Manioc

Manihot esculenta, communément appelé manioc, manioc, yuca, mandioca et arachnée du Brésil, est un arbuste ligneux originaire d’Amérique du Sud appartenant à la famille des euphorbiacées. Il est largement cultivé comme culture annuelle dans les régions tropicales et subtropicales pour sa racine tubéreuse comestible féculente, une source majeure de glucides. Bien qu’on l’appelle souvent yuca en espagnol et aux États-Unis, il diffère du yucca, un arbuste fruitier de la famille des asparagacées, qui n’est pas apparenté à lui. Le manioc, une fois séché en un extrait poudreux (ou nacré), est appelé tapioca; sa forme frite et granulaire est nommée garri.

Le manioc est la troisième source de glucides alimentaires sous les tropiques, après le riz et le maïs. Le manioc est un aliment de base majeur dans les pays en développement, fournissant un régime de base à plus d’un demi-milliard de personnes. C’est l’une des cultures les plus tolérantes à la sécheresse, capable de pousser sur des sols marginaux. Le Nigeria est le plus grand producteur mondial de manioc, tandis que la Thaïlande est le plus grand exportateur de manioc séché.

Le manioc est classé comme sucré ou amer. Comme les autres racines et tubercules, les variétés de manioc tant amères que douces contiennent des facteurs antinutritionnels et des toxines, les variétés amères contenant des quantités beaucoup plus importantes. Il doit être correctement préparé avant d’être consommé, car une mauvaise préparation du manioc peut laisser suffisamment de cyanure résiduel pour causer une intoxication aiguë au cyanure, des goitres et même une ataxie, une paralysie partielle ou la mort. Les variétés de manioc plus toxiques constituent une ressource de secours (une “culture de sécurité alimentaire”) en période de famine ou d’insécurité alimentaire à certains endroits. Les agriculteurs préfèrent souvent les variétés amères car elles dissuadent les parasites, les animaux et les voleurs.

La description
La racine de manioc est longue et effilée, à chair ferme et homogène, enveloppée dans une croûte détachable, d’environ 1 mm d’épaisseur, rugueuse et brune à l’extérieur. Les cultivars commerciaux peuvent avoir un diamètre au sommet de 5 à 10 cm (2,0 à 3,9 po) et une longueur d’environ 15 à 30 cm (5,9 à 11,8 po). Un faisceau vasculaire ligneux court le long de l’axe de la racine. La chair peut être blanche comme de la craie ou jaunâtre. Les racines de manioc sont très riches en amidon et contiennent de petites quantités de calcium (16 mg / 100 g), de phosphore (27 mg / 100 g) et de vitamine C (20,6 mg / 100 g). Cependant, ils sont pauvres en protéines et autres nutriments. En revanche, les feuilles de manioc sont une bonne source de protéines (riche en lysine), mais déficientes en acide aminé méthionine et éventuellement en tryptophane.

Variétés
Une multitude de variétés de manioc se distinguent par plusieurs paramètres. Les caractéristiques distinctives les plus couramment utilisées in vivo sont la couleur et la forme des organes.

Deux variétés principales sont cultivées:

manioc amer, impropre à la consommation s’il n’a pas été préalablement détoxifié, et dont les racines séchées sont transformées en tapioca, manioc ou farine qui, préparé sous forme de farofa, est un ingrédient de la feijoada brésilienne.
manioc doux, dont les racines peuvent être consommées directement, il existe cependant des cas de neuropathies car il contient moins de glycosides cyanogènes (8 fois moins que le manioc amer).
Les tubercules sont également utilisés pour la préparation de boissons alcoolisées distillées, telles que la boisson autochtone cauim et la tiquira, cachaça commune de l’État brésilien de Maranhão.

La chair des tubercules a une couleur blanchâtre et rappelle le bois par sa texture et sa consistance. Après cuisson dans l’eau, sa chair jaune se dilue. La friture la rend croustillante.

Les feuilles sont également consommées comme légumes, en particulier en Afrique, elles contiennent de la vitamine A et C.

