Justice environnementale

La justice environnementale est devenue un concept aux États-Unis au début des années 1980. Le terme a deux utilisations distinctes, l’usage le plus courant décrivant un mouvement social axé sur la répartition équitable des avantages et des inconvénients pour l’environnement. L’autre utilisation est un corpus interdisciplinaire d’ouvrages en sciences sociales qui comprend les théories de l’environnement et de la justice, les lois environnementales et leurs applications, la politique et la planification environnementales et la gouvernance pour le développement et la durabilité, ainsi que l’écologie politique.

La justice environnementale peut également influer sur les effets du changement climatique; Dans ce contexte, nous parlons parfois d’injustice et / ou de justice climatique.

Ce concept implique qu’il existe des droits pour la nature pour tous; les individus, les familles, les communautés, les entreprises et les autres groupes humains par rapport à l’environnement sont considérés comme un bien commun, mais en échange de devoirs et obligations juridiques et conformément au PNUD assumé par Fabrice Flipo (2002), «En l’absence de troisième les parties capables d’administrer la justice: les plus forts annulent leurs droits et échappent à leurs devoirs, constituant progressivement des potentats privés. Par conséquent, les règles actuelles ne conduisent pas à une augmentation globale de l’inégalité ». Ce concept nous invite également à réfléchir et à mettre en œuvre des mesures de réduction, de réparation et de compensation lorsque des dommages écologiques ne peuvent être évités, ce qui peut parfois nécessiter ou justifier une certaine “ingérence écologique”.

Ces devoirs ou obligations sont souvent regroupés dans la notion de “responsabilité sociale et environnementale”, la liberté d’exploiter l’environnement s’arrête là où elle menace les autres (il est donc impératif de ne pas surexploiter une ressource) et où l’environnement (biodiversité, habitats naturels, diversité génétique) serait elle-même menacée par les activités humaines.

Définition
La US Environmental Protection Agency définit la justice environnementale de la manière suivante:

La justice environnementale est le traitement équitable et la participation significative de toutes les personnes, sans distinction de race, de couleur, d’origine nationale ou de revenu, en ce qui concerne l’élaboration, la mise en œuvre et l’application des lois, réglementations et politiques environnementales. L’EPA a cet objectif pour toutes les communautés et tous les citoyens du pays. Cet objectif sera atteint lorsque tout le monde jouira du même degré de protection contre les risques pour l’environnement et la santé et bénéficiera d’un accès égal au processus de prise de décisions afin de disposer d’un environnement sain pour vivre, apprendre et travailler.

Parmi les autres définitions figurent: la répartition équitable des risques et des avantages pour l’environnement; participation juste et significative au processus décisionnel en matière d’environnement; reconnaissance des modes de vie communautaires, des savoirs locaux et des différences culturelles; et la capacité des communautés et des individus à fonctionner et à s’épanouir dans la société. Une autre signification du terme “justice”, utilisée en sciences sociales, est “la distribution des biens sociaux”.

Généralités et histoire du concept
Le concept d’équité sociale et environnementale apparaît dans l’analyse de la tragédie des biens communs appliquée dans le tiers-mondisme et dans de nombreuses analyses critiques de la colonisation et de l’esclavage, mais il n’apparut fortement associé à l’environnement ou à l’écologie que vers 1990 -1992 avec sa formalisation internationale au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro (1992) et dans des forums parallèles animés par des ONG et la société civile.

Ces notions sont apparues des années 70 aux années 90, alors que la dette extérieure des pays en développement continuait de croître, parallèlement à la construction d’un droit de l’environnement aux niveaux local, régional et mondial. Il ya eu ensuite la prise de conscience progressive de la vulnérabilité du patrimoine naturel et de l’existence d’une dette écologique (dette non monétaire, aggravée cependant par une dette financière qui maintient le Sud sous-développé, tandis que la aggraver la crise climatique mondiale et faire face à la capacité de s’adapter au changement climatique, mais la justice peut permettre certaines inégalités “positives”, justifiant dans les négociations internationales de plus grands efforts des pays les plus riches,

Aux États-Unis, le concept de «justice environnementale» est utilisé depuis le début des années 1980 (souvent en relation avec le mouvement des droits civiques et avec le soutien de certaines églises), à la suite du constat que les usines polluantes, le stockage et le traitement des déversements des déchets dangereux ou des polluants ont touché plus souvent et plus directement les ressources naturelles et l’environnement des populations les plus pauvres et les plus vulnérables (principalement les Amérindiens et les Afro-Américains); même Chavis (1987) a inventé l’expression “racisme environnemental” dans un rapport intitulé “Déchets toxiques et race aux États-Unis”.

