Maison Ostroukhov à Trubniki, Moscou, Russie

La maison d’Ilya Ostroukhov à Trubniki est la salle d’exposition du musée d’État Dahl d’histoire de la littérature russe, située à Moscou, ruelle Trubnikovsky, 17. Elle est située dans l’ancien hôtel particulier de l’artiste et collectionneur Ilya Ostroukhov, qui y résidait. de 1890 à 1929. Le musée organise régulièrement de grands projets d’exposition, mais n’a pas d’exposition permanente.

Biographie
Ilya Semenovich Ostroukhov (20 juillet [1 août] 1858, Moscou – 8 juillet 1929, Moscou) – peintre paysagiste russe, collectionneur.

Membre de l’association des expositions d’art itinérantes, de l’Union des artistes russes, académicien de l’Académie des arts de Saint-Pétersbourg. Ami de PM Tretyakov, l’un des dirigeants de la galerie Tretyakov.

Il venait d’une famille de marchands aisés. En 1870, il s’inscrivit à “l’Académie des sciences commerciales pratiques de Moscou”. Là-bas, il s’intéresse à la zoologie et commence une correspondance avec Alfred Brehm. Il a également commencé une collection entomologique qui serait plus tard donnée à l’Université de Moscou et a écrit un petit livre intitulé Angling for Fish (1877).

Il n’a pris ses premières leçons d’art qu’en 1880, lorsqu’il a développé le désir de devenir peintre après avoir assisté à une exposition de peintures de paysages mise en scène par les Peredvizhniki. Craignant d’être trop âgé pour commencer à fréquenter une école d’art, il cherchait quelqu’un pour lui donner des cours particuliers. Une vieille connaissance l’a présenté à Alexander Kiselyov, qui travaillait à cette époque dans une école privée de filles et qui lui donnait des cours particuliers.

L’année suivante, il se sentit suffisamment en confiance pour étudier avec Ilya Repin. Ce Noël-là, il travailla avec Victor Vasnetsov à la conception et à la création de décorations pour un spectacle chez Savva Mamontov. Après cela, il est devenu un visiteur régulier à Abramtsevo, dessinant les paysages et l’architecture.

Pendant ce temps, il a postulé à l’Académie Impériale des Arts, mais n’a été autorisé qu’à auditer les cours. Le soir, il étudie le dessin à la Société impériale de promotion de l’art et prend plus de leçons de Repin. Jusqu’en 1884, il passa également quelque temps dans l’atelier de Pavel Chistyakov. En 1886, il put étudier avec Vladimir Makovsky à l’école de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou. La même année, il présente deux tableaux lors de la quatorzième exposition des Peredvizhniki et expose régulièrement avec eux par la suite. devenir membre en 1891.

La galerie Tretiakov
Il développera également une amitié étroite avec Pavel Tretyakov, qui achète plusieurs de ses premiers tableaux. Après la mort de Tretyakov en 1898, la Douma de la ville de Moscou choisit Ostroukhov comme l’un des administrateurs de la galerie Tretyakov. De 1899 à 1903, il a présidé de facto au conseil d’administration, puis a été limogé pour avoir trop dépensé en acquisitions.

Apparemment contrarié par l’affaire, il s’est retiré dans un spa des Vosges pour récupérer. En 1905, après quelques discussions, la Douma l’élit président du conseil d’administration. Tout s’est bien passé jusqu’en 1913, quand un assaillant brandissant un couteau a coupé Ivan le Terrible et son fils Ivan, le tableau d’Ivan le Terrible de Repin. Cela donna aux adversaires d’Ostroukhov une chance de l’attaquer. Il a démissionné et, par accord mutuel avec la Douma, a été remplacé par Igor Grabar.

