Robot humanoïde

Un robot humanoïde est un robot dont la forme du corps est conçue pour ressembler au corps humain. La conception peut être à des fins fonctionnelles, telles que l’interaction avec des outils et des environnements humains, à des fins expérimentales, telles que l’étude de la locomotion, ou à d’autres fins. En général, les robots humanoïdes ont un torse, une tête, deux bras et deux jambes, bien que certaines formes de robots humanoïdes ne puissent représenter qu’une partie du corps, par exemple à partir de la taille. Certains robots humanoïdes ont également des têtes conçues pour reproduire les traits du visage humain tels que les yeux et la bouche. Les androïdes sont des robots humanoïdes conçus pour ressembler esthétiquement à l’homme.

Les
robots humanoïdes sont maintenant utilisés comme outils de recherche dans plusieurs domaines scientifiques. Les chercheurs étudient la structure et le comportement du corps humain (biomécanique) pour construire des robots humanoïdes. De l’autre côté, la tentative de simuler le corps humain permet de mieux le comprendre. La cognition humaine est un domaine d’étude axé sur la manière dont les êtres humains tirent des informations sensorielles pour acquérir des compétences perceptuelles et motrices. Ces connaissances sont utilisées pour développer des modèles informatiques du comportement humain et elles se sont améliorées avec le temps.

Il a été suggéré qu’une robotique très avancée faciliterait l’amélioration des humains ordinaires. Voir le transhumanisme.

Bien que l’objectif initial de la recherche sur les humanoïdes soit de construire de meilleures orthèses et prothèses pour l’homme, les connaissances ont été transférées entre les deux disciplines. Quelques exemples sont les prothèses de jambe motorisées pour les personnes souffrant de troubles neuromusculaires, les orthèses de cheville-pied, les prothèses biologiques réalistes de jambe et les prothèses d’avant-bras.

Outre la recherche, des robots humanoïdes sont en cours de développement pour effectuer des tâches humaines telles que l’assistance personnelle, grâce auxquelles ils devraient pouvoir aider les personnes âgées et les malades, ainsi que les tâches sales ou dangereuses. Les humanoïdes conviennent également à certaines professions liées aux procédures, telles que les administrateurs de guichet d’accueil et les ouvriers des lignes de fabrication automobile. Essentiellement, puisqu’ils peuvent utiliser des outils et faire fonctionner des équipements et des véhicules conçus pour la forme humaine, les humanoïdes pourraient théoriquement effectuer n’importe quelle tâche qu’un être humain peut accomplir, à condition qu’il dispose du logiciel approprié. Cependant, la complexité de le faire est immense.

Ils deviennent également de plus en plus populaires comme artistes. Par exemple, Ursula, une femme robot, chante, joue de la musique, danse et parle à son public à Universal Studios. Plusieurs spectacles de parcs à thème Disney utilisent des robots animatroniques qui ressemblent, se déplacent et parlent beaucoup comme des êtres humains. Bien que ces robots aient l’air réaliste, ils n’ont ni cognition ni autonomie physique. Différents robots humanoïdes et leurs applications possibles dans la vie quotidienne sont décrits dans un documentaire indépendant appelé Plug & Pray, sorti en 2010.

Les robots humanoïdes, en particulier ceux dotés d’algorithmes d’intelligence artificielle, pourraient être utiles pour de futures missions d’exploration spatiale dangereuses et / ou lointaines, sans avoir à faire demi-tour et à revenir sur Terre une fois la mission terminée.

Capteurs
Un capteur est un appareil qui mesure certains attributs du monde. Étant l’un des trois primitifs de la robotique (à part la planification et le contrôle), la détection joue un rôle important dans les paradigmes robotiques.

Les capteurs peuvent être classés en fonction du processus physique avec lequel ils travaillent ou en fonction du type d’informations de mesure qu’ils fournissent en sortie. Dans ce cas, la deuxième approche a été utilisée.

Capteurs proprioceptifs Les capteurs
proprioceptifs détectent la position, l’orientation et la vitesse du corps et des articulations de l’humanoïde.

