Cathédrale de Cologne, Cologne, Allemagne

La cathédrale de Cologne est une cathédrale catholique de Cologne, en Rhénanie du Nord-Westphalie, en Allemagne. C’est le siège de l’archevêque de Cologne et de l’administration de l’archidiocèse de Cologne. C’est un monument renommé du catholicisme allemand et de l’architecture gothique et a été déclaré site du patrimoine mondial en 1996. C’est le monument le plus visité d’Allemagne, attirant en moyenne 20 000 personnes par jour. À 157 m (515 pi), la cathédrale est actuellement la plus haute église à double flèche du monde, la deuxième plus haute église d’Europe après la cathédrale d’Ulm et la troisième plus haute église du monde. C’est la plus grande église gothique d’Europe du Nord et possède les deuxièmes plus hautes flèches. Les tours pour ses deux immenses flèches donnent à la cathédrale la plus grande façade de toutes les églises du monde. Le chœur a le plus grand rapport hauteur / largeur, 3,6: 1, de toutes les églises médiévales.

La cathédrale de Cologne est une église catholique romaine de Cologne sous le patronage de l’apôtre Pierre. Il s’agit de la cathédrale de l’archidiocèse de Cologne et de l’église métropolitaine de la province de l’Église de Cologne. La cathédrale de Cologne est l’une des plus grandes cathédrales de style gothique. Sa construction a commencé en 1248 et n’a été achevée qu’en 1880. Certains historiens de l’art ont qualifié la cathédrale de «cathédrale parfaite» en raison de sa conception uniforme et équilibrée.

Initialement conçue comme une cathédrale représentative des archevêques de Cologne et un reliquaire monumental pour les os des Trois Rois, la cathédrale était un symbole national de l’Allemagne lorsqu’elle a été achevée au 19ème siècle. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la cathédrale apparemment intacte au milieu de la ville bombardée a été comprise comme un «miracle» et un symbole émotionnel de la volonté de vivre.

Architecture
La conception de la cathédrale de Cologne était assez proche de celle de la cathédrale d’Amiens en termes de plan au sol, de style et de proportion largeur / hauteur de la nef centrale. Le plan est en forme de croix latine, comme d’habitude avec les cathédrales gothiques. Il a deux bas-côtés de chaque côté, qui contribuent à soutenir l’une des plus hautes voûtes gothiques du monde, étant presque aussi haute que celle de la cathédrale de Beauvais, dont une grande partie s’est effondrée. Extérieurement, la poussée vers l’extérieur de la voûte est prise par des contreforts volants à la française. L’extrémité orientale comporte un seul déambulatoire, la seconde nef se résolvant en un chevet de sept chapelles rayonnantes.

À l’intérieur, le chœur médiéval est plus varié et moins mécanique dans ses détails que le bâtiment du XIXe siècle. Il présente un agencement à la française d’une arcade très haute, une galerie en triforium étroite et délicate éclairée par des fenêtres et avec des entrelacs détaillés fusionnant avec celui des fenêtres du dessus. Les fenêtres à claire-voie sont hautes et conservent du vieux verre figuratif dans les parties inférieures. Le tout est uni par les hauts puits qui balaient ininterrompu du sol à leurs chapiteaux au printemps de la voûte. La voûte est de disposition quadripartite simple.

Le chœur a conservé une grande partie de ses aménagements d’origine, y compris les stalles sculptées, ce qui est d’autant plus surprenant que les troupes révolutionnaires françaises avaient profané le bâtiment. Une grande statue en pierre de Saint-Christophe regarde vers le lieu où se trouvait l’entrée antérieure de la cathédrale, avant son achèvement à la fin du XIXe siècle.

La nef possède de nombreux vitraux du XIXe siècle. Un ensemble de cinq sur le côté sud, appelé le Bayernfenster, était un cadeau de Louis Ier de Bavière et représente fortement le style pictural allemand de cette date.

Extérieurement, en particulier de loin, le bâtiment est dominé par ses immenses flèches, de caractère entièrement germanique, ajourées comme celles des cathédrales d’Ulm, de Vienne, de Strasbourg et de Ratisbonne.

Choix de la forme gothique
La cathédrale de Cologne est un bâtiment gothique. Le choix du style architectural gothique en 1248 était une rupture radicale avec la tradition de construction romane tardive qui avait été courante en Rhénanie jusque-là. Il était également sans précédent que les urbanistes de Cologne se soient orientés à la fois en termes de système de construction et de formes individuelles vers un bâtiment spécifique – à savoir la cathédrale d’Amiens. Enfin, la cathédrale gothique s’est également radicalement éloignée de l’orientation liturgique de l’ancienne cathédrale. Il a été construit avec deux chœurs et avait le maître-autel avec le patronium Petrus dans le chœur ouest et un autel marial subordonné liturgiquement dans le chœur est.

Le nouveau bâtiment gothique, quant à lui, s’inscrit dans la tradition de la forme courante en France avec un seul choeur à l’est, dans lequel le nouveau maître-autel avec patronage marial a été construit à Cologne, qui en 1322 a également reçu des fonctions qui étaient auparavant réservés à l’autel Petrus. Le sanctuaire des trois rois devait être installé dans la traversée afin que le chapitre de la cathédrale puisse s’asseoir dans le chœur intérieur entre le sanctuaire et l’autel de Marie. Avec ce concept, les canons pourraient symboliquement faire partie de l’épiphanique intervenue entre les trois sages présents comme reliques et la Mère de Dieu représentée dans le maître-autel.

Le nouveau design a probablement été choisi parce que l’architecture gothique a permis un saut d’échelle qui a élevé la cathédrale de manière significative au-dessus de toutes les églises romanes existantes à Cologne. La tour de croisement de Groß St. Martin dominait le paysage urbain à la fin du «grand siècle de l’architecture de l’église de Cologne» avec d’autres églises romanes et était également un symbole de l’autonomie patricienne de la ville commerçante. En revanche, le développement en hauteur de l’architecture gothique a permis une nouvelle domination urbaine de la cathédrale, où le chapitre de la cathédrale et surtout l’archevêque conscient du pouvoir Konrad von Hochstaden voulaient renforcer leur primauté. En raison de sa taille et de sa forme, la cathédrale s’est trouvée dans une position qui a dégradé tous les autres saints et instituts de la ville.

Construction et planification
En termes de construction artisanale, la construction du chœur à Cologne diffère considérablement des cathédrales françaises. Leurs huttes de construction ont essayé d’assembler les murs et les piliers montants à partir des plus grands blocs possibles et de ciseler les formes dans le bloc. Ils l’ont fait même lorsque les profils horizontaux rencontraient des profils verticaux. En France, ils étaient faits d’une seule pierre. Il était de coutume là-bas pour les minces serviteurs de travailler avec le pilier derrière lui d’une pierre. La Bauhütte de Cologne, quant à elle, a continué sa pratique de construction de style roman tardif.

Pour les murs et les piliers, les coquilles des murs étaient en pierre et remplies de fragments. Les profilés ont été fabriqués individuellement de manière à s’appuyer sur un joint étroit. Les services minces ont été ciselés à Cologne en tant que pièces individuelles et placés devant le pilier. De cela, il a été déduit que le constructeur de la cathédrale de Cologne Gerhard avait visité les cathédrales en France, mais n’a jamais travaillé dans un bâtiment français lui-même, ni même y est entré. Il est possible que Gerhard appartienne à une nouvelle génération de constructeurs qui travaillaient purement intellectuellement et ne dessinaient que des plans.

Plans de la cathédrale du Moyen Âge
La cathédrale de Cologne montre un très haut degré d’uniformité dans le style architectural de tous les composants. En cela, il diffère très clairement de presque tous les autres grands projets de construction d’églises médiévales. On a longtemps déduit de ce fait que le constructeur de cathédrale Gerhard avait dû soumettre un plan d’ensemble contraignant de la cathédrale qui avait été suivi pendant des générations. Ce «plan directeur gothique» contenait à la fois la nef à cinq nefs et les deux grandes tours de la façade ouest. Ce point de vue a été rejeté dans des recherches récentes comme hypothétique et dans l’ensemble improbable.

Toutes les grandes églises du Moyen Âge ont été planifiées et construites en phases de construction individuelles. Lorsque la construction a commencé à l’est, seul le chœur était planifié et achevé; De nouvelles séries de plans ont alors été créées pour la nef et les façades ouest. Le premier plan de Cologne n’incluait donc probablement que le chœur, construit jusqu’en 1322. Vraisemblablement, les premières idées de planification ultérieures ne prévoyaient qu’une nef à trois nefs avec des tours relativement élancées au-dessus des jougs des nefs, comme celles des cathédrales françaises. La nef à cinq nefs a probablement été planifiée vers 1320 par les frères Johannes et Rutger.

Ce nouveau concept spatial a ensuite été utilisé par des édifices religieux plus récents (comme la cathédrale d’Anvers nouvellement projetée en 1352). Les premiers plans de la façade ouest (avec cinq portails) du maître d’œuvre de la cathédrale Bartholomäus von Hamm ont mûri vers 1350 lorsque les fondations de la tour sud ont été posées. 1370 Drew Michael de Savoie, la façade ouest, telle qu’elle se présente aujourd’hui, la traditionnelle fissure de façade F. En raison de cette construction de façade importante, les fondations déjà achevées ont dû être à nouveau rembourrées afin d’établir la nouvelle dimension des contreforts. Le plan de façade lui-même est désormais considéré comme «incontestablement le dessin architectural le plus grand, le plus beau et le plus important du Moyen Âge».

La cathédrale parfaite
L’architecture de la cathédrale de Cologne suit la tradition des cathédrales gothiques de France, qui mène de Chartres via Reims et Amiens à Beauvais et Cologne. Cependant, le choeur de la cathédrale de Cologne affiche une «pureté incomparable, presque classique», ce qui le distingue clairement des modèles. Le constructeur a obtenu cette impression en s’efforçant systématiquement d’obtenir un ordre formel uniforme, basé sur une planification détaillée, évidemment calculée géométriquement et mathématiquement.

Comme à Amiens, le constructeur de Cologne a décidé d’un plan de construction avec sept chapelles à guirlandes décidées. En France, cependant, le plan d’étage est conçu en sept segments d’environ 13 angles. À Cologne, en revanche, le maître d’œuvre a utilisé un plan régulier à 12 faces comme base. Pour ce faire, il a créé deux grilles triangulaires pivotées de 30 degrés l’une par rapport à l’autre. Avec une telle grille, toutes les lignes harmonieusement liées dans le chœur peuvent être définies. Les chapelles sont également créées à partir d’un système uniforme basé sur des triangles équilatéraux. En conséquence, le constructeur a réussi à créer une conception visuellement harmonieuse de tous les autres composants, piliers et arcs. Néanmoins, il n’a pas agi de manière dogmatique: par exemple,

À Cologne, le maître d’œuvre a réussi pour la première fois à n’utiliser qu’un seul type de pilier pour toute l’église. Les piliers de la nef centrale, les piliers entre les bas-côtés et les piliers muraux sont tous conçus comme des piliers ronds avec des services devant eux (piliers cantonaux). De plus, les piliers du faisceau ne diffèrent guère des piliers normaux. Les services doivent guider optiquement les lignes de force depuis les voûtes nervurées jusqu’au sol. À Cologne, il était possible pour la première fois, uniformément pour la nef centrale et les bas-côtés, de prévoir des services appropriés pour toutes les poutres et nervures, qui se tiennent autour des piliers de huit ou douze (et au croisement de 16). Les services de la nef centrale sont conduits à plus de 40 mètres de la plaque de base sans aucune interruption visuelle. Les chapiteaux ont une hauteur uniforme sur tous les piliers. Cela a créé une impression spatiale uniforme qui s’est efforcée vers le haut à Cologne. “Dans aucune des autres grandes cathédrales, cela n’avait réussi auparavant et il est resté inégalé dans les bâtiments ultérieurs.”

À Cologne, un mur et une surface vitrée s’étendent entre les piliers, dont la conception uniforme met également l’accent sur la verticale. Toutes les cathédrales gothiques divisent la surface latérale en deux niveaux: le bas, le soi-disant triforium, est une passerelle séparée de l’intérieur de l’église par des entrelacs. Au-dessus se trouvent les hautes fenêtres de l’étage supérieur. Le constructeur de Cologne a trouvé une structure uniforme pour les deux éléments sur quatre voies, les quatre fenêtres de l’allée supérieure se tenant verticalement au-dessus des quatre fenêtres à entrelacs du triforium et devenant ainsi visuellement une seule surface montante. Les barres de fenêtre sont élégamment guidées sur les deux éléments, de sorte qu’elles soulignent toute la hauteur du triforium et de l’allée supérieure.

Les tiges médianes sont conduites en continu de l’allée supérieure à la base du triforium. Les deux côtés semblent disparaître dans le rebord de la fenêtre de l’allée supérieure et réapparaître en dessous dans le triforium. De plus, les reliefs de l’entrelacs sont maintenus particulièrement plats. Dans l’ensemble, cela donne l’impression que «la fenêtre et le triforium sont étirés étroitement comme une membrane» entre les piliers. En raison de la hauteur des fenêtres, Cologne possède également la plus grande surface vitrée par rapport à la longueur de l’église par rapport à toutes les grandes cathédrales gothiques.

Tous les constructeurs gothiques se sont efforcés de construire une fermeture de chœur aussi douce que possible. La transition du chœur long au chœur rond ne doit pas perturber la structure uniforme de la salle. Cependant, cela représentait un défi majeur car les sections de voûte (jougs) dans le long choeur sont presque deux fois plus longues que celles du choeur arrondi. Le constructeur de Cologne a trouvé un design pour cela, dont le plan d’étage prend apparemment la forme d’une parabole. Le premier joug du choeur rond ne s’incline que peu. Les fenêtres de la façade supérieure et les entrelacs du triforium sont si intelligemment conçus que les limites entre les parties de la pièce sont obscurcies et que l’on ne peut plus décider optiquement où se termine le long choeur et où commence le choeur rond.

Le constructeur de la cathédrale Arnold Wolff a estimé que les constructeurs médiévaux avaient tenté d’atteindre un idéal parfait lors de la construction de la cathédrale de Cologne. Par conséquent, la cathédrale est le point culminant absolu de la construction de la cathédrale et en même temps son point final, car la cathédrale n’a plus trouvé de successeur adéquat. “Une tentative d’augmenter ce qui avait été réalisé à Cologne n’a plus jamais été osée.”

Le contrefort
Aujourd’hui, la cathédrale est considérée comme un bâtiment statiquement solide. Lors de la construction du chœur élevé, les constructeurs ont dû faire confiance à leur expérience, car il n’y avait pas de calculs statiques. Le concept de base du grand chœur de Cologne avec des surfaces murales largement dissoutes et un triforium vitré suivait largement le concept statique de la cathédrale d’Amiens.

Le diamètre de la couronne de la chapelle, la proportion de la section transversale de la nef centrale, les largeurs de joug et la proportion des ouvertures d’arcade sont à peu près les mêmes. Les changements en détail montrent la prétention de Cologne à surpasser le modèle français. La nef centrale de Cologne est environ un mètre plus haut. Plus importants, cependant, sont les changements dans la conception des murs, qui élargissent encore l’allée supérieure par rapport au triforium. Les maîtres constructeurs de Cologne ont réduit de moitié le ruban mural entre le triforium et la fenêtre du fil supérieur à 120 centimètres. Le rapport entre les surfaces vitrées et la longueur de l’église est de 43,8 à Cologne et de 39,0 seulement dans le chœur d’Amiens. Dans le même temps, les piliers de Cologne s’affinent.

La tour de verre de Cologne est stable grâce au contrefort qui, selon la pratique de la construction gothique, est censé absorber la poussée de la voûte de l’extérieur. L’architecture «n’apparaît que comme une ossature en pierre filigrane».

Pour la Bauhütte, qui s’appuyait sur une expérience empirique, c’était de mauvais augure lorsque les voûtes de la cathédrale de Beauvais se sont effondrées le 28 novembre 1284. Les travaux de construction des deux cathédrales de Cologne et de Beauvais ont eu lieu à peu près à la même époque – avec une ambition statique nettement supérieure dans le nord de la France. Les constructeurs français avaient non seulement prévu une nef centrale plus élevée (48,50 contre 43,35 mètres), mais aussi une largeur de joug nettement plus grande.

Après le 28 novembre 1284, le maître d’œuvre de la cathédrale Arnold a dû répondre à la question de savoir si, d’après son expérience, il avait construit suffisamment solide pour empêcher une catastrophe similaire à Cologne. C’était un défi particulier de gérer la pression du vent considérable à absorber à laquelle les hautes structures étaient exposées; de l’accident de Beauvais, il a été signalé que les vents orageux avaient contribué à l’effondrement le soir de la catastrophe. Le contrefort de Cologne est particulièrement grand et l’analyse de l’avancement de la construction montre qu’il a été de nouveau renforcé au cours des travaux de construction – apparemment en réponse aux nouvelles du nord de la France.

Le contrefort de Cologne se compose de doubles contreforts et de deux contreforts. Le contrefort extérieur s’élève entre les chapelles radiales, celui intérieur est construit avec un plan en forme de croix entre les deux bas-côtés. Le haut des deux élégants arcs de contrefort supporte le bas-côté supérieur juste en dessous du sommet des fenêtres, celui du bas à la hauteur des guerriers. Dans l’ensemble, la construction est particulièrement massive. Cologne n’a pas suivi Bourges, Reims ou Paris où les cabanes de construction avaient tenté d’amincir et d’éclaircir les contreforts, mais ont plutôt agi avec prudence face à l’augmentation significative de la hauteur.

Maître Arnold a fait un effort pour assouplir le volume du bâtiment en faisant un usage intensif de la maçonnerie. Pour des raisons de stabilité, cependant, les piliers extérieurs sont construits comme des sections de paroi longitudinales rectangulaires, qui sont également alourdies par des charges, qui sont conçues comme des pinacles massifs. La signification statique de cette charge est maintenant remise en question. Cependant, la succession étroite de contreforts, contreforts et pinacles constituait sans aucun doute un frein au vent efficace et contribuait à réduire considérablement la pression du vent sur le parement supérieur.

L’effort de construction du contrefort a été considérable. Au XIXe siècle, on a calculé que la construction du contrefort était à peu près aussi coûteuse que celle de la nef elle-même. L’esthétique des contreforts étroitement décalés revêtus d’entrelacs a été appréciée très différemment. Les critiques se sont plaints que la nef proprement dite disparaît derrière la série massive de contreforts «comme quelque chose d’indéfini». D’un autre côté, des observateurs aux influences poétiques ont loué le contrefort comme «une forêt sacrée à l’ombre de laquelle repose la maison de Dieu».

La façade ouest post-classique de style gothique élevé
Vers 1350, les maîtres bâtisseurs de la cathédrale entreprirent de planifier la façade ouest, dont Michel de Savoie donna finalement la forme monumentale que nous connaissons aujourd’hui en 1370. Pour ce faire, il leur fallut trouver un nouveau tracé. Parce qu’au 14ème siècle, il n’y avait pas de modèle approprié pour la conception de la façade d’une haute cathédrale gothique à cinq nefs avec deux tours. Les cathédrales du nord de la France – comme celle de Reims – avaient une façade à double tour aux proportions idéalement gothiques, mais avaient trois nefs. La cathédrale de Bourges à cinq nefs (1209–1324), quant à elle, avait une façade dentelée car ses tours ne s’élevaient qu’au-dessus des bas-côtés extérieurs.

Lors de la planification de la cathédrale, les constructeurs de la cathédrale ont donc opté pour le concept de la cathédrale Notre-Dame de Paris à cinq nefs (façade 1220-1250) à suivre. Ils prévoyaient d’ériger les tours au-dessus des deux bas-côtés et de quatre places voûtées chacune, tout en visant la silhouette imposante typiquement gothique de la cathédrale du nord de la France. Par conséquent, les tours de Cologne n’étaient pas seulement environ deux fois plus larges que celles de Reims, mais devaient également être environ deux fois plus hautes. À Cologne, cependant, cela nécessitait huit fois la masse du bâtiment. “Les fonds qui auraient suffi pour toute une cathédrale aux proportions françaises ont été dévorés par la seule tour sud, sans que personne ne s’en rende vraiment compte.”

La partie médiévale de la tour sud a également été utilisée comme torse pour devenir l’un des plus grands édifices gothiques. Son espace clos était d’environ 40 000 mètres cubes. Cela correspond à peu près à la taille de toute la cathédrale d’Altenberg ou de l’église Notre-Dame de Trèves. En raison des colonnes massives et des murs épais, beaucoup plus de roches ont été construites dans la cathédrale de Cologne. La façade, profondément décalée d’entrelacs, était nettement plus grande sur le torse de la tour sud que la façade entière de Notre-Dame ou d’Amiens et même que la façade de grande hauteur de Strasbourg. Cet effort de construction, qui était nécessaire pour le torse seul, qui ne représente qu’un cinquième de toute la façade ouest, «est la vraie raison pour laquelle la cathédrale de Cologne n’a pas été achevée».

