Palazzo Te, Mantoue, Italie

Le Palazzo Te est un bâtiment historique et monumental de Mantoue. Un bel exemple du style maniériste de l’architecture. Construit entre 1524 et 1534 sur l’ordre de Federico II Gonzaga, il s’agit de l’œuvre la plus célèbre de l’architecte italien Giulio Romano. Le complexe abrite à présent le musée municipal et, depuis 1990, le Centre international d’art et de culture du Palazzo Te, qui organise des expositions d’art et d’architecture anciens et modernes.

Histoire
Le Palais del Te a été construit de 1524 à 344 pour Federico II Gonzaga, marquis de Mantoue en tant que palais de loisir. Le site choisi était celui des écuries de la famille à Isola Del Te, au bord des marais, juste à l’extérieur des murs de la ville de Mantoue. Le nom vient de tejeto, le bosquet qui s’est développé autrefois sur ce qui était alors un îlot dans les marais au cœur de la ville.

Giulio Romano, élève de Raphaël, a été chargé de concevoir le bâtiment. La coquille du palais, érigée dans les dix-huit mois, est une maison carrée contenant une cour cloîtrée. Un jardin à la française complétait la maison, entourée de dépendances à colonnades et aboutissant à une colonnade semi-circulaire appelée «Esedra».

Une fois la coque du bâtiment achevée, une équipe de plâtriers, sculpteurs et peintres de fresques a travaillé pendant dix ans, jusqu’à ce qu’il ne reste presque plus aucune surface dans les loggias ou les salons. Sous la direction de Romano, des peintres décoratifs locaux tels que Benedetto Pagni et Rinaldo Mantovano ont beaucoup travaillé sur les fresques.

En juillet 1630, pendant la guerre de Succession de Mantuan (1628-1631), Mantoue et le palais sont saccagés pendant trois jours par une armée impériale de 36 000 mercenaires de Landsknecht. La population restante a été victime de l’un des pires fléaux de l’histoire que les envahisseurs ont emporté. Le Palazzo a été pillé de haut en bas et est resté une coquille vide: nymphes, dieu, déesses et géants restent sur les murs des salles vides faisant écho.

Symbologie
Les symboles et les armoiries emplissent les murs du palais et de son propriétaire voluptueux de significations plus ou moins cachées et souvent politiques. Le mont Olympe, par exemple, entouré d’un labyrinthe et qui remonte des eaux est un symbole que l’on peut souvent trouver, il est repris dans des éléments architecturaux constitutifs du bâtiment comme les deux grands étangs qui traversent un pont menant au jardin , ou comme le labyrinthe de buis (maintenant disparu) du jardin lui-même.

Un autre symbole intéressant est la salamandre, choisie par Federico comme étant personnelle, avec laquelle la devise est souvent utilisée: quod huic me déseste torquet (ce qui manque de lui me tourmente); En fait, le lézard vert était considéré comme le seul animal insensible aux stimuli de l’amour et était utilisé comme contraste conceptuel avec le duc et sa nature sensuelle et galante, qui était tourmentée par les vices de l’amour.

La structure architecturale
Les symboles et les armoiries emplissent les murs du palais et de son propriétaire voluptueux de significations plus ou moins cachées et souvent politiques. Le mont Olympe, par exemple, entouré d’un labyrinthe et qui remonte des eaux est un symbole que l’on peut souvent trouver, il est repris dans des éléments architecturaux constitutifs du bâtiment comme les deux grands étangs qui traversent un pont menant au jardin , ou comme le labyrinthe de buis (maintenant disparu) du jardin lui-même.

Un autre symbole intéressant est la salamandre, choisie par Federico comme étant personnelle, avec laquelle la devise est souvent utilisée: quod huic me déseste torquet (ce qui manque de lui me tourmente); En fait, le lézard vert était considéré comme le seul animal insensible aux stimuli de l’amour et était utilisé comme contraste conceptuel avec le duc et sa nature sensuelle et galante, qui était tourmentée par les vices de l’amour.

La structure architecturale
Le bâtiment est un bâtiment carré avec une grande cour carrée au centre, jadis également décoré d’un labyrinthe, avec quatre entrées sur quatre côtés (Giulio Romano s’inspire de la description vitruvienne de la maison d’habitation: la domus romaine à quatre entrées, chacun sur l’un des quatre côtés).

Le bâtiment présente des proportions inhabituelles: il ressemble à un grand bloc bas, à un seul étage, dont la hauteur est environ le quart de la largeur.

Le complexe est symétrique le long d’un axe longitudinal.

Sur le côté principal de l’axe (nord-ouest), l’ouverture de l’entrée est un vestibule carré, avec quatre colonnes qui le divisent en trois nefs. La voûte de la nef centrale est une voûte en berceau et les deux côtés montrent un plafond plat (à la manière de l’atrium décrit par Vitruve et qui a eu tant de succès dans les palais italiens du XVIe siècle), prenant ainsi une conformation extrudée de Serlian.

L’entrée principale (sud-est) en direction de la ville et du jardin est une loggia, appelée Loggia Grande, à l’extérieur, composée de trois grandes arcades sur deux colonnes qui composent une succession de serliane. qui se reflètent dans les petits étangs en face. Le balcon continue jusqu’au deuxième registre, sur la partie supérieure de la façade était à l’origine une loggia; Ce côté du bâtiment a en fait été profondément remodelé à la fin des années 1700, lorsque le fronton triangulaire a également été ajouté et surmonte la grande serliane centrale.

Les façades extérieures sont à deux niveaux (registres), reliées par des pilastres lisses doriques d’ordre géant. Les intercolonnes varient selon un rythme complexe. Toute la surface extérieure est traitée avec de la pierre de taille (y compris les encadrements de fenêtres et les portes) plus marquée sur le premier registre:

– Le premier registre rustiqué comporte des fenêtres rectangulaires encadrées de pierres de taille saillantes (plots rustiques).

– Le deuxième registre a une pierre de taille plus lisse et plus régulière, avec des fenêtres carrées sans cadres

La cour intérieure suit également un ordre dorique, mais ici, sur des colonnes (demi-colonnes) de marbre laissées presque crues surmontées d’un puissant entablement dorique.

Ici, la surface pariétale est traitée avec une pierre de taille rustique pas trop marquée, régulière et homogène sans différences significatives entre le premier et le second registre.

G. Romano, inspiré par un langage architectural classique, le réinterprète en créant une œuvre avec une riche collection d’inventions stylistiques, de réminiscences archéologiques, de signaux naturels et décoratifs, tels que:

– Colonnes géantes doriques incorporées dans les surfaces murales pour traiter les blocs de pierre à surface rustique

– des pierres de taille tombant dans la frise de l’entablement qui entoure et couronne la cour carrée. On peut le voir dans les façades sur l’axe longitudinal (nord-ouest et sud-est), au centre de chaque intercolonne, un triglyphe qui semble glisser vers le bas, à la manière d’une arche de pierre; sur ces deux côtés, même les intercolonnes, comme l’extérieur, ne sont pas toutes identiques. Ces détails déplacent l’observateur et donnent un sentiment d’inachevé à l’ensemble.

Il semble que le palais ait été peint à l’origine également à l’extérieur, mais les couleurs ont disparu et les fresques intérieures peintes par Giulio Romano lui-même et par de nombreux collaborateurs. Outre les fresques, les murs ont été enrichis avec des rideaux et des applications en cuir, en or et en argent, des portes en bois incrusté et en bronze et des cheminées en marbre noble.

Les tremblements de terre d’Émilie de 2012 ont endommagé certaines salles du palais Gonzaga.

Les salles du palais
Salle des géants: la fresque de la chute des géants a été peinte entre 1532 et 1535, couvrant la salle des murs au plafond avec la représentation illusionniste de la bataille entre les géants essayant de grimper à l’Olympe et à Zeus

Salle des chevaux: la salle de bal était avec les portraits grandeur nature des six chevaux de prédilection de Gonzaga. Les chevaux se distinguent par toute la beauté de leurs formes sur un paysage naturel qui s’ouvre derrière des colonnes corinthiennes peintes et qui alterne le pur-sang avec des figures de divinités mythologiques aux fausses niches. Le plafond à caissons en bois et les rosettes dorées abritent le mont Olympe et le lézard, ainsi que les symboles du duc et de son schéma pris du sol, donnant une symétrie à l’environnement (le sol n’est pas l’original de l’époque).

Sala di Amore e Psiche: c’est la salle à manger du duc. Entièrement décoré de fresques, chaque mur décrit l’histoire mythologique de Psyché comme luxuriante, il est le symbole de l’amour du duc pour Isabella Boschetti. La source littéraire est la métamorphose d’Apuleius. Aux deux autres murs, sans relations avec le récit, il y a des épisodes mythologiques avec Mars et Vénus et, au-dessus des fenêtres et de la cheminée, divers amours divins.

Sala delle Aquile: La chambre de Federico ornée au centre de la voûte de la fresque de la chute de Fetonte du char du soleil, elle est finie par des stucs sombres des aigles aux ailes déployées dans les lunettes aux coins de la pièce et des fresques des fables païennes.
Salle des Vents ou du Zodiaque

Salle des affaires

Salle des Ovides et Métamorphoses

Salle du Soleil et de la Lune: il tire son nom de la fresque centrale de la chapelle représentant les chars du Soleil et de la Lune. Mentionnée comme un “salon” dans les documents, la salle avait pour fonction de présenter aux invités les salles plus privées des sociétés et d’Ovid. Au sommet de la vaste voûte dégoutée, un fracas s’ouvre, décrivant l’allégorie du char du soleil couchant et celle de la Lune qui se lève, métaphore du temps qui passe sans cesse. Selon une longue tradition, la fresque a été peinte par le plus brillant élève de Giulio Romano: le Bolognais Francesco Primaticcio. Malgré le manque de certitude documentaire, la qualité du travail ne contredit pas cette opinion. Les voiles de la voûte sont ornées de lacunars (192 entre des losanges et des triangles sur les bords de la composition) avec des reliefs en stuc, sur fond bleu, représentant des hommes, des animaux, des emblèmes et les exploits de Ramarro et du Mont Olympe, favorisés par Frédéric II. . Les représentations sont extraites du répertoire classique: pièces de monnaie et pierres précieuses, dont Giulio Romano était un collectionneur. Le plafond et la corniche sous-jacente, semblables aux autres décorations de cette aile du bâtiment, peuvent être placés aux années 1527-28.

Salle des empereurs:
La salle des bas-reliefs et de la Sala dei Cesari: l’empereur Charles Quint, à qui Frédéric obtint le titre de duc en 1530, est clairement simple.

Loggia d’honneur ou de David: c’est la loggia qui surplombe les poissonneries, parallèle à la “Grande” qui marque l’entrée du bâtiment et montre la vue enchanteresse sur le jardin qui est fermé au nord par l’exèdre. La chapelle est divisée en grandes places avec des cadres de roseaux de marais dans lesquels est relatée l’histoire biblique de David, scènes prises entre 1531 et 1534. La décoration de la loge a duré jusqu’au XIXe siècle. Les 14 niches étaient ornées d’autant de statues de pierre représentant les personnifications des Vertus tirées de l’iconologie de Cesare Ripa, ouvrage publié à plusieurs reprises, de 1593 à 1630. C’est en 1653 que le duc Carlo II Gonzaga Neversto commande les statues de en grande partie, neuf, réalisées par le sculpteur bolognaise Gabriele Brunelli. Les cinq dernières statues ont été faites en 1805.

Toute cette partie de la villa loue, à travers les peintures et les symboles de l’art romain et du paganisme des mythes de l’Olympe, la figure de l’empereur Charles Quint, mais c’est ici que se révèle l’un des “signaux” cachés du moule politique, tous les événements représentent l’attention portée à la force et à l’importance du grand Jupiter qui semble perdre de son prestige.

Le coin secret
L’appartement troglodyte a été construit vers 1530 dans le coin est du jardin, près de l’exèdre qui termine l’espace de la villa. L’appartement se compose de quelques pièces de taille beaucoup plus petite que celles du corps du bâtiment; une loggia qui s’ouvre sur un petit jardin montre ce qui reste d’un environnement alors décoré et décoré de fresques.

Du jardin, vous entrez dans la Grotta, une petite pièce servant de salle de bain, avec une réalisation très inhabituelle. L’ouverture est réalisée comme pour donner l’idée d’un environnement naturel, d’une grotte, il n’y a pas de marbre et de matériaux raffinés du reste de l’édifice, les intérieurs étaient recouverts de coquillages (maintenant disparus) et de jeux d’eau qu’ils devaient applaudir. le visiteur et le surprendre en même temps.

Arbres Fruitiers du Palais Te
Les corbeilles de fruits sont situées du côté sud du jardin du Palazzo Te; De forme rectangulaire, elles consistent en un seul environnement divisé en trois nefs. La couverture est soutenue par dix paires de piliers.
Les travaux de construction ont commencé en 1651 sur un projet de l’architecte Nicolò Sebregondi et en 1655, le bâtiment a commencé à abriter des plantes et des agrumes placés dans des pots en terre cuite pour le refuge d’hiver. Mais dès le siècle suivant, les cuvettes de fruits et les écuries adjacentes servaient d’entrepôt militaire. De nombreux usages impropres se sont succédés jusqu’en 1989, date à laquelle, après une restauration appropriée, il est devenu le lieu d’exposition des expositions réalisées par le Centre international d’art et de culture Palazzo Te.

Musée civique
Les occupations espagnoles, françaises et autrichiennes et les guerres ont fait que le palais a été utilisé au fil des années comme caserne et les jardins comme camps pour les troupes, ce qui a dilapidé les salles et détruit certaines sculptures (elles restent visibles sur les murs de la salle des fêtes). les géants les graffitis et les gravures avec les noms et les dates d’un passé glorieux pour le monument). La propriété de la villa appartenant à la famille Gonzaga a été transférée au gouvernement autrichien, à l’exception de la brève période de domination napoléonienne, jusqu’en 1866, date à laquelle elle a été acquise par l’État italien. En 1876, le bâtiment devient la propriété de la municipalité de Mantoue. Après plusieurs restaurations, le palais revient aujourd’hui, avec ses salles et ses jardins, un plongement enchanteur dans la créativité de Giulio Romano et dans l’importance de la cour Gonzaga. Grâce à la réorganisation de l’orangerie, où l’on cultivait des oranges et des citrons, une vaste salle fut créée pour les expositions temporaires. Un autre objectif de l’engagement des institutions de la ville était d’obtenir un musée à Palazzo Te pour abriter au moins une partie des collections civiques. L’espace d’exposition permanent a été créé dans les salles de l’étage supérieur. Il y a quatre collections exposées:

section Gonzague
La section comprend des documents liés principalement à l’histoire de Mantoue de l’âge Gonzaga (1328 – 1707): une collection numismatique composée de 595 pièces de monnaie émises par la Monnaie de Mantoue, une collection de cônes et de poinçons, l’ancienne série de poids d’État et mesures de Mantoue et une collection de 62 médailles des Gonzagas et d’illustres figures de Mantoue.

Don “Arnoldo Mondadori”
La section comprend 19 tableaux de Federico Zandomeneghi (1841 – 1917) et 13 d’Armando Spadini (1883 – 1925), rassemblés par Arnoldo Mondadori et donnés en 1974 par les héritiers de l’éditeur Mantuan. Neuf peintures de la collection sont prêtées pour la grande exposition L’impressionnisme de Zandomeneghi, conçue après le centenaire de la mort du peintre vénitien. Les neuf œuvres exposées au palais Zabarella à Padoue sont: La cuisinière (La cuoca), 1881, huile sur toile; Corsage bleu (La veste bleue), 1884, pastel sur papier collé sur du carton; Femme au bar (Al caffè), 1884, huile sur toile; Femme qui s’étire, 1895, pastel sur papier; The Attentive (Attesa), 1896-1898, pastel sur papier appliqué sur carton; Rêverie (Rêverie), 1893 – 1900, huile sur toile; Fille avec des fleurs jaunes, 1900 – 1905, pastel sur papier collée sur le carton; La fête (Fille au bouquet de fleurs), 1894, huile sur toile; Nature morte: pommes (Nature morte aux pommes), 1917, huile sur toile.

Collection égyptienne “Giuseppe Acerbi”
Giuseppe Acerbi (1773 – 1846), consul général d’Autriche en Égypte, participa en 1829 à certaines phases de la célèbre expédition archéologique menée par Jean François Champollion. Il constituait une importante collection de matériel archéologique, 500 pièces qu’il donna en 1840 à la ville de Mantoue. Maintenant sa collection est entièrement exposée au Palazzo Te.

Collection mésopotamienne “Ugo Sissa”
La collection comprend Ugo Sissa, architecte et peintre de Mantoue (1913-1980), architecte en chef à Bagdad entre 1953 et 1958, composé d’environ 250 œuvres d’art mésopotamien datant de la fin du 6ème millénaire avant notre ère et de la fin du 1er millénaire ap.