Palais des Borgias, Valence, Espagne

Le palais de Benicarló (officiellement et en valencien, Palau de Benicarló) ou palais de la Borja (ou Borgia) est un manoir aristocratique de style gothique valencien et de la Renaissance situé à Valence, en Espagne. Actuellement, c’est le siège des Cortes de Valence.

Le palais a été construit au 15ème siècle pour la résidence de la famille Borja ou Borgia dans la capitale de l’ancien royaume de Valence. Il est catalogué comme Bien d’importance locale avec le numéro d’identification 46.15.250-132.

Histoire du palais
Tout au long de son histoire, le palais a appartenu à différentes familles importantes. Tout d’abord, il a appartenu à la maison de Borja à partir de 1485 et a été abandonné au milieu du XVIIIe siècle par les ducs de Gandia, en état de ruine. Plus tard, il appartint à la maison de Benavente et enfin à la maison d’Osuna jusqu’au milieu du XIXe siècle, date à laquelle le palais fut vendu au comte de Benicarló. Plus tard, au milieu du XIXe siècle, la famille Pujals en fit l’acquisition pour fonder une fabrique de soie. Pendant la guerre civile espagnole, c’était le siège du gouvernement de la IIe République espagnole installé à Valence. Actuellement, c’est le siège des Cortes de Valence.

Construction et description du palais
Le palais, commandé par les ducs de Gandie dans la capitale du royaume de Valence de l’époque, a constitué pendant des siècles l’expression de sa prééminence parmi la noblesse locale.

Le début d’une construction avec des prétentions a coïncidé presque avec la concession du duché et, sans aucun doute, a été volontairement persécuté un personnage représentatif marqué. Ce critère explique son emplacement urbain et ses dimensions spectaculaires, principalement observables aujourd’hui par sa façade et par le fait qu’il possédait les salles de son étage noble. Et il est resté dans le temps, bien qu’il se soit langui de bonne heure après la mort des deux premiers ducs. Ce déclin s’est accéléré lorsque les propriétaires du titre ont abandonné les terres valenciennes ou sont tombés entre les mains de personnes qui ne les ont jamais piétinés.

La responsabilité de la construction du palais de la Borja à Valence était, ainsi que sa possession, différente et dominante tout au long de son histoire. Les premiers ducs de Gandía et du cardinal Rodrigo de Borja, futur pape Alexandre VI, acquièrent une importance particulière dans sa mission. En ce qui concerne l’exécution des travaux, il est traité avec une attention particulière la figure des prestigieux maîtres d’oeuvres de la ville: Francesc Martínez alias Biulaygua et Pere Compte. En plus des données qui relient ces architectes au palais, une analyse diachronique de leurs contributions est faite à travers l’analyse bibliographique, à laquelle nous ajoutons d’autres données documentaires non publiées importantes, telles que la participation de Père Compte au couvent de Corpus Christi de Luchente. (Llutxent), sur le pont de Pajazo (Requena) …

Dans l’emplacement du palais et son insertion urbaine, nous avons, d’une part, les propriétés acquises sur lesquelles un nouveau bâtiment a été construit, afin d’inférer des aspects tels que les désirs d’économie dans le travail ou le niveau d’autonomie. ou la dépendance à ce qui a été construit par rapport à ce qui a déjà été trouvé et partiellement exploité. D’autre part, il plonge dans les raisons de représentativité qui ont conduit le Borja à choisir la Plaza de San Lorenzo, dans la ville de Valence, pour y installer l’un de ses palais. Enfin, nous trouvons sa relation avec l’environnement: la plus immédiate, formée par les rues environnantes et les jardins privés, et une autre plus éloignée, qui atteint la vue, avec le profil de la ville et du verger hors-murs comme un horizon .

En ce qui concerne le processus de construction du bâtiment, dans sa période de grande activité, de 1485 à 1520, lorsque des bâtiments existants sont adaptés et que d’autres se lèvent, l’escalier de pierre de la cour est construit par Pere Compte (auteur d’œuvres très importantes dans la ville de Valence comme le Lonja des marchands), des travaux importants sont réalisés dans les ateliers, des travaux de maçonnerie en pierre et d’autres éléments pertinents … Dans ces travaux, en plus des maîtres mentionnés, de nombreux architectes sont nommés: les briqueteurs Juan Agras, Francisco Agras, Joan Vilar …; les menuisiers Antoni Munyos, Luis Amorós, Antonio Pérez, Antonio Celma, Joan Perales, Melcior Serra, Guillem Gilabert …; les peintres Joan Guillem, Joan Girbes, Martí Girbes, Luis Forment …; les tailleurs de pierre Pere Català, Diego de la Roa, García de Vargues – García de Vargas, que nous avons identifiés à García de Toledo et dont le vrai nom était Danaequo, Joan Bribesques (également nommés Unnesques, Urcnesques, Viciesques, Brebesques, Biruesta, Biruesta, Virnescas ou Virnesques), Pere Alcanyis, Joan Corbera …

Dans sa construction, bien qu’aucun antécédent direct ne soit présenté, il est vrai que l’influence de cette famille dans l’architecture a conduit à la création de types, de modèles et de solutions déjà utilisés dans une série de manoirs et de fondements religieux de la Borja. , cela par sa chronologie ou typologie sert à comprendre les solutions du palais valencien. Cela montre les demeures seigneuriales de Torre de Canals et de Játiva, le palais ducal de Gandía, le comté d’Oliva, et d’autres maisons de Valence, avec une attention particulière pour celle de la rue Caballeros, qui appartenait jusqu’au XVIe siècle aux Centelles.