Chez les êtres humains, les otolithes et les canaux semi-circulaires (dans l’oreille interne) sont utilisés pour maintenir l’équilibre et l’orientation. De plus, les humains utilisent leurs propres capteurs proprioceptifs (par exemple, le toucher, l’extension musculaire, la position des membres) pour faciliter leur orientation. Les robots humanoïdes utilisent des accéléromètres pour mesurer l’accélération, à partir de laquelle la vitesse peut être calculée par intégration; capteurs d’inclinaison pour mesurer l’inclinaison; des capteurs de force placés dans les mains et les pieds du robot pour mesurer la force de contact avec l’environnement; capteurs de position, qui indiquent la position réelle du robot (à partir de laquelle la vitesse peut être calculée par dérivation) ou même des capteurs de vitesse.

Capteurs extéroceptifs Des
tableaux de tactels peuvent être utilisés pour fournir des données sur ce qui a été touché. Shadow Hand utilise un ensemble de 34 tactels disposés sous sa peau en polyuréthane à chaque extrémité du doigt. Les capteurs tactiles fournissent également des informations sur les forces et les couples transférés entre le robot et d’autres objets.

La vision fait référence au traitement des données de toute modalité utilisant le spectre électromagnétique pour produire une image. Dans les robots humanoïdes, il est utilisé pour reconnaître des objets et déterminer leurs propriétés. Les capteurs de vision fonctionnent de la même manière que les yeux des êtres humains. La plupart des robots humanoïdes utilisent des caméras CCD comme capteurs de vision.

Les capteurs sonores permettent aux robots humanoïdes d’entendre les sons de la parole et de l’environnement et d’agir comme les oreilles de l’être humain. Les microphones sont généralement utilisés pour cette tâche.

Actionneurs Les
actionneurs sont les moteurs responsables du mouvement du robot.

Les robots humanoïdes sont conçus de manière à imiter le corps humain. Ils utilisent donc des actionneurs fonctionnant comme les muscles et les articulations, bien que leur structure soit différente. Pour obtenir le même effet que le mouvement humain, les robots humanoïdes utilisent principalement des actionneurs rotatifs. Ils peuvent être électriques, pneumatiques, hydrauliques, piézoélectriques ou à ultrasons.

Les actionneurs hydrauliques et électriques ont un comportement très rigide et ne peuvent être forcés à agir de manière conforme que par le biais de stratégies de contrôle par rétroaction relativement complexes. Alors que les actionneurs de moteurs électriques sans noyau sont mieux adaptés aux applications à grande vitesse et à faible charge, les actionneurs hydrauliques fonctionnent bien pour les applications à basse vitesse et à forte charge.

Les actionneurs piézoélectriques génèrent un petit mouvement avec une capacité de force élevée lorsque la tension est appliquée. Ils peuvent être utilisés pour un positionnement ultra-précis et pour générer et gérer des forces ou des pressions élevées dans des situations statiques ou dynamiques.

Les actionneurs à ultrasons sont conçus pour produire des mouvements dans l’ordre du micromètre aux fréquences ultrasoniques (supérieures à 20 kHz). Ils sont utiles pour contrôler les vibrations, les applications de positionnement et la commutation rapide.

Les actionneurs pneumatiques fonctionnent sur la base de la compressibilité des gaz. Lorsqu’ils sont gonflés, ils se dilatent le long de l’axe et se contractent lorsqu’ils se dégonflent. Si une extrémité est fixée, l’autre se déplacera dans une trajectoire linéaire. Ces actionneurs sont destinés aux applications à faible vitesse et charge faible / moyenne. Parmi les actionneurs pneumatiques, il y a: des cylindres, des soufflets, des moteurs pneumatiques, des moteurs pneumatiques pas à pas et des muscles artificiels pneumatiques.

Planification et contrôle
Dans la planification et le contrôle, la différence essentielle entre les humanoïdes et les autres types de robots (comme les robots industriels) réside dans le fait que le mouvement du robot doit être semblable à celui de l’homme, utilisant une locomotion à jambes, en particulier une démarche bipède. La planification idéale des mouvements d’humanoïdes au cours d’une marche normale devrait permettre de réduire la consommation d’énergie, comme dans le corps humain. Pour cette raison, les études sur la dynamique et le contrôle de ces types de structures sont devenues de plus en plus importantes.

