Musée des cloîtres, New York, États-Unis

The Cloisters est un musée situé à Fort Tryon Park à Washington Heights, dans le Haut-Manhattan, à New York, spécialisé dans l’architecture médiévale européenne, la sculpture et les arts décoratifs, avec une attention particulière aux périodes romanes et gothiques. Régi par le Metropolitan Museum of Art, il contient une grande collection d’œuvres d’art médiévales présentées dans des décors architecturaux provenant de monastères et d’abbayes françaises. Ses bâtiments sont centrés autour de quatre cloîtres: les cloîtres Cuxa, Saint-Guilhem, Bonnefont et Trie. Après leur acquisition par le sculpteur et marchand d’art américain George Gray Barnard, ils ont été démantelés en Europe entre 1934 et 1939 et transférés à New York. Ils ont été intégrés à la collection Cloisters du Metropolitan Museum, acquis par le financier et philanthrope John D. Rockefeller, Jr. Les cloîtres ont été reconstruits dans un dessin de l’architecte Charles Collens.

Le musée est construit sur une colline escarpée et comprend des niveaux supérieurs et inférieurs. Il contient des jardins médiévaux et une série de chapelles intérieures ainsi que des espaces thématiques, dont les salles romanes, fuentidueña, Licorne, espagnoles et gothiques. Il contient environ cinq mille œuvres d’art et d’architecture d’Europe, datant pour la plupart du XIIe au XVe siècle, c’est-à-dire de l’époque byzantine au début de la Renaissance. Les objets variés comprennent des sculptures en pierre et en bois, des tapisseries, des manuscrits enluminés et des tableaux, parmi lesquels les plus connus sont les c. 1422 Le retable du premier méridien des Pays-Bas et le c. 1495-1505 La chasse flamande des tapisseries à la licorne.

La première collection des Cloisters fut construite par Barnard et acquise par Rockefeller en 1925 pour le Metropolitan Museum. Rockefeller a acheté le site à Washington Heights en 1931 comme maison permanente pour les travaux. La conception, l’agencement et l’ambiance du bâtiment ont pour but de susciter un sentiment de vie monastique européenne médiévale. Lors de son ouverture, le musée a été décrit comme une collection “présentée de manière informelle dans un cadre pittoresque, qui stimule l’imagination et crée une ambiance réceptive pour le plaisir”.

Formation et histoire
La base du musée provient de la collection de George Gray Barnard, un sculpteur et collectionneur américain de renom qui a presque créé à lui seul un musée d’art médiéval près de chez lui à Fort Washington. Bien que sculpteur à succès, ses revenus ne suffisaient pas à subvenir aux besoins de sa famille. Barnard était un preneur de risque et menait la plus grande partie de sa vie au bord de la pauvreté. Il a vécu à Fontainebleau, en France, entre 1905 et 1913, où il a échangé des objets européens des 13ème et 14ème siècles pour compléter ses revenus. Dans le processus, il a construit une grande collection personnelle, d’abord en achetant et en vendant des objets autonomes avec des revendeurs français, avant de passer à l’acquisition d’artefacts architecturaux in situ.

Barnard s’intéressait principalement aux abbayes et aux églises fondées par des ordres monastiques du XIIe siècle. Après des siècles de pillage et de destruction pendant les guerres et les révolutions, les populations locales ont réutilisé des pierres provenant de plusieurs de ces bâtiments. Un pionnier en voyant la valeur de ces artefacts, ses acquisitions ont souvent été accueillies avec hostilité par des groupes locaux et gouvernementaux. Pourtant, Barnard était un négociateur astucieux qui avait l’avantage d’un oeil de sculpteur professionnel pour la sculpture sur pierre de haute qualité et en 1907, il avait amassé une collection de haute qualité à un coût relativement bas. Il a probablement payé 25 000 $ pour les bâtiments de Trie, 25 000 $ pour les Bonnefort et 100 000 $ pour les cloîtres de Cuxa. Son succès l’a amené à adapter une vision un peu romantique de lui-même. Il se souvient avoir parcouru la campagne française à vélo et déterré des chefs-d’œuvre gothiques tombés et oubliés depuis longtemps. Il a prétendu avoir trouvé l’effigie de la tombe de Jean d’Alluye face cachée, utilisée comme pont sur un petit ruisseau. En 1914, il avait accumulé suffisamment d’objets de qualité pour ouvrir une galerie à Manhattan, dans l’État de New York.