Malgré la planification de la conception en 1370, Michel de Savoie a choisi des formes architecturales de style gothique élevé qui étaient courantes au moins 100 ans plus tôt à la fin du 13ème siècle. Au milieu du 14ème siècle, Peter Parler avait déjà développé le système de formes gothique tardif pour la cathédrale Saint-Guy de Prague. Avec son recours conscient à un langage formel déjà classique à l’époque, le maître d’œuvre de la cathédrale a tenté de donner à la cathédrale une historicité particulière et donc un sérieux. Ce faisant, il a probablement moins réagi à la pratique architecturale qui avait prévalu à Cologne jusque-là qu’au développement architectural très actuel de son vivant, qui a suivi un historicisme gothique prononcé après 1350. Dans le même temps, son client, l’archevêque Friedrich von Saar Werden,

Néanmoins, le maître d’œuvre de la cathédrale réussit à faire apparaître la façade ouest comme un édifice de style gothique tardif. Par exemple, il n’a pas créé de structures plates, comme c’était la coutume dans le gothique élevé, mais a donné à la façade une physicalité prononcée en façonnant les principaux piliers en ses propres massifs, créant ainsi une impression de massivité extraordinaire à travers les tours de fial et pour la fenêtre profonde. niches en les doublant Tracery a conçu une façade fissurée. Les tours se développent – flanquées de puissants pinacles – à partir d’une masse de bâtiment stable, de sorte que les flèches octogonales n’émergent que lentement d’une structure stable.

Après tout, le maître d’œuvre a donné aux casques d’entrelacs une plasticité à travers les supports dominants, ce que la société fribourgeoise hasExample ne montre pas. Michael von Savoyen a parfaitement fusionné le canon de formes gothique élevé avec la construction corporelle et tridimensionnelle du gothique tardif précoce et a ainsi créé une façade ouest pour la cathédrale de Cologne qui est conforme à la forme gothique élevée du chœur. De cette façon, Maître Michael a également garanti que la structure globale de la cathédrale semble encore complètement uniforme aujourd’hui.

Achèvement néo-gothique
Lorsque le projet d’achever la cathédrale est arrivé à maturité dans les années 1830, il y avait des idées différentes sur la construction. D’un côté, il y avait des considérations pour achever la cathédrale avec peu d’efforts et aussi pour utiliser les possibilités structurelles du XIXe siècle pour des raisons de coût. D’un autre côté, il y avait une profonde conviction romantique «de faire du plan idéal une réalité, d’achever un point culminant du Moyen Âge».

Les premières conceptions du maître d’œuvre Ernst Friedrich Zwirner, développées en collaboration avec Karl Friedrich Schinkel, prévoyaient que les allées centrales soient érigées sans falaise. Un deuxième tirant d’eau de 1838 prévoyait avec la hauteur totale de la voûte de 43,35 mètres, mais voulait se passer du contrefort et utiliser les tirants qui étaient courants à l’époque pour absorber les efforts de cisaillement. Selon les estimations de coûts de Zwirner, le contrefort devrait être à peu près aussi cher que l’achèvement de la nef. Les bras transversaux doivent être fermés avec des façades simples.

En revanche, la Central Cathedral Building Association, qui avait été fondée entre-temps, avait ancré dans ses statuts que la cathédrale devait être achevée «selon le plan original». Depuis que le roi de Prusse Friedrich Wilhelm IV avait approuvé le statut, il est devenu loi. De cette manière, l’association – intensivement soutenue par Zwirner – a finalement pu imposer l’achèvement de la cathédrale dans la forme médiévale élaborée contre le gouvernement prussien.

Zwirner a réussi à achever la planification médiévale en retournant directement au plan de façade F de 1370 et en isolant ses conceptions pour les façades du transept – pour lesquelles aucune planification médiévale n’a été transmise – de celui-ci sans modifications significatives. Il a également conçu les contreforts à partir de modèles de l’époque gothique. Son achèvement néo-gothique a été atteint parce que les constructeurs de la fin du Moyen Âge utilisaient un langage architectural uniforme et de style gothique élevé qui – bien qu’il ne suivait pas un plan gothique général – semblait attaché à une idée homogène de la cathédrale idéale. “Si la cathédrale avait été construite d’une manière ou d’une autre vers 1500 en s’écartant du plan, il n’y aurait jamais eu de véritable achèvement.”

Extérieur

Façade ouest
La façade ouest de la cathédrale est la plus grande façade d’église jamais construite. Il a une superficie de près de 7000 mètres carrés et n’a été achevé qu’au 19ème siècle, mais suit en détail les constructeurs de la cathédrale de Michel de Savoie développé une planification médiévale, en 1370 la soi-disant fissure de façade F a été enregistrée. Pendant un certain temps, la paternité du plan a été attribuée au maître d’œuvre Arnold († 1308) et à son fils et successeur Johannes († 1331). Récemment, cependant, Johann Josef Böker a identifié la fissure comme étant l’œuvre du constructeur de la cathédrale Michael von Savoyen, qui a été nommé par l’archevêque Friedrich III, entré en fonction en 1370. de la Sarre Werdena, un projet de représentant a été demandé.

Le portail Saint-Pierre est situé dans la tour sud. Il date de 1370/80 et est le seul portail médiéval original de la cathédrale de Cologne. Cependant, tous les personnages ne sont pas médiévaux, seuls les trois premiers sur la porte à gauche et les deux premiers à droite des vêtements. Les autres sculptures datent du 19ème siècle. Les chiffres diffèrent considérablement en termes de couleur et de qualité de traitement. Les cinq personnages médiévaux sont clairement influencés par la famille Parler, à laquelle le constructeur Michael basé à Cologne était lié.

Le portail central (portail principal) mesure 9,30 mètres de large et plus de 28 mètres de haut. La plupart des personnages ont été créés par Peter Fuchs au 19ème siècle et complétés par Erlefried Hoppe en 1955. Le portail nord est le portail des trois rois. Il vient de Peter Fuchs et a été créé entre 1872 et 1880.

Façade sud
La façade sud a été conçue par le maître d’œuvre Ernst Friedrich Zwirner, qui a coordonné ses plans avec Karl Friedrich Schinkel, Sulpiz Boisserée et le roi Friedrich Wilhelm IV. Il a été construit entre 1842 et 1855 et est maintenant considéré comme l’une des œuvres les plus importantes et artistiquement parfaites du néo-gothique. Dans la façade il y a l’Ursulaportal sur la gauche, le Portail de la Passion au milieu et le Gereonsportal sur la droite.

Les sculptures du portail ont été conçues par Ludwig Schwanthaler en 1847 et gravées dans la pierre par Christian Mohr de 1851 à 1869. Les sculptures représentent un point culminant de la sculpture romantique-nazaréenne à contenu religieux en Allemagne. Ewald Mataré a renouvelé les portes du portail en 1948. Son élève de l’époque, Joseph Beuys, l’a aidé. Mataré avait prévu un remodelage et une simplification majeurs de la façade sud avec l’élimination des riches formes décoratives, ce qui n’a pas été réalisé.

Façade nord
La construction de la façade nord avait déjà commencé au 14ème siècle. Le constructeur de la cathédrale Ernst Friedrich Zwirner a essayé de le compléter dans des formes néo-gothiques, qui montrent donc des simplifications par rapport à la façade sud. À gauche se trouve le portail Bonifatius, au milieu le portail Michael, à droite le portail Maternus.

La décoration sculpturale de la façade nord du transept a été réalisée par le sculpteur Peter Fuchs entre 1878 et 1881. Le programme global est thématiquement concerné par l’histoire fondatrice du christianisme. Cela commence par la remise de la charge pastorale à Pierre. Le portail Maternus montre spécifiquement le développement de la province de l’église de Cologne. Maternus est considéré comme le premier élève de Pierre et fut le premier évêque de Cologne. Il a transféré le “bureau d’enseignement apostolique à la chaire de Cologne”. Les saints regroupés autour de lui sont les témoins de cet événement.

Casques Tower
La caractéristique de la silhouette de la cathédrale de Cologne est la façade à deux tours avec les deux flèches pointues. Ils ont été construits lorsque la cathédrale a été achevée jusqu’en 1880 et sont donc une œuvre de la période néo-gothique. Cependant, la réalisation a suivi la planification médiévale jusque dans les moindres détails, ce qui est montré dans le plan de façade F développé par Michael von Savoyen vers 1370. Maître Michael avait conçu une flèche octogonale, entièrement ajourée en entrelacs, qui est couronnée par un multi à fleuron de niveau.

De toute évidence, il savait que la tour projetée par Erwin von Steinbach de la cathédrale de Fribourg et son casque d’entrelacs avaient cependant développé une forme plus massive pour Cologne, dans laquelle l’octogone ne semble se développer que progressivement à partir de la place de la tour. Les casques à flèche conçus avec des entrelacs étaient évidemment inspirés de l’orfèvrerie, les formes comparables des reliquaires ou des cibories avaient été trouvées. Selon des critères fonctionnalistes objectifs, les casques de tour ajourés n’étaient pas utiles car ils n’offraient aucune protection contre les précipitations et les entrelacs à l’origine ne pouvaient pas assumer de tâches statiques. Néanmoins, avec ces solutions, qui explorent les limites de ce qui est techniquement possible, les architectes ont voulu souligner que le bâtiment se veut un «reliquaire monumental» qui abrite les trois sages à l’intérieur.

On suppose que la planification réalisée vers 1370, très complexe pour l’époque et réalisée avec une grande précision, n’a pas été développée par le seul maître d’œuvre de la cathédrale, mais avec la participation de plusieurs maîtres. Parce que de nombreux motifs et éléments de conception de cette planification ont été mis en œuvre sur d’autres bâtiments de cette époque, bien que cette partie de la cathédrale de Cologne n’ait pas pu être achevée au Moyen Âge. Le casque à entrelacs de la cathédrale de Fribourg est resté le seul casque à entrelacs plus grand qui a été érigé au 14ème siècle. D’autres casques à entrelacs importants ont été créés par des maîtres constructeurs formés à Cologne au XVe siècle sur la cathédrale de Strasbourg et la cathédrale de Burgos. Les autres flèches bien connues – comme à Ulm ou à Ratisbonne – sont des œuvres néo-gothiques.

Toit et tour de passage
Le toit de la cathédrale de Cologne occupe plus de 12 000 m². Ils sont recouverts de plaques de plomb grand format de 3 mm d’épaisseur qui, ensemble, pèsent environ 600 tonnes. La structure du toit n’est pas composée de poutres en bois, mais de poutres en fer.

