Tachisme

Le tachisme (orthographe alternative: le tachisme, dérivé du mot français tache, tache) est un style français de peinture abstraite populaire dans les années 1940 et 1950. Le terme aurait été utilisé pour la première fois en ce qui concerne le mouvement en 1951. Il est souvent considéré comme l’équivalent européen de l’expressionnisme abstrait, bien qu’il existe des différences stylistiques (l’expressionnisme abstrait américain a tendance à être plus “brutalement agressif” que le tachisme). . Cela faisait partie d’un plus grand mouvement d’après-guerre connu sous le nom d’Art Informel (ou Informel), qui avait abandonné l’abstraction géométrique au profit d’une forme d’expression plus intuitive, semblable à la peinture d’action. Un autre nom pour le tachisme est l’abstraction lyrique (liée à l’abstraction lyrique américaine). COBRA est également liée au tachisme, tout comme le groupe japonais Gutai.

Terme souvent utilisé de manière interchangeable avec art informel ou abstraction lyrique et appliqué au mouvement de l’art abstrait qui a fleuri en Europe, notamment en France, à la fin des années 1940 et dans les années 1950. Dès 1899, Félix Fénéon qualifia l’œuvre de impressionniste de ‘tachiste’ Pour le distinguer de la technique plus étudiée du mot dérivé du mot français signifiant une tache, une tache ou une marque, le terme souligne la qualité gestuelle spontanée qui caractérise une grande partie de cet ouvrage. Il se réfère donc plus spécifiquement à la branche de l’art informel la plus proche de l’esprit. et technique à l’automatisme, en ce sens que les marques peintes sont présentées comme étant pratiquement non médiatisées par l’esprit conscient et comme une contrepartie directe du travail d’expressionnistes abstraits américains tels que Jackson Pollock, Franz Kline et Sam Francis, bien qu’ils soient souvent utilisés de manière plus générale, ainsi définis. le terme décrit le mieux le travail d’artistes tels que Hans Hartung, Wols, Georges Mathieu, Henri Michaux et Pierre Soulages Mathie u, par exemple, a adopté un style calligraphique gestuel dans des œuvres telles que Capetians Everywhere (1954; Paris, Pompidou) En revanche, d’autres peintres associés à Art informel, comme Jean Bazaine, Alfred Manessier et Serge Poliakoff, préconisaient une approche plus maîtrisée, tant dans leur composition que dans leur utilisation de la couleur.

Après la Seconde Guerre mondiale, le terme d’École de Paris faisait souvent référence à Tachisme, l’équivalent européen de l’expressionnisme abstrait américain. Les principaux partisans étaient Jean-Paul Riopelle, Wols, Jean Dubuffet, Pierre Soulages, Nicolas de Staël, Hans Hartung, Gérard Schneider, Serge Poliakoff, Georges Mathieu et Jean Messagier, entre autres. (Voir la liste des artistes ci-dessous.)

Selon Chilvers, le terme “tachisme” a été utilisé pour la première fois dans ce sens vers 1951 (les critiques français Charles Estienne et Pierre Guéguen ont été crédités de l’avoir inventé) et il a été largement utilisé par le critique et peintre français Michel Tapié dans son livre Un Art autre (1952). ”

Le tachisme était une réaction au cubisme et se caractérisait par des coups de pinceau spontanés, des gouttes et des gouttes de peinture directement du tube, et parfois des gribouillis rappelant la calligraphie.

Le tachisme est étroitement lié à Informalism ou à Art Informel, qui, dans son contexte critique d’art français des années 1950, faisait moins référence au sens de “l’art informel” qu’à “un manque ou une absence de forme elle-même” – non formelle ou non. forme-ulated – et pas une simple réduction de formalité ou de formalité. Art Informel parlait davantage de l’absence de structure, conception ou approche préméditée (sans cérémonie) que d’une simple procédure artistique occasionnelle, relâchée ou relâchée.

L’histoire
Le terme “tachisme” a été utilisé pour la première fois vers 1880 pour définir une variante du pointillisme. Il dirige ensuite les journaux avec tous les ismes qui désignent les courants artistiques de l’époque. Le critique Félix Fénéon l’utilise en 1889 pour décrire la technique qui, en 1862, tire son nom du macchiaioli italien, dont un tableau de Giovanni Fattori fut exposé en 1867 à Florence sous le titre Le macchiaiole.

Maurice Denis l’utilise encore en 1909 pour les animaux sauvages.