Durant cette période (qui comprenait également l’organisation de l’exposition russe à l’Exposition universelle (1900) et l’élection à l’Académie impériale en 1906), il avait pratiquement abandonné la peinture. Ce n’est qu’en 1916, lorsqu’il passa quelque temps avec des amis en Crimée, qu’il se remit à dessiner. Deux ans plus tard, il a tenu sa dernière exposition à part entière avec les Peredvizhniki.

Collectionneur
En plus de son travail à la galerie Tretyakov, il était également un collectionneur remarquable. commençant dans les années 1890 après son mariage dans la riche famille de marchands de thé Botkin et l’acquisition d’une grande maison en guise de dot. Il a accumulé plus de 300 peintures (y compris des icônes médiévales) et 500 dessins. principalement par des artistes russes, mais Degas, Manet, Renoir et Matisse étaient également représentés. L’allégorie de la foi de Vermeer est l’un de ses points forts. Il possédait également une bibliothèque de plus de 12 000 volumes. notamment une copie de la Divine Comédie de 1515 et un Decameron de 1757. En 1918, sa collection est nationalisée en tant que musée public et il est nommé conservateur à vie.

En mars 1929, lorsqu’il se retrouva privé de son droit de vote en tant qu’ancien propriétaire, il était en très mauvaise santé et presque aveugle. Il est mort quatre mois plus tard. Peu de temps après, le musée a été fermé et sa veuve s’est limitée à l’utilisation de deux pièces de la maison. Elle est décédée en 1935. Sa collection a été transférée à la galerie Tretyakov. Plus tard, la maison a été rouverte en tant que branche du “Musée littéraire d’État”.

Bâtiment
Le bâtiment en bois du musée appartient aux bâtiments de Moscou après l’incendie qui a éclaté en 1812. Les Français ont construit son bâtiment dans les années 1820. Il a survécu à plusieurs reconstructions majeures – en 1858, 1870 et 1889. Pendant cette période, le jardin a été perdu les bâtiments de la cour ainsi que les limites du site ont été modifiés. E. Solntseva fut le premier propriétaire de la maison. Dans les années 1880, le bâtiment fut acquis par les marchands Dmitry et Peter Botkin. L’artiste Ilya Ostroukhov en devint propriétaire en 1890 après avoir épousé la fille de Petr Botkin, Nadezhda.

Depuis ce temps, Ostroukhov a commencé à constituer sa collection d’art, composée principalement de croquis d’artistes russes, d’œuvres des impressionnistes et d’une collection d’icônes. En 1891, la collection Ostroukhov est ouverte au public. Le nombre d’objets exposés a augmenté et, en 1905, une extension en brique a été construite sur la maison. Neuf ans plus tard, un deuxième étage et une dépendance en pierre résidentielle dans la cour y ont été ajoutés.

Après la révolution, en 1918, le domaine fut nationalisé et transformé en une branche de la galerie Tretyakov portant le nom de “Musée d’iconographie et de peinture, nommé d’après IS Ostroukhova”. Depuis 1979, le manoir fait partie du musée littéraire d’État. Lors de la restauration du bâtiment, l’apparence historique de la fin du XIXe siècle a été restaurée, la structure et la décoration internes ont été restaurés.

Histoire de la collection
Tout au long de sa vie, Ilya Ostroukhov aimait beaucoup collectionner. En tant qu’artiste accompli, il a commencé à rassembler des esquisses et des esquisses de ses collègues du cercle artistique Abramtsevo. Le premier de sa collection est le dessin de Vasily Polenov “Le bateau”, qui lui a été présenté en 1883. Cependant, la plus grande partie de la collection a été constituée dans les années 1890. Selon la critique d’art Lidia Iovleva, Ostroukhov a commencé à présenter ses premières expositions au cours de ses fréquents voyages en Europe. Il s’agissait de “lampes espagnoles médiévales, de faïences de Copenhague, d’objets ménagers et religieux égyptiens provenant des fouilles ainsi que de vases et de vases gréco-romains Porcelaines chinoises et éventails et gravures japonaises ».