L’histoire
Les populations sauvages de la sous-espèce flabellifolia de M. esculenta, qui est le géniteur du manioc domestiqué, se concentrent dans le centre-ouest du Brésil, où il a probablement été domestiqué il y a moins de 10 000 ans. On trouve également des formes d’espèces domestiques modernes poussant à l’état sauvage dans le sud du Brésil. Vers 4 600 avant JC, du pollen de manioc (manioc) apparaît dans les basses terres du golfe du Mexique, sur le site archéologique de San Andrés. La preuve directe la plus ancienne de culture de manioc provient d’un site maya vieux de 1400 ans, Joya de Cerén, au Salvador. Avec son fort potentiel alimentaire, il était devenu l’aliment de base des populations indigènes du nord de l’Amérique du Sud, du sud de la Méso-Amérique et des Caraïbes dès le contact avec l’Europe en 1492. Le manioc était l’aliment de base des peuples précolombiens des Amériques et est souvent représenté dans l’art autochtone. Le peuple moche a souvent représenté le yuca dans ses céramiques.

Au début de leur occupation des îles des Caraïbes, les Espagnols n’ont pas envie de manger du manioc ou du maïs, qu’ils considèrent comme insuffisant, dangereux et non nutritif. Ils préféraient de loin les aliments espagnols, notamment le pain de blé, l’huile d’olive, le vin rouge et la viande, et estimaient que le maïs et le manioc étaient dommageables pour les Européens. Pour ces chrétiens du Nouveau Monde, le manioc n’était pas propice à la communion puisqu’il ne pouvait pas subir de transsubstantiation et devenir le corps du Christ. “La farine de blé était le symbole du christianisme lui-même” et les catéchismes de l’époque coloniale déclaraient explicitement que seule la farine de blé pouvait être utilisée.

La culture et la consommation de manioc se sont néanmoins poursuivies en Amérique portugaise et espagnole. La production en masse de pain de manioc est devenue la première industrie cubaine établie par les Espagnols. Les navires en partance d’Europe, depuis des ports cubains comme La Havane, Santiago, Bayamo et Baracoa, ont acheminé des marchandises en Espagne, mais des marins devaient être approvisionnés pour le voyage. Les Espagnols devaient également reconstituer leurs bateaux avec de la viande séchée, de l’eau, des fruits et de grandes quantités de pain de manioc. Les marins se sont plaints que cela leur causait des problèmes digestifs. Le climat tropical cubain ne convenait pas à la plantation de blé et le manioc ne se fanerait pas aussi vite que le pain ordinaire.

Le manioc a été introduit en Afrique par des marchands portugais du Brésil au 16ème siècle. À peu près à la même période, il a également été introduit en Asie par le biais d’échanges colombiens par des négociants portugais et espagnols, plantés dans leurs colonies à Goa, Malacca, l’Indonésie orientale, le Timor et les Philippines. Le maïs et le manioc sont désormais des aliments de base importants, remplaçant les cultures africaines indigènes. Le manioc est également devenu un aliment de base important en Asie, largement cultivé en Indonésie, en Thaïlande et au Vietnam. Le manioc est parfois décrit comme le “pain des tropiques” mais ne doit pas être confondu avec l’arbre à pain tropical et équatorial (Encephalartos), l’arbre à pain (Artocarpus altilis) ou l’arbre à pain africain (Treculia africana).

Production
En 2016, la production mondiale de racine de manioc s’élevait à 277 millions de tonnes, le Nigéria étant le plus gros producteur mondial avec 21% du total mondial (tableau). Les autres principaux producteurs étaient la Thaïlande, le Brésil et l’Indonésie.

Production de manioc – 2016 (en millions de tonnes)
Nigeria, 57,1
Thaïlande, 31,1
Brésil, 21,1
Indonésie, 20,7
République démocratique du Congo, 14,7
Monde, 277,1
Source: FAOSTAT des Nations Unies

Le manioc est l’une des cultures les plus tolérantes à la sécheresse, peut être cultivé avec succès sur des sols marginaux et donne des rendements raisonnables là où de nombreuses autres cultures ne poussent pas bien. Le manioc est bien adapté aux latitudes 30 ° au nord et au sud de l’équateur, entre le niveau de la mer et 2 000 m au-dessus du niveau de la mer, à des températures équatoriales, avec des précipitations allant de 50 mm à 5 m ) chaque année et aux sols pauvres dont le pH varie de l’acide au alcalin. Ces conditions sont courantes dans certaines régions d’Afrique et d’Amérique du Sud.

Le manioc est une culture hautement productive lorsque l’on considère les calories alimentaires produites par unité de surface terrestre, par unité de temps. De manière significative plus élevée que les autres cultures de base, le manioc peut produire des calories alimentaires à des taux supérieurs à 250 kcal / hectare / jour, contre 176 pour le riz, 110 pour le blé et 200 pour le maïs.

