Réalisation d’une collection. An Art Archive of Campania, Madre – Musée d’art contemporain de Donnaregina

Per_formare una collezione («Per_forming a collection») est le projet (en cours en 2013) consacré par la Madre à la formation progressive de sa collection permanente, conçue comme un organisme «per_formative» qui explore en temps réel l’identité et les fonctions de le musée. A partir de 2016 Per un archivio dell’arte en Campanie fait partie de ce projet et le complète comme une enquête progressive consacrée aux pratiques artistiques actives sur le territoire de la région Campanie et dans lesquelles le musée Madre opère.

Dans le couloir qui mène à la Columns Gallery («Sala delle Colonne», premier étage), les œuvres de Carmine Rezzuti (Alfabeto arcaico, «Archaic Alphabet», 2014) et d’Enza Monetti (Swinging, 2016) sont les représentations archétypales qui explorent la relation entre le signe iconique et ses éventuels référents naturels.

Dans la Columns Gallery, les œuvres de Matteo Fraterno (Certosa, 1995), Maurizio Elettrico (Glamtstaxpalaman, 2005) et Vincenzo Rusciano (Not So Bad # 1, 2016) dessinent les contours de cultures fantastiques et de mondes possibles suspendus entre le passé et l’avenir , reconnaissabilité et invention, dimension ludique et analyse critique. L’œuvre Sacchi di notti napoletane («Saks of Neapolitan Nights», 1986) de Lello Masucci fonctionne comme le fond dans lequel la représentation picturale d’un volcan immergé dans un ciel étoilé devient une matière tridimensionnelle et acquiert une cohérence tridimensionnelle. Rosaria Matarese (Alzati e disegna un mondo nuovo, «Debout et dessine un nouveau monde», 1965) comprend les potentialités exploratoires et libératrices de l’œuvre d’art en activant un collage de fragments d’existence – objets, découpes,

Dans la salle suivante, les œuvres photographiques de Salvino Campos (Redemption, 2007-2013) et Luciano Ferrara (Res e Bis, 2010) transforment la reproduction des données objectives et documentaires en une exploration des potentiels de la réalité, révélant son intimité pluralité. Dans la même salle, les œuvres de Mafonso (Tempo, «Time», 2008) et Luigi Auriemma (DIO_GENE, 2016) semblent donner forme au langage, analysant l’interconnexion entre la pensée, le mot, l’image et la dimension espace-temps de l’expérience d’exposition. .

Au deuxième étage, dans la première des Front Galleries («Sale Facciata»), l’installation environnementale de Lello Lopez (Companion, 2012) approfondit cette interconnexion qui se déploie comme une narration de mots et d’images que l’artiste situe dans le contexte culturel inter-méditerranéen , et le travail d’Anna Maria Gioja (Senza titolo, «Untitled», 1987) – présentés avec les œuvres déjà en collection par Mathelda Balatresi, Tomaso Binga, Maria Adele Del Vecchio, Gruppo XX et Rosa Panaro – élabore la densité de la le matériau pictural comme un corps performatif qui, tout en le représentant, réfléchit aussi sur son propre point de vue et sur sa propre relation avec le monde extérieur.

Au rez-de-chaussée, dans la galerie Show_Yourself @ Madre, est présentée l’installation multimédia The First Ship (2018) de Maurizio Igor Meta, réalisée avec le soutien de la Fondazione Campania dei Festival – Napoli Teatro Festival Italia: une narration ouverte sur l’histoire de une famille qui devient une réflexion sur l’archive dynamique / mémoire / invention, une histoire du «court siècle» qui vient de passer et sa réverbération sur une individualité contemporaine en transit.

Enfin, à la frontière entre la cour intérieure et la cour des sculptures, est présentée l’œuvre permanente de Paul Thorel, Passaggio della Vittoria (2018), une grande mosaïque en porcelaine et grès émaillé, réalisée avec le soutien de Mutina for Art et inspirée du blanc mosaïque qui recouvre la voûte de la Galleria della Vittoria, l’allée de 609 mètres reliant la ville de Naples d’est en ouest et vice versa. Un ensemble de formes, segments, paraboles, horizons et couleurs, sur fond blanc, qui accompagne le visiteur d’un point à un autre de sa visite.

Madre – Musée d’art contemporain Donnaregina
Le Madre · museo d’arte contemporanea Donnaregina est situé au cœur du vieux Naples, sur ce que l’on appelle la “Via dei Musei”, à quelques pas du Duomo, du Museo Archeologico Nazionale et de l’Accademia di Belle Arti, où se situe l’ancien quartier de San Lorenzo.

Le musée tire son nom du bâtiment qui l’héberge, le Palazzo Donnaregina, qui, comme tous les environs, doit son nom au monastère de Santa Maria Donnaregina, fondé par les Souabes (13e siècle), puis agrandi et reconstruit en 1325 par la reine Marie de Hongrie, épouse de Charles II d’Anjou. Tout ce qui reste de l’ancien complexe monastique est l’église du même nom, qui surplombe la Piazza Donnaregina, construite à l’époque baroque, et la «vieille» église de style gothique du XIVe siècle de Donnaregina, qui a déjà accueilli des expositions et des événements spéciaux organisé par le Musée.

Le musée Madre est le témoin d’une histoire qui a fait de la Campanie un carrefour des arts contemporains, orienté vers l’étude et la documentation du passé à travers la sensibilité et les langues contemporaines et ainsi capable d’agir dans le présent et de dessiner l’avenir.