Basilique, Palais de Mafra

L’église est construite sous la forme d’une croix latine d’une longueur de 63 m. Il est assez étroit (16,5 m), impression accentuée par la hauteur de sa nef (21,5 m). Le vestibule (porche de Galilée) contient un groupe de grandes sculptures en marbre de Carrare, représentant les saints patrons de plusieurs ordres monastiques.

L’intérieur utilise abondamment le marbre rose local, entremêlé de marbre blanc dans différents motifs. Les motifs multicolores du sol se répètent au plafond. La voûte en berceau repose sur des demi-colonnes corinthiennes cannelées dressées entre les chapelles latérales. Les chapelles du transept contiennent des retables en jaspe réalisés par des sculpteurs de l’école de Mafra. Les bas-côtés présentent 58 statues de marbre commandées aux meilleurs sculpteurs romains de leur temps. La chapelle de la Toussaint dans le transept est protégée du passage par des balustrades en fer ornées de bronze, fabriquées à Anvers.

Le choeur a un magnifique bougeoir géant avec sept lampes qui poussent de la bouche de sept serpents enroulés. Au-dessus du maître-autel, inséré dans le plafond, se trouve un gigantesque crucifix en jaspe de 4,2 m, flanqué de deux anges agenouillés, réalisés par l’école de Mafra. La coupole de la traversée a également été inspirée de la coupole de Sant’Agnese in Agone (de l’architecte baroque romain Francesco Borromini). Cette coupole de 70 m de haut avec une petite lanterne au sommet, est portée par quatre arcs finement sculptés en marbre rose et blanc.

Il y a six organes, dont quatre sont situés dans le transept, constituant un ensemble assez rare. Ils ont été construits par Joaquim Peres Fontanes et António Xavier Machado Cerveira entre 1792 et 1807 (lorsque les troupes françaises ont occupé Mafra). Ils étaient fabriqués en bois brésilien partiellement doré. Le plus gros tuyau mesure 6 m de haut et a un diamètre de 0,28 m. Le roi Jean V avait commandé des vêtements liturgiques à des maîtres brodeurs de Gênes et de Milan, tels que Giuliano Saturni et Benedetto Salandri, et de la France. Ils attestent d’une superbe qualité et de fabrication par leur broderie en technique or et l’utilisation de fil de soie de la même couleur.

Les peintures religieuses de la basilique et du couvent constituent l’une des plus importantes collections du XVIIIe siècle au Portugal. Ils comprennent des œuvres des Italiens Agostino Masucci, Corrado Giaquinto, Francesco Trevisani, Pompeo Batoni et certains étudiants portugais à Rome tels que Vieira Lusitano et Inácio de Oliveira Bernardes. La collection de sculptures contient des œuvres de presque tous les grands sculpteurs romains de la première moitié du XVIIIe siècle. À cette époque, il représentait la plus grande commande unique effectuée par une puissance étrangère à Rome et fait toujours partie des plus grandes collections existantes.

La paroisse de Mafra et la confrérie royale et vénérable du Très-Saint-Sacrement de Mafra ont leur siège dans la basilique.

La basilique
La basilique occupe la partie centrale du bâtiment, flanquée des clochers. Il a été réalisé selon le dessin de l’architecte d’origine allemande Frederico Ludovici, qui après son long séjour en Italie, l’a conçu dans le style baroque italien. Il a la forme d’une croix latine d’une longueur totale de 58,5 m et d’une largeur maximale de 43 m sur la croisière, sous laquelle s’élève la jonction de 65 m de haut et de 13 m de diamètre. Le genévrier a pris deux ans à construire et a été terminé après avoir été remplacé. Quarante et un hommes y travaillaient en même temps, sans se déranger. Quatre-vingt-six bœufs ont été nécessaires pour son transport, accompagnés de 612 hommes qui l’ont soutenu avec des cordes. Ce fut le premier dôme romain construit au Portugal.

En plus du choeur, cette église a deux chapelles sur la croisière, la Sagrada Familia (côté sud) et le Saint-Sacrement (côté nord), deux chapelles latérales, Notre-Dame de la Conception, du côté de l’épître, et Saint-Pierre d’Alcantara, côté évangile, six chapelles latérales et deux salles, plus 45 tribunes.