Barnard négligeait souvent ses finances personnelles et était tellement désorganisé qu’il égarait souvent l’origine ou la provenance de ses achats. Il a vendu sa collection à John D. Rockefeller, Jr. en 1925 lors d’une de ses crises monétaires récurrentes. Ils avaient été introduits par l’architecte William W. Bosworth. Acquise pour le Metropolitan Museum of Art, l’acquisition comprenait des structures qui deviendraient la base et le noyau du musée des Cloisters. Rockefeller et Barnard étaient des opposés polaires à la fois dans le tempérament et dans les perspectives et ne s’entendaient pas; Rockefeller était réservé, Barnard exubérant. Le peintre et critique d’art anglais Roger Fry était à l’époque le principal acheteur européen du Metropolitan et agissait comme intermédiaire. Rockefeller a finalement acquis la collection de Barnard pour environ 700 000 dollars, Barnard étant retenu comme conseiller.

Rockefeller proposa de construire les Cloisters pour le Metropolitan en février 1930. En consultation avec Bosworth, il décida d’installer le musée sur le site de 66,5 acres (26,9 ha) du parc de Fort Tryon, ce qui entraîna l’achat de terrains et de bâtiments du domaine Billings. et d’autres propriétés dans la région de Fort Washington. En 1927, il engage Frederick Law Olmsted Jr., fils de l’un des concepteurs de Central Park et de la firme Olmsted Brothers, pour créer un parc qu’il fait don à New York en 1935. Le bâtiment Cloisters et ses 4 hectares ) les jardins ont été conçus par Charles Collens. Ils incorporent des éléments des abbayes en catalan et en France. Des pièces de Sant Miquel de Cuixà, de Saint-Guilhem-le-Désert, de Bonnefont-en-Comminges, de Trie-sur-Baïse et de Froville ont été démontées pierre par pierre et expédiées à New York où elles ont été reconstruites et intégrées ensemble cohérent. Les travaux de construction ont duré cinq ans à compter de 1934. Rockefeller a acheté plusieurs centaines d’acres des palissades du New Jersey, dont il a fait don à l’État afin de préserver la vue du musée.

Collection

Objets
La collection d’œuvres d’art du musée comprend environ cinq mille pièces individuelles. Ils sont affichés sur une série de pièces et d’espaces, généralement séparés des espaces dédiés aux artefacts architecturaux installés. Les cloîtres renferment plusieurs statuettes en ivoire de la Madone datant du XIVe siècle, principalement en français avec des exemples en anglais. Sa tapisserie la plus connue est la chasse flamande de la licorne, une série de sept textiles tissés à Bruxelles ou à Liège c. 1495-1505. Ils ont été achetés par Rockefeller en 1922 pour environ un million de dollars américains et sont aujourd’hui accrochés dans la salle dédiée aux tapisseries Unicorn à l’étage supérieur du musée.

La peinture sur panneau la plus connue du musée est celle de Robert Campin. 1425-28 Mérode Retable, œuvre fondatrice du développement de la peinture hollandaise, chez The Cloisters depuis 1956. Cette acquisition, financée par Rockefeller, a été décrite à l’époque comme “un événement majeur de l’histoire de la collection au Royaume-Uni”. États”. Le triptyque est bien préservé avec peu de sur-peinture, de lustrage, de couches de saleté ou de perte de peinture. Parmi les autres tableaux de la collection, citons un retable en triptyque de nativité attribué à un disciple de Rogier van der Weyden et les panneaux Jumieges par un maître français inconnu. Parmi les autres œuvres figurent les tapisseries des Neuf Héros et la croix du cloître en ivoire du XIIe siècle, qui contient plus de quatre-vingt-douze personnages finement sculptés et quatre-vingt-dix-huit inscriptions sur son axe. Une croix reliquaire en métal de la France du XIIe siècle contient six séquences de gravures de chaque côté de son axe et sur les quatre côtés de ses bras inférieurs.

Le musée abrite une vaste collection de fresques, de vitraux, de statuettes en porcelaine, de reliquaires en bois et de sanctuaires et de croix en métal, ainsi que des exemples des très rares miniatures gothiques en buis. Il contient des vaisseaux liturgiques et de rares pièces de mobilier et de métal gothiques. De nombreuses pièces ne sont pas associées à un cadre architectural particulier, de sorte que leur emplacement dans le musée peut varier. Certains de ces objets ont une provenance dramatique, y compris ceux qui ont été pillés dans les domaines des aristocrates lors de l’occupation du sud des Pays-Bas par l’armée de la révolution française. La Chasse de la Licorne a été pendant une période utilisée par l’armée française pour recouvrir les pommes de terre et les empêcher de geler. Il a été acheté par Rockefeller en 1922 et six des tapisseries accrochées dans sa maison de New York jusqu’à leur don au Metropolitan Museum of Art en 1938.

Vitrail
La collection de vitraux des Cloître comprend environ trois cents panneaux, généralement français et germaniques et pour la plupart du XIIIe au début du XVIe siècle. Un certain nombre ont été formés à partir de verre opalescent fabriqué à la main. Les œuvres de la collection se caractérisent par des couleurs vives et des motifs et des motifs souvent abstraits; beaucoup ont une image de dévotion comme pièce maîtresse. Les œuvres en métal de la collection (qui contiennent des colorants de l’époque gothique élevée soulignent les effets de la lumière, en particulier les transitions entre l’obscurité, l’ombre et l’éclairage. La collection Met’s a grandi au début du XXe siècle lorsque Raymond Picairn a réalisé des acquisitions lorsque le verre médiéval n’était pas très apprécié par les connaisseurs et qu’il était difficile à extraire et à transporter.

Jane Hayward, conservatrice au musée de 1969, qui a entamé la deuxième phase d’acquisition du musée, décrit le vitrail comme “sans conteste la forme dominante de la peinture monumentale gothique médiévale”. Elle a acheté c. 1500 fenêtres héraldiques de la Rhénanie, actuellement dans la salle Campin avec le retable Mérode, acquis en 1950. L’ajout de Hayward en 1980 a conduit à une refonte de la salle afin que les pièces installées fassent écho au décor intérieur du retable. Elle a écrit que la salle Campin est la seule galerie du Met “où prédomine l’art domestique plutôt que religieux … un effort conscient a été fait pour créer un intérieur domestique du XVe siècle semblable à celui de l’Annonciation de Campin. panneau.” Parmi les autres acquisitions de cette époque, citons les panneaux de grisaille du château-de-Bouvreuil à Rouen, datant du XIIIe siècle, les verreries de la cathédrale Saint-Gervais-et-Saint-Protais de Sées et les panneaux de la collection Acezat, aujourd’hui aux Héros. Tapisserie Hall. ”

Manuscrits enluminés
Le musée a rassemblé un certain nombre de livres enluminés, dont l’Apocalypse des Cloître Français (vers 1330), les Heures de Jeanne d’Evreux (vers 1325-28) de Jean Pucelle, le Psautier de Bonne de Luxembourg, attribué à Jean Le Noir et les Belles Heures du Duc de Berry (c. 1399-1416) attribuées aux frères Limbourg. En 2015, il a acquis un petit livre d’heures néerlandaises illuminé par Simon Bening. Chacun de ces livres est d’une qualité exceptionnelle et leur acquisition a été une réalisation importante pour les premiers collectionneurs du musée; le consensus était que les cloîtres devraient se concentrer sur les éléments architecturaux et la sculpture et les arts décoratifs pour améliorer la qualité environnementale de l’institution, où les manuscrits étaient considérés comme plus appropriés à la bibliothèque de Morgan dans le bas Manhattan.

Les Belles Heures sont largement considérés comme l’un des plus beaux exemples existants d’illuminations de manuscrits, et le seul livre complet parvenu entre les mains des frères Limbourg. Il a été acheté en 1954 par Rockefeller de Maurice de Rothschild, avec l’intention qu’il soit donné au Metropolitan.

Le manuscrit de Bonne de Luxembourg, longtemps conservé dans une collection privée, n’était connu que par des reproductions photographiques de mauvaise qualité jusqu’à ce qu’il soit acquis par les Cloître en 1969. Il était donc rarement étudié et largement apprécié et était jusque là attribué à Jean Pucelle . Après son acquisition, il a été étudié par un certain nombre d’historiens de l’art, après quoi l’attribution a été attribuée au Noir.

