Collection Noureev, Centre National du Costume de Scène

Le musée possède une collection de costumes de Rudolf Noureev, qui, dans son testament, a demandé à être un “lieu de mémoire”. Nureyev, qui a été directeur du Ballet de l’Opéra de Paris, avait souhaité que sa collection soit placée dans un musée à Paris, mais aucun lieu approprié n’a pu être trouvé. Ainsi, sa collection a été placée dans le musée de ce musée de la région Auvergne, à environ 3 heures de train de Paris. C’est “une collection permanente qui offre aux visiteurs le sens de sa personnalité exubérante et vagabonde et de sa passion pour tout ce qui était beau et rare”. La collection présente des artefacts historiques de la carrière de Noureev, notamment du matériel de film et de photographie, ainsi que 70 costumes.

Noureev cherchait un look matador, avec une veste ajustée et courte pour allonger ses jambes. La couture des emmanchures devait être placée exactement pour que ses mouvements ne soient pas gênés. Il a privilégié les détails qui soulignaient les thèmes artistiques. Une veste bleu argentée pour son prince Siegfried du premier acte d’un lac des cygnes de 1984 fait écho au lieu aquatique où le héros rencontre son véritable amour, avec des fils métalliques coulant sur les épaules comme des rapides. Pour Don Quichotte, Noureev a préféré une manche bouffante, comme en témoigne une création du designer grec Nicholas Georgiadis en rouille, vin et or. Les cascades de velours des robes des femmes, garnies de pièces de monnaie et de glands, évoquent la furie bruyante de la chorégraphie.
– Sarah Kaufman, Le Washington Post

Le De Young Museum de San Francisco, en Californie, a été présenté jusqu’au 17 février 2013 dans le cadre d’un spectacle intitulé Rudolf Nureyev: une vie dans la danse.

Espace permanent
La collection Noureev, conservée aujourd’hui dans le CNCS, présente d’importantes pièces du patrimoine de Rudolf Noureev: des costumes de scène illustrant toute la carrière du danseur, des meubles, des peintures de haute qualité et des eaux-fortes. Il évoque à la fois son parcours professionnel et ses goûts personnels.

La collection Noureev au CNCS
Danseur insatiable, Rudolf Noureev (1938-93) a parcouru le monde pour danser sur toutes les plus grandes scènes. Cette énergie et cet enthousiasme, caractéristiques de sa carrière, se retrouvent également dans sa vie privée. Insatiable collectionneur, il achète de nombreuses œuvres d’art, peintures, sculptures, gravures, gravures, meubles, textiles exotiques et instruments de musique pour décorer certaines des propriétés acquises au cours de ses voyages et selon ses envies. Visiteur régulier des maisons de vente aux enchères, antiquaires, magasins ou souks de tous les pays, il a peu à peu constitué une collection incroyable.

Trois cents objets sauvés des ventes aux enchères du domaine de Rudolf Noureev ont trouvé leur dernier lieu de repos au CNCS. La Fondation Noureev estime que le centre saura comment assurer au mieux la mémoire et la valorisation de cette collection, comme le souhaitait Noureev.

Noureev et le costume
Rudolf Nureyev a toujours attaché la plus grande importance à l’esthétique de la scène et en particulier des costumes. En tant que danseur, il cherchait à mettre en valeur son corps avec un doublet qu’il avait progressivement développé et utilisé comme base pour tous ses costumes, quel que soit le style de la production.

Afin d’allonger son corps, il a abandonné l’utilisation du short «prude» pour ne porter que des collants qui accentuent la musculature de ses jambes.

Ensuite, il enleva la jupe pour ne laisser que des doublets courts. Peu à peu, les caractéristiques de ses doublets ont changé: des décolletés décolletés pour montrer son cou, des empiècements très relevés pour libérer les bras; la taille, très fine, est soulignée par l’utilisation de pinces obliques à l’avant et le doublet se termine souvent par une pointe.

