Musée Cristóbal Balenciaga, Getaria, Espagne

Le musée Balenciaga est une institution publique qui se consacre à l’étude et à la préservation de la mémoire du couturier Cristóbal Balenciaga. Il est situé dans sa ville natale, Guetaria (Guipúzcoa) et a été inauguré en juin 2011.

Cristóbal Balenciaga Museoa a ouvert ses portes le 7 juin 2011 dans la ville de Getaria (Espagne), devenant ainsi le premier grand musée de ce type au monde consacré exclusivement à un couturier. Créée sous la tutelle de la Fondation Cristobal Balenciaga, elle a pour mission de diffuser et de souligner l’importance de la figure et du travail de ce brillant créateur dans la création artistique en général et dans le monde de la mode et de la haute couture en particulier.

Le musée abrite l’une des collections de créations les plus pertinentes de Cristóbal Balenciaga au niveau international, à la fois par le nombre et la qualité des objets inclus et par la durée de leur couverture.

En plus d’exposer, à tour de rôle, une sélection représentative de ses collections, le Musée propose également des expositions temporaires sur la mode et des activités éducatives et de loisirs.

L’histoire
En 1994, la Fondation Balenciaga a été créée. Elle visait principalement à ouvrir un musée dans la ville natale du célèbre designer. Pour cela, le palais Aldamar a été choisi, un bâtiment du XIXe siècle dont les propriétaires avaient soutenu le jeune Balenciaga. Attaché au manoir, un bâtiment avec une ligne moderne serait érigé, avec du verre comme matériau principal.

Le musée devait ouvrir ses portes en 2003, mais plusieurs irrégularités ont nui à sa préparation. Selon plusieurs sources, le nouveau bâtiment aurait été conçu par un architecte cubain dépourvu de l’homologation nécessaire pour travailler en Espagne. de plus, les salles d’exposition étaient inadéquates pour les vêtements, car la lumière intense qui entrait par les fenêtres menaçait de détériorer les tissus. D’autre part, un examen des fonds a révélé la disparition de certaines pièces de Balenciaga, telles que des foulards en soie, qui auraient apparemment été offertes à des personnes extérieures au musée.

Le ministère de la Culture a décidé de retirer les subventions en 2005. Deux ans plus tard, il a été décidé de débloquer la situation en voyant que les faits étaient en train d’être clarifiés. Le nouveau bâtiment a été adapté sur le plan musical pour garantir la conservation des vêtements exposés. Dans tous les cas, la quantité de répertoire exposé est réduite à 90 morceaux, qui seront pivotés pour éviter une incidence prolongée de la lumière.

Le 7 juin 2011, de nombreuses personnalités ont approché la ville guipuzcoaine, notamment Sa Majesté la reine Sofia, la designer chevronnée Givenchy, des designers espagnols de plusieurs générations et des dames portant les créations Balenciaga, comme Carmen Martínez-Bordiú.

Le premier directeur du musée a été Javier González de Durana, remplacé en 2014 par Miren Vives Almandoz, et le vice-président est Sonsoles Diez de Rivera (fille de Sonsoles de Icaza).

Collection
Il a un fond de plus de 1200 vêtements et accessoires conçus par l’artiste. Ils sont exposés de manière tournante, à la fois pour des raisons d’espace et parce que les matériaux sont fragiles et se détérioreraient lors d’une exposition continue.

Une grande partie de la collection a été rassemblée grâce aux dons et aux prêts. Rachel L. Mellon, épouse du magnat des banques américain Paul Mellon et donateur célèbre de Balenciaga, a fait don de quelque 300 pièces. En 2017, le musée consacre une exposition temporaire à ce donateur. Hubert de Givenchy, disciple du professeur de Guetaria, et des héritiers d’anciens clients tels que Sonsoles de Icaza ou Grace Kelly, ont remis d’autres vêtements en dépôt.

La collection du musée Cristóbal Balenciaga est liée à la carrière professionnelle et au profil personnel de Cristóbal Balenciaga, célèbre designer de Getaria, qui a dominé la haute couture du XXe siècle.

Le musée a pour tâche de conserver et d’accroître ces collections, tout en les rendant plus accessibles et plus accessibles.

En explorant cette section, vous obtiendrez une meilleure connaissance du couturier, des collections constituant le patrimoine du Musée et de notre travail en ce qui les concerne.

Réparties par type, les collections comprennent:

Tenue Balenciaga (1912-1971)

Le Musée possède une collection de vêtements conçus par Cristóbal Balenciaga et produits principalement dans ses maisons de Paris, Saint-Sébastien, Madrid et Barcelone. Parmi eux se distinguent:

Collection du gouvernement basque

Collection Rachel L. Mellon

Accessoires Balenciaga (1940-1968)

Foulards, bijoux, gants, collants, parfums et coiffures vendus sous la marque Balenciaga et complétant le look proposé par Balenciaga. Dans ces cas, seule la coiffe serait effectivement produite dans les ateliers de la Maison.

Documentation et objets personnels de Cristóbal Balenciaga (1899-1972)

Des photographies, des lettres et des objets appartenant à Cristóbal Balenciaga composent cette collection de plus de 1000 objets.

Documents de travail des Maisons EISA et Balenciaga
Factures, invitations, registres de vente, etc.
Patrons Balenciaga et outils du commerce.
Magazines de mode historiques
Les collections Pedro Esteban et Hubert de Givenchy sont particulièrement remarquables.
Collection d’étude
des répliques physiques et du matériel audiovisuel destinés à faciliter la recherche et l’étude.
Recueil immatériel des témoignages d’ouvriers à la Maison Balenciaga

Les collections composant les collections sont enregistrées, cataloguées, manipulées, traitées et stockées conformément aux critères et protocoles stricts établis par le service de la conservation et de la restauration du musée.

Cristóbal Balenciaga
Cristóbal Balenciaga Eizaguirre est né le 21 janvier 1895 dans la famille ouvrière de la ville de Getaria (Pays basque, Espagne). Son père, un pêcheur, mourut quand Balenciaga avait 11 ans. Sa mère, figure de référence chez Balenciaga, était couturière et travaillait pour la famille Marquises de Casa-Torres.

Cela signifiait que Balenciaga était très tôt en contact avec le métier de sa mère, allié à l’élégance et au bon goût de la marquise, qui l’a encouragé à devenir son premier client. En 1907, il apparaît comme citoyen de Saint-Sébastien, où il commence à apprendre le métier de tailleur tout en travaillant dans plusieurs établissements liés à la mode parisienne. À cette époque, la ville connaissait un regain d’activité économique tertiaire, stimulée par la présence saisonnière de la cour en été et par l’attraction touristique de la côte basque.

À l’âge de 22 ans, Cristóbal Balenciaga a ouvert sa première entreprise, inscrite au registre du commerce sous la rubrique Couturier, acquittant un taux de taxe correspondant à la catégorie la plus élevée, celle de C. Balenciaga, dans la rue Vergara n ° 2. Au cours de l’année il avait modifié l’aspect organisationnel de l’entrée pour ajouter de nouveaux partenaires, les soeurs Lizaso, dans une société à responsabilité limitée avec une période temporaire de six ans, créant Balenciaga y Cía et conservant la même adresse commerciale.

Après cette date, en 1924, l’association est dissoute et Cristóbal Balenciaga est enregistré à la place, transférant ses opérations sur l’Avenida n ° 2. Cette année-là, son entreprise employait déjà 71 travailleurs (68 femmes et 3 hommes). En mars 1927, il créa Martina Robes et Manteaux au premier étage de la Calle Oquendo 10 (Martina avait été le nom de sa mère) comme deuxième marque d’une stratégie de diversification qui, en octobre, prit le nouveau nom d’EISA Costura. au nom de famille de sa mère, Eizaguirre).

La première entreprise, Cristóbal Balenciaga, est restée ouverte sans interruption jusqu’en 1937, date de son déménagement à Paris. La seconde, EISA Costura, s’est diversifiée géographiquement à Madrid (1933) et à Barcelone (1935) sous le nom de Eisa BE, tout en restant à Saint-Sébastien, Avenida no. 2

Mais c’est sans doute sa période parisienne qui lui valut sa reconnaissance comme l’un des designers les plus influents de l’histoire. Promu par la guerre civile espagnole, Balenciaga s’installe à Paris où il installe ses salons au n ° 10, avenue George V. Cette décision lui a non seulement permis d’avoir accès aux plus importants pourvoyeurs de tissus et aux plus grands spécialistes des métiers liés à la Haute Couture, mais elle l’a également mis en contact avec une clientèle cosmopolite d’une immense importance sur les plans social, économique et culturel. lui sous les projecteurs des médias internationaux.

Le succès l’accompagne dès la présentation de sa première collection en 1937 et de ses créations, basées sur le confort, la pureté des lignes, la réinterprétation de la tradition espagnole et le développement de volumes novateurs, mode marquée dans les décennies centrales du XXe siècle, jusqu’au année 68, lorsque Haute Couture a commencé à perdre du poids au profit du prêt-à-porter, le moment où Balenciaga a décidé de prendre sa retraite.

Sa précision, sa technique et son perfectionnisme lui ont valu l’admiration de ses collègues et de ses contemporains, à l’instar de Christian Dior, qui l’appelait «le maître de tous», Hubert de Givenchy, qui l’appelait «l’architecte de la haute couture» ou Coco Chanel, qui l’a qualifié de «seul vrai couturier».

Mais c’est sa capacité d’innovation, à évolution subtile et constante, sa connaissance du tissu, son sens des proportions et de la mesure, et sa vision et son interprétation du corps féminin qui lui ont valu la vénération comme l’un des designers les plus influents de tous les temps.

Dans son évolution créatrice, Balenciaga a recherché, expérimenté, introduit et perfectionné différentes lignes qui ont changé la silhouette féminine dominante, s’éloignant des normes socioculturelles de l’époque et introduisant progressivement des degrés d’abstraction plus élevés. Se centrer sur le dos, brouiller la taille, générer des volumes et simplifier la coupe.

Cela a conduit à l’introduction de la ligne “tonneau” (1947), du look “semi-ajusté” de 1951, des jupes “ballon” de 1953, de la tunique de 1955, de la robe “sac” de 1957 ou de la robe “baby-doll” de 1958, évoluant vers le minimalisme formel qui caractérise ses créations de la décennie suivante.

Ses propres mots définiraient son travail d’artiste: «un couturier doit être un architecte des plans, un sculpteur des formes, un artiste des couleurs, un musicien de l’harmonie et un philosophe du sens des proportions.”