Architecture asturienne

L’architecture pré-romane dans les Asturies est encadrée entre les années 711 et 910, la période de la création et l’expansion du royaume des Asturies.

Introduction historique
Au 5ème siècle, les Goths, une tribu christianisée d’origine germanique orientale, sont arrivés dans la péninsule ibérique après la chute de l’empire romain, et ont dominé la majeure partie du territoire, essayant de continuer l’ordre romain par le soi-disant Ordo Gothorum.

En l’an 710, le roi wisigoth Wittiza est mort, et au lieu d’être remplacé par l’aîné de ses trois fils, Agila, le trône a été usurpé par le duc de Baetica, Roderic. Le jeune héritier chercha un soutien pour récupérer le trône et, mis à part le soutien local, il s’approcha du Royaume musulman en Afrique du Nord. Tarik, le calife du gouverneur de Damas à Tanger, a reçu la permission d’offrir son armée et de débarquer en Espagne, prêt à affronter l’armée wisigothique du roi Roderic.

Le 19 juillet 711, la bataille de Guadalete eut lieu près de Gibraltar, où les partisans de l’héritier de Witiza, soutenus par l’armée musulmane de Tarik, tuèrent le roi Roderic et détruisirent l’armée wisigothique. Tarik et ses troupes ont alors profité de leur supériorité militaire, et ont marché sur la capitale visigothique, Toledo, en le prenant presque sans opposition.

Selon les chroniques, les mercenaires asturiens, qui avaient déjà été recrutés par les Romains pour leur courage et leur combativité, se sont battus aux côtés du roi Roderic. Ces guerriers, avec le reste de l’armée gothique en retraite, ont cherché refuge dans les montagnes des Asturies, où ils ont également essayé de sauvegarder certaines des reliques sacrées de la cathédrale de Tolède, dont la plus importante était l’Arche sainte, contenant un grand nombre des reliques de Jérusalem.

Le royaume des Asturies naquit exactement sept ans plus tard, en 718, lorsque les tribus asturiennes, réunies en assemblée, décida de nommer Pelayo leur chef, une personne d’origine incertaine, car pour certains chroniqueurs, il était un noble wisigoth qui fuyait les musulmans. conquérants et pour les autres, il était un noble indigène associé au royaume wisigoth. Quoi qu’il en soit, Pelayo rejoignit les tribus locales et les Wisigoths réfugiés sous son commandement, avec l’intention de restaurer progressivement l’Ordre gothique, basé sur le modèle politique du royaume de Tolède.

Le royaume des Asturies a disparu avec le roi Alphonse III, qui est mort en décembre de l’an 910. En deux cents ans à peine, les 12 rois de la dynastie fondée par Pelayo devaient récupérer progressivement le territoire des musulmans (León, Galice et Castille), un processus qui exigea finalement que la cour soit déplacée vers le sud, à León, pour sa position stratégique dans la lutte qui culmina 800 ans après son début (1492) avec la prise de Grenade et l’expulsion du dernier roi arabe de la péninsule Ibérique . Le symbole du drapeau des Asturies, une croix d’or (significativement appelée “La Victoria”), et un fond bleu avec la devise latine Hoc signo, tvetvr pivs, Hoc signo vincitvr inimicvs (Avec ce signe le pieux est protégé, Avec ce signe vous devez vaincre l’ennemi), résume le caractère unifié que le christianisme a donné à la lutte armée.

Pré-roman comme l’expression artistique de la monarchie asturienne
Le préromage asturien est une caractéristique singulière de toute l’Espagne, qui, tout en combinant des éléments d’autres styles (wisigothique, mozarabe et traditions locales), a créé et développé sa propre personnalité et caractéristiques, atteignant un niveau considérable de raffinement, non seulement en matière de construction , mais aussi en termes de décoration et d’ornementation en or. Ce dernier aspect peut être vu dans des œuvres aussi importantes que la Croix des Anges, la Croix de la Victoire, l’Agate Box (logée dans la Sainte Chambre de la Cathédrale d’Oviedo), le Reliquaire de la Cathédrale d’Astorga et la Croix de Santiago. En tant qu’architecture de la cour, la situation des monuments pré-romans a suivi dans le sillage des divers endroits de la capitale du royaume; de son site original à Cangas de Onís (Est des Asturies), en passant par Pravia (ouest de la côte centrale), jusqu’à son emplacement final à Oviedo, centre géographique de la région.