Importance économique
Le manioc, les patates douces (Dioscorea spp.) Et les patates douces (Ipomoea batatas) sont des sources importantes de nourriture sous les tropiques. La plante de manioc donne le troisième plus haut rendement en glucides par surface cultivée parmi les plantes cultivées, après la canne à sucre et les betteraves à sucre. Le manioc joue un rôle particulièrement important dans l’agriculture dans les pays en développement, notamment en Afrique subsaharienne, car il se porte bien sur des sols pauvres et peu pluvieux, et parce qu’il s’agit d’une plante vivace pouvant être récoltée à la demande. Sa large fenêtre de récolte lui permet de faire office de réserve de famine et constitue un atout précieux pour la gestion des horaires de travail. Il offre une flexibilité aux agriculteurs pauvres en ressources, car il sert de culture de subsistance ou de rente.

Dans le monde, 800 millions de personnes dépendent du manioc comme principal aliment de base. Aucun continent ne dépend autant des racines et tubercules pour nourrir sa population que l’Afrique. Dans les zones humides et sub-humides d’Afrique tropicale, il s’agit d’un aliment de base ou d’un aliment secondaire. Au Ghana, par exemple, le manioc et l’igname occupent une place importante dans l’économie agricole et représentent environ 46% du produit intérieur brut agricole. Le manioc représente un apport calorique quotidien de 30% au Ghana et est cultivé par presque toutes les familles paysannes. L’importance du manioc pour beaucoup d’africains est résumée dans le nom d’ewi (langue parlée au Ghana, au Togo et au Bénin) pour la plante, agbeli, qui signifie “il y a de la vie”.

Au Tamil Nadu, en Inde, il existe de nombreuses usines de traitement du manioc le long de la route nationale 68 entre Thalaivasal et Attur. Le manioc est largement cultivé et consommé comme aliment de base dans l’Andhra Pradesh et au Kerala. Dans l’Assam, il constitue une source importante de glucides, en particulier pour les habitants des régions montagneuses.

Dans la région subtropicale du sud de la Chine, le manioc est la cinquième culture en termes de production, après le riz, la patate douce, la canne à sucre et le maïs. La Chine est également le principal marché d’exportation du manioc produit au Vietnam et en Thaïlande. Plus de 60% de la production de manioc en Chine est concentrée dans une seule province, le Guangxi, avec une moyenne annuelle de plus de sept millions de tonnes.

Les usages

Boissons alcoolisées
Les boissons alcoolisées à base de manioc incluent cauim et tiquira (Brésil), kasiri (Guyana, Suriname), impala (Mozambique), masato (Amazonie péruvienne chicha), parakari ou kari (Guyana), nihamanchi (Amérique du Sud), également appelée nimimanche (Équateur). et Pérou), ö döi (chicha de yuca, Ngäbe-Bugle, Panama), sakurá (Brésil, Suriname), tarul ko jaarh (Darjeeling, Sikkim, Inde).

Culinaire
Les plats à base de manioc sont largement consommés partout où la plante est cultivée; certains ont une importance régionale, nationale ou ethnique. Le manioc doit être cuit correctement pour le désintoxiquer avant d’être consommé.

Le manioc peut être cuit de nombreuses façons. La racine de la variété sucrée a une saveur délicate et peut remplacer les pommes de terre. Il est utilisé à cholent dans certains ménages. On peut en faire une farine utilisée dans les pains, les gâteaux et les biscuits. Au Brésil, le manioc désintoxiqué est moulu et cuit en un repas sec, souvent dur ou croquant, appelé farofa, utilisé comme condiment, grillé au beurre ou consommé seul comme accompagnement.

Profil nutritionnel
Le manioc brut contient 60% d’eau, 38% de glucides, 1% de protéines et une graisse négligeable (tableau). En quantité de 100 grammes, le manioc brut fournit 160 calories et contient 25% de la valeur quotidienne (DV) de la vitamine C, mais ne contient par ailleurs aucun micronutriment dans un contenu significatif (aucune valeur supérieure à 10% de la valeur quotidienne; tableau). L’amidon de manioc cuit a une digestibilité supérieure à 75%.

Le manioc, à l’instar d’autres aliments, présente également des facteurs antinutritionnels et toxiques. Les glucosides cyanogènes du manioc (linamarine et lotaustraline) sont particulièrement préoccupants. Lors de l’hydrolyse, ceux-ci libèrent de l’acide cyanhydrique (HCN). La présence de cyanure dans le manioc est une source de préoccupation pour la consommation humaine et animale. La concentration de ces glycosides antinutritionnels et insalubres varie considérablement d’une variété à l’autre, ainsi qu’en fonction des conditions climatiques et de la culture. La sélection des espèces de manioc à cultiver est donc très importante. Une fois récolté, le manioc amer doit être traité et préparé correctement avant la consommation humaine ou animale, tandis que le manioc doux peut être utilisé après une simple ébullition.

Comparaison avec d’autres aliments de base majeurs
Un tableau comparatif montre que le manioc est une bonne source d’énergie. Dans ses formes préparées dans lesquelles ses composants toxiques ou déplaisants ont été réduits à des niveaux acceptables, il contient une proportion extrêmement élevée d’amidon. Cependant, comparé à la plupart des produits de base, le manioc est une source alimentaire plus pauvre en protéines et en nutriments essentiels. Bien qu’il s’agisse d’un aliment de base important, sa valeur principale réside dans l’alimentation équilibrée.

Les comparaisons entre la teneur en éléments nutritifs du manioc et d’autres principaux aliments de base bruts, comme indiqué dans le tableau, doivent être interprétées avec prudence, car la plupart des aliments de base ne sont pas comestibles sous cette forme et beaucoup sont indigestes, voire même toxiques ou nocifs. Pour la consommation, chacun doit être préparé et cuit comme il convient. Bien cuits ou autrement préparés, le contenu nutritionnel et antinutritionnel de chacun de ces aliments de base est très différent de celui de la forme brute et dépend des méthodes de préparation telles que le trempage, la fermentation, la germination, l’ébullition ou la cuisson au four.

Biocarburant
Dans de nombreux pays, d’importantes recherches ont été entreprises pour évaluer l’utilisation du manioc en tant que matière première pour le biocarburant dans l’éthanol. Dans le cadre du plan de développement des énergies renouvelables du onzième plan quinquennal en République populaire de Chine, l’objectif est d’augmenter la production d’éthanol à partir de matières premières non transformées à 2 millions de tonnes et celle de biodiesel à 200 000 tonnes d’ici 2010. Cela équivaut au remplacement de 10 millions de tonnes de pétrole. En conséquence, les chips de manioc (tapioca) sont progressivement devenues une source majeure de production d’éthanol. Le 22 décembre 2007, la plus grande installation de production de carburant à base d’éthanol de manioc a été achevée à Beihai, avec une production annuelle de 200 000 tonnes, ce qui nécessiterait 1,5 million de tonnes de manioc en moyenne. En novembre 2008, le groupe chinois Hainan Yedao a investi 51,5 millions USD dans une nouvelle installation de production de biocarburants qui devrait produire 33 millions de gallons (120 000 m3) de bioéthanol par an à partir de plants de manioc.

L’alimentation animale
Les tubercules de manioc et le foin sont utilisés dans le monde entier comme aliments pour animaux. Le foin de manioc est récolté à un stade de croissance jeune (trois à quatre mois) lorsqu’il atteint environ 30 à 45 cm (12 à 18 po) au-dessus du sol; il est ensuite séché au soleil pendant un à deux jours jusqu’à ce que sa teneur finale en matière sèche atteigne 85%. Le foin de manioc contient des taux de protéines élevés (20 à 27% de protéines brutes) et des tanins condensés (1,5 à 4% de CP). Il est considéré comme une bonne source de fourrage pour les ruminants tels que les bovins.

Amidon de blanchisserie
Le manioc est également utilisé dans un certain nombre de produits de lessive disponibles dans le commerce, notamment sous forme d’amidon pour les chemises et autres vêtements. L’utilisation d’amidon de manioc dilué dans de l’eau et sa pulvérisation sur les tissus avant le repassage aident à rigidifier les cols.

Usage médicinal
Selon l’American Cancer Society, le manioc est inefficace en tant qu’agent anticancéreux: “il n’existe aucune preuve scientifique convaincante de l’efficacité du manioc ou du tapioca dans la prévention ou le traitement du cancer”.

Ressource renouvelable
Le manioc offre un grand potentiel pour la production de bioéthanol. Cependant, la production d’éthanol à partir de manioc n’a actuellement lieu qu’en Chine et en Thaïlande. Les coûts de production de l’éthanol sont d’environ 0,27 € / l et le rendement en éthanol de 3,5 à 4 m³ 3 / ha. Le rendement en combustible à base de manioc récupérable en Asie est d’environ 78 GJ / ha.

Le manioc joue également un rôle de fournisseur d’amidon pour l’industrie de la fermentation. L’amidon de manioc peut être utilisé pour la production de bioplastiques (polylactide à base d’acide lactique), comme prévu par exemple en Thaïlande. En conséquence, le volume du marché de l’industrie thaïlandaise du manioc pourrait plus que doubler pour atteindre près de 3 milliards d’euros, selon les estimations de l’Agence nationale de l’innovation (NIA).

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) voit également un grand potentiel d’utilisation du manioc en tant que ressource renouvelable, étant donné que les rendements actuels ne représentent que 20% du niveau possible dans des conditions optimales. Cependant, le fait que le manioc fournisse à environ 1 milliard de personnes l’apport calorique quotidien, et donc un aliment de base important, risque de nuire à leur utilisation future en tant que matière première renouvelable dans le contexte du débat sur le conflit. entre production alimentaire et utilisation industrielle.

Les gouvernements africains encouragent l’utilisation du manioc en tant que matière première pour la production de bière afin de réduire les importations de malt de brasserie.

Usage alimentaire

Toxicité potentielle
Les racines, les pelures et les feuilles de manioc ne doivent pas être consommés crus, car ils contiennent deux glucosides cyanogènes, la linamarine et la lotaustraline. Celles-ci sont décomposées par la linamarase, une enzyme naturelle du manioc libérant du cyanure d’hydrogène (HCN). Les variétés de manioc sont souvent classées comme sucrées ou amères, ce qui signifie l’absence ou la présence de niveaux toxiques de glucosides cyanogènes, respectivement. Les cultivars dits doux (en réalité non amers) ne peuvent produire que 20 milligrammes de cyanure (CN) par kilogramme de racines fraîches, tandis que les racines amères peuvent en produire plus de 50 fois plus (1 g / kg). Les cassaves cultivées pendant la sécheresse sont particulièrement riches en ces toxines. Une dose de 25 mg de glucoside cyanogénique pur de manioc, contenant 2,5 mg de cyanure, suffit à tuer un rat. Un excès de résidus de cyanure provenant d’une préparation inappropriée est connu pour provoquer une intoxication aiguë au cyanure et le goitre. Il a été associé à l’ataxie (trouble neurologique affectant la capacité de marcher, appelé aussi konzo). Il a également été associé à une pancréatite calcifiante tropicale chez l’homme, conduisant à une pancréatite chronique.

Les symptômes d’intoxication aiguë au cyanure apparaissent quatre heures ou plus après l’ingestion de manioc brut ou mal traité: vertiges, vomissements et collapsus. Dans certains cas, la mort peut survenir en une ou deux heures. Il peut être traité facilement avec une injection de thiosulfate (qui permet au corps du patient de se désintoxiquer en convertissant le cyanure toxique en thiocyanate).

“L’exposition chronique à de faibles concentrations de cyanure est associée au développement d’un goitre et à la neuropathie ataxique tropicale, une maladie qui endommage les nerfs et qui rend la personne instable et mal coordonnée. Une intoxication grave au cyanure, en particulier pendant les famines, est associée à la survenue d’un état débilitant, trouble paralytique irréversible appelé konzo et, dans certains cas, la mort. L’incidence de la neuropathie konzo et ataxique tropicale peut atteindre 3% dans certaines régions. ”

Au cours des pénuries au Venezuela à la fin des années 2010, des dizaines de décès ont été signalés du fait que les Vénézuéliens ont commencé à manger du manioc amer afin de lutter contre la famine.

Les sociétés qui mangent traditionnellement du manioc comprennent généralement que certains traitements (trempage, cuisson, fermentation, etc.) sont nécessaires pour éviter de tomber malade. Un trempage bref (quatre heures) de manioc ne suffit pas, mais un trempage de 18 à 24 heures peut éliminer jusqu’à la moitié du niveau de cyanure. Le séchage peut ne pas être suffisant non plus.

Pour certaines variétés sucrées aux racines plus petites, la cuisson suffit pour éliminer toute toxicité. Le cyanure est entraîné dans les eaux de traitement et les quantités produites par la consommation domestique sont trop faibles pour avoir un impact sur l’environnement. Les variétés plus amères et plus amères utilisées pour la production de farine ou d’amidon doivent être traitées pour éliminer les glucosides cyanogènes. Les grosses racines sont pelées, puis broyées en farine, qui est ensuite trempée dans de l’eau, essorée à plusieurs reprises et grillée. Les grains d’amidon qui flottent à la surface pendant le processus de trempage sont également utilisés dans la cuisine. La farine est utilisée partout en Amérique du Sud et dans les Caraïbes. La production industrielle de farine de manioc, même au niveau de la maison, peut générer suffisamment de cyanure et de glycosides cyanogènes dans les effluents pour avoir un impact grave sur l’environnement.