Les garde-corps des deux chapelles principales ont été conçus par les frères Slotdz – Sébastien Antoine (1695-1754) et René Michel, a déclaré Miguel-Angelo (1705-1764) – et par Sautray. Cela a conçu la grille du maître-autel (remplacée par une balustrade en pierre à l’époque de la régence de D. João VI), exécutée par le serrurier G. Garnier, installée dans les Tuilleries, tandis que la grille de la chapelle du Saint-Sacrement est par les frères Slotdz, exécutés par le maître-serrurier Destriches de l’Arsenal de Paris.

Ces annulations ont été inspectées par l’orfèvre Germain, entre autres, et exposées à Paris en 1730, avant d’être envoyées au Portugal.

Sur ces balustrades étaient placées huit torches qui s’allumaient lors d’occasions solennelles.

Au-dessus du maître-autel se trouve un ensemble sculptural du génois Francesco Maria Schiaffino, représentant le Christ crucifié, la gloire et deux anges en adoration. Le retable de cet autel est de Francesco Trevisani et représente La Vierge, l’Enfant et Saint Antoine, à qui la Basilique est dédiée.

Car la basilique royale a également commandé au roi, aux peintres italiens et portugais les plus prestigieux de l’époque, les peintures et les télescopes de toutes les chapelles. Ces peintures ont été remplacées, sous le règne de D. José, par des retables et des télescopes en marbre exécutés à l’École de sculpture Mafra, fondée ici sous la direction du maître italien Alessandro Giusti.

Il convient également de noter l’importante statuaire de la façade, de la Galilée et de l’intérieur, par des maîtres italiens, qui est la collection la plus importante de sculpture baroque italienne en dehors de l’Italie. Il y a 58 statues de sculpteurs tels que Carlo Monaldi, Giovanni Battista Miani, Fillipo della Valle ou Pietro Bracci, représentant les principaux saints de l’Église, les apôtres, fondateurs des ordres religieux les plus importants, entre autres.

Organes
La basilique de Mafra, conçue de manière organique, conçue à partir de zéro, est vraiment révolutionnaire en considérant un ensemble intégré de six orgues plutôt que deux grands instruments et trois sections, généralement liés au chœur de la haute église, comme c’était alors le cas.

Dès le début, le projet architectural de la basilique comprend le placement de six orgues dans la zone du maître-autel et la croisière, mais nous savons que dans la consécration solennelle de la basilique, et non achevée, six orgues de portage ont également été utilisées.

Les six instruments actuels ont été commandés sous le règne du roi Jean VI pour remplacer les primitifs dégradés. Ils ont été construits par les deux archers portugais les plus importants de l’époque – António Xavier Machado et Cerveira et Joaquim António Peres Fontanes – et ont été achevés entre 1806 et 1807.

Les 6 instruments sont en bois sacré, avec des applications de quincaillerie en laiton réalisées dans l’arsenal de Lisbonne représentant des fleurs, des guirlandes, des colonnes et des chapiteaux ainsi que divers instruments de musique tels que des cornes et des violons, des stylos, des cartouches d’encre et des portées musicales. Le sculpteur Carlo Amattuci était responsable du médaillon à l’effigie de D. João VI, dans l’orgue de l’Épître.

Lord Byron, dans ses lettres, se référant à cet ensemble d’organes, écrit: “… le plus beau que j’aie jamais vu en termes de décoration.”

Dans la bibliothèque, il y a un noyau important de partitions de musiciens portugais importants tels que João de Souza Carvalho, Marcos Portugal ou João José Baldi, qui ne peuvent être joués qu’ici.

Carillons
Le couvent royal de Mafra a un ensemble de deux carillons qui est une série de cloches musicalement accordées. Dans le cas de Mafra, il y a quatre-vingt-dix-huit cloches, ce qui en fait l’un des plus grands carillons historiques au monde.

Selon la tradition, à la demande du roi, le marquis d’Abrantes a cherché à connaître le prix d’un carillon et a reçu la valeur de 400 000 $ reis, ce qui était considéré comme trop élevé pour un si petit pays. À quoi D. Joao V, offensé – était le monarque le plus riche de son temps – a répondu: «Je ne pensais pas que c’était si bon marché; J’en veux deux! Il fut ainsi exécuté à Liège, dans les ateliers de Nicolas Levache, le carillon de la tour nord, et à Anvers, dans la fonderie de Willem Witlockx, celle de la tour sud.

Chaque clocher avait cinquante-huit cloches, appartenant à chaque carillon de quarante-neuf. Les premières cloches pèsent chacune 625 arrobas [1 arroba = 14 688 kg] ou plus de 9 180 kg. Ceux de deuxième magnitude pèsent chacun 291 arrobas soit 4 270 kg chacun, ceux du troisième 231 arrobos correspondant à 3 392 kg chacun, ceux du quatrième 99 arrobas pèsent 1 454 kg chacun. chacun et diminuant ainsi à 1 cloches au plus petit, avec environ 15 kg chacun. Enfin, les roues et les moulins de carillon pèsent 1 420 quintaux [1 quintal = 58 752 kg] ou 83 427,84 kg.

Les deux carillons sont composés simultanément de deux systèmes:
– Le système mécanique fonctionne comme un orgue Barbieri, avec deux énormes cylindres en laiton où sont placés des chevilles représentant des notes de musique. Lorsqu’ils sont entraînés par le mécanisme d’horloge, le mouvement des cylindres amène les chevilles à frapper des touches ou des perroquets métalliques, déplaçant les clochettes selon la mélodie programmée. Le carillon mécanique a joué dans chaque pièce, une demi-heure, du lever au coucher du soleil.
– Le système manuel est conduit par un ranger, jouant avec ses mains et ses pieds sur un clavier qui fait sonner la cloche.

D’autres cloches ont rythmé la vie du couvent, comme la cloche des classes, qui a marqué le début de celles-ci, la cloche de la paroisse ou l’agonie, ainsi appelée parce qu’elle a été sonnée lorsqu’un frère était proche de la mort, la cloche du réfectoire qui sonna pour signaler Enfin, la cloche du repas, également appelée cloche de morue, car elle ne sonnait que les jours de jeûne, le matin, à la veille de la messe, comme nous le dit le père João de Santa Ana.

Sacristie
La sacristie est reliée à l’église par un couloir où étaient placés les confessionnaux des hommes.

Au fond de la salle se trouve une chapelle dédiée à Saint François, qui a, sur l’autel, une peinture du peintre Inácio de Oliveira Bernardes, boursier de D. João V à Rome, représentant Le Chagas de Saint François.

De chaque côté de la porte se trouvent des armoires en bois du Brésil conçues pour contenir la cruche de vin de masse, les boîtes d’hôte et «d’autres choses similaires» nécessaires pour le culte, en plus des reliquaires qui ont été placés sur les autels lors des fêtes solennelles.

Sur les murs de chaque côté se trouvent les arches en bois sacré sculpté avec des poignées et des serrures en bronze doré et le porte-clés. Ils sont de Félix Vicente de Almeida, maître sculpteur de la Maison Royale. Dans ces arches se trouvaient les vêtements des prêtres.

L’installation de la sacristie a été précédée de plusieurs demandes détaillées d’informations de la part du monarque, qui voulait savoir «quelles étaient les sacristies les plus modernes et les mieux adaptées… non seulement pour ce qu’elles appartenaient… mais aussi pour leur usage. prêtres … », où étaient placés les confessionnaux, le lieu de stockage des différents instruments religieux dans les placards et autres informations connexes, toujours avec le souci de suivre les usages de la chapelle papale.

Salle de toilettes
La salle de bain a servi de support à la sacristie et à la basilique. Ici étaient stockés dans deux armoires encastrées dans le mur, les garnitures de missel et les missels et dans des tiroirs étiquetés avec le nom de chaque frère, l’amidon et les chaussures que chacun portait au ministère de l’autel.

Le bas de ces armoires était destiné au linge sale.

Aux murs, quatre grands lavabos en pierre «très affreusement» aux motifs végétaux et coquillages, destinés au lavage des mains. Chaque évier a un grand bassin en forme de coquille et trois robinets en bronze. Les 4 éviers sont alimentés par des réservoirs d’eau encastrés dans les ouvertures des portes et fenêtres.

De chaque côté des lavabos, deux grands porte-serviettes en bois sacré pour les essuie-mains. Au centre, il y a un autre placard en pierre, où étaient placés les calices, les pyramides, les burettes et les cloches pour la célébration eucharistique.

Au fond de cette pièce, une porte donne accès à l’escalier des Fermes, où sont encore aujourd’hui stockés dans des armoires en bois du Brésil, les vêtements de France et d’Italie.

Sculpture italienne
Pour la basilique royale de Mafra D. João V commandera ce qui sera la collection la plus importante de sculpture baroque en Italie en dehors d’un total de 58 statues en marbre de Carrare.

Cet ordre signifie par le roi Magnânimo non seulement un désir de magnificence et un effet prestigieux au niveau international, mais aussi une tentative de renouveler une forme d’art qui n’était pas une grande tradition au Portugal et qui servira plus tard de modèle pour la formation de national artistes.

Ainsi, le manque de grands sculpteurs nationaux à l’époque, oblige le roi à recourir à son ordre en Italie, la grande école des arts de l’époque. Pour Mafra, par exemple, Carlo Monaldi, Pietro Bracci ou Giuseppe Lironi.

La collection comprend les modèles en terre cuite des statues envoyées de Rome pour approbation royale avant leur exécution finale.

Soie
The Joanina Ordering Regiments for the Royal Mafra Convent L’or transformé en soie

L’Oeuvre Royale de Mafra est née de la volonté du Roi D. João V, qui a apporté ici les principales richesses du Royaume, à savoir l’afflux important d’or en provenance du Brésil. King-Maecenas, a cherché à créer au Portugal une véritable “école des arts” tout en élevant sa “Cité Royale” à la splendeur des grandes cours européennes, comme la Cour papale ou Louis XIV.

À cette fin, il a commandé une importante collection de sculptures et de peintures italiennes dans les principaux centres artistiques de l’époque, envoyant de jeunes artistes étudier à Rome à ses frais.

Pour «habiller» la basilique royale de Mafra, D. João V aura également recours à la «commission étrangère».

Les premières références à cette collection d ‘«ornements» de la basilique apparaissent dans le document Relation de l’œuvre magnifique de Mafra, probablement de 1733/35. Ceci est juste une liste, où les pièces sont uniquement répertoriées, sans grandes descriptions. Plus détaillées sont la Relation du Couvent de Sancto Antonio de Mafra avec ses officines et Pallacios qui seront fondés mystiques (?) Auxdits travaux du Couvent sans date, mais probablement écrits entre 1733 et 1744 et dans le Sacré Monument de Frei João de São José do Prado, qui détaille les cérémonies de consécration, dont l’auteur était maître de cérémonie.

Dans ceux-ci sont énumérés les vêtements, leur couleur, le classement des jours plus et moins solennels, la typologie des pièces et leur provenance, à savoir en provenance d’Italie (Gênes et Milan) et de France. Certains de ces ensembles ont été solennellement bénis la veille du premier jour des célébrations de la fête de la basilique, mais ces ordres se poursuivent jusqu’en 1734 au moins.

En Italie, ce sera José Correia de Abreu, garde des douanes, qui, à la demande de D. João V, dirige le père José Maria da Fonseca Évora aux commandes de Mafra. Fonseca Évora, un frère franciscain qui deviendra évêque de Porto, était l’ambassadeur du Portugal au Vatican et lui-même collectionneur et expert.

D’après cette correspondance, nous savons que les vêtements doivent être en «… soie, non damassée ou labourée, mais résistants et très durs… brodés de soie dorée autant que possible avec le même or. Soyez le motif de broderie de bon goût et travaillez-le parfaitement. ”

Souvenons-nous que le fil de soie jaune (et la couleur jaune en général) était considéré au Parlement comme «l’or des pauvres». Autrement dit, il était courant pour une paroisse qui ne pouvait pas acheter de vêtements en brocart d’or d’utiliser la couleur jaune comme arrière-plan ou, si elle ne pouvait pas se permettre la broderie en fil d’or, de la commander en fil de soie jaune.

Cependant, cette exigence des vêtements pour Mafra n’est pas liée à des difficultés financières – D. João V était le monarque le plus riche d’Europe à l’époque – mais au fait qu’ils étaient destinés à un couvent franciscain lié par un vœu de pauvreté.

Mafra a ensuite été commandé en cinq couleurs liturgiques, à savoir blanc, cramoisi, vert, violet et noir.

Usage romain depuis le 19ème siècle. XVI, prescrit l’utilisation exclusive de ces cinq couleurs, qui ne peuvent pas être remplacées par d’autres, et le tissu entier doit obéir à la couleur dominante. Cependant, toutes les nuances dans la couleur sont autorisées.

Le canon de couleur couvre la chasuble, les dalmatiques, les asperges ou l’imperméable, la tunique, l’étole, la poignée, les gants, les chaussettes et les chaussures.

Selon ledit canon, le vêtement blanc a été utilisé dans les fêtes de Notre-Seigneur, sauf celles liées à la Passion, dans toutes les fêtes de Notre-Dame, les Anges, les Confesseurs, les Vierges, les Saintes Femmes, la consécration de la églises, Toussaint, fêtes du Saint-Esprit et cérémonies de mariage

Crimson a servi à la Pentecôte, lors des fêtes du Précieux Sang et des Instruments de la Passion, des Apôtres et des Martyrs.

L’ornement vert a été utilisé pour le dimanche et le bureau férial du temps ordinaire, à savoir après l’Épiphanie et la Pentecôte.

Le pourpre pour l’Avent, le Carême, les veillées de jeûne, la fête des Saints Innocents et les masses votives de pénitence ou de mendicité.

Et enfin le vêtement noir a servi le Vendredi Saint et aux masses de morts. Dans le respect de ces cinq couleurs liturgiques, il y a des ornements brodés tous les jours de l’année:

Ornement en gros-grain blanc tout brodé pour Confessions, Ornement en gros-grain blanc tout brodé pour les jours les plus solennels, Ornement sebastian blanc brodé, fabriqué à Gênes pour les jours les moins solennels, Ornement tout septembre brodé cramoisi, fait à Gênes pour les jours solennels, ornement gros-grain cramoisi broderie de fleurs en vrac meyo, fabriqué en France pour les jours les moins solennels, ornement gros-grain cramoisi avec gallons brodés et sebastos, fabriqué en France pour les messes solennelles, ornement vert broderie setim meyo faite à Milan, ornement de broderie violet setim meyo fabriqué à Milan, ornement de broderie setim noir meyo pour les messes solennelles des morts, ornement pour chanter la passion, et ornement violet meyo brodé pour chanter la passion pour et d’autres en damassé ordinaire, avec seulement des gallons dorés.

Quant à la France, ce sera Francisco Mendes de Gois, agent du Portugal à Paris, qui traitera cette commande par ordre du cardinal de Mota, à qui sa correspondance est adressée.

Les “ornements” sont venus par mer, emballés dans des “cercueils polis, avec leurs séparations … capables de servir les mêmes cercueils pour les garder …”. Ces «cercueils» sont encore utilisés aujourd’hui pour votre hébergement à la ferme.

L’inventaire de l’époque, la matière – satin pour les Italiens, soie gros grain pour les Français – la grammaire décorative très différente de chaque ensemble permet de distinguer ceux qui viennent de France ou d’Italie et, chez les Italiens, ceux qui viennent de Gênes ou Milan

Cependant, à part la correspondance mentionnée de Fonseca Évora et Francisco Mendes Góis, aucune autre documentation sur ces pièces n’est connue à ce jour, comme les bons de commande ou les paiements, il est donc difficile d’attribuer les pièces à des brodeurs spécifiques.

L’importance de cette collection tient également au nombre élevé de pièces qui la composent. À titre d’exemple, l’ornement en gros-grain entièrement brodé servant de confess (ou corps de Dieu) a vingt-cinq chasubles, huit dalmatiques, douze capes brodées, soixante-dix précipitations, tandis que l’ornement en gros-grain cramoisi avec des gallons brodés pour les messes priées. les jours solennels, il a dix chasubles, dix bâtons, dix voiles de calice et dix sacs mortuaires

Souvenons-nous que les vêtements liturgiques d’un vêtement sont généralement pour un, parfois deux ou trois célébrants, et pas si souvent. En plus des vêtements des célébrations, de nombreux ensembles ont également une couverture de missel, une étagère, une couverture faldistory, une étoffe de chaire, un pavillon de tabernacle, une façade d’autel, etc.

Toutes les tentures qui servaient à «habiller» la basilique ont été commandées. De la France sont arrivés trois grands auvents cramoisis brodés dans les trois chapelles principales de la Basilique – Autel Majeur, Saint-Sacrement et Sainte-Famille – avec leur bassin et dossier respectifs et six portes identiques aux mêmes chapelles, huit auvents égaux mais plus petits pour les autres chapelles chapelles, deux autres en gros-grain de soie blanche, également avec leurs dossiers, pour le maître-autel et pour la chapelle du Saint-Sacrement et des portes “sœurs”. Également du même gros-grain brodé de soie blanche, il y a onze auvents plus petits, avec des dossiers pour les autres chapelles.

Trois tabernacles du tabernacle sont arrivés, un blanc pour la confession, un autre blanc, tous brodés, et un cramoisi, tout comme la broderie meyo de fleurs en vrac pour les jours les moins solennels, plus trois – blanc, cramoisi et violet – également tous brodés pour le petit tabernacle.

D’Italie sont venus de grands pavillons de tabernacle identiques aux vêtements génois verts et violets, plus trois pour le petit tabernacle, tous brodés, dans les couleurs rouge, violet et blanc.

Il y a aussi deux parapluies, un en gros-grain blanc, tous brodés, et un en abricot lisse avec des gallons et des franges “or” et sept bannières processionnelles de différentes couleurs liturgiques.

Concernant les pièces venant de Paris, le document Relation of the Magnificent Work of Mafra, cité ci-dessus, dit que les auvents blancs et leurs portes coûtent “150 mille et tant de croisés”, tandis que les rouges et violets “porteront plus de quatre cents mille croisés “.

Par curiosité, des sources du XIXe siècle indiquent que D. João V a déclaré que ces «ornements» lui avaient coûté autant que le bâtiment lui-même.

Il est également fait référence à la commande de tous les vêtements «blancs sacrés», tels que «lentilles cambraya de deux pieds de large et deux pieds de large», «manches en dentelle fine», cliquets, quotas, serviettes, corps, sang, nappes d’autel, etc.

La sacristie elle-même a également fait l’objet de demandes d’informations détaillées sur la manière dont «les sacristies les plus modernes et les mieux adaptées… non seulement pour ce qu’elles appartiennent à garder… mais aussi pour l’usage des prêtres…» telles qu’elles sont. fait et où les confessionnaux sont placés, le lieu de stockage des différents instruments religieux dans les placards, etc., toujours avec le souci de suivre les usages de la chapelle papale.

La plupart de ces pièces font encore aujourd’hui partie des collections du Palais national de Mafra.

Il y a aussi dans la collection du Palais quelques vêtements brodés d’or, après D. João V, qui ont servi dans les oratoires du Palais et dans la Chapelle Royale installés ici par D. João VI, ainsi que dans les différents balcons de la Basilique.

Ils sont cependant assez différents tant dans les matériaux utilisés – ici le lama et le fil d’or et d’argent – que dans la grammaire décorative.

Palais national de Mafra
Le Palais National de Mafra est situé dans la municipalité de Mafra, dans le quartier de Lisbonne au Portugal, à environ 25 kilomètres de Lisbonne. Il se compose d’un palais monumental et d’un monastère de style joanine baroque, côté allemand. Les travaux de sa construction ont commencé en 1717 à l’initiative du roi D. João V, en vertu d’une promesse qu’il avait faite au nom de la progéniture qu’il obtiendrait de la reine D. Maria Ana d’Autriche.

Construit au XVIIIe siècle par le roi João V en accomplissement d’un vœu d’obtenir la succession de son mariage avec D. Maria Ana d’Autriche ou la guérison d’une maladie dont il a souffert, le Palais national de Mafra est le monument le plus important du baroque en Le Portugal.

Construit en pierre lioz de la région, l’édifice occupe une superficie de près de quatre hectares (37 790 m2), comprenant 1200 divisions, plus de 4700 portes et fenêtres, 156 escaliers et 29 cours et halls. Une telle magnificence n’a été possible que grâce à l’or du Brésil, qui a permis au monarque de mettre en pratique une politique de patronage et de renforcement de l’autorité royale.

Il est classé monument national et déclaré site du patrimoine mondial de 2019 par l’UNESCO.