Tour de passage
Même la cathédrale médiévale inachevée avait une tourelle de toit sur le choeur, qui a été remplacée par une tour baroque en 1744. Le baroque a été annulé en 1812 car il était délabré. Une nouvelle tour de fer a été construite sur la traversée de 1860 à 1861 dans le style de l’historicisme. Il était recouvert de zinc et décoré dans un style néo-gothique avec des cils, des tourelles fial et des gargouilles. La décoration a été gravement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale. L’extérieur de la tour a été construit de 1965 à 1971 sur la base d’un design Art déco du maître d’œuvre Willy Weyres Redessiné: Les cils ont été remplacés par huit anges conçus par le sculpteur de la cathédrale Erlefried Hoppe. Les anges étaient en bois de mélèze par Hubert Bruhs et revêtus de plomb. Ils pèsent 2,25 tonnes chacun et mesurent 4,10 mètres de haut. Contrairement à de nombreuses églises, il n’y a pas de croix sur la tour de passage,

Sculptures et sculptures de construction à l’extérieur
Les nombreuses sculptures à l’extérieur, seules les figures du portail Saint-Pierre ont été créées au Moyen Âge. Tous les autres n’ont été créés que lorsque le bâtiment a été poursuivi au 19ème siècle. Ils ont suivi le programme de figurines conçu par Sulpiz Boisserée. Les plus de 1000 œuvres individuelles sont considérées comme le plus grand ensemble et le cycle le plus étendu créé au XIXe siècle. Les artistes participants les plus importants étaient Ludwig Schwanthaler, Christian Mohr et Peter Fuchs. Des statues individuelles – en particulier sur le portail nord de la façade ouest – ont été ajoutées dans un style moderne dans les années 1950.

Sculptures du portail Saint-Pierre
Le seul portail achevé au Moyen Âge est le Portail Saint-Pierre dans la tour sud, qui a été construit jusqu’en 1380. Il a été équipé de sculptures dès le 14ème siècle, probablement par trois sculpteurs. Au moins deux d’entre eux appartenaient à la principale famille de maîtres d’œuvre de l’époque, qui comprenait à la fois le maître d’œuvre de la cathédrale de Cologne, Michael von Savoyen, et le maître d’œuvre de la cathédrale Saint-Guy, Peter Parlerposed. Parmi les personnages plus grands que nature, un total de cinq sculptures proviennent du Moyen Âge: Petrus, Andreas et Jakobus l’Ancien. du côté nord et Paul et Jean du côté sud du portail. Ils sont caractérisés par une posture oscillante et un design finement conçu des robes, dans lequel les bords de l’ourlet vifs sont combinés avec des plis plus doux. Les saints et les anges trônant au-dessus des personnages et dans les archivoltes impressionnent également par leur représentation vivante. Avec leur représentation, les sculpteurs ont voulu faire en sorte que le programme des figures ne soit pas perçu comme un mur plat, mais comme un espace tridimensionnel lorsque le visiteur le parcourt.

Sainte Catherine peut être attribuée à un neveu de Peter Parler nommé Heinrich, qui a épousé une fille du constructeur de la cathédrale de Cologne Michaels en 1381. Son fils, également baptisé Michael, peut être considéré comme le maître des prophètes, qui a coupé les figures assises des prophètes en pierre, et qui a été guidé par le style relativement rustique de son beau-père Peter Parler. «La plus belle sculpture, les sculptures en pierre les plus hantées et les plus belles de cette époque» montre des anges brandissant des cloches. Cette figure, créée par un troisième maître, combine le style de Prague avec les formes plus élégantes de la Rhénanie. Depuis les années 1970, les personnages médiévaux ont été montrés dans le trésor de la cathédrale pour des raisons de conservation; il existe des copies du portail.

Sculptures spéciales sur pierre
Au fil des ans, les différents maçons de la cathédrale de Cologne ont laissé leur empreinte. Dans de nombreuses capitales et sur les deux tours, ils ont créé un véritable méli-mélo d’originaux allemands et, surtout, de Cologne. Ils ont immortalisé les personnes suivantes sur la façade de la cathédrale: Paul von Hindenburg, John F. Kennedy, Nikita Khrouchtchev, Charles de Gaulle, Harold Macmillan, le constructeur de la cathédrale Arnold Wolff et de nombreuses autres personnalités du sport, de la politique et de Cologne.

Intérieur

Chorale
Le chœur élevé a été consacré en 1322; c’est la seule partie de la cathédrale qui ait pu être entièrement achevée au moyen âge. Aujourd’hui, il est considéré comme “la partie la plus splendide de l’intérieur du point de vue architectural”. Le chœur comprend le chœur intérieur, le déambulatoire avec les sept chapelles du chœur, les bas-côtés du chœur et la chapelle de la Sainte-Cène. Tous les composants montrent une perfection de la forme architecturale, que le constructeur de cathédrale Arnold Wolff a décrit comme la «cathédrale parfaite».

Contrairement aux modèles français, le constructeur de Cologne a réussi à construire une transition en douceur entre le long choeur et le choeur rond. Les deux composants fusionnent si bien que l’impression spatiale fluide n’est pas altérée. La première section de voûte (joug) du chœur rond ressemble à un joug raccourci du long chœur et est légèrement tournée vers l’intérieur. L’entrelacs du triforium est cependant déjà conçu de la même manière que dans le chœur rond. Bien que les fenêtres de l’étage supérieur soient toujours à quatre voies, elles semblent aussi larges que les fenêtres plus étroites du chœur rond. En raison de cette transition peu claire, le spectateur est incapable de juger où se termine le long chœur et où commence le chœur rond.

Le haut choeur, qui a été maintenu uniformément dans une couleur ocre claire, est clairement structuré par des éléments architecturaux verticaux et ascendants. Cependant, les constructeurs avaient fourni des rubans figuratifs aux couleurs vives distinctes sur trois niveaux horizontaux: les figures de pilier intensément colorées formaient le niveau horizontal inférieur, qui à l’étage supérieur correspondait à la rangée de rois pastel des fenêtres. Les anges dans les arcades du chœur étaient à peu près à mi-chemin entre ces deux galeries de personnes.

Le déambulatoire et les sept chapelles du chœur sont la partie la plus ancienne de la cathédrale de Cologne. Cette partie du bâtiment a été commencée en 1248 et mise en service en 1265. L’architecture et l’impression générale ont été préservées. Les sept chapelles du chœur ont un plan d’étage uniforme; ils forment sept parties d’un dodécagone régulier. La chapelle Engelbertus au nord et la chapelle Stephanus au sud se connectent directement au long choeur. Ces deux sont strictement opposés et ne sont plus tordus – comme dans les cathédrales françaises. La Dreikönigskapelle est située dans l’axe central de la couronne de la chapelle de Cologne. Elle est de la même taille que les six autres chapelles. À cet égard, le plan d’étage de Cologne ressemble à celui de la cathédrale de Beauvais et non à la conception par ailleurs exemplaire de la cathédrale d’Amiens, qui a une chapelle axiale agrandie.

La Dreikönigskapelle de Cologne était la seule à avoir une image de fenêtre colorée lors de sa construction. L’ancienne fenêtre de la Bible date d’environ 1260 et est stylistiquement attribuable au style roman tardif en zigzag. La plus ancienne fenêtre de style gothique se trouve dans la chapelle Saint-Étienne. Cette soi-disant fenêtre de la Bible plus jeune a été donnée à l’église dominicaine vers 1280 et se trouve dans le chœur de la cathédrale depuis 1892. Les fenêtres des chapelles sont d’abord vues vers 1340 entièrement décorées de peintures en verre colorées pour impressionner les pèlerins de passage avec “un bijou- comme des accords de couleur “. Bien que le ton de couleur gothique ait été largement préservé à ce jour, le pathétique original, typiquement gothique élevé de la composition en trois parties, n’est reconnaissable que dans la Johanneskapelle et la Michaelskapelle.

Les bas-côtés du chœur au sud sont appelés la chapelle de la Dame. Vous y trouverez l’autel du patron de la ville de Stefan Lochner, l’une des œuvres d’art les plus importantes de la cathédrale, et la Madone milanaise, qui était le centre de la Marienkapelle au Moyen Âge. Les bas-côtés du chœur au nord sont appelés la chapelle de la Sainte-Croix car l’autel de la croix et la croix de Gero (vers 970) se trouvent ici. Ceci est considéré comme l’une des sculptures les plus importantes de la période ottonienne.

La chapelle de la Sainte-Cène fut ajoutée au chœur en tant que salle capitulaire en 1277 et consacrée par Albertus Magnus la même année. La salle carrée a une voûte avec quatre arcs en ogive, qui sont soutenus par un seul pilier de poire au milieu de la pièce. La chapelle est l’une des œuvres de la plus haute qualité de design intérieur gothique élevé.

Nef principale
La nef principale de la cathédrale de Cologne, longue d’environ 120 mètres, a été construite en cinq périodes de construction au cours de sept siècles. Néanmoins, il a une forme strictement uniforme, hautement gothique, dont le plan d’origine semblait si parfait que tous les constructeurs ultérieurs étaient prêts à y adhérer. Toutes les nefs centrales de la cathédrale de Cologne dans la nef, le transept et le chœur ont pratiquement les mêmes dimensions et une structure identique. La hauteur mesure 43,35 mètres et la largeur 12,50 mètres.

Il y a un pilier tous les 7,50 mètres (largeur de joug); ils sont tous de forme identique, conçus comme des piliers de faisceau ronds, qui sont entourés de 12 services. Les piliers convergent en arcs en ogive, la forme d’arcades. Le triforium commence au-dessus à une hauteur de 19,75 mètres. Cette mezzanine mesure environ un mètre de large et 5,80 mètres de haut, elle est vitrée vers l’extérieur et a un entrelacs ouvert vers l’intérieur. Le revêtement supérieur s’élève au-dessus du triforium avec des fenêtres de 17,80 mètres de haut, entre lesquelles des piliers relativement étroits se dirigent vers la voûte. Parce que l’étage supérieur et le triforium sont uniformément conçus et structurés verticalement, ils ressemblent à une unité, ce qui fait paraître la pièce encore plus haute.