L’amitié avec Pavel Tretyakov a eu une grande influence sur le goût artistique et la collection d’Ostroukhov. Après sa mort, en 1913, Ostroukhov a été élu membre du conseil d’administration de la galerie Tretyakov et, à sa tête, depuis 1904. Jusqu’aux années 1900, la collection principale d’Ostroukhov était composée d’œuvres d’artistes russes: Vassili Perov, Ilya Repin, Ivan Kramskoy, Vassili Surikov, Vassili Vasnetsov, Vassili Polenov, Ilya Levitan, Vassili Serov et Mikhail Vrubel.

Au début du XXe siècle, Ostroukhov se lie d’amitié avec Sergueï Diaghilev. La collection est complétée par les œuvres des membres de l’association World of Art: «Spring on the Sea» de Konstantin Somov, aquarelles d’Alexander Benois et Lev Bakst. . L’admiration de l’artiste pour les œuvres des impressionnistes français a exercé une grande influence sur la collection. En 1911, il a même accueilli Henri Matisse chez lui et à la galerie Tretyakov.

Ilya Ostroukhov possédait également l’une des plus grandes collections d’icônes de Russie. Dans sa collection se trouvaient des images d’Andrei Bogolyubsky et de Sergius de Radonezh, œuvres d’Andrei Roublev, anciennes icônes russes de Veliky Novgorod. L’icône du prophète Elie, don du 15ème siècle, occupa une place particulière dans la collection. Comme le rappelle Alexander Benois, Ostroukhov a joué un rôle important dans la vulgarisation de la peinture d’icônes en Russie et à l’étranger:

“Grâce à un certain nombre d’acquisitions exceptionnellement réussies, généralement réalisées grâce à l’aide de son ami, conservateur de la Tretyakov Gallery Chernogubov (un homme du meilleur goût, maîtrisant les combinaisons de collectionneurs et l’habileté), il s’est fait connaître par le nom le plus avancé. , collectionneur des plus éclairés, qui a également fourni des services inestimables à la culture russe … Après tout, la découverte de ce tout nouvel espace de beauté a fait sensation dans le monde entier (grâce à des expositions étrangères). Peter était quelque chose d’amorphe, d’imitante servitude: aujourd’hui, les historiens de l’art occidentaux comptent également sur l’icône russe, tandis que d’autres sont même enclins à assimiler les artistes russes (pas les Bogomazes, mais les artistes), parmi lesquels Andrei Roublev et Dionysius ,avec les trekhentistes et les quattrocentistes italiens. ”

En 1912, Ostroukhov participa à la création de la collection du département des antiquités chrétiennes du musée russe Alexandre III, offrant au musée les services de restaurateurs et d’antiquaires.

Après la mort de l’artiste en 1929, la collection d’Ostroukhov a été retirée du manoir et le musée d’iconographie et de peinture a été fermé. La nièce de Vera Prokhorova, Ilya Ostroukhova, écrivit plus tard dans ses mémoires:

“Le destin de la collection d’Oncle Ilina était tragique. Après la mort inattendue d’Ostroukhov, les valeurs de sa maison ont tout simplement été pillées. Quelque chose a été transféré à la galerie Tretyakov et quelque chose a disparu pour toujours. Comme, par exemple, une image de Titien. Ostroukhov avait à la maison une riche bibliothèque de 12 mille volumes, qui, après sa mort, a également été pillé. C’était un spectacle terrible. Même nous, enfants, comprîmes que quelque chose de terrible et de spontané se produisait. Nous étions autorisés à prendre quelques livres. conservé avec l’ex-libris “De la bibliothèque d’Ilya Ostroukhov.” Les Bolcheviks s’intéressaient peu aux livres. Ils s’intéressaient davantage aux peintures qu’ils exportaient à la hâte. Les icônes traînaient. ”

La majeure partie de la collection, y compris une collection de peintures et d’iconographie, a été transférée en 1929 à la galerie Tretyakov et au musée historique.