En ce qui concerne son évolution, depuis son apparition, la pré-romane asturienne a suivi une «séquence stylistique étroitement associée à l’évolution politique du royaume, ses étapes clairement définies». Cinq étapes sont distinguées; une première période (737-791) appartenant aux règnes des rois Fáfila, Alfonso I, Fruela I, Aurelio, Silo, Mauregato et Vermudo I. Une deuxième étape comprend le règne d’Alphonse II (791-842), entrant dans une étape de la définition stylistique, et troisième comprend les règnes de Ramiro I (842-850) et Ordoño I (850-866); un quatrième appartient au règne d’Alphonse III (866-910) et un cinquième et dernier qui coïncide avec le transfert de la cour à León, la disparition du royaume des Asturies, et simultanément, du préromage asturien.

Monuments d’intérêt

Première période (737 à 791)
De cette période, de la montée et de la consolidation du jeune royaume, l’existence de deux églises a été enregistrée. L’église de Santa Cruz (737) à l’emplacement original de la cour, Cangas de Onís, dont nous avons seulement des références écrites, car elle a été détruite en 1936. L’actuelle date de 1950 et, comme l’original, est construite sur une brouette couvrant un dolmen. La légende raconte que le nom de Santa Cruz (“Sainte Croix”) provient de la croix de chêne portée par le roi Pelayo lors de la bataille de Covadonga, la première “petite victoire” contre les Arabes, qui devait ensuite être couverte d’or et pierres précieuses (règne d’Alphonse III), qui s’appelle La Victoria, et emblème du drapeau des Asturies. Les chroniques indiquent que l’église de Santa Cruz a été construite en maçonnerie en pierre, une nef avec une voûte en berceau et une chapelle principale d’un côté.

La deuxième de ces constructions est l’église de San Juan Apóstol y Evangelista, Santianes de Pravia, située à Santianes. Sa construction résulte du déménagement de la cour royale de Cangas de Onís à Pravia, une ancienne colonie romaine (Flavium Navia) et un carrefour. L’église, construite entre les années 774 et 783, présentait déjà un certain nombre d’éléments anticipant le préromage asturien; plan basilical orienté vers l’est (nef centrale et deux nefs latérales), séparé par trois arcs en plein cintre, transept face à la nef centrale avec la même longueur que la largeur des trois nefs. Il avait aussi une seule abside semi-circulaire et un vestibule d’entrée extérieur, avec un plafond en bois sur la nef.

Plusieurs éléments décoratifs sculpturaux présentant des motifs floraux et géométriques (quelque chose d’habituel dans ce qui devait être les caractéristiques de la période pré-romane) sont exposés dans la sacristie, où se trouve un musée.

Deuxième période (791 à 842)
Alfonso II, connu sous le nom de “la Chaste” (peut-être pour cette raison, il n’a jamais eu de descendants), était un roi décisif dans la monarchie asturienne. D’un point de vue militaire, il établit définitivement le royaume contre les musulmans (dans la fameuse bataille de Lutos il obtint une victoire significative), en administration il déplaça la cour à son site final à Oviedo, et en politique il installa cordialement, relations stables avec l’empereur Charlemagne, comme le montre la citation suivante d’Eginardo (Vita caroli):

” … l’empereur (Charlemagne) était si étroitement uni à Alfonso, roi des Asturies et de la Galicie, qu’à chaque fois qu’il envoyait une lettre ou un ambassadeur, il ordonnait qu’il ne reçoive d’autre traitement que celui de son client. ”
En ce qui concerne le patronage de l’art, Alphonse II a promu le plus grand nombre de bâtiments pré-romans définissant les caractéristiques de ce style. Avec l’architecte royal Tioda, il a construit les églises de l’église de San Tirso, d’Oviedo, de San Julián de los Prados, de Santa María de Bendones et de San Pedro de Nora, en plus du complexe de palais d’Oviedo, aujourd’hui disparu. Les églises de San Salvador, Santa María et son palais et sa chapelle adjacents (maintenant la seule chambre de la Cathédrale d’Oviedo), contenant des reliques telles que la sainte arche et des bijoux, comme la Croix des Anges, dont il a fait don à l’église de San Salvador. En dehors des Asturies, avec la légende de la découverte de la tombe de l’apôtre Saint Jacques en Galice, dans un endroit connu sous le nom de campus stellae (Compostelle), Alphonse II fit construire la première église en l’honneur des saints (année 892).

Lorsque l’église de San Julián de los Prados, ou Santullano, a été construite (environ entre les années (812 et 842), il faisait partie d’une série de bâtiments royaux.L’église avait un plan de la basilique [nef centrale et deux côtés allées), séparées par trois arcs en plein cintre sur des chapiteaux impostes et des colonnes carrées. Il est à noter l’existence d’un transept ou d’une allée transversale située entre les bas-côtés et le sanctuaire, dépassant la nef centrale en hauteur.

Enfin, il y avait un sanctuaire droit, divisé en trois chapelles, et au-dessus de la principale, seulement accessible de l’extérieur, il y avait une pièce dont la fonction est encore ouverte à la conjecture. Quant au toit, l’église avait un intéressant plafond de chêne sculpté de motifs géométriques variés.

Comme éléments en dehors du plan du sol, il y avait un vestibule (à l’est) et deux sacristies jouxtant les façades nord et sud, communiquant directement avec le transept. L’église de San Julián de los Prados est la plus grande des églises pré-romanesque.

D’un point de vue ornemental, les peintures murales couvrant les murs et les plafonds de cette église sont les peintures les mieux conservées du haut Moyen Âge en Espagne. la technique utilisée est la peinture al fresco (appliquée avec le plâtre encore humide), disposée en trois zones bien définies. Les motifs décoratifs montrent clairement l’influence de la peinture murale de l’époque romaine, recréant une certaine atmosphère typique du “style théâtral” (1er siècle avant JC). Les éléments décoratifs sont nombreux; Imitation de marbre, rectangles, bandes, tissage, carreaux, canalisation d’imitation et colonnes, médaillons ornés de motifs végétaux, dessins architecturaux, rideaux, bien que dépourvus de toute représentation de scènes bibliques ou religieuses, à l’exception de la croix d’Anastasis (alpha et Omega), en tant que symbole du pouvoir royal. Ce manque de représentation figurative est connu sous le nom d’aniconisme et n’a pas été maintenu dans les églises pré-romanes postérieures.

L’église de San Tirso, située à côté de la cathédrale d’Oviedo, conserve seulement le mur d’extrémité de l’abside de sa construction d’origine, car il a été détruit par un incendie au 16ème siècle. La section restante montre la construction d’origine en blocs de pierre, et au centre, il y a la fenêtre caractéristique en trois points de la pré-romane asturienne, avec des arcs en plein cintre en briques. L’ouverture centrale, plus grande que les ouvertures latérales, est supportée par des colonnes autoportantes.

La Sainte Chambre a été construite comme une chapelle de palais pour Alfonso II et l’église de San Salvador (tous deux démolis au 14ème siècle pour construire la cathédrale gothique actuelle). La Chambre, contiguë à la tour préromane de San Miguel, avait aussi pour fonction de reloger les reliques apportées de Tolède après la chute du royaume wisigoth. Il se compose de deux allées se chevauchant avec une voûte en berceau; la crypte ou étage inférieur a une hauteur de 2,30 mètres, et est dédiée à Saint Leocadia, contenant plusieurs tombes d’autres martyrs.

L’étage supérieur, dédié à Saint Michel, a été étendu au 12ème siècle, allongeant la section centrale à six mètres, une reconstruction qui a également fourni sa décoration actuelle, un chef-d’œuvre de l’art roman espagnol. D’un point de vue architectural, la construction de la Sainte-Chambre a résolu l’un des plus grands problèmes du préromage asturien: la voûte de deux espaces qui se chevauchent, utilisés plus tard dans les bâtiments de Ramiro I.