La question de la stabilisation à la surface des robots bipèdes en marche revêt une grande importance. Le but du contrôle consiste à maintenir le centre de gravité du robot au-dessus du centre de la zone de roulement pour fournir une position stable.

Pour maintenir l’équilibre dynamique pendant la marche, un robot a besoin d’informations sur la force de contact et son mouvement actuel et souhaité. La solution à ce problème repose sur un concept majeur, le Zero Moment Point (ZMP).

Une autre caractéristique des robots humanoïdes est qu’ils se déplacent, collectent des informations (à l’aide de capteurs) sur le “monde réel” et interagissent avec celui-ci. Ils ne restent pas immobiles, comme les manipulateurs d’usine et autres robots qui travaillent dans des environnements hautement structurés. Pour permettre aux humanoïdes de se déplacer dans des environnements complexes, la planification et le contrôle doivent être axés sur la détection des collisions automatiques, la planification des trajectoires et l’évitement d’obstacles.

Les robots humanoïdes n’ont pas encore certaines caractéristiques du corps humain. Ils comprennent des structures à flexibilité variable assurant sécurité (au robot lui-même et aux personnes) et redondance des mouvements, c’est-à-dire plus de degré de liberté et donc une grande disponibilité des tâches. Bien que ces caractéristiques soient souhaitables pour les robots humanoïdes, elles apporteront plus de complexité et de nouveaux problèmes de planification et de contrôle. Le domaine du contrôle du corps entier traite de ces questions et traite de la bonne coordination de nombreux degrés de liberté, par exemple pour réaliser plusieurs tâches de contrôle simultanément tout en respectant un ordre de priorité donné.

Recherche et développement
Le développement de robots humanoïdes repose sur deux motifs principaux:

Intelligence artificielle
Aujourd’hui, de nombreux scientifiques pensent que la construction d’un robot humanoïde fonctionnel est à la base de la création d’une intelligence artificielle (IA) de type humain. Selon ce point de vue, l’IA ne peut pas être facilement programmée mais résulte d’un processus d’apprentissage. Ce point de vue est basé sur les observations de la psychologie de l’apprentissage. Le robot avec une IA doit participer activement à la vie sociale de l’homme et apprendre par l’observation, l’interaction et la communication. La base de la communication est une motivation sous-jacente des deux côtés, qui ressemble au moins initialement à celle de la relation parent-enfant. L’intelligence artificielle du robot ne peut se développer de manière optimale que si elle est déjà reconnue dans sa fonctionnalité minimale en tant qu’être équivalent. Pour cela, il doit avoir une forme humaine, une mobilité et des capteurs. L’objectif actuel est donc une copie technique de haute qualité de la physiologie humaine. Ce défi technologique particulier conduit à des groupes de recherche distincts travaillant ensemble pour des sous-aspects complexes. Les exemples incluent le laboratoire des jambes du Massachusetts Institute of Technology, le projet robotique humanoïde COG et le projet AI de Kismet.

Machine de travail multifonctionnelle
Les projets de robots humanoïdes, commerciaux ou parrainés par les gouvernements, à coûts élevés, témoignent d’une grande attente quant à la viabilité économique future de tels systèmes. L’habitat humain (bâtiments, moyens de transport, outils ou appareils) est orienté sur le plan économique pour des raisons de coût et est particulièrement axé sur la physiologie humaine. Un robot d’apprentissage robotique humanoïde multifonctionnel et produit en série élimine le besoin de produire, de distribuer et de divertir de nombreux robots spécialisés. Surtout les activités qui consistent en plusieurs opérations compliquées, pourraient être faites facilement. Les personnes doivent être assistées par un assistant multifonctionnel qui leur épargne du temps, du travail ou du temps dans leur environnement ou qui assure des divertissements. Le Japon, comme l’Allemagne, a une forte population vieillissante. On espère, Grâce à l’utilisation systématique de ces personnes polyvalentes pour aider les personnes âgées dans la vie quotidienne ou pour soulager le personnel infirmier. Pour accroître l’acceptation des robots dans la société, le Laboratoire des machines socialement intelligentes de l’Institut technologique de Géorgie s’intéresse aux compétences sociales des robots humanoïdes.

Chronologie des développements

Année Développement
c. 250 av. La Liezi a décrit un automate.
c. 50 après JC Le mathématicien grec Hero of Alexandria a décrit une machine qui verse automatiquement du vin pour les invités.
1206 Al-Jazari a décrit un groupe composé d’automates humanoïdes qui, selon Charles B. Fowler, effectuaient “plus de cinquante actions du visage et du corps lors de chaque sélection musicale”. Al-Jazari a également créé des automates de lavage des mains avec des serviteurs humanoïdes automatiques, ainsi qu’une horloge à éléphant incorporant un cornac humanoïde automatique frappant une cymbale une demi-heure plus tard. Son “horloge de château” programmable présentait également cinq automates musicaux qui jouaient automatiquement de la musique lorsqu’ils étaient actionnés par des leviers actionnés par un arbre à cames caché fixé à une roue hydraulique.
1495 Leonardo da Vinci conçoit un automate humanoïde qui ressemble à un chevalier en armure, appelé robot de Léonard.
1738 Jacques de Vaucanson construit The Flute Player, une figure de berger grandeur nature pouvant jouer douze chansons à la flûte et The Tambourine Player qui joue de la flûte et d’un tambour.
1774 Pierre Jacquet-Droz et son fils Henri-Louis ont créé le dessinateur, le musicien et l’écrivain, une figure de garçon capable d’écrire des messages pouvant contenir jusqu’à 40 caractères.
1898 Nikola Tesla présente publiquement sa technologie «automate» en contrôlant sans fil un modèle de bateau lors de l’exposition électrique qui se tient au Madison Square Garden de New York au plus fort de la guerre hispano-américaine.
1921 L’écrivain tchèque Karel Čapek a introduit le mot “robot” dans sa pièce de théâtre RUR (Les robots universels de Rossum) . Le mot “robot” vient du mot “robota”, qui signifie, en tchèque et en polonais, “travail pénible”.
1927 Le Maschinenmensch (“machine-human”), un robot humanoïde gynoïde, appelé également “Parodie”, “Futura”, “Robotrix” ou le “imitateur Maria” (joué par l’actrice allemande Brigitte Helm), peut-être le robot humanoïde le plus mémorable jamais sur le film, est décrit dans le film de Fritz Lang, Metropolis.
1928 Le robot électrique Eric inaugure une exposition de la Society of Model Engineers au Royal Horticultural Hall de Londres et fait le tour du monde
1941-1942 Isaac Asimov formule les Trois lois de la robotique utilisées dans ses récits de science-fiction sur les robots et, ce faisant, utilise le mot “robotique”.
1948 Norbert Wiener formule les principes de la cybernétique, bases de la robotique pratique.
1961 Le premier robot non humanoïde programmable et à commande numérique, l’Unimate, est installé sur une chaîne de montage General Motors afin de soulever des pièces de métal chaudes d’une machine de coulée sous pression et de les empiler. Il a été créé par George Devol et construit par Unimation, la première entreprise de fabrication de robots.
1967 à 1972 L’université Waseda a lancé le projet WABOT en 1967 et a achevé en 1972 le WABOT-1, le premier robot intelligent humanoïde au monde. C’était le premier androïde capable de marcher, de communiquer avec une personne en japonais (avec une bouche artificielle), de mesurer les distances et les directions par rapport aux objets à l’aide de récepteurs externes (yeux et oreilles artificiels), ainsi que de saisir et de transporter des objets à la main.
1969 DE Whitney publie son article “Contrôle résolu du taux de mouvement des manipulateurs et des prothèses humaines”.
1970 Miomir Vukobratović a proposé Zero Moment Point, un modèle théorique pour expliquer la locomotion bipède.
1972 Miomir Vukobratović et ses collaborateurs de l’Institut Mihajlo Pupin construisent le premier exosquelette anthropomorphique actif.
1980 Marc Raibert a créé le MIT Leg Lab, dédié à l’étude de la locomotion à jambes et à la construction de robots dynamiques à jambes.
1983 “Greenman” a été développé par le centre des systèmes spatiaux et navals de San Diego, à l’aide des armes de MB Associates. Il avait un contrôleur principal exosquelettique avec équivalence cinématique et correspondance spatiale du torse, des bras et de la tête. Son système de vision se composait de deux caméras vidéo de 525 lignes ayant chacune un champ de vision de 35 degrés et de moniteurs d’oculaires de caméra vidéo montés dans le casque d’un aviateur.