Bâtiment extérieur
Le bâtiment est situé dans une colline escarpée et les chambres et les halls sont répartis entre une entrée supérieure et un rez-de-chaussée. Le bâtiment extérieur qui entoure est principalement moderne et est influencé par et contient des éléments de l’église du 13ème siècle à Saint-Geraud à Monsempron, en France, dont l’extrémité nord-est du bâtiment emprunte surtout. Il a été principalement conçu par l’architecte Charles Collens, qui s’est inspiré des œuvres de la collection de Barnard. Le bâtiment contient un certain nombre d’éléments architecturaux et de décors déplacés principalement de quatre abbayes françaises, qui entre 1934 et 1939 ont été transportés, reconstruits et intégrés à de nouveaux bâtiments dans un projet supervisé par Collins. Il a dit à Rockefeller que le nouveau bâtiment “devrait présenter un contour bien étudié, réalisé dans la forme la plus simple de pierre apparaissant naturellement au sommet d’une colline rocheuse. Après avoir parcouru les livres du Boston Athenaeum, nous avons trouvé un bâtiment à Monsempron, dans le sud de la France, d’un type qui se prêterait de manière très satisfaisante à un tel traitement. ”

Les architectes ont cherché à la fois à commémorer le rôle de la colline nord dans la Révolution américaine et à offrir une vue imprenable sur la rivière Hudson. La construction de l’extérieur a commencé en 1935. La pierre provient de plusieurs sources européennes, principalement du calcaire et du granit, et comprend quatre fenêtres gothiques du réfectoire de Sens et neuf arcades. Le dôme de la chapelle Fuentidueña était particulièrement difficile à intégrer dans la zone prévue. L’altitude est est principalement formée de calcaire et contient neuf arcades du prieuré bénédictin de Froville et quatre fenêtres gothiques françaises du monastère dominicain de Sens.

Le musée est un monument bien connu de la ville de New York et a été utilisé comme lieu de tournage. En 1948, la réalisatrice Maya Deren a utilisé ses remparts comme toile de fond pour son film expérimental Meditation on Violence. Cette année-là, le réalisateur allemand William Dieterle a utilisé les Cloisters comme lieu de culte dans son film Portrait of Jennie. Le film de 1968, Coogan’s Bluff, utilisait les voies et les voies du site pour une course de motos pittoresque.

Jardins
Pendant les périodes de troubles politiques et d’invasion militaire, les jardins sont devenus essentiels pour la survie de la communauté. Les trois jardins du Cloître, le Judy Black Garden au Cuxa Cloister au niveau principal et les jardins de Bonnefont et Trie Cloisters au niveau inférieur, ont été aménagés et plantés en 1938. Ils contiennent une variété d’espèces médiévales rares, avec un total de de plus de 250 genres de plantes, de fleurs, d’herbes et d’arbres, ce qui en fait l’une des plus importantes collections de jardins spécialisés au monde. La conception du jardin a été supervisée par le conservateur James Rorimer lors de la construction du musée. Margaret Freeman, qui a mené des recherches approfondies sur la conservation des plantes et leur symbolisme au Moyen-Age. Aujourd’hui, les horticulteurs s’occupent des jardins; les membres les plus anciens sont également des historiens des techniques de jardinage des 13ème et 14ème siècles.

Cloître

Cuxa
Les cloîtres de Cuxa sont situés du côté sud du niveau principal du bâtiment et sont structurellement et thématiquement la pièce maîtresse du musée. Elles provenaient de l’abbaye bénédictine de Sant Miquel de Cuixà sur le mont Canigou, dans le nord-est des Pyrénées françaises, fondée en 878. Le monastère a été abandonné en 1791 et environ la moitié de ses pierres ont été transférées à New York entre 1906 et 1907. Jusque-là, l’abbaye était en mauvais état; son toit s’est effondré en 1835, son clocher est tombé en 1839. L’installation est devenue l’une des premières grandes entreprises du métropolitain après l’acquisition de la collection de Barnard. Après un travail intensif au cours de l’automne et de l’hiver 1925-1926, les Cloître Cuxa ont été ouverts au public le 1er avril 1926.

Le jardin en forme de quadrilatère formait autrefois un centre autour duquel les moines dormaient dans des cellules. Le jardin d’origine semblait avoir été bordé par des allées autour d’arcs adjacents bordés de chapiteaux entourant le garth. Il est impossible maintenant de représenter uniquement des espèces et des arrangements médiévaux; ceux du jardin de Cuxa sont des approximations de botanistes spécialisés dans l’histoire médiévale. Le plan le plus ancien du bâtiment d’origine décrit les lys et les roses. Bien que les murs soient modernes, les chapiteaux et les colonnes sont originaux et taillés dans le marbre rose du Languedoc des Pyrénées. L’intersection des deux passerelles contient une fontaine à huit côtés.

Saint-Guilhem
Les cloîtres de Saint-Guilhem ont été extraits du site du monastère bénédictin de Saint-Guilhem-le-Désert et datent de 804 à 1660. Leur acquisition vers 1906 fut l’un des premiers achats de Barnard. Le transfert à New York a impliqué le mouvement d’environ 140 pièces, dont des chapiteaux, des colonnes et des pilastres. Les sculptures sur les piliers et les colonnes de marbre rappellent les sculptures romaines et sont enroulées par un feuillage extravagant, y compris des vignes. Les chapiteaux contiennent des feuilles d’acanthe et des têtes grotesques, notamment des personnages de la présentation au temple, de Daniel dans la fosse aux lions et de la bouche de l’enfer, ainsi que des pilastres et des colonnes. Les sculptures semblent préoccupées par les maux de l’enfer. Ceux à côté de la gueule de l’enfer contiennent des représentations du diable et des bêtes tourmentantes, avec, selon Young, «des parties du corps semblables à des animaux et des sabots fendus enchaînés pour être jetés dans la bouche d’un monstre renversé».

Les cloîtres de Guilhem sont situés dans une section intérieure du niveau supérieur du musée et sont beaucoup plus petits que ceux d’origine. Son jardin renferme une fontaine centrale et des plantes en pots, dont un vase en faïence émaillée du XVe siècle. La zone est couverte par un puits de lumière et des panneaux de verre qui conservent la chaleur en hiver. Rockefeller avait d’abord voulu un haut toit et des fenêtres de bureau, mais il était convaincu par Joseph Breck, conservateur des arts décoratifs au Metropolitan, d’installer un puits de lumière. Breck a écrit à Rockefeller qu ‘«en remplaçant le plafond par un puits de lumière, la sculpture est correctement éclairée, car la lumière tombe de manière naturelle; le visiteur a le sentiment d’être ouvert et son attention est donc pas attiré par la superstructure moderne. ”

Bonnefont
Les cloîtres de Bonnefont étaient assemblés à partir de plusieurs monastères français; la plupart proviennent d’une Abbaye cistercienne de Bonnefont de la fin du XIIe siècle à Bonnefont-en-Comminges, au sud-ouest de Toulouse. L’abbaye était intacte au moins jusqu’en 1807 et, dans les années 1850, tous ses éléments architecturaux avaient été retirés du site, souvent pour la décoration des bâtiments voisins. Barnard acheta les pierres en 1937. Les cloîtres de Bonnefont comptent aujourd’hui 21 chapiteaux doubles et entourent un jardin qui contient de nombreuses caractéristiques typiques de la période médiévale, notamment une tête de puits centrale, des parterres de fleurs surélevés et des clôtures de bois. Les billes sont très ornées et décorées, certaines avec des figures grotesques.

Le jardin intérieur a été construit avec un nèfle du type de celui de la chasse aux tapisseries de la Licorne, centré autour d’une tête de puits placée à Bonnefont-en-Comminges au XIIe siècle.

Trie
Le cloître des Trie a été réalisé à partir de deux structures françaises datant de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle. Les cloîtres provenaient principalement du couvent des Carmélites de Trie-sur-Baïse, dans le sud-ouest de la France, dont l’abbaye d’origine, à l’exception de l’église, a été détruite par les Huguenots en 1571. Un certain nombre de petits contreforts étroits ont été ajoutés à Breck . Le jardin rectangulaire abrite environ 80 espèces de plantes et contient une grande fontaine en calcaire au centre.

Comme ceux de Saint-Guilhem, les cloîtres Trie ont reçu une couverture moderne. Le couvent de Trie-sur-Baïse comptait 80 chapiteaux de marbre blanc sculptés entre 1484 et 1490. Dix-huit ont été déplacés à New York et contiennent de nombreuses scènes bibliques et des incidents de la vie des saints. Un certain nombre de sculptures sont laïques, y compris celles de personnages légendaires tels que Saint George et le Dragon, “l’homme sauvage” confronté à un monstre grotesque, et une tête grotesque coiffée d’un chapeau inhabituel et fantaisiste. Les chapiteaux sont placés dans l’ordre chronologique, en commençant par Dieu dans l’acte de création au coin nord-ouest, Adam et Eve dans la galerie ouest, suivis par la reliure d’Isaac et Matthieu et Jean écrivant leurs évangiles. Les chapiteaux de la galerie sud illustrent des scènes de la vie du Christ.

Chapelles et salles

Chapelle Gothique
La chapelle gothique est située au rez-de-chaussée du musée et a été construite pour exposer ses vitraux et ses grandes collections de sculptures. L’entrée du niveau supérieur du premier hall gothique est éclairée par des vitraux à double lancette sculptés des deux côtés et acquis de l’église de La Tricherie, en France. L’entrée au niveau du sol passe par une grande porte sur son mur est. Cette entrée commence par une arche gothique pointue menant à de hauts plafonds saillants, à des voûtes nervurées et à des contreforts. Les trois fenêtres du centre proviennent de l’église de Sankt Leonhard, dans le sud de l’Autriche, du c. 1340. Les panneaux de verre comprennent une représentation de Martin de Tours ainsi que des motifs complexes de médaillon. Le verre sur le mur est provient de l’abbaye d’Evron, en Normandie, et date d’environ 1325. L’abside contient trois grandes sculptures par les fenêtres principales; deux plus grandes que les saints femelles de taille réelle datant du 14ème siècle et un évêque bourguignon datant du 13ème. La grande sculpture en calcaire de Sainte Marguerite sur le mur par les marches remonte aux environs de 1330 et provient de l’église de Santa Maria de Farfanya (ca) à Lleida, en Catalogne (Espagne).

Chacune des six effigies couchées a été décrite comme des exemples suprêmes de l’art sépulcral. Trois d’entre elles proviennent du monastère de Bellpuig (ca) en Catalogne actuelle. Le monument directement en face des fenêtres principales est le c. 1248-67 sarcophage de Jean d’Alluye, chevalier des croisades, que l’on pense être revenu de Terre Sainte avec une relique de la Vraie Croix. Il est montré comme un jeune homme, les yeux ouverts et habillé en armure de chaîne, avec son épée longue et son bouclier. L’effigie féminine d’une femme provenait de Normandie, date du milieu du 13ème siècle et est peut-être celle de Marguerite de Gloucester. Bien que reposant sur une base moderne, elle est habillée dans un style aristocratique contemporain, notamment un manteau, une cotte, une ceinture cloutée et une broche en forme de collier.

Chapelle de Fuentidueña
La chapelle Fuentidueña est la plus grande salle du musée. Elle est traversée par une large porte en chêne flanquée de sculptures comprenant des animaux sauteurs. Sa pièce maîtresse est l’abside de Fuentidueña, un évidement roman semi-circulaire datant de c. 1175-1200, provenant de l’église Sainte-Jeanne de Fuentidueña, Ségovie. Au 19ème siècle, l’église a été longtemps abandonnée et en mauvais état. Il a été acquis par Rockefeller pour le Metropolitan en 1931 pour être incorporé dans les cloîtres. La structure a été retirée du site et reconstruite aux Cloisters à la fin des années 1940, un processus qui consistait en l’envoi de près de 3300 blocs, principalement du grès et du calcaire, d’Espagne à New York. L’acquisition fait suite à trois décennies de négociations complexes et de diplomatie entre l’église espagnole et les hiérarchies et gouvernements historiques et artistiques des deux pays. Il a finalement été échangé dans le cadre d’un accord portant sur le transfert de six fresques de San Baudelio de Berlanga au Prado, sur un prêt à long terme. Chaque bloc a été catalogué individuellement et déplacé à New York dans l’une des 839 caisses. La reconstruction a été tellement vaste et complexe que le projet a nécessité la démolition de l’ancienne «salle d’exposition spéciale» pour faire place à l’installation. La chapelle a été ouverte au public en 1961, sept ans après le début de son instillation.