Les piliers étroits, cependant, ne peuvent à eux seuls supporter la poussée de la voûte. Ils sont donc soutenus de l’extérieur par un système de contreforts et d’arcs. Bien qu’il soit richement décoré, il est principalement destiné à servir de cadre structurel qui «aide l’intérieur à atteindre son apesanteur surnaturelle». La traversée est l’endroit où le sanctuaire des trois rois devrait être érigé selon le plan original. Cependant, cette partie du bâtiment n’a pu être achevée au Moyen Âge. Les piliers est ont été érigés au 13ème siècle, la partie inférieure des piliers ouest ont été construits aux 14ème et 15ème siècles; la partie supérieure n’a pu être construite qu’au XIXe siècle; la voûte a été retirée en 1863.

La fenêtre
Toute l’architecture de la cathédrale de Cologne est conçue pour accueillir les plus grandes fenêtres possibles. Elle a donc été qualifiée de «verrière extrêmement harmonieuse». Les fenêtres couvrent une superficie d’environ 10 000 m², ce qui correspond à peu près à la superficie du bâtiment. De toutes les grandes cathédrales, Cologne possède la plus grande surface vitrée par rapport à la longueur de l’église. Environ 1 500 m² de surface vitrée ont été préservés du Moyen Âge.

Les fenêtres proviennent d’époques différentes et façonnent l’impression générale de la cathédrale. Ils reflètent clairement les exigences contemporaines respectives sur la conception et la fonction des fenêtres. Les fenêtres de la couronne de la chapelle, qui devait initialement être réservée exclusivement au clergé, ont été vitrées de manière purement ornementale vers 1260 à l’exception de la fenêtre de la chapelle axiale centrale, et ce n’est qu’en 1330/1340 qu’un programme d’image figurative pour le les pèlerins de passage étaient fournis. La fenêtre de la chapelle centrale de l’Épiphanie datant de 1260 est la plus ancienne fenêtre de la cathédrale.

Entre 1304 et 1311, les fenêtres hautes de 17,15 mètres du chœur supérieur ont été insérées; ils montrent 48 rois en alternance avec et sans barbe. Vraisemblablement, les barbus sont les 24 anciens de l’Apocalypse, les barbus sont les rois de Juda, les prédécesseurs du Christ dans l’Ancien Testament. Les rois mesurent environ 2,25 mètres de haut. La fenêtre de l’axe montre les trois sages rendant hommage à Marie avec l’enfant. La superficie totale des fenêtres du choeur est de 1350 m². C’est l’un des plus grands cycles de peinture sur verre conservés du Moyen Âge. Entre-temps, de nombreux détails ont été perdus, mais la tonalité de couleur d’origine a été préservée.

Les fenêtres du bas Moyen Âge dans le bas-côté nord reflètent la fin de la première période de construction de la cathédrale. Des fenêtres typiques de la deuxième période de construction au 19ème siècle se trouvent dans le bas-côté sud, comme la fenêtre Bavaria. Les pertes de la Seconde Guerre mondiale sont encore évidentes aujourd’hui, mais progressivement, les fenêtres provisoirement réparées ou remplacées sont restaurées ou remplacées par des fenêtres modernes. Le dernier né de la façade sud est la grande fenêtre Richter de 2007.

Trésors
L’un des trésors de la cathédrale est le maître-autel, qui a été installé en 1322. Il est construit en marbre noir, avec une solide dalle de 4,6 m de long formant le sommet. La façade et les côtés sont recouverts de niches en marbre blanc dans lesquelles sont placées des personnages, avec le couronnement de la Vierge au centre.

L’œuvre d’art la plus célèbre de la cathédrale est le sanctuaire des trois rois, commandé par Philip von Heinsberg, archevêque de Cologne de 1167 à 1191 et créé par Nicolas de Verdun, commencé en 1190. On pense traditionnellement qu’il abrite les restes de les Rois Mages, dont les reliques furent acquises par Frédéric Barbarossa lors de la conquête de Milan en 1164. Le sanctuaire prend la forme d’un grand reliquaire en forme d’église basilicienne, en bronze et argent, doré et orné de détails architectoniques, figuratif sculpture, émaux et pierres précieuses. Le sanctuaire a été ouvert en 1864 et s’est avéré contenir des os et des vêtements.

Près de la sacristie se trouve le Gero-Kreuz, un grand crucifix sculpté dans le chêne et avec des traces de peinture et de dorure. On pense qu’il a été commandé vers 960 pour l’archevêque Gero, c’est le plus ancien grand crucifix au nord des Alpes et la plus ancienne grande sculpture nordique autoportante connue de la période médiévale. [Citation complète nécessaire]

Dans la chapelle de la Sainte-Cène se trouve la Madone Mailänder (“La Madone de Milan”), datant d’environ 1290, une sculpture en bois représentant la Bienheureuse Vierge Marie et l’enfant Jésus. L’autel des saints patrons de Cologne avec un retable du peintre gothique international Stefan Lochner se trouve dans la Marienkapelle («Chapelle Sainte-Marie»). Une fois achevées en 1265, les chapelles rayonnantes furent immédiatement mises en service comme lieu de sépulture. Les reliques de Saint Irmgardis ont trouvé un dernier lieu de repos dans la chapelle Sainte-Agnès. Son sarcophage en trachyte est considéré comme créé par la guilde des maçons de la cathédrale vers 1280. D’autres œuvres d’art se trouvent dans le Trésor de la cathédrale.

Encastrée dans le mur intérieur se trouve une paire de tablettes en pierre sur lesquelles sont gravées les dispositions formulées par l’archevêque Englebert II (1262–1267) en vertu desquelles les Juifs étaient autorisés à résider à Cologne.

Équipement
La cathédrale de Cologne est l’église centrale de l’archidiocèse de Cologne et possède donc un intérieur artistique extrêmement riche. La pièce d’équipement la plus importante a toujours été le sanctuaire des trois rois, qui contiendrait les os des trois rois. La construction de la cathédrale gothique peut même être comprise comme un reliquaire en pierre qui a été planifié autour de ces reliques. Au Moyen Âge, la croix Gero de la période ottonienne et la soi-disant Vierge de Milan (vers 1290) étaient également considérées comme des objets de culte spéciaux. Aujourd’hui, en plus des œuvres les plus importantes du mobilier de la cathédrale, celui de Stefan Lochner a créé l’autel de la cartouche (selon 1426) et l’autel clair (1350), tous deux arrivés en 1810 dans le dôme.

Sanctuaire des trois rois
Le Sanctuaire des Trois Rois est placé au centre de la salle du choeur et la domine ainsi. Elle date du 13ème siècle et est la plus grande œuvre d’orfèvrerie médiévale d’Europe.

Le sanctuaire mesure 220 cm de long, 110 cm de large, 153 cm de haut et est conçu dans le style d’une basilique. Il est orné de 74 figures en relief en argent plaqué or. Le précieux sanctuaire est structuré et entouré de peignes en métal coulé sur les panneaux de pignon à l’avant et à l’arrière, des bandes colorées de bandes d’émail, des lignes d’inscriptions bleues et dorées et des panneaux en filigrane sertis de pierres précieuses. Plus de 1000 pierres précieuses et perles augmentent sa brillance. De nombreuses pierres précieuses et camées anciennes avec 300 pierres taillées représentent à elles seules la plus grande collection de sculptures anciennes du Moyen Âge dans le monde. Le sanctuaire abrite les reliques vénérées comme les reliques des trois mages et est la destination du pèlerinage des chanteurs de Carol le 6 janvier.

Croix de Gero
L’exigence posée dans la croix de Kreuzkapelle Gero date de la période autour de 970. Elle est considérée comme l’une des plus anciennes représentations monumentales du Crucifié et la plus ancienne sculpture post-classique de l’Occident. Il montre le Christ mort, la tête baissée. Le visage aux yeux cassés et à la bouche légèrement ouverte est considéré comme très expressif. Cela fait de la sculpture un exemple exceptionnel de la forme, nouvelle à l’époque, qui ne montre plus le Christ comme un vainqueur, mais comme une souffrance et un humain. La croix porte le nom de l’archevêque Gero, car il l’a utilisée pour l’autel de la croix dans les anciennes cathédrales aurait dû faire un don. Là, la croix était placée très en évidence dans la nef. Elle trouva une place moins dominante dans la cathédrale gothique, mais jouit toujours d’une grande vénération en tant qu’image miraculeuse.

Milan Madonna
Au Moyen Âge, la soi-disant Vierge de Milan était le troisième objet de vénération de la cathédrale après le sanctuaire de l’Épiphanie et la croix de Gero. Aujourd’hui, la statue en bois de style gothique élevé, créée vers 1290, est placée sur le mur sud de l’allée sud du choeur de la Marienkapelle. La figure en bois colorée est la plus ancienne image de la Vierge Marie dans la cathédrale gothique. Il tire son nom du fait qu’il était probablement destiné à remplacer une statue avec les os des Trois Rois rapportés de Milan par Rainald von Dassel, qui a été détruite dans l’incendie de la vieille cathédrale. La statue gothique est étroitement liée aux piliers du chœur en termes de posture et de dessin du vêtement, et son style a été décrit comme «au-delà du français». Il est considéré comme un point culminant de la haute sculpture maniériste gothique.

Equipement du choeur
Afin de transformer la cathédrale de Cologne en cathédrale royale, les artistes médiévaux se sont également efforcés d’obtenir la plus haute expression artistique possible dans le mobilier. “Leur qualité exceptionnelle entoure le mobilier du chœur de la cathédrale de Cologne, y compris les piliers du chœur, les stalles du chœur et les peintures à l’écran du chœur, avec une aura d’inaccessibilité.”

Le programme d’images du chœur est formulé en niveaux horizontaux, qui pénètre du monde proche du sol des humains avec une hauteur croissante dans les zones célestes et devient finalement complètement spirituel dans la voûte. Les stalles du chœur montrent avec ses sculptures, dont de nombreuses grotesques représentent des créatures mythiques, l’existence humaine terrestre. Les apôtres doivent être considérés comme des piliers de chœur et des figures en même temps que les piliers spirituels de l’Église. Au-dessus de cela, les anges fournissent une musique céleste et les images d’ange dans les écoinçons d’arcade mènent aux niveaux célestes. Les personnages dans les fenêtres à clin peuvent être compris comme une cour royale qui s’est rassemblée autour du trône de Dieu. Enfin, le ton de couleur des fenêtres d’entrelacs est destiné à symboliser la présence métaphysique de Dieu.

Stalles du choeur
Les stalles du chœur du Moyen Âge tardif sont les plus grandes d’Allemagne avec 104 sièges et, comme particularité, réservent une place chacune au Pape et à l’Empereur. Elle a été entièrement réalisée en chêne entre 1308 et 1311. Les stalles présentent des sculptures étendues à la fois sur les joues mais surtout sur les planches de support (misericordia). Les artistes ont créé des images avec des personnes, des animaux et des créatures mythiques, dont certaines s’inspiraient de scènes de l’Ancien Testament, mais aussi de l’antiquité et des croyances populaires. Comme d’habitude avec les misères, les sculpteurs ont fait preuve d’une imagination débridée pour créer des motifs attrayants et rugueux avec des gens qui dansent, se battent, mendient, se moquent et aiment.

