Style portugais doux

Le style portugais doux (portugais: Estilo Português Suave) est un modèle architectural utilisé dans les bâtiments publics et privés au Portugal, essentiellement pendant les années 1940 et au début des années 1950. Ce style architectural est également connu sous le nom de style nationaliste, style traditionaliste et style New State, mais cette dernière dénomination n’est pas très correcte, puisque pendant le Régime du nouvel État portugais, divers styles architecturaux ont été appliqués dans les bâtiments publics.

Histoire
Le portugais Suave est le résultat des idées de plusieurs architectes portugais qui, à partir du début du XXe siècle, ont cherché à créer une «véritable architecture portugaise». L’un des mentors de ce style a été l’architecte Raul Lino, créateur de la théorie de la “maison portugaise”. Le résultat de ce courant a été la création d’un style d’architecture qui a utilisé les caractéristiques techniques modernistes, masqué par un mélange d’éléments esthétiques extérieurs empruntés à l’architecture ancienne et traditionnelle du Portugal.

Le nouvel État portugais, régime nationaliste autoritaire issu de la révolution de 1926 et dirigé par Oliveira Salazar, s’est lancé dans une vaste politique de travaux publics à partir des années 1930. Initialement, dans les nouveaux bâtiments publics, un style moderniste monumental a prévalu, avec des caractéristiques Art déco. Cependant, après l’Exposition universelle portugaise en 1940, dont l’architecte en chef était José Cottinelli Telmo, le gouvernement portugais a commencé à préférer un style nationaliste pour ses nouvelles constructions publiques. Ce style était utilisé dans tous les types de bâtiments publics, des petites écoles primaires rurales aux grandes écoles secondaires et campus universitaires, les casernes militaires, les cours de justice, les hôpitaux, les mairies et ainsi de suite.

Au-delà du Portugal, ce style était également largement utilisé dans les bâtiments publics des territoires portugais d’outre-mer d’Afrique, d’Asie et d’Océanie. Le style était également très populaire dans le secteur privé, étant utilisé dans tous les types de bâtiments, des petites maisons familiales aux immeubles d’habitation, hôtels, immeubles de bureaux, bâtiments commerciaux et industriels.

Le style a été sévèrement attaqué par un grand nombre de jeunes architectes qui l’accusaient d’être provincial et dépourvu d’imagination. Son surnom, par lequel il était le plus connu, “Portugais Suave”, lui a été donné ironiquement par ses critiques, qui l’avaient comparé à une marque de cigarettes du même nom. Le plus grand coup au style a été frappé par le 1er Congrès national portugais d’architecture de 1948, ce qui signifie qu’il a progressivement été abandonné pour des travaux publics et privés. À partir du milieu des années 50, les travaux publics parrainés par l’État ont commencé à utiliser des styles architecturaux plus modernistes.

Malgré la critique de nombreux intellectuels, le style portugais Suave s’est avéré populaire, correspondant aux goûts d’un segment du peuple portugais. Ses caractéristiques, bien qu’atténuées, sont revenues et peuvent être vues dans de nombreux bâtiments privés construits depuis les années 1990.

Influences
Le style doux portugais est issu d’une chaîne d’architectes qui, depuis le début du XXe siècle, a cherché à créer une architecture «authentiquement portugaise». L’un des mentors de cette chaîne était l’architecte Raul Lino, théoricien de la maison portugaise. Le résultat de cette tendance a été la création d’un style d’architecture qui a utilisé les caractéristiques modernistes de l’ingénierie, déguisé par un mélange d’éléments esthétiques extérieurs tirés de l’architecture portugaise du 17ème et 18ème siècles et les maisons traditionnelles des différentes régions du Portugal .

Estado Novo, un régime politique dirigé par Oliveira Salazar, qui a émergé de la révolution de 1926, a commencé une politique de travaux publics à grande échelle commençant au milieu des années 1930. Initialement, dans les nouveaux bâtiments publics construits, le style moderniste a prévalu, avec des éléments monumentaux de l’art déco, tels que l’Instituto Superior Técnico, l’Institut national de statistique et le Liceu national de Beja.

Cependant, surtout depuis l’Exposition universelle portugaise en 1940, dont l’architecte en chef était José Cottinelli Telmo, le style nationaliste a commencé à être favorisée dans les nouveaux bâtiments publics. Ce style était utilisé dans tous les types de bâtiments, des petites écoles primaires rurales aux grandes écoles secondaires et supérieures, en passant par les casernes militaires, les tribunaux, les hôpitaux, les conseils municipaux, etc. Outre le Portugal, ce style était aussi largement utilisé dans les bâtiments publics portugais. territoires d’outre-mer d’Afrique, d’Asie et d’Océanie. Le style a également acquis une grande popularité dans le secteur privé, et est également utilisé dans tous les types de bâtiments dans cet environnement, des maisons unifamiliales aux immeubles d’habitation, en passant par les immeubles de bureaux, les magasins et même l’industrie.

Le style a été fortement attaqué par un grand nombre d’architectes, qui l’ont accusé d’être provincial et dépourvu d’imagination. La désignation, par laquelle le style est finalement devenu officieusement connu, “Portugais Suave”, a été ironiquement donné par ses critiques, qui l’ont comparé à une marque homonyme de cigarettes [la citation nécessaire]. Le plus grand coup du style a été donné au premier Congrès national d’architecture de 1948, qui a conduit à ce qu’il soit progressivement cessé d’être utilisé dans les constructions publiques et privées. À partir du milieu des années 1950, les travaux publics promus par l’Estado Novo sont revenus à la faveur de l’architecture moderniste.

Malgré la critique des intellectuels, le style Suave portugais était très populaire, correspondant au goût de beaucoup de Portugais. Ses caractéristiques, bien qu’atténuées, ont été présentes dans de nombreux bâtiments privés, notamment depuis les années 1990.

Caractéristiques
Les bâtiments typiques de ce style ont été un tournant dans la construction civile nationale. Ce qui jusqu’alors avait été très traditionaliste et rétrograde est venu s’appuyer sur les dernières innovations techniques internationales. L’introduction de techniques d’ingénierie nouvelles et modernes, telles que l’utilisation de structures en béton et le système poutre-pilier, ont révolutionné non seulement la manière de construire, mais aussi la manière de penser les bâtiments. Les bâtiments communs, comme la plupart des habitations, ont été conçus et conçus par des maîtres non qualifiés; à partir de ce moment, des progrès ont été faits dans ce sens, assignant le travail de dimensionnement de la structure à un technicien spécialisé. Cependant, tout ce modernisme n’a pas été accepté de la même manière que dans le reste de l’Europe, plus vers l’avenir et pour la modernité, puisque le gouvernement portugais de l’époque était très puritain et conservateur. Dans cette mesure, la technique moderne était déguisée par des éléments ornementaux classiques, dans un geste d’obstruction culturelle au progressisme internationaliste.

Les éléments décoratifs présents dans le style sont issus de l’architecture des XVIIe et XVIIIe siècles et de l’architecture traditionnelle des différentes régions portugaises. Ces inspirations proviennent principalement des études de Raul Lino. Typiquement, des éléments décoratifs tels que pierre rustique, poinçons, coins et écharpes sont utilisés, toits inclinés avec corniches et tuiles rouges, fausses corniches, pinacles, pilastres sur balcons, etc. Il est également courant l’existence d’arcs et de tours d’évocation médiévale avec coruchéus (pyramidal ou conique) surmonté de sphères armillaires (symbolisant l’empire), ou avec des vents, plus présents dans les villages. Les colonnades jouent également un rôle important dans les éléments architecturaux du bâtiment souple portugais. La verticalité de celle-ci, et le fait qu’elles se répètent le long de la façade, provoquent un espace d’entrée très austère et fort; cette caractéristique est utilisée principalement dans les bâtiments administratifs et judiciaires (ministères, tribunaux, etc.) pour le rôle qu’ils ont représenté dans la société au jour le jour de l’époque.

Types fonctionnels

Palais de Justice
Ce type de construction est considéré, avec le Paços do Concelho, le “type noble” du Portugais Soft. Ils sont généralement caractérisés par une volumétrie dure, utilisant des colonnades et de grands portiques pour imposer leur monumentalité. Il y a un souci symbolique d’associer à l’architecture de ces bâtiments l’idée du pouvoir judiciaire (intrinsèquement lié au pouvoir d’État) couplée à un esprit austère et classique. Un bon exemple des caractéristiques décrites est le Palais de Justice de Porto (1961), où les colonnades jouent un rôle fondamental par rapport à l’idéologie globale que le bâtiment doit faire apparaître; l’austérité et la monumentalité presque violentes font de ce palais de justice l’un des plus représentatifs de ce type fonctionnel.

Conseils municipaux
Les bâtiments des conseils municipaux font partie, avec les palais de justice, du “type noble” du Suave portugais. En comparant les deux typologies, la mairie est plus éclectique, c’est-à-dire qu’elle a une forme plus libérée, moins attachée aux idées de pouvoir et d’austérité des bâtiments judiciaires (bien que étroitement liée à ces expressions). Ils sont également associés à un thème plus historique et nationaliste; il y a parfois sur les façades, ou sur les porches, des panneaux illustratifs relatifs à divers aspects de la vie urbaine tels que l’œuvre ou l’histoire de celle-ci. Un exemple d’une chambre municipale de ce style, bien que peu représentative, est la construction de la mairie de Póvoa de Lanhoso; Ce bâtiment est relié à la domus locale joignant pragmatiquement les deux bâtiments nobles du village.

Boîtes générales de dépôts et de crédits et Providence
Ce type de bâtiment était fondamental dans l’économie des villes et des cités du pays. Ils étaient généralement situés au centre des localités, de sorte que l’accès était le plus rapide pour tout habitant de la région. Ils ont été construits dans le but d’avoir l’air assez solide et résilient en raison du sentiment naturel qu’ils devraient donner aux gens, que l’argent était en sécurité. Il existe plusieurs typologies sur l’ensemble du territoire portugais; de la facette du solaire urbain, au bâtiment classique typique, avec de grandes tourelles surmontées de grands coruhos. La construction de la caisse générale des gisements de Santarém montre bien le caractère austère, mais sobre, de ce type fonctionnel. La tour et les grandes fenêtres donnent au public le sentiment de sécurité dont il a toujours besoin et qui doit toujours être associé à un bâtiment.

Bâtiments de CTT
Les postes, télégraphes et téléphones sont un cas particulier dans l’architecture de cette époque. Le fait que dans les années 30 et 40, un seul architecte était responsable de la conception et de l’exécution de ces travaux, Adelino Nunes laissait peu de place à de grandes innovations techniques et formelles, reflétées dans la faible diversité. Cela se traduit par la possibilité de diviser les différentes installations construites dans le pays, car le nombre élevé de bâtiments est étroitement lié. Il existe trois types de niveaux de bâtiments CTT:

Niveau simple – pour les établissements plus humbles, dans un style plus historique-régionaliste. Un exemple de ceci est le CTT de Fafe.
Niveau moyen – pour les villes d’une certaine importance, ou les petites villes, dans un style plus moderne et innovant. Le nord est caractérisé par le granite et au sud par les murs blanchis à la chaux. Deux exemples, un pour chaque cas, sont les Correios de Valença, au nord, ceux d’Évora au sud.
Palais de la poste – pour les grandes villes, dans un style éclectique qui mêle à la fois régionalisme, modernité et monumentalité. L’exemple le plus pertinent de ce type de construction est le Palácio dos Correios de Lisbonne.

Écoles
Les écoles primaires de cette époque faisaient partie d’un projet connu sous le nom des écoles du centenaire de Rogério de Azevedo. L’architecte a élaboré un plan standard décrivant comment construire l’école. Il y avait de petites variantes qui essayaient d’intégrer les bâtiments dans le panorama architectural de l’endroit où ils se trouvaient; Les écoles du sud étaient caractérisées par des arcs et des murs blanchis à la chaux (la plupart des maisons du sud sont blanchies à la chaux depuis l’occupation musulmane), et au nord par les porches et l’utilisation du granit.

Les écoles secondaires étaient fondées sur une idée très différente de celle des écoles primaires. Ceux-ci ont été installés dans de grandes demeures avec des airs des seizième et seizième siècles avec de grandes arches et des tuiles. Comme les écoles primaires, la plupart de ces bâtiments étaient d’éducation mixte; dans cette mesure, et selon les idées de l’époque, les garçons et les filles fréquentaient différents côtés de l’établissement en les rendant symétriques. Certaines de ces écoles étaient associées à des quartiers, comme l’école dans le quartier d’Ajuda. Dans ce que je dis aux universités, comment elles ont pris une taille beaucoup plus grande et disent qu’elles sont traitées comme des groupes urbains.

Œuvres religieuses
Le sanctuaire de Fatima était le plus grand travail religieux du régime. En général, les églises construites dans ce style ont été stylisées en béton. Un travail qui reste à souligner est le Christ-Roi à Almada.

Monuments et Infrastructures
Il y avait une demande de l’Etat pour s’affirmer sur une grande échelle liée à la nécessité de réaliser des travaux majeurs d’équipements de base (eau, égouts, électricité, réseau routier). Comme exemples de monument, nous avons la fontaine lumineuse à Lisbonne. En termes d’infrastructure, il y a le barrage de Castelo de Bode et Ponte 25 de Abril (Ponte Salazar initialement), qui est venu résoudre un problème qui, au début du siècle, avait besoin d’une solution – reliant les deux rives du Tage.

Logement
Le logement était l’un des problèmes majeurs du régime salazariste dans la capitale. La population de Lisbonne augmentait d’année en année et il était nécessaire de construire des endroits pour abriter toutes ces personnes. Ce processus a été abordé de plusieurs façons en fonction du type de client. Les maisons sont divisées en trois catégories: les immeubles à revenus et les maisons unifamiliales ou jumelées, les quartiers sociaux.

Les bâtiments de rendement sont des volumes symétriques, où ils utilisent des matériaux traditionnels, peu saillants et avec des façades lisses. Dans le même temps, des bâtiments plus progressifs du même type sont apparus dans la technologie utilisée (béton armé, système poutres-poutres-dalles), mais traditionnels dans l’expression architecturale qu’ils ont. Caractérisé par des caves en pierre, des fenêtres encadrées de la poitrine, des balcons de balcon avec le balcon décoratif de fer forgé, des toitures de toiture (utilisation de coruchéus parfois) et des colonnades de pierre sur la façade.

Les habitations unifamiliales sont généralement constituées d’un large toit avec avant-toit, d’une façade peinte en blanc ou de couleurs claires, de pierres dans les encadrements, de portes en bois peintes en vert et d’un porche couvert ou avarandados recouvert de tuiles. Parfois, il y a quelques œuvres en carreaux ou en céramique avec des motifs traditionnels, des pièces en fer forgé (boîtes à fleurs, girouette et portails).

Les quartiers sociaux (ou complexes résidentiels) étaient de grands ensembles organisés de «maisons économiques» (ou «loyers économiques») constitués de maisons unifamiliales, ou plus communément de maisons jumelées. Les quartiers sociaux ont été érigés dans des zones plus disqualifiées de la ville. Le premier quartier, qui a servi de prototype des quartiers inclus dans le projet de Duarte Pacheco, Nouveaux quartiers, était le quartier de Salazar, plus connu sous le nom de Bairro do Alvito (1938). Outre les quartiers de maisons à bas revenus, il y avait aussi des quartiers élémentaires, tels que Bairro Alto da Serafina; et les quartiers de maisons préfabriquées, comme le quartier Caselas et les quartiers inachevés pendant la Première République, tels que le quartier Arco do Cego, ont été achevés.

Principaux auteurs
Adelino Nunes, Carlos Ramos, Carlos Rebello de Andrade, Cassiano Branco, Cottinelli Telmo, Cristino da Silva, Guilherme de Rebello Andrade, João Simões, Jorge assuré, Keil do Amaral, Pardal Monteiro, Paulino Montez, Raul Rodrigues Lima, Rogério de Azevedo, Vasco Regaleira, Veloso Reis Camelo

Construction de fronts urbains
Entre 1930 et 1940 Duarte Pacheco a lancé un vaste programme de construction de façades urbaines afin d’éviter une croissance désordonnée de la ville et la prolifération d’une architecture de mauvaise qualité. Un premier plan fut dressé pour abriter des milliers de personnes à la périphérie de la ville; Il a été conçu par Paulino Montez un quartier pionnier entre la Tapada da Ajuda et Alcântara qui aurait le nom de Salazar. La géométrie symétrique des rues et l’organisation des différents espaces: logements, équipements et espaces verts ont été les principales caractéristiques de ce quartier. Les maisons étaient pour la plupart jumelées et il y avait aussi quelques petits bâtiments. Les terrasses plates représentaient bien l’inspiration moderne cubiste de l’architecte. Cependant, le goût néo-traditionnel général a reconverti ces toits en toits de tuiles typiques. De là, jusqu’aux années 1940, huit autres quartiers avec les mêmes caractéristiques sont apparus, les plus importants étant l’Incarnation et Madre de Deus.

Au cours des années 1940 et 1950, deux types d’urbanisation résidentielle ont eu lieu à l’extrémité ouest de la ville: des maisons modestes et de grandes villas de luxe. Une partie d’entre eux, profondément inspirée par la typologie de la maison portugaise de Raul Lino.

Expositions du Monde
En 1940, Duarte Pacheco, a été mis à l’épreuve dans l’Exposition du Monde Portugais, qu’a eu un rôle profondément idéologique dans la vie nationale et de la capitale de l’Empire. Animé par Pacheco et dirigé par Cottinelli Telmo était une brillante compagnie de tous les arts. En plus de son impact sur la vie de la ville, spectateurs de l’architecture de fête précaire, l’exposition a provoqué des transformations dans la Praça do Império et un plan de grands bâtiments officiels. L’exposition universelle portugaise comprenait des pavillons thématiques liés à l’histoire, aux activités économiques, à la culture, aux régions et aux territoires d’outre-mer du Portugal.