La gestion des déchets

La gestion des déchets ou l’élimination des déchets sont toutes les activités et actions requises pour gérer les déchets depuis leur création jusqu’à leur élimination finale. Cela comprend, entre autres, la collecte, le transport, le traitement et l’élimination des déchets, ainsi que la surveillance et la réglementation. Il englobe également le cadre juridique et réglementaire relatif à la gestion des déchets, comprenant des orientations sur le recyclage.

Les déchets peuvent prendre n’importe quelle forme solide, liquide ou gazeuse et chacun d’entre eux a des méthodes d’élimination et de gestion différentes. La gestion des déchets concerne normalement tous les types de déchets, qu’ils aient été créés sous des formes industrielles, biologiques, ménagères ou spéciales, où ils peuvent constituer une menace pour la santé humaine. Il est produit en raison d’activités humaines, par exemple lorsque des usines extraient et traitent des matières premières. La gestion des déchets vise à réduire les effets néfastes des déchets sur la santé, l’environnement et l’esthétique.

Les pratiques de gestion des déchets ne sont pas uniformes parmi les pays (pays développés et en développement); régions (zones urbaines et rurales) et secteurs (résidentiel et industriel).

Une grande partie des pratiques de gestion des déchets concerne les déchets solides municipaux, qui constituent l’essentiel des déchets générés par les activités domestiques, industrielles et commerciales.

Types de déchets
Par origine, on distingue les types de déchets suivants:

A. Déchets municipaux et assimilables générés dans les zones urbaines et rurales. Ils sont regroupés dans:

A1 – Déchets ménagers des ménages, magasins, hôtels, restaurants, institutions publiques.
A2 – Déchets routiers spécifiques aux flux de rue (papier, plastiques, feuilles, poussière).
A3 – Déchets de construction et de démolition générés par les travaux de construction, de réfection et d’entretien des rues.
A4 – Boues urbaines issues d’installations de traitement des eaux usées et ménagères.

B. Déchets sanitaires en provenance d’hôpitaux, de dispensaires et de cabinets médicaux.

C. Déchets de production résultant de processus d’activités technologiques, industrielles ou agricoles.

C1 Déchets industriels, classés selon les normes européennes dans:
Classe 1 Déchets industriels dangereux mais non toxiques, par exemple amiante.
Classe 2 Déchets industriels non dangereux et non toxiques.
Classe 3 Déchets inertes, provenant par exemple de la construction.
Classe 4 Déchets toxiques, par exemple médicaux, radioactifs.
Classe 5 Déchets industriels produits en très grande quantité, p.ex. cendres produites par des centrales au charbon.
C2 Déchets agro-zootechniques provenant de l’agriculture et, en particulier, de la zootechnie.
C3 Déchets spéciaux, catégorie d’explosifs et de substances radioactives.

Principes de gestion des déchets

Hiérarchie des déchets
La hiérarchie des déchets fait référence aux «3 R», à la réduction, à la réutilisation et au recyclage, qui classent les stratégies de gestion des déchets en fonction de leur intérêt en termes de minimisation des déchets. La hiérarchie des déchets est la pierre angulaire de la plupart des stratégies de réduction des déchets. L’objectif de la hiérarchie des déchets est d’extraire le maximum d’avantages pratiques des produits et de générer le minimum de déchets ultimes; voir: récupération de ressources. La hiérarchie des déchets est représentée sous forme de pyramide car le principe de base est que les politiques doivent promouvoir des mesures visant à prévenir la production de déchets. La prochaine étape ou action privilégiée consiste à rechercher d’autres utilisations pour les déchets générés, par exemple par réutilisation. La prochaine est le recyclage qui comprend le compostage. Cette étape est suivie de la récupération des matériaux et de la valorisation énergétique des déchets. L’action finale est l’élimination, dans des décharges ou par incinération sans récupération d’énergie. Cette dernière étape constitue le dernier recours pour les déchets qui n’ont pas été empêchés, réacheminés ou récupérés. [Page nécessaire] La hiérarchie des déchets représente la progression d’un produit ou d’un matériau à travers les étapes successives de la pyramide de la gestion des déchets. La hiérarchie représente les dernières parties du cycle de vie de chaque produit. [Page nécessaire]

Cycle de vie d’un produit
Le cycle de vie commence avec la conception, puis passe par la fabrication, la distribution et l’utilisation principale, puis suit les étapes de la réduction, de la réutilisation et du recyclage de la hiérarchie des déchets. Chaque étape du cycle de vie offre des opportunités pour une intervention politique, pour repenser la nécessité du produit, pour une nouvelle conception afin de minimiser le potentiel de déchets, pour étendre son utilisation. [Page nécessaire] L’analyse du cycle de vie du produit est un moyen d’optimiser l’utilisation de ressources limitées du monde en évitant la génération inutile de déchets.

Efficacité des ressources
L’utilisation rationnelle des ressources reflète la compréhension du fait que la croissance et le développement économiques mondiaux ne peuvent être soutenus par les modes de production et de consommation actuels. Globalement, l’humanité extrait plus de ressources pour produire des biens que la planète ne peut en reconstituer. [Page nécessaire] L’efficacité des ressources consiste à réduire l’impact environnemental de la production et de la consommation de ces biens, de l’extraction finale de la matière première à la dernière utilisation et à son élimination. Ce processus d’utilisation rationnelle des ressources peut traiter de la durabilité.

Principe pollueur-payeur
Le principe pollueur-payeur stipule que la partie polluante doit payer l’impact sur l’environnement. En ce qui concerne la gestion des déchets, il s’agit généralement de l’obligation pour un producteur de déchets de payer pour l’élimination appropriée du matériau non récupérable.

Histoire
Pendant la majeure partie de l’histoire, la quantité de déchets produits par l’homme était insignifiante en raison de la faible densité de population et du faible niveau sociétal d’exploitation des ressources naturelles. Les déchets courants produits à l’époque pré-moderne étaient principalement des cendres et des déchets humains biodégradables. Ces déchets ont été relâchés localement dans le sol, avec un impact minimal sur l’environnement. Les outils en bois ou en métal étaient généralement réutilisés ou transmis de génération en génération.

Cependant, certaines civilisations semblent avoir produit plus de déchets que d’autres. En particulier, les Mayas d’Amérique centrale avaient un rituel mensuel fixe, dans lequel les habitants du village se rassemblaient et brûlaient leurs ordures dans de grandes décharges.

Ère moderne
Après le début de l’industrialisation et la croissance urbaine soutenue des grands centres de population en Angleterre, l’accumulation de déchets dans les villes a entraîné une détérioration rapide des niveaux d’assainissement et de la qualité de la vie urbaine en général. Les rues ont été étouffées par la saleté en raison de l’absence de réglementation en matière de traitement des déchets. Dès 1751, Corbyn Morris, à Londres, proposa la création d’une autorité municipale dotée de pouvoirs d’enlèvement des déchets. «La préservation de la santé de la population étant d’une grande importance, il est proposé de nettoyer cette ville, devrait être placée sous une direction publique uniforme, et toute la saleté devrait être … transportée par la Tamise à bonne distance du pays “.

Cependant, ce n’est qu’au milieu du 19e siècle, sous l’impulsion d’épidémies de choléra de plus en plus dévastatrices et de l’émergence d’un débat sur la santé publique, que la première législation en la matière est apparue. Le rapport du réformateur social Edwin Chadwick sur l’état sanitaire de la population laborieuse en 1842 dans lequel il plaidait pour l’importance de disposer d’installations adéquates d’élimination et de gestion des déchets pour améliorer la santé et le bien-être de la population de la ville .

Au Royaume-Uni, la loi de 1846 sur la suppression des nuisances et la prévention des maladies a mis en place un processus en constante évolution de fourniture de services de gestion réglementée des déchets à Londres. La Metropolitan Board of Works a été la première autorité municipale à centraliser la réglementation de l’assainissement dans cette ville en pleine expansion. En vertu de la loi de 1875 sur la santé publique, chaque ménage était tenu de déposer ses déchets hebdomadaires dans des “récipients mobiles: à éliminer – le premier concept de poussière” -poubelle.

L’augmentation spectaculaire des déchets à éliminer a conduit à la création des premières installations d’incinération ou, comme on les appelait alors, de “destructeurs”. En 1874, le premier incinérateur fut construit à Nottingham par Manlove, Alliott & Co. Ltd. selon les plans d’Alfred Fryer. Celles-ci se sont toutefois heurtées à l’opposition en raison de la quantité importante de cendres qu’elles ont produites et qui se sont répandues dans les zones voisines.

Des systèmes municipaux similaires d’élimination des déchets ont vu le jour au tournant du XXe siècle dans d’autres grandes villes d’Europe et d’Amérique du Nord. En 1895, la ville de New York devint la première ville américaine à gérer les déchets dans le secteur public.

Les premiers camions de ramassage des ordures étaient simplement des bennes à benne ouverte, tirées par une équipe de chevaux. Ils sont devenus motorisés au début du XXe siècle et les premiers camions à caisse fermée destinés à éliminer les odeurs avec un mécanisme à levier basculant ont été introduits dans les années 1920 en Grande-Bretagne. Ceux-ci furent bientôt équipés de «mécanismes de trémie» dans lesquels la scooper était chargée au niveau du sol puis hissée mécaniquement pour déposer les déchets dans le camion. Le Garwood Load Packer fut le premier camion en 1938 à intégrer un compacteur hydraulique.

Traitement et transport des déchets
Les méthodes de collecte des déchets varient considérablement selon les pays et les régions. Les services de collecte des déchets ménagers sont souvent fournis par les autorités locales ou par des entreprises privées pour les déchets industriels et commerciaux. Certaines zones, notamment celles des pays moins développés, ne disposent pas de systèmes formels de collecte des déchets.

Pratiques de traitement des déchets
La collecte en bordure de rue est la méthode d’élimination la plus courante dans la plupart des pays européens, au Canada, en Nouvelle-Zélande et dans de nombreuses autres régions du monde développé, dans laquelle les déchets sont collectés à intervalles réguliers par des camions spécialisés. Ceci est souvent associé à la séparation des déchets en bordure de rue. Dans les zones rurales, il peut être nécessaire de transporter les déchets vers une station de transfert. Les déchets collectés sont ensuite transportés vers une installation d’élimination appropriée. Dans certaines zones, la collecte sous vide est utilisée dans laquelle les déchets sont transportés depuis la maison ou les locaux commerciaux par aspiration le long de petits tubes de forage. Des systèmes sont utilisés en Europe et en Amérique du Nord.

Dans certaines juridictions, les déchets non triés sont collectés en bordure de rue ou dans des stations de transfert de déchets, puis triés en déchets recyclables et en déchets inutilisables. De tels systèmes sont capables de trier de gros volumes de déchets solides, de récupérer les matières recyclables et de transformer le reste en biogaz et en conditionneur de sol. À San Francisco, le gouvernement local a mis en place une ordonnance sur le recyclage et le compostage obligatoires, dans le cadre de son objectif «Zéro déchet d’ici 2020», qui prévoit que tous les habitants de la ville doivent garder les matières recyclables et les matières compostables hors de la décharge. Les trois flux sont collectés avec le système de bacs “Fantastic 3” – bleu pour les matières recyclables, vert pour les matières compostables et noir pour les matières enfouies dans les décharges – fourni aux résidents et aux entreprises et desservi par le seul transporteur de déchets de San Francisco, Recology. Le système “Pay-As-You-Throw” de la Ville facture les clients en fonction du volume de matériaux liés aux sites d’enfouissement, ce qui incite financièrement à séparer les matières recyclables et les matières compostables des autres rejets. Le programme Zéro déchet du ministère de l’Environnement de la Ville a permis à la ville d’atteindre un taux de réacheminement de 80%, le taux de réacheminement le plus élevé en Amérique du Nord. D’autres entreprises telles que Waste Industries utilisent une variété de couleurs pour faire la distinction entre les poubelles et les canettes de recyclage.

Modèles financiers
Dans la plupart des pays développés, l’élimination des déchets ménagers est financée par un impôt national ou local pouvant être lié au revenu ou à la valeur de la propriété. L’élimination des déchets commerciaux et industriels est généralement facturée en tant que service commercial, souvent en tant que charge intégrée incluant les coûts d’élimination. Cette pratique peut encourager les entreprises d’élimination des déchets à opter pour l’option d’élimination la moins chère, telle que la mise en décharge, plutôt que la meilleure solution pour l’environnement, telle que la réutilisation et le recyclage.

Dans certaines zones telles que Taipei, le gouvernement de la ville fait payer à ses ménages et à ses industries le volume de déchets qu’ils produisent. Les déchets ne sont ramassés par le conseil municipal que s’ils sont mis dans des sacs à ordures émis par le gouvernement. Cette politique a permis de réduire la quantité de déchets produits par la ville et d’augmenter le taux de recyclage.

Le Maroc a également constaté les avantages de la mise en place d’un système d’enfouissement sanitaire de 300 millions de dollars. Bien que cela puisse sembler être un investissement coûteux, le gouvernement du pays prédit qu’il leur aura épargné 440 millions de dollars de dommages supplémentaires, ou les conséquences de la non élimination appropriée des déchets.

Méthodes d’élimination

Décharge
Un site d’enfouissement (également connu sous le nom de dépotoir, dépotoir, dépotoir ou dépotoir et, historiquement, entonnoir) est un site d’élimination des déchets par enfouissement. C’est la forme la plus ancienne de traitement des déchets (bien que la partie funéraire soit moderne; historiquement, les déchets étaient simplement mis en tas ou jetés dans des fosses). Historiquement, les décharges ont été la méthode la plus courante d’élimination organisée des déchets et le restent dans de nombreux endroits du monde.

Certaines décharges sont également utilisées à des fins de gestion des déchets, telles que le stockage temporaire, la consolidation et le transfert, ou le traitement des déchets (tri, traitement ou recyclage). À moins qu’elles ne soient stabilisées, ces zones peuvent subir de fortes secousses ou une liquéfaction du sol lors d’un séisme important.

Incinération
L’incinération est une méthode d’élimination dans laquelle les déchets organiques solides sont soumis à la combustion afin de les convertir en résidus et en produits gazeux. Cette méthode est utile pour éliminer à la fois les déchets solides municipaux et les résidus solides provenant du traitement des eaux usées. Ce processus réduit les volumes de déchets solides de 80 à 95%. L’incinération et d’autres systèmes de traitement des déchets à haute température sont parfois décrits comme “traitement thermique”. Les incinérateurs convertissent les déchets en chaleur, gaz, vapeur et cendres.

L’incinération est réalisée à la fois à petite échelle par des particuliers et à grande échelle par l’industrie. Il est utilisé pour éliminer les déchets solides, liquides et gazeux. Il est reconnu comme une méthode pratique pour éliminer certains déchets dangereux (tels que les déchets médicaux biologiques). L’incinération est une méthode controversée d’élimination des déchets, en raison de problèmes tels que les émissions de polluants gazeux.

L’incinération est courante dans des pays tels que le Japon, où les terres sont plus rares, car les installations n’exigent généralement pas autant de surface que les sites d’enfouissement. La valorisation énergétique des déchets (WtE) ou la valorisation énergétique des déchets (EfW) sont des termes généraux qui désignent des installations qui brûlent des déchets dans un four ou une chaudière pour générer de la chaleur, de la vapeur ou de l’électricité. La combustion dans un incinérateur n’est pas toujours parfaite et des préoccupations ont été exprimées concernant les polluants dans les émissions gazeuses provenant des cheminées d’incinérateur. Une préoccupation particulière a été portée sur certains composés organiques très persistants tels que les dioxines, les furannes et les HAP, susceptibles d’être créés et pouvant avoir de graves conséquences sur l’environnement.

Recyclage
Le recyclage est une pratique de récupération des ressources qui fait référence à la collecte et à la réutilisation de déchets tels que des récipients à boisson vides. Les matériaux à partir desquels les articles sont fabriqués peuvent être transformés en nouveaux produits. Les matières à recycler peuvent être collectées séparément des déchets ordinaires à l’aide de bacs et de véhicules de collecte dédiés, une procédure appelée collecte sélective. Dans certaines communautés, le propriétaire des déchets est tenu de séparer les matériaux dans différents bacs (par exemple pour le papier, les plastiques, les métaux) avant leur collecte. Dans d’autres communautés, tous les matériaux recyclables sont placés dans une seule corbeille pour la collecte et le tri est effectué ultérieurement dans une installation centrale. Cette dernière méthode est appelée “recyclage en un seul flux”.

Les produits de consommation les plus couramment recyclés incluent l’aluminium, comme les canettes de boisson, le cuivre, le fil de fer, l’acier provenant de la nourriture et des aérosols, les vieux meubles et équipements en acier, les pneus en caoutchouc, les bouteilles en polyéthylène et PET, les bouteilles et bocaux en verre, les cartons de carton, et papier léger et boîtes en carton ondulé.

Le PVC, le LDPE, le PP et le PS (voir le code d’identification de la résine) sont également recyclables. Ces articles sont généralement composés d’un seul type de matériau, ce qui les rend relativement faciles à recycler en nouveaux produits. Le recyclage de produits complexes (tels que les ordinateurs et les équipements électroniques) est plus difficile en raison du démantèlement et de la séparation supplémentaires nécessaires.

Le type de matériau accepté pour le recyclage varie selon les villes et les pays. Chaque ville et pays a mis en place différents programmes de recyclage capables de traiter les différents types de matériaux recyclables. Cependant, la valeur de revente du matériau après son retraitement reflète une certaine acceptation. En juillet 2017, le gouvernement chinois a annoncé une interdiction d’importation de 24 catégories de matières recyclables et de déchets solides, y compris le plastique, les textiles et le papier mélangé, ce qui aurait un impact considérable sur les pays développés du monde entier, qui exportaient directement ou indirectement vers la Chine.

Récupération de matériaux
Pour réussir le recyclage, un tri en fonction de la qualité du matériau, un tri qui commence par une collecte sélective, est requis. Ils peuvent également être séparés en installations de tri des déchets.

Matériaux ordinaires pouvant être récupérés: aluminium de doses de bière, acier de conditionnement pour aliments et aérosols, polyéthylène haute densité (polyéthylène haute densité anglais – PEHD) et emballage de polyéthylène téréphtalate (polyéthylène téréphtalate anglais – PET), bouteilles et pots, papier de journaux et de magazines, le carton dans l’emballage. Les plastiques peuvent être récupérés: chlorure de polyvinyle (PVC), polyéthylène basse densité (LDPE), polypropylène (PP) et polystyrène (PS), bien qu’ils ne soient pas collectés à ce jour. Les produits fabriqués à partir de tels matériaux sont généralement homogènes et contiennent un seul composant, ce qui facilite le recyclage. En comparaison, le recyclage des équipements électriques et électroniques est plus difficile et nécessite des technologies permettant de séparer les différents matériaux qui les composent.

Dans les entrepôts, la récupération commence par le tri des matériaux. Pour les déchets mixtes, la première opération est le déchiquetage, qui est effectué dans des moulins équipés de marteaux, déchiqueteurs, déchiqueteurs, râpes. Viennent ensuite le tri dimensionnel dans l’espace tambour, les cribles vibrants, les séparateurs balistiques, le tri densimétrique dans les cyclones, le tri magnétique des matériaux ferreux, le tri optique (pour le verre) et éventuellement le tri manuel. Opérations de purification de suivi. Les déchets triés et épurés sont emballés dans des presses, prêtes à être livrées au client.

Si les déchets mélangés contiennent des composants biologiques, ils peuvent être traités biologiquement, mais les autres matériaux récupérables doivent être séparés autant que possible.

En Roumanie, la récupération est effectuée par un certain nombre de sociétés spécialisées dans le traitement des déchets en vue de leur recyclage.

Traitement biologique
Les déchets organiques, tels que les débris végétaux, les restes de nourriture et le papier, peuvent être exploités par compostage, ce qui implique un processus de décomposition de la matière organique. Le résultat est un compost, un excellent engrais agricole. Le compostage produit du biogaz à haute teneur en méthane, qui peut être utilisé tel quel, par exemple dans les cuisinières ou dans les centrales thermoélectriques. Le compostage dans des installations aménagées accélère le processus naturel de décomposition de la matière organique.

Le compostage peut être effectué aussi bien dans les petites installations individuelles des ménages que dans les grandes installations industrielles (par exemple, les installations de traitement des eaux usées). Il peut avoir lieu à la fois par fermentation aérobie et anaérobie.

Les boues municipales, issues d’usines de traitement des eaux usées ou d’usines de traitement des eaux usées industrielles, sont une autre source de biogaz.

Les matières combustibles peuvent être obtenues en traitant à la fois les processus biologiques et les processus de pyrolyse et de gazéification à la pression élevée dans l’atmosphère à faible teneur en oxygène. Des méthodes avancées (gazéification à l’arc plasma) peuvent produire un gaz de synthèse (synthase) de meilleure composition, composé de monoxyde de carbone et d’hydrogène.

Récupération d’énergie
Les déchets dont l’énergie peut être récupérée sont le bois (déchets de bois de cultures, déchets de traitement et de démolition du bois), les gaz de gisement et le biogaz. Le bois a un pouvoir calorifique de 14-17 MJ / kg et les gaz d’enfouissement et le biogaz ont une composition et un pouvoir calorifique similaires de 20-25 MJ de puissance / m³ N. Ils peuvent donc être brûlés dans des appareils ménagers ou dans des chaudières. la production de chaleur ou, au moyen de turbines, de courant électrique.

Réutilisation

Retraitement biologique
Les matières récupérables de nature organique, telles que les matières végétales, les restes de nourriture et les produits de papier, peuvent être récupérées par des processus de compostage et de digestion afin de décomposer la matière organique. La matière organique résultante est ensuite recyclée sous forme de paillis ou de compost à des fins agricoles ou paysagères. En outre, les gaz résiduels du processus (tels que le méthane) peuvent être capturés et utilisés pour générer de l’électricité et de la chaleur (cogénération / cogénération), optimisant ainsi les rendements. Le traitement biologique dans la gestion des déchets a pour but de contrôler et d’accélérer le processus naturel de décomposition de la matière organique. (Voir récupération de ressources).

Récupération d’énergie
La récupération d’énergie à partir de déchets consiste à convertir des déchets non recyclables en chaleur, en électricité ou en combustibles utilisables selon divers processus, notamment la combustion, la gazéification, la pyrolyse, la digestion anaérobie et la récupération des gaz de décharge. Ce processus est souvent appelé valorisation énergétique. La valorisation énergétique des déchets fait partie de la hiérarchie de la gestion des déchets non dangereux. L’utilisation de la récupération d’énergie pour convertir les déchets non recyclables en électricité et en chaleur génère une source d’énergie renouvelable et peut réduire les émissions de carbone en compensant les besoins en énergie provenant de sources fossiles et en réduisant la production de méthane à partir de décharges. À l’échelle mondiale, les déchets en énergie représentent 16% de la gestion des déchets.

Le contenu énergétique des déchets peut être exploité directement en les utilisant comme combustible à combustion directe ou indirectement en les transformant en un autre type de combustible. Le traitement thermique va de l’utilisation des déchets comme source de combustible pour la cuisson ou le chauffage à l’utilisation du combustible gazeux (voir ci-dessus), en passant par le combustible utilisé par les chaudières pour générer de la vapeur et de l’électricité dans une turbine. La pyrolyse et la gazéification sont deux formes apparentées de traitement thermique dans lesquelles les déchets sont chauffés à des températures élevées avec une disponibilité en oxygène limitée. Le processus se déroule généralement dans un récipient étanche sous haute pression. La pyrolyse des déchets solides convertit le matériau en produits solides, liquides et gazeux. Le liquide et le gaz peuvent être brûlés pour produire de l’énergie ou transformés en d’autres produits chimiques (raffinerie chimique). Le résidu solide (charbon) peut être raffiné en produits tels que le charbon actif. La gazéification et la gazéification avancée à l’arc plasma sont utilisées pour convertir directement les matières organiques en un gaz synthétique (gaz de synthèse) composé de monoxyde de carbone et d’hydrogène. Le gaz est ensuite brûlé pour produire de l’électricité et de la vapeur. Une alternative à la pyrolyse est la décomposition de l’eau supercritique à haute température et pression (oxydation hydrothermale monophasique).

Pyrolyse
La pyrolyse est souvent utilisée pour convertir de nombreux types de résidus domestiques et industriels en un combustible récupéré. Différents types d’intrants (tels que déchets d’usine, déchets alimentaires, pneus) placés dans le processus de pyrolyse constituent potentiellement une alternative aux combustibles fossiles. La pyrolyse est un processus de décomposition thermochimique de matières organiques par la chaleur en l’absence de quantités stoechiométriques d’oxygène; la décomposition produit divers gaz d’hydrocarbures. Au cours de la pyrolyse, les molécules de l’objet vibrent à des fréquences élevées, au point que les molécules commencent à se décomposer. Le taux de pyrolyse augmente avec la température. Dans les applications industrielles, les températures dépassent 430 ° C (800 ° F). La pyrolyse lente produit des gaz et du charbon solide. La pyrolyse est prometteuse pour la conversion de la biomasse usée en combustible liquide utile. La pyrolyse des déchets de bois et de plastique peut potentiellement produire du combustible. Les solides issus de la pyrolyse contiennent des métaux, du verre, du sable et du coke de pyrolyse qui ne se transforment pas en gaz. Par rapport au processus d’incinération, certains types de procédés de pyrolyse libèrent des sous-produits moins nocifs contenant des métaux alcalins, du soufre et du chlore. Cependant, la pyrolyse de certains déchets produit des gaz ayant un impact sur l’environnement, tels que HCl et SO2.

Récupération de ressources
La récupération des ressources est le détournement systématique des déchets, destinés à être éliminés, pour une utilisation ultérieure spécifique. C’est le traitement des matières recyclables pour extraire ou récupérer des matériaux et des ressources, ou pour convertir en énergie. Ces activités sont effectuées dans une installation de récupération des ressources. La récupération des ressources est non seulement importante sur le plan environnemental, mais elle est également rentable. Il réduit la quantité de déchets à éliminer, économise de l’espace dans les décharges et préserve les ressources naturelles.

La récupération des ressources (par opposition à la gestion des déchets) utilise l’ACV (analyse du cycle de vie) pour tenter d’offrir des alternatives à la gestion des déchets. En ce qui concerne les déchets solides municipaux, un certain nombre d’études ont montré que l’administration, la séparation à la source et la collecte, puis la réutilisation et le recyclage de la fraction non organique, ainsi que la production d’énergie et de compost / engrais de la matière organique par digestion anaérobie constituaient sentier privilégié.

Comme exemple de l’utilité du recyclage des ressources, de nombreux articles jetés contiennent des métaux qui peuvent être recyclés pour créer un profit, tels que les composants des cartes de circuits imprimés. Les copeaux de bois en palettes et autres matériaux d’emballage peuvent être recyclés en produits utiles pour l’horticulture. Les copeaux recyclés peuvent recouvrir des chemins, des allées ou des surfaces d’arène.

Durabilité
La gestion des déchets est un élément clé de la capacité d’une entreprise à conserver l’accréditation ISO14001. La norme encourage les entreprises à améliorer leur efficacité environnementale chaque année en éliminant les déchets grâce à des pratiques de récupération des ressources. Une façon de procéder consiste à adopter des pratiques de récupération des ressources telles que le recyclage de matériaux tels que le verre, les restes de nourriture, le papier et le carton, les bouteilles en plastique et le métal. Les matériaux recyclés peuvent souvent être vendus au secteur de la construction. De nombreux flux de déchets inorganiques peuvent être utilisés pour produire des matériaux de construction. Le béton et les briques peuvent être recyclés sous forme de gravier artificiel. Ce sujet était à l’ordre du jour de la conférence internationale WASCON en Espagne en juin 2015 et de la Conférence internationale sur l’urbanisme vert, tenue en Italie du 12 au 14 octobre 2016.

Gestion des déchets liquides

Les boues d’épuration
Les boues d’épuration sont produites par des processus de traitement des eaux usées. En raison de l’urbanisation rapide, il y a eu une augmentation des eaux usées municipales résultant de 0,1 à 30,8 kg d’eaux usées par équivalent habitant et par an (kg / pe / an). Les pratiques courantes d’élimination des boues d’épuration sont l’incinération, le compostage et la mise en décharge.

Méthodes d’évitement et de réduction
Une méthode importante de gestion des déchets est la prévention de la création de déchets, également appelée réduction des déchets. Les méthodes d’évitement comprennent la réutilisation de produits d’occasion, la réparation d’articles cassés au lieu d’en acheter de nouveaux, la conception de produits rechargeables ou réutilisables (tels que le coton au lieu de sacs en plastique), en encourageant les consommateurs à éviter d’utiliser des produits jetables (tels que des couverts jetables). ), en retirant les restes de nourriture / liquide des canettes et des emballages et en concevant des produits qui utilisent moins de matériau pour atteindre le même objectif (par exemple, allégement des canettes de boisson).

Mouvement international des déchets
Alors que le transport des déchets dans un pays donné relève de la réglementation nationale, les mouvements transfrontaliers de déchets sont souvent soumis aux traités internationaux. Les déchets dangereux constituent une préoccupation majeure pour de nombreux pays du monde. La Convention de Bâle, ratifiée par 172 pays, décourage les mouvements de déchets dangereux des pays développés vers les pays moins développés. Les dispositions de la convention de Bâle ont été intégrées au règlement de l’UE sur les transferts de déchets. Les déchets radioactifs, bien que considérés comme dangereux, ne relèvent pas de la compétence de la Convention de Bâle.

Avantages
Les déchets ne doivent pas être jetés ou éliminés sans égard pour une utilisation future. Il peut être une ressource précieuse si elle est traitée correctement, par le biais de politiques et de pratiques. Avec des pratiques de gestion des déchets rationnelles et cohérentes, il existe une opportunité de récolter une gamme d’avantages. Ces avantages comprennent:

Economique – L’amélioration de l’efficacité économique grâce aux moyens d’utiliser, de traiter et d’évacuer les ressources et de créer des marchés pour les recycleurs peut conduire à des pratiques efficaces de production et de consommation de produits et de opportunités professionnelles.
Social – En réduisant les impacts négatifs sur la santé grâce à de bonnes pratiques de gestion des déchets, les communautés civiques sont plus attrayantes. De meilleurs avantages sociaux peuvent créer de nouvelles sources d’emplois et potentiellement sortir les communautés de la pauvreté, en particulier dans certains pays et villes en développement plus pauvres.
Environnemental – Réduire ou éliminer les impacts négatifs sur l’environnement par la réduction, la réutilisation et le recyclage, et réduire au minimum l’extraction des ressources peut améliorer la qualité de l’air et de l’eau et contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Équité intergénérationnelle – L’adoption de pratiques efficaces de gestion des déchets peut donner aux générations suivantes une économie plus robuste, une société plus juste et plus inclusive et un environnement plus propre.

Défis dans les pays en développement
Les régions à économie en développement connaissent souvent des services de collecte de déchets épuisés et des dépotoirs mal gérés et non contrôlés. Les problèmes s’aggravent. [Page nécessaire] Des problèmes de gouvernance compliquent la situation. La gestion des déchets dans ces pays et villes est un défi permanent en raison de la faiblesse des institutions, du manque chronique de ressources et de l’urbanisation rapide. [Page nécessaire] Tous ces défis, ainsi que le manque de compréhension des différents facteurs qui contribuent à la hiérarchie de la gestion des déchets , affecte le traitement des déchets. [citation complète nécessaire]

Les technologies
Traditionnellement, l’industrie de la gestion des déchets a récemment adopté de nouvelles technologies telles que les étiquettes RFID (identification par radiofréquence), le GPS et des progiciels intégrés qui permettent de collecter des données de meilleure qualité sans recourir à une estimation ou à une saisie manuelle.

Revues scientifiques
Les revues scientifiques connexes dans ce domaine comprennent:

Economie de l’environnement et des ressources
Surveillance et évaluation de l’environnement
Journal of Environmental Assessment Policy and Management
Journal d’économie et de gestion de l’environnement