Décorations, broderies, tresses, pierres…, sont toujours appliqués sur les costumes selon un positionnement précis. Ce goût pour l’esthétique opulente l’a conduit à travailler avec des décorateurs et des couturiers tels que Nicholas Georgiadis, Martin Kamer, Ezio Frigerio, Franca Squarciapino, Hanae Mori, Petrika Ionesco…

La fondation Rudolf Noureev a choisi Moulins
Rudolf Noureev a créé sa fondation en 1975 sous le nom de «Fondation pour la promotion du ballet». Au début, conçu pour aider sa famille restée aux États-Unis, il soutenait également des danseurs, des troupes, des écoles de ballet ou même l’organisation de spectacles. Après sa mort, il devint la Fondation Rudolf Noureev en 1994, conservant les mêmes grandes missions. Des actions sont également prévues dans les domaines médical, humanitaire et scientifique. Enfin, le danseur avait confié à la fondation la tâche de créer un lieu dédié à sa mémoire.

Peu de temps après l’ouverture du CNCS, en 2008, la Fondation Rudolf Noureev a fait don de tous les objets en sa possession qui appartenaient à Rudolf Noureev. Grâce à son soutien, un grand nombre de pièces sont exposées au public dans les salles d’exposition consacrées à cette collection.

La collection Noureev
Conformément à la volonté de Nureyev, la Fondation Noureev a choisi les centres pour héberger la collection Noureev. L’exposition permanente, conçue par Ezio Frigerio et consacrée à la collection Noureev, commémore la carrière exceptionnelle de ce grand danseur du XXe siècle, son travail de chorégraphe, son style de vie, son goût pour la décoration intérieure opulente, sa passion pour le collectionneur (objets, meubles, textiles) et son amour de la musique.

Noureev, danseuse
Noureev a joué un rôle majeur dans l’évolution de la danse masculine au XXe siècle. Il a gardé la force et la technique du danseur classique mais les a affinés à l’extrême. Dès le début de sa carrière, il a retravaillé les principaux rôles masculins pour leur donner plus d’importance et de virtuosité. Il interprète ses rôles d’acteur, avec charisme et vérité dramatique. Après lui, ce type d’interprétation est devenu la règle pour tous les danseurs masculins.

Noureev et les costumes
Rudolf Noureev attachait une grande importance à ses propres costumes et à ceux de ses productions. Sur scène, il cherchait à tirer le meilleur parti de son corps sans entraver ses mouvements. Afin d’allonger sa ligne, il a abandonné le pantalon court porté pour la modestie et n’a porté que des collants, ce qui lui a permis de mieux mettre en valeur ses jambes. Puis, pour libérer encore plus son mouvement, il raccourcit la ligne des doublets juste au-dessus de la taille. Peu à peu, les caractéristiques de son costume sont devenues plus claires et, dans les années 1960, un modèle de doublet a évolué, qui servirait de base à tous ses futurs costumes, quel que soit le style de la production.

Doublet pour le rôle du Prince dans le “Casse-Noisette”
Pas de deux, créateur de costumes inconnu, 1962. Soie, faille, perles de verre. CNCS – 2013.1.1

Paire de chaussures de danse (chaussons de ballet)
Dernier quart du 20ème siècle, Londres. Cuir. CNCS, don de la Fondation Rudolf Noureev.

Chaussons de danse
Doublet pour le rôle de Romeo
“Roméo et Juliette”, acte II. Costume d’Ezio Frigerio, 1977, London Festival Ballet. Velours, lamé d’argent, soie. CNCS, don de la Fondation Rudolf Noureev. RN-77RJ002

Costume pour le rôle de l’Arlequin
“Arlequin, magicien de l’amour”. Costume de Claudie Gastine, 1984, Opéra Comique, Paris. Satin, peinture, cuir. CNCS / Opéra National de Paris. D-ONP-85AM001

Noureev, chorégraphe
Au cours de sa carrière, il a remonté ou créé une quinzaine de ballets, dont la plupart sont encore dansés aujourd’hui par les plus prestigieuses compagnies de danse. Ces productions sont parfois très proches des chorégraphies originales, comme dans le cas de La Bayadère, jusque-là inconnu en Occident. Dans d’autres cas, on leur donne une nouvelle interprétation, comme dans Cendrillon, que Noureev a choisi de placer dans l’Amérique des années trente. Il a également créé de nouveaux ballets en un acte qui témoignent de son appétit culturel insatiable. Il s’est souvent inspiré de la musique (Bach Suite) ou de la littérature (Manfred, The Tempest, Washington Square).