En 1994, l’EPA (Agence de protection de l’environnement des États-Unis) s’est vu confier la mission officielle de détecter et, si possible, de réduire les “injustices environnementales” qui recouvraient la discrimination raciale et sociale. Il existe dans ce pays une fondation spécialisée appelée Environmental Justice Foundation.

Au début des années 2000, ce concept était encore peu abordé dans la littérature scientifique et à peine présenté dans les politiques publiques. Selon J. Theys, au début des années 2000, les inégalités écologiques demeuraient une “dimension oubliée de l’action publique” 14 et les préoccupations sociales et environnementales étaient ignorées par d’autres.

Discrimination environnementale
La discrimination environnementale est un problème que la justice environnementale cherche à résoudre. Le racisme et la discrimination à l’encontre des minorités sont fondés sur la conviction d’un groupe socialement dominant en sa supériorité, ce qui entraîne souvent un privilège pour le groupe dominant et le traitement abusif des minorités non dominantes. L’impact combiné de ces privilèges et préjugés n’est qu’une des raisons possibles pour lesquelles la gestion des déchets et les sites très pollués tendent à se situer dans des zones à majorité minoritaire. Une quantité disproportionnée de communautés minoritaires (par exemple dans le comté de Warren, en Caroline du Nord) héberge des sites d’enfouissement, des incinérateurs et d’autres installations potentiellement toxiques. La discrimination environnementale peut également être le placement d’une usine nuisible dans un lieu de minorité.

La discrimination environnementale a toujours été évidente dans le processus de sélection et de construction de sites dangereux pour l’environnement, y compris les installations d’élimination des déchets, de fabrication et de production d’énergie. La localisation des infrastructures de transport, notamment des autoroutes, des ports et des aéroports, a également été considérée comme une source d’injustice environnementale. Parmi les premiers documents sur le racisme environnemental figurait une étude de la répartition des sites de déchets toxiques aux États-Unis. En raison des résultats de cette étude, les décharges et les incinérateurs de déchets ont été la cible de poursuites et de manifestations en matière de justice environnementale.

Double dimension, géospatiale et temporelle
La justice environnementale fait référence à la fois à l’égalité des chances en termes d’accès durable aux ressources naturelles vitales entre les régions riches et pauvres du monde, et à un échange plus “juste” et à un poids équitable de la dette écologique et de son amortissement la portée territoriale, géographique et biogéographique.

La dimension spatiale n’est plus celle des frontières géographiques, mais un nouvel “espace écologique” qui serait la biosphère et certains de ses sous-ensembles biogéographiques. Les inégalités environnementales sont souvent aussi des inégalités territoriales. Cette dimension spatiale englobe des paysages de plus en plus appréhendés selon les principes de l’écologie du paysage et qui, dans les régions agricoles et industrielles, deviennent des sujets de justice environnementale. Les lacunes “nord-sud” se retrouvent également dans cette zone.

Cette forme de justice tend également à acquérir une forte dimension temporelle, dans le cadre de l’adoption progressive (du moins en théorie et dans le vocabulaire des médias, des communautés, des administrations et des entreprises) des principes de développement durable et d’équité intra et intergénérationnelle, cela ouvre théoriquement, mais clairement, la justice environnementale pour les générations futures.

Contentieux
Certaines poursuites en matière de justice environnementale reposent sur des violations des lois sur les droits civils.

Le titre VI de la loi sur les droits civils de 1964 est souvent utilisé dans les actions en justice qui invoquent l’inégalité environnementale. L’article 601 interdit la discrimination fondée sur la race, la couleur ou l’origine nationale de la part de tout organisme gouvernemental bénéficiant de l’aide fédérale. Pour obtenir gain de cause dans une affaire de justice environnementale alléguant qu’une agence a violé cette loi, le demandeur doit prouver que l’agence avait l’intention de discriminer. L’article 602 oblige les organismes à créer des règles et des règlements qui respectent l’article 601. Cet article est utile car le demandeur doit uniquement prouver que la règle ou la réglementation en question a eu un impact discriminatoire. Il n’est pas nécessaire de prouver une intention discriminatoire. Seif v. Chester Les résidents préoccupés par la qualité de vie ont établi le précédent selon lequel les citoyens peuvent intenter une action en justice en vertu de l’article 601. Il n’y a pas encore eu de cas dans lequel un citoyen aurait poursuivi en vertu de l’article 602,

La clause du 14e amendement relative à l’égalité de protection, qui a été utilisée à maintes reprises pour défendre les droits des minorités au cours des années 1960, a également été utilisée dans de nombreuses affaires de justice environnementale.

Obstacles initiaux à la participation des minorités
Lorsque l’environnementalisme est devenu populaire au début du XXe siècle, l’objectif était la protection de la nature et la préservation de la faune. Ces objectifs reflétaient les intérêts des partisans initiaux du mouvement, principalement des partisans blancs des classes moyenne et supérieure, y compris en observant la préservation et la protection sous un angle qui n’appréciait pas le travail séculaire des communautés autochtones qui avaient vécu sans déclencher les types de dévastation environnementale. ces “environnementalistes” coloniaux coloniaux ont maintenant cherché à atténuer leurs effets. Les actions de nombreuses organisations environnementales traditionnelles reflètent encore ces principes initiaux.

De nombreuses minorités à faible revenu se sentaient isolées ou négativement touchées par le mouvement, comme en témoigne la lettre adressée au Groupe des 10 par le Southwest Organizing Project (SWOP), lettre adressée aux principales organisations de défense de l’environnement par plusieurs activistes locaux de la justice environnementale. La lettre affirmait que le mouvement écologiste était tellement préoccupé par le nettoyage et la préservation de la nature qu’il avait ignoré les effets secondaires négatifs qui en résultaient pour les communautés voisines, à savoir une moindre croissance de l’emploi. En outre, le mouvement NIMBY a transféré les utilisations des terres non désirées au niveau local (LULU) des quartiers de la classe moyenne aux communautés pauvres comptant de grandes populations minoritaires. Par conséquent, les communautés vulnérables avec moins d’opportunités politiques sont plus souvent exposées à des déchets dangereux et à des toxines. Cela a abouti au principe PIBBY,

En conséquence, certaines minorités ont considéré le mouvement écologiste comme élitiste. L’élitisme environnemental s’est manifesté sous trois formes différentes:

Composition – Les écologistes sont issus des classes moyenne et supérieure.
Idéologique – Les réformes profitent aux partisans du mouvement mais imposent des coûts aux non-participants.
Impact – Les réformes ont des “impacts sociaux régressifs”. Ils profitent de manière disproportionnée aux environnementalistes et nuisent aux populations sous-représentées.

Les partisans de la croissance économique ont profité de la négligence des environnementalistes envers les minorités. Ils ont convaincu les dirigeants des minorités qui cherchent à améliorer leurs communautés que les avantages économiques des installations industrielles et l’augmentation du nombre d’emplois valent les risques pour la santé. En fait, les politiciens et les entreprises ont même menacé de perdre leur emploi si les communautés n’acceptent pas les industries et les installations dangereuses. Bien que dans de nombreux cas, les résidents locaux ne bénéficient pas de ces avantages, l’argument est utilisé pour réduire la résistance dans les communautés et éviter les dépenses consacrées à la dépollution et à la création d’environnements de travail plus sûrs.

Barrières de coût
L’un des principaux obstacles à la participation des minorités à la justice environnementale concerne les coûts initiaux liés aux tentatives de modification du système et empêchant les entreprises de rejeter leurs déchets toxiques et autres polluants dans les zones où vivent de nombreuses minorités. Il faut payer des frais juridiques considérables pour se battre pour la justice environnementale et tenter d’éliminer le racisme environnemental. Au Royaume-Uni, par exemple, il existe une règle selon laquelle le demandeur d’asile peut devoir supporter les frais de ses opposants, ce qui aggrave encore les problèmes de coûts, en particulier pour les groupes minoritaires à faible revenu; de plus, le seul moyen pour les groupes de justice environnementale de responsabiliser les entreprises vis-à-vis de la pollution et de résoudre tout problème de licence lié à l’élimination des déchets serait de poursuivre le gouvernement en justice pour ne pas faire respecter les règles. Cela entraînerait des frais juridiques prohibitifs que la plupart des gens ne pourraient pas se permettre. Cela se voit au fait que sur 210 affaires de révision judiciaire entre 2005 et 2009, 56% n’ont pas abouti à cause des coûts.

Surmonter les obstacles
Considérant que leurs communautés sont touchées de manière disproportionnée par la dégradation de l’environnement et se voient refuser l’accès à des mouvements prétendant y remédier, de nombreuses organisations créées par et pour des communautés racialisées et des groupes à faible richesse ont commencé à se former dans les années 1970 et 1980 pour lutter contre les injustices environnementales. Leurs travaux en sont venus à constituer collectivement l’épine dorsale du mouvement de justice environnementale contemporain, dont les principes directeurs ont été particulièrement documentés lors du Premier Sommet national du leadership environnemental des personnes de couleur en 1991. Les participants à ce sommet ont défini 17 principes de justice environnementale.

Contributions du mouvement des droits civiques
Au cours du mouvement des droits civiques dans les années 1960, les militants ont participé à un mouvement social qui a créé une atmosphère unifiée et défendu des objectifs de justice sociale et d’égalité. L’organisation communautaire et les valeurs sociales de l’époque ont été traduites par le mouvement de la justice environnementale.

Objectifs et tactiques similaires
Le mouvement pour la justice environnementale et le mouvement des droits civils ont de nombreux points communs. Les objectifs des mouvements sont fondamentalement les mêmes: “justice sociale, protection égale et fin de la discrimination institutionnelle”. En soulignant les similitudes entre les deux mouvements, il souligne que l’équité environnementale est un droit pour tous les citoyens. Étant donné que les deux mouvements ont des objectifs parallèles, il est utile de recourir à des tactiques similaires, souvent utilisées au niveau local. Les stratégies de confrontation courantes comprennent les manifestations, les manifestations de quartier, le piquetage, les pressions politiques et les manifestations.

Organisations existantes et dirigeants
Tout comme le mouvement pour les droits civiques des années 1960 a débuté dans le Sud, la lutte pour l’équité environnementale a été largement basée dans le Sud, où la discrimination environnementale est la plus importante. Dans ces communautés du sud, des églises noires et d’autres associations bénévoles sont utilisées pour organiser des efforts de résistance, y compris des recherches et des manifestations, telles que la manifestation dans le comté de Warren, en Caroline du Nord. En raison de la structure communautaire existante, de nombreux dirigeants d’église et défenseurs des droits civils, tels que le révérend Benjamin Chavis Muhammad, ont dirigé le mouvement de la justice environnementale.

Le Bronx, à New York, est devenu un exemple récent de réussite de la justice environnementale. Majora Carter a dirigé le projet South Bronx Greenway, axé sur le développement économique local, la réduction des îlots de chaleur urbains en milieu urbain, les influences sociales positives, l’accès aux espaces publics ouverts et des environnements esthétiquement stimulants. Le département de la conception et de la construction de la ville de New York a récemment reconnu la valeur de la conception du South Bronx Greenway et l’a par conséquent utilisé comme un modèle de croissance intelligente largement distribué. Cette entreprise est le projet idéal prêt à démarrer avec plus de 50 millions de dollars de financement.

Contentieux
Plusieurs des poursuites les plus réussies en matière de justice environnementale sont fondées sur des violations des lois sur les droits civils. La première affaire à utiliser les droits civils comme moyen de contester juridiquement l’implantation d’une installation de traitement des déchets date de 1979. Avec la représentation légale de Linda McKeever Bullard, épouse de Robert D. Bullard, des habitants du Northwood Manor de Houston s’opposent à la décision du et Browning Ferris Industries à construire une installation de traitement des déchets solides près de leur quartier essentiellement afro-américain.

En 1979, le Northeast Community Action Group, ou NECAG, a été formé par des propriétaires afro-américains dans un quartier de banlieue à revenu moyen afin de préserver l’enfouissement de leur ville natale. Ce groupe a été la première organisation à trouver le lien entre la race et la pollution. Le groupe, aux côtés de leur avocate Linda McKeever Bullard, a entamé le procès Bean c. Southwestern Waste Management, Inc., le premier du genre à contester la création d’une installation de traitement des déchets en vertu du droit relatif aux droits civils. La clause du 14e amendement relative à l’égalité de protection, qui a été utilisée à maintes reprises pour défendre les droits des minorités au cours des années 1960, a également été utilisée dans de nombreuses affaires de justice environnementale.

Le titre VI de la loi sur les droits civils de 1964 est souvent utilisé dans les actions en justice qui invoquent l’inégalité environnementale. Les articles 601 et 602 constituent les deux articles les plus importants dans ces affaires. L’article 601 interdit toute discrimination fondée sur la race, la couleur ou l’origine nationale de la part de tout organisme gouvernemental bénéficiant d’une assistance fédérale. Pour obtenir gain de cause dans une affaire de justice environnementale alléguant qu’une agence a violé cette loi, le demandeur doit prouver que l’agence avait l’intention de discriminer. L’article 602 oblige les organismes à créer des règles et des règlements qui respectent l’article 601; Dans l’arrêt Alexander v. Sandoval, la Cour suprême a statué que les plaignants devaient également manifester leur intention de faire preuve de discrimination pour pouvoir contester avec succès le gouvernement de moins de 602 ans.

Contributions du mouvement pour la justice reproductive
De nombreux participants au mouvement pour la justice en matière de reproduction considèrent que leur lutte est liée à celle de la justice environnementale, et inversement. Loretta Ross décrit le cadre de justice en matière de procréation comme traitant “de la capacité d’une femme à déterminer son propre destin en matière de procréation” et affirme que cela est inextricablement “directement lié aux conditions de vie de sa communauté – et que ces conditions ne sont pas seulement une question de choix individuel et d’accès. . ” Ces conditions incluent celles qui sont au cœur de la justice environnementale – y compris l’emplacement de la contamination toxique et de la pollution des aliments, de l’air et des voies navigables. La sage-femme mohawk Katsi Cook aide à illustrer un lien entre la justice procréative et la justice environnementale quand elle explique: “La relation des générations à la poitrine de la femme découle de la relation de ces générations à la société et au monde naturel. De cette façon, la terre est notre mère, dit grand-mère. En tant que femmes, nous sommes la terre. “Cook a fondé le projet Mother’s Milk dans les années 1980 pour lutter contre la contamination toxique des corps maternels par l’exposition au poisson et à l’eau contaminées par un site du General Motors Superfund. Soulignant les conséquences disproportionnées de la contamination sur Akwesasne femmes et leurs enfants pendant la gestation et l’allaitement, ce projet a mis en évidence l’une des nombreuses intersections entre la justice procréative et la justice environnementale.

Groupes concernés
Parmi les groupes concernés de la justice environnementale, ceux qui appartiennent à une grande pauvreté et à une minorité raciale sont ceux qui ont le plus tendance à subir les préjudices de l’injustice environnementale. Les personnes pauvres représentent plus de 20% des impacts sur la santé humaine des rejets atmosphériques industriels toxiques, contre 12,9% de la population du pays. Cela ne rend pas compte des inégalités constatées entre les différents groupes minoritaires. Certaines études qui analysent statistiquement les effets de la race et de l’ethnie, tout en prenant en compte le revenu et d’autres facteurs, suggèrent des écarts d’exposition raciaux qui persistent dans toutes les tranches de revenu.

Les Afro-Américains sont touchés par divers problèmes de justice environnementale. Un exemple notoire est la région “Cancer Alley” de la Louisiane. Ce tronçon de 85 km du fleuve Mississippi situé entre Baton Rouge et la Nouvelle-Orléans abrite 125 entreprises produisant un quart des produits pétrochimiques fabriqués aux États-Unis. La Commission des droits civils des États-Unis a conclu que Cancer Alley touchait la communauté afro-américaine de manière disproportionnée en raison du système actuel de permis d’État et locaux de la Louisiane pour les installations dangereuses, ainsi que de leur statut socio-économique bas et de leur influence politique limitée . Une autre incidence d’injustice environnementale à long terme s’est produite dans la communauté “West Grove” de Miami, en Floride. De 1925 à 1970, les personnes majoritairement pauvres, Les résidents afro-américains du «West Grove» ont subi les effets néfastes de l’exposition à des émissions cancérogènes et des rejets de déchets toxiques d’un grand incinérateur de déchets appelé Old Smokey. Malgré la reconnaissance officielle de nuisance publique, le projet d’incinérateur a été étendu en 1961. Ce n’est que lorsque les quartiers environnants, à majorité blanche, ont commencé à subir les impacts négatifs d’Old Smokey que la bataille juridique a commencé pour fermer l’incinérateur.