Comme mentionné ci-dessus, un d’agir en tant que chapelle royale, la Chambre Sainte a été construite pour abriter les bijoux et dépend de la cathédrale de San Salvador à Oviedo, une fonction qu’il continue à avoir 1200 ans plus tard. Certains de ces bijoux ont été donnés par les rois Alfonso II et Alfonso III, et représentent des objets d’or extraordinaires de préromanes asturiens.

Le premier d’entre eux est la Croix des Anges, créée en 808 à Gauzón (la rive gauche de l’estuaire d’Avilés) sur les instructions d’Alphonse II des Asturies, qui a fait don des pierres précieuses nécessaires pour le faire de son trésor personnel. La Croix des Anges tire son nom de la légende selon laquelle elle a été faite et donnée à Alphonse II par des anges, qui lui sont apparus sous la forme de pèlerins. La croix grecque (bras égaux) a un noyau de bois de cerisier et au centre il y a un disque circulaire agissant comme connexion pour les quatre bras. L’envers est recouvert d’une maille filigranée de fil d’or et de bandes de décoration géométrique avec un total de 48 pierres précieuses (agates, saphirs, aaméthystes, rubis et opales) d’une grande beauté.Le revers est recouvert de fine feuille d’or tenue par l’argent ongles. La décoration de ce côté montre, monté sur le disque central, un grand camée d’agate elliptique et une grosse pierre au bout de chaque bras.

Exactement un siècle plus tard, en 908, pour commémorer cent ans de victoires et de conquêtes du royaume des Asturies, Alphonse III a fait don de la plus importante orfèvrerie préromane à la cathédrale d’Oviedo: la Croix de la Victoire ou Santa Cruz, croix latine 92 cm sur 72 cm. Le noyau est fait de deux morceaux de chêne avec des extrémités circulaires terminées dans trois foils, et joint au centre par un disque circulaire. Toute la croix est recouverte de feuilles d’or et de filigrane, richement décorée surtout sur l’envers, recouverte d’émaux colorés, de perles, de pierres précieuses et de fil d’or. Le revers montre une inscription en lettres d’or soudées, mentionnant les donateurs à l’église de San Salvador, le roi Alfonso III et la reine Jimena, et l’endroit (encore le château de Gauzón) et l’année où il a été fait.

Le dernier des bijoux pré-romans dans la Sainte Chambre de la Cathédrale d’Oviedo est la boîte en Agate, donnée à l’église par Fruela II des Asturies (fils d’Alphonse II), et son épouse Nunilo, en l’an 910, quand il était encore un prince. Cet extraordinaire artefact en or de style mozarabique est un reliquaire rectangulaire en cyprès avec un couvercle semi-pyramidal. Le couvert de plaque d’or, avec 99 petites ouvertures en forme d’arc, encadrées dans un fil d’or tissé, contenant des agates. La partie la plus précieuse de cette pièce est la partie supérieure du couvercle, probablement réutilisée par un autre reliquaire plus petit d’origine carolingienne, cent ans plus vieux que le reste. Cette plaque est décorée de panneaux d’émail, eux-mêmes entourés de 655 grenats incrustés.

Poursuivant les travaux architecturaux de la deuxième période de l’art pré-roman, les deux derniers sont les églises de Santa Maria de Bendones et San Pedro de Nora. Le premier est situé à quelques kilomètres de la capitale, dans une direction sud-est, vers la vallée de Nalón, et fut un don du roi Alphonse III et de sa femme Jimena à la cathédrale de San Salvador, le 20 janvier 905. Très semblable à Santullano Bien que le plan ne soit pas la basilique typique des églises pré-romane, il comporte trois enceintes à l’extrémité ouest, la partie centrale en tant que vestibule d’entrée et deux parties latérales pouvant abriter des paroissiens ou des ecistesiastiques. Cette entrée conduit à une seule nef avec un plafond en bois, recouvert d’un toit intéressant, de la même longueur que les enceintes d’entrée. La nef jouxte deux zones latérales rectangulaires, également avec un plafond en bois, dont l’usage semble associé aux rites liturgiques de l’époque. cette nef jointe au sanctuaire par trois arcs de brique semi-circulaires, dont chacun conduit à la chapelle correspondante, dont seule la principale ou centrale est couverte d’une voûte en berceau de brique, les deux autres avec des plafonds en bois.

Au-dessus de la chapelle principale se trouve la chambre «typique», accessible uniquement de l’extérieur, à travers une fenêtre en trèfle avec les éléments pré-romans standard; arcade centrale plus grande que les arcades latérales, reposant sur deux chapiteaux autoportants avec moulure en corde, et le rectangle supérieur encadré par simple moulure.

Indépendant de la structure de l’église, bien que proche de sa façade sud, se dresse le clocher, sur un plan de sol rectangulaire.

L’église de San Pedro de Nora est située à côté de la rivière Nora, à environ douze kilomètres d’Oviedo. Cette église a le style de construction établi à Santullano: face à l’est, vestibule séparé de la structure principale, plan basilical, nef centrale plus haute que les bas-côtés, avec toit en bois croisé et éclairé par des fenêtres à treillis de pierre. Le sanctuaire droit est divisé en trois absides avec des voûtes en berceau. En tant qu’élément différenciant, les absides étaient jointes les unes aux autres à travers les parois de séparation par des portes semi-circulaires. Comme toutes les églises de cette période, il y avait une pièce sur l’abside, accessible seulement de l’extérieur à travers une fenêtre en trèfle. Le clocher, séparé de l’église comme à Santa Maria de Bendones, n’appartient pas à la construction originale, et provient d’une initiative dans les années soixante-dix de l’architecte et grand restaurateur du préromage asturien, Luis Menéndez Pidal y Alvarez.

Troisième période (842 à 866)
Cette période correspond aux règnes de Ramiro I et Ordoño I. Le premier, fils de Vermudo I, succéda à Alphonse II lorsqu’il mourut sans descendance, prenant en charge un royaume en pleine expansion. Il a été décrit par les chroniqueurs comme Virga justitiae (bâton de justice) parce qu’il a dû faire face à deux rébellions internes de nobles et à son enthousiasme pour la chasse à la magie et aux arts noirs, très répandus dans les Asturies à cette époque. Il a également combattu avec succès les Normands, les battant à Gijón et à La Corogne. Paradoxalement, il a connu un temps de paix avec ses ennemis traditionnels, les musulmans, qui lui ont permis, d’un point de vue artistique, de renouveler substantiellement l’architecture et le style décoratif pré-roman, donnant naissance au style dit ramirien.

Ramiro J’ai été succédé par son fils Ordoño I, qui a hérité d’un point de vue militaire un royaume très solide, une condition qui lui a permis d’utiliser des sujets du royaume des Asturies pour peupler les villes abandonnées de l’autre côté des montagnes, comme Tui , Astorga et León. Il a mesuré sa puissance militaire contre les Arabes avec des résultats variables; dans la bataille de Clavijo (année 859) il les a facilement vaincus, bien que six ans plus tard, à Hoz de la Morcuera, son armée, conduite par un de ses généraux, a subi une défaite, arrêtant l’intense travail de repeuplement de la première partie de son règne.

Le premier des travaux de cette période, le Palais de Santa María del Naranco, a impliqué une importante rénovation stylistique, morphologique, constructive et décorative de pré-roman, en le complétant de nouvelles ressources innovantes, représentant un bond en avant par rapport à la précédente périodes. Construit comme un palais de loisirs, il est situé sur le côté sud de Monte Naranco face à la ville, et faisait à l’origine partie d’une série de bâtiments royaux situés dans la périphérie. Son caractère de bâtiment civil a changé au 12ème siècle quand il a été converti en une église dédiée à Sainte-Marie.

Les innovations de ce palais ont étonné les chroniqueurs, qui le mentionnent à plusieurs reprises au fil du temps. Un exemple est la Crónica Silense, écrite vers 1015, environ 300 ans après sa construction, et qui, en décrivant Ramiro I, déclare que “(…) il construisit de nombreuses constructions, à deux milles d’Oviedo, avec Le grès et le marbre dans un ouvrage voûté: (…) Il a également fait (…), un palais sans bois, de construction admirable et voûté en bas et en haut, … “.

Ce qui a émerveillé les chroniqueurs pendant tant de siècles, ce sont ses proportions et ses formes élancées, sa décoration riche et variée et l’introduction de voûtes allongées en berceau grâce aux arcs transversaux, permettant le support et l’élimination des plafonds en bois. Cette solution, timidement avancée dans la Chambre Sainte, a mûri pleinement à Santa Maria del Naranco.

Le palais, sur un plan de sol rectangulaire, a deux étages; le niveau inférieur, ou crypte, assez bas, a une chambre centrale et deux autres situées de chaque côté. L’étage supérieur est accessible par un double escalier extérieur jouxtant la façade, conduisant à une disposition identique à l’étage inférieur; une salle centrale ou noble avec six arcs semi-circulaires aveugles le long des murs, soutenus par des colonnes encastrées dans le mur, et un mirador à chaque extrémité. Ceux-ci sont accessibles par trois arcs, semblables à ceux sur le mur, reposant sur des colonnes avec la moulure de corde hélicoïdale, typique de pré-roman. La voûte en berceau est en pierre de tuffeau et est soutenue par six arcs transversaux reposant sur des consoles.

Santa Maria del Naranco représentait un pas en avant d’un point de vue décoratif en enrichissant les standards habituels et les modes avec des éléments de la peinture, de l’orfèvrerie et des arts textiles. La riche décoration est concentrée dans la salle et les miradors de l’étage supérieur, où l’on remarque surtout les chapiteaux cubiques prismatiques (d’influence byzantine), décorés de reliefs encadrés de cordons (de tradition locale) en forme trapézoïdale et triangulaire, à l’intérieur duquel se trouvent des formes sculptées d’animaux et d’humains. Ce type de motif est répété sur les disques avec des médaillons centraux situés au-dessus des intersections des arcs aveugles. Les 32 médaillons distribués autour du bâtiment sont de taille et de forme similaires, variant les motifs décoratifs et les figures intérieures (quadrupèdes, oiseaux, grappes de raisin, animáis fantastiques), un style hérité de la période wisigothique, héritier de la tradition byzantine.

Les médaillons ont des bandes décoratives au-dessus d’eux, encore encadrées par moulage de corde, à l’intérieur duquel quatre figures sont scuipted et arrangées symétriquement; les deux supérieurs portant des charges sur leurs têtes et les deux inférieurs représentant des soldats à cheval portant des épées. Ces figures semblent avoir une sorte de signification sociale symbolique; les guerriers qui défendent et soutiennent les hommes de prière (ici offre), ou alternativement, les ordres royaux et ecclésiastiques se complètent mutuellement.

Santa María del Naranco montre d’autres éléments sculpturaux tout aussi beaux et importants; pour la première fois, une croix grecque apparaît sculptée comme emblème de la monarchie asturienne, protégeant en même temps le bâtiment de tout mal, ce qui devait devenir habituel dans l’architecture populaire des villes et des villages. D’autres éléments sculpturaux, tels que les chapiteaux d’inspiration corinthienne sur les fenêtres à trois arcades des miradors ou la pierre d’autel dans le mirador oriental (originaire de l’église voisine de San Miguel de Liño / Lillo), font de ce palais le bâtiment le plus caractéristique Pré-roman, une singularité mise en évidence en étant le seul complexe de palais qui a duré jusqu’à nos jours avec les structures de la cour wisigothique et carolingienne.

L’église de San Miguel de Lillo a été consacrée par Ramiro I et son épouse Paterna en l’an 848. Elle était à l’origine dédiée à Sainte Marie jusqu’à ce que, comme mentionné ci-dessus (et montré par l’autel situé dans le mirador oriental de Santa María del Naranco ), ce culte est passé au palais voisin au 12ème siècle, laissant cette église dédiée à St. Michael.

