Paysage culturel

Un paysage culturel, tel que défini par le Comité du patrimoine mondial, est “les biens culturels représentent les œuvres combinées de la nature et de l’homme”.

Définitions
Dans la littérature scientifique des géosciences et des biosciences, ainsi que dans les écrits de planification de l’État et de conservation de la nature, le terme “paysage culturel” est utilisé de nombreuses manières et dans certains cas, il est distinctement différent. La raison de cette hétérogénéité réside avant tout dans l’évaluation de l’hémérobie (mesure de l’influence totale de l’homme sur les écosystèmes naturels): “Qui structure le paysage plus fortement – homme ou nature?” Est la “question de la foi”.

“un paysage conçu et créé intentionnellement par l’homme”
un “paysage organiquement évolué” qui peut être un “paysage relique (ou fossile)” ou un “paysage continu”
un “paysage culturel associatif” qui peut être valorisé en raison des “associations religieuses, artistiques ou culturelles de l’élément naturel”.

Trois définitions de base peuvent être formulées:

L’approche quantitative
Selon cette définition, il faudrait aujourd’hui considérer toute la surface terrestre de la Terre comme un paysage culturel, car au moins les émissions anthropiques peuvent être détectées partout. En conséquence, une distinction avec le paysage naturel serait obsolète.

Cette interprétation large a le plus de partisans parmi les planificateurs paysagistes. On cite souvent l’Amazone et la Terra Preta, une terre qui a subi des modifications anthropiques pendant des siècles et qui se trouve sur de vastes zones le long des rives du fleuve. L’interprétation large est souvent critiquée et conduit à des débats dans le sens de “désert ou paysage culturel?”. Par exemple, la question se pose de savoir comment les processus de changement climatique global devraient être évalués dans ce contexte. Les paysages culturels apparaissent alors dans des proportions plus ou moins grandes que les effets procéduraux non voulus des activités humaines.

L’approche neutre
“Un paysage culturel est un espace dont la forme était et est clairement façonnée par l’utilisation humaine des sols. Les paysages culturels ne sont pas seulement des paysages” de valeur “ou de” beaux “- mais des lieux avec lesquels les gens sont proches.”
En ce sens, les anecdotes inhabitables de la terre (glace continentale, glaciers, déserts sans végétation), mais également les parties du sous-peuplement non peuplées de façon permanente, sont également attribuées aux paysages naturels. Celles-ci incluent des zones naturelles telles que les forêts primaires des tropiques humides ou les steppes et la toundra de l’Asie, qui ne sont traditionnellement utilisées que de manière intermittente et extensive. Même par la surexploitation, les écosystèmes détruits dans les régions de nature vierge sont attendus selon cette définition, et non dans les paysages culturels. Tout l’œcuménisme – des zones rurales aux paysages industriels et économiques, en passant par les paysages urbains ou urbains – est ici attribué aux paysages culturels. Ceci inclut toutes les zones “sauvages” de l’œcuménisme historiquement façonnées par l’homme. Même les vestiges de Hutwäldern ou de très anciennes zones protégées lui appartiennent, puisqu’ils sont des reliques insulaires dans la zone peuplée non loin des “influences claires”. Dans ce contexte, il est fait mention des visiteurs fréquents qui ont laissé leur marque et perturbé l’équilibre naturel, ainsi que de la mégafaune européenne disparue (par exemple, bison, aurochs, orignaux, ours brun), dont le rôle en matière d’aménagement paysager reste inoccupé. Selon les perspectives, au début du XXIe siècle, environ 50 à 70% de la superficie des terres peuvent être attribués à ces paysages anthropiques.

Ce concept est couramment utilisé par les géographes et les écologistes du paysage. Elle a trouvé sa place dans le débat scientifique international, notamment à travers l’école géographique de Carl Ortwin Sauer (Berkeley School) sur la géographie américaine.