Les groupes autochtones sont souvent victimes d’injustices environnementales. Les Amérindiens ont été victimes d’abus liés à l’extraction d’uranium dans l’Ouest américain. Churchrock, au Nouveau-Mexique, sur le territoire de Navajo, hébergeait la plus longue mine d’uranium continue de tous les pays Navajo. De 1954 à 1968, la tribu a loué des terres à des sociétés minières qui n’avaient pas obtenu l’autorisation des familles navajos ni rapporté les conséquences de leurs activités. Les mineurs ont non seulement épuisé de manière significative l’approvisionnement en eau limité, mais ils ont également contaminé ce qui restait de l’approvisionnement en eau de Navajo avec de l’uranium. Kerr-McGee et United Nuclear Corporation, les deux plus grandes sociétés minières, ont fait valoir que la loi fédérale sur la lutte contre la pollution des eaux ne leur était pas applicable et ont affirmé que les terres des Amérindiens ne sont pas soumises à la protection de l’environnement.

L’exemple le plus courant d’injustice environnementale chez les Latinos est l’exposition aux pesticides à laquelle sont confrontés les travailleurs agricoles. Après l’interdiction du DDT et d’autres pesticides aux hydrocarbures chlorés aux États-Unis en 1972, les agriculteurs ont commencé à utiliser des pesticides organophosphorés plus toxiques, tels que le parathion. Aux États-Unis, une grande partie des travailleurs agricoles travaillent comme immigrants sans papiers et, en raison de leur désavantage politique, ne sont pas en mesure de protester contre une exposition régulière aux pesticides ni de bénéficier des protections prévues par les lois fédérales. L’exposition aux pesticides chimiques dans l’industrie du coton affecte également les agriculteurs d’Inde et d’Ouzbékistan. Interdit dans la plus grande partie du monde en raison de sa menace potentielle pour la santé humaine et l’environnement naturel, l’endosulfan est un produit chimique extrêmement toxique.

Les résidents des villes situées le long de la frontière américano-mexicaine sont également touchés. Les maquiladoras sont des usines de montage exploitées par des pays américains, japonais et étrangers, situées le long de la frontière américano-mexicaine. Les maquiladoras utilisent une main-d’œuvre mexicaine bon marché pour assembler les composants et les matières premières importés, puis pour transporter les produits finis aux États-Unis. Une grande partie des déchets finissent par être déversés illégalement dans les égouts, les fossés ou dans le désert. Le long de la basse vallée du Rio Grande, les maquiladoras déversent leurs déchets toxiques dans le fleuve, à partir duquel 95% des habitants se procurent de l’eau potable. Dans les villes frontalières de Brownsville (Texas) et de Matamoros (Mexique), le taux d’anencéphalie (bébés nés sans cerveau) est quatre fois plus élevé que la moyenne nationale.

Les États peuvent également considérer la mise en place d’installations toxiques à proximité de quartiers pauvres comme une solution privilégiée du point de vue de l’analyse coûts-avantages. Une ABC peut être favorable à l’installation d’une installation toxique près d’une ville de 20 000 pauvres plutôt que d’une ville de 5 000 riches. Terry Bossert de Range Resources aurait déclaré avoir délibérément localisé ses opérations dans des quartiers pauvres au lieu de zones riches où les résidents ont plus d’argent pour contester ses pratiques. Le corridor de la raffinerie East Bay, dans le nord de la Californie, est un exemple des disparités associées à la race et aux revenus et à la proximité d’installations toxiques.

Il a été avancé que les problèmes de justice environnementale avaient généralement tendance à toucher davantage les femmes des communautés que les hommes. Cela est dû à la manière dont les femmes interagissent généralement plus étroitement avec leur environnement à la maison, par exemple en s’occupant de la préparation des aliments et de la garde des enfants. Les femmes tendent également à être les leaders des mouvements activistes de la justice environnementale. Malgré cela, cela n’est pas considéré comme un problème féministe traditionnel.

Domaines et domaines thématiques
Parmi les principaux problèmes traités par la justice environnementale figurent:

Une “justice plus juste”, qui implique une meilleure reconnaissance des droits environnementaux et de l’équité;
accès équitable et partagé aux ressources naturelles et au développement durable pour le développement écologique, ce qui signifie répondre aux besoins vitaux du développement humain, tant individuellement que socialement;
la réduction des inégalités écologiques 25, ce qui implique notamment le développement de la solidarité écologique et de la solidarité en général, les inégalités sociales et écologiques combinant souvent leurs effets;
une répartition équitable du paiement de la dette écologique;
un lien mieux compris entre le respect et même la restauration de l’environnement et les impacts sociopolitiques, sanitaires, alimentaires (perte d’autonomie) ou sociopolitiques (par exemple, les nombreux cas de pillage de terres, de perte de souveraineté, d’exploitation ou de surexploitation des ressources) ressources naturelles de grande valeur, peu ou pas renouvelables);
la lutte contre l’appropriation des ressources naturelles par les uns au détriment des autres et de la biodiversité;
la lutte contre le biopiratage (y compris le brevetage d’organismes vivants, de gènes et de savoirs traditionnels).

Limites
Ce concept est encore jeune et polysémique; les sciences humaines et sociales ont montré qu’entre 1990 et 2010, de nombreux acteurs ont revendiqué la justice environnementale, mais “n’utilisent pas les mêmes mots, ou n’utilisent pas le même sens et, en général, s’abstiennent de les définir avec précision”. Cette polysémie s’explique notamment par le fait que les représentations culturelles sur la nature sont encore très variées.

De même, des politiques environnementales «équitables» impliqueraient «l’identification et la cartographie des injustices, l’articulation des différentes échelles et acteurs impliqués et la définition d’espaces préoccupants». Pour être opérationnelle, cette forme de justice doit reposer sur un ensemble de lois encore incomplet et être définie ou redéfinie pour chaque échelle spatiale et temporelle (sachant qu’il existe différentes injustices sur des territoires où les environnements diffèrent). La notion d’inégalité écologique est comprise différemment selon les acteurs.

Pour être traduit devant un tribunal ou un autre organe administratif, les dommages écologiques ou environnementaux doivent généralement être caractérisés avec une précision suffisante, ce qui devient parfois difficile lorsque des effets indirects ou synergiques (ce qui est le cas fréquent) ou qui peuvent être entravés, par exemple, en raison de: aux obstacles taxonomiques et au manque de ressources humaines et financières consacrées à l’inventaire de la diversité biologique et à la protection des espèces et des habitats, en particulier dans certains pays, des zones pauvres ou isolées.

Enfin, étant donné que les générations futures n’ont pas de représentants directs par définition, elles sont parfois mal protégées des dommages qu’elles devront subir du fait des activités humaines «non durables» d’hier ou d’aujourd’hui. De la même manière, les défenseurs de l’environnement ont créé un certain contre-pouvoir contre ceux qui ont tendance à le surexploiter. La nature ne peut pas se défendre, comme le peuvent les hommes victimes d’injustice.

Un autre problème est l’accès à la justice environnementale, c’est-à-dire où et quand il commence à figurer dans les lois nationales. Par exemple, les communautés autochtones, pauvres ou isolées sont souvent mal représentées devant les tribunaux ou ne connaissent pas leurs droits.

Interprétation et mise en œuvre des résultats
Les preuves empiriques de déficiences en matière de répartition et de procédure liées à la justice environnementale peuvent – avec une volonté politique appropriée – avoir des conséquences sur les politiques environnementales, économiques, de transport, de construction, etc.

Autres conséquences
Les considérations de justice environnementale incluent souvent le principe pollueur-payeur. Qui est responsable d’un dommage environnemental devrait porter son élimination et tous les coûts supplémentaires encourus et non laissés à réparer le grand public, donc soumis à la responsabilité environnementale. Un exemple de ce principe est le cadre réglementaire de l’Union européenne, auquel il est explicitement fait référence dans la directive 2004/35 / CE.

De ces points peut être z. Par exemple, supposons que les personnes à faible revenu qui vivent dans des foyers pauvres sont aussi vulnérables à la justice environnementale que les habitants des pays en développement qui sont particulièrement touchés par le réchauffement de la planète mais n’y ont guère aidé.

Au sens du raisonnement théorique de la justice, il peut également être exigé que les personnes ou les entreprises bénéficiant de manière particulière des ressources naturelles participent pleinement à ces bénéfices pour le grand public. L’idée sous-jacente est que l’environnement naturel ne peut être considéré comme une marchandise normale et ne peut donc appartenir à personne en tant que propriété exclusive. Cette composante de la justice environnementale se reflète, par exemple, dans le débat sur le biopiratage, où l’un des problèmes est la délivrance de brevets sur des gènes individuels.