Il avait à l’origine un plan de base de basilique, trois nefs avec une voûte en berceau, bien qu’une partie de la structure originale ait disparu pendant que le bâtiment tombait en décomposition pendant le 12ème ou 13ème siècle. De nos jours, il conserve sa moitié occidentale de cette période, avec plusieurs éléments dans le reste de l’église tels que les jambages fantastiques dans le vestibule ou le treillis extraordinaire sur la fenêtre du mur sud, sculpté dans une seule pièce de pierre.

La dernière des églises de cette période est Santa Cristina de Lena, située dans le district de Lena, à environ 25 km au sud d’Oviedo, sur une ancienne route romaine qui a rejoint les terres du plateau avec les Asturies. L’église a un plan au sol différent de la basilique traditionnelle pré-romane. C’est un espace rectangulaire unique avec une voûte en berceau, avec quatre structures adjacentes situées au centre de chaque façade. La première de ces annexes est le vestibule pré-roman autrichien typique, avec une tribune royale sur la partie supérieure, accessible par un escalier joint à l’un des murs. À l’est, l’enceinte avec l’autel, avec une seule abside, renonçant à la triple abside pré-romane traditionnelle asturienne, et revenant aux influences wisigoths. Au nord et au sud respectivement, il y a deux autres enceintes à travers des arcs en plein cintre et des voûtes en berceau, dont l’usage était associé à la liturgie hispano-wisigothique pratiquée en Espagne jusqu’au XIe siècle.

L’un des éléments les plus particuliers de Santa Cristina de Lena est l’existence du presbytère élevé au-dessus du niveau du sol dans la dernière section de la nef centrale, séparée de la zone destinée à la congrégation par trois arches sur des colonnes de marbre. Cette séparation, qui apparaît dans d’autres églises asturiennes, ne se répète dans aucune autre structure similaire. Les treillis au-dessus des arches et le mur qui entoure l’arche centrale ont été réutilisés depuis les origines wisigothiques au 7ème siècle.

À l’extérieur de l’église, il convient de noter le grand nombre de contreforts (32) qui semblent dans certains cas avoir une fonction purement esthétique. À proximité de cette église se trouve le Centre d’information pré-roman asturien, situé dans l’ancienne gare de Norte de la Cobertoria.

Quatrième période (866 à 910)
Cela comprend le règne d’Alphonse III, qui est arrivé au trône à l’âge de 18 ans, à la mort de son père, Ordoño I, marquant le zénith du royaume des Asturies. L’expansion contre l’Islam l’a conduit à conquérir Porto et Coimbra dans le Portugal actuel, et il a repoussé les frontières du royaume jusqu’au Mondego, repeuplant Zamora, Simancas, Toro et toute la région connue sous le nom de Campos Góticos. L’idée du royaume asturien comme une continuation des Wisigoths à Tolède a été pleinement assumée, impliquant l’obligation de reconquérir tout le territoire occupé par les musulmans. Cette idée a été reflétée dans les chroniques historiques, comme la Crónica Albeldense, écrite à Oviedo en 881, qui raconte l’histoire du royaume gothique (Ordo Gentis gothorum), suivie de la monarchie asturienne (Ordo Gothorum Obetensium fíegnum). Le moment d’expansion et de maturité du royaume s’est également reflété dans une revitalisation culturelle promue par la cour, impliquant le renouveau architectural et artistique.

L’expansion progressive du royaume et son pouvoir croissant ont également attisé l’ambition des trois fils d’Alphonse III (García I, Ordoño II et Fruela II), qui, encouragés par un certain nombre de nobles, dépossédèrent le roi et le confinèrent dans la ville de Boiges. , aujourd’hui Valdediós). Même ainsi, ils lui ont permis de mener une dernière campagne contre les musulmans à Zamora, où il a été victorieux une fois de plus. Il est mort à son retour, en décembre de l’année 910. Décrit dans les chroniques comme “Grand Roi et Empereur” (Magnus Imperatore ImpemtorNoster), le roi qui avait réalisé la plus grande expansion du royaume depuis sa fondation par Pelayo, ne pouvait pas Empêcher son depuis le diviser en trois parties, les Asturies, la Galice et la Castille-León, signifiant la disparition du royaume des Asturies.