Costume porté par Sylvie Guillem pour le rôle de Cendrillon
“Cendrillon”, acte II. Costume de Hanae Mori, 1986, Opéra national de Paris. Mousseline, soie, paillettes, plumes. CNCS / Opéra National de Paris. D-ONP-86CE001

Noureev, chorégraphe 2
Tutu porté par Noëlla Pontois pour le rôle de Nikiya dans “La Bayadère” (La danseuse du temple)
“La Bayadère”, acte III, dit acte d’ombres. Costume de Martin Kamer, 1974, Opéra national de Paris. Satin blanc, lamé argenté, tresses noires, argenté, perles. CNCS / Opéra national de Paris, D – ONP – 74BA002

Costume de Nikiya dans “La Bayadère” porté par … (1974)
par Martin Kamer

la biographie

Chambre 3
La troisième salle est consacrée à Noureev en tant que collectionneur. Il abrite une reconstitution de l’intérieur de sa maison parisienne.

Les maisons de Noureev
À la fin de sa vie, Noureev possédait sept propriétés à travers le monde: un appartement dans un hôtel particulier situé au 23 Quai Voltaire à Paris, un autre dans le Dakota à New York, une ferme en Virginie, une maison à Londres, des villas à Saint- Barthélémy et à Monte-Carlo et un autre sur les îles Li Galli en Italie. Noureev était un vrai nomade, dansant sur des scènes du monde entier et vivait peu dans ses résidences. Celles-ci ont cependant servi de foyer aux collections qu’il a amassées de manière compulsive tout au long de sa vie en Occident. L’appartement parisien, acheté en 1979, était la résidence principale de Noureev. Emilio Carcano, décorateur d’intérieur et décorateur de théâtre, a créé un intérieur opulent et théâtral autour du mobilier.

Porte manteau et chapeaux

Portemanteau
Anonyme, CNCS, don de la Fondation Rudolf Noureev. RN.2008.314

Collection de chapeaux appartenant à Rudolf Noureev
Deuxième moitié du 20ème siècle
Cuir et textile, CNCS, don de la Fondation Rudolf Noureev

Table d’appoint et théière

Guéridon
Russie, 19ème siècle
Karelian Birch, CNCS, don de la Fondation Rudolf Nureyev. RN.2008.16

Théière et sa base
Anonyme Angleterre, 19ème siècle
Argent, ivoire, CNCS, don de la Fondation Rudolf Noureev. RN.2008.14

Harmonium de Hofberg
Allemagne, 20ème siècle. Bois. CNCS, don de la Fondation Rudolf Noureev. RN.2008.18

La tombe
Rudolf Noureev, atteint du sida, est décédé à Paris le 6 juin 1993. Selon ses dernières volontés, il repose dans le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, en région parisienne. La cérémonie civile a eu lieu le 12 janvier 1993 au Palais Garnier.
Entièrement recouvert de mosaïque, sa pierre tombale représente le tapis oriental kilim si cher à l’artiste. Il a été créé par le décorateur Ezio Frigerio, qui avait déjà collaboré avec Noureev à plusieurs reprises.

Costume Centre National d’Etape
Le Centre national du costume de scène (CNCS) est un musée français dédié aux costumes et décors de théâtre.

Il a été inauguré le 1 er juillet 2006 à Moulins, dans l’Allier, par Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture, Pierre-André Périssol, maire de Moulins, et Christian Lacroix, couturier et président du conseil d’administration. La directrice actuelle est Delphine Pinasa, dont le portrait est exposé au musée.

Le Centre National du Costume de Scène est la première structure de préservation, en France ou à l’étranger, à être entièrement consacrée au patrimoine matériel des théâtres.
Sa mission consiste à préserver, à étudier et à valoriser une collection patrimoniale de 10 000 costumes de théâtre, d’opéra et de ballet, ainsi que des décors peints, fournis par les trois institutions fondatrices du centre, la Bibliothèque nationale de France, la Comédie-Française et la Opéra National de Paris. Le centre a également reçu de nombreux dons d’artistes et de théâtres.

Des collections
Composées d’environ 10 000 costumes et éléments de décors du milieu du XIXe siècle à nos jours, les collections proviennent de théâtres, d’opéras, de ballets comme l’Opéra national de Paris, la Comédie-Française et la Bibliothèque nationale de France.

Le musée possède une collection de costumes de Rudolf Noureev, qui, dans son testament, a demandé à être un “lieu de mémoire”. Nureyev, qui a été directeur du Ballet de l’Opéra de Paris, avait souhaité que sa collection soit placée dans un musée à Paris, mais aucun lieu approprié n’a pu être trouvé. Ainsi, sa collection a été placée dans le musée de ce musée de la région Auvergne, à environ 3 heures de train de Paris. C’est “une collection permanente qui offre aux visiteurs le sens de sa personnalité exubérante et vagabonde et de sa passion pour tout ce qui était beau et rare”. La collection présente des artefacts historiques de la carrière de Noureev, notamment du matériel de film et de photographie, ainsi que 70 costumes.

Costumes de scène
Plusieurs compagnies de théâtre et théâtres, dont la Comédie Française et l’Opéra de Paris, envoient leurs costumes au musée après leur dernier spectacle. Au musée, ils sont disponibles pour être exposés et conservés. Ils sont également disponibles pour les chercheurs et les étudiants.

Les collections: la mémoire d’institutions et d’artistes légendaires
Même si les costumes de scène représentent un patrimoine très important en termes de dépenses et de biens pour les théâtres, il n’ya jamais eu de véritable politique de protection avant la création du centre. Ils témoignent de la créativité des créateurs de costumes qui les ont dessinés et du savoir-faire des ateliers qui les ont réalisés. Ils portent en eux les traces des artistes qui les ont mis en valeur sur scène.

Les costumes les plus anciens remontent au 18ème siècle. Ce sont des vêtements authentiques (redingots et gilets masculins) donnés ou achetés par la Comédie-Française après la Révolution française pour être utilisés dans un répertoire d’inspiration du 18ème siècle (Marivaux, Beaumarchais…). Outre ces pièces exceptionnelles, la collection comprend principalement des costumes de productions créées à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Le projet a vu le jour en 1995 lorsque le ministère de la Culture et de la Communication a sollicité les principales institutions nationales, la Bibliothèque nationale de France (Département des arts du spectacle), la Comédie-Française et l’Opéra National de Paris pour constituer le premier fonds constitué de 8500 costumes pour l’ouverture du CNCS.

La collection fournie par la Bibliothèque nationale de France reflète la richesse et la variété de la collection du département des arts de la scène. Il comprend les costumes de la troupe Renaud-Barrault, du Théâtre de l’Atelier sous la direction de Charles Dullin, du Théâtre du Campagnol dirigé par Jean-Claude Penchenat ainsi que des costumes de Philippe Guillotel pour les Jeux olympiques d’Albertville mis en scène par Philippe Decouflé, en 1992.

La collection de la Comédie-Française couvre trois siècles d’histoire de ce grand théâtre. Les costumes ont été confectionnés dans des ateliers de couture réputés, notamment pour les vêtements historiques. Certaines ont été créées par Suzanne Lalique, Lila de Nobili ou Thierry Mugler et portées par Sarah Bernhardt, Mounet-Sully ou Jean Marais…

La collection de l’Opéra National de Paris comprend 5000 costumes d’opéra et de ballet couvrant une période de cent cinquante ans à partir de 1872, avec des costumes conçus par Bakst, Benois, Derain, Cocteau … La plupart d’entre eux ont été fabriqués dans les ateliers de couture de l’opéra et porté par toutes les plus grandes stars, Serge Lifar, Yvette Chauviré, Maria Callas, Rudolf Noureev, Régine Crespin, Luciano Pavarotti…

Le CNCS abrite une collection exceptionnelle d’environ 2000 dessins et modèles de costumes créés par Christian Lacroix pour la scène (opéra, danse et théâtre). Le créateur de mode Frank Sorbier a également fait don de ses modèles de costumes pour deux opéras, la Traviata et The Tales of Hoffmann.

Une collection d’éléments de décors
Le Centre national des costumes de scène et de la scénographie abrite une collection de toiles peintes, d’éléments de décoration et de matériel de scène (châssis, appareils de levage, mâts, praticables, outils) datant du milieu du XXe siècle. Dans cette continuité, plusieurs troupes de danseurs contemporains ont légué certains de leurs décors ainsi que des dons de costumes.