Le critique Pierre Guéguen l’utilise péjorativement en 1951.

Il a ensuite été réutilisé en 1952 à l’initiative du critique Michel Tapié dans son livre Un autre art pour désigner l’un des aspects de l’art informel, qui correspond aux techniques gestuelles équivalentes à celles apparues à partir de 1946 à Jackson Pollock au sein de l’expressionnisme abstrait et qui sera décrit comme une peinture d’action par le critique américain Harold Rosenberg en 1952.

L’expression sera également utilisée en 1954 par le critique Charles Estienne pour définir notamment les travaux de Hartung, Riopelle et Soulages, puis dans son ouvrage L’Art à Paris 1945-1966.

Ce style de peinture, qui est une réaction au cubisme et à l’abstraction géométrique, se caractérise par la réalisation de taches de couleur résultant d’éclaboussures, de projections de pinceaux ou de jets de peinture spontanés sur la toile posée verticalement ou horizontalement, par gouttes, éventuellement avec des récipients. percé selon la technique de Jackson Pollock ou directement du tube comme chez Georges Mathieu, parfois avec quelques réminiscences de calligraphie, notamment dans le dessin.

Le tachisme prétend ne s’exprimer que par le matériel pictural et s’oppose donc également à la peinture européenne abstraite des années 1940 et 1950, qui, tout en reniant le contenu figuratif, reste généralement fidèle aux valeurs classiques de la composition.

Il existe également des débuts chez les surréalistes qui ont expérimenté diverses techniques et formes d’automatisme (Picabia, La Sainte Vierge, 1920, MNAM, Paris). Les giclées de peinture utilisées par Max Ernst et André Masson vers 1940, purement surréalistes par le rôle joué par le hasard, sont “tachistes” avant la lettre et pourraient même exercer une influence directe sur le ruissellement de Pollock lors du séjour de Masson et Ernst en les États-Unis pendant la seconde guerre mondiale.

Artistes
Pierre Alechinsky (né en 1927) – groupe Cobra
Karel Appel (1921-2006) – groupe Cobra
Frank Avray Wilson (1914-2009)
Jean René Bazaine (1904-2001)
Roger Bissière (1888-1964)
Ferruccio Bortoluzzi (1920-2007)
Norman Bluhm (1921-1999) – Américain associé à ce mouvement
Bram Bogart (1921-2012) – groupe Cobra
Alexander Bogen (1916-2010)
Denis Bowen (1921-2006)
Camille Bryen (1902-1977)
Alberto Burri (1915-1995)
Beauford Delaney (1901-1979) – Américain associé à ce mouvement
Jean Dubuffet (1901-1985)
Agenore Fabbri (1911 – 1998)
Jean Fautrier (1898-1964)
Lucio Fontana (1899-1968)
Sam Francis (1923–1994) – Américain associé à ce mouvement
Elaine Hamilton (1920-2010) – Associée américaine de Tapié, influencée par ce mouvement
Hans Hartung (1904-1989)
Jacques Hérold (1910-1987)
Laurent Jiménez-Balaguer (né en 1928)
Paul Jenkins (1923-2012) – Américain associé à ce mouvement
Asger Jorn (1914-1973) – groupe Cobra
Karel Kuklík (né en 1937) – Photographe tchèque considéré comme représentant d’Informel en photographie.
René Laubies (1922-2006)
André Lanskoy (1902-1976)
François Lanzi (1916-1988)
Georges Mathieu (1921-2012)
Jean Messagier (1920-1999)
Henri Michaux (1899-1984)
Jean Miotte (née en 1926)
Ludwig Merwart (1913-1979)
Ernst Wilhelm Nay (1902-1968) – Allemand influencé par ce mouvement
Gen Paul (1895-1975)
Serge Poliakoff (1906-1969)
Marie Raymond (1908-1989)
Jean-Paul Riopelle (1923-2002)
Maria Helena Vieira da Silva (1908–1992)
Emilio Scanavino (1922-1986)
Gérard Schneider (1896-1986)
Emil Schumacher (1912-1999)
Pierre Soulages (né en 1919)
Nicolas de Staël (1914-1955)
Pierre Tal-Coat (1905-1985) – Français
Michel Tapié (1909-1987)
Antoni Tàpies (1923-2012)
Bram van Velde (1895-1981)
Louis Van Lint (1909-1986)
François Willi Wendt (1909-1970)
Wols (Alfred Otto Wolfgang Schulze) (1913-1951)
Zao Wou Ki (1921-2013)