San Salvador de Valdediós et Santo Adriano de Tuñón sont les deux églises construites par ce monarque, en plus de la fontaine Foncalada (fonte incalata) dans le centre d’Oviedo, et les objets en or de la Croix de la Victoire et de l’Agate déjà mentionnés.

L’église de San Salvador de Valdediós se trouve dans la vallée des Boides (Villaviciosa), où Alphonse III a été détenu lorsqu’il a été dépossédé par ses fils, et où il y avait un ancien couvent régi par l’ordre bénédictin, substitué au 13 siècle par les cisterciens. L’église connue sous le nom de «chapelle des évêques» a été consacrée le 16 septembre 893, avec sept évêques présents, et repose sur un plan basilical classique avec un triple sanctuaire, séparant la nef centrale des bas-côtés avec quatre arcs en plein cintre.

À l’extrémité ouest, il y a trois enceintes, la centrale servant de vestibule d’accès, et deux situées à gauche et à droite, qui ont pu abriter des pèlerins. La voûte sur la nef centrale, comme celle sur les absides, est barreled avec un plafond de brique et décorée avec la peinture de mur d’al fresco, en alternant une variété de conceptions géométriques.

La tribune royale est située au-dessus du vestibule, séparée de la zone destinée à la congrégation (spatium fidelium) dans la nef centrale, et celle-ci de la zone consacrée à la liturgie par des grilles de fer, a maintenant disparu. Les éléments particuliers de cette église comprennent la galerie couverte annexée à la façade sud à une date ultérieure ou Royal Portico, les colonnes carrées de 50 cm sur les arcs des nefs centrales, la fenêtre à trois arcs ouverte dans l’abside centrale et la pièce au-dessus, accessible exclusivement de l’extérieur par une fenêtre qui a ici deux ouvertures, par rapport aux trois habituels.

L’église de Santo Adriano de Tuñón est située sur la rive de la rivière Trubia, à côté d’une ancienne route romaine. Fondé le 24 janvier 891, il se dresse sur un plan classique de basilique, bien qu’aux 17ème et 18ème siècles il a été prolongé avec une structure de nef à l’extrémité occidentale, et un pignon de cloche. Les peintures al fresco dans cette église sont les seuls restes du travail des peintres mozarabes dans un atelier d’art asturien.

Enfin, la fontaine Foncalada, seule construction civile supérieure médiévale conservée en Espagne, a été construite à l’extérieur des murs de la ville d’Oviedo, avec des blocs de pierre et un toit en intersection, une voûte en berceau et un plan rectangulaire. L’intersection de la toiture est surmontée d’un fronton triangulaire, sculpté de la Croix de la Victoire, caractéristique d’Alphonse III, sous lequel court l’inscription typique du royaume des Asturies:

“Hoc Signo tvetvr pivs, hocigno vincitvr inimicvs”

Cinquième période (910 à 925)
Avec la mort d’Alphonse III et la division du royaume des Asturies entre ses fils, le préromage asturien est entré dans sa dernière étape avec deux constructions. Le premier d’entre eux est l’église de San Salvador de Priesca (à quelques kilomètres de Valdediós), consacrée le 24 septembre 921, qui a la référence architecturale et décorative du modèle établi par Santullano, et non des travaux ultérieurs. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, il subit plusieurs reconstructions, modifiant notamment les structures attenantes au vestibule, en les communiquant avec les bas-côtés.

L’église de Santiago de Gobiendes, située près de Colunga, à côté de la mer et de la chaîne de montagnes Sueve, est la dernière des églises pré-romanes, et comme la précédente, elle suit le modèle de construction de Santullano. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, il subit d’importantes réformes, modifiant l’entrée, la façade, les chapelles principale et latérale.