Peinture sur écran de choeur
Derrière les stalles du chœur se trouvent les paravents en briques, ornés d’un cycle d’images grand format de plus de 30 mètres de large. «Les peintures sur écran du chœur sont l’œuvre la plus importante en termes d’histoire du développement et, en outre, l’œuvre artistique la plus élevée de la peinture monumentale allemande de la première moitié du 14ème siècle. Il y a trois peintures murales au nord et trois au sud du choeur. Les peintures forment le mur du fond des stalles du chœur; un système de cadre gothique peint, inspiré des formes d’entrelacs, crée des champs d’image de près de 60 centimètres de large, chacun aussi large qu’un siège des chaises.

Toutes les images sont divisées en trois zones horizontales. La zone de base montre un certain nombre de figures d’empereurs et d’évêques. Dans la zone principale, les histoires de saints sont présentées dans sept arcades par barrière. Une zone de canopée avec des représentations architecturales alternées forme l’extrémité supérieure du tableau. Dans la zone de base du côté sud, tous les empereurs romains et allemands peuvent être vus en commençant par Cäser au-dessus du siège de l’empereur. Sur le côté nord, les évêques et archevêques de Cologne sont représentés, en commençant par Maternus au-dessus du siège du pape. Les images du côté sud montrent des scènes de la vie de Marie, l’histoire des trois sages et le transfert de leurs os à Cologne, ainsi que les martyres des saints Félix, Nabor et Grégoire de Spolète. Les images sur le côté nord représentent des scènes de la légende de Pierre et Paul, la légende du Nouvel An ‘

Les artistes ont utilisé une technique de tempera et ont appliqué la peinture directement sur une base de craie poncée des murs de pierre en strachyte de roche de dragon. Ils ont transféré la technique de la peinture sur panneau à la peinture murale. Malheureusement, le sol de craie et la peinture se sont écaillés à de nombreux endroits. Parce que les œuvres n’ont jamais été peintes, nous ne voyons que les originaux. Les défauts ont été fermés discrètement dans le ton de l’environnement. Dans l’ensemble, grâce à l’utilisation de peintures à la détrempe, les artistes ont pu se rabattre sur une palette de couleurs plus large et représenter des détails qui ne sont guère inférieurs à l’éclairage des livres.

Les motifs et la méthode de représentation montrent que l’artiste connaissait la peinture de son temps depuis les Flandres, l’Italie et l’Angleterre, mais était surtout inspiré par les mouvements artistiques parisiens. Il a combiné toutes les impulsions dans un style indépendant qui a fait de la peinture sur écran de chorale le plus ancien exemple de l’école de peinture de Cologne qui serait plus tard connu.

Les stalles du chœur et la peinture sur écran du chœur conçue comme paroi arrière (dorsale) sont étroitement liées dans le concept global, à travers les motifs utilisés, mais aussi dans les détails stylistiques. Il est donc probable que les deux meubles aient été planifiés ensemble sous la supervision du constructeur de la cathédrale Johannes von Köln et que les peintures à l’écran du chœur aient également été réalisées jusqu’à la consécration du chœur en 1322.

Sculptures de piliers dans la zone chorale
Sur les piliers du haut chœur, il y a 14 sculptures représentant Marie, le Christ et les douze apôtres avec douze anges faisant de la musique. Ces figures étaient de 1320 à 1340 dans l’atelier de la cathédrale de Cologne sous la direction de l’architecte cathédrale Jean de Cologne créé et compter parmi les œuvres majeures de la sculpture européenne au début du 14ème siècle aujourd’hui. Planifier un cycle d’apôtres pour un bâtiment de chœur au milieu du XIIIe siècle était une rareté. Le Moyen Âge avait essentiellement développé l’idée de comparer les apôtres en tant que piliers spirituels de l’église avec les piliers d’une voûte. La réalisation de ce symbolisme dans la construction d’églises fut la première à l’avoir en 1248Sainte-Chapelle réalisée à Paris, qui fut reprise par Maître Gerhard à Cologne. Avec ses couleurs extraordinairement riches, la Sainte-Chapelle semble avoir donné des impulsions importantes pour la mise en place des piliers du chœur. Les anges ont été ajoutés à l’ensemble vers 1300; ils étaient considérés comme des musiciens qui font de la musique surnaturelle.

Les 14 personnages sont la quintessence de la haute sculpture gothique, qui répond le plus purement aux exigences de la cathédrale gothique idéale. Le style artistique des personnages doit être évalué en relation avec l’architecture de la cathédrale, car les statues sont des œuvres du bâtiment de la cathédrale de Cologne et ont été conçues comme partie intégrante du bâtiment du chœur. La taille de la cathédrale correspond également aux dimensions monumentales des personnages, chacun d’environ 2,15 mètres de haut et 5,25 mètres de haut dans l’ensemble avec console, baldaquin et ange couronnant.

Les personnages se tiennent sur une console en feuille. Un auvent s’élève au-dessus des apôtres, chacun portant un ange avec un instrument de musique. L’artiste a fait les figures en tuf, qui a été peint dans des couleurs vives. La peinture actuelle, appliquée en 1841/42, peut être considérée comme une copie fidèle des modèles médiévaux. Les 39 échantillons de tissus différents montrés remontent tous au Moyen Âge.

Les silhouettes élancées en robes splendides peuvent être placées dans leur style dans la tradition de la sculpture parisienne et reims. Il a été apprécié qu’ils semblent communiquer les uns avec les autres dans un éloignement céleste et des gestes vivants. Dans certains cas, cependant, il a été noté que l’habitus et les gestes ont clairement tendance à se raffiner.

Chacun des douze apôtres se voit attribuer un ange faisant de la musique, qui couronne la verrière de l’ensemble de personnages. Les anges n’étaient pas destinés à l’origine; cependant, ils étaient prévus pour l’époque de la construction du chœur. Les anges paraissent plus simples dans l’exécution et moins artificiels dans leur posture que les apôtres. Les robes des anges sont également beaucoup plus simples et ne montrent qu’un simple sous-vêtement et un manteau placé sur l’épaule. L’expression faciale des anges, tous blonds bouclés, a été décrite comme un sourire bienheureux, qui montre comment ils transfiguraient écouté la musique céleste. Chaque ange joue un instrument de musique différent. Montré: le psaltérion, le portatif, la citole, le violon, la cornemuse, la cloche, le tambour de cloche, la harpe, le quintern et le shawm.

Peinture d’arcade de choeur
Sur les écoinçons d’arcade du haut chœur, un cycle de figures d’anges est représenté sur un fond doré. Le peintre Edward von Steinle a créé ce cycle sous forme de fresque au XIXe siècle. La peinture médiévale du 14ème siècle a montré des anges avec des instruments de musique et un encensoir, mais a été blanchie à la chaux au 18ème siècle et a été considérée comme ruinée quand elle a été découverte en 1841. Le nouveau design montre dans les 15 champs d’arcade les neuf chœurs d’anges dans leurs différents hiérarchies, comme celles du pseudo-Denys Areopagita formulé au VIe siècle. Selon cela, les anges, les anges gardiens et les archanges forment la première hiérarchie des anges. On les trouve dans les écoinçons des deux arcades nord.

Ils sont suivis par les chœurs d’anges (Virtutes, Dominationes, Potestats), qui veillent sur l’ordre de l’univers dans les arcades centrales. Dans les cinq arcades de la tête de chœur sont représentés les séraphins et les chérubins, qui au Moyen Âge étaient imaginés comme des êtres spirituels faits d’amour et de feu, débarrassés de tout caractère terrestre. Edward von Steinle était un artiste qui a servi les Nazaréens tardifs attribués. Il créa son programme pictural de 1843 à 1845. Les figures d’anges semblent flotter sur un fond ornemental doré qui forme l’unité de composition du cycle. Le motif ornemental, qui variait dans toutes les arcades, était pressé dans le plâtre et recouvert de feuilles d’or.

Mosaïque au sol dans le choeur
La mosaïque au sol du choeur fait environ 1300 m². Il a été conçu par August Essenwein de 1885 à 1892 et déplacé par la société Villeroy & Boch à Mettlach.

La mosaïque au sol du chœur montre dans un vaste programme d’images théologico-métaphoriques toute la vie spirituelle et profane à la manière de la vision du monde médiévale. Cela inclut l’empereur et le pape. Partant du Pape, les quatre rivières du Paradis traversent le chœur. L’empereur est entouré des sept arts libéraux et des principales églises des nations chrétiennes. Dans l’ouest, l’âge de la personne et ses activités sont indiqués. Dans le déambulatoire, l’histoire de l’église de Cologne est représentée à l’aide d’un catalogue des évêques et des archevêques. La traversée montre les heures de la journée, les quatre vents et les quatre éléments. Là, la mosaïque est cachée par le piédestal de l’autel. La mosaïque de la chapelle de l’axe a été détruite lors des fouilles de 1947 et n’est présente que par fragments.

Equipement des chapelles du choeur
Les sept chapelles du chœur sont utilisées avec le déambulatoire depuis environ 1265; les chapelles étaient évidemment conçues comme des lieux de sépulture dès le départ. Avant l’achèvement du grand choeur, les tombes de cinq archevêques aristocratiques et d’Irmgardis, vénérés comme un saint, ont été enterrés de nouveau de la cathédrale d’Hildebold dans les chapelles. La tumba de Konrad von Hochstaden, qui a posé la première pierre de la cathédrale, a été placée à la place d’honneur dans la chapelle axiale.

L’importance proéminente de la Dreikönigenkapelle dans l’axe de la cathédrale était déjà soulignée pendant la période de construction par le fait qu’elle était la seule à recevoir une peinture sur verre coloré. Cette fenêtre biblique plus ancienne est la plus ancienne fenêtre de la cathédrale. En 1322, le sanctuaire des trois rois a été installé dans la chapelle axiale et la tombe de Konrad a été déplacée vers la Johanneskapelle voisine. Le sanctuaire a reçu une chapelle en treillis spécialement conçue, qui a été remplacée par un mausolée baroque en 1660. La chapelle a pris son aspect actuel à la fin du XIXe siècle lorsque le néo-gothique a voulu la transformer en une œuvre d’art totale du gothique idéalisé. Le mausolée baroque a été démantelé en 1889; Friedrich Stummel a renouvelé et complété la haute peinture murale gothique en 1892 et s’est inspiré de la Sainte-Chapelle de Paris. Friedrich Wilhelm Mengelberg a créé l’autel néo-gothique en 1908 et a utilisé quatre bustes de reliquaires de Cologne pour cela. Dans un tabernacle, il trouva un espace pour la Madone de Füssenich du XIIIe siècle.

Dans les autres chapelles du chœur, les hautes tombes médiévales sont toujours les œuvres d’art les plus importantes d’un point de vue historique: Le simple sarcophage en pierre (vers 1260) de l’archevêque Gero (969–976) se trouve dans la chapelle de Stephanus. Dans la chapelle d’Agnès, St. Irmgardis von Süchteln (décédée en 1085) trouva son dernier lieu de repos dans un sarcophage en trachyte (vers 1280), créé par le constructeur de la cathédrale de Cologne. Philip I von Heinsberg (1167-1191) reçut une tumba (vers 1320) sous la forme d’une ville fortifiée dans la chapelle Maternus.

Dans la Johanneskapelle repose sur la haute tombe de Konrad von Hochstaden (1238-1261) la jeune figure allongée de l’archevêque, probablement l’œuvre de bronze la plus importante du XIIIe siècle en Allemagne. La dernière place libre des chapelles du chœur fut occupée par Walram von Jülich (1332–1349) dans la chapelle Michael, où une figure allongée en marbre de Carrare orne sa tumba. De là, il a été conclu que la refonte du déambulatoire en tant que chemin de pèlerinage et l’ameublement complet des chapelles avec des fenêtres en verre didactiquement efficaces, figuratives et colorées se sont produits en son temps et ont même été inspirés par lui.

Près de l’entrée de la chapelle du Sacrement, on peut voir aujourd’hui un document gravé dans la pierre de 1266, le privilège juif de Cologne, par lequel l’archevêque Engelbert II de Falkenburg a accordé certains droits à la population juive de l’archidiocèse de Cologne. La loi sur les cimetières et les funérailles, les réglementations douanières et le monopole du prêt d’argent étaient réglementés.

Autels

Maître-autel
Contrairement à l’autel médiéval habituel, le maître-autel de la cathédrale de Cologne n’a pas de structure d’autel (retables). Parce que l’archevêque de Cologne avait le droit de se tenir derrière l’autel et de célébrer la messe en vue des chanoines. Vraisemblablement pour cette raison, la table d’autel (cafétéria) a été construite particulièrement grande et avec des décorations figuratives exceptionnellement riches. Dans son travail standard sur l’autel chrétien, Joseph Braun l’a évalué comme «sans aucun doute l’autel le plus splendide et le plus magnifique que le Moyen Âge ait créé non seulement en Allemagne, mais en général».

Le maître-autel a été construit vers 1310 et consacré le 27 septembre 1322. Sa plaque d’autel de 25 cm d’épaisseur a été sculptée dans un morceau de marbre noir. Elle mesure 452 cm × 212 cm pour une superficie totale de 9,58 m², ce qui en fait la plus grande pierre de la cathédrale et la plus grande pierre d’autel connue du Moyen Âge. Tout autour de l’autel est décoré d’arcades gothiques, dans lesquelles se trouvent de petites statuettes représentant des apôtres, des prophètes et des saints ainsi que des scènes de la vie de Marie. Les décorations des personnages sont sculptées dans du marbre blanc de Carrare, qui contraste très efficacement avec la pierre de marbre noir du corps de l’autel. Les personnages individuels sont représentés en mouvement clair avec un corpus en rotation, qui est caché dans une riche robe plissée. Stylistiquement, ils sont liés aux piliers du chœur, même s’ils montrent une physicalité un peu plus compacte.

Le devant de l’autel est encore d’origine et montre le couronnement de Marie au centre avec six apôtres de chaque côté dans les arcades. Les figurines décoratives sur les parois latérales ont été supprimées au cours de l’époque baroque. Alexander Iven a fait des copies des originaux au Musée Schnütgen vers 1900, lorsque l’autel a été restauré dans sa forme gothique élevée au cours de l’achèvement de la cathédrale.

Autel clair
L’autel simple (orthographe alternative: Clare autel) a été construit vers le 1350e Il est considéré comme l’un des autels ailés les plus importants du 14e siècle en Allemagne, dont les portes ailées sont parmi les plus anciennes peintures sur toile gothiques. À l’origine, il a été donné pour l’église St. Clara St. Clara à Cologne. Après la démolition de Sainte-Clara en 1804, il s’est retrouvé dans la cathédrale. Aujourd’hui, il y est installé du côté nord devant le transept.

L’autel clair, qui avec ses doubles portes permet trois vues différentes – le côté de la semaine, le côté du festival et le côté du festival haut – montre une structure d’image complexe qui est censée représenter la Jérusalem céleste. La dimension fondamentale de son cycle d’images est le nombre douze: l’autel montre douze saints, douze scènes de l’enfance de Jésus et douze autres de la Passion, douze apôtres et douze reliques. Le cycle des images est structuré par un tabernacle construit au centre de l’autel, dont la porte est peinte de la messe rarement représentée de Saint-Martin. La bâtisseuse de cathédrale Barbara Schock-Werner a décrit le retable comme un «autel de superlatifs».

Stylistiquement, l’autel clair est considéré comme l’une des œuvres clés de la première école de peinture de Cologne, les maîtres étant clairement influencés par la peinture de l’écran du choeur et des piliers de la cathédrale. La peinture narrative, dont certaines ont probablement été peintes par le maître de Sainte Véronique, est “parmi les meilleurs que l’art allemand de cette époque a à offrir”. Au dos de l’autel se trouvait la peinture de la Très Sainte Trinité en 1905, ajouta Friedrich Wilhelm Mengelberg, qui est la plus jeune œuvre d’art néo-gothique de la cathédrale.

Autel du patron de la ville
L’autel du patron de la ville est considéré comme l’œuvre la plus importante de Stefan Lochner et un point culminant de la peinture médiévale à Cologne. Il s’agit d’un retable à trois ailes qui se trouve dans la cathédrale depuis 1809. L’autel a été commandé par le conseil municipal après 1426 pour être placé dans la chapelle du conseil. Dans l’image du milieu, Marie, la Mère de Dieu, est intronisée avec l’enfant Jésus et accepte l’adoration des mages. La broche de son manteau montre une licorne. Les saints de la ville sont représentés sur les panneaux latéraux. Sur la gauche se trouve Sainte Ursule avec Étherius et un grand nombre de compagnons vierges. Sur l’aile extérieure droite se trouve Saint-Géréonphoto avec des membres de la Légion Thebaic. Lorsque l’autel est fermé, l’Annonciation peut être vue.

Avec cette représentation, la ville de Cologne a voulu illustrer sa revendication de propriété des reliques des Trois Rois. Dans son retable, Lochner a fusionné de manière magistrale la couleur italienne et le réalisme flamand avec sa propre sérénité idyllique, et avec l’Autel des Trois Rois, il a créé une œuvre de référence pour la soi-disant École de Peinture de Cologne.

Autel Agilolphus et sanctuaire Agilolphus
L’autel Agilolphus est nommé d’après l’évêque de Cologne Agilolf du 8ème siècle. Il a été créé vers 1520 et est un retable anversois. C’est l’un des autels sculptés les plus grands et les plus importants d’Anvers avec des scènes de la vie et de la passion du Christ (environ 5,5 m de haut et près de sept mètres de large). C’était autrefois le maître-autel du chœur gothique est de la collégiale Sainte-Marie ad gradus, près de la cathédrale. Après sa démolition en 1817, il s’est probablement retrouvé dans la cathédrale de Cologne. Il a été largement restauré et inauguré en juillet 2012 avec un service festif dans le transept sud de la cathédrale.

Autel de la Madone ornée
L’autel de la Madone ornée dans le bas-côté nord est l’un des rares meubles baroques conservés dans la cathédrale. Le mur de l’autel en marbre noir et albâtre blanc a été créé à l’origine entre 1668 et 1683 par l’artiste de Cologne Heribert Neuss comme façade du mausolée dans lequel se trouve le sanctuaire des trois rois. Après la démolition du mausolée en 1889, la façade fut reconstruite en autel dans le bas-côté en 1920; Jusqu’en 1939, le sanctuaire des trois rois placé dans le trésor derrière lui était visible à travers le treillis. Depuis 1963, la soi-disant Madone ornée, image miraculeuse du XVIIIe siècle, richement ornée de bijoux, est vénérée dans l’autel. Au-dessus du rez-de-chaussée de l’autel à quatre colonnes, un relief d’albâtre montre l’adoration des mages.

Caractéristiques de la traversée
À l’origine, le sanctuaire des trois rois était censé être érigé au passage. Comme il n’a pas été achevé au Moyen Âge, cependant, il a été abandonné. La traversée a été transformée en nouveau centre liturgique de la cathédrale au début des années 1960.

L’autel de passage a également été ajouté à la cathédrale lors de la rénovation. Il a été conçu par Elmar Hillebrand en 1960. Ses côtés sont constitués de quatre plaques de bronze, décorées de raisins et d’épis stylisés, ainsi que de boules en Cipollino. Sa cafétéria (plaque d’autel) est également fabriquée à partir de Cipollino. Sa taille gracieuse (1 mètre de haut, 1,80 mètre de large et 1,18 mètre de profondeur) permet toujours une vue imprenable sur la tête du chœur depuis la nef.

Devant le pilier de croisement nord-est se trouve la cathèdre de l’archevêque, en bois de cerisier poli et conçue par Willy Weyres. Deux reliefs montrent la remise des clés par le Christ à Pierre et la remise des clés par Pierre à Maternus, le premier évêque de Cologne, qui, selon une légende, était un élève de Pierre. Les armoiries de l’archevêque sortant sont suspendues au-dessus de la cathèdre.

En face de la cathèdre se trouve la chaire en chêne, datée de 1544 et donc issue de la Renaissance. Il est décoré de reliefs de Pierre et Paul.

La traversée comporte également un ambo et un lutrin, qui se trouvent à l’extrémité ouest de l’île de l’autel, qui dans sa forme actuelle date de 1990.

Dans le croisement se trouvait à l’origine aussi la maison de la Sainte-Cène, qui a été créée en 1964 par Elmar Hillebrand. Il est fait de calcaire de Savonnier et a ensuite été déplacé vers le chœur, à la place du tabernacle gothique de 1508, qui a été enlevé à l’époque baroque.