Exemple tiré du Dictionnaire de géographie générale:
“Le paysage culturel est créé par l’influence permanente, notamment par l’utilisation économique et la colonisation du paysage naturel d’origine par les groupes humains et les sociétés, dans l’exercice de leurs fonctions essentielles. Leur caractère différencié au niveau régional n’est pas déterminé par la nature, mais influencé par celle-ci. et plus le développement technologique du groupe de paysages culturels est important, plus le territoire reçoit son expression régionale notamment par la fonction résidentielle (type et répartition des établissements humains), le type d’activité économique (utilisation des terres agricoles, extraction des matières premières, de l’industrie et du commerce) et l’éducation du réseau de transport “.
Le géographe Martin Schwind ajoute, issu de la culture géographique, que tout paysage culturel doit être considéré comme une expression de l’esprit humain:
“Toute enquête sur la structure réelle d’un paysage pourra exposer au-delà de sa signification objective un fond irréel: l’esprit qui porte ces choses. Cet esprit a été différent à tout moment et a également posé différentes questions au paysage traditionnel.”
Le terme paysage anthropogénique est parfois utilisé comme synonyme pour cette définition. Par exemple, cela forme également la base du concept des biomes anthropiques selon Ellis et Ramankutty.

L’approche qualitative
“Un paysage culturel est un espace qui a été façonné par l’utilisation paysanne avant et au début de l’ère moderne et qui conserve les formations et les structures végétales correspondantes. De tels paysages cultivés sont riches en espèces et méritent donc d’être préservés du point de vue de la conservation de la nature.”
Cet examen attentif est basé sur des notions subjectives de “paysages souhaitables” et joue un rôle important, notamment dans la conservation de la nature. La différenciation par rapport à d’autres définitions est parfois appelée paysages culturels historiques ou paysages culturels liés à des zones spécifiques. Environ 15 pour cent des terres du monde peuvent être utilisées comme “zones de peuplement à proximité de paysages culturels” (mosaïque de terres cultivées pluviales résidentielles et résidentielles irriguées par Erle C. Ellis et Navin Ramankutty).

Par exemple, on entend par paysage culturel d’Europe centrale une zone caractérisée par une utilisation agricole, dans laquelle l’utilisation n’a pas dépassé un certain niveau d’intensité. Ainsi apparurent jusqu’à la première moitié du XXe siècle des habitats très riches en espèces (par exemple, zones humides, prairies, vergers) qui, au cours d’une intensification accrue, ont à nouveau en grande partie fait disparaître l’agriculture. Ces paysages culturels historiques de l’Europe sont plus riches en espèces (→ voir: Biodiversité) en tant que société forestière finale naturellement formée. En raison de leurs particularités, différents paysages culturels peuvent être séparés les uns des autres.

L’approche qualitative s’exprime à nouveau en différentes “variétés”. Deux exemples:

Hans Hermann Wöbse:
“Les paysages culturels sont des paysages créés par l’homme dont les réalisations et les conditions économiques, écologiques, esthétiques et culturelles sont équilibrées, ce qui assure une dynamique de développement continu et permet à long terme de servir de personnes à la maison.”

Gottfried Briemle:
“Intensément utilisé par les humains, mais caractérisé par des pratiques économiques à petite échelle, le paysage agricole dont le ménage est écologiquement relativement stable grâce à une variété d’éléments du paysage et conserve dans sa physionomie les différences naturelles.”
Le mot culture (au sens agricole) est compris ici non seulement comme une culture et une préservation du sol, mais plutôt comme une expression de la créativité humaine dans les zones rurales par excellence. Pour l’aménagement paysager, les mêmes normes s’appliquent que pour les bâtiments culturels et les pensées et coutumes intellectuelles et culturelles. En conséquence, non seulement la couverture végétale est pertinente, mais également tous les signes visibles de l’attachement paysan du paysan au paysage. En ce qui concerne le type, l’étendue et l’intensité de la gestion, il s’est largement équilibré de manière à s’auto-stabiliser. Les éléments de paysage créés par l’homme sont z. B. Heckensäume et les îles boisées à côté des champs pour se protéger du vent et de la déshydratation. Des arbres isolés comme des troncs de fruits ou des chênes comme arbres d’ombrage dans les pâturages. Mais aussi des champs et des murs en pierre sèche pour réduire les dégâts dus à l’érosion et faciliter la gestion. Lesesteinriegel ont été créés lors de la culture de prairies ou de champs caillouteux. Ces éléments du paysage, qui étaient utiles pour l’agriculture rurale, interfèrent souvent avec la gestion de vastes zones. Vous apprenez la protection z. B. par la désignation de monuments culturels.

Histoire du concept
Le concept de «paysages culturels» se retrouve dans la tradition européenne de la peinture de paysage. À partir du XVIe siècle, de nombreux artistes européens ont peint des paysages en faveur des personnes, les réduisant ainsi dans leurs peintures à des figures englobées dans des paysages plus vastes et spécifiques à une région.

Le mot “paysage” associe “terre” à un verbe d’origine germanique, “scapjan / schaffen”, qui signifie littéralement “terres façonnées”. Les terres étaient alors considérées comme façonnées par les forces naturelles et les détails uniques de ces landshaffen (terres en forme) devenaient eux-mêmes le sujet de peintures «de paysages».

On attribue au géographe Otto Schlüter d’avoir utilisé formellement le terme «paysage culturel» comme terme académique au début du XXe siècle. En 1908, Schlüter affirmait qu’en définissant la géographie comme une Landschaftskunde (science du paysage), cela donnerait à la géographie un sujet logique qui ne peut être partagé par aucune autre discipline. Il a défini deux formes de paysage: l’Urlandschaft (paysage d’origine) ou paysage qui existait avant les grands changements induits par l’homme et le Kulturlandschaft (traduction du “paysage culturel”), un paysage créé par la culture humaine. La tâche principale de la géographie était de suivre les changements survenus dans ces deux paysages.

C’était Carl O. Sauer, un géographe humain, qui était probablement le plus influent dans la promotion et le développement de l’idée de paysages culturels. Sauer était déterminé à insister sur le fait que la culture était un facteur déterminant des caractéristiques visibles de la surface de la Terre dans des zones délimitées. Dans sa définition, l’environnement physique conserve une importance centrale en tant que moyen avec et par lequel les cultures humaines agissent. Sa définition classique du «paysage culturel» se lit comme suit:

“Le paysage culturel est façonné à partir d’un paysage naturel par un groupe culturel. La culture en est l’agent, la zone naturelle est le médium, le paysage culturel est le résultat”

Depuis la première utilisation formelle du terme par Schlüter et la promotion efficace de l’idée par Sauer, le concept de «paysages culturels» a été utilisé, appliqué, discuté, développé et perfectionné au sein du monde universitaire. Dans les années 1950, par exemple, J.B. Jackson et sa publication «Landscape» ont influencé une génération de spécialistes, notamment américains, dont les historiens de l’architecture Denise Scott Brown et Gwendolyn Wright.

En 1992, le Comité du patrimoine mondial a décidé de convoquer une réunion de “spécialistes” chargés de conseiller et d’aider à reformuler les Orientations du Comité afin d’inclure les “paysages culturels” en tant qu’option pour les biens du patrimoine énumérés qui n’étaient ni purement naturels ni purement culturels ( c’est-à-dire patrimoine ‘mixte’)

L’adoption et l’utilisation par le Comité du patrimoine mondial du concept de “paysages culturels” ont vu de nombreux spécialistes du monde entier et de nombreux pays identifier les “paysages culturels”, évaluer les “paysages culturels”, dresser la liste du patrimoine “paysages culturels”, gérer les “paysages culturels” , et en faisant effectivement «paysages culturels» connus et visibles au monde, avec des ramifications et des défis très pratiques.

Une étude universitaire réalisée en 2006 sur les efforts combinés du Comité du patrimoine mondial, de nombreux spécialistes du monde entier et de nations pour appliquer le concept de «paysages culturels», a permis de constater et de conclure que:

“Bien que le concept de paysage ait été décroché depuis un certain temps de ses associations artistiques originales … il existe toujours une vision dominante des paysages en tant que surface inscrite, semblable à une carte ou un texte, à partir de laquelle un sens culturel et des formes sociales peuvent simplement s’inscrire.” être lu.”

Dans le monde universitaire, tout système d’interaction entre l’activité humaine et l’habitat naturel est considéré comme un paysage culturel. En un sens, cette compréhension est plus large que la définition appliquée au sein de l’UNESCO, qui englobe presque toute la surface occupée de la planète, plus presque tous les usages, écologies, interactions, pratiques, croyances, concepts et traditions des personnes vivant au sein de paysages culturels. Par la suite, le géographe Xoán Paredes définit le paysage culturel comme suit:

“… l’environnement modifié par l’être humain au cours du temps, la combinaison à long terme entre l’action anthropique sur cet environnement et les contraintes physiques limitant ou conditionnant l’activité humaine. Il s’agit d’un espace géographique – comprenant des ressources naturelles et culturelles – associée à l’évolution historique, qui cède la place à un paysage reconnaissable pour un groupe humain particulier, au point d’être identifiable en tant que telle par d’autres. ”

Certaines universités offrent maintenant des diplômes spécialisés dans l’étude des paysages culturels, comme par exemple les universités de Naples, Saint-Étienne et Stuttgart qui offrent un diplôme de maîtrise en paysages culturels.

Éléments du paysage culturel historique
Sur la base d’éléments de paysages culturels historiques, le caractère régional des paysages culturels peut être décrit plus en détail. Une distinction est faite entre les éléments structurels (monuments architecturaux, chapelles et croix, par exemple) et les éléments liés à l’utilisation (chemins creux, champs, vergers, avenues, haies, vignobles et corridors historiques). De nombreux éléments du paysage culturel historique témoignent d’une activité économique antérieure. Ils sont qualifiés d’éléments du paysage culturel historique s’ils ne réapparaissent pas dans les conditions économiques et sociales actuelles.

L’étude scientifique des paysages culturels
Le paysage culturel, en tant que système d’interaction de l’activité humaine et de l’environnement naturel, va au-delà de la définition de l’UNESCO, qui est l’objet du Master of Cultural Landscapes (MaCLands), le Master européen conjointement organisé par les universités de Naples, Saint- Etienne et Stuttgart sont offerts.

Exemples
Le Comité du patrimoine mondial a identifié et répertorié un certain nombre de zones ou de biens en tant que paysages culturels d’une valeur universelle pour l’humanité, notamment:

Parc national de Tongariro, Nouvelle-Zélande (1993)
“En 1993, le parc national de Tongariro est devenu le premier bien à être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial selon les critères révisés décrivant les paysages culturels. Les montagnes au cœur du parc ont une signification culturelle et religieuse pour le peuple maori et symbolisent les liens spirituels entre cette communauté et son environnement. Le parc comprend des volcans actifs et éteints, une gamme diversifiée d’écosystèmes et des paysages spectaculaires. ”

Parc national d’Uluru-Kata Tjuta, Australie (1994)
“Ce parc, anciennement appelé parc national d’Uluru (Ayers Rock – Mont Olga), présente des formations géologiques spectaculaires qui dominent la vaste plaine de sable rouge du centre de l’Australie. Uluru, un immense monolithe, et Kata Tjuta, les dômes rocheux situés à l’ouest d’Uluru, font partie du système de croyances traditionnel de l’une des plus anciennes sociétés humaines du monde. Les propriétaires traditionnels d’Uluru-Kata Tjuta sont les autochtones Anangu. ”

Rizières en terrasses des cordillères philippines (1995)
“Depuis 2000 ans, les hautes rizières de l’Ifugao suivent les contours de la montagne. Fruit du savoir transmis de génération en génération, ainsi que l’expression de traditions sacrées et d’un équilibre social délicat, elles ont contribué à créer un paysage d’une grande beauté qui exprime l’harmonie entre l’homme et l’environnement. ”

Paysage culturel de Sintra au Portugal (1995)
“Au 19ème siècle, Sintra devint le premier centre de l’architecture romantique européenne. Ferdinand II transforma un monastère en ruines en un château où cette nouvelle sensibilité se manifesta par l’utilisation d’éléments gothiques, égyptiens, mauresques et de la Renaissance, ainsi que par la création d’un parc espèces d’arbres locales et exotiques. D’autres belles demeures, construites dans le même sens dans la Serra environnante, ont créé une combinaison unique de parcs et de jardins qui a influencé le développement de l’architecture paysagère en Europe “.

Portovenere, Cinque Terre et les îles (Palmaria, Tino et Tinetto), Italie (1997)
“La côte ligure entre Cinque Terre et Portovenere est un paysage culturel d’une grande valeur scénique et culturelle. La disposition et la disposition des petites villes et la mise en forme du paysage environnant, surmontant les inconvénients d’un terrain escarpé et accidenté, résument l’histoire continue des établissements humains dans cette région au cours du dernier millénaire “.

Parc national de Hortobágy, Hongrie (1999)
Le parc national d’Hortobágy est la plus grande prairie naturelle continue d’Europe, ce qui signifie qu’elle n’a pas été créée à la suite d’un déboisement ou du contrôle des cours d’eau. Premier parc national hongrois (créé en 1973), il s’agit de la plus grande zone protégée du pays (82 000 hectares). La réserve de la biosphère en constitue une partie importante et un quart de sa superficie bénéficie de la protection internationale prévue par la Convention de Ramsar sur la conservation des zones humides.

Matobo Hills, Zimbabwe (2003)
La région des collines de Matobo présente une profusion de reliefs rocheux distinctifs s’élevant au-dessus du bouclier de granite qui couvre une grande partie du Zimbabwe. Les gros rochers constituent des abris naturels abondants et ont été associés à l’occupation humaine du début de l’âge de la pierre aux débuts de l’histoire, et par intermittence depuis. Ils présentent également une collection exceptionnelle de peintures rupestres. Les collines de Matopo continuent de constituer un axe fort pour la communauté locale, qui utilise toujours des sanctuaires et des lieux sacrés étroitement liés aux activités traditionnelles, sociales et économiques.

Dresde, vallée de l’Elbe, Allemagne (2004)
“Le paysage culturel des Dresde et de la vallée de l’Elbe aux XVIIIe et XIXe siècles … est caractérisé par de faibles prés et est couronné par le palais Pillnitz et le centre de Dresde avec ses nombreux monuments et parcs du XVIe au XXe siècle. Villas et jardins de banlieue des XIXe et XXe siècles et éléments naturels précieux. ”

Ce paysage a été retiré de la liste du patrimoine mondial en 2009 en raison de la construction d’une autoroute à quatre voies traversant l’Elbe.

Terrasses des Vignobles de Lavaux, Suisse (2007)
“Le paysage viticole de Lavaux témoigne de manière très visible de son évolution et de son développement sur près d’un millénaire, à travers un paysage bien préservé et des bâtiments qui témoignent de la poursuite et de l’évolution de traditions culturelles de longue date et spécifiques à sa localité.”

Paysage culturel du lac de l’Ouest à Hangzhou, Chine (2011)
“Le paysage culturel du lac de l’Ouest de Hangzhou, comprenant le lac de l’Ouest et les collines qui l’entourent, inspire depuis le IXe siècle des poètes, des érudits et des artistes célèbres. Il comprend de nombreux temples, pagodes, pavillons, jardins et arbres d’ornement, ainsi que comme des chaussées et des îles artificielles “.

Qhapaq Ñan (réseau routier inca), nord-ouest de l’Argentine, sud de la Colombie, Équateur, Bolivie, Pérou et Chili (2014)
Qhapaq Ñan est un réseau étendu de routes de communication, de commerce et de défense inca couvrant 30 000 km. Construit par les Incas pendant plusieurs siècles et reposant en partie sur une infrastructure pré-inca, ce réseau extraordinaire traversant l’un des terrains géographiques les plus extrêmes du monde reliait les sommets enneigés des Andes – à une altitude de plus de 6 000 m – à la côte. , parcourant les forêts tropicales chaudes, les vallées fertiles et les déserts absolus. Il a atteint son expansion maximale au 15ème siècle quand il s’est étendu sur toute la longueur et la largeur des Andes. Le réseau routier andin de Qhapac Ñan comprend 273 sites répartis sur plus de 6 000 km sélectionnés pour mettre en valeur les réalisations sociales, politiques, architecturales et techniques du réseau, ainsi que ses infrastructures associées pour le commerce, l’hébergement et le stockage, ainsi que comme des sites d’importance religieuse.

L’influence des idées
Les approches de Schluter et Sauer concernant le concept de “paysage culturel” ont déterminé le développement de cette direction dans la géographie des cercles universitaires occidentaux au cours du XXe siècle. Mais ils n’ont pas perdu leur pertinence aujourd’hui. V. Kagansky, par exemple, associe l’émergence de nouveaux paysages culturels à l’activité toujours croissante des minorités. Il estime que l’approche de la question a un avenir potentiellement considérable – tant que l’avenir appartient aux minorités, si l’identification de celles-ci est d’un type ethnique; la seule question est de savoir si les programmeurs, les concepteurs et les détaillants vont former des communautés endogames (un attribut d’ethnies), s’établir de manière compacte et former leurs propres micro-paysages.

Il existe également une version qui, à l’avenir, devrait couvrir l’ensemble de la Terre avec des paysages culturels déchirés uniquement par un réseau d’aires protégées constituant un cadre écologique. Et dans ce cas, le concept de paysage culturel est proche de l’idée de noosphère – la sphère de l’esprit qui, selon V. I. Vernadsky, devrait remplacer la biosphère, qui constitue une étape naturelle de son développement.

En 1992, l’Accord sur le patrimoine mondial, adopté par l’UNESCO, est devenu le premier instrument juridique international à réglementer la protection des paysages culturels.

Critique
L’un des premiers critiques du concept morphologique de paysage culturel de Sauer a été le géographe américain, fondateur de la géographie comportementale, Richard Hartshorn, qui a complètement écarté le concept de paysage, ce qui le justifie par la nécessité d’éviter la confusion dans les concepts scientifiques. Selon Hartshorn, la définition de K. Sauer du paysage comme la somme de ses composantes naturelles et culturelles ne donne pas une vision globale.

Comme l’a noté J. Gold, le principal inconvénient de l’école de paysage culturel de K. Sauer est la prise en compte insuffisamment complète de la relation entre l’homme et l’un ou l’autre paysage de significations symboliques qui le dotent.

Rôle dans la culture populaire
Selon le géographe russe contemporain V. Kagansky, le paysage culturel de la culture de masse russe est complètement incohérent et fragmenté, représenté par des lieux distincts et incohérents distincts; la majeure partie de la surface terrestre n’est littéralement rien et la culture sémiotique n’existe pas. Il pense que les lieux sont donnés de manière purement externe (par exemple, en tant que points de découverte d’anciens rouets, la résidence de héros culturels, le lieu d’action d’oeuvres d’art et de mythes).

Le paysage (paysage culturel) dans la culture populaire est un ensemble de points aux contours petits et obscurs. De plus, cette vue est centrée sur le lieu de séjour permanent ou récréatif.

Kagansky, d’une part, note que l’idée d’un paysage culturel dans la culture de masse est souvent sacralisée superficiellement, c’est-à-dire que lors de grandes excursions, elle a tendance à percevoir l’environnement comme quelque chose de vraiment «beau». À titre d’exemple, il cite la sacralisation du paysage «d’auteur», par exemple le paysage de Tolstoï, Dostoïevski, Tchékhov, Shichkine. Par ailleurs, selon Kagansky, la culture de masse ne tient pas compte de ces images généralisées du paysage culturel, comme par exemple dans «Kotlovan» de A. Platonov ou «Stalker» de A. Tarkovsky, bien qu’elles représentent profondément le paysage national. et adéquatement.