Le soin du travail et ses transformations visant à une plus grande habitabilité ont été délégués aux architectes et artistes les plus remarquables de la capitale. En bref, son analyse nous permet de comprendre son évolution entre aspirations grandiloquentes et oubli inique.

Corts Valencianes
Les Corts Valencianes (prononciation: [ˈkoɾ (d) z valensiˈanes]), communément appelée Les Corts ([les ˈkoɾ (t) s]), sont le principal organe législatif de la Generalitat Valenciana et, partant, du pays valencien. Le siège principal des Corts se trouve dans le palais des Borgia à Valence; Cependant, il peut se rencontrer à n’importe quel endroit des terres de Valence. La Corts a ses origines dans des corps établis au XIIIe siècle par le roi Jacques Ier d’Aragon. L’institution moderne a été créée en 1982 sous le statut d’autonomie de Valence de 1982. Les Corts actuels ont été élus en 2015.

L’histoire
Après la conquête et le règne de Jacques Ier d’Aragon, les besoins économiques et militaires de la Couronne d’Aragon justifiaient certaines réunions du roi avec des représentants des trois classes sociales (la noblesse, qui contrôlait les forces militaires, l’église et la classe moyenne. ), d’obtenir des services militaires ou financiers. Les besoins économiques justifiaient ces réunions et, au début du XVIe siècle, une institution stable appelée Corts Valencianes avait déjà été créée.

Parmi les réunions qui se sont tenues sous le règne de Jacques Ier, la plus importante a été celle du 7 avril 1261 à Valence, au cours de laquelle le roi promulgua les Fourrures de Valence, une série de chartes équivalant à une constitution moderne. La preuve de l’importance économique des corts pour la couronne est que le roi a promulgué les Fourrures en échange de la somme de 48 000 euros qui lui a été versée par la ville de Valence, par les villes de la Horta de València qui appartenaient au clergé et à la noblesse et aux villes de Castelló, Vilafamés, Onda, Llíria, Corbera, Cullera et Gandia.

À l’époque de ces corts, le roi Jacques établit une règle pour ses successeurs les obligeant à organiser un cortège général à Valence au début de chaque règne, le premier mois suivant leur entrée dans la ville. Cette obligation a été renouvelée au cours des corts de 1271, les corts ont été convoqués par Jacques Ier, puis par son fils Pierre III d’Aragon. Ces Corts étaient les seules réunions obligatoires, mais le roi les convoquait à d’autres occasions, au besoin.

En 1302, Jacques II décida qu’il était nécessaire de convoquer les corts tous les trois ans. Plus tard, au cours des corts de 1336, Pierre IV confirma cette réunion triennale en précisant que les corts devaient se réunir tous les trois ans le jour de la Toussaint.

Au XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, les représentations des autres villes du royaume de Valence se sont progressivement ajoutées, jusqu’aux corts de 1239 au cours desquels se sont rencontrées les représentations de divers territoires, constituant déjà les corts de tout le royaume .

À partir de ce moment, les villes les plus importantes se sont toujours rencontrées, alors que d’autres participaient, en fonction de la pertinence des sujets abordés. Cependant, la représentation était généralement importante. Par exemple, dans les Corts de Valence de 1510, les villes suivantes étaient représentées: Ademús, Alacant, Alcoi, Alpuente, Alzira, Biar, Bocairent, Borriana, Cabodet, Castelló, Castielfabib, Cullera, Llíria, Morella, Ont. , Peníscola, València, Vila Joiosa, Vila-real, Xàtiva, Xèrica et Xixona. La moitié des assemblées ont eu lieu dans la cathédrale de Valence.

Les Corts de Valence de 1418 fixent la durée des corts à trois ans. Au milieu du quinzième siècle, les institutions valenciennes sont définitivement établies.

Avec l’unification des couronnes de Castille et d’Aragon, les corts valenciens ont perdu de leur importance et ont été convoqués moins souvent au seizième siècle, tendance qui s’est poursuivie au dix-septième siècle. Les dernières réunions se sont tenues à Valence en 1645. Enfin, après la guerre de Succession d’Espagne et le nouveau décret de 1707, le royaume de Valence et ses droits locaux ont été supprimés.

Les Corts Valencianes n’ont pas été convoqués de nouveau avant leur rétablissement en vertu du Statut d’autonomie de 1982. Depuis l’entrée en vigueur du Statut d’autonomie, les Corts ont fonctionné comme une législature représentative moderne. Bien qu’ils se réunissent généralement dans la capitale provinciale de Valence, ils se sont rencontrés ces dernières années dans différentes villes de la communauté valencienne, à l’initiative des dernières législatures.

Tags: