Musée national d’archéologie de Ferrare, Italie

Le musée archéologique national de Ferrare est installé dans le palais Costabili, inauguré en 1935. La structure présente divers artefacts provenant des fouilles de la ville étrusque de Spina, qui a prospéré entre le VIe et le IIIe siècle av. Il est remarquable pour le complexe funéraire, composé de plus de 4000 tombes, dont provient l’une des plus grandes collections au monde de vases à figures rouges grecques.

Le musée est situé à l’intérieur du Palazzo Costabili, un bâtiment du XVIe siècle appelé «di Ludovico il Moro», et a été ramené à son ancienne magnificence grâce à la restauration de l’œuvre architecturale de Biagio Rossetti et des fresques de Garofalo et Dosso Dossi.

La structure d’origine est complétée par les nouveaux décors du Musée, enrichis au rez-de-chaussée de multiprojections, de films et d’écrans tactiles conduisant les visiteurs à travers une visite sensorielle.

Au premier étage, la visite se poursuit à travers les salles de la nécropole, les salles présentant les plats pour servir le poisson, les cratères, les bijoux et un espace sensoriel, offrant une occasion unique de toucher des objets originaux entourés de fresques, de plâtres et d’une cheminée baroque. La visite se termine par la salle des pirogues et le jardin néo Renaissance.

L’histoire
Selon une hypothétique tradition, le duc de Milan Ludovico il Moro, pour échapper aux menaces qui menaçaient qui menaçaient sa personne, aurait décidé de construire une somptueuse résidence dans la paisible capitale Este, ville d’origine de sa femme Beatrice d ‘ Este, et a confié l’ambassadeur de la ville milanaise à la cour d’Este pour la construction de ce bâtiment. En réalité, il semble que la commission est partie uniquement de l’héritage des Sforza avec l’Este, l’ambassadeur Antonio Costabili.

Les travaux ont été confiés au grand architecte Biagio Rossetti qui a commencé la construction de l’habitation en 1495 tandis que les travaux ont déjà pris fin en 1504. Le palais a été construit sur l’ancienne Via della Ghiara, ainsi nommée en raison des résidus sablonneux laissés par l’une des branches du Pô qui jadis coulait dans cette région, et représente les alliances politiques historiques qui existaient à cette époque entre Ferrare et Milan, soulignées notamment par les relations de Ludovico il Moro avec la famille Este, à la fois comme époux de Béatrice d’Este et comme oncle d’Anna Maria Sforza, première épouse d’Alfonso I d’Este.

Plus tard, le palais est devenu la propriété de la famille Costabili qui, éteinte au XVIe siècle, a donné vie à une série de passages de propriété de la résidence qui a décrété sa décadence alors qu’en 1920, à l’initiative du directeur général des Antiquités et des Beaux-Arts. Arts Corrado Ricci, l’État a acheté la propriété des derniers propriétaires lorsque ses conditions se sont effondrées. En 1929, le ministère de l’Éducation nationale a décidé d’attribuer le bien au site des découvertes archéologiques trouvées dans la nécropole de Spina. Les travaux de restauration, qui ont commencé en 1932, ont entraîné la consolidation de la structure et son adaptation à un musée, y compris les remaniements de style et l’élimination de nombreuses décorations baroques, comme c’était la pratique de l’époque.

Architecture
Le Palazzo Costabili, également appelé palais de Ludovico il Moro, est situé à Ferrare, sur la crête de l’Addizione di Borso, via le XX Settembre 122. Il abrite le Musée national d’archéologie de Ferrare.

Bien qu’inachevé, il est l’un des plus grands chefs-d’œuvre de l’architecte Biagio Rossetti.

La cour d’honneur, bien qu’incomplète sur deux côtés, est probablement l’aspect le plus significatif de la splendeur de la maison: un double ordre d’arches produit un rythme constant, avec le portique et la loggia supérieure.

Les deux ordres d’arches sont couronnés d’une élégante corniche en terre cuite et de décorations en marbre qui rendent l’ensemble plus harmonieux.

Les fenêtres du premier étage étaient à l’origine ouvertes et murées en groupes de deux, créant un jeu d’espaces pleins et vides qui peuvent encore être partiellement appréciés sur la façade du bâtiment via via Porta d’Amore. La restauration des années trente du XXe siècle a ouvert toutes les fenêtres pour obtenir un portique de style Bramante, auquel le plan de l’édifice a été attribué. Aujourd’hui, un jeu de rideaux suggère au visiteur l’aspect ancien de la cour.

Le musée
Le musée archéologique est situé au Palazzo Costabili, connu sous le nom de Ludovico il Moro; au rez-de-chaussée il y a une grande salle décorée de fresques avec des cartes géographiques qui aident à visualiser le territoire dans les différentes périodes historiques, tandis qu’au rez-de-chaussée la Sala del Tesoro est visible. Le musée abrite les trouvailles de la ville étrusque de Spina.

Le musée abrite les découvertes de haute qualité de la ville étrusque de Spina, emporium commercial de première importance, qui a prospéré du 6ème au 3ème siècle avant JC. Les objets sont divisés par équipement, ou regroupés selon l’enterrement d’origine. Les grands vases du colloque attique sont particulièrement charmants, sur lesquels vous pouvez lire des scènes de la vie quotidienne, des contes mythologiques ou liés à la guerre de Troie. Des œuvres des artisans les plus qualifiés de l’époque apparaissent et, à côté d’objets de grande richesse, tels que les diadèmes en or, il en existe d’autres plus courants, notamment des assiettes, des bols, des récipients à huile, des os et des noix. De la production étrusque sont au contraire d’autres trouvailles, notamment en bronze, notamment des chandeliers et de belles moulures, trépieds, supports. Notez la céramique de la Haute Adriatique, produite localement lorsque le commerce avec la Grèce a cessé.

Elle part du rez-de-chaussée, puis se poursuit vers l’étage noble: de la zone habitée à la nécropole, pour restituer une image différente de la colonie gréco-étrusque trouvée à Valle Trebba et Valle Pega. Connue avant tout pour sa nécropole et la richesse des matériaux trouvés dans plus de quatre mille tombeaux, nous découvrons désormais également la «ville des vivants»: un port florissant et multiculturel sur la côte adriatique. Ceci à travers les trouvailles des espaces urbains. PIECES issues des fouilles menées entre les années 60 et 80, puis reprises en 2007: exposées en 93 et ​​jamais utilisées depuis, conservées jusqu’à présent dans les dépôts du musée. Les quatre salles dédiées à la ville de Spina se caractérisent par un parcours multisensoriel, mis en place par Vps à Rome, avec les conseils de Maurizio Di Paulo.

Dans la première salle, la musique évocatrice de la Méditerranée et les images qui coulent sur les murs prises de peintures vasculaires aux figures rouges sont les bienvenues. Les aspects urbains, architecturaux et sociaux sont illustrés: au centre, le galet gromatique qui a marqué la frontière. La deuxième salle, avec les fresques des histoires de Giuseppe di Garofalo et Dosso Dossi, est consacrée aux cultes et aux mythes, la troisième, décorée de sibylles et de prophètes, se concentre sur les peuples et les écritures: toutes deux sont intégrées avec des vidéos de l’Académie de Bologne de Beaux-Arts. La quatrième salle, de la «Cappelletta», abrite l’une des deux bibliothèques virtuelles et représente le trait-d’union à l’étage supérieur. La salle d’étude clôt le parcours: un vrai salon équipé de matériel pédagogique.

Exposition
L’itinéraire de l’exposition est organisé sur deux étages. Au rez-de-chaussée se trouvent les salles dédiées à la ville de Spina et les activités qui y étaient pratiquées. Des sections spéciales sont consacrées à la vie religieuse et à la population variée de la ville, vues à travers des preuves épigraphiques. Au rez-de-chaussée se trouvent également les deux bateaux monossiles (communément appelés “pirogues”) récupérés en 1948 à Valle Isola et datant de la fin de l’ère romaine (III-IV siècle avant JC).

Au rez-de-chaussée, une sélection des tenues les plus importantes des nombreuses tombes trouvées dans la nécropole est exposée selon des critères chronologiques. Parmi les pièces les plus précieuses figurent les splendides céramiques attiques à figures rouges (cratères, kylikes, amphores, hydries) produites par d’importants artistes athéniens des Ve et IVe siècles avant JC Les peintures représentent des scènes mythologiques et de la vie quotidienne, et témoignent de la diffusion du grec l’art dans la région étrusque. D’autres céramiques, principalement des IVe et IIIe siècles avant JC, proviennent de la Magna Grecia et de la Sicile. De la production étrusque sont principalement des objets en bronze, tels que des candélabres, des trépieds, des supports. A noter la céramique de la Haute Adriatique, produite localement lorsque les contacts avec la Grèce ont cessé.

Les bijoux en or, argent, ambre et pierres semi-précieuses méritent une mention spéciale, qui témoignent de l’habileté technique acquise par les artisans du Pô et de l’Étrurie centrale italienne.

Salle du trésor
Dans les intérieurs, dont il reste très peu, la pièce la plus représentative et la plus importante est la soi-disant Sala del Tesoro, probablement destinée à être une salle de musique ou une bibliothèque, des archives ou même un thésaurus, ou plutôt un lieu de collection d’œuvres de art et objets. précieux. La salle a été décorée entre 1503 et 1506 par Benvenuto Tisi da Garofalo, l’un des peintres les plus représentatifs de l’école de Ferrare actif à la cour d’Este à la fin de la Renaissance.

Le plafond est décoré sur la base de la Camera degli Sposi à Mantegna, située dans le château de San Giorgioin Mantua, et présente un faux balcon d’où dominent différents personnages, beaucoup avec des instruments de musique, qui témoignent de leur amour pour la musique, art et poésie; derrière le balcon, dans le ciel bleu, se dresse le plafond d’un belvédère orné de branches pleines de fruits. Au centre du gazebo, il y a une rosace en bois sculpté et une fausse architecture qui sert de couverture à la structure. Tout autour, une frise ornée de grotesques avec des médaillons représentant des scènes mythologiques de la Rome antique. La connexion picturale entre le plafond et les murs a été réalisée en 1517 avec des lunettes dans lesquelles le mythe d’Eros et d’Anteros est peint, œuvre de l’humaniste Celio Calcagnini.

Salle des cartes
Cette salle est située au rez-de-chaussée du bâtiment, dédiée à la nécropole étrusque de Spina, et a été décorée en 1935 comme la conclusion des travaux de restauration qui ont conduit à l’ouverture du Musée national d’archéologie. La décision de consacrer la conclusion de l’itinéraire du musée à la reproduction de cartes géographiques anciennes a été prise par le premier directeur du musée, Salvatore Aurigemma, qui a voulu attirer l’attention du spectateur tant sur le territoire du delta du Pô que sur les vallées de Comacchio, ou la zone dans laquelle les découvertes de la ville de Spina ont été révélées à la suite de la restauration de Valle Trebba dans les années 1920.

Cette volonté de décorer la salle se fonde également sur l’esprit du temps, en particulier la récupération de l’histoire passée et surtout de la Rome impériale antique, qui à l’époque fasciste a servi à justifier les interventions et les actions de l’État. L’examen des grandes cartes géographiques, même si dépassé par la cartographie moderne, commence par deux cartes de l’Italie: l’une avec les territoires dans lesquels les Étrusques ont vécu pendant leur période d’expansion maximale (Ve siècle), tandis que l’autre montre la division en régions à l’époque de l’empereur Auguste (1er siècle). Une représentation proéminente, placée le long du mur surplombant la loggia, est couverte par une partie de la table Peutingerian, une copie médiévale d’une carte romaine montrant les itinéraires militaires de l’Empire romain, qui représente le chemin du Pô de Plaisance à son embouchure et avec le centre de l’Italie jusqu’à Rome. Le cycle cartographique se termine avec les cartes du delta du Pô et des vallées de Comacchio, utiles au visiteur pour mieux cadrer la zone d’origine de la ville étrusque de Spina.

Les vers de l’ode à la ville de Ferrare, composés par Giosuè Carducci en 1895, ont été transcrits autour de la salle sur la frise de la corniche.

La salle des bijoux en or
La salle présente près d’une centaine de bijoux en or, argent, ambre et pâte de verre trouvés dans les tombes de Spina et datables entre le Ve et le IVe siècle av. Le cadre raffiné comprend une collection de précieuses trouvailles, en partie attribuables à l’artisanat étrusque, en partie liées à des bijoux magno-grecs similaires: diadèmes en or, fibules, pendentifs et divers autres bijoux qui accompagnent l’homme dans les moments forts de son existence, de de la naissance à l’âge adulte, jusqu’à la thésaurisation au-delà de la mort.

Très intéressante est la collection d’objets en ambre, un matériau qui selon la tradition était porté par les femmes de la vallée du Pô pour leurs qualités thérapeutiques et souvent combiné avec de l’or dans un entrelacement de pouvoir et de royauté. Une partie de l’exposition est consacrée au monde des parfums, qui connotait le symbole de statut des classes privilégiées: balsamari en pâte vitreuse, pyxes en marbre et spatha pour puiser dans les essences. À travers l’exposition de ces découvertes nouvelles et fascinantes, le visiteur pourra dresser un tableau vivant et plus complet de l’histoire de Spina et de ses habitants.

Une grande partie de la collection de bijoux et d’artefacts sera exposée pour la première fois. Il complète parfaitement l’exposition de mobilier funéraire de la nécropole de Spina.

Les ateliers d’orfèvrerie de Spina, datant principalement de la fin du Ve siècle avant JC, témoignent d’une période de richesse généralisée dans ce port étrusque. Ils démontrent également le savoir-faire magistral de ses orfèvres. L’or, l’argent, l’ambre, les pierres semi-précieuses et la pâte de verre vitreux étaient les matériaux les plus utilisés. Dans l’obscurité des tombes, ils reflétaient le pouvoir de leurs propriétaires et la pompe et la cérémonie qui entouraient leur utilisation dans les rituels de tous les jours ou lors d’occasions spéciales. Contrairement au grand nombre de vases attiques du 5ème et du début du 4ème siècle avant JC, les objets en or étaient un élément exceptionnel des meubles funéraires à Spina et se trouvaient presque exclusivement aux côtés des femmes. Les découvertes comprennent des amulettes fabriquées à partir d’une variété de matériaux et des bibelots en or soigneusement dissimulés dans les tombes. Fabriquées presque certainement par des artisans locaux en utilisant des méthodes traditionnelles, les bijoux Spina témoignent néanmoins du talent créatif de leurs créateurs et de leur capacité à s’adapter et à définir de nouvelles modes. En effet, les artisans de Spina possédaient cette combinaison de compétences techniques et artistiques qui ont toujours été la clé du succès dans le monde du luxe.

Chemin aveugle
Avec images et texte en relief, audioguides avec lecteurs MP3 et braille. De plus, le public a désormais la possibilité de gérer un service de colloque remonté sur un comptoir spécialement conçu.

Le jardin
Le jardin à la française des espaces extérieurs de l’édifice prend une importance considérable, résultat des restaurations qu’il a subies en 2010. Cependant, le jardin que l’on peut visiter aujourd’hui n’est pas l’original puisqu’il s’agit d’une reconstruction dans le style d’une Renaissance typique jardin réalisé dans les années 1930. Le “jardin de représentation” d’origine était situé à l’est du bâtiment, le long de l’ancienne via della Ghiara, dont aucune trace ne subsiste aujourd’hui car au fil du temps, il a été divisé plusieurs fois et destiné à différents propriétaires.

Le désir de recréer un jardin typique de la Renaissance est né dans les années 1930, à la même époque où le Musée national d’archéologie a été inauguré, bien qu’il soit le résultat d’une reconstruction purement imaginaire et ne s’appuyant sur aucune documentation historique. Le jardin, qui, jusqu’au début du XXe siècle, servait de potager, était divisé en grands carrés, gardant les mêmes allées existantes et délimitant les parterres de fleurs; de plus, comme le voulait la pratique de l’époque, la partie sud était ornée de troènes de troène, plante peu répandue dans les jardins du XVIe siècle. Dans les années 1950, le labyrinthe a été ajouté, la galerie de roses, les jeux verts à l’intérieur des carrés et d’autres espèces d’arbres, finissant par perdre l’unité formelle avec laquelle il a été conçu.

Les travaux de restauration de 2009-2010, grâce aux études menées sur le terrain, ont permis de conserver le système de jardinage presque inchangé et ont également permis de reconstituer la constitution ancienne des essences d’arbres. En particulier, l’archéologie des paysages a reconstruit un environnement très vaste, utilisé presque entièrement comme potager et équipé d’arbres rares mais riche de la végétation typique d’un sol humide, ainsi que d’arbres fruitiers, de prairies non cultivées et d’une forte concentration de céréales, en particulier d’orge et de blé; les fouilles archéologiques ont plutôt mis en évidence les niveaux du sol avant la construction du bâtiment ainsi que les restes d’un mur qui traversait le jardin et qui a été démoli au début du XVIIIe siècle.

Les investigations paléobotaniques et palynologiques ont ainsi rendu une image plus détaillée des compositions arboricoles de la région au cours des siècles et ont permis une restauration plus précise du jardin, qui a été promue et financée par le Ministère du patrimoine culturel et des activités et du tourisme. L’intervention a consisté en une restauration conservatrice de l’existant: les sentiers et les espaces verts, les caisses et les haies en buis ont été conservés, ainsi que le labyrinthe et la pergola de roses, tandis que le cèdre deodara et le cèdre du Liban ont été placés à la zone sud ils ont subi une intervention de nettoyage des parties sèches et une augmentation des couronnes. Les quatre ifs ont également été repositionnés dans leurs carrés respectifs, au-delà du puits, afin de ne pas gêner la vue en perspective du portique; certaines essences arboricoles ont également été remplacées par deux plantes de grenade, déjà présentes dans le jardin et également représentées dans la Sala del Tesoro par Garofalo. Enfin, le mur d’enceinte était couvert de plantes grimpantes à fleurs telles que les roses, les hortensias, les clématites armandii et les vignes américaines.

Le splendide jardin néo-Renaissance du Palazzo Costabili dans la via XX Settembre, les géométries des haies entrecoupées par les sentiers, le labyrinthe vert magique, les cibles romantiques des roses, les essences arboricoles monumentales qui délimitent le jardin de midi accueilleront les visiteurs en quête d’un coin de nature et de paix parmi les trésors d’art, d’architecture et d’archéologie qui caractérisent ce coin de la ville.

Tags: