Pâquis Sécheron, Genève, Suisse

Pâquis Sécheron est un quartier de Genève (Suisse) situé sur la rive droite du lac Léman. Au cœur de la ville et au bord du lac, les Pâquis Sécheron est un quartier vivant, multiculturel et jeune. Les Pâquis Sécheron est l’un des huit quartiers de Genève. Il couvre une vaste zone au nord de la rive droite du lac. La rue des Alpes la sépare du quartier des Grottes Saint-Gervais. La rue de Montbrillant et la route de Ferney forment la frontière avec la Servette Petit-Saconnex. La ville de Pregny-Chambésy succède aux Pâquis Sécheron au nord du Chemin de l’Impératrice.

Le secteur des Pâquis s’étend lui-même entre le lac et le quartier ferroviaire de Montbrillant, et entre la rue des Alpes et l’avenue de France. C’est là que bat le cœur animé du secteur, avec ses restaurants, ses bars, les quais du Mont-Blanc et Wilson et les bains des Pâquis. C’est aussi la zone la plus urbaine et la plus densément peuplée du quartier. Autrefois constitué de prairies, les Pâquis Sécheron a connu un développement considérable au cours de son histoire. Aujourd’hui c’est un quartier dynamique et vivant, où la population s’implique dans l’amélioration de son cadre de vie. C’est également un quartier animé, avec de nombreux bars et bains populaires.

Le caractère multiculturel des Pâquis en fait un symbole pour Genève. Se promener dans les Pâquis, c’est visiter le monde. Dans ses restaurants, on découvre des saveurs du monde entier. De nombreuses nationalités se réunissent dans les rues. Le cosmopolitisme des Pâquis est encore accentué par la présence d’organisations internationales et de quartiers internationaux où vivent des délégués du monde entier. Touristes, membres des ambassades, Pâquisard-es et Genevois-es se retrouvent tous sur les quais et dans les parcs, où il fait bon flâner aux beaux jours.

L’histoire
Autrefois constitué de vastes domaines, les Pâquis Sécheron ont progressivement séduit les hôtels de luxe, les cabarets et les artistes. Evolution du quartier: des prairies aux hôtels de luxe.

A l’origine, les Pâquis sont des pâturages qui s’étendent jusqu’au lac. Ils sont à l’extérieur des murs de la ville, dans l’ancienne commune du Petit-Saconnex. Lorsque les premiers bâtiments apparaissent le long de l’actuelle rue de Lausanne, leurs habitants continuent à faire paître vaches, chevaux, ânes, chèvres et moutons au bord du lac.

Au XIXe siècle, le quartier change. A la place du petit port du Fossé Vert, la place et le jardin des Alpes se construisent. Des calèches élégantes remplacent les vaches au bord du lac. Les pâturages cèdent la place à de jolies maisons entourées de jardins et d’hôtels de luxe. Mais la ville de Genève est exiguë et s’étend au-delà des remparts. La région entre la gare et le lac est alors recouverte de rues à angle droit et les Pâquis Sécheron devient un quartier «moderne».

Dès le début du XXe siècle, bistrots, cabarets, music-halls, bordels puis bordels se multiplient au nord des Pâquis. Désormais, lieux très vivants et immeubles de luxe se rencontrent.

Le secteur résidentiel de Sécheron
Au nord de l’avenue de France, Sécheron est une zone urbaine entourée de parcs, d’organisations internationales et du chemin de fer. De l’autre côté des voies CFF, entre le creux de la Voie et la place des Nations, un nouveau quartier résidentiel a été construit ces dernières années dans le prolongement des complexes immobiliers du Vermont.

Le secteur international des Nations
Le secteur des Nations est un pôle d’activité important pour la Ville de Genève. C’est aussi un endroit apprécié des touristes. De nombreuses organisations internationales y sont basées. Il y a entre autres le siège européen des Nations Unies (ONU) et celui du Comité international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (CICR). Ce quartier part de la place des Nations, réaménagée en 2007 en espace public avec jeux d’eau. Son sol est composé de granits alternés, dont les couleurs symbolisent la diversité des nations, et de bandes de béton, matériau traditionnel genevois. Il y a aussi l’oeuvre “Broken Chair”, qui est l’une des curiosités du quartier.

Les grands parcs de la rive droite
Le secteur s’étend jusqu’à la frontière avec les communes du Grand-Saconnex et de Pregny-Chambésy. Plus près du lac, il comprend également les grands parcs de la rive droite: parc Mon-Repos, Moynier, Perle du lac, Barton, William Rappard, jardin botanique et parc Ariana.

Attractions
Découvrez une sélection des curiosités du quartier des Pâquis Sécheron, dont la plupart sont chargées d’histoire.

Les Bains des Pâquis
Les Bains des Pâquis font partie de l’histoire du quartier depuis 1872. D’abord privés, ils sont appelés “Bains Henri”, du nom de leur propriétaire. En 1889, ils deviennent municipaux et un phare y est érigé en 1911. En 1931, ils sont entièrement reconstruits. Menacés de destruction en 1988, ils ont été sauvés par une initiative populaire. Aujourd’hui, que ce soit pour la fondue, le soleil ou le sauna, les Bains des Pâquis sont un lieu très prisé par la population genevoise, venue en masse, été comme hiver. Une publicité de 1952 louait «Pâquis-Plage, établissement officiel de la Ville de Genève. Bains d’eau, d’air et de soleil ».

“Chaise cassée” de la Place des Nations
Au cœur de la Genève internationale, la Place des Nations offre une plateforme aux citoyens du monde pour défier l’opinion publique et les diplomates. La monumentale «chaise cassée», créée par l’artiste genevois Daniel Berset, se dresse dessus. Cette chaise amputée symbolise la lutte contre les mines antipersonnel.

Des arbres témoins de l’histoire

Metasequoia, fossiles vivants
Véritables fossiles vivants, les metasequoia existent depuis plus de 200 millions d’années. En 1943, la découverte en Chine de plusieurs spécimens vivants de ce conifère, que l’on croyait avoir disparu à jamais, a suscité un énorme intérêt. Constatant que cet arbre est en voie de disparition, l’Arnold Arboretum de Boston distribue les graines récoltées lors d’une expédition en Chine à plusieurs jardins botaniques. Certains d’entre eux ont été semés à Genève en 1948. Aujourd’hui, les visiteurs du Jardin botanique peuvent admirer trois spécimens de cet arbre, qui côtoyait déjà les dinosaures!

Les platanes du jardin botanique, colosses de 300 ans
L’allée de platanes du jardin botanique abrite certains des plus vieux arbres du canton. L’âge de ces spécimens est estimé à 300 ans. En effet, ils figuraient déjà sur un plan de 1728, déposé aux archives du cadastre du canton. Du haut de leurs sommets (le plus haut culmine à 37 mètres avec une circonférence de 4,5 mètres), ils ont vu le quartier se transformer. Ils ont assisté, entre autres, à l’arrivée du chemin de fer, à la construction de la route suisse et à la création de l’ONU.

Monument de Brunswick
Linguiste, cavalier et musicien, le duc de Brunswick Charles d’Este-Guelph est aussi un original et un paranoïaque. En 1830, une révolte le chassa de son duché situé dans l’actuelle Allemagne. Il s’installe d’abord à Paris, où il fait fortune, puis à Genève en 1870. A sa mort en 1873, ce duc ne laisse aucun héritier. Il décide alors de léguer sa fortune considérable à la Ville de Genève en échange d’un bel enterrement et d’un monument à son nom. Jusque-là, aucun mausolée n’avait été construit à Genève. La réalisation du monument Brunswik en 1879 dans le Jardin des Alpes, a donc suscité de nombreux débats. Comme le duc l’exige dans son testament, le monument imite le tombeau de la famille Scaligeri à Vérone, en Italie, œuvre du 14ème siècle. 14 ans plus tard, la statue équestre placée au sommet du bâtiment vacille.

Randonnée
Si la rive droite du lac et ses nombreux parcs sont des lieux idéaux pour flâner, des itinéraires thématiques permettent également de découvrir le quartier.

Le sentier culturel des nations
Le sentier culturel des Nations vous emmènera à la rencontre de six musées:
le conservatoire et les jardins botaniques;
le Musée des Suisses dans le monde;
le Musée international de la Croix-Rouge;
le Musée Ariana;
le Musée de la Société des Nations;
le musée d’histoire des sciences.
Des informations pratiques sont disponibles en français et en anglais.

Circuit pédestre thématique “De l’esprit de Genève”
La balade «Dans l’esprit de Genève» vous emmènera à la découverte des nombreuses organisations internationales de Genève, et plus particulièrement du quartier des Pâquis Sécheron. En chemin, près de la Place des Nations, vous découvrirez le siège des principales organisations internationales qui œuvrent pour un monde meilleur et façonnent «l’Esprit de Genève».

Anecdotes connexes
Une impératrice est morte sur les quais, Casanova a conquis deux Genevois à Mon Repos, un artiste centenaire a peint la fresque de l’ONU …

Assassinat de l’impératrice Sissi
Le 10 septembre 1898, Elisabeth de Wittelsbach, plus connue sous le pseudonyme de Sissi, est assassinée sur le quai du Mont-Blanc. Le quartier des Pâquis entre alors dans l’histoire. Le meurtrier est un anarchiste italien du nom de Luccheni. Il voulait tuer le comte de Paris, mais ce dernier avait reporté son voyage à Genève. Il décide alors de poignarder l’impératrice Sissi lorsqu’elle quitte l’hôtel Beau-Rivage. La malheureuse pense qu’elle n’est que blessée et embarque à bord du bateau genevois. Elle doit retourner rapidement au quai et meurt. Le bateau ne navigue plus, mais est toujours amarré au quai des Eaux-Vives. Une statue en l’honneur de Sissi se dresse sur les lieux du drame.

L’auteur centenaire de la fresque de l’ONU
Lorsque la fresque qui illumine l’entrée des Nations Unies a été dévoilée en 2009, son auteur, Hans Herni, avait plus de cent ans. Pour fêter l’événement, 56 autres centenaires genevois sont invités et peuvent entendre l’artiste expliquer son travail: «J’ai essayé de rendre cette fresque la plus transparente possible, afin de donner l’illusion de percer les murs de cette ONU, magnifique non- organisation belligérante! ».

Le Palais Mascotte, la «Genève Pigalle»
Au cœur des nuits genevoises depuis 1887, le Palais Mascotte est l’un des plus anciens cabarets de Genève. Cette salle de danse populaire de la rue de Monthoux a vu passer la majorité des artistes étrangers jusqu’à sa fermeture à la fin des années 90. Son ambiance et son décor en ont inspiré plus d’un, dont Enzo Corman qui lui a dédié sa pièce Palais. Mascotte. En 1999, une motion a même été présentée au Grand Conseil pour le classer comme «monument historique». Après sa longue fermeture, il a rouvert en mai 2008.

Les ébats de Casanova au bord du lac Léman
La propriété Mon-Repos, léguée à la Ville en 1898, est le premier parc public au bord du lac Léman. Auparavant, cette élégante villa a accueilli de nombreux hôtes célèbres, dont l’écrivain danois Hans Christian Andersen, auteur de La Petite Sirène, et Casanova, le célèbre libertin italien aux 122 conquêtes. Dans son «histoire de ma vie», il raconte un bon dîner avec deux Genevois dans la villa qui lui avait été prêtée par son banquier Robert Tronchin. Après avoir abrité un musée ethnographique puis le premier studio de télévision francophone, la villa est actuellement le siège de l’Institut Henry-Dunant.

Dans l’art
Le peintre français Jean-Baptiste Camille Corot réalise en 1842 une huile sur toile intitulée «Le Quai des Pâquis à Genève». Cette œuvre est exposée au Musée d’art et d’histoire;
Dans son enfance, Jean-Jacques Rousseau passait ses dimanches aux Pâquis dans l’atelier d’un de ses oncles. Il en évoque des souvenirs dans ses Rêveries d’un marcheur solitaire;
Vers la fin de sa vie, le peintre Ferdinand Hodler a vécu dans un immeuble du quai du Mont-Blanc. De sa fenêtre, il peint ses derniers paysages: la rade avec ses cygnes et les sommets des Alpes au loin;
Le célèbre écrivain français Chateaubriand séjourna en 1831 sur la place de la Navigation. Non loin de là, une rue et une place portent son nom;
Au XIXe siècle, l’écrivain genevois Henri-Frédéric Amiel célébrait les Pâquis en vers: «Les Pâquis, quartiers riches / Où fleurit, parmi les sites, / Notre Bohème, / Beaux lieux, inclus par la Bourse, / Mais où, à nuit, rentrer à la maison / C’est un problème ».

Tags: