Gestion planétaire

La gestion planétaire est une gestion intentionnelle à l’échelle mondiale des processus et cycles biologiques, chimiques et physiques de la Terre (eau, carbone, azote, soufre, phosphore, etc.). La gestion planétaire inclut également la gestion de l’influence de l’humanité sur les processus à l’échelle planétaire. Une gestion planétaire efficace vise à prévenir la déstabilisation du climat de la Terre, à protéger la biodiversité et à maintenir ou améliorer le bien-être humain. Plus spécifiquement, il vise à bénéficier à la société et à l’économie mondiale et à préserver les services écosystémiques dont dépend l’humanité – climat mondial, approvisionnement en eau douce, aliments, énergie, air pur, sol fertile, pollinisateurs, etc.

En raison de la complexité et de l’ampleur de la tâche, il reste à voir si la gestion planétaire est un paradigme réalisable pour maintenir la durabilité mondiale. Le concept a actuellement des défenseurs et des critiques des deux côtés: l’écologiste David W. Orr se demande si une telle tâche peut être accomplie avec l’aide de l’homme et de la technologie ou sans d’abord examiner les causes humaines sous-jacentes, tandis que le géographe Vaclav Smil reconnaît que “l’idée de gestion planétaire peut paraître absurde pour beaucoup, mais à ce moment de l’histoire, il n’ya pas d’alternative rationnelle “.

Contexte
Le terme est utilisé dans les romans de science-fiction depuis les années 1970. En 2004, le Programme international géosphère-biosphère a publié «Le changement global et le système terrestre, une planète sous pression». Le résumé de la publication concluait ainsi: «Une stratégie globale, globale et cohérente pour la gestion du système terrestre est nécessaire». Elle a déclaré que l’objectif de la recherche est de définir et de maintenir un équilibre stable dans l’environnement mondial. En 2009, le concept de frontières planétaires a été publié dans la revue scientifique Nature. Le document identifie neuf limites dans le système terrestre. Les auteurs suggèrent que le fait de rester dans ces neuf limites pourrait préserver l’équilibre actuel.

En 2007, la France a appelé à ce que le PNUE soit remplacé par une nouvelle organisation plus puissante, l’Organisation des Nations Unies pour l’environnement. La raison en était que le statut du PNUE en tant que programme plutôt qu’en tant qu’organisation relevant de la tradition de l’Organisation mondiale de la santé ou de l’Organisation météorologique mondiale l’affaiblissait au point qu’il n’était plus adapté aux objectifs, compte tenu des connaissances actuelles sur l’état de la Terre. L’appel a été soutenu par 46 pays. En particulier, les cinq principaux émetteurs de gaz à effet de serre n’ont pas répondu à l’appel.

Limites planétaires
Les limites planétaires sont un concept impliquant des processus du système terrestre contenant des limites environnementales, proposé en 2009 par un groupe de scientifiques spécialistes du système terrestre et de l’environnement, dirigés par Johan Rockström du Stockholm Resilience Centre et Will Steffen de l’Australian National University. Le groupe souhaitait définir un “espace d’opération sûr pour l’humanité” pour la communauté internationale, y compris les gouvernements à tous les niveaux, les organisations internationales, la société civile, la communauté scientifique et le secteur privé, comme condition préalable au développement durable. Le cadre repose sur des preuves scientifiques que les actions humaines depuis la révolution industrielle sont devenues le principal moteur du changement environnemental mondial.

Selon le paradigme, “transgresser une ou plusieurs frontières planétaires peut être délétère, voire catastrophique, en raison du risque de franchir des seuils qui déclencheront des changements environnementaux brusques et non linéaires au sein de systèmes à l’échelle continentale ou planétaire”. Les limites du processus du système terrestre marquent la zone de sécurité pour la planète dans la mesure où elles ne sont pas franchies. À partir de 2009, deux frontières ont déjà été franchies, d’autres sont sur le point de l’être.

Comparaison avec d’autres visions du monde de l’environnement
Avec la gestion planétaire, l’intendance et la sagesse environnementale sont des manières différentes de gérer la Terre ou des “visions du monde environnementales”.

En particulier:
La gestion planétaire concentre son attention sur les besoins et les désirs humains, tandis que l’intendance vise les avantages pour les humains, les organismes et les écosystèmes de la Terre. En d’autres termes, la gestion planétaire considère l’homme comme la plus importante espèce de la Terre, tandis que l’intendance et la sagesse environnementale prennent en compte toutes les espèces au même niveau d’importance.
Pour atteindre son objectif, la gestion planétaire repose sur la technologie et l’innovation (en tant qu’intendance et vision du monde des vaisseaux spatiaux – Terre), tandis que la sagesse environnementale repose sur les enseignements tirés de la nature.