La préparation des aliments
Une méthode de traitement sûre connue sous le nom de “méthode de mouillage” consiste à mélanger la farine de manioc avec de l’eau en une pâte épaisse, puis à la laisser reposer à l’ombre pendant cinq heures, en une fine couche étalée sur un panier. A cette époque, environ 83% des glycosides cyanogéniques sont décomposés par la linamarase; le cyanure d’hydrogène résultant s’échappe dans l’atmosphère, rendant la farine sans danger pour la consommation le soir même.

La méthode traditionnelle utilisée en Afrique de l’Ouest consiste à éplucher les racines et à les mettre dans l’eau pendant trois jours pour les fermenter. Les racines sont ensuite séchées ou cuites. Au Nigeria et dans plusieurs autres pays d’Afrique de l’Ouest, notamment le Ghana, le Cameroun, le Bénin, le Togo, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, ils sont généralement râpés et légèrement frits dans de l’huile de palme pour les préserver. Le résultat est un aliment appelé gari. La fermentation est également utilisée dans d’autres endroits tels que l’Indonésie (voir Tapai). Le processus de fermentation réduit également le niveau d’antinutriments, faisant du manioc un aliment plus nutritif. La dépendance vis-à-vis du manioc en tant que source alimentaire et l’exposition aux effets goitrogéniques du thiocyanate qui en a résulté ont été à l’origine des goitres endémiques observés dans la région d’Akoko, dans le sud-ouest du Nigéria.

Un projet appelé “BioCassava Plus” utilise la bio-ingénierie pour cultiver du manioc contenant des glycosides moins cyanogènes, ainsi que l’enrichissement en vitamine A, en fer et en protéines afin d’améliorer la nutrition des habitants de l’Afrique subsaharienne.

Agriculture

Récolte
Le manioc est récolté à la main en soulevant la partie inférieure de la tige et en tirant les racines hors du sol, puis en les retirant de la base de la plante. Les parties supérieures des tiges avec les feuilles sont cueillies avant la récolte. Le manioc se propage en coupant la tige en sections d’environ 15 cm, qui sont plantées avant la saison des pluies.

Traitement et stockage post-récolte
Le manioc subit une détérioration physiologique (PPD) après la récolte, une fois que les tubercules sont séparés de la plante principale. Les tubercules, lorsqu’ils sont endommagés, répondent normalement par un mécanisme de guérison. Cependant, le même mécanisme, qui implique des acides coumariques, commence environ 15 minutes après les dégâts et ne s’éteint pas dans les tubercules récoltés. Il continue jusqu’à ce que tout le tubercule soit oxydé et noirci deux ou trois jours après la récolte, le rendant inutilisable et inutile. La PPD est liée à l’accumulation d’espèces réactives de l’oxygène (ROS) initiée par la libération de cyanure lors de la récolte mécanique. La durée de conservation du manioc peut être augmentée jusqu’à trois semaines en surexprimant une oxydase de substitution insensible au cyanure, qui a permis de multiplier par 10 le ROS. Le PPD est l’un des principaux obstacles empêchant les agriculteurs d’exporter des manioc à l’étranger et de générer des revenus. Le manioc frais peut être conservé comme une pomme de terre, en utilisant du thiabendazole ou de l’eau de javel comme fongicide, puis enveloppé dans du plastique, enduit de cire ou congelé.

Alors que d’autres méthodes de contrôle de la PPD ont été proposées, telles que la prévention des effets de ROS en utilisant des sacs en plastique pendant le stockage et le transport ou l’enrobage des racines avec de la cire et la congélation des racines, de telles stratégies se sont avérées peu pratiques ou économiques, conduisant à la variétés de manioc plus tolérantes au PPD et présentant une durabilité améliorée après la récolte. La sélection végétale a abouti à différentes stratégies de tolérance du manioc à la PPD. L’un a été induit par des niveaux mutagènes de rayons gamma, qui ont supposé faire taire l’un des gènes impliqués dans la genèse de la PPD, tandis que l’autre était un groupe de clones riches en carotène dans lesquels les propriétés antioxydantes des caroténoïdes sont supposées protéger les racines du PPD.

Ravageurs
L’infestation par les insectes est l’une des principales causes des pertes lors du stockage du manioc. Un large éventail d’espèces qui se nourrissent directement de cosses de manioc séchées ont été signalées comme un facteur majeur de dégradation du manioc stocké, avec des pertes comprises entre 19% et 30% des produits récoltés. En Afrique, un numéro précédent était la cochenille du manioc (Phenacoccus manihoti) et l’acarien vert du manioc (Mononychellus tanajoa). Ces parasites peuvent causer jusqu’à 80% de perte de récolte, ce qui est extrêmement préjudiciable à la production des agriculteurs de subsistance. Ces ravageurs sévissaient dans les années 1970 et 1980, mais ont été maîtrisés après la création du “Centre de contrôle biologique pour l’Afrique” de l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA) sous la direction de Hans Rudolf Herren. Le Centre a étudié la lutte biologique contre les ravageurs du manioc; Deux ennemis naturels d’Amérique du Sud, Apoanagyrus lopezi (une guêpe parasitoïde) et Typhlodromalus aripo (un acarien prédateur) se sont avérés efficaces pour lutter respectivement contre la cochenille du manioc et l’acarien vert du manioc.

Le virus de la mosaïque africaine du manioc provoque le dessèchement des feuilles du plant de manioc, limitant ainsi la croissance de la racine. Une épidémie du virus en Afrique dans les années 1920 a entraîné une famine majeure. Le virus se transmet par la mouche blanche et par la transplantation de plantes malades dans de nouveaux champs. Vers la fin des années 1980, une mutation survenue en Ouganda a rendu le virus encore plus dangereux, entraînant la perte complète des feuilles. Ce virus muté se propageait à un rythme de 50 km (80 km) par an et, en 2005, il était présent dans l’ensemble de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi, de la République démocratique du Congo et de la République du Congo.

Le virus de la striure brune du manioc a été identifié comme une menace majeure pour la culture dans le monde.

Un large éventail de nématodes parasites des plantes ont été signalés associés au manioc dans le monde. Ceux-ci comprennent Pratylenchus brachyurus, Rotylenchulus reniformis, Helicotylenchus spp., Scutellonema spp. et Meloidogyne spp., parmi lesquels Meloidogyne incognita et Meloidogyne javanica sont les plus largement signalés et les plus importants sur le plan économique. Meloidogyne spp. L’alimentation produit des galles physiquement dommageables contenant des œufs. Les galles se confondent plus tard à mesure que les femelles grandissent et grossissent, et elles gênent l’approvisionnement en eau et en éléments nutritifs. Les racines de manioc deviennent coriaces avec l’âge et limitent le mouvement des juvéniles et la libération des œufs. Il est donc possible que des galles épaisses soient observées même à de faibles densités après l’infection. D’autres parasites et maladies peuvent s’introduire par les dommages physiques causés par la formation de galles, conduisant à la pourriture. Il n’a pas été démontré qu’ils causent des dommages directs aux racines de stockage élargies, mais leur hauteur peut être réduite en cas de perte du poids de la racine élargie.

La recherche sur les ravageurs nématodes du manioc en est encore à ses débuts; les résultats sur la réponse du manioc ne sont donc pas cohérents, allant de négligeables à graves. Comme les nématodes ont une distribution apparemment aussi erratique dans les champs de manioc, il n’est pas facile de définir clairement le niveau de dommages directs attribués aux nématodes et de quantifier ensuite le succès d’une méthode de gestion choisie.

On a constaté que l’utilisation de nématicides entraînait une réduction du nombre de galles par racine nourricière par rapport à un témoin et un nombre réduit de pourriture des racines de stockage. Le fémaniphos nématicide organophosphoré, lorsqu’il a été utilisé, n’a pas d’incidence sur les paramètres de croissance et de rendement de la culture mesurés au moment de la récolte. L’utilisation de nématicide dans le manioc n’est ni pratique ni durable; l’utilisation de cultivars tolérants et résistants est la méthode de gestion la plus pratique et la plus durable.

Facteurs négatifs de consommation
Le manioc contient des quantités faibles mais suffisantes pour causer une gêne possible de substances appelées linamarine et lotaustraline. Ce sont des glycosides cyanogènes transformés en acide prussique (cyanure d’hydrogène) par l’action de l’enzyme linamarase, également présente dans les tissus de la racine.

La concentration en acide prussique peut varier de 10 à 490 mg / kg de racines fraîches. Les variétés de manioc “amères” contiennent des concentrations plus élevées, en particulier lorsqu’elles sont cultivées dans des zones arides et dans des sols peu fertiles. Dans les variétés dites «douces», la plupart des toxines se trouvent dans la coquille. Certaines de ces variétés peuvent même être consommées crues après le pelage, comme s’il s’agissait de carottes. Cependant, dans beaucoup des variétés les plus fréquemment cultivées, qui sont amères, la toxine est également présente dans la chair féculente de la racine, en particulier dans le noyau fibreux trouvé au centre.

Les racines de manioc contiennent également du cyanure libre, jusqu’à 12% de la teneur totale en cyanure. La dose létale de cyanure d’hydrogène non combiné chez l’adulte est comprise entre 50 et 60 mg. Cependant, la toxicité du cyanure combiné n’est pas bien connue. Les glycosides sont dégradés dans le tube digestif humain, ce qui provoque la libération de cyanure d’hydrogène. Si le manioc frais est bouilli, la toxicité diminue très peu. Le linamarin glucoside est résistant à la chaleur et l’enzyme linamarase est inactivée à 75 ° C.

Dans certains pays d’Afrique, la soi-disant maladie de konzo a été produite par la consommation quasi exclusive pendant plusieurs semaines de manioc mal traité. 12

Méthodes de désintoxication
Les méthodes de transformation du manioc pour la détoxification des racines reposent principalement sur l’hydrolyse enzymatique visant à réduire la concentration en glycosides.

Les processus suivants peuvent être distingués:

Méthodes dans lesquelles seules la chaleur et l’eau sont utilisées
Préparation et cuisson modifiées
Sans élaboration, seulement avec peeling et un lavage en profondeur. Il est appliqué au manioc brut et uniquement aux variétés sucrées.
Cuit comme il est fait avec des aliments de base féculents non toxiques, ou par ébullition répétée plusieurs fois dans plusieurs eaux. Ensuite, il est cuit au four, rôti ou frit.
Écrasé, précédé ou suivi d’une ébullition ou d’une cuisson à la vapeur. Cela s’applique à la pâte de manioc, appelée “dumboi” au Libéria.

Traitement à sec (pour la conservation).
Racine fraîche en tranches, séchée au soleil ou à l’air chaud (pas de trempage, de cuisson ni de fermentation).
Le produit séché au soleil est moulu ou broyé. La farine de manioc est produite. Il s’agit souvent d’une farine épaisse que les Indiens vénézuéliens de l’État du Delta Amacuro appellent “mañó”.

Traitement humide
L’amidon est préparé frais et broyé par sédimentation, lavage et séchage. Ce produit est appelé farinha d’agua au Brésil.
L’amidon est gélatinisé par la chaleur. Le soi-disant tapioca lamellaire et nacré est produit.
La farine est préparée à partir de tubercules non fermentés par pelage, déchiquetage, pressage et rôtissage. Le produit est connu sous le nom de manioc farinha au Brésil.
Le produit séché au soleil est broyé et broyé. Le produit est connu sous le nom de farine de manioc. Au Brésil, on l’appelle “farinha seca”.

Désintoxication par fermentation

Méthodes de fermentation humide (manioc euriada). Trempage bref ou prolongé, avec fermentation dans de l’eau statique ou courante, sucrée ou salée:
De la racine entière et fraîche, non pelée, suivie du pelage, de la réduction des fibres et du broyage. Ceci produit la pâte de manioc gluant appelée chickwangue au Congo.
De la racine entière et fraîche, non pelée, suivie du pelage, de la réduction des fibres et de la torréfaction. La farine de manioc fermentée est appelée “farinha d’agua”.
De la racine entière (ou tranchée), pelée (ou non pelée) suivie d’un pelage, d’un séchage au soleil à l’air chaud, puis écrasée et écrasée. La farine de yucca fermentée est produite.
De la racine entière et fraîche, pelée, puis réduite en pâte avec le tamis, lavée et sédimentée de l’amidon, puis légèrement pressée et cuite à la vapeur. Pâte d’amidon de manioc aigre fabriquée au Nigéria.
De la racine entière, pelée, fraîchement bouillie (fermentée pendant 6 à 14 jours), râpée ou défibrée, tamisée, pressée puis broyée. On obtient la pâte de manioc fermentée, appelée gogó au Cameroun.
De la racine épluchée, fraîchement bouilli et râpé (fermenté pendant la nuit) rincé et mélangé avec des graines de légumineuses fermentées (Pentaclethra macrophylla). Vous obtenez de la farine de manioc fermentée et bouillie appelée abacha au Nigéria.