1984 À l’université Waseda, le Wabot-2 est créé, un robot humanoïde musicien capable de communiquer avec une personne, de lire des partitions normales et de jouer des airs de difficulté moyenne sur un orgue électronique.
1985 Développé par Hitachi Ltd, le WHL-11 est un robot bipède capable de marcher de manière statique sur une surface plane à 13 secondes par pas et qui peut également tourner.
1985 WASUBOT est un autre robot musicien de l’Université Waseda. Il a joué un concerto avec l’Orchestre symphonique de la NHK lors de la cérémonie d’ouverture de l’Exposition internationale sur la science et la technologie.
1986 Honda a développé sept robots bipèdes appelés E0 (modèle expérimental 0) à E6. E0 était en 1986, E1 – E3 entre 1987 et 1991 et E4 – E6 entre 1991 et 1993.
1989 Manny était un robot anthropomorphe à grande échelle avec 42 degrés de liberté développé dans les laboratoires Battelle Pacific Northwest à Richland (Washington) pour le Dugway Proving Ground de l’armée américaine dans l’Utah. Il ne pouvait pas marcher seul mais il pouvait ramper et disposait d’un système respiratoire artificiel pour simuler la respiration et la transpiration.
1990 Tad McGeer a montré qu’une structure mécanique bipède à genoux pouvait marcher passivement sur une surface en pente.
1993 Honda a développé les modèles P1 (prototype 1) à P3, une évolution de la série E, avec les membres supérieurs. Développé jusqu’en 1997.
1995 Hadaly a été développé à l’université de Waseda pour étudier la communication homme-robot. Il comporte trois sous-systèmes: un sous-système œil-tête, un système de commande vocale pour écouter et parler le japonais et un sous-système de contrôle du mouvement permettant d’utiliser les bras pour pointer vers les campus.
1995 Wabian est un robot de marche bipède à taille humaine de l’Université Waseda.
1996 Saika, un robot humanoïde léger, de taille humaine et à faible coût, a été développé à l’Université de Tokyo. Saika a un cou à deux degrés de liberté, deux bras supérieurs à cinq degrés de profondeur, un torse et une tête. Plusieurs types de mains et d’avant-bras sont également en cours de développement. Développé jusqu’en 1998.
1997 Hadaly-2, développé à l’Université Waseda, est un robot humanoïde réalisant une communication interactive avec les humains. Il communique non seulement de manière informative, mais aussi physiquement.
2000 Honda crée son onzième robot humanoïde bipède, capable de fonctionner, ASIMO.
2001 Sony dévoile de petits robots de divertissement humanoïdes, baptisés Sony Dream Robot (SDR). Renommé Qrio en 2003.
2001 Fujitsu a réalisé son premier robot humanoïde commercial appelé HOAP-1. Ses successeurs HOAP-2 et HOAP-3 ont été annoncés en 2003 et 2005, respectivement. HOAP est conçu pour un large éventail d’applications pour la recherche et le développement de technologies robotiques.
2002 HRP-2, robot de marche bipède construit par le Centre des sciences et technologies de la fabrication (MSTC) à Tokyo.
2003 JOHNNIE, robot de marche bipède autonome construit à l’Université technique de Munich. L’objectif principal était de réaliser une machine à marcher anthropomorphique à la démarche dynamique, à l’aspect humain.
2003 Actroid, un robot doté d’une “peau” en silicone réaliste, mis au point par l’Université d’Osaka en collaboration avec Kokoro Company Ltd.
2004 Persia, le premier robot humanoïde d’Iran, a été développé à l’aide d’une simulation réaliste par des chercheurs de l’Université de technologie d’Ispahan, en collaboration avec ISTT.
2004 KHR-1, un robot humanoïde bipède programmable introduit en juin 2004 par la société japonaise Kondo Kagaku.
2005 PKD Android, un robot humanoïde conversationnel à l’image du romancier de science-fiction Philip K Dick, a été mis au point dans le cadre d’une collaboration entre Hanson Robotics, le FedEx Institute of Technology et l’Université de Memphis.
2005 Wakamaru, un robot domestique japonais fabriqué par Mitsubishi Heavy Industries, était principalement destiné à accompagner des personnes âgées et des personnes handicapées.
2005 La série Geminoid est une série de robots humanoïdes ultra-réalistes ou Actroid développés par Hiroshi Ishiguro de ATR et Kokoro à Tokyo. L’original, Geminoid HI-1, a été créé à son image. Suivi de Geminoid-F en 2010 et de Geminoid-DK en 2011.
2006 Nao est un petit robot humanoïde programmable open source développé par Aldebaran Robotics, en France. Largement utilisé par les universités du monde entier comme plate-forme de recherche et outil pédagogique.
2006 RoboTurk est conçu et réalisé par les Dr Davut Akdas et Sabri Bicakci de l’Université de Balikesir. Ce projet de recherche est parrainé par le Conseil de la recherche scientifique et technologique de Turquie (TUBITAK) en 2006. RoboTurk est le successeur des robots bipèdes nommés “Salford Lady” et “Gonzalez” à l’université de Salford au Royaume-Uni. C’est le premier robot humanoïde soutenu par le gouvernement turc.
2006 REEM-A était le premier robot humanoïde européen bipède totalement autonome, conçu pour jouer aux échecs avec le moteur Hydra Chess. Premier robot développé par PAL Robotics, il a également été utilisé comme plateforme de développement de la marche, de la manipulation, de la parole et de la vision.
2006 iCub, un robot open source humanoïde bipède pour la recherche sur la cognition.
2006 Mahru, un robot humanoïde bipède basé sur un réseau développé en Corée du Sud.
2007 TOPIO, un robot de jeu de ping-pong développé par TOSY Robotics JSC.
2007 Twendy-One, un robot développé par le laboratoire WASEDA de l’université de Sugano pour les services d’assistance à domicile. Il n’est pas bipède, car il utilise un mécanisme mobile omnidirectionnel.
2008 Justin, un robot humanoïde développé par le centre aérospatial allemand (DLR).
2008 KT-X, le premier robot humanoïde international mis au point dans le cadre d’une collaboration entre les cinq champions consécutifs de RoboCup, Team Osaka et KumoTek Robotics.
2008 Nexi, le premier robot mobile, habile et social, fait ses débuts publics comme l’une des meilleures inventions de l’année du magazine TIME . Le robot a été construit grâce à une collaboration entre le groupe de robots personnels du MIT Media Lab, UMass Amherst et Meka.
2008 Salvius, le premier robot humanoïde open source construit aux États-Unis est créé.
2008 REEM-B, le deuxième robot humanoïde bipède développé par PAL Robotics. Il a la capacité d’apprendre de manière autonome son environnement à l’aide de divers capteurs et de supporter 20% de son propre poids.
2008 Surena, ce robot a été introduit le 13 décembre 2008. Il avait une hauteur de 165 centimètres et un poids de 60 kilogrammes. Il est capable de parler selon un texte prédéfini. Il a également une capacité de contrôle et de suivi à distance.
2009 HRP-4C, un robot domestique japonais fabriqué par l’Institut national des sciences et technologies industrielles avancées, présente des caractéristiques humaines en plus de la marche bipède.
2009 SURALP, le premier robot humanoïde marchant de manière dynamique en Turquie, est développé par l’Université Sabanci en collaboration avec Tubitak.
2009 Kobian, un robot développé par l’Université WASEDA, peut marcher, parler et imiter les émotions.
2009 DARwIn-OP, un robot open source développé par ROBOTIS en collaboration avec Virginia Tech, l’Université Purdue et l’Université de Pennsylvanie. Ce projet a été soutenu et sponsorisé par NSF.
2010 La NASA et General Motors ont révélé Robonaut 2, un robot humanoïde très avancé. Cela faisait partie de la charge utile de la navette Discovery lors du lancement réussi le 24 février 2011. Il est destiné à faire des sorties dans l’espace pour la NASA.
2010 Des chercheurs de l’Institut national japonais pour la science et la technologie industrielles avancées présentent leur robot humanoïde HRP-4C chantant et dansant aux côtés de danseurs humains.
