation, en France ou à l’étranger, à être entièrement consacrée au patrimoine matériel des théâtres.
Sa mission consiste à préserver, à étudier et à valoriser une collection patrimoniale de 10 000 costumes de théâtre, d’opéra et de ballet, ainsi que des décors peints, fournis par les trois institutions fondatrices du centre, la Bibliothèque nationale de France, la Comédie-Française et la Opéra National de Paris. Le centre a également reçu de nombreux dons d’artistes et de théâtres.

Des collections
Composées d’environ 10 000 costumes et éléments de décors du milieu du XIXe siècle à nos jours, les collections proviennent de théâtres, d’opéras, de ballets comme l’Opéra national de Paris, la Comédie-Française et la Bibliothèque nationale de France.

Le musée possède une collection de costumes de Rudolf Noureev, qui, dans son testament, a demandé à être un “lieu de mémoire”. Nureyev, qui a été directeur du Ballet de l’Opéra de Paris, avait souhaité que sa collection soit placée dans un musée à Paris, mais aucun lieu approprié n’a pu être trouvé. Ainsi, sa collection a été placée dans le musée de ce musée de la région Auvergne, à environ 3 heures de train de Paris. C’est “une collection permanente qui offre aux visiteurs le sens de sa personnalité exubérante et vagabonde et de sa passion pour tout ce qui était beau et rare”. La collection présente des artefacts historiques de la carrière de Noureev, notamment du matériel de film et de photographie, ainsi que 70 costumes.

Noureev cherchait un look matador, avec une veste ajustée et courte pour allonger ses jambes. La couture des emmanchures devait être placée exactement pour que ses mouvements ne soient pas gênés. Il a privilégié les détails qui soulignaient les thèmes artistiques. Une veste bleu argentée pour son prince Siegfried du premier acte d’un lac des cygnes de 1984 fait écho au lieu aquatique où le héros rencontre son véritable amour, avec des fils métalliques coulant sur les épaules comme des rapides. Pour Don Quichotte, Noureev a préféré une manche bouffante, comme en témoigne une création du designer grec Nicholas Georgiadis en rouille, vin et or. Les cascades de velours des robes des femmes, garnies de pièces de monnaie et de glands, évoquent la furie bruyante de la chorégraphie.

– Sarah Kaufman, Le Washington Post
Le De Young Museum de San Francisco, en Californie, a été présenté jusqu’au 17 février 2013 dans le cadre d’un spectacle intitulé Rudolf Nureyev: une vie dans la danse.

Costumes de scène
Plusieurs compagnies de théâtre et théâtres, dont la Comédie Française et l’Opéra de Paris, envoient leurs costumes au musée après leur dernier spectacle. Au musée, ils sont disponibles pour être exposés et conservés. Ils sont également disponibles pour les chercheurs et les étudiants.

Les collections: la mémoire d’institutions et d’artistes légendaires
Même si les costumes de scène représentent un patrimoine très important en termes de dépenses et de biens pour les théâtres, il n’ya jamais eu de véritable politique de protection avant la création du centre. Ils témoignent de la créativité des créateurs de costumes qui les ont dessinés et du savoir-faire des ateliers qui les ont réalisés. Ils portent en eux les traces des artistes qui les ont mis en valeur sur scène.

Les costumes les plus anciens remontent au 18ème siècle. Ce sont des vêtements authentiques (redingots et gilets masculins) donnés ou achetés par la Comédie-Française après la Révolution française pour être utilisés dans un répertoire d’inspiration du 18ème siècle (Marivaux, Beaumarchais…). Outre ces pièces exceptionnelles, la collection comprend principalement des costumes de productions créées à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Le projet a vu le jour en 1995 lorsque le ministère de la Culture et de la Communication a sollicité les principales institutions nationales, la Bibliothèque nationale de France (Département des arts du spectacle), la Comédie-Française et l’Opéra National de Paris pour constituer le premier fonds constitué de 8500 costumes pour l’ouverture du CNCS.

La collection fournie par la Bibliothèque nationale de France reflète la richesse et la variété de la collection du département des arts de la scène. Il comprend les costumes de la troupe Renaud-Barrault, du Théâtre de l’Atelier sous la direction de Charles Dullin, du Théâtre du Campagnol dirigé par Jean-Claude Penchenat ainsi que des costumes de Philippe Guillotel pour les Jeux olympiques d’Albertville mis en scène par Philippe Decouflé, en 1992.

La collection de la Comédie-Française couvre trois siècles d’histoire de ce grand théâtre. Les costumes ont été confectionnés dans des ateliers de couture réputés, notamment pour les vêtements historiques. Certaines ont été créées par Suzanne Lalique, Lila de Nobili ou Thierry Mugler et portées par Sarah Bernhardt, Mounet-Sully ou Jean Marais…

La collection de l’Opéra National de Paris comprend 5000 costumes d’opéra et de ballet couvrant une période de cent cinquante ans à partir de 1872, avec des costumes conçus par Bakst, Benois, Derain, Cocteau … La plupart d’entre eux ont été fabriqués dans les ateliers de couture de l’opéra et porté par toutes les plus grandes stars, Serge Lifar, Yvette Chauviré, Maria Callas, Rudolf Noureev, Régine Crespin, Luciano Pavarotti…

Le CNCS abrite une collection exceptionnelle d’environ 2000 dessins et modèles de costumes créés par Christian Lacroix pour la scène (opéra, danse et théâtre). Le créateur de mode Frank Sorbier a également fait don de ses modèles de costumes pour deux opéras, la Traviata et The Tales of Hoffmann.

Une collection d’éléments de décors
Le Centre national des costumes de scène et de la scénographie abrite une collection de toiles peintes, d’éléments de décoration et de matériel de scène (châssis, appareils de levage, mâts, praticables, outils) datant du milieu du XXe siècle. Dans cette continuité, plusieurs troupes de danseurs contemporains ont légué certains de leurs décors ainsi que des dons de costumes.