La modernité
Depuis 1979, le manoir a à nouveau acquis le statut d’objet de musée et est devenu la propriété du Musée littéraire d’État. En 1983, le bâtiment a inauguré une exposition consacrée au 200e anniversaire de la naissance de Vasily Zhukovsky. De 1984 à 1992, une collection d’œuvres de l’histoire de la littérature russe du XXe siècle a été exposée dans les locaux. En 1992, l’hôtel Ostroukhov acquit le statut de salle d’exposition. Depuis 2014, la maison d’Ostroukhov fonctionne comme un centre scientifique et d’exposition «La maison d’IS Ostroukhov à Trubniki».

Au début de l’année 2018, la «Maison d’IS Ostroukhov à Trubniki» n’a pas d’exposition permanente. En 2011, le musée a remporté le concours “Un musée en mutation dans un monde en mutation |”, créé par la Fondation Potanin pour aider les musées à mettre en œuvre des projets modernes.

Grandes expositions de 2014 à 2018
«Alexander Vertinsky. Legend of the Century »(2014) – organisée à l’occasion du 125e anniversaire du compositeur. Chaque section de l’exposition présente une étape de la vie de l’artiste: art pré-révolutionnaire, émigration, vie à Shanghai, retour en Russie.
«Livres rares de la collection d’Anna Akhmatova dans la collection GLM» (2014).
«Yuri Annenkov. Portraits, illustrations et croquis théâtraux de la collection »(2014) – consacrés au 125e anniversaire du peintre.
«Le monde a commencé à faire peur et à devenir formidable …» (2014) – dédié à la mémoire de la Première Guerre mondiale.
«Les routes d’Isaac Babel» (2014) – a été ouvert au 120ème anniversaire de l’écrivain. La composition de l’exposition temporaire comprenait des manuscrits, des livres, des photographies de la vie. Une visite virtuelle est disponible à l’exposition.
«Pasternak de Moscou dans les événements et les visages» (2015) – dédié au 125e anniversaire du poète.
Exposition consacrée au 125e anniversaire d’Osip Mandelstam (2015) – organisée avec la participation des archives des universités de Princeton et de Heidelberg. L’exposition comprenait des photographies, des autographes, des documents et des éditions à vie. L’exposition est devenue la plus grande en Russie consacrée à Mandelstam.
Exposition de peintures d’Anna Saryan (2016) – dans la salle d’exposition, exposaient des œuvres de collections privées ainsi que de nouvelles œuvres de l’artiste.
La question du logement (2016) est consacrée à la vie et à la vie des écrivains de la période soviétique.
” Douze. Les écrivains russes comme un miroir de la révolution de 1917 », organisée en l’honneur du centenaire de la révolution et relatant le destin de Vladimir Mayakovsky, Alexandre Blok, Alexei Remizov, Ivan Bunin, Zinaida Gippius, Maxim Gorki, Alexei Tolstoï, Marina Tsvetaeva , Maximilian Voloshin, Valery Bryusov, Demyan Poor et Anatoly Lunacharsky. L’espace d’exposition a été divisé en douze salles, chacune racontant la vie d’un écrivain.
«Atlantide littéraire: la vie poétique des années 1990-2000» (2017) – le but de l’événement était de parler de poésie et de littérature post-soviétiques, libres de toute idéologie étatique.
«Rilke et la Russie» (2018) – l’événement était organisé conjointement avec l’Allemagne et la Suisse. L’exposition temporaire comprend environ 280 expositions sur les liens culturels du poète Rainer Rilke avec la Russie.

Le musée dispose d’un centre culturel pour travailler avec les enfants. Les principaux projets – «Non-leçon», «Entertaining Philology», «Writing with Feathers» – visent à développer les compétences créatives des étudiants, à approfondir leurs connaissances de l’histoire de la littérature et à améliorer leurs compétences en écriture.