L’abside se compose d’une large arche menant à une voûte en berceau et culmine avec un demi-dôme. Les chapiteaux à l’entrée contiennent des représentations de l’Adoration des Mages et de Daniel dans la fosse aux lions. Les piliers montrent Martin de Tours à gauche et l’ange Gabriel annonçant à la Vierge à droite. La chapelle comprend un certain nombre d’autres œuvres d’art médiéval contemporain. Ils comprennent, dans la coupole, une grande fresque datant de 1130 à 1550, de l’église espagnole de Sant Joan de Tredòs. La colorisation de la fresque ressemble à une mosaïque byzantine et est dédiée à l’idéal de Marie comme mère de Dieu. Pendre dans l’abside est un c. 1150-1200 crucifix du couvent de St. Clara (es) à Astudillo, en Espagne. Son revers contient une représentation de l’Agnus Dei (Agneau de Dieu), orné de feuillages rouges et bleus à ses cadres.

Le mur extérieur contient trois petites fenêtres étroites et sur pilotis, conçues pour laisser entrer le maximum de lumière. Les fenêtres étaient à l’origine installées dans des murs de forteresse imposants; selon l’historienne de l’art Bonnie Young, “ces petites fenêtres et les murs massifs de type forteresse contribuent au sentiment d’austérité … typique des églises romanes”.

Chapelle de Langon
La chapelle Langon est située au rez-de-chaussée du musée. Sa paroi droite provient de la cathédrale romane Notre-Dame-du-Bourg de Digne et date du c. 1126. La salle capitulaire se compose d’une nef à une seule nef, transepts et d’une petite église bénédictine de c. 1115 de Notre Dame de Pontaut, alors dans la négligence et le délabrement. Une fois acquis, son niveau supérieur était utilisé comme lieu de stockage pour le tabac. Environ les trois quarts de sa pierre d’origine ont été transférés à New York.

La chapelle est entrée depuis la salle romane par une porte comprenant une grande entrée en pierre gothique élaborée à la demande de la cour bourguignonne et provenant de l’abbaye de Moutiers-Saint-Jean en Bourgogne. Des sculptures sur la porte en calcaire oolitique blanche élaborée représentent le couronnement de la Vierge et contiennent des chapiteaux et des statuettes sur les piliers extérieurs; y compris deux rois positionnés dans les embrasures et divers anges agenouillés. Les sculptures des anges sont placées dans les archivoltes au-dessus des rois.

Moutiers-Saint-Jean a été saccagé, brûlé et reconstruit à plusieurs reprises. En 1567, l’armée huguenote retire les têtes des deux rois et, en 1797, l’abbaye est vendue comme ruine pour la reconstruction. Le site est en ruine depuis des décennies et a perdu d’autres éléments sculpturaux, jusqu’à ce qu’il soit redécouvert par Barnard qui organisait le transfert des entrées à New York. La porte était le portail principal de l’abbaye et était probablement la porte du transept sud. Les grandes sculptures figuratives situées de part et d’autre de la porte représentent les premiers rois francs, Clovis I (m. 511) et son fils Chlothar I (m. 561). Les piles sont bordées de rangées de statuettes élaborées et très détaillées, qui sont pour la plupart installées dans des niches et qui sont gravement endommagées; la plupart ont été décapités. Les têtes du capital de droite représentaient pendant un temps la représentation d’Angleterre Henri II. Sept chapiteaux survivent de l’église d’origine, avec des sculptures de personnages ou de têtes humaines, dont certaines ont été identifiées comme des personnes historiques, y compris Eleanor d’Aquitaine.

Salle romane
La salle romane contient trois grandes portes d’église. L’entrée monumentale bourguignonne arquée est de Moutier-Saint-Jean de Réôme en France et date de c. 1150. Deux animaux sont taillés dans les clefs de voûte, tous deux reposent sur leurs pattes arrière comme s’attaquant mutuellement. Les chapiteaux sont bordés de sculptures d’animaux et d’oiseaux réels et imaginaires, ainsi que de feuilles et d’autres animaux. Les deux premières portes sont de Reugny, Allier et Poitou dans le centre de la France. La salle contient quatre grandes sculptures en pierre du début du XIIIe siècle représentant l’Adoration des Mages, des fresques d’un lion et d’une vouivre du monastère de San Pedro de Arlanza, dans le centre-nord de l’Espagne. À gauche de la salle, des portraits de rois et d’anges, provenant également du monastère de Moutier-Saint-Jean.

La salle contient trois paires de colonnes sur une porte avec des archivoltes moulées prises de l’église des Augustins à Reugny. Le site a été gravement endommagé pendant les guerres de religion françaises et à nouveau pendant la Révolution française. En 1850, la plupart des structures furent vendues à Piere-Yon Verniere et acquises par Barnard en 1906.

Bibliothèque et archives
The Cloisters contient une des treize bibliothèques du Metropolitan. Se concentrant sur l’art et l’architecture médiévaux, il contient plus de 15 000 volumes de livres et de revues, les documents administratifs du musée, les documents de conservation et les documents personnels de Barnard, ainsi que des diapositives de documents de musée, facsimilés disques, cartes et enregistrements de représentations musicales au musée. La bibliothèque sert principalement de ressource pour le personnel du musée, mais elle est disponible sur rendez-vous pour les chercheurs, les marchands d’art, les universitaires et les étudiants.

Les artefacts visuels comprennent les premières esquisses et les plans réalisés au cours de la première phase de conception de la construction du musée, ainsi que des collections photographiques historiques. Celles-ci incluent des photographies d’objets médiévaux de la collection de George Joseph Demotte et une série prise pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale montrant des dommages subis par des monuments et des artefacts, y compris des effigies de tombes. Selon le conservateur Lauren Jackson-Beck, ils sont «d’importance primordiale pour l’historien de l’art qui s’intéresse à l’identification du travail original et des domaines de reconstruction ultérieurs». Les tirages de deux séries importantes sont conservés sur microfilm; l’index photographique de l’art en france et l’allemand “index photo de marburg”.

Gouvernance
Le cloître est régi par le conseil d’administration du Metropolitan Museum of Art. Les collections de la métropole appartiennent à une société privée de boursiers et de bienfaiteurs, qui comprend environ 950 personnes. Le conseil d’administration comprend 41 membres élus, plusieurs responsables de la ville de New York et des personnalités honorées par le musée. L’actuel président du conseil d’administration, Daniel Brodsky, a été élu en 2011, après avoir siégé au conseil immobilier de 1984, en tant que fiduciaire du musée et vice-président du comité des bâtiments.

Acquisition et désengagement
Les Cloître acquièrent régulièrement de nouvelles œuvres, mais en tant que musée spécialisé, il est rare que les cessions se produisent. Dans les premières années, Rockefeller finançait l’achat de nouvelles œuvres, achetant souvent de manière indépendante puis faisant un don au musée. Plus récemment, le Metropolitan Museum of Art ne publie pas de chiffres distincts pour les Cloisters, mais l’entité dans son ensemble a dépensé 39 millions de dollars en acquisitions pour l’exercice financier se terminant en juin 2012.

Le cloître cherche à équilibrer sa collection entre les artefacts religieux et laïcs et les œuvres d’art. Avec des pièces laïques, il privilégie généralement ceux qui reflètent l’éventail de la production artistique à l’époque médiévale et, selon l’historien de l’art Timothy Husband, “reflètent le tissu de la vie [médiévale européenne], mais aussi les œuvres d’art à part entière” . ” En 2011, il a acheté le Bath du Falcon, une tapisserie des Pays-Bas méridionaux récemment découverte. 1400-1415. Il est d’une qualité exceptionnelle et l’un des exemples les mieux conservés de son type. Parmi les acquisitions récentes importantes, citons l’achat en 2015 d’un livre d’heures attribué à Simon Bening.

Expositions et programmes
Les paramètres architecturaux, L’atmosphère et l’acoustique du musée en ont un cadre régulier à la fois pour le récital musical et pour le théâtre médiéval. Les mises en scène notables du film “Le miracle de Théophile” en 1942, et l’adaptation de John Gassner “La deuxième pièce des bergers” en 1954. Des expositions importantes récentes arts de l’Ontario.