2010 En septembre, l’Institut national des sciences et technologies industrielles avancées a également présenté le robot humanoïde HRP-4. Le HRP-4 ressemble à certains égards au HRP-4C, mais il est appelé “athlétique” et n’est pas un gynoïde.
2010 REEM, un robot de service humanoïde avec une base mobile à roues. Développé par PAL Robotics, il peut effectuer une navigation autonome dans divers environnements et possède des capacités de reconnaissance vocale et faciale.
2011 Le robot Auriga a été développé par Ali Özgün HIRLAK et Burak Özdemir en 2011 à l’Université de Cukurova. Auriga est le premier robot contrôlé par le cerveau, conçu en Turquie. Auriga peut servir des aliments et des médicaments aux personnes paralysées par les pensées du patient. La technologie EEG est adaptée à la manipulation du robot. Le projet a été soutenu par le gouvernement turc.
2011 En novembre, Honda a dévoilé son robot Honda Asimo de deuxième génération. Le tout nouveau Asimo est la première version du robot avec des capacités semi-autonomes.
2012 En Avril, le département Advanced Robotics à l’ Institut italien de la technologie a publié sa première version du CO mpliant hu MAN oid robot de COMAN qui est conçu pour la marche dynamique robuste et équilibre en terrain accidenté.
2013 Du 20 au 21 décembre 2013, le DARPA Robotics Challenge a classé les 16 meilleurs robots humanoïdes en lice pour le prix en espèces de 2 millions de dollars. L’équipe dirigeante, SCHAFT, avec 27 sur un score possible de 30, a été achetée par Google. PAL Robotics lance REEM-C, le premier robot bipède humanoïde développé en tant que plate-forme de recherche en robotique à base de ROS à 100%.
2014 Manav – Le premier robot humanoïde imprimé en Inde développé en Inde par Diwakar Vaish (responsable de la robotique et de la recherche, A-SET Training and Research Institutes).
2014 Après l’acquisition d’Aldebaran, SoftBank Robotics met le robot Pepper à la disposition de tous.
2015 Nadine est un robot social humanoïde féminin conçu à la Nanyang Technological University de Singapour et inspiré de son directeur, la professeure Nadia Magnenat Thalmann. Nadine est un robot socialement intelligent qui renvoie les salutations, établit un contact visuel et se souvient de toutes les conversations qu’il a eues.
2015 Sophia est un robot humanoïde développé par “Hanson Robotics”, à Hong Kong, et calqué sur Audrey Hepburn. Sophia possède une intelligence artificielle, un traitement visuel des données et une reconnaissance faciale.
2016 OceanOne, développé par une équipe de l’Université de Stanford et dirigée par le professeur d’informatique Oussama Khatib, achève sa première mission, la plongée au trésor dans un naufrage au large des côtes françaises, à une profondeur de 100 mètres. Le robot est contrôlé à distance, dispose de capteurs haptiques et d’une capacité d’intelligence artificielle.
2017 PAL Robotics lance TALOS, un robot humanoïde entièrement électrique doté de capteurs de couple et de la technologie de communication EtherCAT, capable de manipuler jusqu’à 6 kg de charge utile dans chacune de ses pinces.

Robots humanoïdes représentés dans des films et des émissions de télévision
du XXIe siècle Dans les films et émissions de télévision sélectionnés du XXIe siècle, des robots humanoïdes (parfois appelés “humains synthétiques” ou “réplicants”) sont décrits, pouvant transcender la “vallée surnaturelle”. Certains de ces films et émissions de télévision décrivent un avenir dans lequel n’importe qui peut acheter un robot humanoïde, ce qui a entraîné de supposées améliorations dans de nombreux domaines, notamment les soins aux personnes âgées et la camaraderie. Ces films et émissions de télévision ont un score supérieur à 60% pour le tomate moyenne sur tomates pourries. Les robots humanoïdes peuvent être considérés comme une menace par les humains, en particulier s’ils deviennent capables de simuler la conscience humaine.

Émission de télévision Tomomètre moyen Date de sortie Saisons
Humains 91% 14 juin 2015 3 (au 19/05/2018)
Carbone altéré 65% 2 février 2018 1 (au 19/05/2018)
Film Tomomètre moyen Date de sortie
Ex Machina 92% 7 mai 2015
Blade Runner 2049 87% 5 octobre 2017
Prométhée 73% 7 juin 2012