Musée national d’ethnographie, Varsovie, Pologne

Le Musée national d’ethnographie (en polonais: Państwowe Muzeum Etnograficzne w Warszawie) est un musée d’ethnographie situé à Varsovie, en Pologne. Il a été créé en 1888.

Le Musée ethnographique d’État – l’un des plus anciens musées ethnographiques de Pologne situé à Varsovie, ul. Kredytowa 1. Le musée abrite plus de 80 000 objets et environ 120 000 archives.

Le musée ethnographique présente plusieurs expositions permanentes et plus d’une douzaine d’expositions temporaires par an.

Histoire
Le musée ethnographique a été fondé à l’initiative du mécène JM Kamiński et de Jan Karłowicz, à l’origine du comité d’organisation. En 1888, un établissement a été créé au jardin zoologique de Varsovie, rassemblant des collections ethnographiques. En 1896, grâce au groupe des amateurs d’ethnographie, la collection fut transférée au musée de l’industrie et de l’agriculture, situé à Krakowskie Przedmieście 66.

En 1921, Eugenius Frankowski, muséologue et expert en ethnographie européenne, reprit les collections ethnographiques, transformant ainsi l’institution en un musée moderne menant des activités scientifiques et d’exposition. La collection du musée, composée de 8954 objets exposés en 1922, augmenta rapidement et comptait environ 30 000 objets en 1939. Les collections ont été divisées en trois groupes de base: de la Pologne contemporaine, comprenant des costumes de valeur et des tissus folkloriques, ainsi que la collection hutsul de 3000 spécimens; des collections de langues slaves et d’autres pays, représentant plus de 50% des ressources totales.

De nombreuses expositions provenaient de collections privées d’ethnographes polonais, tels que Leopold Janikowski, Jan Kubary, Bronisław Piłsudski, des collections indochinoises uniques d’Ignacy Zaremba Belakowicz et des collections de Chine, du Japon, du Moyen-Orient, d’Australie et d’autres régions du monde.

Avant la Seconde Guerre mondiale, la bibliothèque du musée ethnographique appartenait aux bibliothèques ethnographiques les plus riches du pays. À la suite du déclenchement de la guerre et du bombardement de Varsovie, le musée a été complètement détruit et les collections ont été détruites ou perdues.

En 1946, le travail organisationnel consistant à ressusciter le musée a commencé. Il fonctionnait à l’origine sous le nom de Musée des cultures folkloriques et avait pour siège provisoire le palais historique du Brühl, datant du XVIIIe siècle, situé à Młociny, ul. Musée. En 1949, la première exposition sur l’histoire du musée d’après-guerre a été inaugurée. L’exposition s’appelait “costume folklorique polonais”. En 1959, le musée se dote d’un nouveau siège: l’édifice détruit de Towarzystwo Kredytowy Ziemskiego, datant du XIXe siècle et situé à l’intersection des rues Kredytowa et Mazowiecka. Sa reconstruction, financée par des prêts du ministère de la Culture et des Arts, est prévue pour 1962-1972. Le 15 décembre 1973, le musée a été officiellement ouvert dans un nouvel emplacement. Le Dr Kazimierz Pietkiewicz, directeur depuis 1969, était le coordonnateur des travaux.

En 1992, le musée a obtenu le statut d’institution culturelle nationale et, en 1998, sur décision du ministère de la Culture et du Patrimoine national, a été inscrit au registre national des musées. Depuis janvier 2008, le directeur de l’établissement est M. Adam Czy Cewski.

Le musée publie la revue scientifique Ethnography New depuis 2009 – un périodique anthropologique. Le musée dispose d’une bibliothèque avec une salle de lecture. Les collections de la bibliothèque comprennent 30 000 volumes (y compris des gravures anciennes, des documents cartographiques et des magazines). Le musée possède un département de documentation archivistique, photographique et cinématographique comptant plus de 120 000 personnes. manuscrits, photographies, négatifs, affiches, gravures, etc.

Le Musée des enfants fonctionne depuis 2012.

En 2016, le musée a été nominé pour le prix du musée européen de l’année – EMYA.

Collection
La collection comprend des objets, de l’art folklorique, des costumes, des objets d’artisanat, des sculptures, des peintures et d’autres objets d’art originaires de Pologne, d’Europe, d’Afrique, d’Australie, d’Océanie et d’Amérique latine et du Sud.

Le musée possède une exposition permanente, une bibliothèque (environ 26 000 volumes), un studio d’enregistrement de photographies et de films et un dépôt central des collections du musée. elle produit des expositions temporaires, des projets de recherche et des publications.

La collection polonaise comprend environ 13500 pièces dans la collection permanente et plus de 1000 dans les dépôts.

La collection africaine
La collection africaine est la collection la plus riche du musée avec plus de dix mille objets provenant principalement d’Afrique sub-saharienne. La collection africaine est basée sur un don de Wacław Korabiewicz qui comprend des ustensiles domestiques et agricoles, des armes, des costumes et des vêtements, des bijoux, des insignes royaux, des sculptures, des masques et des objets liés aux pratiques religieuses. En 1988, Aleksandra et Cyprian Kosiński ont également contribué à la collection africaine du musée avec des sculptures, des masques et des costumes royaux des tribus congolaises Bakuba, Bakongo et Chokwe. Selon le musée, l’un des objets les plus importants de la collection africaine est le masque de casque fabriqué par la tribu des Makondes d’Afrique de l’Est (Tanzanie, Mozambique) issu de la collection de Wacław Korabiewicz.

Culture des Carpates: République tchèque
Pour les 80 monuments de la République tchèque, qui appartiennent à NME à Varsovie jusqu’à 75, proviennent des zones couvertes par la colonie des Carpates. Ce sont principalement des costumes, en particulier les tenues presque complètes pour hommes et femmes de Jackowie – un groupe ethnique polonais très petit vivant en Silésie tchèque, autour de la ville de Jablunkov. Ces costumes ont été reproduits par des artisans ou fabriqués dans le département du Conservatoire de NME à Varsovie sur la base des originaux de cette ethnie conservés au musée Teschen Silesian à Cieszyn. Notre musée possède également une grande représentation de laiton, boutons plaqués argent (jusqu’à 18 pièces) caractéristiques des costumes Jackowie. Ces boutons sont également des copies des originaux des collections du musée à Cieszyn.

Le NME à Varsovie a un équipement complet pour femmes de la région de Moravie du Sud, et même des éléments qui se chevauchent, tels que les halls. Tous ces éléments sont un cadeau de l’Institut national de la culture populaire de Strážnice en Moravie, construits au XXe siècle. Des vêtements individuels proviennent d’autres régions, ainsi que du corset du XXe siècle de la région d’Olomouc.

Deux peintures représentant la culture des Carpates en République tchèque sont:

peinture sur verre “Pieta” du 19ème siècle de Moravie
Peinture sur papier “Ecce Homo” de Moravie de 1909
huit œufs de Pâques, une baguette de Pâques et une pipe de la région de la ville de Zlín (Valachie morave) fabriqués en 2017
une sculpture de l’artiste folklorique Jan Brlica, Jr. en 2017 figurait sur les sculptures d’aujourd’hui
Les descriptions de ces monuments se trouvent dans le programme Musnet – catalogue électronique ou catalogue papier au siège du NEM à Varsovie.

Culture des Carpates: Slovaquie
La collection comprend 196 pièces, dont les 29 plus anciennes datant du 19e siècle. Ceux-ci sont:

– 35 œufs de Pâques (provenant de: Čadca, Veľká Čausa, Martin, Levoča, Veľký Grob, Poprad, régions de Domaniža)
– 15 décorations de Noël (des régions de Čadca et de Martin) et 2 crèches sculpturales (réalisées par Anton Kadury du village de Podvysoká)
– 11 poteries (origine inconnue) et 1 bénitier en céramique de Martin
– 22 peintures sur verre religieuses (19 d’entre elles au 19e siècle et 1 intitulée «Chanteurs Carol» réalisée par Zuzana Vanoušová de Čadca en 2000)
– 1 xylographe (date de production inconnue)
– 1 sculpture d’un lieu de pèlerinage, réalisée à la fin du XIXe siècle, présentant Madone du monastère de Zlatá Hora en République tchèque
– 7 objets religieux (image contemporaine de Madonna de Frivaldská kalvária, chapelet contemporain, peinture du milieu du XIXe siècle, cire ex-voto de Stará Ľubovňa (en polonais: Stara Lubovla), fin du XIXe siècle, petit bénitier de Trenčín )
– étagère en bois pour cuillères et seau en bois
– collection de costumes: 6 ensembles complets ou presque complets de costumes pour femmes de: Brezovo – 1910, Trenčín – 1935, Piešťany – (date de production inconnue), Brezno – 1920, Nová Ľubovňa (polonais: Nowa Lubovla) – années 1940 et 2017, Čáčov – 1930 – (costume de fille), 1 costume d’homme complet de la région de Trenčín, fabriqué dans les années 1920. Également: ceinture pour homme de la région de Liptov, perles pour femmes, manteau en peau de mouton, chaussures et manchons pour hommes et femmes.

Les descriptions de ces monuments se trouvent dans le programme Musnet – catalogue électronique ou dans le catalogue publié au siège du NEM à Varsovie.

Expositions permanentes
L’ordinaire – l’extraordinaire. Collections fascinantes du Musée ethnographique d’État de Varsovie – exposition préparée pour le 120e anniversaire du Musée ethnographique d’État de Varsovie en 2008.
Temps de célébration dans les cultures polonaise et européenne – exposition préparée pour le 125e anniversaire du musée ethnographique de Varsovie, 2013. Cette exposition est la plus grande exposition de l’histoire du musée. Elle présente des costumes, des accessoires, des objets religieux, utilitaires, décoratifs et autres. articles liés aux traditions de célébrer dans la culture. L’exposition est accompagnée de multimédia.
Ordre des choses. La revue de Piotr B. Szacki – l’exposition sous la forme d’une revue de musée avec accompagnement de multimédia, d’objets liés à l’artisanat (outils dans le domaine de l’obtention et du traitement de produits alimentaires, de l’élevage, etc.). Les objets sont disposés selon la classification de l’auteur du défunt employé du musée, ethnographe Piotr B. Szacki.

Départements
Le musée est géré par un directeur et regroupe les départements d’ethnographie polonaise et européenne, d’ethnographie non européenne, d’éducation des adultes, de musée de la jeunesse, de pédagogie, de communication et de marketing, de publications, de documents d’archives et de finances, personnel, administratif et technique, inventaire et conservation.

Le musée a publié son propre magazine, “Zeszyty Muzealne”, des années 1960 au début des années 1980; en octobre 2009, elle a lancé un nouveau magazine trimestriel intitulé “Etnografia Nowa” [“La nouvelle ethnographie”]. En 2011, le musée a reçu des subventions pour rénover le bâtiment et créer un musée ethnographique pour enfants dans ses murs.

Département d’ethnographie de la Pologne et de l’Europe
Département d’ethnographie des pays non européens
Département scientifique et pédagogique
Musée des enfants
Bibliothèque
Département de la documentation archivistique et photographique et cinématographique
Équipe organisationnelle, Département des finances et de la comptabilité, Département des ressources humaines, Département économique et technique
Département de l’inventaire, Département de la conservation, Entrepôt de la collection centrale, Archives de la société
Atelier photographique, spécialiste du film
Département de communication

Projets
Le Musée ethnographique d’État de Varsovie est impliqué dans de nombreux projets multidisciplinaires.

Projet de sortie
Un projet interdisciplinaire visant à développer une version moderne de l’artisanat traditionnel ancien, qui est placé dans le magasin d’économie de base et d’artisanat du musée d’ethnographie de l’État à Varsovie. De nouveaux objets ont été créés à la suite d’une coopération étroite entre artisans et designers.

Projet polonais-japonais
Hatsune Miku dans le Musée ethnographique de Varsovie est un projet polono-japonais créé par: Mme Teresa Seda – créatrice de costumes, M. Akamine Hidetoshi – auteure de sculptures, Mme Elżbieta Czyżewska – conservatrice et productrice. Le musicien japonais généré par ordinateur, dont le «chant» comprend de nombreux échantillons brefs de voix humaines réelles, n’a pas seulement lancé un débat sur la nature de l’art et de la performance (Hatsune Miku signifie «premier son du futur» en japonais). Hatsune Miku de notre musée possède sa propre collection de robes inspirées des costumes folkloriques polonais.

Le roi du carnaval d’Europe
Dans le cadre des activités du projet Carnival King of Europe (dont la SEM de Varsovie a assisté à la 2e édition (2010-2011)), 10 voyages au total ont été effectués en Pologne et à l’étranger. La participation aux travaux sur le terrain comprenait l’observation des participants, ainsi que des entretiens et des documentations sur films et photographies.

Célébration des rituels des femmes
“Les carnavals des femmes” (2015) a été la première étude nationale sur les rituels des femmes célébrée à la fin du carnaval. Les études ethnographiques documentant les rites contemporains ont été enregistrées sur film. Le projet a été financé par le ministère polonais de la Culture et du Patrimoine national et par la voïvodie de Mazovie.

La nouvelle ethnographie
Revue bilingue, interdisciplinaire et scientifique publiée par le Musée ethnographique de Varsovie. Dans une présentation graphique et éditoriale très intéressante se cache un contenu intéressant et stimulant.