Statue de Christophorus
La statue de Saint-Christophe dans la cathédrale de Cologne est une sculpture monumentale en pierre de tuf. Il a été créé vers 1470 et est attribué à l’atelier du maître Tilman. Il est placé sur une colonne à la transition du transept sud au déambulatoire de la couronne de la chapelle.

Sculptures de piliers dans la nef
Les figures du pilier de la nef représentent les saints de l’Empire franconien. Dans les halls de la tour, il y a des personnages de l’ancienne alliance. La plupart des 46 figurines sont de Peter Fuchs, les six du transept nord d’Anton Werres, les consoles et les auvents ont été construits aux XIVe et XVe siècles. Siècle créé.

Tapis Rubens
Huit grandes tapisseries réalisées sur des dessins de Peter Paul Rubens seront accrochées dans la nef à Pâques. Quatre des tapis Ruben montrent des scènes de l’Ancien Testament qui sont interprétées en relation avec l’Eucharistie, quatre autres tapis montrent des représentations allégoriques du triomphe de l’Eucharistie. Les toiles tricotées sont dans des formats d’environ quatre mètres de haut et de trois à plus de sept mètres de large. L’infante espagnole Isabellahad a commandé vingt tapisseries à Rubens pour un monastère à Madrid en 1627.

Le fabricant de tapis bruxellois Frans van den Hecke a produit des tapis individuels et des cycles plus petits pendant des décennies sur la base des conceptions légèrement modifiées de Rubens; les tapis Rubens livrés en 1687 sont les plus grands survivants de ces cycles. Wilhelm Egon von Fürstenberg, prince-évêque de Strasbourg, avait donné les tapisseries au chapitre de la cathédrale de Cologne, vraisemblablement afin de réaliser son élection prévue comme archevêque de Cologne. Les tapis baroques étaient à l’origine attachés au paravent du choeur, mais sont ensuite tombés dans l’oubli et ne peuvent être revus que dans la cathédrale depuis leur restauration de 1974 à 1986.

Organes de tuyaux
La cathédrale de Cologne possède deux orgues principaux, qui ont été construits par le fabricant d’orgue Klais de Bonn: L’orgue du transept a été achevé en 1948 sur une galerie dans la traversée nord, l’orgue de la nef a été suspendu en 1998 comme orgue à nid d’hirondelle dans la nef. Les deux orgues peuvent être joués à partir d’une console commune, tout comme une unité à haute pression qui a été installée dans la partie ouest de la cathédrale en 2006.

L’orgue du transept a été construit dans l’angle nord-est du passage à niveau après la Seconde Guerre mondiale, alors que la cathédrale n’avait pas encore été restaurée, mais la nef était toujours séparée du transept et du choeur par un mur de bouclier. L’orgue du transept a été inauguré en 1948 à l’occasion du 700e anniversaire de la cathédrale. Il a été agrandi en 1956 et 2002 et compte aujourd’hui 88 arrêts sur quatre manuels et pédale. L’orgue de la nef a été construit en 1998 comme orgue en nid d’hirondelle avec 53 registres. Il remédiait à la situation sonore insatisfaisante de l’après-guerre, en particulier du jeu liturgique d’orgue. Il est acoustiquement bien positionné à l’intérieur de l’église gothique, mais il interrompt le continuum spatial de nef, de croisement et de haut choeur souhaité par le néo-gothique du XIXe siècle. En 2006,

Winfried Bönig est l’organiste de la cathédrale depuis 2002, qui a succédé à Clemens Ganz. Ulrich Brüggemann est le deuxième organiste depuis 1994.

De plus, la cathédrale possède deux petits orgues, qui sont placés dans la Marienkapelle et dans la chapelle de la Sainte-Cène.

Cloches
La cathédrale de Cologne a onze cloches. Huit sont suspendus dans la tour sud et forment la cloche principale. Parmi eux se trouve le Petersglocke depuis 1924, que les habitants de Cologne appellent affectueusement D’r decke Pitter ou simplement decker Pitter (c’est-à-dire l’épais Peter). C’est l’une des plus grandes cloches d’église oscillantes au monde et pèse environ 24 tonnes. Il a été coulé par le fondateur de la cloche Heinrich Ulrich à Apolda en 1923. Il a remplacé les env. Cloche impériale de 26 tonnes (Gloriosa) de 1875, dont le battant est tombé le 8 juin 1908 et a endommagé le clocher, et qui a été fondu en 1918 à des fins d’armement. Deux grandes cloches du Moyen Âge tardif sont également suspendues dans la tour sud: la Pretiosa de 1448 et la Speciosa de 1449. En 1911, Karl (I) Otto de la fonderie de cloches Otto à Hemelingen / Brême fondit la nouvelle cloche du chapitre et l’Aveglocke.

Trois autres cloches sont suspendues dans la tourelle au-dessus du passage à niveau: la petite cloche Mett de 1719 et les deux plus anciennes cloches de la cathédrale: la cloche de l’Angelus et la cloche de transformation, toutes deux du 14ème siècle.

Horloge de la cathédrale
La cathédrale de Cologne avait déjà une grande horloge d’art astronomique au 14ème siècle, qui à l’heure du déjeuner montrait les figures des Trois Rois qui rendaient hommage à l’Enfant Christ. Vers 1750, cette horloge fut interrompue et, selon la légende, coulée dans le Rhin. L’horloger de Cologne Siegmund Bertel a fabriqué une horloge en fer forgé en 1787, qui resta en service jusqu’en 1877. Un grand cadran en bois peint polychrome avec aiguille des heures et bordure baroque a été conservé. En raison d’inexactitudes liées à la construction et de réparations constantes, il a été décidé en 1878 d’avoir une horloge complètement nouvelle à la Cour royale bavaroise = Thurmuhrenfabrik par Johann Mannhardtto ont fait. Le grand boîtier de montre en chêne néo-gothique a été conçu par le sculpteur Richard Moest.

Le système d’horloge, qui s’étend sur un total de près de 60 mètres, a été mis en service le 9 avril 1880. Après quelques problèmes de démarrage, qui ont conduit le constructeur à se voir refuser un certificat souhaité sur le travail réussi sur la montre, la montre fonctionne parfaitement. Le mouvement est l’un des derniers mouvements Mannhardt en activité et a été conservé dans son état d’origine. Il a un soi-disant pendule à oscillation libre, qui a une précision de débit extrêmement élevée, presque indépendante des conditions météorologiques. Il a été présenté par Johann Mannhardt en 1862. En raison du manque de lubrifiants tels que l’huile et la graisse sur ce dispositif à pendule, le mouvement ne réagit guère aux influences météorologiques. Johann Mannhardt a également fourni des horloges de tour pour la Frauenkirche de Munich, l’hôtel de ville rouge à Berlin et le Vatican à Rome. L’invention originale du pendule à oscillation libre, cependant,

Le cadran, ainsi que les cloches, est attaché à l’entrelacs à l’intérieur de la cathédrale, qui sépare le bas-côté sud extérieur du hall de la tour. C’est pourquoi l’horloge est également appelée horloge de la nef. Le système de numérotation a été endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale. L’horloge a été préservée et a été initialement utilisée sans cadran comme sonnerie des heures jusqu’à ce qu’en janvier 1989, la société Royal Eijsbouts à Asten (Pays-Bas) nettoie la mécanique et fabrique un nouveau cadran ajouré basé sur les plans historiques qui existaient encore. Contrairement à l’original, cependant, cela n’a été reconstruit que d’un côté.

La sonnerie des quarts d’heure se produit à l’intérieur de la cathédrale sur deux carillons d’horloge historiques provenant de l’une des horloges précédentes. La cloche du beffroi de la tour sud heurte l’avenue ou la cloche du chapitre (compagnie Otto, Bremen-Hemelingen, 1911). Les trois poids lourds sont soulevés quotidiennement à la main à l’aide d’une manivelle. L’horloge cathédrale est toujours convaincante aujourd’hui avec sa grande précision, sans l’aide d’équipement électrique supplémentaire. Une autre restauration, dans laquelle la dorure du mouvement qui avait été perdu dans le passé a été restaurée, a été réalisée au printemps 2018 par le maître horloger et restaurateur Christian Schnurbus, Düsseldorf.

Éclairage
L’intérieur de la cathédrale, qui est par ailleurs très sombre, surtout le soir, a été contrôlé par ordinateur par plus de 1000 lumières depuis octobre 2008. De sorte qu ‘«il n’y a pas toujours une atmosphère comme All Souls’ Day», comme le cardinal Meisner a déjà commenté les conditions d’éclairage de la cathédrale. Le nouvel éclairage dispose de 80 paramètres programmables qui permettent différents effets d’éclairage. Il a été soutenu par le Zentral-Dombau-Verein avec environ 1 200 000 euros.

Grâce à l’association Leuchtendes Rheinpanorama, la cathédrale est le seul bâtiment public de Cologne à être éclairé toute la nuit.

Lieu de sépulture et crypte
Les archevêques de Cologne ont trouvé leur dernier lieu de repos dans la cathédrale. 33 archevêques, une reine polonaise, deux princes séculiers et un saint populaire sont enterrés dans et sous la cathédrale.

Lieu de sépulture
La haute tombe de l’archevêque Konrad von Hochstaden dans la Johanneskapelle montre l’archevêque comme une jeune figure de bronze. Dans la chapelle Maternus, la haute tombe de l’archevêque Philip I von Heinsberg est représentée au milieu d’un mur de la ville, ce qui est interprété comme une approbation ultérieure de la construction de l’enceinte de la ville de Cologne. La haute tombe de l’archevêque Friedrich von Saar Werden se trouve dans la Marienkapelle. La grande figure allongée en bronze de la Tumba exceptionnellement haute montre des traits du visage qui sont considérés comme un portrait de l’archevêque qui a commandé la façade ouest en 1370. La haute tombe gothique Rainald von Dassels en grès se trouve sur le mur extérieur de la Marienkapelle. En 1905, Alexander Iven a créé la figure allongée en calcaire au lieu de la figure médiévale en bronze qui a été détruite à la fin du 18ème siècle.

Crypte
Une crypte moderne à trois nefs a été construite en 1960 dans une partie de la zone de fouille sous le haut choeur. La crypte a été conçue par le maître d’œuvre Willy Weyres et conçue avec un plafond en stuc dans la nef centrale légèrement surélevée par Erlefried Hoppe. À l’est, derrière une grille en fer forgé de Paul Nagel, se trouve la crypte de l’archevêque. Il a été créé entre 1958 et 1969 à l’initiative du cardinal Joseph Frings et contient les chambres funéraires de plusieurs archevêques depuis le XIXe siècle.

Tags: